Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo – Kampala : L’Ouganda et ses « soldats sans frontières (...)

RD Congo – Kampala : L’Ouganda et ses « soldats sans frontières »

La République Démocratique du Congo peut tout à fait perdre les acquis de sa victoire militaire si elle ne parvient pas à surmonter un obstacle : l’Ouganda de Yoweri Museveni et ses « soldats sans frontière ». Un texte devant conclure les pourparlers de Kampala n’a pas pu être signé lundi 11 novembre, à Entebbe, officiellement suite à un désaccord sur l’intitulé du document. En réalité, un bras de fer est en train de s’installer entre deux acteurs inattendus : d’un côté le Président ougandais, à la fois médiateur international et parrain du M23, et, de l’autre, l’opinion publique congolaise fermement opposée à toute idée de négociation après deux décennies de guerres interminables. En cause, le sort des combattants formant le noyau dur du M23, dont « la fuite en Ouganda » dissimule à peine un « retour au bercail ». La communauté internationale et les autorités congolaises sont quelque peu désemparées, et il y a de quoi.

En effet, ces combattants sont des personnages problématiques. Kampala tient à ce qu’ils bénéficient d’une amnistie globale, d’une intégration dans l’armée congolaise et d’un engagement leur garantissant de ne pas être extradés, notamment à la Cour Pénale Internationale.

Les mystères des « guerres du Congo »

Si Kampala s’entête sur ces trois revendications, au point de « devenir un problème  », selon les mots du gouvernement congolais, c’est qu’il tient à préserver un vieux secret de polichinelle. En réalité, il n’y a jamais eu de « rébellion congolaise », même si des « aventuriers » congolais se sont laissé embarquer dans les multiples guerres qui déchirent la région des Grands Lacs depuis les années 1990. Ces guerres auront été orchestrées par un homme, le Président ougandais Yoweri Museveni, qui rêvait d’un empire[1]. L’empire devait s’étendre du territoire ougandais à l’Est de la République Démocratique du Congo en passant par le Rwanda et le Burundi, avec de lointains horizons au-delà de l’Erythrée[2].

Pour mener à bien ce délirant projet, il s’est assuré les bonnes grâces des grandes puissances (Etats-Unis, Royaume-Uni, Israël) et, sur le terrain, d’une armée composite regroupant des combattants sans nationalité fixe. Mais la « marche vers l’empire », dont on ne sait pas exactement si elle se poursuit toujours, sera l’occasion de massacres, de viols, de pillages et de déplacements des populations, notamment dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Ces tragédies apocalyptiques sont l’œuvre directe et indirecte de cette armée de « légionnaires » qui changent de noms et de nationalités au gré des circonstances. Ils se dissimulent derrière les étiquettes de « rebellions » (NRA, APR, AFDL, RCD, CNDP, M23,…).

Au Congo, la population les appelle « soldats sans frontières ». Mais dans les médias, ils continuent de se faire identifier en tant que « rebelles congolais » ou, plus osé, « Tutsis congolais » en dépit des évidences. Ils n’ont aucun lien avec le Congo, autre que les guerres qu’ils viennent y mener. Parlant anglais, kinyarwanda et kiganda ils ne sont originaires d’aucun village congolais, même pas des territoires où sont établis, de longue date, des Congolais rwandophones. Ces derniers sont d’ailleurs pris en sandwich entre des agresseurs extérieurs usurpant leur identité et la « nation congolaise » qui, depuis, se trouve empêtrée dans la cacophonie du débat sur la nationalité.

L’aventure de l’« empire », se poursuit-elle ?

L’échec, pour l’instant, du M23, donne à penser que le soutien des grandes puissances faiblit, notamment face à l’ampleur des horreurs (6 millions de morts, 500 mille femmes violées, 3 millions de déplacées, 500 mille réfugiés), au réveil des opinions et au scandale qui menace d’éclabousser les multinationales autour de l’affaire des minerais de sang. Mais cet affaiblissement du soutien extérieur ne signifie pas que les deux dirigeants ont renoncé à leur rêve d’expansion territoriale.

C’est dans cet angle qu’il faut comprendre la détermination de l’Ouganda à préserver le noyau dur du M23 dont les membres doivent être mis à l’abri de poursuites judiciaires. Kampala a déjà prévenu qu’il ne les extradera pas, et fait partie des pays qui se battent contre la Cour Pénale Internationale. Le procès de ces personnages pourrait prendre les allures d’un Nuremberg compte tenu des atrocités auxquelles ils se sont livrés depuis au moins deux décennies. Kampala tient à ce qu’ils soient intégrés en bloc dans les institutions et l’armée congolaises. Ils doivent rester « intouchables » et poursuivre le travail de déstructuration du Congo de l’intérieur pour faciliter l’annexion, à terme, des régions de l’Est.

Les Congolais les ont vus à l’œuvre (trahisons, débâcles des FARDC, opérations parallèles,…). Ils ne tiennent plus à prendre le risque de les accueillir dans leurs casernes, encore moins au moment où le pays engrange les premiers fruits du difficile travail de nettoyage de la chaîne de commandement de l’armée. Le Congo leur propose un examen au cas par cas, une procédure qu’ils exècrent pour des raisons évidentes.

Mais qui sont ces « soldats sans frontières » ?

Une partie de la réponse se trouve dans la personnalité de l’un d’entre eux aujourd’hui inculpé et détenu par la Cour Pénale Internationale : le général Bosco Ntaganda.

Rebelle rwandais, en 1990, membre du FPR, il entre au Congo en tant que soldat rwandais, puis devient officier de l’armée congolaise. Au déclenchement de la deuxième guerre du Congo (1998), l’homme rejoint les rangs de la « rébellion » du RCD soutenu par le Rwanda. Mais en juin 2000, à Kisangani, il se bat dans les rangs de l’armée ougandaise contre l’armée rwandaise durant la mémorable « guerre des six jours  ». Une guerre entre le Rwanda et l’Ouganda, sur le territoire congolais, pour le contrôle du trafic de diamant. Ntaganda redevient congolais et obtient le grade de général dans l’armée congolaise. Il finira sa carrière en tant que « rebelle congolais » lié au M23, mais en fuite au Rwanda, le pays où, officiellement, il est né de parents rwandais[3].

Ainsi à 40 ans, l’homme aura sévi sous les drapeaux de trois pays (Rwanda, Ouganda et RD Congo), ce qui, dans l’opinion congolaise, traumatisée par des guerres répétées d’agression, ne passe pas.

L’occasion de rappeler que la guerre du Congo n’est pas une guerre identitaire contrairement à ce que certaines personnalités continuent de faire croire, en prétendant que « ces » Tutsis (du M23) « ne se sentiraient pas chez eux », au Congo. Il s’agit d’une guerre d’ambitions territoriales pour deux hommes, et de pillage au profit des multinationales et des grandes puissances. Les revendications identitaires, tout en étant légitimes, ne servent que de prétexte à une guerre aux enjeux sans rapport avec la prétendue stigmatisation d’une population particulière[4].

Assumer ses responsabilités

Dès lors, c’est à l’Ouganda, logiquement, que la communauté internationale aurait dû demander d’assumer le sort de ces « soldats sans frontières ». Les grandes puissances ne devraient pas non plus se dérober puisque ces combattants ont été, pour nombreux, formés dans le cadre de la coopération militaire entre Washington, Londres, Kampala et Kigali. Par ailleurs, les guerres qu’ils ont menées au Congo ont énormément enrichi les multinationales, de l’électronique notamment (coltan/téléphones portables).

En définitive, il serait à la fois absurde et alarmant de remettre en masse des individus aussi dangereux au Congo, sauf à préparer le terrain pour de nouvelles tragédies.

Boniface MUSAVULI



[1] (…) « bien avant sa prise de pouvoir, (le président ougandais, ndlr) avait attiré l'attention du Mossad et des services britanniques. Un Museveni qui, une fois parvenu à la tête de son pays, avait estimé que l'Ouganda était trop petit pour ses ambitions et s'était mis à rêver tout haut d'un Lebensraum englobant le Rwanda, le Burundi et la région congolaise du Kivu... Un Museveni devenu le « chouchou » des États-Unis, de la Grande-Bretagne et d'Israël, alors que la chute de Mobutu paraissait inéluctable... Pierre Péan, Carnage – Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éditions Fayard, novembre 2010, p. 18.

[2] Dans son discours devant l'Assemblée générale de la Société de droit de l'Afrique de l'Est (The East Africa Law Society general assembly) du 04 avril 1997, le Président ougandais déclara : « Ma mission est d'assurer que l'Erythrée, l'Ethiopie, la Somalie, le Soudan, l'Ouganda, le Kenya, la Tanzanie, le Rwanda, le Burundi et le Zaïre deviennent des Etats fédérés sous une même nation. Cela n'est pas maintenant un choix, mais une obligation que l'Afrique de l'Est devienne une seule nation. Ou nous devenons une seule nation ou nous périssons. De même qu’Hitler fit pour unifier l'Allemagne, de même nous devrions le faire ici. Hitler était un chic type mais je pense qu'il est allé un peu trop loin en voulant conquérir le monde entier » [Preuve n°020]. Voir https://wikileaks.org/wiki/Report_to_UN_Security_Council:_Genocide_rwandias:_Le_peuple_crie_justice !,_Feb_2008

[3] Voir Rapport S/2012/843 des experts de l’ONU, page 164.

[4] Avant de rentrer à Kinshasa ce vendredi 8 novembre, [les diplomates américain, français, belge, russe, allemand, zambien, égyptien, ougandais, tanzanien, zimbabwéen, sud-africain ainsi que les experts des Nations Unies et de l'Union Européenne] (…) ont été conduits à Kanyaruchinya, à 5kms de Goma, où l'armée a présenté 287 éléments M23 capturés et rendus parmi lesquels des anciens FDLR, des Ougandais, des Rwandais et particulièrement des jeunes rwandais refoulés de la Tanzanie. Voir lien.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Bertrand Loubard 15 novembre 2013 09:37

    Toutes ces simagrées, tous ces simulacres, toutes ces infiltrations, tous ces accords, toutes ces conférences, tous ces coups fourrés, toutes ces compromissions, toutes ces intoxications ne sont que les prémices du grand chambardement qui se prépare dans le Région des Grands Lacs. On n’en est qu’aux escarmouches qui préludent à la "Guerre Mondiale d’Afrique"…. Les guerres actuelles de faible intensité en RDC (l’intensité se mesurant à la couleur de la peau des victimes et pas au nombre de ces mêmes victimes) auront encore de beaux jours devant elles : soutenir, par proxis ou infiltrés interposés, l’insécurité à mettre sur le compte de groupuscules d’« âmes mortes » type FDLR-Interamwe, ce n’est pas improvisé. Ce n’est que la suite de la grande planification ayant débutée au milieu des années 80 et qui avait programmé les pogroms rwandais, burundais et congolais. Inciter l’adversaire à commettre l’irréparable comme les accords d’Arusha (le traité de Versailles africain) l’ont fait, est digne des stratégies de Lord Kitson.

    Quelques petits reculs pour mieux faire de grands bons en avant : Kigali, Goma, Rutshuru, NRA, APR, AFDL, RCD, CNDP, M23, c’est la macabre procession d’Echtercnach d’Afrique. La Communauté Internationale, Amie des Peuples de la Région des Grands Lacs, n’a pas de solution de remplacement à un Paul Kagamé alias le Paranoïaque de Kigali…Alors, autant faire « avec » et continuer toujours à faire plus de la même chose c’est-à-dire la mort toujours recommencée….Les jeux sont faits, « il n’y a pas match ». Il faut choisir "ou bien, maintenant, on le fait, et pendant 70 ans on se tait« et »ou bien, laisser la situation fournir aux larrons les occasions". Il faut qu’il devienne naturel d’invoquer, au moment opportun, le droit humanitaire d’intervention ; la responsabilité de protéger (R2P), la légitime défense préventive et la repentance d’un néo-Nuremberg. Quoi qu’il arrive "siffler la fin de la récréation" justifiera les moyens. Après le Sahara Occidental et son annexion par le Maroc, après le Sud Soudan…..pourquoi pas le grand Tutsiland structuré sur un modèle sioniste de "settlements of the west bank of the Great African Rift" comme, d’ailleurs, suggéré par certains représentants de la Communauté ………, etc., etc..…. ? Qui parle de préparer le terrain pour de nouvelles tragédies…..ce n’et que la suite d’un début et pas encore la fin. La Guerre de Trente ans touche à sa fin : vive la Guerre de cent ans…. !

     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès