Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Réaction indignée aux Indignés

Réaction indignée aux Indignés

Aux U.S.A. des habitants des quartiers occupés par les Indignés manifestent contre le mouvement.

Depuis mardi dernier, les mouvement des Indignés aux Etats-Unis est entré dans une seconde phase de réactions de la part des milieux critiqués par ces manifestations spontanées. En effet, les municipalités et Etats américains, concernés par ces réunions publiques, se montrent désormais réactifs en communiquant dans les Médias au sujet des problèmes sanitaires, des agressions sexuelles et des morts occasionnées par le désordre qui règne au sein de ces manifestations prolongées.

Des maires réunissent leurs staffs. Sur tout le territoire américain de nombreuses attaques sont menées par les forces de l'ordre pour disperser le mouvement et restituer les places occupées aux passants et aux affaires. Le nouveau slogan est : "Le plus grand mouvement de ces dernières décennies veut-il résoudre les problèmes ou bien en crée-t-il ?" 

La police de New York, armée de boucliers et de matraques, attaque les manifestants et en arrête des centaines. Ces forces de l'ordre ont édifié des barricades autour de Zuccotti Park, qui est le lieu où le mouvement est né aux U.S.A., pour empêcher les manifestants de se réinstaller. La volonté de faire table rase est évidente. Toutefois, à Washington des contacts plus pacifiés sont privilégiés par les Officiels.

On déplore plusieurs morts dans la population insurgée : un homme abattu à Oakland, un sans-abri décédé à Salt Lake City et un suicide dans le Vermont. On compte deux overdoses à downtown Portland et un abus sexuel à Philadelphia. Mais aussi des brutalités policières qui suscitent l'indignation croissante.

L'aspect le plus préoccupant est la crise sanitaire engendrée depuis deux mois par des foules de plusieurs milliers de personnes, qui vivent dehors ou sous la tente sans douches et peu de toilettes. Désormais, les forces municipales agitent cette raison et des présupposées "infections par des rats" pour effectuer des manoeuvres de type militaire, pour "nettoyer la place" selon leurs propos. Il y a 27, 8 tonnes de déchets qui entraînent des surcoûts que les municipalités ne manquent pas de mettre en avant dans les médias, certainement pour justifier leurs coups de force.

Par ailleurs, le mouvement des Indignés a perdu son plus large public. Les sondages montrent que seuls 18 % de la population encouragent encore le mouvement. Lundi, on a vu l'impensable : une manifestation de voisins indignés contre la manifestation des Indignés, qui rassemblait des centaines de résidents, commerçants et hommes d'affaires des quartiers occupés.

Finalement, un juge a décidé que les protestataires n'ont pas le droit d'installer leurs tentes dans les places et parcs publics. La police a donc accepté que les manifestants réintègrent le parc Zuccotti à New York, mais sans leurs tentes. Le but avoué est de mener ces manifestations vers un terme avant la fin de l'hiver.

Les Indignés répondent que : "Plus il y aura de réactions policières et plus d'autres Indignés viendront grossir le mouvement."


Moyenne des avis sur cet article :  1.82/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • enréfléchissant 17 novembre 2011 11:21

    Le campement est seulement un moyen de protestation qui peut servir à faire connaitre le mouvement, l’imposer comme une fin en soi et ne pas y donner de limite temporelle, ça tue le mouvement... Dommage pour les indignés américains. De plus ils ont fait une autre erreur : ils se concentrent sur une critique du système économique,et laissent tomber le système politique. Nous ne vivons pas en démocratie et nous proposons une réelle démocratie, ou tous participent ! ça c’est l’avenir du mouvement, assemblées populaires !


    • Patrick Samba Patrick Samba 17 novembre 2011 11:28

      Bonjour,
      dans un très court article où l’hostilité à l’égard des Indignés est apparemment absente (apparemment), on lit ça :
      "En effet, les municipalités et Etats américains (...)se montrent désormais réactifs(...) au sujet des problèmes sanitaires, des agressions sexuelles et des morts occasionnées par le désordre qui règne au sein de ces manifestations prolongées"

      et quelques lignes plus loin, ça : "On déplore plusieurs morts dans la population insurgée : un homme abattu à Oakland, un sans-abri décédé à Salt Lake City et un suicide dans le Vermont. On compte deux overdoses à downtown Portland et un abus sexuel à Philadelphia."

      Dans un article comportant pourtant peu de mots....

      Et je ne souligne pas la concentration des morts dans l’article. Et quels morts...

      Article visant à semer la peur, l’insécurité ? Sous couvert d’ « objectivité » ne cachant pas les « brutalités policières » ?


      • Jonathan Moadab Holly_Crapp 17 novembre 2011 11:51

        Vous tombez (ou vous propagez intentionnellement) la propagande. 

        On critique le campement, l’état sanitaire, des viols, des violences...

        MAIS QUAND EST CE QU’ON ABORDE LES QUESTIONS POSEES ? 

        Le mouvement s’est fourvoyé en pensant que camper était une bonne chose, il faut de toute évidence s’y prendre autrement. A trop noyer les voix de chacun, s’en est devenu inaudible. L’émergence d’une réelle organisation et d’une discipline au sein du mouvement est absolument nécessaire. Au sein du campement de la Défense, ceux qui veulent avancer se heurtent à la lourdeur et la lenteur de la prise de décision... 

        Mais en dehors de ces erreurs stratégiques, les faits sont là. Les questions posées sont pertinentes, et personne ne daigne y répondre. 


        • eric 17 novembre 2011 12:18

          Bel aveux ! « plus il y aura de réactions policières... »

          3000 manifs par an à paris, 10 par jour, et curieusement, on entend parler « d’épouvantables violences provocatrices policières » pratiquement qu’à l’endroit de ces « pauvres non violents civils civiques citoyens.
          La prochaine étape prévisible ? Les flics vont devoir protéger les indignés contre les populations riveraines exaspérées.

           »Les faits sont là", en l’état, les questions posées n’intéressent personne hors ceux qui les posent, qu’elles soient pertinentes ou pas du reste et la manière de les poser s’avère et s’affiche de plus en plus ouvertement anti démocratique.

          Effectivement,une autre stratégie s’impose : créer un parti, faire campagne démocratiquement et espérer convaincre ses concitoyens. Mais évidemment c’est plus fatiguant que de faire du camping sauvage.


          • Jonathan Moadab Holly_Crapp 17 novembre 2011 13:36

            Nous sommes en train de réflechir à une alternative au campement, et nous ne formerons pas un parti.

            Tout simplement parce que notre rôle n’est pas d’obtenir le pouvoir, mais de le redistribuer à tous. Nous devons choisir une autre voie pour arriver à nos fins, voilà tout. 

            Le campement des Indignés n’a pas le monopole de l’Indignation !


          • Jean 17 novembre 2011 16:09

            De Gaulle malicieusement nous a donné la clé par la Ve :
            Un parti sans étiquette pourrait rafler les voix des abstentionnistes, déçus etc.
            (y du monde) ; un président alors élu est chef de la police et des armées, en outre il peut dissoudre les assemblées, donc bousculer l’ oligarchie et instaurer une nouvelle constitution, à la Suisse (même en mieux).

            Depuis des siècles, nous sommes conditionnés à être dominés par des rois, pouvoirs personnels, ...

            On se fait croire à nous-mêmes qu’ il n’ y a pas d’ autres solutions (encouragés par l’ oligarchie et les obscurantismes religieux qui font bon ménage), des exemples contraires existent de plus en plus (démocraties même partielles) dans le monde, même si encore rares.

            Il faut en finir par la démocratie, et non un ersatz.

            http://www.democratiedirecte.fr/

            http://www.dailymotion.com/video/xl...

            http://www.dailymotion.com/video/xi...


          • eric 17 novembre 2011 20:43

            Holly-crapp : les révélation continue, après avoir reconnu que provoquer des réactions policières par des provocations fait parti de la stratégie du mouvement, vous reconnaissez votre avidité de pouvoIr. Au nom de quoi seriez vous habilité à redistribuer « le », ou quelque pouvoir que ce soit ?
            Qu’est ce que c’est que ces prétentions anti démocratiques.


          • Horatiu Russin Horatiu Russin 17 novembre 2011 12:36

            Premièrement, l’affaire des manifestations soit-dites « spontanées » qui lancent des critiques contre le mouvement Wall Street, au sujet des problèmes sanitaires, des agressions sexuelles et des morts occasionnées par le désordre qui règne au sein de ces manifestations prolongées, n’est qu’une pratique habituellement usitée par les gouvernements soumis à la dictature financière globale.  En essence, il s’agit des contre-démonstrations bien planifiées, orchestrées et gérées par Washington, dans le but de finir une fois pour tout avec le mouvement qui gène beaucoup la grande finance mondiale.

            Deuxièmement, il est tout aussi bien connu le principe « démocratique » employé par les chefs d’état asservis à la finance mondiale selon lequel « il faut lasser les manifestants brouiller dans  leur propre sauce », jusqu’à ce la fatigue va les « aider » a abandonner le proteste par eux-mêmes.  Donc, rien de nouveau pour les connaisseurs de ce gendre des stratégies diaboliques employées par ceux qui se prennent pour les Maîtres du Monde.

            Pour fermer la boucle sur l’article, il serait intéressant à savoir si l’auteur déplore la saleté du mouvement « Occupy Wall Street » ou bien la saleté de Wall Street même ? Est-ce qu’il critique l’extérieur ou l’intérieur de Wall Street ?  C’est ca la question !!!


            • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 17 novembre 2011 13:25

              Vive la révolution mondiale !

              Les tenants du système sont tous au minimum complices. L’auteur aussi, donc.


              • roblin 17 novembre 2011 17:12

                Je pense qu’il serait utile de lancer aussi une campagne de boycott des villes comme paris ou les indignés sont refusés et maltraités, que l’on invite les touristes à ne plus visiter les villes et à ne plus aller y faire leur courses si possible, comme pour Noël, ça aurait bien plus d’impact sur les politiques parce qu’ils ne pensent qu’au fric.


                • sisyphe sisyphe 18 novembre 2011 09:16

                  D’accord avec kerjean : le petit propagandiste réactionnaire des oppresseurs qui s’est permis de commettre ce torchon dégueulasse (et dire qu’il s’est trouvé suffisamment d’auteurs pour le valider !!) préfère sans doute éclairer les quelques décès relevés avec gourmandise par les médias au service de l’oppression, aux millions de morts dans le monde dus au système contre lequel les indignés se révoltent légitimement, passés sous silence. 


                  Un article de petit collabo : payé par Goldman Sachs ? 

                • sisyphe sisyphe 18 novembre 2011 09:19

                  collabo, et lâche, bien sûr, comme tout collabo : vas y, petit délateur, replie les commentaires qui dénoncent ton indignité : tu ne fais qu’en faire la plus évidente démonstration..


                • sisyphe sisyphe 18 novembre 2011 09:27

                  ... d’ailleurs, David Gemmal (au dos, à force de se courber ? ), publie ses petits étrons, et les laisse empuantir l’atmosphère, sans jamais répondre à personne : 3 « articles » publiés ; et AUCUN commentaire..... mais des posts repliés.... 


                  On l’imagine, derrière son écran, sournois, et repliant rageusement ceux à qui il est incapable de répondre : on a une idée précise de ce qu’était la France de la collaboration sous l’occupation ; servilité avec les puissants, délation, et lâcheté... 

                  Une bonne tête de Dupont-Lajoie : y a qu’à voir le Gélone arriver à son secours, cynisme au vent...

                • eric 17 novembre 2011 19:27

                  A roblin : génial ! Et vous pourriez donner l’exemple : plus une seule occupation médiatique dans les villes inhospitalière aux indignés. Je vous propose CLichy sous bois


                  • herve33 17 novembre 2011 20:55

                    le mouvement des Indignés a perdu son plus large public. Les sondages montrent que seuls 18 % de la population encouragent encore le mouvement

                    Les US sont au bord de la guerre civile , les indignés ne sont que la face pacifique d’un mouvement bien plus vaste . Les classes pauvres et moyennes commencent à douter du rêve américain et surtout de la capacité des dirigeants à agir pour un avenir moins triste que ce qu’on leur propose . La différence entre les US et l’Europe , c’est l’absence de couverture sociale , et le fait que tout le monde possède des armes . Ceux qui n’ont plus rien à perdre risque de se révolter sans doute de manière non pacifique . 


                    • Annie 17 novembre 2011 21:19

                      Allons, allons, combien sont ces indignés et donnent-ils vraiment aux riverains des raisons de se plaindre.
                      Si j’en crois les indignés de Londres, ils sont devenus une attraction touristique. Certains commerces avoisinants, Starbuck, par exemple a dû doublé (triplé) son chiffre d’affaires en l’espace d’un mois. Il s’agit de protestations très localisées, qui ressemblent à deux gouttes d’eau aux mobilisations contre un centre d’handicapés ou de délinquants ou encore contre une décharge ou centrale nucléaire, le syndrome NIMBY (not in my backyard http://fr.wikipedia.org/wiki/Nimby) . Non pas que je fasse un amalgame entre handicapés, délinquants ou centrale nucléaire, mais certains le font. Vous avez même des gens qui se tuent pour des querelles de voisinage.
                      Je précise quand même que les indignés de Londres ont leurs propres toilettes (portaloos) mais il arrive effectivement que les sans-abris qu’ils recueillent (ou certains des indignés aussi qui ont trop arrosé en refaisant le monde) ne se soulagent à l’endroit où ils sont censés le faire. Mais jusqu’à présent cela n’a jamais dérangé personne que les sans-abris pissent dans la rue. Pourquoi ? Parce qu’ils ne pissaient pas tous au même endroit ou parce qu’ils étaient invisibles ?


                      • Walid Haïdar 17 novembre 2011 22:57

                        Pour les indignés : une idée comme ça, balancée depuis le Sénégal où je vis et ne vous soutien que moralement.


                        Manifester, c’était bien, il fallait le faire. Les assemblées, c’est bien, ça a permis de poser des questions claires, voire des orientations assez nettes.

                        Mais maintenant il faut passer à l’action, faire de la politique réelle. Quelques déclinaisons de politique réelle :
                        1/ Visibilité : se constituer en entité militante visible et identifiable. Pas de chef, pas de leader, pas de noms, mais une identité forte, un esprit, une marque. Pour cela, réaliser des clips sur internet, en mobilisant le talent des nombreux artistes et autres imaginatifs du mouvement, et même en sollicitant l’engagement d’artistes et autres personnalités qui n’appartiennent pas au mouvement. Ces clips doivent être puissants et emblématiques des questions et problèmes soulevés par le mouvement : l’originalité est le maître mot, SURTOUT, SURTOUT pas de larmoyant. De l’humour, de l’esprit, du punch, plus que jamais.
                        2/ influence politique : militer pour la refondation de la démocratie. Pour cela, il faudrait peut-être réunir tous les acteurs qui travaillent dessus, et leur proposer un plan de travail, en vue de rédiger un manifeste commun (Etienne Chouard, les auteurs qui ont traité la question de la démocratie, les militants pour une constituante, les partis et courants politiques qui proposent une constituante)
                        3/ influence économique : mobiliser et sensibiliser les acteurs économiques dans le combat. Bien entendu, il ne s’agit pas de collaborer avec Areva ou Total, mais plutôt de dialoguer, d’échanger et éventuellement de mener des actions d’ordre commerciales stratégiques, tactiques ou symboliques, par le biais d’entreprises par exemple les acteurs du Bio, les ingénieurs qui bossent pour les énergies renouvelables, certaines banques mutualistes etc. Il y a plein d’acteurs, si ce n’est la grande majorité des acteurs économiques, qui y auraient un intérêt, et qui auraient carrément un intérêt à un changement radical de système, même s’ils n’en ont pas conscience, du moins leur image pourrait bénéficier de l’étiquette indignée. Ces démarches demandent énormément d’imagination, surtout pas de platitudes.
                        4/ Pouvoir technique : il faut absolument mobiliser les techniciens. Je prend l’exemple le plus important à mon avis, celui des informaticiens. Il faudra être capables de développer des outils informatiques de communication autonomes, d’attaquer des ennemis, de saboter la propagande gouvernementale, de perturber la télé pourquoi pas. Mais le plus important : développer des outils d’organisation révolutionnaires en passant par internet. On voit à quel point rien que face book, qui n’est pas fait pour ça à la base, a servit le mouvement. Il faut maintenant que, en parallèle des réseaux sociaux traditionnels, les indignés fabriquent leurs propres outils d’organisation.
                        5/ Désertion : c’est là plus orienté et personnel, mais je pense qu’il faut regarder du côté des autonomistes. Pour faire échouer ce système, ne faudrait-il pas convaincre de plus en plus de gens, en parallèle de l’activisme interne, d’augmenter leur autonomie ? Lorsqu’on est jeune c’est plus facile. Ne faudrait-il pas s’organiser en utilisant tous les outils imaginables, pour sortir de notre dépendance au système, pour être plus forts contre lui ? Produire soit-même sa nourriture, ses habits, et convaincre tous ceux qui ont à y gagner de faire de même, par le biais d’organisations locales. Je pense que c’est un front d’action, minime dans son impact au départ, mais aux conséquences incalculables.

                        • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 18 novembre 2011 05:25

                          @ Walid Haïdar

                          Un soutien moral isolé, c’est bien, c’est mieux que rien. Mais ce qui amène l’action, c’est la résolution que permet le rassemblement.

                          Les Indignés doivent être rejoints par les 99% sinon ils sont comme des ailes sans l’oiseau.
                          La visibilité ils l’ont encore, mais il leur manque la légitimité qui viendra d’une unité palpable avec les 99%.

                          Encore une fois, celle-ci nécessite que les 99% rejoignent les Indignés.

                          Et cela n’est pas possible dans la rue, bien trop dure et dangereuse pour le commun des mortels, ceux qui appartiennent au 99%.
                          Le seul espace où les uns et les autres peuvent se rejoindre et, par cela même, s’imposer alors incontournablement à l’espace médiatique (journaux, TV) qui donne plein accès à tous les 99%, c’est le cyberespace.

                          Une cybermanifestation citoyenne avec une revendication clé (qui ouvre la porte de toutes les autres revendications secondaires qu’il vaut mieux dès lors taire) comme le droit exclusif de création monétaire pour le peuple et plus du tout pour les gangs banques, voilà l’action collective qui permettrait au mouvement des indignés d’atteindre ses objectifs.

                          Une cybermanifestation en croissance constante et qui durerait le temps qu’il faut (contrairement à une pétition à la con qui s’arrête à un moment donné) passerait forcément le seuil où elle deviendrait ET visible de partout ET incontournable ET forcément influente sur les décisions politiques.

                          Car elle représenterait très vite non seulement l’opinion mais la VOLONTE populaire.
                          Et cela avec ZERO violence de part et d’autre.
                          avec un coût ZERO pour le militant.
                          Que du bonheur... !

                          C’est ce que j’ai proposé ici et que je tenterai de rendre plus concret dans un prochain article


                        • eric 18 novembre 2011 07:37

                          Plus les indignés s’expriment, plus le portrait se précise : ce sont des « anges rédempteurs » qui vont sauver le « commun des mortels ». Plus exactement, dans un accès de modestie méritoire, ils sont les « ailes ».
                          "Exilé sur le sol au milieu des huées,
                          Ses ailes de géant l’empêchent de marcher."


                          • sisyphe sisyphe 18 novembre 2011 09:33

                            en bon petit soldat servile des mafias qui oppressent et privatisent le monde, le dénommé éric ne pouvait manquer de tenter de venir à leur secours, en essayant de discréditer ceux qui ont le courage de les dénoncer légitimement...


                            Encore de la meilleure graine de collabo...

                          • eric 18 novembre 2011 10:24

                            A sisyphe, vous ne vous renouvelez pas beaucoup, cela tourne au mantra...


                          • sisyphe sisyphe 18 novembre 2011 10:45

                            Le problème n’est pas que JE ne me renouvelle pas beaucoup ; il est que CHACUNE de vos interventions enfonce le clou de votre servilité et de votre collaboration aux forces de l’oppression : ma « répétition » n’est due qu’à celle de votre indignité ; ce qu’on appelle « l’effet boomerang » ; si vous ne coulez pas le recevoir en retour, faut pas l’envoyer ; mais, je sais, c’est plus fort que vous : alors, je continuerai de le signaler...


                            Collabo, oui ; de la pire espèce...


                          • Valas Valas 18 novembre 2011 09:32

                            Article de propagande bien pourri... Et comparer les manifestants avec des infections ou des rats est détestable ! De nombreuses informations sont mélangées et ne correspondent pas au même contexte, du grand n’importe quoi très certainement destiné à embrouiller les lecteurs de passages...

                            L’auteur individualiste a reçu combien de miettes de pain pour ce torchon ?


                            • karina 18 novembre 2011 15:39

                              « occupyseattle » le PDG de JP Morgan Chase Jamie Dimon encerclé à l’Hotel Sheridan par des manifestants. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gemmal David


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès