Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Putsch avorté : de Erdogan à Clinton, via Incirlink

Putsch avorté : de Erdogan à Clinton, via Incirlink

Une fois de plus, le site dedefensa nous gratifie d'une excellente analyse bien argumentée parce que bien documentée. Il nous donne ainsi l'opportunité de survoler ce Moyen-Orient très compliqué, à l'abri du vacarme et du tohu bohu auxquels ces dernières décennies nous ont habitués.

Pour nous permettre de ne pas l'aborder comme nos lamentables politiciens occidentaux, avec des idées simples et une vision à courte vue

Petites précisions :
j'ai traduit les textes en italiques,
les habitués de dedefensa savent que BAO est l'acronyme du Bloc Atlantique Occidental.

Bonne lecture

dedefensa.org

dimanche 17 juillet 2016, relayé par Comité Valmy

 

Putsch avorté : de Erdogan à Clinton, via Incirlink

En Turquie, ces deux derniers jours, le schéma habituel d’un putsch militaire avorté a été respecté, avec réaction populaire importante participant à cet avortement opéré dans l’urgence. Les considérations sur l’origine du “coup” sont diverses mais se résument finalement à deux options majeures : soit un coup inspiré sinon monté par Fethullah Gülen, ennemi juré d’Erdogan installé aux USA depuis 1999 et disposant de connexions sérieuses avec la CIA et avec la “maison Clinton” qui retiennent l’attention ; soit un coup type-false flag monté par Erdogan lui-même pour lui donner un argument pour éliminer certains opposants, dont et surtout le fraction-Gullen, et renforcer dramatiquement son pouvoir. La détermination entre l’une ou l’autre option (avec beaucoup moins d’intérêt pour l’option-false flag) est d’un intérêt extrêmement secondaire. Ce sont les conséquences de politique extérieure qui sont particulièrement importantes et nous intéressent particulièrement pour pouvoir permettre une observation féconde de l’évènement.

Il semble cette fois qu’il y ait une certaine unanimité dans les réactions, commentaires, etc., notamment sur deux points : 1) les conséquences du putsch avorté seront importantes sur la politique extérieure et affecteront aussi bien le bloc BAO (précisément dans l’immédiat, l’OTAN et les USA), que les relations de la Turquie avec la Russie, que la situation dans la région. 2) La tendance est clairement un réalignement d’Erdogan après sa politique extrême de la période depuis 2011-2012, parfois difficilement compréhensible et en rupture avec son comportement intéressant jusqu’alors ; et ce réalignement devant le mener à un rapprochement déjà en cours avec la Russie (rencontre prochaine Erdogan-Poutine), et surtout une tension désormais extrême avec les USA assortie d’une sorte d’ultimatum (l’expulsion de Gülen des USA vers la Turquie) et de mesures immédiates sévères dont on ne sait si elles sont symboliques, temporaires ou durables (blocage complet de la base d’Incirlink, qui joue un rôle-pivot pour l’action US en Syrie et en Irak).

- Comme on l’a laissé entendre plus haut, le personnage de Fethullah Gülen devient donc central à la crise et, du coup, les tensions qui en naissent, essentiellement et très fortement entre les USA et Erdogan, affectent d’abord la lutte pour le pouvoir en Turquie, donc Erdogan lui-même, la situation intérieure turque, mais aussi et d’une façon peut-être radicale, l’évolution de la politique extérieure... (Notamment dans ce dernier cas, les relations avec la Russie, jusqu’à des circonstances précises lorsqu’une source affirme notamment que l’un des pilotes qui a abattu un Su-24 russe en novembre 2015 faisait partie de ce que le langage codé employé dans l’épisode actuel nomme l’“État parallèle” qu’entretiendrait Gülen en Turquie au travers de ses partisans implantés dans divers services et réseaux officiels, en même temps qu’il a établi un réseau mondial d’influence et d’éducation renvoyant à ses conceptions islamistes et qui servent de relais à certaines influences connexes, – comme celle de la CIA, éventuellement. Objectivement, on peut noter que ce putsch intervenait au moment d’un tournant radical de la politique d’Erdogan, peu avant la rencontre Erdogan-Poutine devant sceller ce tournant : quelles qu’eussent été les intentions des putschistes, il est évident que cette dynamique de rapprochement eût été, en cas de succès de l’opération, complètement freinée sinon mise en danger d’être complètement paralysée au moins pour une période d’incertitude.)

 

Beaucoup de choses ont été écrites sur Gülen, et on trouve un développement conséquent à son propos dans un texte de Osman Softic, de openDemocratie.net, le 6 février 2014. Softic cite notamment une “lanceuse d’alerte” célèbre, transfuge du FBI où elle occupait les fonctions de traductrice des documents venant de Turquie, Sibel Edmonds et ses mémoires Classified Woman : Sibel Edmonds Story. Edmonds décrit les liens de Gülen avec la CIA et ses activités à partir des USA, notamment pour la mise en place et l’entretien de ce fameux “État parallèle”. (Les “récents évènements” dont parle Softic ne concernent évidemment pas le putsch avorté mais l’agitation de type regime change qu’avait traversée la Turquie.)

Edmonds y affirmait que

« le lien entre l'Organisation de Fetullah Gülen et la CIA était Graham Fuller, un éminent analyste en matière de renseignement à la RAND Corporation, ex-responsable de l'agence CIA de Kaboul et Vice Président du Conseil National du Renseignement (National Intelligence Council)

 » Bien qu'il ait réfuté les allégations concernant le rôle des écoles de Gülen comme "couverture" d'opérations de la CIA, Fuller admettait avoir exercé un parrainage à Gülen lorsque l'US Immigration Authority se préparait à l'extrader en 2006.
Fuller envoya une lettre au FBI et au Département US de Sécurité Intérieure ( US Department of Homeland Security) pour sa défense. Il y confirmait que pour lui, Gülen n'était pas une menace pour l'Amérique. En conséquence de quoi, Gülen fut authorisé à rester aux
États-Unis. Une autre personne à avoir écrit en faveur de Gülen fut Morton Abramowitz, ex agent de la CIA en turquie où il fut plus tard ambassadeur des États-Unis.

 » Bien que Gülen ait toujours affirmé que la mission de son organisation n'était pas  politique mais éducative, les derniers évènements en Turquie montrent que son but ultime était d'instaurer un contrôle des institutions de l' État Turc sans toutefois la transparence témoignée lors de la formation d'un parti politique ou la participation à des élections. Il le faire plutôt par des infiltrations et le noyautage desdites structures.

- L’autre aspect de l’activisme de Gülen, qui est d’un intérêt immédiat et pénètre au cœur de la crise actuelle aux USA, ce sont ses liens avec la “maison-Clinton” par l’intermédiaire de la désormais très-fameuse Huma Abedin, la conseillère politique et intime de Clinton dont les connexions islamistes sont connues. Deux textes sont à recommander, du reporteur Chuck Ross sur DailyCaller.com. Celui du 16 juillet, qui traite de la situation en Turquie durant les évènements des dernières 48 heures mais surtout, pour notre propos, un texte du 13 juillet , quasiment prémonitoire ( ?) en un sens, qui traite des liens Clinton/Abedin-Gülen, et notamment de donation de personnes et de filières dépendant de Gülen au fonds électoral de Clinton et à l’inévitable Clinton Foundation. On lira donc ce texte plein de détails précis, avec cette introduction :

«  La publication récente d'email et de documents de lobbying échangés avec le Congrès révèle des liens étroits entre la Maison Clinton et certains membres d'un réseau piloté par un mystérieux ecclésiastique musulman Turc.
Les contacts entre Clinton et les acolytes de l'iman, Fethullah Gülen, pourraient embrouiller la relation déjà compliquée entre les États-Unis et la Turquie, un allié crucial de l'OTAN, si l'ex-Secrétaire d'État gagne la Maison Blanche. ».

- ... Tout cela nous conduit à l’évaluation générale de la passe d’armes des deux derniers jours, dont Erdogan est sorti vainqueur. Quelle que soit l’explication qu’on donne du putsch avorté, – encore une fois, explication d’une importance très marginale, – il reste que l’appréciation générale, comme on l’a dit, est de voir les liens USA-Turquie sortis très endommagés, d’autant plus que s’est engagée une partie de bras de fer dans la communication, avec perte de face à la clef pour qui céderait. Erdogan veut Gülen, les USA répondent pour l’instant qu’il faut des preuves pour exiger une extradition, et l’on peut raisonnablement conjecturer que si Gülen est vraiment un précieux “CIA’s asset” en même temps qu’un proche de Clinton par la filière chérie Abedin, il va bientôt y avoir un verrouillage US à cet égard. La tension USA-Turquie se mesure notamment au bouclage et à “la prise en otage” par les Turcs de la base de Incirlink, maillon stratégique majeur de l’interventionnisme US dans la région. Pour l’appréciation générale, que le coup soit d’un cru false flag ou pas, et mis à part les réalignements et renforcements internes avec l’affrontement extra-transatlantiques Erdogan-Gülen, l’évaluation très majoritaire est que la séquence est une lourde défaite pour les USA, sinon pour l’OTAN (et l’UE), et une victoire pour la Russie. On peut lire notamment, dans ce sens, MK Bhadrakumar, Peter Lavelle et Israël Shamir.

- ... C’est dire si, avec Erdogan, et avec Clinton certes, on ne s’ennuie jamais. Le dictateur-postmoderne Erdogan est devenu, avec ce coup et après des années d’errances interventionnistes jusqu’à la tension antirusse extrême où l’on alla jusqu’à parler de conflit armé il y a six ou sept mois, un dictateur-post-postmoderne avec une nouvelle politique extérieure en cours d’élaboration. Tout cela va mettre un peu plus dans l’embarras l’UE et ses réfugiés-migrants, et les divers autres compères du bloc BAO, d’autant que l’on pourrait être en mesure d’attendre désormais une franche et triomphante rencontre Erdogan-Poutine.

 

Les USA sont effectivement coincés dans leurs liens adultérins et reptiliens avec Gülen, et aussi vis-à-vis d’Erdogan, avec en plus les embarras consécutifs aux complications d’un pouvoir washingtonien multipolaire. Le nonchalant et très-humanitaire BHO avait d’abord, dans les premières heures de l’opération, averti les militaires pseudo-putschistes qu’il fallait respecter les normes démocratiques... Puis, les instructions de la CIA étant parvenues à destination, toute la communication officielle s’est retournée contre le couple Erdogan-Incirlink sur un ton sévère. Le Pentagone a un peu pédalé dans la semoule, annonçant que tout était normal à Incirlink et que les raids se poursuivaient, avant de laisser dire par un “officiel anonyme” que, finalement, pas du tout, Incirlink était quasiment pris en otage, avec ses précieuses bombes nucléaires B-61.

L’on parle donc d’un grand tournant de “réalignement stratégique” majeur. Nous serions réticents à employer de ces termes qui supposent une politique structurée et ordonnée, sans repousser un instant l’idée d’un changement important de l’orientation d’Erdogan, l’épisode des deux derniers jours devant faire de la réconciliation avec la Russie un événement beaucoup plus sonore mais dont les prémisses étaient déjà complètement en place. Nous penserions que les conséquences, y compris de ce rapprochement, seraient plutôt de l’ordre de l’accroissement du chaos (ce qui n’est pas mauvais en soi) plutôt qu’une perspective d’un nouveau rangement. Erdogan est et reste un partenaire instable ; il est bien entendu beaucoup plus avantageux pour les Russes de le voir de leur côté, et même éventuellement, de le voir modifier sa politique syrienne, mais cela paraît de toutes les façons insuffisant pour faire penser à un apaisement de la tension dans la région, moins encore à une remise en ordre générale.

Les effets par rapport au chaos en accroissement pourraient être, d’une façon plus affirmée, nettement louables et bénéfiques sur le front du bloc BAO, notamment en fragilisant considérablement l’OTAN et l’UE pour des raisons différentes, mais essentiellement pour ces deux organisations parce tout frein à une cohésion de ses membres pour quelque raison que ce soit (stratégique pour l’OTAN, migratoire pour l’UE) suscite un effet déstructurant majeur dans le cadre de structures déjà fortement ébranlées. La même chose peut être dite des structures de sécurité des USA, avec les menaces contre la base d’Incirlink qui doivent effectivement être vécues comme un danger majeur aussi bien pour l’érosion de l’influence US que pour le fonctionnement de la machinerie d’hégémonie stratégique du Pentagone. Enfin, le même effet d’accentuation du chaos du fait de la politique US de l’administration doit se manifester sur la scène intérieure, où Trump a déjà exploité les évènements de Turquie comme le résultat de la déstabilisation que ne cesse de susciter cette même politique.

Encore n’a-t-on pas vu le “facteur-Gülen” jouer à plein, tant s’en faut : si cette affaire devient vraiment un enjeu de communication important entre la Turquie et les USA, les diverses manigances autour de Gülen, y compris les liens de Clinton avec lui et l’implication de Clinton dans des réseaux islamistes que cela implique, devraient jouer un rôle polémique non négligeable. Cela est d’autant plus notable que, cette fois, au contraire d’autres interventions d’Erdogan auprès des USA à propos de Gülen, Erdogan semble vouloir aller jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’à une crise ouverte avec les USA, notamment parce qu’il est persuadé, à juste raison ou pas, que la stabilité de la nouvelle puissance de son pouvoir dépend complètement de l’élimination de Gülen. Dans ce cas, il y aurait effectivement une crise extrêmement dure avec les USA puisque les deux acteurs antagonistes se trouveraient porteurs d’un enjeu de communication engageant leur prestige et leur influence.

Il y a, une fois de plus, la démonstration de la remarquable imbrication, quasiment systématiquement, des affaires intérieures dans leur aspect le plus déstabilisant, et des affaires extérieures dans leur sens des changements les plus radicaux. L’exemple est ici très remarquable, que ce coup d’État raté ait potentiellement comme un des effets possibles d’interférer dans la campagne présidentielle US dans le domaine déjà bien rempli de la corruption politique et des liens incestueux de candidats, c’est-à-dire de la candidate bien connue, avec des personnalités et des organisations du type lié d’une façon ou l’autre au bouillonnement islamique. La globalisation joue à plein, dans tous les sens.

 

Mis en ligne le 17 juillet 2016


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 18 juillet 19:40

    l’article développe le « putch Gullen » mais ignore superbement le« false flag Erdogan » !

    BIZARRE ! comme c’est étrange .....


    • Milla (---.---.1.10) 19 juillet 01:52

      @jef88 Bien sûr !

      C’est un coup d’état monté pour permettre à Erdogan d’arrêter ses opposants.


    • V_Parlier V_Parlier 20 juillet 14:36

      @jef88
      Il ne l’ignore pas. Il précise que le résultat est de toute façon le même et que c’est ça qui est important au niveau des conséquences en géopolitique. Pour ma part, j’admets que si ça torpille l’OTAN c’est déja une bonne chose, qu’il s’agisse ou non d’un false-flag d’Erdogan (se rendant compte des conséquences de ses bêtises monumentales des dernières années pour son pays à présent en quasi-guerre civile).


    • lsga lsga 18 juillet 20:00

      Le rôle des puissances imperialistes US et Russe ont été inversés depuis la chute du mur.

      Les USA soutiennent les révolutions, les russes organisent des coups d’États.

      Le risque de Révolution colorée étant très élevé en Turquie, les Russes ont préféré la devancer en organisant un coup d’État, quite à le rater et à renforcer le pouvoir actuel.

      Basta. Ça ne va pas chercher plus loin.


      • berry 19 juillet 08:26

        @lsga

        Bien essayé.
         


      • trobador 19 juillet 22:02

        @lsga

        J’espère que tu es bien payé pour dire des saloperies pareilles. La Russie n’est pas une puissance impérialiste. Par contre la « révolution » des USA en Ukraine, c’est 2,2 millions de russophones qui ont dû fuir le régime pro nazi des US et de l’UE vers la Russie. Des dizaines de milliers de femmes, d’enfants et de vieux qui doivent à l’est de l’Ukraine, vivre dans la guerre permanente menée par tes révolutionnaires nazis. Une derniere chose, petit nazi d’LSGA, je voudrais te voir crever ordure !


      • Daniel Roux Daniel Roux 19 juillet 08:21

        Les nations et leurs citoyens sont les victimes des complots, désinformations, coups de force, déstabilisations inhérent au Grand Jeu auquel se livre les grandes puissances.

        Hélas pour les millions de victimes des bombardements, déplacements forcés, destructions des biens, désertification, pollutions des terres et des eaux, traumatismes en tout genre, les grandes manœuvres des 19ème et 20ème siècles continuent au 21ème siècle.

        L’Empire Anglo-saxon, l’Empire Russe, l’Empire Chinois, se disputent les régions et les richesses du monde dans une guerre permanente. Les populations, sous prétexte de lutte contre le « terrorisme » sont soumises à un contrôle de plus en plus étroit et contraignant.

        Le terme « terrorisme » désigne tout à la fois les ennemis extérieurs et intérieurs. Par exemple, Erdogan nomme ainsi les Kurdes, les putschistes et finalement, tous ses opposants.

        Tout se passe comme si le cauchemar décrit dans le livre : 1984 d’Orwell, devenait la réalité.

        Les Français ne sont pas épargnés, ils sont même les deux pieds dedans.

        Réveillez-vous ! Il est presque déjà trop tard.


        • hermes123 (---.---.241.1) 19 juillet 08:44

          Les communistes, les kémalistes, les fascistes, les démocrates dérangent beaucoup moins Erdogan que les partisans de Gülen parce que c’est AU SEIN de l’islam turc qu’ils contestent son autorité. Voilà pourquoi Erdogan veut la peau de Gûlen quitte à voir sa main dans tout mouvement de contestation à son égard. L’avenir nous dira si les putschistes (que je crois manipulés depuis le début par la clique d’Erdogan) sont deskémalistes ou des gülenistes.


          • fred.foyn Le p’tit Charles 19 juillet 08:58
            Putsch avorté grâce aux services secrets américain...Le « Loukoum-Dictateur » de Turquie est soutenu par les USA (Turquie : l’accès à une base abritant des armes nucléaires américaines bloqué, l’électricité coupée Les autorités turques ont communiqué à leurs homologues américains que l’espace aérien restera fermé jusqu’à ce que les forces pro-gouvernementales reprennent le contrôle total de la situation régionale, après la tentative de coup d’Etat qu’a vécu le pays le 15 juillet.)

            • zygzornifle zygzornifle 19 juillet 12:59

              bientôt un film Hollywoodien .....


              • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 19 juillet 16:12

                Une autre analyse intéressante sur le coup d’Etat manqué en Turquie.

                http://lesakerfrancophone.fr/coup-detat-en-turquie


                • emphyrio 19 juillet 17:10

                  Merci pour le partage : Dedefensa mérite d’être largement diffusé pour la profondeur de ses analyses et la qualité de ses sources.


                  • JMBerniolles 19 juillet 19:04
                    Oui effectivement, comme souvent, l’analyse de TheSaker est particulièrement pertinente.

                    J’ajouterai que Thierry Meyssan dit depuis longtemps que les américains veulent se débarrasser d’Erdogan.

                    Dans le vision américaine il n’y a pas de place pour le mouvement populaire.
                    Il ont oublié qu’Erdogan est un frère musulman, qu’il contrôle des organisations comme les « Loups gris », donc qu’il peut mobiliser suffisamment de gens pour freiner une action mal conçue ..... Beaucoup d’erreurs ont été commises dans ce coup qui a tourné au fiasco.

                    Malgré tout Erdogan en ressort très affaibli. Les purges paralyseront son armée, notamment dans la répression contre les Kurdes. Il a un besoin urgent de redresser la situation économique parce qu’en cas de grave crise il perdra la majorité de ses soutiens populaires.

                    Ses relations avec les USA sont définitivement hypothéquées par cette affaire.

                    Il doit donc impérativement se tourner vers la Russie qui est en position de force vis à vis de lui.
                    C’est une bonne nouvelle pour les syriens et les kurdes.....



                    • JMBerniolles 19 juillet 20:50
                      Sur ces questions la un des analystes les plus performants est le Professeur William Engdhal...


                      Il parle d’action désespérée de la CIA à juste titre.
                      Il sait que le statut en Amérique de Fethullah Gülen est contrôlé par la CIA.

                      Les choses se précipitent en Syrie et aux alentours pour créer un état de fait et un rapport de force avant qu’Hillary Clinton n’arrive au pouvoir.







Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès