Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Touchez pas à mon uranium

Touchez pas à mon uranium

L’empressement soudain de Hollande à vouloir voler au secours du Mali cache en réalité une moins avouable volonté. Pour la première fois de son mandat, à la tribune de l’ONU, le Président y est allé de sa verve pour sonner le rassemblement des bonnes volontés africaines de la région du sud Sahel. L’invasion du nord Mali par les factions armées d’Aqmi (Al-Qaïda du Mali) a rebattu les cartes géopolitiques.

Officiellement la France souffre pour la malheureuse démocratie Malienne, en but aux pillages et à la montée islamique. Les terroristes autrefois au service de Kadhafi et aujourd’hui maîtres des trois-quarts du Mali sont en fait une épine au pied des approvisionnements en uranium de la France. La mine d’uranium la plus importante est située à Arlit au Niger à environ 200 km de la frontière Malienne et il est bien évident que qu’Hollande ne peut se permettre de prendre le moindre risque de bloquer les cinquante huit réacteurs du parc nucléaire et de faire voler en éclats la fameuse indépendance énergétique de l’hexagone. 

Les factions islamiques armées jusqu’aux dents ont compris la fragilité de la France qui se retrouve à devoir protéger un site désormais en proie au banditisme. La prise d’otages sur le site d’exploitation des gisements si précieux pour la France est un moyen facile de lui soutirer un maximum à peu de frais pour des mercenaires habitués aux méthodes expéditives de la tyrannie du dictateur Kadhafi. 

« Les otages sont détenus entre les déserts malien et algérien, dans une zone communément appelée le Timétrine », a affirmé une source malienne. Cette information a été confirmée par la présidence française.


Dans la nuit du 15 au 16 septembre, cinq Français, un Togolais et un Malgache, pour la plupart collaborateurs des sociétés françaises Areva et Satom (groupe Vinci), avaient été enlevés à leur domicile à Arlit, dans le nord du Niger.
Vendredi, le chef d’état-major des armées françaises Edouard Guillaud avait indiqué que la France était prête à « engager le contact à tout moment » avec Aqmi, tout en assurant qu’une opération militaire n’était pas à l’ordre du jour.

Quelque 80 soldats français ont été envoyés à Niamey et se relaient pour mener des vols de reconnaissance dans la région où sont détenus les otages. 

 Voici le passage du discours de Hollande à l’ONU qui ne dit pas exactement ce que recherche la France dans ce volontarisme si particulier à vouloir ainsi à tous prix nettoyer la démocratie malienne des scories islamiques :

« L’urgence, c’est le Sahel. La communauté internationale doit prendre la mesure de la gravité de la situation créée par l’occupation d’un territoire par des groupes terroristes au Nord Mali. Il est urgent d’aider les Etats de la région à trouver ensemble une réponse politique, économique et humanitaire. L’Union Africaine, la CEDEAO doivent prendre des décisions courageuses. La France soutiendra les initiatives que prendront les Africains, à partir de la légalité internationale que leur confèrera une résolution du Conseil de sécurité, pour permettre au Mali de retrouver son intégrité territoriale. »

Le discours de Hollande à l’ONU bien sûr occulte le souci principal du gouvernement qui est de sécuriser et de pérenniser l’exploitation et l’approvisionnement du minerai d’uranium d’Arlit. Il ne faut surtout pas effrayer la population qui pourrait se retrouver en panne d’électricité en plein cours de l’hiver, à cet effet Hollande semble prêt à tout.

Même s’il cela mettait la vie des otages en jeu ?



Sur le même thème

Le Sahel, nouvelle cible économique de la France
L'ONU pour éradiquer le terrorisme en Libye ?
La tragédie des migrants : Les Algériens indifférents
Gouverner, c'est pleuvoir
Libye : vers le démantèlement ?


Les réactions les plus appréciées

  • Par citoyenrené (---.---.---.79) 29 septembre 2012 16:08
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    en partie d’accord avec vous pour les motivations nucléopathes de ce gouvernement centre droit d’Hollande au Mali...comme d’hab, sous couvert de « démocratie »

    mais 2 remarques

    - depuis combien de temps aqmi est localisé dans ses régions ? des années ! alors feindre de le découvrir maintenant que l’on a tranquillement laissé se développer la tumeur, quelle mascarade

    question subsidiaire : qui est aqmi ? qui les finance, qui les tolère ? qui les utilise ?

    - « Les terroristes autrefois au service de Kadhafi » qu’est ce que vous racontez ? c’est une erreur malencontreuse de votre part ou une ration distillée de désinformation ?

  • Par OMAR (---.---.---.104) 29 septembre 2012 18:33

    Omar 33

    « La France soutiendra les initiatives que prendront les Africains,... »

    Mon œil.

    F. Hollande avait plutot suggeré puis espéré une intervention militaire algérienne...

    Cela aurait été parfait que des africains s"entretuent pour la sauvegarde et la protection de l’uranium...
    Les terroristes ?
    Mais la France les aide en Libye et en Syrie...

  • Par Emmanuel Aguéra (---.---.---.79) 30 septembre 2012 12:39
    Emmanuel Aguéra

    De la nucléopathie (je la retiendrai, celle-là !) à l’uraniophilie, on s’arrange un peu avec le mélange des genres.
    Si en effet la lecture des agissement d’Aqmi peut et doit à mon avis aussi se faire indépendamment des évènement lybiens (sauf en matière de récup d’armement, mais c’est monnaie courante après une chute de régime, n’est pas Syrien et voisin du Qatar qui veut), il n’en reste pas moins que le bordel ambiant dans le Sahara n’est de nature à rassurer ni les pays de la régions où la stabilité politique apparaît endémiquement (et l’héritage colonial n’en est pas innocent) bien fragile.
    Les missions aériennes de « reconnaissance » menées en continu par la France dans la région sont symboliques et n’ont probablement pour sens que d’éviter une impuissance et une démission trop apparente vis à vis à la fois des familles, de l’opinion publique, en France comme au Sahel, et évidemment d’Areva et de son personnel. Mais cette impuissance me semble évidente, car ce territoire où se balladent quelques avions que Morice se fera un plaisir à nous décrire, est grand comme 3 ou 4 fois la France et l’on comprend dès lors le besoin de Hollande d’un recours à une coalition. Humanitaire, bien sur...
    L’auteur a cent fois raison d’insister sur ce point, et il nous saute à la gueule que les couleurs politiques n’ont pas grand sens sur ce continent dont le vol systématique et institionalisé des matières premières, notamment énergétiques, apparaît comme le garde-fou contre l’aggravation de notre crise financière qui fait rigoler dans cette région où l’on récupère les tubes cathodiques que l’on jette ici au profit des plasma ultra larges.

    On n’est pas loin de l’appel de Bush à partir en croisade pacificatrice contre un Irak débordant d’or noir...

    Potr finir, j’ajouterais que l’énergie se révéle de façon de plus en plus évidente à la fois comme la source véritable de notre crise... et en grande partie (excusez le gros-mot qui va suivre !) de la dette de notre occident « civilisé ». Je le crie depuis le premier choc pétrolier de 1973, qui ne fut pas pour moi un hasard, au moins en ce qui concerne l’hexagone, puisqu’il intervînt et marqua la fin du Gaullisme et de son contigent de garanties France-Africaines que l’on ne cesse d’essayer de prolonger depuis... Vains et éphémères sparadraps aux doux noms de Kabyla, Ouattara, etc...
    Oui, la crise de ce XXI° siècle a commencé en 73, je l’attends depuis 40 ans, la voici et elle consacre la fin de 3 ou 4 siècles de croissance occidentale basés sur la spoliation systématique (et les massacres divers) des différents empires coloniaux.
    Mais c’est une autre -et longue- histoire... l’Histoire.

  • Par sirocco (---.---.---.73) 29 septembre 2012 16:01
    sirocco

    On avait même entendu Hollande préparer le terrain en pointant du doigt ces fondamentalistes qui détruisent des mausolées à Tombouctou.

    C’est clair : notre Président va-t-en-guerre se positionne en défenseur du patrimoine culturel et de la civilisation.
    Les mines d’uranium un peu plus au nord-est ? Loin de lui une telle pensée !!!!

Réactions à cet article

  • Par sirocco (---.---.---.73) 29 septembre 2012 16:01
    sirocco

    On avait même entendu Hollande préparer le terrain en pointant du doigt ces fondamentalistes qui détruisent des mausolées à Tombouctou.

    C’est clair : notre Président va-t-en-guerre se positionne en défenseur du patrimoine culturel et de la civilisation.
    Les mines d’uranium un peu plus au nord-est ? Loin de lui une telle pensée !!!!

    • Par Alpha&Omega (---.---.---.158) 1er octobre 2012 17:24

      Disons plutôt qu’il est bien un défenseur du patrimoine... Enfin le sien !
      Ainsi que celui de ses associés de canailles ploutocrates.... Pour l’uranium, il ne peut en parler car il n’y en a plus trace, il a été volé par les méchants terroristes... ;)

  • Par citoyenrené (---.---.---.79) 29 septembre 2012 16:08
    citoyenrené

    @ l’auteur,

    en partie d’accord avec vous pour les motivations nucléopathes de ce gouvernement centre droit d’Hollande au Mali...comme d’hab, sous couvert de « démocratie »

    mais 2 remarques

    - depuis combien de temps aqmi est localisé dans ses régions ? des années ! alors feindre de le découvrir maintenant que l’on a tranquillement laissé se développer la tumeur, quelle mascarade

    question subsidiaire : qui est aqmi ? qui les finance, qui les tolère ? qui les utilise ?

    - « Les terroristes autrefois au service de Kadhafi » qu’est ce que vous racontez ? c’est une erreur malencontreuse de votre part ou une ration distillée de désinformation ?

    • Par Emmanuel Aguéra (---.---.---.79) 30 septembre 2012 12:39
      Emmanuel Aguéra

      De la nucléopathie (je la retiendrai, celle-là !) à l’uraniophilie, on s’arrange un peu avec le mélange des genres.
      Si en effet la lecture des agissement d’Aqmi peut et doit à mon avis aussi se faire indépendamment des évènement lybiens (sauf en matière de récup d’armement, mais c’est monnaie courante après une chute de régime, n’est pas Syrien et voisin du Qatar qui veut), il n’en reste pas moins que le bordel ambiant dans le Sahara n’est de nature à rassurer ni les pays de la régions où la stabilité politique apparaît endémiquement (et l’héritage colonial n’en est pas innocent) bien fragile.
      Les missions aériennes de « reconnaissance » menées en continu par la France dans la région sont symboliques et n’ont probablement pour sens que d’éviter une impuissance et une démission trop apparente vis à vis à la fois des familles, de l’opinion publique, en France comme au Sahel, et évidemment d’Areva et de son personnel. Mais cette impuissance me semble évidente, car ce territoire où se balladent quelques avions que Morice se fera un plaisir à nous décrire, est grand comme 3 ou 4 fois la France et l’on comprend dès lors le besoin de Hollande d’un recours à une coalition. Humanitaire, bien sur...
      L’auteur a cent fois raison d’insister sur ce point, et il nous saute à la gueule que les couleurs politiques n’ont pas grand sens sur ce continent dont le vol systématique et institionalisé des matières premières, notamment énergétiques, apparaît comme le garde-fou contre l’aggravation de notre crise financière qui fait rigoler dans cette région où l’on récupère les tubes cathodiques que l’on jette ici au profit des plasma ultra larges.

      On n’est pas loin de l’appel de Bush à partir en croisade pacificatrice contre un Irak débordant d’or noir...

      Potr finir, j’ajouterais que l’énergie se révéle de façon de plus en plus évidente à la fois comme la source véritable de notre crise... et en grande partie (excusez le gros-mot qui va suivre !) de la dette de notre occident « civilisé ». Je le crie depuis le premier choc pétrolier de 1973, qui ne fut pas pour moi un hasard, au moins en ce qui concerne l’hexagone, puisqu’il intervînt et marqua la fin du Gaullisme et de son contigent de garanties France-Africaines que l’on ne cesse d’essayer de prolonger depuis... Vains et éphémères sparadraps aux doux noms de Kabyla, Ouattara, etc...
      Oui, la crise de ce XXI° siècle a commencé en 73, je l’attends depuis 40 ans, la voici et elle consacre la fin de 3 ou 4 siècles de croissance occidentale basés sur la spoliation systématique (et les massacres divers) des différents empires coloniaux.
      Mais c’est une autre -et longue- histoire... l’Histoire.

  • Par OMAR (---.---.---.104) 29 septembre 2012 18:33

    Omar 33

    « La France soutiendra les initiatives que prendront les Africains,... »

    Mon œil.

    F. Hollande avait plutot suggeré puis espéré une intervention militaire algérienne...

    Cela aurait été parfait que des africains s"entretuent pour la sauvegarde et la protection de l’uranium...
    Les terroristes ?
    Mais la France les aide en Libye et en Syrie...

    • Par lionel (---.---.---.106) 30 septembre 2012 22:53

      Quels Africains prendront des décisions ? Ouattara ? Campaoré ? Les pires psychopathes de la région. J’étais à Bamako au moment du coup d’Etat du Capitaine Sanogo et de ses amis patriotes Maliens, j’ai passé plus de dix ans dans la zone Nord Mali où je me suis marié ai des enfants. Veolia possède les eaux du Nord Mali, quand à Areva/Rhodia, ces deux là ont fusionnés pour exploiter les terres rares déjà connues à l’époque où les Français voulaient créer un état Saharien. Les documents circulent à Bamako où les gens sont souvent bien mieux informés qu’ici. Il ne s’agit donc pas seulement d’Arlit. Il est aussi essentiel d’évoquer l’accaparement des terres arables et la convoitise que cette ruée vers la mort suscite lorsque l’on connaît le potentiel de certaines terres du Nord Mali. D’ailleurs, quid du projet industriel agricole pharaonique des fonds souverains Lybiens ? Qui va récupérer les terres, les investissement, l’usine de tomate ? Les paysans expropriés ? Les sociopathes céréaliers dont nous parlaient les services Italiens au début de l’agression contre les Lybiens et leurs travailleurs sub-Saharien ? Les Saoudiens achèteront-ils l’office du Niger ?


      Des militaires Français sont basés depuis plus de deux ans à Sévaré et font des manoeuvres entre Hombori et le pays Dogon comme s’ils étaient chez eux depuis lors... 

      Destruction des Etats nations, stratégie du choc, remembrement géopolitique... Psychopathie.
       
  • Par newphoenix (---.---.---.136) 29 septembre 2012 20:58
    newphoenix

    Bienvenue dans le monde des non dits, des intérêts cachés. C’est pas dans les médias mainstream que l’on relais la realitée. Les merdias me dégoûtent Irak, Afghanistan, Lybie, Syrie bientôt l’Iran. Sous couvert d’apporter la libertée et la démocratie nous vivons des conquêtes coloniales rien de plus. Nous nous arrogeons le droit d’ingerence sur des prétextes falacieux.

    Il n’y a qu’a voir les champs de ruines et les gouvernements fantoches et corrompus que l’on laisse derrière nous. Où est la libertée et la démocratie ??? smiley
  • Par jeanclaude (---.---.---.97) 30 septembre 2012 13:42

    Une chose est de mettre en balance la vie des otages et l’approvisionnement en électricité.

    Le plus important, c’est bien que nous avons besoin de l’uranium. Et pour cela d’une « maîtrise » du sud du sahara.

    Par rapport à cet objectif, les otages ne font pas le poids. Même si on doit tout faire pour les libérer, on ne peut sacrifier une politique de sécurité énergétique à quelques vies d’otages. C’est dur, mais c’est ainsi. Même si on peut discuter sur le fond pourquoi nous « exploitons » les ressources énergétiques africaines. Ou alors, comme Emmanuel Agera, il faut aller plus loin, c’est à dire revoir de fonds en comble notre façon de vivre économiquement.
    Quand on voit que, malgré la présence des écologistes au gouvernement, la seule projection c’est « plus de croissance », on est loin d’une telle remise en cause.

    • Par lionel (---.---.---.106) 30 septembre 2012 23:06

      Jean Claude,


      Et les gens de la région ? Il ne rentrent pas dans votre équation ? Sont-ils moins important que les employés d’Areva enlevés au Niger ? Ce n’est pas quelques petites vies d’occidentaux qui sont d’ors et déjà sacrifiés et qui n’ont pas finis de souffrir, mais celles de millions de gens. Les habitants du Nord Mali, des familles, comme la votre, qui vivaient avec bien plus de liberté que vous n’en avez jamais expérimenté. Qui vivaient avec une « empreinte carbone » à te défriser le plus décroissant des décroissant. J’ai un beau frère qui suit ses troupeaux sur son dromadaire et qui n’a pour toute demeure qu’une tente Peulh et qui aime les vaches et sa famille et qui risque d’être sacrifié pour la "sécurité énergétique d’une civilisation suicidaire et soumises aux forces les plus obscures de l’univers. Les otages d’Areva bossaient eux pour piller un des pays les plus misérables du monde, mais pourquoi donc limiter son empathie à ces gens, parce qu’ils sont Français ? Les Burkinabés souffrent de la dictature du malade Campaoré et de l’afflux de réfugiés Maliens, les Maliens du Sud, eux aussi débordés par les réfugiés dans une économie exsangue... 


    • Par lionel (---.---.---.106) 30 septembre 2012 23:59

      A propose de « sécurité énergétique », vous sentez vous en « sécurité » avec nos centrales nucléaires et leurs gestionnaire ?

       
      Le MOX qui irradie les Japonais, l’Ouest des zétazunis, du Canada, l’ensemble de la planète, les océans. Il vient du Niger, c’est Areva qui l’a vendu. C’est la sécurité énergétique de la France ça ? Non, c’est du business. Mafieu certes, mais du business. Ce qui pèse plus que la vie des otages, c’est des potentialités de bénéfices pour des groupes qui défèquent sur la France, les Français en les associant, entre autre, parce que se sont les Français qui financent, à leur crimes sur des peuples assommés.


  • Par Mounir (---.---.---.185) 19 janvier 2013 16:31

    Article un peu léger ! Pourquoi avoir attendu si longtemps si les intérêts français sont menacés ? et pourquoi agir au Mali alors que l’uranium est au Niger ? La prise d’otages au Niger peut être négocié, du moins elle peut être traité autrement et un conflit au Mali n’est pas une solution aux prises d’otages ! Ceux ci se répéteront indépendamment de l’issus du conflit. 


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires