Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Russie et Fraternité

Russie et Fraternité

Paraphrasons un article récent :

"Entre l’inefficacité économique qui n’a fait qu’empirer depuis l’ère (mondialiste), et une démographie en chute, (ce pays) se retrouve face à un futur qui est bien pire que son présent. Assiégé par l’ennemi extérieur : (l’Est), le monde musulman et la Chine, il se trouve aussi attaqué de l’intérieur : seuls trois citoyens sur quatre sont des autochtones « ethniques » (par le sang, l’histoire, la coutume) ; ces derniers sont plus âgés que le citoyen moyen et leur taux de naissance est deux fois inférieur à celui des autres résidents.

Seule une institution dans l’histoire (de ce pays) peut résister à de telles forces et c’est l’état autoritaire et centralisé qui le dirige.
 
(Ce pays) pourrait bien se trouver sur le seuil de son crépuscule. S’il est une force qui pourrait préserver une version de (ce qui reste de lui), elle pourrait ne pas ressembler à (son actuel dirigeant), mais bien, énormément, à ce qu’il représente."

Devinette : de quel pays s’agit-il ?

Crépuscule... c’est à l’ouest.

Les États-Unis ? Les États-Schengen en tant qu’espace géographique et démographique ? La France, la Belgique, les Iles britanniques, l’Allemagne, l’Italie, etc. ?

Eh bien non, l’article (1) au titre grinçant :"Dix ans de Poutine" du 4 août 2009, écrit par Peter Zeihan pour la revue géostratégique Stratfor décrit le destin d’un pays du soleil levant, la Russie. Remplaçons dans ce qui précède "l’Est" par l’Occident, "l’ère mondialiste" par l’ère soviétique et "les citoyens ethniques" par le terme adapté : ni camarades dans l’Union identifiables à leurs roubles, ni Géorgiens ni Tchétchènes ni Turcs ni Baltes. Des Russes, tout simplement avec leurs chapkas, leurs icônes, leur vodka, leurs Dostoïevski (2), Tourgueniev, Soljenitsyne, leur bravoure et leurs ballets... On en a tous entendu parler et on n’a bien sûr guère envie que leur superbe ensemble culturel vire à la dictature champignonnière. On connaît, ça nous arrive.

Or que nous dit le vent d’est ?

"Qu’est ce qu’un monde unipolaire ? Malgré toutes les tentatives d’embellir ce terme, il ne signifie en pratique qu’une seule chose : c’est un seul centre de pouvoir, un seul centre de force et un seul centre de décision.
C’est le monde d’un unique maître, d’un unique souverain. En fin de compte, cela est fatal à tous ceux qui se trouvent au sein de ce système aussi bien qu’au souverain lui-même, qui se détruira de l’intérieur." Vladimir Poutine

Nous Français, nous avons liberté, égalité, fraternité inscrits sur nos frontons.

L’égalité et la liberté ont été tellement massacrées par la novlangue que nous les avons provisoirement rencardées au musée des illusions perdues. Mais l’increvable fraternité (liens du sang), si on en juge par les évènements qui ne cessent de secouer le monde, a, en revanche, toujours la part belle. Chacun parle pour les siens (même en bureaucratie UE) et s’entête à vouloir que les citoyens "ethniques" de sa souche existent en priorité sur leur territoire historique : les Tchétchènes, les Géorgiens, les Ouïgours et les Chinois Han, les Tibétains, les Russes (3), les Espagnols, les Danois, les Américains comanches et les Américains wasp, les... Français.

Gloups ! C’est la goutte d’eau qui fait déborder la vase. J’en entends qui se récrient : Il y a "ethnique" et "ethnique" !

On connaît la chanson. Pin-pon.

Revenons à l’article qui offre un bel exemple de projection freudienne assorti d’une menace très voilée à l’afghane. Reporter d’insolubles problèmes et tares sur les autres, leur prêter vos propres désirs cachés et vos traits de caractère, leur souhaiter votre sort en capilotade, ça rassure et ça soulage provisoirement. C’est humain, universel, très couru chez les tenants d’un Désordre au nom de printemps de Prague, et qui se fait vieux.

La seule solution donc pour les Américains (les Français, les Anglais...) c’est un bon état policier, dit l’auteur, si on inverse (in)correctement sa pensée.

Comment se fait-il, s’interroge-t-il pour de bon, que Poutine n’ait pas encore rendu l’âme ou du moins son tablier ? Voilà dix ans qu’il s’accroche, depuis sa nomination de 1999 à la vice-présidence par Eltsin, poste hautement éjectable : 10 autres vice-présidents l’avaient précédé sous l’autorité alcoolisée de Boris.

Poutine (4) est en effet un phénomène qui n’existe pas (encore) en "Occident", un électron libre qui échappe un tantinet à la projection. On ne peut en effet l’accuser éternellement de ce qu’on fait soi-même, ou qu’on fait faire par les autres via le trafic d’armes et le financement. S’il faisait comme les hommes politiques "occidentaux", il y a longtemps qu’il aurait été éjecté, sur le principe du torchon qu’on met au sale quand il a bien servi.

Ce crampon de Poutine, pourtant de nature et de culture secrètes et diplomatiques, n’est pas contrôlable comme le sont ces personnages qu’on voit s’agiter en mesure sur les téléviseurs "occidentaux". Il ne s’aplatit pas, il conçoit ses propres discours, il résiste même militairement, après tous ces deuils et toutes ces guerres terribles du vingtième siècle. Tout récemment, la Géorgie (5). Un an déjà.

Musclé, sportif, judoka, Poutine au regard d’acier un peu désillusionné, n’est pas bien grand, un peu dégarni sur les tempes. Il est lettré et parle au moins deux langues européennes en plus de la langue universelle de la raison (6). Pour le spéculateur, il n’a manifestement pas le profil de l’emploi. Voyez en France nos politiciens. Voilà à quoi on s’attend partout au monde pour que Wall Street fonctionne éternellement. Il y a sûrement quelque part en Russie ou ailleurs un monsieur moins instruit, plus proche des masses, plus cher de veston, plus colgate et plus baratineur.

Pourquoi son peuple alors ne le débarque-t-il pas sous les mêmes huées populacières téléguidées que celles qui s’élèvent en "Occident" à chaque fois qu’un chef potentiel "ethnique" commence à émerger ?

Pourquoi ? Eh bien parce que c’est "son peuple" justement. L’idéal de fraternité y est une réalité. Tous frères, frères de Poutine.

Le peuple ne murmure pas contre lui. Un fait rarissime en Europe. Poutine est quelqu’un de la famille, il fera avancer le pays. On suivra ses directives, on supportera la privation matérielle, on sait de longue date que la fin justifie le sacrifice. On sait que, foncièrement, il vous veut du bien, comme un frère de sang et de combat.

L’histoire de la Russie, c’est une longue suite de batailles acharnées pour la simple survie en milieu hostile, pour, génération après génération, défendre le territoire de terribles invasions, la Horde d’Or, entre autres (7). Les cicatrices sont encore fraîches. Tout cela renforce des liens indestructibles, lentement, durement tissés, entre frères, dans le sens : enfants de même mère patrie.

Baste ! se dit l’auteur de l’article, qui pour rien au monde n’envisagerait la dangereuse hypothèse de la fraternité du peuple de Poutine. Cachez ces considérations immatérielles que je ne saurais voir ! Seul le marché existe. Il y a un froid motif acceptable, et un seul, au maintien dans son poste stratégique de ce Poutine indéboulonnable. C’est son appartenance ancienne aux services de renseignement, cruciaux de tous temps pour la Russie.

Car immenses sont ses vastes plaines. Elles représentent actuellement à peu près deux fois la surface des 50 états des États-Unis.

C’est une malchance pour elle, toujours selon l’auteur, que la Russie soit si vaste. Les transports y ont été de tout temps longs et difficiles. Voyez la Volga (8), souvent gelée, qui débouche sur la mer Caspienne, une mer sans intérêt bien sûr (tiens tiens). Les autres fleuves ne seraient navigables que partiellement. Dur de faire du commerce de Saint Pétersbourg à Vladivostock.

Relisons Michel Strogoff (9).

Jadis, et encore maintenant, les brigands, le plus souvent non slaves, sévissaient en permanence. Bien protégés par la forêt russe, ils en surgissaient pour dépouiller le voyageur, ce qui rendait le commerce malaisé et la denrée coûteuse.

Une route, cependant, vient d’être achevée, traversant le pays de part en part. Voilà qui est déplorable, quand on veut avoir la peau de ce Peau-Blanche de Poutine, coûte que coûte à l’Occident.

Comment écraser la Russie, décrite par Stratfor comme "crucifiable", quand les tentatives de déstabilisation internes ont échoué les unes après le autres (10) ?

Des attentats en plein Opéra ou dans le métro à la Géorgie, en passant par la révoltante tuerie d’enfants de Beslan (11), le pays a beaucoup souffert. Il est mal défendu par la nature, contrairement à la douce France et aux États-Unis. La cité de saint-Pétersbourg, comme tant d’autres villes-citadelles en Russie, doit son existence à une politique préventive : il s’agissait de surveiller la Suède guerrière toujours prête à s’immiscer par la plaine du nord dépourvue de frontière naturelle.

On peut peut-être tenter le coup par la "Bessarabie" (Ukraine, Moldavie) (12) ? Semi-raté. Par la plaine du nord-ouest, par les pays baltes, c’est à peu près bouclé. Ces derniers en abritent un certain regret : ils connaissent, après l’illusion des années 90, de graves problèmes économiques qui les jettent dans les griffes banquières, alors qu’ils dépendent pour les ressources énergétiques, du puissant voisin russe. Quant à l’Ukraine, toute folle de mondialisation dans les années 90, elle est revenue à plus de sobriété. Son âme est slave et son pétrole en Russie.

La forêt (13), les marais, le courage et l’hiver (14), voilà les vraies frontières russes, celles qui découragent les invasions étrangères et protègent l’écosystème. Au-delà, la Chine et les Mongols menacent. Déjà la Sibérie est très chinoise dans son peuplement. Mais Poutine n’est pas trop mal avec la Chine, paraît-il.

Toutes sortes d’ethnies au sang chaud foisonnent dans la région. Il n’y a qu’à les travailler opiniâtrement contre la sainte Russie, à leurs dépens et pour d’autres !

L’état russe ne peut que leur lancer armée sur armée, investir dans le renseignement, ce qui limitera à jamais son développement économique. Exsangue, blessé de guerre et de guérilla médiatique, il n’y aura plus qu’à le cueillir. A nous ce pauvre (15) grand territoire russe plein de bonnes choses dessus et dessous !

La baisse de la natalité (16) c’est aussi un bon plan pour en finir avec les naturels du pays, comme ailleurs en Occident.

"En 1936, devant la chute catastrophique de la natalité russe, Staline avait suspendu le droit à l’avortement, mais, au nom de la pureté de l’idéologie, rétabli après la mort de celui-ci, en 1955, il fut dès lors, malgré les efforts de la plupart des médecins, le principal moyen de contraception de la société soviétique, mettant celle-ci en situation de déficit démographique." (17) 

Ah les plans soviétoides ! On les entend qui caquettent, et les fusils qui cliquettent et voilà les soldats français en Afghanistan qui casquent.

Mais on perçoit l’inquiétude (18). 

Si rien ne se passait comme prévu ?

Si l’abondance de territoire, donc de ressources, constituait une chance plutôt qu’un prétendu handicap ?

Si l’armée russe (19) à force de souffrir était, tant du point de vue humain que technologique, aussi excellente et chevronnée (20) que Poutine l’ex agent secret ?

Si la Russie, fière de ses jolies filles (21), fière d’elle ;

"Nous n’avons pas besoin d’être éperonnés ou stimulés. La Russie a une histoire millénaire, et pratiquement elle a toujours eu le privilège de pratiquer une politique extérieure indépendante." Vladimir Poutine

était en train de se développer, y compris sur le plan économique (22) ?

Si la démographie russe remontait ? 

"En 2007, le taux de natalité en Russie a battu un record vieux de 25 ans augmentant de 122.000 naissances (8,3%) par rapport à 2006 pour atteindre 1,6 million de naissances, selon les données préliminaires communiquées jeudi par le ministère russe de la Santé publique.(...) La part des deuxièmes et troisièmes naissances a progressé de 33% au début de 2007 à 42% en fin d’année, selon le rapport." (23)

Si la Russie merveilleuse, héroïque et musicienne faisait rêver (24) au moment où la Californie s’écroule dans un éparpillement d’IOU (25) ?

C’est nous les Français, qui les envierions et qui nous chercherions un Poutine. De toute urgence.

Quant à l’état policier, s’il fait la police pour protéger les frontières de gens qui ne veulent aucun bien aux peuples "ethniques" sur leurs terres, c’est bon.

Parce qu’actuellement, c’est contre les peuples atlantiques d’origine que l’état policier "occidental" à l’orientale se fomente voire s’étale sans la moindre pudeur.

A l’ouest, question ordre, rien de nouveau.

 

LIENS

1. http://www.stratfor.com/weekly/20090804_enduring_russian_geographic_challenge

2. http://www.flickr.com/photos/breixopazos/245364793/

3. http://www.youtube.com/watch?v=C_A7Hu0uKNw&feature=PlayList&p=306F4A21A7C6AFBA&index=3

4. http://www.alterinfo.net/Discours-de-Vladimir-Poutine-prononce-le-10-fevrier-a-la-Conference-de-Munich-sur-la-securite-texte-integral-_a6513.html

5. http://www.youtube.com/watch?v=hZxGDuz9qmU&feature=related

6. http://www.youtube.com/watch?v=W-3mUEm4jfk

7. http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761560320/Horde_d%27Or.html#p1

8. http://www.youtube.com/watch?v=LpC_Nl1zT9U&feature=related

 http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761567035/Volga.html

9. http://www.youtube.com/watch?v=w2Bq26Skwjs

10. http://www.dedefensa.org/article-l_ouest_en_deroute.html

11. http://home.earthlink.net/ loveguru/beslan.htm

12. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bessarabie

13. http://fr.wikipedia.org/wiki/Bessarabie

14. http://www.youtube.com/watch?v=63LQiVWUnLU

15. http://www.youtube.com/watch?v=FZc8tMESXWA&feature=channel

16. http://www.youtube.com/watch?v=uDvI9gMEPjA&feature=channel

17. http://laissezlesvivre.free.fr/actualite/est/2003/est2003.htm

18. http://www.alterinfo.net/La-degringolade-dans-le-Marxisme-des-Etats-Unis-date-de-bien-avant-Obama_a33150.html

19. http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=4686

20. http://www.youtube.com/watch?v=0rAHrHd2lcw

21. http://www.tele7.fr/tv/videos/extraits/miss-monde-2008-miss-russie-remporte-le-titre

22. http://www.reussir-bovins.com/actualites/herd-book-charolais-un-marche-russe-attractif&fldSearch=:33898.html

23. http://www.hede.com.fr/2008_02_01_archive.html

24. http://www.youtube.com/watch?v=A0P2INUjPD8

25. http://www.agoravox.fr/actualites/international/.../la-californie-est-en-faillite-58397


Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • monbula 7 août 2009 11:43

    L’expression « La Russie éternelle » prend tout son sens ici..


    • Michael Jordan Manson (MJM) Michael Jordan Manson (MJM) 7 août 2009 14:51

      Le principal inconvénient de la Russie est la distance qui nous en sépare. Bel article, on le dirait écrit par un russe. ou une russe.
      Vladimir Poutine a le mérite d’évoluer avec son pays, contrairement à ses prédecesseurs qui se sont quelque laissés emporter, à mon goût.
      C’est un grand chef d’Etat.


      • lisca lisca 8 août 2009 12:31

        La distance qui nous sépare des Etats-Unis est bien plus grande, et cependant nous perdons nos soldais pour des causes plus ou moins américaines.
        Il nous faut un bon projet technologique franco—germano’-russe de TGV Paris Berlin Moscou. Les Russes paient en pétrole, nous payons en infrastructure et tous nos Européens s’y mettent.
        Au boulot. Vive l’Europe retrouvée, réunie.
        Le moment est proche où prendre l’avion deviendra trop coûteux ou trop risqué (missiles sournois qui se baladent).
        Préparons l’avenir.


      • Manu 7 août 2009 15:00

        Il est vrai que l’évolution démographique russe est inquiétante et que quelques prévisions sont alarmistes. Le duo Poutine-Medvedev en est conscient et est capable d’y rémédier en continuant à prendre les mesures nécessaires. C’est gars là raisonnent sur le long terme.


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 7 août 2009 15:34

          Ceci étant dit, quelles sont les solutions qu’ils ont trouvé pour convaincre la population russe d’avoir plus d’enfants ?

          Le respects des droits de l’homme et l’état de droit ?

          Augmenter les allocations sociales ?

          Construire des logements plus spacieux ?

          La politique démographique est toujours complexe quand on veut augmenter le taux de natalité sans que les principaux intéressés y trouvent leur compte ...


          • Manu 7 août 2009 16:20

            On évoque ici quelques mesures : http://fr.rian.ru/russia/20080201/98178691.html


          • monbula 7 août 2009 17:08

            Chaque pays pratique selon ses possibilités une politique de natalité si besoin est pour corriger sa pyramide des âges.

            Pour les russes, le foncier étant quasiment libre et gratuit ( héritage soviétique ), il est facile d’ y construire rapidement maisons et logements en contrepartie d’une location ou achat à prix symbolique par des jeunes et y rajouter réductions sur transports, achat de biens d’équipement, impôts allégés ;

            La Russie aime ses jeunes ce qui apparemment, en France serait le contraire. .


            • lisca lisca 7 août 2009 18:47

              « La Russie aime ses jeunes ce qui apparemment, en France serait le contraire. »

              C’est vrai. Les divers gouvernements français depuis trente ans semblent préférer les jeunes non européens aux enfants du pays. Certains de nos jeunes pourrissent en taule pour des broutilles ou pour des crimes qui n’en étaient pas il y a 15 ans. Ils ont exprimé une révolte qui menace certains immobilismes.
              En règle générale nos jeunes sont sous-instruits et abandonnés trop tôt auyx sturctures étatiques, ce qui les rendrait passifs. Puis ils sont matraqués de mensonges et de publicités.
              La « France » « aime » surtout les jeunes déjà riches et pas très cultivés, plutôt pas gaulois d’origine. Disons qu’elle les gâte sans leur rendre service. La situation pourrait se retourner.
              La Russie bien sûr offre un contre-exemple, un modèle. Il n’est pas trop tard pour renouer d’amicales relations avec ce grand pays, sait-on jamais comment évolue le futur.


            • monbula 7 août 2009 17:10

              Je vois que Manu adore Novosti.


              • VivreenRussie VivreenRussie 7 août 2009 19:28

                monbula, je vous laisse le soin de comparer ces chronologies des evenements (Ossetie 2008)
                RIA Novosti
                http://www.fr.rian.ru/analysis/20090805/122588608.html

                LeFigaro
                http://www.lefigaro.fr/international/2009/07/30/01003-20090730ARTFIG00288-crise-georgienne-les-dates-cles-d-un-conflit-eclair-.php

                Vous pouvez egalement lire ceci :
                Tskhinvali un an après la guerre : comme si c’était hier
                http://www.fr.rian.ru/analysis/20090806/122600020.html

                Un reportage factuel, cela pourrait etre plus « glorieux » mais le journaliste se contente de dresser le tableau de ce qu’il voit sans essayer de travestir la realite.
                 Lorsque l’on lit ceci l’on peut egalement se poser des questions sur la presse « libre »
                http://www.liberation.fr/monde/06021141-reaction-sur-la-georgie-un-an-apres-la-guerre


                temoinocculaire - consensus occidental

                Jolies photos qui hélas ne nous renseignent guère. Ayant accompagné une équipe de tournage en Ossétie du Sud pendant le conflit, je me souviens du travail d’un grand reporter français sur les destructions massives causées par les bombardements géorgiens sur les populations civiles de Tskhinvali. Aucun media européen ne les a achetées car elles illustraient un aspect de la guerre que la propagande d’ici, Libé et Le Monde en tête, n’ont pas voulu prendre en considération : Les Géorgiens ont bombardé exclusivement des objectifs civils avec des armes non conventionnelles, alors que la riposte russe s’est concentrée sur les objectifs militaires géorgiens. Un seul immeuble géorgien a été touché à Gori, alors que le centre le capitale ossète a été arrosée d’un déluge de Grad (nouvelle versions des Katiouchas). On n’a jamais voulu publier de décompte précis des victimes civiles de ce conflit car il aurait fait apparaître cette réalité.


              • lisca lisca 7 août 2009 22:24

                Merci pour les trois liens. La Russie a de fait beaucoup d’amis en Europe si on en croit les réactions dans Libération : une seule bien pensante. Ce ne sera pas difficile de nous rapprocher quand nous nous serons débarrassés de cette clique qui squatte le pouvoir en Europe.
                Une réaction :
                "Alors que la Géorgie avait depuis un mois préparé cette attaque sur une zone démilitarisée,les médias occidentaux ont dénaturé la vérité transformant fallacieusement les faits pour faire passer la Géorgie pour une victime de l’attaque Russe.Le seul chef d’état à dire la vérité en europe fut Mme Merkel qui fut rapidement tancée par l’Otan pour ne pas avoir prodigué « la bonne parole »et ordre lui fut donné de rectifier sa position. Tout cela en dit long sur la « liberté » de la presse en occident.
                L’attaque n’a été rendue possible que par la préparation minutieuse des experts américains détachés en Géorgie, par la livraison par washington de quantités d’armes et de munitions, de chars russes modernisés aux normes Otan(par les US), par les drones fournis par Israel toujours sur la demande de Washington.
                Les casques bleus Russes non armés furent assassinés de nuit par les sniper géorgiens avec des lunettes à intensification de lumière ......américaines nouvellement livrées.Le département d’état américain est responsable de cette tuerie inutile et soutient encore le président Géorgien corrompu et fragile mentalement qui a perdu toute crédibilité et base populaire et se prépare à une nouvelle attaque pour se redonner un début de légitimité grace à l’armement sophistiqué que vien à nouveau de lui livrer le gouvernement US.
                Pourquoi l’Europe autorise t-elle de telles ingérences ?
                L’intéret de l’Europe n’est pas de se retrouver face aux soldats Russes à cause d’un conflit délibérément provoqué par les Etats-unis.«  »


              • Hieronymus Hieronymus 8 août 2009 23:36

                « destructions massives causées par les bombardements géorgiens sur les populations civiles de Tskhinvali. Aucun media européen ne les a achetées car elles illustraient un aspect de la guerre que la propagande d’ici, Libé et Le Monde en tête, n’ont pas voulu prendre en considération »
                oui et c’est bien pour cela que je ne perds plus mon temps nii mon fric a acheter cette daube qui en matiere d’info devrait plutot s’appeler desinformation officielle ..
                il me semble aussi que le premier politique occidental a avoir souligne la responsabilite de la Georgie ds le conflit est Gerhard Schroeder avant Angela Merkel ?

                sinon merci pour les tres nombreux liens
                les danseurs georgiens sont vraiment impressionnants


              • lisca lisca 7 août 2009 22:34

                Sarkozy est probablement gravement malade du cerveau, il n’a rien à faire du pays qu’il envoie dans le mur, et il en veut à tous les bien portants et tous les sains d’esprit. Après moi le déluge. Il est en effet très haï par ses administrés, et méprisé par le reste du monde, incluant son idole Obama, qui n’est pas très aimé non plus et qui n’en a, dit-on, plus pour très longtemps : même les « liberals » réclament son acte de naissance fantôme, croyant que ça va régler le problème. On a trouvé un acte de naissance kenyan qui est à la cour suprême. Si la destitution de ce fantoche pouvait faire remonter le cours du dollar, les généraux n’hésiteraient pas à le virer. Il sera sans doute contraint à une retraite honorable, pour calmer ses partisans.
                C’est la Russie le futur. C’est son vent de liberté qu’on appelle ici de tous nos voeux.


              • Montagnais Montagnais 7 août 2009 19:26

                Excellent article, très-indépendant d’esprit, à mille verstes de la pensée prostituée, parfaitement renseigné. Je venais précisément de terminer « La démesure russe » de Georges Sokoloff (après « La puissance pauvre »). Même qualité d’analyse et de ton, même lecture de l’histoire de la Russie et des perspectives qu’elle nous ouvre en matière de résistance à l’ordre mondial sous lequel nous sommes actuellement asservis.

                Vous dites : C’est nous les Français, qui les envierions et qui nous chercherions un Poutine. De toute urgence.

                Ils sont nombreux à tenter d’anticiper, de penser et agir dans ce sens, désintéressés, sans attaches au monde politique du système clientéliste, sans besoin de l’attention des media, patients et déterminés à ne pas subir sans réagir. ECH est l’un de ces courants qui œuvre au rapprochement.

                N’oublions pas que la France (ou ce qu’il en reste après l’orgie destructrice menée par la mondialisation financiarisée) et la Russie se vouent une amitié très ancienne, fondée sur quelques similitudes « ontologiques », quelques traits d’existence communs, ne serait-ce que par la capacité a constituer une référence universelle alternative au modèle anglo-saxon, grand inspirateur de la société de sur-consommation.,

                Amitié, mais aussi, liens de parenté : Anne de Kiev, Anne de Russie, Anne de Ruthénie, Anne d’Ukraine, Anne d’Esclavonie, Anne Reine de France…C’était l’époque ou Cluny, ce « Manhattan de l’An 1000 », forgeait sa toute puissance.. Spirituelle s’entend..

                La seule alternative politique à la catastrophique mise en scène actuelle, orchestrée par les très-jumelles « droite » « gauche » européennes, complices de l’oligarchie, attelées à faire triompher les industries de la finance, de la réclame, du spectacle, acharnées à la destruction de la réalité au profit du divertissement, de l’exploitation et de l’abrutissement de leurs peuples.. La seule alternative, c’est la constitution, le développement plutôt, inéluctable, historiquement nécessaire, d’un ordre européen indépendant.

                Ce nouvel ordre européen rendra caduque la distinction instrumentalisée entre droite et gauche. Il déconstruira le discours et la pensée artificiels, sera clairement attaché à son identité gréco-latine, reprendra le cours de son Histoire. Sa vision du monde ne sera pas fondée sur la loi du profit et l’adoration du veau d’or. Ces nouveaux Etats-Unis d’Europe, dont le grand frère russe est partie intégrante, seront indépendants, libres, porteurs du rêve retrouvé des hommes. Comme au temps des vieux Etats-Unis d’Amérique, l’étranger, à la poursuite d’une vie meilleure, pourra s’y installer. Mais il devra assumer son choix.. prêter serment sur la Constitution des Etats-Unis d’Europe (je veux dire, pas sur l’actuel obscène et volumineux traité de commerce de 800 pages qui prétend se faire passer pour..)

                #1 : Très belle histoire franco-russe : http://www.france-pittoresque.com/reines-france/anne-kiev.htm

                #2 : A lire le texte de l’auteur, on imagine un Poutine, un Français, un Russe capables de dire : « Civis Romanus sum… Ou son équivalent.. Я европейский гражданин


                • lisca lisca 7 août 2009 22:42

                  Oh oui, on rêve des Etats-Unis d’Europe, une fois le ménage fait, et il y a du boulot que nous allons devoir faire nous-mêmes.
                  J’ai l’impression que les Russes et les Français (ce qu’il en reste) vont particulièrement bien ensemble, parmi tous les peuples européens. Leurs sens de l’humour se complètent, par exemple ; ils aiment discuter et échafauder des plans, écrire. D’ailleurs, les Russes blancs s’intégraient en France en une seule génération, au point de se fondre dans le paysage.
                  Je vais me renseigner sur ECH.


                  • Montagnais Montagnais 8 août 2009 00:25

                    Vous écrivez : « y a du boulot que nous allons devoir faire nous-mêmes.. » Oui.. Fuir, contenir, tenter d’écraser peut-être, la dystopie infernale dans laquelle nous entrainent « la haute industrie de la finance », l’obsession technologique et l’impérialisme américain.. L’Amérique prépare la guerre des robots. Pour ceux qui en douteraient, 5 ou 6 liens de sources U.S. suffiront..Theodore Kaczynski was an optimistic..

                    Quant à ECH, Europe Canal Historique.. Vous pouvez être certain qu’en savoir beaucoup sur ce courant est très difficile.

                    Curiosité : 2010 année France Russie. 2010, année commémorative.. 1000 ans de présence clunysienne. 


                  • monbula 7 août 2009 22:47

                    Par vivre en Russie

                    Je vous remercie mais je connaissais tous ces faits.

                    Au journal télévisé FR2, on pouvait croire bêtement que les russes n’étaient que les seuls responsables. On pouvait voir Sachavilli harangé l’Occident à venir à son aide. Ce type devient dangereux pour propre peuple qui d’ailleurs commence sérieusement à douter de ses capacités. Le pipe line BTC a été ignoré des russes et dont ils se fichent.
                    Cet homme est pourtant intelligent et doit bien savoir que la Géorgie sert de tête de pont aux USA et Israêliens pour une éventuelle attaque sur l’Iran. Il est entrain de contrecarrer ce plan.
                    Les russes n’ont pas l’intention d’envahir son pays et devenir propriétaire du BTC et se mettre à dos l’Occident.
                    L’Ossétie n’a rien de stratégique pour la Russie mais sont venus à la demande
                    des ossets, elle ne l’aurait pas fait, son opinion publique en serait troublée.

                    Maintenant Sachavelli connait les russes et je me demande s’il ne veut plus jouer aux échecs mais à la roulette russe.

                    Sachavelli est aussi têtu que Staline, lui même géorgien.


                    • lisca lisca 7 août 2009 22:59

                      Très intéressante Anne de Kiev, merci. L’illustration de l’amitié franco-russe.


                      • monbula 7 août 2009 23:06

                        Pour Lisca
                        Je suis d’origine russe par mon père et a toujours aimé la culture française.

                        Les russes blancs se sont intégrés facilement à la France, d’ailleurs la majorité parlait français en arrivant puisqu’à l’époque, le français était appris en seconde langue.
                        Les slaves et les géorgiens sont doués pour les langues. Sachavilli parle 5 langues de façon parfaite.
                        L’année prochaine sera l’Année France-Russie
                        http://www.culturesfrance.com/evenement/France-Russie-rendez-vous-en-2009/evpg510.html


                        • lisca lisca 7 août 2009 23:59

                          Quelle bonne nouvelle, l’année France-Russie. Si elle pouvait durer un siècle...


                        • Alexandre Latsa Alexandre Latsa 19 août 2009 14:08

                          Bonjour,

                          Très bon article ...

                          Pourriez vous me contacter en MDP ?

                          Cordialement


                          • lisca lisca 23 août 2009 17:44

                            Alexandre
                            D’accord


                            • lisca lisca 27 août 2009 13:52

                              Deux erreurs sur les liens 21 et 13. Voici la correction.
                              La forêt russe lien 13
                              http://bandedestinee.spaces.live.com/blog/cns !2C2A6AAC057D3C6F !433.entry&nbsp ;

                              Miss Russie 2008 lien 21
                              http://www.youtube.com/watch?v=90hWYDgdcAg&nbsp ;

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès