Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Qui se cache derrière la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez ?

Qui se cache derrière la bloggeuse cubaine Yoani Sánchez ?

 Yoani Sánchez, célébrissime bloggeuse havanaise, est un personnage à part dans l’univers de la dissidence cubaine. Jamais aucun opposant n’a bénéficié d’une exposition médiatique aussi massive ni d’une reconnaissance internationale d’une telle dimension en si peu de temps.

 Après avoir émigré en Suisse en 2002, Yoani Sánchez a choisi de rentrer à Cuba deux années plus tard, en 2004. En 2007, elle décide d’intégrer l’univers de l’opposition à Cuba en créant son blog Generación Y, et devient un farouche détracteur du gouvernement de La Havane.

Jamais aucun dissident à Cuba – peut-être même dans le monde – n’a obtenu autant de distinctions internationales en si peu de temps, avec une caractéristique particulière : elles ont rapporté à Yoani Sánchez assez d’argent pour vivre tranquillement à Cuba jusqu’à la fin de ses jours. En effet, la bloggeuse a été rétribuée au total à hauteur de 250 000 euros, c’est-à-dire une somme équivalant à plus de 20 années de salaire minimum dans un pays tel que la France, cinquième puissance mondiale. Le salaire minimum mensuel à Cuba étant de 420 pesos, c’est-à-dire 18 dollars ou 14 euros, Yoani Sánchez a obtenu l’équivalent de 1 488 années de salaire minimum à Cuba pour son activité d’opposante.

Yoani Sánchez est également en étroite relation avec la diplomatie étasunienne à Cuba comme l’indique un câble, classé « secret » en raison de son contenu sensible, émanant de la Section d’Intérêts nord-américains (SINA), rendu public par Wikileaks. Michael Parmly, ancien chef de la SINA à La Havane, qui se réunissait régulièrement avec Yoani Sánchez dans sa résidence diplomatique personnelle, comme l’indiquent les documents confidentiels de la SINA, a fait part de son inquiétude au sujet de la publication des câbles diplomatiques étasuniens par Wikileaks : « Je serais vraiment ennuyé si les nombreuses conversations que j’ai eues avec Yoani Sánchez venaient à être publiées. Elle pourrait en payer les conséquences toute sa vie ». La question qui vient inévitablement à l’esprit est la suivante : pour quelles raisons Yoani Sánchez serait-elle en danger si ses agissements, comme elle l’affirme, respectent le cadre de la légalité ?

En 2009, la presse occidentale avait grandement médiatisé l’interview que le président étasunien Barack Obama avait concédée à Yoani Sánchez, ce qui était considéré comme étant un fait exceptionnel. La bloggeuse avait également affirmé qu’elle avait fait parvenir un questionnaire similaire au président cubain Raúl Castro et que ce dernier n’avait pas daigné répondre à la sollicitation. Néanmoins, les documents confidentiels émanant de la SINA, rendus publics par Wikileaks, mettent à mal ces déclarations.

On y découvre qu’en réalité ce fut un fonctionnaire de la représentation diplomatique étasunienne à La Havane qui s’était chargé de rédiger les réponses à la dissidente et non le président Obama. Plus grave cependant, on apprend que Yoani Sánchez, contrairement à ses affirmations, n’a par ailleurs jamais fait parvenir de questionnaire à Raúl Castro. En effet le chef de la SINA Jonathan D. Farrar a confirmé cette réalité dans une missive expédiée au Département d’Etat : « Elle n’attendait pas de réponse de ce dernier, car elle a confié qu’elle ne les [les questions] avait jamais transmises au Président cubain ».

Le compte Twitter de Yoani Sánchez

 En plus du site Internet Generación Y, Yoani Sánchez dispose également d’un compte Twitter et revendique plus de 214 000 suiveurs. Seuls 32 d’entre eux habitent réellement Cuba. De son côté, la dissidente cubaine suit elle-même plus de 80 000 personnes. Sur son profil, Sánchez se présente de la façon suivante : « Bloggeuse, je réside à La Havane et je raconte ma réalité par bribes de 140 caractères. Je twitte via sms sans accès Internet ».

 Cependant, la version de Yoani Sánchez est difficilement crédible. En effet, il est rigoureusement impossible de suivre plus de 80 000 personnes, uniquement par sms ou à partir d’une connexion hebdomadaire à Internet depuis un hôtel. Un accès quotidien au web est indispensable pour cela.

 La popularité sur le réseau social Twitter dépend du nombre de suiveurs. Plus ils sont nombreux, plus le compte gagne en exposition. De la même manière, il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes suivies et la visibilité de son propre compte. La technique qui consiste à suivre de nombreux comptes est communément utilisée à des fins commerciales ainsi que par la classe politique lors de campagnes électorales.

Le site www.followerwonk.com permet d’analyser le profil des fans de tout membre de la communauté Twitter. L’étude du cas Yoani Sánchez est révélatrice à plusieurs égards. Une analyse des chiffres du compte Twitter de la bloggeuse cubaine, réalisée à travers le site, révèle, à partir de 2010, une impressionnante activité du compte de Yoani Sánchez. Ainsi, à partir de juin 2010, Sánchez a rejoint en moyenne plus de 200 comptes twitter par jour, avec des pics pouvant atteindre 700 comptes en 24 heures. A moins de passer des heures entières sur Internet à cela – ce qui semble hautement improbable – il est impossible de s’abonner à autant de comptes en si peu de temps. Il semble donc que cela a été généré de manière informatique.

De la même manière, l’on découvre que près de 50 000 suiveurs de Yoani Sánchez sont en réalité des comptes fantômes ou inactifs, qui créent l’illusion que la bloggeuse cubaine jouit d’une grande popularité sur les réseaux sociaux. En effet, des 214 063 profils du compte @yoanisanchez, 27 012 sont des coquilles vides (sans photo) et 20 600 revêtent les caractéristiques de comptes fantômes avec une activité inexistante sur le réseau (0 à 3 messages envoyés depuis la création du compte).

Ainsi, parmi les comptes fantômes qui suivent Yoani Sánchez sur Twitter, 3 363 ne disposent d’aucun suiveur et 2 897 suivent uniquement le compte de la bloggeuse, ainsi qu’un ou deux autres comptes. De la même manière, certains comptes présentent des caractéristiques assez étranges : ils ne disposent d’aucun fans, suivent uniquement Yoani Sánchez et ont émis plus de 2 000 messages.

Cette opération destinée à créer une popularité fictive via Twitter est impossible à effectuer sans accès à Internet. Elle nécessite également un soutien technologique ainsi qu’un budget conséquent. Selon une enquête réalisée par le quotidien mexicain La Jornada, intitulée “El ciberacarreo, la nueva estrategia de los políticos en Twitter”, sur des opérations de cette nature impliquant des candidats présidentiels mexicains, de nombreuses entreprises présentes aux Etats-Unis, en Asie et en Amérique latine, offrent ce service de popularité fictive à des prix élevés. « Pour une armée de 25 000 suiveurs inventés sur Twitter, on paye jusqu’à 2 000 dollars, et pour 500 profils utilisés par 50 personnes, le prix fluctue entre 12 000 et 15 000 dollars.

Yoani Sánchez émet une moyenne de 9,3 messages par jour. En 2011, la bloggeuse a publié environ 400 messages par mois. Le prix d’un message à Cuba est de 1 peso convertible (CUC, = $0.85), ce qui représente un total de 400 CUC mensuels. Le salaire minimum à Cuba étant de 420 pesos cubains, c’est-à-dire environ 16 CUC, Yoani Sánchez dépense chaque mois l’équivalent de 25 mois de salaire minimum à Cuba. A titre de comparaison, le revenu minimum étant d’environ 1 000 euros en France. Ainsi, la bloggeuse dépense à Cuba une somme correspondant à l’équivalent de 25 000 euros par mois sur Twitter, c’est-à-dire 300 000 euros par an. D’où proviennent les ressources nécessaires à ces activités ?

D’autres questions surgissent inévitablement. Comment Yoani Sánchez peut-elle suivre plus de 80 000 comptes Twitter sans un accès permanent à Internet ? Comment a-t-elle pu adhérer à près de 200 comptes différents par jour en moyenne depuis juin 2010, avec des pics dépassant les 1 000 comptes ? Combien de personnes suivent réellement les activités de l’opposante cubaine sur le réseau social ? Qui finance la création des comptes fictifs ? Dans quel but ? Quels sont les intérêts qui se cachent derrière la figure de Yoani Sánchez ?

 

*Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est enseignant chargé de cours à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, et l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son dernier ouvrage s’intitule État de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, Éditions Estrella, 2011 (prologue de Wayne S. Smith et préface de Paul Estrade). 


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • vivacuba vivacuba 21 mai 2012 13:31

    Merci, Monsieur Lamrani pour ce nouvel article qui remet un plus les pendules à l’heure au sujet de Cuba.

    Pour moi , Yoani Sanchez n’est qu’une fantoche au service et à la solde des anti-cubains de tout ordre .

    J’ai, par curiosité parcouru ses écrits : cette jeune femme fait un énorme travail de désinformation sur la réalité cubaine ( que je connais assez bien, me semble t-il).

    J’aurais juste aimez que vous répondiez plus clairement aux deux derniéres questions que vous posez : Qui finance la création des comptes fictifs ? Dans quel but ? Quels sont les intérêts qui se cachent derrière la figure de Yoani Sánchez ?

    Ceci , afin que vos lecteurs mesurent à quel point cette femme ne mérite aucune des distinctions qu’elle a reçue !!!

    Cette femme ne mérite que du mépris !!!

     


    • Chiitedeservice subcommandante 27 mai 2012 01:41

      Une petite conférence sur Cuba de 2 heures bien sympa : cuba


    • mortelune mortelune 21 mai 2012 15:19

      Merci pour votre article. 

      Je me rappelle l’histoire d’une fausse blogueuse Syrienne qui faisait les gros titres dans les merdias français, notamment sur France24. 

      La blogueuse syrienne « enlevée » était... un étudiant américain
      « Un étudiant américain installé en Ecosse a révélé dimanche qu’il était l’auteur du blog présenté comme celui d’une jeune Syrienne lesbienne, Amina Abdallah, devenue célèbre grâce à ses prises de positions en faveur de la démocratie, rapporte lundi 13 juin le Guardian. »

      > Comble de la manipulation, même une fois découvert et pour faire passer la pilule, Amina Abdallah devient un étudiant. Cela lui donne l’image de l’innocence qui l’excuse de la bêtise faite. En fait MacMaster, l’étudiant en question a 40 ans au moment des faits (mais cela personne le crie sur les toits). 


      • insomnia insomnia 27 mai 2012 00:42

        @ Mortelune ;

        Je suis en accord avec vous puisque il suffit parfois d’acheter certains du peuples. Bonjour le réveil pour les autres !!!!!!!


      • Le péripate Le péripate 21 mai 2012 15:23

        Quand rien ne marche un peu de diffamation peut être d’une certaine utilité.

        A Cuba, tout est beau. Pourquoi oser en douter ?


        • JL JL1 21 mai 2012 15:26

          Oui oui, péripate,

          Cuba ... ,

          Haïti c’est mieux, hein !


        • mortelune mortelune 21 mai 2012 15:34

          « Pourquoi oser en douter ? »

          Mais personne n’en doute cher ami... Il n’y a que Yoani Sanchez et ces maitres qui en doute.
          Aux états unis aussi tout est beau. Pourquoi oser en douter ?

        • Le péripate Le péripate 21 mai 2012 15:42

          Il y a aussi la planète Mars. Personnellement je ne connais pas. Il ne faut pas dire du mal de Cuba et de son régime ? Pourtant ce serait bien étonnant que ce soit parfait. Non ?


        • Robert GIL ROBERT GIL 21 mai 2012 15:47

          A Cuba, le taux d’alphabétisation est de 99,8 % ,la mortalité des moins de cinq ans de 6,6% et l’espérance de vie de 77,7 ans( rapport Amnesty International).Tous les enfants sont scolarisés et soignés gratuitement. Il n’existe aucun milliardaire, la société est basée sur le non profit, et les dirigeants n’ont pas de compte en Suisse ou de villa sur la côte d’azur, et ça aucun pays capitaliste ne peut le supporter ! Qu’un pays pauvre ne livre pas sa population aux appétits du capital est un crime !

          Pour en savoir plus peripate voici :
          http://2ccr.unblog.fr/2010/10/20/viva-cuba/


        • Le péripate Le péripate 21 mai 2012 15:55

          Oui c’est formidable et ça n’a rien à voir bien sûr avec le fait que Cuba était déjà très haut dans ces statistiques avant la révolution cubaine. Vérifiez, gapminder par exemple.

          Mais quand même, tout ne peut pas être parfait, et on a bien le droit de trouver quelques trucs moches, comme les magasins réservés par exemple. Et de ce point de vue la lecture de ce blog est très intéressante. smiley


        • foufouille foufouille 22 mai 2012 10:54

          on a des magasins reserves en france
          les epiceries « solidaires »
          en zunie 46 millions de gens vivent avec des bons alimentaires

          merveilleux


        • Michel Maugis Michel Maugis 22 mai 2012 17:45

          @Le Peripate.


          Donc vous reconnaissez être une belle crapule pour oser dire que la diffamation est utile !

          bien sûr qu’ elle est utile pour les crapules qui savent avoir un QI plutôt minable pour démontrer avec un raisonnement la véracité de leurs assertions.

          personne ne dit qu’ à CUBA tout est beau. Par contre par vos calomnies et petits commentaires ridicules vous diffamer ce grand esprit qui est votre avatar.

          Mais allez y, prenez votre plume et écrivez nous un article avec le millième d’ intelligence que l’on trouve chez M. Lamrani.

          Allez y pôvre minable à vomir.

        • asterix asterix 29 mai 2012 12:27

          Mr Maugis,
          Ne sauriez-vous ne fut-ce qu’une fois contredire vos adversaires autrement que par des injures ? Le Peripate, l’enfoiré et tous les autres. Bizarrement, vous m’épargnez. Auriez-vous peur de mon expérience pratique ? Serai-je, contrairement à vous resté le coeur à gauche ?
          J’adore Cuba, le vrai, celui que vous ne connaissez pas.
          Et qui aime bien châtie bien.
          Vous châtiez remarquablement le peuple
          Moi, je châtie la Fidel Company, cette dictature d’apartheid.
          Nous ne devons pas vivre sur la même planète...


        • mortelune mortelune 21 mai 2012 15:31

          Dans les mains de certaines personnes internet devient une arme de destruction massive. Moins polluante que la bombe H mais tout aussi mortelle sur le long terme. A balancer des informations truquées les pseudos blogueurs participent à la manipulation de masse. 

          Ce qui est remarquable c’est la rapidité du nombre croissant de visites de leur site. Celui d’une amie ne dépasse pas 30 visites par jours. ;o))

          • leypanou 21 mai 2012 15:31

            @auteur :

            Merci pour votre article, surtout pour ceux qui ne connaissent pas bien les méthodes de l’empire etats-unien ou pour discréditer ses ennemis réels ou factices ou pour « faire mousser » les ennemis de ses ennemis, quitte à les fabriquer artificiellement (les exemples foisonnent).

            Je conseille aux lecteurs de lire N Chomsky pour ceux qui ne le connaissent pas encore, en particulier « Propaganda and the public mind ». Beaucoup de ses ouvrages sont disponibles en français, même si le mieux est de les lire en anglais.


            • spartacus spartacus 21 mai 2012 16:24

              Pour info cette femme est séquestrée dans son pays, si Amnesty International n’existait pas il y a longtemps qu’elle aurai été exécutée ! 


              Un blog très intéressant ce generationy

              Quand à la propagande de l’auteur c’est a mourir de rire, si ce n’était grave de voir de tels textes. 
              Attaquer la forme pour ne pas parler du fond de ces articles très intéressants de Yoani Sánchez

              Si c’est si idéal a Cuba, pourquoi la population cherche à s’enfuir ?
              Les prisonniers politiques seraient l’imagination des USA ?
              Il n’y aurait jamais eu de déportés des familles opposantes à Cuba ?
              Les prisonniers politiques, et les prisons politiques seraient toutes des inventions ?
              Les prisonniers politiques de Cuba seraient le fruit de l’imagination de Amnesty International ?
              Les procès« de Moscou »(sans preuves) n’existeraient pas ?
              Il n’y aurai aucun prisonnier en grève de la fain actuellement ?
              Il n’existerai pas des lois qui permettent d’interner n’importe qui ?
              Les défenseurs des droits de l’homme ne seraient pas inquiétés et vivraient en liberté ?
              Les journalistes ne seraient jamais arrêtés et pourraient faire ce qu’ils veulent ?

              Arrêtez de prendre les gens pour des cons !

              • vivacuba vivacuba 21 mai 2012 17:00

                Pauvre Spartacus ;

                Ton post est bien triste ,à l’image de tout ceux qui nie l’évidence.Ecoutes nous !, vas passer quelques temps à Cuba, chez les cubains, et tu verras...

                Ton discours n’est qu’une pâle littérature anti- cubaine de base.

                Eléves- toi ! Reléves- toi camarade.

                Cuba et les cubains ont bien moins à rougir que la grande majorités de nos pays capitalistes....


              • Guilhaume 21 mai 2012 17:22

                Les prisonniers politiques dont vous parlez sont peut être coupables de haute trahison... Bref, c’est un crime punit dans tout les pays du monde (http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_trahison). La question manquante serait : qu’elle est la définition d’un opposant/prisonnier politique à Cuba. Un membre d’un parti dissident, ou un type payé par une puissance étrangère pour renverser le pouvoir en place ?

                Peut on interner n’importe qui avec le Patriot Act, est-ce possible d’être interné sans procès en France si on est considéré comme terroriste ? Je suis preneur de réponses sourcés.

                Un point de vue personnel : je n’aimerais pas vivre sur une île subissant un embargo...http://fr.wikipedia.org/wiki/Embargo_des_%C3%89tats-Unis_contre_Cuba


              • asterix asterix 21 mai 2012 17:56

                Je rejoins entièrement l’avis de Spartacus. Si Yaoni Sanchez n’avait pas été si célèbre, cela fait longtemps qu’elle aurait disparu. Les méthodes de la Fidel Company sont démentes de simplicité : on ne peut pas la faire taire sous peine de s’attirer un tollé international, alors on la salit tant que faire se peut et pour ce faire, tous les arguments sont bons, n’est-ce pas ?
                .
                Monsieur l’auteur, votre propagande commence à bien faire. Vous êtes d’une fausseté confondante ( preuve en est, votre article récent sur Chavez où vous vous ( le ? ) plaigniez d’avoir vu ses paroles détournées. Mais vous n’avez même pas relevé que ce dernier a supprimé toute possibilité d’accès aux médias à son opposition.
                Normal : le communisme a ceci d’effrayant qu’il ne tolère aucune autre expression que la sienne. Même Sarko - que dis-je Copé - n’oserait pas en faire le dixième, sous peine de se faire descendre en flammes
                Vous avez droit à la parole, je le concède. Mais alors, arrêtez de critiquer de manière mensongère qui ne pense pas comme vous, ce qui est manifestement le cas de Madame Sanchez ( avec l’aide pas du tout désintéressée de la Louve de Miami, c’est clair aussi ). Bien sûr, votre argumentation réjouit les esprits faibles et autres propagandistes du genre de Gil qui intervient à chaque fois avec les mêmes arguments. Il a tout compris : la répétition donne raison. Du bla-bla, rien que du bla-bla anônné à longueur de colonnes. Le taux d’alphabétisation ( pour quoi lire, sinon les mensonges de la Gramna et les pensées ( ? ) de cette brute de Ché Guevara trahie y compris par son ex-copain Fidel ). L’espérance de vie et la magnifique médecine gratuite. FAUX !!! Il n’y a pas un médicament dans vos super-hôpitaux, et vos bons docteurs ( sauf ceux envoyés à l’étranger ( sans leur famile pour qu’on soit bien sûr qu’ils ne dévient pas d’un pouce ) et ceux réservés à la nomenklatura sont formés en deux ans. Tenez, je me souviens encore d’un pauvre type qui souffrait d’une triple fracture du bras pour s’être fait écraser par une machine agricole dans la province de Camaguey. Il avait été guéri, bien guéri : on lui a simplement hâché le membre au niveau de l’épaule, avant de le renvoyer chez lui sans la moindre indemnité. Ca, ce n’est pas de la propagande mais une réalité que j’ai vue de mes propres yeux. Le membre supurait encore et il était étendu sur une paillasse d’on n’aurait même pas voulu mon chien. Vous pouvez m’accuser de mentir, je m’en fous, j’ai ma conscience pour moi.
                Tout le reste est à l’avenant...
                Votre propagande intolérable ne fait que pousser dans votre sens les esprits faibles, mais votre position ne reflète absolument pas la situation réelle du peuple cubain. Au lieu de vous apesantir sur les défauts - réels ou supposés - de Madame Sanchez, creusez plutôt la situation faite aux opposants, à tous ceux qui sont envoyés en taule pour avoir émis une opinion différente à celle du pouvoir ( forcément idyllique ) en place ?
                SILENCE, GRAND SILENCE : vous critiquez ( c’est votre droit ) mais vous faites totalement abstraction de toute autre position que la vôtre.en manipulant de manière éhontée.
                Moi, j’ai vécu 4 ans à Cuba. Pas avec des gens du Parti, mais avec le peuple, celui qui doit se taire, qui ne peut que se taire. La vérité, c’est que ce peuple est sous le joug, crève de faim, dominé par une dictature effroyable.
                Votre réponse, je la connais déjà : Asterix, vous êtes un suppôt de la propagande américaine, du capitalisme. Cela vous évite d’aller au fond des choses.
                Je vous traiterais de crétin que ce serait encore trop gentil pour vous.
                Vous êtes cent fois pire en véhiculant votre désinformation éhontée.
                Je suis loin d’être pour l’embargo mais savez-vous ( bien sûr que vous le savez ! ) que les Américains que je déteste autant que vous, ont toujours dit qu’ils le lèveraient le lendemain du jour où le Parti - vous le connaissez, celui des corrompus, des voleurs - autorisait des élections libres sur l’île. Répondez à cela, Monsieur le rhétoricien du régime.
                Répondez, por favor !!!
                Vous êtes tellement manipulateur que vous ne communiquez JAMAIS avec aucun intervenant, a fortiori lorsqu’il vous pose les vraies questions.
                Tiens, à propos : pourquoi le peuple cubain ne connaît pas Internet ?
                Parce qu’il fait la file devant les magasins d’état. Des magasins toujours vides parce que la gent communiste et tous ses affidés, ceux que vous défendez, ont tout volé avant et qu’il ne reste plus que la merde pour qui n’est pas du Parti ( 80 pour cent de la population, ne vous en déplaise )...
                Et tout le reste est à l’avenant....
                Alez dans viotre paradis et surtout n’en revenez pas : vous y serez honoré comme tout menteur qui se doit. Vous aurez une belle maison, une Lada grand’luxe et surtout le droit de maltraiter tous les insectes qui ne sont pas de votre bord.
                Vous êtes un danger public, Monsieur !


                • asterix asterix 21 mai 2012 18:18

                  Je sus désolé de n’avoir pu me relire , mais les lignes laotiennes dont je dépends sont très faibles aujourd’hui, ce qui m’a obligé à écrire d’une traite.
                  Le Laos ? Un vrai pays communiste qui n’estime pas indispensable de brimer tout qui ne cire pas les godasses des autorités en place. Une différence fondamentale avec Cuba qui m’a foutu dehors pour avoir osé dénoncer le vol du matériel médical que je devais offrir à la population. Tout n’est pas parfait ici - le pays est trop pauvre pour cela. Mais, preuve en est, j’ai au moins le droit de dire ce que j’y vois et ce que je pense.
                  Et globalement, je n’en pense que du bien, ne vous en déplaise.
                  Dans mon esprit, cela ne fait aucun doute : si mon intervention avait été écrite depuis La Havane, endéans le quart d’heure la Securitad aurait déjà été à ma porte.


                • L'enfoiré L’enfoiré 21 mai 2012 22:44

                  Il n’y a pas tellement de pays que j’ai visité et qui soit sorti de mes envies de retourner.
                  Cuba en fait partie. J’attends un autre régilme.
                  Connaissez vous cette affaire d’un touriste belge ?


                • Michel Maugis Michel Maugis 22 mai 2012 19:16

                  Tiens donc, l’ enfoiré qui a fait disparaître ma réponse concernant ce pédophile .


                  Oser se plaindre qu’ à Cuba on sait reconnaître les pédophiles et leur donner ce qu’ ils méritent. Pas comme en Belgique.

                  Car il faut bien lêtre enfoiré pour donner un lien et ne pas être capable d’ y voir une défense de la pédophilie, oser donner ce lien sans présenter la réponse de Cuba, et sans même la chercher.

                  Finallement, l’ enfoiré c’ est bien sur qui il faut taper pour éviter le changement ver ses commentaires hypocrites et lâches ( pléonasme).

                  Qu’ il sache qu’ à Cuba, contrairement à se qui se passe en Belgique, il y a un véritable combat contre la pédophilie, et surtout leurs promoteurs touristes Belges alléchés par les calomnies et propagande des enfoiréset qui voudraient faire croire qu’ ils sont tombés dans un piège alors qu’ ils répondent à leur propre propagande du « paradis sexuel » à Cuba.

                  Qu’ il sache qu’ à Cuba la majorité sexuelle est reconnue à 16 ans. 

                  Il fallait être vraiment belge pour oser embrasser et offrir de l’ argent à des petites filles et croirent qu’ elles avaient plus de 18 ans !! 

                  et bien sûr les enfoirés défendent ces pédophiles.

                • L'enfoiré L’enfoiré 27 mai 2012 16:53

                  « et bien sûr les enfoirés défendent ces pédophiles »
                  Bien sûr on a des avocats spécialisés pour cela.
                  Vous voulez des noms ?
                   


                • spartacus spartacus 21 mai 2012 21:13

                  Les « cocos des tropiques », vous pouvez indiquer a quels type de prisonniers sont à la prison 5,5 situé à ce kilomètre précis de l’autoroute Pinar Del Rio ?

                  Quel type de torture y fait on encore ?
                  Parlez nous aussi de la prison GII de Santiago de Cuba, de Kilo 7 à Camarguey, ou Boniato ou celle de Guanegey. Citées par Amnesty International pour y avoir des prisonniers politiques. 
                  Des camps de travail Arco Iris de Santiago de Las Végas de Cuba, ou Nueva vida au sud est de l’ile.

                  Parlez nous du nombre d’homosexuels recensés, et expliquez nous pourquoi ils n’ont comme adresses que des prisons et son pourchassés pour déviance.

                  Parlez nous des chantiers « front ouvert » de prisonniers politiques qui ont construit la moitié des écoles. 

                  Mieux ! Parlez nous des comités de quartier, qui ont détruit le lien social familial qui fait que père et mère ont peur de parler et subir une dénonciation.

                  Parlez nous des raisons qui font que 25% de la population vit en exil ?
                  C’est pas bizare selon vous ?
                  Parlez nous du fait que Yoan Sanchez ne peut se déplacer au Brésil pour une simple conférence et est assignée a résidence !

                  • vivacuba vivacuba 22 mai 2012 07:08

                    C’est épuisant de lire toujours les mêmes connerie des anti-cubains qui ne font que répéter ce qu’ils lisent et non ce qu’ils ont vu et vérifier de leur yeux !

                    Je vous le redis : partez à Cuba, vivez et parlez avec les cubains qui, oui , parlent et n’en ont pas peur ...

                    c’est fatgant et chiant car vous n’avez que le recul d’une presse qui porte la parole de tout les pays qui ne supportent pas que ce petit pays contiue à résister au capitalisme mondial.

                     


                  • vivacuba vivacuba 22 mai 2012 07:11

                    Et puis, non ! n’allez pas à Cuba... vous risqueriez de les polluer avec vos idéees nauséabondes et vous trouveriez bien le moyen de raconter que la joie de vivre des cubains est commandée par le gouvernement......


                  • asterix asterix 22 mai 2012 09:45

                    Vivre sur l’île du bonheur insoutenable, c’est exactement ce que j’ai fait, Mr VivaCuba ! Je vais même vous dire qu’en arrivant là-bas, j’étais convaincu que le modèle cubain était parmi les meilleurs au monde et il m’a fallu deux ans pour comprendre. Comprendre que personne n’ose parler tellement il craint son interlocuteur, comprendre le vol systématique de tout par les sbires du régime, comprendre que rien n’est plus dangereux qu’un petit chef qui vous prend en grippe, comprendre que la Seguritad est partout, comprendre ce qu’est la désespérance, le recours aux électrochocs, la faim, le bourrage de crâne, l’horreur avc un grand H
                    Etc... Etc... 
                    Pour confirmer ce qu’écrit Spartacus, j’ai eu l’occasion d’un jour discuter avec le directeur de l’unité de redressement de Pinar del Rio - il était l’époux de la soeur ainée de mon ex, elle-même psychologue de prison. Je l’ai bourré comme cochon et, une fois libéré par l’alcool, tout ce qu’il m’a sorti était purement effroyable. Des prisonniers foutus à poil par dizaines dans la même cellule, la dépersonnalisation organisée. Le comble, c’est lorsque ce monsieur m’a dit, en riant encore bien : beaucoup finissent par se précipiter sur les grillages électrifiés, il n’y a même pas besoin de les exécuter, ils choisissent la mort eux-mêmes. Notre rôle consiste à les dégoûter de la vie, nous sommes très expérimentés en la matière.
                    Puis il s’est remis à boire, sur mon compte bien entendu...
                    Dans votre monde, j’aurais sûrement subi le même sort. Dans le mien, vous avez droit à l’opinion, même mensongère, c’est là que réside toute la différence.
                    Non, nous ne connaissons pas le même Cuba, Monsieur.
                     


                  • vivacuba vivacuba 22 mai 2012 10:10

                    ET BIEN MONSIEUR JE PENSE QUE VOUS TIREZ VOS DIRES DE LECTURE MALSAINE ETQUE VOUS MENTEZ SUR VOTRE SEJOUR ....ou alors nous n’avons pas vécut dans le même pays :

                     

                    ET puis, arrétez de dévaloriser le peuple cubain.........ils ont fait une révolution, ils auraient largement pu en faire une seconde si ce que vous racontez t était véridique.........


                  • L'enfoiré L’enfoiré 22 mai 2012 12:06

                    "ET puis, arrétez de dévaloriser le peuple cubain.........ils ont fait une révolution, ils auraient largement pu en faire une seconde si ce que vous racontez t était véridique"

                    Mais qui vous parle de dévaloriser le peuple cubain ?
                    Vous voulez ce que j’ai écrit sur le sujet ? Le voici. Dégustez sans modération.


                  • L'enfoiré L’enfoiré 22 mai 2012 12:08

                    Et n’oubliez pas de lire les commentaires, dont le dernier qui parle de l’émission Thalassa de vendredi dernier


                  • oncle archibald 22 mai 2012 16:33

                    Et aussi puisqu’on parle de la mer, les parties de pêche à l’espadon avec des bateaux dont on vériifie soigneusement avant la sortie qu’ils n’ont pas assez de carburant pour aller aux USA ...

                    Des fois qu’il y ait des marins assez cons pour préférer aller vivra ailleurs que dans ce petit paradis .. faut à tout prix les protéger d’eux mêmes ..

                  • Laurent Nancy 18 juin 2012 15:06

                    Dites Spartacus vous prenez vos rêves pour des réalités ?

                    Je ne vais réagir que sur un point.

                    Vous affirmez sans complexe , je vous cite : « Parlez nous du nombre d’homosexuels recensés et expliquez nous pourquoi ils n’ont comme adresses que des prisons et sont pourchassés (rien que ça) pour déviance » !

                    Et bien je vais vous en parler .

                    J’ai passé une soirée dans un endroit complètement ouvert et complètement gay à Santa Clara pas dans un bouge au fin fond d’un quartier , pas dans un endroit à touristes mais en plein centre de la ville où les jeunes gays et lesbiennes venaient faire la fêtes, musique endiablées, ambiance extraordinaire ;

                    Je suis allé sur une plage « gay » à la Havane où les Havanais gays se retrouvent sous la protection , oui protection, de policiers pour éviter que les gays soient agressés par des homophobes ;

                    J’y ai rencontré entre autres un couple de garçons vivant ouvertement ensemble depuis 17 ans et tenez vous bien dans leur appartement et pas dans une prison (!) ;

                    Je n’ai jamais vu de campagne NATIONALE contre l’homophobie comme celle que j’ai vu à Cuba !

                    Alors vos allégations mensongères notamment sur ce sujet m’en disent assez pour ne pas relever les autres qui sont du même acabit  !



                    • himmelgien 22 mai 2012 04:10

                       La haine de ces fascistes est si dense qu’elle en dégage une odeur !...


                      • Michel Maugis Michel Maugis 22 mai 2012 07:29

                        CUBA est le sanctuaire éthique de l’Humanité.


                        le seul pays qui s’ est engagé militairement pour bouter hors d’ Angola le régime fasciste ’ Afrique du Sud, soutenu par les USA Israel, Spartacus, le Peripate et Asterix.

                        Les USA et tous les fascistes ne leur pardonnent pas encore ce haut fait historique, la première expédition vraiment humanitaire par laquelle Cuba n’ a ramené que du prestige et des honneurs.

                        Cuba le pays qui travaille le plus pour la liberté d’ expression, qui a alphabétisé des millions de personnes, qui n’ a pas eu un seul de journaliste assassiné en plus de 50 ans,,etc..

                        Cuba le pays avec le plus grand nombre de journalistes indépendants, au monde.

                        Cuba le pays reconnu par le PNUD comme ayant la meilleur efficacité pour satisfaire les droits fondamentaux d’ existence de sa population : La preuve par Cuba

                        La preuve, des crapules bien connu qui n’ interviennent jamais pour dénoncer les crimes de SARKONAZY et de USRAEL osent énoncer leurs calomnies sur Cuba à chaque foi qu’ un article positif apparaît. Ces crapules médiatiques ont le droit de calomnier sans preuve.

                        Ils ont le toupet de vouloir défendre le peuple cubain, mais son absolument incapable d’ écrire un article à son sujet avec des preuves de ce qu’ ils avancent.


                        • vivacuba vivacuba 22 mai 2012 07:46

                          Merci et 100% daccord avec vous !

                          Viva CUBA , Viva Fidel

                           


                        • spartacus spartacus 22 mai 2012 10:16

                          Angola ?

                          Prospère dans les années 60 l’économie c’est effondrée en 1975.
                          Arrivé au pouvoir par l’armement soviétique du MPLA.
                          Les cubain fuirent devant le parti soutenu par les Américains.
                          Un communisme de type mafieux pour l’enrichissement personnel.
                          « Villagissation » nom pour la planification. Déportation ou famine.

                          Destruction des structures paysannes, Massacre de Nguza, 

                          15 Ans de destruction de villages paysans, déplacements forcés de populations, purges, famine. Estimation des massacres communiste sur son peuple 400 000 morts...
                          Plus de famine depuis 1990. Traumatisés....il n’y reviendrons jamais au communisme ! 


                        • asterix asterix 22 mai 2012 10:35

                          Fasciste, fasciste : l’injure type de celui qui n’a rien à dire.
                          Reprenons point par point, Mr Maugis :
                          - bouter hors d’Angola les fascistes ( encore et toujours les fascistes ) : l’Angola fut à la jeunesse cubaine ce que le Vietnam fut pour la jeunesse américaine. Des dizaines de milliers de jeune appelés morts pour la Patrie sans qu’on n’en ait JAMAIS eu le compte exact puisqu’ils trafiquent les registres d’état civil. L’Angola « tellement démocratique » fut le théâtre d’une lutte à visage couvert entre les Américains et les Russes appelée la guerre du diamant. Des milliers de jeunes Cubains, principalement noirs, furent envoyés au casse-pipe et disséminèrent partout des bombes anti-personnel ( moins que les Américains au Laos où je vis, voyez que je ne suis pas unilatéral, n’est-ce pas ? ). Un autre de mes beaux-frères y fut envoyé. Dix ans après, il se réveillait encore la nuit en criant et était fondamentalement incapable de vivre autrement qu’un légume entièrement replié sur lui-même. Quand on voit l’évolution actuelle de la démocratie africaine, il y a presque de quoi rire de vos « libérateurs » et surtout du sens que vous donnez au mot libération.
                          - Cuba, le pays de la libre expression. Grotesque ! A part la Gramna et Rebelde, il n’y a aucun journal. La TV nationale n’a comme seule mission de glorifier du matin au soir le régime. Il y a un parapluie d’ondes qui empêchent la propagation de tout moyen d’information extérieur ( sauf le jeudi entre 2 et 3 heures du matin où ce parapluie est coupé pour raisons de maintenance, tout cubain le sait ) et Internet est strictement coupé ou ultra-surveillé, impossible d’accès pour la populace ( moi j’aurais dit le peuple, mais... ) Et comme de bien entendu, les paraboliques sont strictement interdites pour protéger le peuple contre le mensonge ( sic ! )
                          AgoraVox là-bas, vous n’y pensez pas !
                          - Cuba qui n’assassine aucun journaliste. Je ne répondrai même pas et me contente de me reporter aux preuves apportées par les associations de journalistes. D’ailleurs, à Cuba, il n’y a pas de journalistes, seulement des plumitifs au service de qui vous savez. Ils répètent toujours la même chose : el triumfo de la Revolucion, les plans quinquénaux, Hasta la victoria siempre. Le samedi après le message de paix qui consiste toujours à dire : mort à nos ennemis ! ils se contentent de répercuter en intégrale le discours de la veille et vous rajoutent en final : Viva Fidel et Raoul, les deux plus grands hommes de l’Humanité. Saint Che Guevara, bénissez-nous du haut des cieux.
                          - Cuba le pays de l’abondance pour tous. In la calle, on vous répond : ces descarados nous font travailler tout le mois et nous donnent trois jours de nourriture avariée pour tout salaire. Après, il faut se débrouiller. La necessitad, vous comprenez ?
                          - Et comme d’habitude, au lieu de répondre sur les faits, vous finissez votre petit laïus sur Israël, les USA et Sarkonazy, comme si cette justification suffisait en soi.
                          Des faits, j’en ai déjà rapporté des dizaines et j’en ai encore quantité en réserve, il suffit que je fasse fonctionner ma mémoire. Et ceci dit entre nous : que faites-vous des preuves apportées sur la localisation exacte des camps par Spartaccus, ci-dessus ?
                          Le menteur, c’est qui ? Celui qui ne répond pas, c’est qui ? Celui qui calomnie, c’est qui ?
                          Mais Monsieur, être traité par vous de crapule est un honneur !


                        • spartacus spartacus 22 mai 2012 10:21

                          PS pour les journalistes de cuba qui ne seraient plus arrêtés

                          Que pensez vous de ce rapport de Amnesty International ?
                          Ça date de quelques semaines :

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès