Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Portrait en une Phrase : Obama

Portrait en une Phrase : Obama

Frantz Fanon dirait de lui qu’il a la peau noire et le masque blanc, on pourrait ajouter qu’il sert bien l’oligarchie qui l’a porté au pouvoir en ayant nommé dans son administration des dizaines de membres de la commission Trilatérale de son mentor Brzezinski (adepte de la domination de l’Eurasie par les États-Unis), ajouter qu’il a sauvé ses amis de Wall Street en imprimant des centaines de milliards de dollars sans exiger de contreparties (sans doute pour les remercier d’avoir financé sa campagne électorale), ajouter qu’il a approuvé les plus gros budgets militaires de l’histoire des États-Unis ainsi que la plus grande vente d’armes de son pays en faveur de l’Arabie Saoudite qui continue, pourtant, au vu et au su de tous, à financer le terrorisme islamique partout dans le monde et à violer les droits de l’homme les plus basiques, ajouter qu’il a approuvé le coup d’État sanglant au Honduras contre le Président de centre-gauche Zelaya (journalistes, syndicalistes, civils torturés et exécutés) qui a été remplacé par une junte militaire et ensuite un nouveau Président aux ordres de Washington, ajouter qu’il n’a pas fermé Guantanamo en dépit de ses engagements ni les centaines de prisons-goulags sous administration US où l’on torture à tour de bras les récalcitrants à sa vision du monde, ajouter qu’il n’a pas opposé son veto à la loi NDAA qui autorise la détention indéfinie et sans jugement de personnes étrangères ou américaines soupçonnées de terrorisme selon la perception subjective et sans contrôle judiciaire de ses agences de renseignement ou de lui-même, ajouter qu’il a abandonné la communauté noire de la Nouvelle Orléans à son triste sort depuis l’ouragan Katrina alors qu’il avait promis de s’occuper d’eux (la planche à billets ce n’est pas pour les noirs), et, pour continuer ce contre-portrait, cet anti-portrait, ce méchant portrait, on pourrait encore ajouter que, s’il a élargit quelque peu la couverture médico-sociale à davantage de personnes sans ressources, il ne l’a fait qu’à condition de ne pas toucher la rente de l’industrie pharmaceutique, autre grande contributrice de sa première campagne présidentielle, et ajouter qu’il n’a pas pris de mesures significatives pour lutter contre la pauvreté endémique qui touche plus de 15% de la population de son pays (la planche à billets ce n’est pas pour les pauvres), ajouter qu’il a reçu le Prix Nobel de la Paix en prévision de ses reniements futurs sur la question de l’existence d’un État Palestinien ou pour avoir soutenu le dictateur Moubarak jusqu’à sa chute, ou encore pour avoir instrumentalisé, comme son prédécesseur, les réseaux islamistes radicaux proches d’Al-Qaeda pour déstabiliser à son profit et celui de ses amis du complexe militaro-industriel la Libye, la Syrie (et bientôt le Liban) sans demander ou obtenir l’aval de l’ONU et pour avoir commis des attentats en Iran ou interdire à ce pays d’avoir accès aux transactions financières internationales par le système mondial Swift (alors que l’Iran ne lui a pas déclaré la guerre) et, enfin, ajouter qu’il a massacré avec l’Otan plus de 50 000 civils en Libye pour les sauver d’un hypothétique massacre dont on n’a aucune preuve aujourd’hui, mais, qu’on se rassure, il sait faire de bons et longs discours et dans un monde où les mots, l’image et l’empathie comptent plus que les actes, il saura émouvoir, séduire et dompter les foules qui ne détestent rien tant que la dure réalité des faits bruts, ternes et déprimants.

Guillaume de Rouville, auteur de La Démocratie ambiguë, et journaliste pour l'Idiot du Village

 

Iconographie : Barack Obama par le sculpteur Adam Beane


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Al West 30 mai 2012 10:45

    Salutaires rappels !


    La démocratie aux Etats-Unis : une seule famille qui gouverne depuis sa création. Tous les présidents états-uniens ont des liens parentaux, plus ou moins éloignés, sauf ... Bill Clinton, en qui certains voient un fils caché d’une grande famille dont le nom commence par Rock et finit par feller.

    Pas trop de conspirationnisme, c’est mauvais pour la santé. 

    • Ariane Walter Ariane Walter 30 mai 2012 12:31

      Voilà un texte que je garde et que je vais distribuer partout.
      Clair net et précis !


      • Lalo Vespera Lalo Vespera 30 mai 2012 12:35

        Excellente vidéo d’un discours mémorable d’Obama qui démontre la formidable duplicité du personnage :

        OBAMA ET LA LOI SUR LA DÉTENTION PROLONGÉE (LOI NDAA)
        Terrifiant ! Et sous-titré en français.

        • zic_quili 30 mai 2012 12:58

          @lalo

          Premiere fois que je vois cette video.
          Hallucinant, inimaginable.
          C’est un cauchemar.
          Et, je ne crois pas que le montage de reopen tente de nous manipuler, cela semble clair : l’individu lambda est en train de perdre tous ses droits.
          C’est aussi simple que ca.


          • LE CHAT LE CHAT 30 mai 2012 14:49

            c’est clair , ceux qui croyaient avoir le nouveau messie avec lui doivent en avoir les bras qui tombent , pauvres bisounours !  smiley
            Obama n’est que le pantin mis à la tête de l’empire , parce que plus présentable que l’autre !
            ceux qui cherchent des fascistes chez nous feraient bien d’ouvrir les yeux coté atlantique !!!


          • CorsairePR CorsairePR 30 mai 2012 13:17

            Chomsky faisait observer que sous Bush fils, les rebelles étaient menacés voir emprisonnés dans l’une de leur prison, mais que sous Obama, ils sont assassinés.

            Ce qui est marrant c’est que malgré tout ça l’empire vacille et je ne sais pas vous, mais je pense que la Pax Americana des deux dernières décennies est en train de vivre ses dernières heures... A tout un chacun de savoir se ranger du côté des vainqueurs, Sarkozy ne l’avait pas compris, on va voir si Hollance va faire mieux, mais honnêtement j’en doute...


            • CorsairePR CorsairePR 30 mai 2012 13:19

              Et il ne faut jamais hésiter à citer Fanon, cet auteur salutaire de l’émancipation noire DOIT être plus connu !


            • zic_quili 30 mai 2012 13:37

              Si, comme tu dis, la pax americana vit ses derniers instants, on a tous a y perdre.

              Pas de vainqueur, juste des ruines.

              Moi, je crois, au contraire, qu’on assiste a la fin de l’hegemonie US, a tous les niveaux, eco/monetaire/militaire (bien qu’ils aient encore une sacree longueur d’avance sur le dernier point, mais mefions nous des Chinois et de leurs budgets et programmes militaires secrets - profil bas et progression exponentielle), et que leur impuissance est sur le point de voir le jour avec la situation explosive au Proche Orient comme partie cle sur l’echiquier geopolitique.

              Je pense, et j’espere, qu’ils vont la perdre cette partie, et que, des lors, la loi des grands equilibres va prendre le dessus.


            • CorsairePR CorsairePR 30 mai 2012 13:51

              Je ne comprends pas bien ce que tu veux dire, dans ma bouche pax americana = hégémonie US.
              Si tu préfères, les ricains imposent la paix mais la leur quitte à devoir écraser tous les soulèvements.
              Je pense tout de même que nous sommes d’accord au final.


            • Traroth Traroth 30 mai 2012 13:45

              Au moins un truc bénéfique : le prix Nobel de la paix a définitivement perdu toute crédibilité. C’est déjà ça...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès