Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo – Amnistie : La honte du monde

RD Congo – Amnistie : La honte du monde

Au moment où le monde s’apprête à célébrer les 20 ans des massacres et du génocide au Rwanda, et que des suspects des crimes graves (génocidaires rwandais, cadres nazis) continuent d’être recherchés et traduits en justice, les autorités de Kinshasa ont fait le choix d’adopter une loi d’amnistie qui devrait se traduire par la totale impunité au profit des combattants du M23, responsables de massacres et de viols dans l’Est de la république Démocratique du Congo. En effet, à l’exception d’un petit groupe d’une centaine d’individus, les 1600 membres du M23, signalés en Ouganda, et des centaines d’autres ayant fui au Rwanda, selon les autorités des deux pays, devraient revenir sereinement au Congo et « parader » au milieu des populations qu’ils ont martyrisées 19 mois durant. 

L’adoption de la loi par les autorités de Kinshasa était toutefois assez prévisible. Elles se conformaient aux « ordres » du Président Kabila qui, à son tour, se conformait aux injonctions du Président ougandais Yoweri Museveni, à la fois médiateur international et parrain du M23. Les autorités de Kinshasa auront ainsi simplement traduit dans les textes les injonctions du président ougandais par Kabila interposé. Rien d’étonnant dans ce vote compte tenu de l’influence que les Présidents Museveni et Kagamé exercent sur Joseph Kabila. Le refus des parlementaires congolais aurait été vécu comme un insupportable affront à Kampala et à Kigali. Mais ce qui pose véritablement problème, c’est l’enthousiasme avec lequel cette loi (d’impunité) a été approuvée par la communauté internationale.

Le blanc-seing des grandes démocraties

Ainsi, dès le lendemain de l’adoption du projet de loi par l’assemblée nationale, les envoyés spéciaux de la communauté internationale se sont empressés de publier un communiqué conjoint dans lequel ils saluaient une « loi historique » qui va « dans la bonne direction » et qui apportera « une paix durable dans l’Est du Congo ». Le document qui, sous d’autres cieux, aurait pu passer pour un canular, a été signé par cinq personnalités tout à fait respectables[1].

Mary Robinson, envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Région des Grands Lacs ; Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC ; Boubacar Diarra, Représentant spécial de l’Union Africaine pour les Grands Lacs ; Russell Feingold, Envoyé spécial de Barack Obama pour les Grands Lacs et la RDC ; et Koen Vervaeke, Coordonnateur principal de l’Union européenne pour la Région des Grands Lacs.

Ce n’est pourtant pas la première fois que des personnalités de renommée internationale s’engagent sur des textes qui consacrent l’impunité au Congo. Les accords du 23 mars 2009[2], dont se prévaut le M23, avaient été parrainés par deux anciens présidents africains : le Nigérian Olusegun Obasanjo et le Tanzanien Benjamin Mkapa. Mais lorsque les combattants rwando-ougandais ont déclenché la guerre en avril 2012, les deux parrains des accords ont tout simplement choisi d’être discrets.

Ce qui, naturellement, donne à penser que lorsque le M23, dont on sait qu’il se réorganise[3] au Rwanda et en Ouganda redeviendra un problème au Congo, les cinq personnalités ne seront pas là pour assumer les conséquences de la loi d’amnistie. Ce sont, à nouveau, les populations congolaises qui feront les frais de la culture d’impunité consacrée par le texte que la communauté internationale s’est empressé d’acclamer en passant sous silence le sort des millions de victimes.

De la Shoah au Congo en passant par le Rwanda : deux poids deux mesures

En tout cas, cette même communauté internationale, pourtant intraitable vis-à-vis des génocidaires rwandais traqués[4] dans tous les pays sans relâche, et même des criminels nazis qu’on continue d’interpeller soixante-dix ans après la Shoah[5], vient de cautionner une loi qui assure la totale impunité aux individus impliqués dans la mort de plus de six millions de Congolais.

Impunité totale parce que cette loi d’amnistie se traduit par trois catégories des membres du M23, tous devant échapper à la justice. La première catégorie est celle des personnes qu’on estime ne pas être impliquées dans les « crimes graves ». Ces personnes, la majorité, vont revenir au Congo et, certainement, intégrer les institutions (armée, administration). La deuxième catégorie est celle des membres du M23 se trouvant en prison. Ils vont être libérés puisque les engagements de Nairobi prévoient la libération des membres du M23 (engagement n° 3).

La troisième catégorie est celle des personnes figurant sur différentes listes, de sanction notamment. On n’imagine pas ces personnes revenir au Congo. Elles vivent libres au Rwanda et en Ouganda et devraient y rester… libres. Kagamé et Museveni ont déjà prévenu qu’ils n’extraderont pas[6] ces personnes tandis que Joseph Kabila n’a jamais montré aux Congolais qu’il tient à l’extradition de ces individus. Une question de rapport des forces face à ses parrains et homologues (Museveni et Kagamé)

Résultat du calcul, tous les membres du M23 sont partis pour rester libres comme l’air malgré les atrocités qu’ils ont fait subir aux femmes et aux enfants dans l’Est du Congo (massacres[7], viols[8], pillages[9], assassinats[10]). Et ils doivent leur totale liberté à une loi votée par le parlement congolais et approuvée par la communauté internationale.

Une véritable honte qui pourrait rapidement se retourner contre tous ceux qui l’ont cautionnée.

Boniface MUSAVULI



 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • cedrikparent cedrikparent 7 février 2014 16:12

    6 millions de mort ? Barbarie des hommes, victimes innocentes, honte absolue ; l’humain et la bête en lui.
    La bonne nouvelle c’est que nous devrions avoir un changement des programmes télé ! fini la religion de holocauste Européen ; on zap ! La bête immonde ne connait pas d’ethnie. Pas de différence, pas de martyrologe. Tous frères de sang, victimes de l’immondicité qui traverse la condition humaine. Puissions nous espérer que les survivants Congolais ne soient pas de futurs « nazi », oubliant que l’horreur n’a pas d’élus, et perpétuant par vengeance des crimes en touts impunité ; tout droit campés dans leurs bottes, les pieds dans la merde identitaire.
     Pauvres victimes du Congo, ignorés derrière le fièvre des championnats de football, la météo, l’obscénité d’une mémoire sélective...
     Nous sommes tous égaux devant l’horreur. Peace, no war


    • Bertrand Loubard 7 février 2014 16:12

      Si on n’amnistiait pas, il faudrait bien qu’on se souvienne. Mais de quoi ? Allende assassiné et Pinochet mis au Pouvoir ? Lumumba assassiné et Mobutu mis au pouvoir ? Habyarimana assassiné et Kagamé mis au pouvoir ? Kabila-Père assassiné et Musévéni mis au pouvoir ? Par qui ? Par nous ? Non, non, non !!! Amnistions ! Continuons comme avec Katyn, comme avec Varsovie, comme avec Dresde, comme avec Mao ; comme avec Staline, comme avec Mac Carthy ! Regardons ailleurs tant qu’il est encore temps ! Il ne faudra plus longtemps attendre pour pouvoir dire, les sourcils en accent circonflexe, haussant légèrement les épaules, hochant lentement la tête de gauche à droite, écartant, impuissant, les bras : "C’était l’époque, que voulez-vous ?……On ne peut pas ressusciter les Bill Clinton, les Madeleine Albright, les Susan Rice, les Samantha Power, les Tony Blair, les Louis Michel, les Bill Gates, les Pasteur Warren, les Bernard Kouchner, les Mary Robinson, les Martin Kobler, les Boubacar Diarra, les Russell Feingold, les Koen Vervaeke pour les traîner à la CPI ! Ce qu’ils ont fait, ils l’ont fait dans des circonstances qu’il faut remettre dans leur contexte. Et in fine cela n’en valait-il pas la peine ? Combien de morts en plus, combien de malheurs en plus, combien de guerres en plus n’avons-nous pas tenté d’éviter de la sorte. Et même si tous nos efforts désintéressés n’ont pas atteint les objectifs sincèrement espérés, nous avons œuvré, sas relâche, à l’avancement des solutions et tenté de réaliser l’humainement possible." Leur ferme résolution était de contribuer sans atermoiements funestes, mais sans précipitation inconsidérée pour les populations de la RDC, à renforcer leur indépendance dans la prospérité et dans la paix. Il n’y pas de honte à cela…..

      De Nuremberg 1933 à Nuremberg 1945, d’Arusha 1993 à Arusha 2015, l’avenir sans frontière, est radieux pour la mort toujours recommencée, le développement durable du chaos, le plein emploi des militaires - pilleurs et des aides humanitaires.



      • izarn 7 février 2014 19:43

        Vous mélangez tout. Il y a des criminels, et des bons...
        Si vous n’y croyez pas, suicidez vous...


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 février 2014 10:03

        les conseillers de l ONU seraient meilleurs pour profiter de de la jeunesse des filles QUE POUR TRAQUER LES NAZIS AFRICAINS

        NOUS EN CONNAISSONS 1 MR BARIL VITE DONNONS LE AUX FORCES AFRICAINES CE NAZILLON DE 1.50 M


      • Sylvain62 7 février 2014 18:01

        Monstrueux mais malheureusement prévisible. Le but des puissances dites « démocratiques » étant de pacifier la région pour, évidemment, des raisons économiques. On ne peut commercer dans un pays en guerre, l’humanitaire sert de paravent et bientôt nous verrons fleurir les McDonald en RDC.


        Honteux. Et quand on pense que ceux qui s’en réjouissent ont sali la mémoire de N.Mandela en le saluant à sa mort, pouah. 

        • rotule 8 février 2014 08:17

          On commerce très bien en période de guerre.
          Les affaires sont juteuses à souhait.
          Les gens continuent de manger, de circuler, les prix s’envolent, les administrations ne sont plus en mesure de percevoir des droits de douane, de contrôler, ....
          La période de guerre, c’est en fait la logique de la néo-libéralisation poussée à l’extrême : plus d’État, la loi du plus fort s’applique.


        • izarn 7 février 2014 19:40

          Comme dit Dieudonné : C’est un accident ethnologique...Rien à voir avec la Schoa...Nanas.
          Faut pas en rire ? Rassurez vous, on ne rit pas de vos morts, mais de ceux qui se vautrent dans la bien pensance du porte monnaie bien rempli....


          • reveilmaton 23 avril 2014 00:48

            Entièrement d’accord avec cet article, sauf :
            «  Le refus des parlementaires congolais aurait été vécu comme un insupportable affront à Kampala et à Kigali. Mais ce qui pose véritablement problème, c’est l’enthousiasme avec lequel cette loi (d’impunité) a été approuvée par la communauté internationale. »
            Pourquoi le vote des députés congolais ne vous pose-t-il pas problème ? Vous le balayez en une ligne ! Sont-ils congolais ? Manquent-ils de courage ? Qui les a élus ? Sont ils corrompus ? Pour moi c’est le premier problème !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès