Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Platine et vie humaine

Platine et vie humaine

Les damnés de la mine         

___________________Welcome to Lonmin
 
 
Régulièrement, ce pays se rappelle à nous par des flambées de révoltes parfois sauvagement réprimées.
 
La récente tuerie de Marikana en est la dernière et tragique illustration.
 
 "Tout d'un coup, notre pays a basculé dans les années noires de son passé et nous avons vu la 'nation arc-en-ciel' disparaître rapidement dans le sillage d'une telle brutalité", a déclaré Mathole Motshekga, chef du groupe parlementaire de l'ANC au cours d'un débat mardi.
 
La première puissance économique d'Afrique connaît un taux de chômage record, une situation sociale très dégradée, surtout dans les townships (40% des villes).
 
Peu de choses ont changé depuis la fin de l'apartheid. Les vrais producteurs sont toujours exclus des richesses qu'ils extraient de la terre dans des conditions qui ont peu évolué.
 
La situation des plus pauvres s'est considérablement aggravée, surtout pour les mineurs, souvent recrutés à l'extérieur du pays par des rabatteurs, pour des raisons essentiellement salariales. La « flexibilité régulée » avantage les grandes compagnies, sud-africaines ou étrangères.
 
_L'apartheid n'est plus racial, mais économique et social. La division syndicale, parfois violente, est entretenue dans l'intérêt des puissantes compagnies.
 
L'ANC n'est plus ce qu'elle était. La politique libérale qui s'est appliquée après Mendela a instauré de nouvelles fractures sociales. Le pays, devenu bon élève du FMI, le courtise maintenant.
 
Malgré les massacres, le platine flambe...
 
Sans doute cet événement marque-t-il un tournant...
 
 "...Ce que personne – à part les mineurs eux-mêmes – n’a osé dire, c’est que l’industrie minière reste dépendante d’une main d’oeuvre bon marché et flexible, dont beaucoup continue à venir des pays voisins. Du point de vue historique, c’est ce qui a été la source de la plupart des doléances des mineurs. Une étude récente de la Fondation Bench Marks sur les mines de platine dans la province du Nord-ouest a divulgué un certain nombre de facteurs qui entraînent le mécontentement croissant des travailleurs de la région.
 
La mine de Lonmin s’est distinguée par son niveau élevé d’accidents mortels, les piètres conditions de vie des travailleurs et le fait qu’elle n’engage pas assez de mineurs de la région. Le fait peut-être le plus significatif est que presque un tiers de la force de travail de Lonmin est engagé par des entreprises sous-traitantes. Cette forme d’emploi n’est pas nouvelle dans l’industrie minière. En effet, depuis la découverte de ces ressources minérales au XIXe siècle des recruteurs de main-d’œuvre ont sillonné la moitié sud du continent à la recherche de travailleurs. La présence continuelle de ces « courtiers de travail » sur les mines et la réticence de l’ANC à les bannir – optant au contraire pour un système de régulation croissante – est la vérité sanglante de la soit-disante « flexibilité régulée » en Afrique du Sud.
 
Cette même étude de Bench Marks livre bon nombre de conclusions qu’il vaut la peine de mentionner dans la mesure où elles éclairent certaines des critiques réelles qui se sont perdues au milieu des photos de machettes brandies. Le nombre d’accidents mortels à Lonmin a doublé depuis 2011 et la compagnie a systématiquement ignoré les demandes de recruter parmi les populations locales, favorisant les sous-traitants et les travailleurs migrants. Voici ce qu’a révélé une visite de l’équipe de recherche de la Fondation Bench Marks à Marikana :
 
« Une prolifération de cahutes et de bidonvilles, la détérioration rapide de l’infrastructure formelle et des logements à Marikana même, et le fait qu’un secteur du township construit par Lonmin n’a pas reçu du courant électrique pendant plus d’un mois au moment de notre dernière visite. Au Township RDP nous avons trouvé, dans trois emplacements différents, des systèmes d’égouts endommagés qui se déversaient directement dans le fleuve."..."

Documents joints à cet article

Platine et vie humaine

Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jmdest62 jmdest62 25 août 2012 08:36

    je me demande ce qu’attendent BHL et Sarko pour condamner ce gouvernement qui massacre son peuple et demander des frappes immédiates de l’Otan.....  smiley

    @+


    • epicure 26 août 2012 18:27

      C’est vrai , pour une trentaine de morts, l’OTAN avait bombardé la Yougoslavie.


    • ZEN ZEN 25 août 2012 08:50

      Les derniers jours de N.Mandela seront tristes...
      La « mandelamania » ne suffira pas à donner à l’ANC un virage salvateur, tant l’affairisme a corrompu une bonne partie des élites.


      • alberto alberto 25 août 2012 09:22

        Oui, et puis allez faire un petit tour sur les sites de Lonmin et Lonmin Platinium : vous y verrez des déclarations d’intentions (on prend garde à l’environnement, partenariat avec communautés locales, on est des gentils...) en sérieux décalage avec la réalité telle qu’elle explose aujourd’hui dans l’actualité...

        Et puis avec quelle arrogance et quelle brutalité les dirigeants de cette mine intiment l’ordre aux grévistes de reprendre le boulot !

        Décidément, au pays de l’apartheid, la ségrégation s’accentue, mais entre riches et pauvres : comme partout ailleurs ?


        • epicure 26 août 2012 18:34

          Comme pour beaucoup de société capitalistes, entre la belle pub, et la triste et navrante réalité, il y a un grand écart.

          Pour le grande bourgeoisie,, l’apartheid était plus un handicap pour les affaires à cause des boycots et condamnations internationales, c’est sûrement pour ça que finalement il a été aboli, alors que l’abolition de l’apartheid n’a rien changé des hiérarchies économiques.

          Tant qu’on peut exploiter de pauvres noirs, les affaires tournent.


        • ZEN ZEN 25 août 2012 11:31

          ce territoire n’est qu’une juxtaposition de peuples ne partageant ni la même culture ni les mêmes intérêts

          Tout à fait vrai. En ce sens, c’est un échec. Il n’y a pas d’intégration, malgré une certaine réussite d’une élite noire, qui partage le plus souvent les intérêts dominants. En plus, les compagnies s’emploient à aller chercher une main d’oeuvre extra-territoriale, ce qui exacerbe les frustrations.
          Pour une partie, (mais laquelle exactement ?), la détérioration économique est bien aussi en rapport avec certaines conséquences de l’ affirmative action, qui a trop mis à des postes clés des gens insuffisamment formés.
          L’éducation, la formation étaient les phase par lesquelles il fallait en priorité passer.
          Je ne l’ai pas assez explicité, mais cet aspect se trouve développé dans plusieurs liens.


          • ZEN ZEN 25 août 2012 13:30

            La discrimination n’explique pas tout
            La crise est passée par là aussi...
            Les multinationales restent fidèles à leurs intérêts et s’accomodent ( euphémisme) des bas salaires et des luttes syndicales, souvent instrumentalisées, jusqu’au jour où...
            L’affairisme au pouvoir produit les mêmes résultats que partout ailleurs, en pire, étant donné l’héritage.


          • louphi 25 août 2012 15:32

            ZEN


            Vous vous alarmez sur les violences inouïes que le régime « Démocratique multiracial » d’Afrique du Sud fait s’abattre sur les populations noires, les autochtones de ce pays. C’est une bonne chose.

            Mais vous évitez de poser le problème en termes de Blancs et Noirs. Cette mentalité de conciliateur vous amène comme un perroquet à débiter des contradictions. 

            Par exemple, vous assénez que « Peu de choses ont changé depuis la fin de l’apartheid ». Pourquoi affirmer avec aplomb la fin de l’apartheid, peu de choses ayant changé, si ce n’est répéter la propagande officielle comme un perroquet ? Donc, peu de choses ayant changé, l’apartheid continue en Afrique du Sud pour l’essentiel. L’apartheid est la caractéristique essentielle du régime « démocratique multiracial » d’Afrique du Sud.

            Vous assénez encore : « L’apartheid n’est plus racial, mais économique et social ». Comme l’apartheid continue en Afrique du Sud pour l’essentiel, cet apartheid ne peut-être que racial avant tout. La promotion des Noirs aux postes de l’Etat n’y change pas grand chose, sinon rien du tout. Le régime d’apartheid a toujours utilisé des zélateurs Noirs aborigènes pour combattre les révoltes des populations noires aborigènes. Nelson Rolihlahla Mandela est la figure la plus marquante de ces zélateurs en tant que chef de la fraction collaborationniste de l’ANC, vitrine noire de l’apartheid placée au pouvoir par l’apartheid.

            En effet, Nelson Rolihlahla Mandéla, militant de toujours de l’Internationale socialiste, autre visage de l’impérialisme, s’est toujours opposé à la République Noire Indépendante d’Afrique du Sud prônée par la fraction communiste de l’ANC, préférant la République Démocratique Multiraciale d’Afrique du Sud acceptée par l’apartheid. Dans le cadre de cette opposition idéologique et politique, la fraction collaborationniste de l’ANC a aidé l’apartheid à assassiner physiquement les chefs et militants du Parti Communiste Sud Africain. C’est de cette façon que le Parti Communiste Sud Africain a été démantelé et que la fraction collaborationniste de l’ANC a été récompensée par l’apartheid en accédant à une partie du pouvoir d’Etat dans le cadre de la « République démocratique multiraciale » d’Afrique du Sud, nouvelle appellation du régime de l’apartheid.



            • ZEN ZEN 25 août 2012 15:44

              Mais vous évitez de poser le problème en termes de Blancs et Noirs.
              Vous avez fait une lecture en survol des liens que je propose et isolez des phrases sans tenir compte du contexte
              Peu de choses ont changé...du point de vue économique et social
              J’aurais dû écrire : L’apartheid n’est plus seulement racial, mais surtout...
              Le régime d’apartheid a toujours utilisé des zélateurs Noirs aborigènes : exact, cette instrumentalisation continue, comme je le signale


              • Jean Umber 25 août 2012 17:00

                Les EU et leurs multinationales ont éliminé Mbeki il y a quelques années, lui qui était un véritable résistant.
                Zuma est le pantin des occidentaux et applique leurs diktats :
                Puisqu’il faut 300000 morts du sida par an, eh bien on les aura, même si la mortalité totale d’Afrique du Sud est inférieure à celle de la Hongrie.

                http://www.statssa.gov.za/publications/P0302/P03022011.pdf

                On sombre là dans un ridicule mortel, et la tuerie de Marikana relève du même mépris abject des populations zoulou.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès