Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > RD Congo : La reconquête militaire et les leçons du passé

RD Congo : La reconquête militaire et les leçons du passé

Les évènements se sont accélérés ce week-end dans l’Est de la République Démocratique du Congo. L’armée nationale a repris du terrain face aux combattants du M23, malgré les renforts dont ce mouvement a pu bénéficier de l’étranger. En l’espace de trois jours, les villes de Kibumba, Kiwanja et Rutshuru sont passées sous contrôle des FARDC. Dans la liesse populaire se lit l’espoir d’une fin victorieuse de la guerre. Mais les choses ne sont pas aussi simples, et les scenarios d’un retournement de situation devraient être gardés à l’esprit. Le péril pourrait essentiellement venir des « pays voisins », comme par le passé. L’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a déjà annoncé que Kigali était prêt à lancer une opération dans l’Est du Congo. Le péril pourrait tout aussi venir des autorités congolaises elles-mêmes ou d’un acteur insoupçonnable : la « communauté internationale ».

En effet, ce conflit, qui dure depuis 1996, a connu tellement de rebondissements qu’aucune victoire, d’un côté comme de l’autre, n’est jamais à prendre pour un acquis définitif. 

Le péril rwandais

Pour des raisons diverses, l’armée rwandaise se bat déjà dans l’Est du Congo sous couvert du M23, mais il s’agit d’un engagement non officiel. On piaffe d’impatience à Kigali pour intervenir officiellement. Il faudrait pour cela un motif internationalement acceptable. En août dernier, l’armée rwandaise était aux portes de Goma, déployée dans la ville voisine de Gisenyi. Il s’agissait de riposter aux tirs d’obus qui avaient frappé le territoire rwandais et que Kigali attribuait à l’armée congolaise.

L’astuce n’avait pas marché puisque de hauts responsables de l’ONU avaient démenti que les tirs aient pu être le fait des soldats congolais. Ils provenaient des positions du M23, c’est-à-dire des unités rwandaises officieusement déployées au Congo. En d’autres termes, des soldats rwandais qui tirent sur leurs propres populations pour se procurer un motif légitime d’intervention dans l’Est du Congo. C’est un machiavélisme dont la révélation a nettement ruiné la crédibilité internationale du régime actuel de Kigali. Mais il semble qu’il n’a pas encore élaboré un autre scenario puisque l’ambassadeur du Rwanda à l’ONU a, à nouveau, parlé de tirs sur le territoire rwandais pour essayer de justifier une possible intervention des RDF dans l’Est du Congo.

Difficile de convaincre l’opinion internationale avec un stratagème comme celui-là. Mais dans une guerre, tout peut arriver. Un massacre médiatisé, par exemple, pourrait tout changer et ouvrir la voie à une intervention militaire étrangère. Au nom de la protection d’une « minorité en danger »… C’est le genre de « coup monté » dont une nation en guerre n’est jamais à l’abri. Encore moins face à un régime capable de tirer des obus sur sa propre population sans s’embarrasser de la présence d’une mission de l’ONU dans la région.

Le péril congolais

La hiérarchie de l’armée congolaise a encore beaucoup à démontrer pour mériter la confiance de la population. Plusieurs opérations militaires ont été compromises par la hiérarchie elle-même qui donnait des ordres contradictoires et démobilisait les troupes. A titre d’exemple, on peut rappeler, qu’en juillet 2012 les FARDC avaient réussi à repousser le M23 jusqu’à Bunagana. Des ordres contradictoires arrivèrent de Kinshasa entraînant l’arrêt des opérations. Le M23 en profita pour accumuler des renforts. Le 06 juillet 2012, les Congolais furent surpris par une offensive qui aboutit à la prise de Goma, quatre mois plus tard.

Cette hiérarchie-là, voire le régime tout entier de Joseph Kabila, n’offre aucune garantie sur le fait que les territoires repris aujourd’hui, par les soldats, au prix de leurs vies, ne seront pas perdus demain à l’instigation des individus haut-placés. Il est même arrivé que les soldats reçoivent l’ordre de se retirer d’une ville et d’abandonner leur propre population entre les mains improbables du M23. C’est ce qui s’est passé en mars dernier, justement, à Rutshuru et Kiwanja.

Les Congolais ont ainsi un vrai problème avec leurs autorités actuelles, et pas seulement.

Le péril de la « communauté internationale »

La communauté internationale au Congo, symbolisée par la Monusco, joue un jeu assez trouble. Ainsi en août dernier, alors que l’armée congolaise était au point d’en finir avec le M23, des voix s’étaient élevées pour obtenir un arrêt des combats et pour pousser les Congolais aux pourparlers de Kampala. Deux mois plus tard, ces pourparlers se révèlent avoir été orchestrés uniquement pour procurer du répit au M23 et lui permettre de se ressourcer militairement et financièrement. En tout cas, dès le départ, les revendications du groupe armé n’avaient aucune chance d’aboutir.

Le Congo ne peut pas prendre un nouveau risque politique et sécuritaire d’intégrer dans son armée des individus issus de mouvements armés, nombreux étant des combattants étrangers à la loyauté incertaine. Par ailleurs, les membres du M23 étant impliqués dans des crimes imprescriptible, une éventuelle amnistie qui leur serait accordée serait un acte politique difficile à gérer par les autorités de Kinshasa. Dès lors, on ne comprend toujours pas ce que de nombreuses personnalités de la communauté internationale entendent par « solution négociée ».

Le patron de la Monusco, Martin Kobler, a encore répété à Kiwanja que la « seule solution » était politique, faisant échos au propos des responsables du M23 qui réclament le retour aux pourparlers de Kampala. Sous peine, ont-ils menacé, de mener une offensive généralisée contre le Congo. Une offensive qui serait, bien entendu, le fait des armées du Rwanda et de l’Ouganda. Derrière les deux pays, les Congolais le savent maintenant, opèrent des réseaux impliquant indirectement les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Ce qui amène à un autre péril : le temps et l’agenda international.

Surveiller l’agenda international

Les Congolais ont tout à craindre de l’agenda international. Les attaques contre le pays interviennent systématiquement pendant que l’opinion internationale est absorbée par une actualité « importante ». Les récents bombardements de la ville de Goma se sont produits fin août dans la fièvre internationale autour d’imminents bombardements de la Syrie par les Etats-Unis. Ce qui, au passage, a fini par trahir une évidente coordination opérationnelle entre les Etats-Unis et le M23 par Rwanda et Ouganda interposés.

Il faut également rappeler que la ville de Goma était tombée entre les mains du M23 pendant la réélection de Barack Obama et que l’offensive qui avait mené aux fameux accords du 23 mars 2009 avait été lancée durant la campagne présidentielle américaine de 2008.

Les Congolais devraient ainsi surveiller l’actualité américaine tout en gardant un œil sur leurs inquiétants « voisins de l’Est ».

Pour le moment, la plus grande menace à redouter se situe fin 2016, dans la foulée de la succession à la Maison Blanche. Il n’est pas, pour autant, exclu qu’un grand évènement médiatique ne se produise d’ici-là. Une « opportunité » dont Kampala et Kigali ne manqueraient pas de profiter pour mener une nouvelle opération au Congo et forcer les Congolais à se soumettre aux négociations avec le M23.

En définitive, s’il faut aujourd’hui reconnaître aux soldats congolais, longtemps humiliés et dénigrés, un incontestable sursaut de dignité, il ne faut pas perdre de vue les risques, bien réels, d’un dramatique retournement de situation.

Boniface MUSAVULI

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • igorencore igorencore 28 octobre 2013 11:41

    Les incohérences dramatiques et les affrontements internes incessants qui déchirent cette région du monde ne découlent-ils pas des conditions originelles de la création de ce « pays ».
    Ce pays qui n’en a jamais été un.
    Qui peut bien avoir intérêt à l’unité de ce territoire qui géographiquement, historiquement et humainement n’en a aucune..
    Cette unité artificielle n’est-elle pas souhaitée essentiellement par des appétits qui ne sont pas Congolais. Une sorte de rationalisation de son exploitation.
    En attendant les guerres à répétition ne sont apparemment provoquées que par des convives locaux qu’on a oublié d’inviter. Ahh ça ! , ils ne tiennent pas bien à table !
    .
    Le Monde a déjà connu cette situation de convives imprévus. L’époque des seigneurs de la guerre au temps béni des colonies et des concessions étrangères en Chine.
    Même si géographiquement on n’y trouve aucune identité les situations Malienne et Soudanaise sont très comparables


    • cedricx cedricx 28 octobre 2013 14:15

      « Ce pays qui n’en a jamais été un.
      Qui peut bien avoir intérêt à l’unité de ce territoire qui géographiquement, historiquement et humainement n’en a aucune.. »


      Comme tous les pays du monde qui se sont construit à partir de rien, ce pays se construira malgré ses divergences, il faudrait justes que les puissances extra africaines ne viennent pas jeter de l’huile sur le feu...

    • MUSAVULI MUSAVULI 28 octobre 2013 18:29

      Igorencore,

      Nier l’existence du Congo est un raisonnement couramment utilisé par les « agresseurs du Congo » (le Rwanda, l’Ouganda et leurs parrains anglo-saxons). Ils essaient, par ce postulat, de se donner bonne conscience pour légitimer les aventures de leurs « soldats sans frontière ». Ce qui n’est pas acceptable est qu’ils n’ont aucun autre projet sur l’Est du Congo que le pillage de ses gisements miniers. On peut accepter l’idée d’un remodelage des frontières d’un pays, mais il faut qu’elle repose sur un motif légitime, par exemple, protéger une identité nationale. Or, il se trouve que si le Congo devait être défait aujourd’hui, les entités nationales qui en naîtraient seraient confrontées au même raisonnement que celui que vous avez émis. Le Congo étant une mosaïque de tribus (200 groupes ethniques), les entités qui naîtraient de son démantèlement n’auraient pas plus d’existence « identitaire » que le « grand Congo » d’aujourd’hui. En plus, les Congolais ne demandent pas d’être divisés. C’est de l’extérieur que l’intégrité du pays est menacée.

      Finalement, pourquoi ne pas se contenter des textes du droit international garantissant le respect des frontières des Etats ? Ces frontières sont garanties principalement par la charte de l’ONU et de nombreux textes internationaux. Cette garantie vaut aussi bien pour le Congo que pour n’importe quel autre pays de la planète, les pays occidentaux y compris.


    • MUSAVULI MUSAVULI 28 octobre 2013 23:58

      Lorsque j’évoque le droit, j’essaie de mettre en avant une référence commune. Vous êtes propriétaire de votre logement parce que des lois vous garantissent cet état de fait. Quiconque se permet de s’introduire chez vous, viole un ensemble des lois sur lesquelles vous vous référez pour disposer de votre habitation et sur lesquelles le reste des habitants de la ville et du pays se réfèrent. Je ne dis pas pour autant que le droit suffit à garantir aux gens le respect de leurs propriétés. On a besoin de la force. Le Congo n’en avait pas et a fait appel aux casques bleus de l’ONU. Leur efficacité a été faible. Aujourd’hui, les Congolais comprennent qu’ils doivent protéger leur territoire national eux-mêmes. Le droit et la force, voilà qui garantit la viabilité des nations.


    • cilce92 28 octobre 2013 18:26

      Toujours aussi passionnant à lire ! Souhaitant que la RD Congo ne soit plus sous la coupe d’« intérêts » non compatibles avec les espoirs du peuple de ce magnifique pays, (superficie : 5 fois la France ) !


      • MUSAVULI MUSAVULI 28 octobre 2013 18:31

        Merci Cilce92.


      • Bertrand Loubard 29 octobre 2013 12:39

        Ce conflit qui dure depuis 1996…. dites-vous ?

        Les années ’60 voient les oppositions entre « occidentaux » et « non-alignés » conduire à la chute des empires coloniaux. Les années ’90 voient les conjonctions entre « glasnost » et « perestroïka » conduire à la chute du mur de Berlin. A l’aube du 21ième siècle, les « empires » se retrouvent privés d’ennemis.

        Il fallait donc créer, pour leurs politiques, un nouveau cadre en vue d’un nouveau siècle de développement : en quelque sorte mettre en place les conditions d’une néo-renaissance.

        Il fallait lever les contraintes de démarrage pour qu’un « ordre nouveau », « global », émerge sur une « base morale retrouvée ». Une nouvelle « guerre de cent ans » semblait opportune. Qu’elle ait lieu dans la Région des Grands Lacs est bienvenu (loin de chez nous). L’assistance fera donc place à la coopération qui elle même fera place à la co-gestion, et, elle-même, à tous les Gourous et autres Prophètes sans frontières du développement « non gouvernemental », etc. La mobilisation des Institutions Internationales, de la Banque Mondiale, du FMI et du FED, etc., conduit aux Programmes d’Ajustements Structurels, aux rééchelonnements des dettes, aux Conventions de Lomé, à l’accord cadre de Cotonou, au discours de La Baule au sommet du Caire, etc. Toutes ces « initiatives » auguraient de la situation actuelle comme l’attentat de Sarajévo, le traité de Versailles ou les accords d’Arusha initialisaient « 14-18 », « 40-45 » ou le « Génocide rwandais ».

        Tout est mis en place pour justifier de nouveaux moyens d’actions. De nouveaux incitants moraux émergent pour prévenir la repentance sélective : droit d’ingérence humanitaire, responsabilité de protéger, devoir d’imposer la paix, sélectivité méritocratique, légitime défense préventive, lutte contre la corruption et pour la transparence de la gestion de la chose publique, etc.…. !. En réalité un "fluage sémantique« dans la structure du discours camoufle le fait que le »maquillage du symptôme permet la perpétuation, la pérennisation de l’évolution du mal", ce qui n’est pas fait pour déplaire à tout le monde….

        Pour la Région des Grands Lacs, le « Péril Jaune » et la « Menace Islamique » ne pèsent pas encore fort lourd. Les courbes croissantes du nombre de morts « utiles » et « inutiles » se croiseront « naturellement » un jour et fixeront le prix correct à payer pour pouvoir parler de l’ajustement de vraies frontières entre les pays. Le partage équitable des pouvoirs, les solutions politiques, la coopération transfrontalière, la mise en valeur des richesses communes (sic : SarKozy, Reynders, Michel et Cie) permettront de condamner le viole sans citer le violeur.

        Déjà le « sommet tripartite » Rwanda-Kenya-Ouganda de Kigali laisse pressentir une défense préventive commune. Elle présage de l’occupation de l’Ituri et des deux Kivu  qui sonnera comme l’occupation Israélienne des territoires palestiniens qui depuis 50 ans est condamnée par l’ONU….Alors quelques pas en arrière jusqu’à Rutshuru, pour mieux sauter ?….Une défaite militaire de la RDC maintenant sonnera le glas de la MONUSCO….Cela ne s’est-il pas déjà vu dans un passé assez récent au Rwanda et cela n’a-t-il pas très bien fonctionné sous la MINUAR ?

        Alors, autant continuer à toujours faire plus de la même chose….Ceux qui dans la communauté International « sèmeront » les vaccins « récolteront » le tocsin et tous les fabricants de canons et de cimetières auront encore de beaux jours devant eux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès