Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Poutine met les pendules à l’heure

Poutine met les pendules à l’heure

Les quatre derniers jours, du jeudi 5 février à dimance, 8 février, auront mis à jour la stratégie de l’Europe et de Washington dans l’approche pour résoudre le conflit ukrainien. Tout est présenté sous l’angle d’un conflit entre la Russie et l’Ukraine, la France et l’Allemagne se présentant comme des médiateurs entre Poutine et Porochenko.

Vladimir Poutine ne l’entend pas ainsi et il considère que le temps est venu pour tous ceux qui s’intéressent à la paix en Ukraine qu’ils prennent acte que le conflit n’en est pas un entre la Russie et l’Ukraine, mais entre le gouvernement de Kiev et les populations qui ont voté leur indépendance dans le Donbass. Il s’agit d’un conflit interne qui doit trouver sa solution entre les parties ukrainiennes concernées. La Russie n’est pas à l’origine de ce conflit, elle n’en fait pas partie et elle n’a pas participé aux actions déstabilisatrices qui ont conduit au coup d’État. La Russie n’est pas celle qui envahit l’Ukraine, mais plutôt celle qui rappelle aux Ukrainiens de résoudre leurs problèmes de façon civilisée et respectueuse.

Une analyse rapide de ce qui a donné naissance à ce conflit met en évidence deux évènements majeurs. Le premier est la mise en place d’un gouvernement qui fut imposé au peuple ukrainien par un subtil coup d’État planifié et orchestré par Washington. Le second est cette politique agressive de Kiev contre les populations dissidentes, en en faisant des terroristes à abattre. À cette violence se sont ajoutées des sanctions administratives, privant ces populations de leurs droits les plus fondamentaux.

Il en a résulté des référendums et des déclarations d’indépendance de la part des Ukrainiens dissidents, de culture russe, qui occupent tout le sud-est de l’Ukraine, victimes d’autant de persécutions. L’indépendance de ces régions (Donetsk et Lougansk) a donné lieu à des attaques encore plus violentes de la part du gouvernement de Kiev et de mercenaires à sa solde. Déjà, selon les chiffres officiels, les victimes compteraient plus de 5000 morts et de 10 000 blessés. Certains milieux, en Allemagne, parlent de 50 000 morts. Ces affrontements provoquèrent une véritable crise humanitaire. Nos médias meanstream en parlèrent peu. Ce fut surtout la Russie qui a déployé le plus d’efforts pour venir en aide à ces populations en plein désarroi. De nombreuses caravanes de centaines de camions, remplis de tout ce qui pouvait répondre aux besoins les plus essentiels et urgents, ont fait la navette entre la Russie et ces régions de l’Ukraine. Chaque fois, en franchissant, en toute légalité, la frontière ukrainienne.

C’est dans ce contexte que Vladimir Poutine décide de mettre les pendules à l’heure et de reprendre en main le contrôle de l’agenda, si vraiment les divers intervenants veulent une paix durable en Ukraine. Il est important de revenir aux sources de ce conflit et d’y faire figurer les véritables acteurs qui y sont directement concernés. Il y a le gouvernement de Kiev et les deux Républiques autoproclamées indépendantes de Lougansk et de Donetsk. La première chose à faire est que le gouvernement de Kiev cesse immédiatement ses attaques contre ces deux régions. Seul, le cessez-feu de la part de Kiev, permettra de renouer contact avec ces populations et leurs dirigeants pour résoudre les différents et en arriver ainsi à une solution nationale et régionale du conflit.

 « Il est évident que la crise continuera tant que les Ukrainiens ne se seront pas mis d’accord entre eux ». À cette fin, il exhorte les autorités de Kiev à trouver « un langage commun et à parvenir à un accord avec toutes les forces politiques. »

Voici les principaux points que relève le président Poutine pour que les négociations conduisent à la paix.

« Mettre un terme à la débauche de radicalisme et de nationalisme qui touche le pays.

"La condition première pour stabiliser la situation est un cessez-le-feu immédiat, la cessation de l'opération dite « antiterroriste », mais de facto punitive dans le sud-est de l'Ukraine".

« Supprimer les pressions économiques sur le Donbass, lesquelles sont susceptibles de créer une grande catastrophe.

La société doit s’unir autour de valeurs positives et des véritables intérêts de l’Ukraine. "Pour cela, il faut que les autorités de Kiev entendent leur peuple. Qu'ils trouvent un terrain d'entente et s'accordent avec toutes les forces politiques et régions du pays".

Ces déclarations récentes de Poutine marquent le cadre dans lequel sa présence à Minsk, le 11 février prochain, serait justifiée. 

Ceux qui négocient le texte à débattre à Minsk, le 11 février prochain, doivent en arriver à recentrer les échanges sur les relations du gouvernement central de Kiev avec les gouvernements des deux régions du Donbass. Si ce tournant ne se réalise pas, il est fort possible que le président Poutine ne se présente pas à cette rencontre.

Il n’est pas intéressé à jouer un rôle dans un scénario, à l’avance vicié et trompeur.

Le conflit qui sévit en Ukraine est un conflit interne que le gouvernement central doit chercher à résoudre non pas par les armes et des mesures répressives, mais par la négociation et le respect de sa population et des régions qui en marquent la configuration des cultures. Si la France, l’Allemagne et Washington veulent travailler en ce sens, ils pourront compter pleinement sur la présence de la Russie. Sinon, ce sera peine perdue.

Les représentants des deux Fédérations autoproclamées de Lougansk et de Donetsk seront présents à la rencontre de Minsk. Ils participent présentement aux rencontres préparatoires.

 

À lire : https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Poutine-met-en-garde-Kiev-contre-limpasse-dans-le-Donbass—19833007/

 

L’heure de la vérité a sonné.

 

Oscar Fortin

Le 9 février 2015

http://humanisme.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (83 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Kevin Queral Kevin Queral 9 février 2015 20:37
    URGENCE ! Non à la guerre contre la Russie !

     

    Monsieur le président de la République Française,
    Mesdames et Messieurs les ministres,
    Mesdames et Messieurs les députés,

     Nous, citoyens Français,

     considérant les citoyens de Russie comme nos frères humains, nous vous adjurons de mettre fin à tout engrenage pouvant mener à un conflit armé avec la Russie et vous demandons de n’envisager aucune autre voie que celles de la diplomatie et du droit international.

     En tant que nos représentants, servant la volonté du peuple souverain, nous espérons que vous entendrez ces revendications.


    signez ici : 

    http://www.petitions24.net/urgence__non_a_la_guerre_contre_la_russie


    • doslu doslu 10 février 2015 11:51
      L’Ukraine se révolte : Zaporozhié contre la mobilisation

      https://www.youtube.com/watch?v=qpoPIFNlYIg


    • lsga lsga 10 février 2015 13:20

      C’est complètement dingue à quel point les gens sont intoxiqués par la propagande.

      Pour rappel : C’EST L’UNION EUROPÉENNE, ET LA FRANCE EN TÊTE, QUI SONT DERRIÈRE LE CONFLIT UKRAINIEN POUR TENTER DE RÉCUPÉRER LE GAZ DE CRIMÉE.
       
      La Russie et les USA, comme depuis 70 ans, cassent les jambes de l’Europe grâce à leur pseudo-guerre-froide.
       
      Maintenant que l’Europe va être obligé d’acheter son gaz à la Russie, ou son gaz de schistes aux USA, on lui fait payer la note de la guerre en Ukraine via les accords de soutient de économique avec ce qu’il restera de l’Ukraine (cad : l’Ukraine sans les ressources minières).
       

    • Doume65 10 février 2015 16:25

      Tu n’es pas très clair, Isga. Après la lecture de ton post, je ne comprends pas si c’est l’UE, les USA, ou la Russie qui, comme tu dis, est derrière le conflit.

      D’autre part, tu parles d’intoxication folle des gens, mais tu ne dis pas quel est (sont) le(s) point(s) que tu conteste dans leur interprétation (laquelle) des faits.

      On ne comprend pas à qui tu t’adresse ni quel tort tu veux redresser.

      Merci de bien vouloir éclaircir notre lanterne.


    • lsga lsga 10 février 2015 17:56

      1. TOTAL, Margerie et la France, planqué derrière l’UE, font rentrer l’Ukraine dans un partenariat avec l’UE.

       
      2. Cet accord signe l’indépendance énergétique de la France et de l’Europe. (l’article parle de 13.000 milliards de mètres cubes de gaz en Crimée das la mer noire)
       
      3.a Pour la Russie : c’est inacceptable. La Russie vit uniquement sur le dos de l’Union Européenne en lui revendant ses énergies fossiles (Poutine n’a développé aucune autre activité économique en Russie), et a besoin de TOTAL et BP pour continuer à développer son parc pétrolifère, notamment dans le nord de la Russie (Gazprom n’a plus les compétences techniques nécessaires)
       
      3b. Pour les USA : c’est inacceptable. Ils viennent de se couper une couille pour investir dans le gaz de schistes, et le nord de l’Union Européenne était leur principal cible commerciale (les mêmes à qui ils avaient vendu en masse des subprimes : gogo un jour, gogo toujours).
       
       
      5. Maintenant, de la même manière que les USA ont fait payer la première guerre du Golf à l’Arabie Saoudite, les USA et la Russie vont faire payer la guerre d’Ukraine à la France (enfin : à vous) en forçant l’UE à financer la reconstruction économique de ce qu’il reste de l’Ukraine.
       
       
      Vala. C’est plus clair ? 


    • Minipsig 11 février 2015 16:50

      les USA ont fait payer la guerre du golf à l’arabie saoudite ?


      si un accord privilégié sur le pétrole, et des fonds financier sont une sanction, bah comment dire, je veux bien être sanctionné...

      c’est toujours bien de rappeler aussi que l’Arabie saoudite pratique encore la lapidation et la décapitation. Voyez donc comment la plus grande démocratie au monde les a sanctionné...

      il fallait oser parler de sanctions quand même, allez dire ça aux iraniens ils vont rire jaune à mon avis.

      je ne reviens même pas sur le reste de votre intervention, comique certes, mais c’est le seul point fort.

    • Aldous Aldous 11 février 2015 17:45

      Heu... non c’est pas clair, comme tout ce que tu racontes au demeurant... :))


    • Doume65 11 février 2015 18:45

      Vala. C’est plus clair ? @ Isga

      Merci d’avoir répondu à ma question.

      « Vala. C’est plus clair ? »

      En partie seulement. Car tu criait juste avant (écrire en majuscule, c’est crier) que « c’est l’union européenne, et la france en tête, qui sont derrière le conflit ukrainien pour tenter de récupérer le gaz de crimée. »

      Or là tu dis que cette guerre est une conséquence d’une conséquence à cet accord de libre échange signé entre l’UE et l’Ukraine. Cela ne signifie pas qu’ils sont derrière. Quand à ton idée (défendue par la revue de l’’OTAN dont tu nous met un lien), que ces accords avaient pour but l’indépendance énergétique de l’UE, elle me laisse plus que sceptique et n’est appuyée sur rien de concret.


    • bourrico6 12 février 2015 09:45

      Tiens, Isgaga est de retour avec ses délires inventés de toutes pièces.

      Bref, une affirmation bidon de plus qu’il est incapable de justifier un tant soit peu... une de plus.... une parmi tant d’autres.

      Ce type est un baratineur.


    • boris boris 12 février 2015 18:28

      je ne reviens même pas sur le reste de votre intervention, comique certes, mais c’est le seul point fort.

      Effectivement Isga est un comique à l’insu de son plein gré.


    • Laurent 47 23 février 2015 18:50

      @lsga
      Ca dépend de quels ukrainiens on parle !

      Ceux qui se sont battus dans les rangs de l’armée rouge, ont défait l’armée de Von Paulus à Stalingrad, et sont allés jusqu’au bunker d’Hitler à Berlin en mettant fin à la guerre ?
      Ou bien ceux, originaires de Galicie, qui se sont alliés avec les SS et ont massacrés des milliers de juifs ukrainiens et polonais ( les mêmes qui sont actuellement au gouvernement à Kiev ) ?
      L’avenir nous dira de quels genres d’ukrainiens se compose vraiment ce pays !
      J’espère pour le peuple que la racaille nazie aux ordres de Washington qui prétend diriger l’Ukraine va rapidement dégager, et que de véritables élections vont donner à ces gens qui ont tant souffert un régime démocratique, et lui apporter la paix.
      Mais pour ça, il faut que les Etats-Unis arrêtent d’emmerder le monde et de vouloir la guerre à tout prix avec la Russie, guerre qui serait faite bien sûr par les crétins que nous sommes, pas par les américains ! Courageux, mais pas téméraires, les yankees ! Rappelez-vous le Vietnam !

    • lsga lsga 23 février 2015 18:52

      @Laurent 47
      donc je répète : c’est la France qui voulait récupérer les ressources gazières de Crimée, pas les USA. 


    • colere48 colere48 9 février 2015 20:43

      Attention : ON NE POSE PAS D’ULTIMATUM À POUTINE
      « Personne n’a jamais parlé au président sur le ton d’un ultimatum et personne ne pourrait le faire », a dit le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à la radio Govorit Moskva.


      • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 21:02

        Ses adversaires devraient en prendre bonne note.


      • Aldous Aldous 10 février 2015 10:54

        Quand les choses seront revenues à une situation raisonnable il restera encore à faire le procès de l’incroyable chape de plomb propagandiste qui s’est abattue sur la France depuis plusieurs années afin de nous faire passer les égorgeurs islamistes de Syrie et les nazis de Kiev pour des héros de la démocratie.


      • Martha 10 février 2015 14:47


         Dans ce cas que les Etats-Unis et la G.B.*, s’ils le veulent, y aillent seuls.
         Nous n’avons rien à faire dans cette imbécilité mortelle.

         C’est un coup de force contraire aux statuts de l’OTAN. L’Ukraine n’est ni en Europe, ni dans l’OTAN et il s’agit là clairement d’une guerre d’agression US. Impériale et hégémonique.
         
         Bombarder des civils et des villes sans défense c’est odieux, criminel et passible du TPI. L’énorme mensonge sur les responsables de l’attentat contre le vol MH17 c’est aussi devant le TPI que cette affaire doit être réglée.

         F.Hollande n’a PAS LE DROIT d’accepter cela et de ne rien dire. Il ne peut pas engager notre Pays sur de tels prémices. Et cela va, en plus, complètement contre nos intérêts les plus évidents.
         Irait-il à fond de cale, dans un navire en bois avec une grosse tarière faire des trous dans le fond de la coque ? On dirait , mais il est cinglé ! Et bien c’est de cela qu’il s’agit !

         Si on a à faire à des gens criminels et menteurs aussi caractérisés, il vaut mieux prendre le large et s’entendre avec ceux qui ne le sont pas.

         Le « fuck iourop ! » ça ne passe pas et ce n’est pas acceptable : Monsieur Hollande, il est grand temps de le dire. Nous comptons sur vous.

         * Les Gibis sont bien silencieux sur cette affaire, tout d’un coup, auraient-ils perdu l(usage de la parole ?


      • roman_garev 9 février 2015 20:55
        Merci l’auteur.
        Les parties concernées n’ont pas tardé à avancer leurs arguments.

        L’argument de l’artillerie « anti-terroriste » de Kiev : missile tactique tombé la nuit du 8 février près de l’usine chimique de Donetsk :
        Il est facile d’imaginer la quantité de victimes au cas où ce missile tomberait en pleine ville de Donetsk comme il était sans doute prévu...

        L’argument de l’armée de la République de Donetsk le jour du 9 février : la poche de Débaltsevo est fermée définitivement :

        • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 21:01

          Il est certain, maintenant que leur petit jeu est mis à découvert qu’ils vont utiliser tous les moyens pour saboter le plus possible de sud-est de l’Ukraine, sachant que Poutine ne restera pas les bras croisés indéfiniment devant le massacre d"une population à l’endroit de laquelle la Russie a des responsabilités. Les cartes sont sur la table et les décisions de Poutine sont déjà prises selon la tournure que prendront les évènements à partir du 11 de février. À ce moment là, il sera effectivement possible que la Russie devienne un acteur militaire de première importance. 




        • Passante Passante 9 février 2015 23:14

          tout se joue en sourdine, en silence, pas une déclaration claire.


          reste une image du jour : 
          la deutsch chez le black, 
          & évidemment ils disent rien.

          mais les images, en quelques secondes, annoncent de très mauvaises nouvelles, 
          et avouent peut-être un positionnement :

          -chacun des deux croise les jambes vers l’extérieur de l’autre, ça va pas du tout...
          -le barak rit comme jamais, very bad news ça, tout est faux, il ne veut céder sur rien.

          elle rit jaune aussi, même si l’actrice est moins douée, 
          on sent que nul accord n’est possible, 
          alors qu’à moscou il devait pourtant y avoir du concret sur la table.

          hélas, il ne reste peut-être que trois à quatre semaines de répit au grand maximum, 
          après quoi, ce qui se déroule actuellement passerait pour un maigre apéritif.

          ces deux-là semblent bien les plus coincés, et pas le russe ou autre...
          l’ironie c’est qu’ils se sont coincés eux-mêmes ?
          ça c’est si jamais ils ont la moindre carte de décision en main...

          il semble que l’empire veut mourir, 
          qu’on lui pardonne alors cette sanglante mendicité.


        • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 23:20

          Passante, vous m’impressionnez par la lecture que vous faites du non verbal. Il est vrai qu’il parle souvent plus que les mots trompeurs qui mettent à l’épreuve notre naïveté.


          Merci pour cette analyse et revenez-nous avec d’autres de ces analyses.

        • alinea alinea 10 février 2015 00:14

          C’est Obama qui est gaucher !


        • alinea alinea 10 février 2015 01:19

          Il n’y a pas de copains dans ce milieu là, mais il y a ça !!

          https://fr.news.yahoo.com/video/ukraine-obama-et-merkel-pr%C3%A9sentent-202633378.html


        • Passante Passante 10 février 2015 07:11

          bonjour,

          je crois que la vidéo proposée par Alinéa confirme :
          tensions palpables, 
          - lui commence son discours sur l’hypothèse de l’échec de la diplomatie 
          et cherche à maintenir un énoncé de la menace ;
          - elle en vient carrément à évoquer la solidité « quand même » des relations entre les deux pays, 
          c’est dire...

          sinon, encore en mode non-verbal, scène assis : 
          lui se couvre sa main « de gaucher » de sa main droite, puis se mord la lèvre inférieure ; 
          elle est soulevée sur son propre siège.


        • alinea alinea 10 février 2015 11:04

          Pourquoi sont-ils si mal dans leur peau ?
          Auraient-ils une conscience ? smiley


        • Martha 10 février 2015 11:59


           @alinea,

          Merci pour cette vidéo.
           
           Angéla, remet son col dans un geste de soumission, signifiant chez les primates (cf « le singe nu » de Desmond Moris) et reprend le leitmotiv officiel otanesque, rien de tel pour démontrer sa vassalité que de réciter devant tous, une fois de plus, le crédo-des-menteurs :

           « La Russie a violé l’intégrité territoriale dans deux régions, en Crimée, mais aussi à Donesk et à Lougansk ».

           Angéla a raté là l’occasion qu’il fallait saisir d’affirmer d’une façon très claire qu’elle refusait de suivre les « américains » (en fait les néo-cons) dans leurs agissements menteurs et criminels.
           Si la France et l’Allemagne dénoncent le coup de force de ces cinglés, c’est la fin de leur cinéma et « l’Europe » en sortira grandie et libérée.

           NE PAS LE FAIRE EST UNE ERREUR STRATEGIQUE tragique.

           François a fait l’ENA (sorti 7ème de la promotion Voltaire, en 1980), on pourrait croire que ses connaissance en histoire sont solides et qu’il sait que la fermeté dans des situations dangereuses est le seul moyen de s’en sortir. Les Français lui ont donné le pouvoir, il doit tenir sa place, dire la vérité et dire S T O P !
           Demi-tour on fait fausse route !

           Angéla suivra, bien contente d’être enfin libérée de l’asservissement (imposé depuis 45) aux US, maintenant si mal guidés. La majorité des dirigeants des Pays d’Europe aussi. Au grand soulagement de leurs peuples.

           IL Y A BIEN MIEUX A FAIRE QUE D’ALLER A LA GUERRE.

          Faut-il le signaler au prix Nobel de la PAIX ?
           
          ....(l’aurait-il oublié ?)


        • Martha 10 février 2015 12:09


           PS,

           Déjà dans un premier temps, pour Angéla, parler en Allemand et pour François, en Français, c’est essentiel, il y a de bons traducteurs. C’est affirmer que, enfin, peut-être pour la première fois, ils parlent au nom de leur peuple et qu’ils ne choisiront pas pour le faire la langue de la soumission.

           Cela fera peut-être le choc salutaire. Ca leur arrive-t-il parfois a ces autistes d’écouter les autres ?

           IL NE FAUT SURTOUT PAS CEDER devant LEUR FOLIE HEGEMONIQUE !

           (c’est connu, mollir, c’est périr !)


        • alinea alinea 10 février 2015 12:34

          Angela parle surtout pour l’Europe !! Rien de moins ! smiley L’Europe c’est Angèle !! smiley


        • Passante Passante 10 février 2015 16:36

          alinea - excellent mdr smiley


          oui martha, j’avais pas la clef pour lire ce geste du col, 
          mais on peut dire qu’elle se rhabille quoi...

        • Zeb_66 9 février 2015 21:43

          @l’auteur

          À ce moment-là, si les belligérants ne réussissent pas à s’entendre,
          et je suis très très pessimiste sur ce point, les Ukrainiens font
          semblant d’accepter la discussion mais en réalité c’est juste pour
          pouvoir reprendre leur souffle, se faire réarmer et reprendre le
          carnage des populations. EXTERMINATION ont-ils dit et ils n’ont
          pas changé d’un iota depuis 1 an et les ricains poussent tout ce
          qu’ils peuvent pour forcer les Russes à s’engager...
          C’est pourquoi Poutine se montre extrêmement prudent, il ne veut pas
          se faire rouler dans la farine une seconde fois.
          Mais à ce point, on peut craindre fortement que l’engrenage fatal
          s’enclenche, car à ce stade plus personne ne contrôlera quoi que ce soit !


          • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 21:56

            Vous avez tout à fait raison.Washington et ses alliés ne veulent vraiment pas la paix, sachant bien que Poutine n’est pas du genre à s’écraser. Ce qu’ils ignorent toutefois c’est ce que Poutine a comme alternative pour protéger les populations pro-russes en Ukraine et pour fermer la porte à l’OTAN et à Washington pour qu’ils fassent de l’Ukraine leur cour arrière. Cela, Poutine et la sécurité nationale de la Russie ne sauraient l’accepter. C’est dire que nous sommes à une frontière qui peut mener à une guerre totale.


            Souhaitons que non.

          • Dom66 Dom66 9 février 2015 22:01

             

            Si il y a guerre total c’est que les USA l’auront décidé, il faudra choisir sont camp Flamby OK ??


          • Martha 10 février 2015 14:05


             Les autoroutes et le réseau ferré convergent vers Paris, il risque d’il y avoir du monde a venir dire son fait à François H. s’il se soumet une fois de plus.

             Les leçons de 70, 14 et 40 sont claires : les décideurs qui ont mis le Pays en guerre doivent être en première ligne.
             (en 70 Napoléon III a vu de près ce que cela signifiait. A Sedan sa réddition a été la fin de « l’Empire »).

             Partir en guerre sur des mensonges, c’est aller droit à l’échec.


          • Dom66 Dom66 9 février 2015 21:57

            Merci pour cet article.

            Ce n’est pas une revue de gauche qui le dit mais le Figaro ici :

            http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2014/03/23/31002-20140323ARTFIG00225-belgrade-15-ans-apres-le-bombardement-les-serbes-n-oublient-pas.php

            Le martyre du Kosovo

            Donc : Quand je pense qu’il y a 15 ans l’Otan à bombarder Belgrade en tuant de nombreux civils femmes enfants,  et que notre monde « Civilisé » a laissé faire sans rien dire, j’espère que Poutine finisse par taper du poing sur la table et venir en force à l’aide de la population du Dombass.

            Ça suffit les Nazis


            • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 22:18

              Merci dom66 pour votre commentaire et le lien que vous faites avec la Serbie. Heureusement que M. Obama nous a rappelé qu’un des principes fondamentaux des États-Unis est la non-intervention dans les affaires internes des autres pays.... Pas croyable comment cet homme que l’on dit intelligent se permet de dire n’importe quoi, allant d’une contradiction à une autre.


              Bonne fin de journée

            • sheridan31 10 février 2015 14:40

              Va falloir se calmer et pas faire d’amalgames trop rapides quand même : 

              Comparaison n’est pas raison.
              Pour moi on va gentillement prendre l’Ukraine et la séparer en deux à un ’ment donné.

            • Zeb_66 9 février 2015 22:04

              Je ne suis pas seul à penser que dans les motivations de Merkel
              et Hollande il y avait une certaine volonté d’affirmer en
              dehors de la présence des ricains que si la situation dégénérait
              en conflit ouvert, les Européens ne seraient pas parties prenantes.
              Selon des infos répétées, une bonne partie des gouvernements européens
              n’ont pas l’intention d’appuyer la volonté des USA et de l’OTAN d’engager
              une confrontation avec la Russie.

               


              • oscar fortin oscar fortin 9 février 2015 22:21

                Si tel est vraiment le cas, l’OTAN, formé de la grande majorité des pays européens, ne sera pas de la partie pour la guerre. L’OTAN, sans l’Europe se ramène aux États-Unis et au Canada.


              • xantrius 10 février 2015 00:01

                "J’insiste encore une fois sur l’intérêt propre de l’EU a une intégration de l’Ukraine dans UE et à une stabilité relative pour mettre la main sur les ressources et le marché, pourquoi pas avec une « démocratur » imposé par des zombies nazi. ...

                Pour les élites allemandes il faut trouver les moyens d’élargir ses zones d’influence sans encore trop effrayer les US et sans se retrouver sur un champ de ruines. C’est l’Allemagne qui domine aujourd’hui l’Europe. La France se range à ses côtes, comme au vieux bon temps du Vichy. Et comme à l’époque, la domination de l’Europe reste qu’une étape et les US - il le savent. ...

                Il y a 10 mois j’ai écrit ce commentaire. C’était en effet l’objectif des UE, mais la situation à révolue. Maintenant ils se retrouvent « sur un champ de ruines », L’Ukraine vaut économiquement plus grand chose, au moins pour un bon moment.

                "L’intérêt des US est plutôt le modèle Irak, Afghanistan, Lybie etc. pour créer une région du chaos durable, fait d’affaiblir la Russie et surtout d’empêcher l’EU de devenir un conçurent plus en plus important. Le « fuck EU » du ministère des affaires étrangères US (Nuland) a exprimé parfaitement cette stratégie. ... " (Victoria Nuland, toujours dans le ministère pour les affaires étrangers US, à commenté hier (8. fév.) l’initiative Hollande/Merkel comme « Moscow Bullshit »)

                Ça devient encore plus dangereux car tout n’est pas sous contrôle et toutes les situations ne sont pas prévisibles. Il y a aussi une situation économique de l’EU-US au bord du gouffre. ... "

                Les différences des intérêts US - EU dans leur œuvre commun du putsch de maidan sont maintenant manifestes - les US vont maintenant faire boire la tasse à l’EU. Le comportement des US est la suite logique et cohérente de leur stratégie. Ils sont dos au mur car ils sont confrontés avec la perte éventuelle de leur domination de la planète, avec toutes les conséquences dramatiques en vue (perte du dollar comme monnaie de référence, en conséquence l’effondrement de leur économie etc.).

                La dynamique des événements conduisent maintenant tout droit à une déflagration violente. Il faut croire (exceptionnellement) Hollande et Merkel à la parole : mercredi c’est probablement « la réunion de la dernière chance », si non c’est « la guerre totale ». Les scénarios imaginables sont extrêmement sombres, même un « frappe préventive » d’un coté ou de l’autre, ou un coup totalement tordu devient probable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès