Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie : 38 personnalités publiques, politiques et de la société civile (...)

Tunisie : 38 personnalités publiques, politiques et de la société civile publient un communiqué de soutien à la féministe Amina Sboui

Face à une compagne d'attaque et de diffamation que subit l'activiste féministe tunisienne Amina Sboui, 38 personnalités publiques, politiques et de la société civile expriment leur soutien par un communiqué publié le 12 octobre 2016. Les signataires dénoncent cette campagne offensive hostile contre la féministe Amina et condamne l'atteinte aux droits constitutionnels, tout en faisant appel à des divers intervenants pour faire face à ces pratiques et suivre les auteurs. 

 

Tunis le 12/10/2016

 

Communiqué de soutien à l'activiste féministe Amina Sboui 

 

Nous les signataires de ce communiqué, des activistes de la société civile et des personnalités publiques, nous nous sommes engagés résolument à apporter notre soutien multiforme à l'activiste féministe Amina Sboui, qui subit depuis le 23 septembre 2016, une attaque organisée pour l'éjecter de son domicile. 

Suite à une sorte de pétition lancée par une association inconnue, son existence légale est incertaine, qui appelle à exclure Amina Sboui de son domicile situé à la région de Sidi Bousaid.

Considérant que ce type d'actions ne peut être utilisé pour des fins illégales , que cette dites "pétition" n'est en réalité, qu'un moyen de diffamation, de discréditation, d'agitation contre Amina, de la diffusion de sédition et de la haine entre les habitant(e)s et qu'elle contient des fausses réclamations, graves et sans aucune preuve. 

Considérant que ces actes constituent des crimes punis par la loi, que la revendication de faire exclure un citoyen de son propre domicile ne représente pas une affaire légitime et que ça représente un appel à la violation des droits constitutionnels d'une citoyenne Tunisienne. 

Considérant que cette attaque et cette compagne de sédition et d'agitation rendent la vie de Amina en réel danger et lui cause des préjudices moraux du fait de la calomnie et la diffamation. 

Nous appelons les autorités à enquêter sur la vérité de cette association et les personnes qui se tiennent derrière son nom, les poursuivre pour ces crimes conformément à la loi et mettre fin à cette tragédie. 

Nous appelons encore les autorités à fournir la protection à l'activiste féministe Amina Sboui. 

Nous appelons les médias à vérifier les informations avant de publier et de ne pas être entraînés dans l'excitation et chercher le Buzz à tout prix, même si cela peut causer de sérieux dégâts à des personnes. 

Nous appelons les organisations et associations humanistes et féministes ainsi que les activistes indépendant(e)s à soutenir Amina pour arrêter cette attaque et ces crimes et poursuivre ses auteurs. 

Signataires :

Samia Fraoues (Activiste féministe) 

Ghazi Mrabet (Avocat et activiste des droits de l'homme)

Hela Ben Salem (Activiste féministe) 

Sadok Ben Mhenni (Militant politique et défenseur des droits de l'homme)

Nadia Chaabbane (Activiste Politique) 

Aziz Amami (Défenseur des droits de l'homme)

Henda Chennaoui (Journaliste et défenseuse des droits humains)

Halim Meddeb (Avocat et activiste de la société civile)

Lina Ben Mhenni (Défenseuse des droits humains)

Lobna Noomene (Artiste)

Anis Saddoud (Activiste Politique) 

Yoldez Bettayeb (Activiste féministe) 

Amjéd Dridi (Activiste féministe) 

Hichem Sellini (Activiste Politique et féministe) 

Khalil Lahbibi (Activiste de la société civile) 

Akram Debbich (Activiste Politique)

Houssem Hajlaoui (Activiste de la société civile) 

Abdellatif Abdelkefi (Activiste de la société civile) 

Asma Fatma Boughanmi Moatemri (Activiste féministe) 

Nozha Sekik (Activiste féministe) 

Hayet Jazzar (Avocate et activiste féministe) 

Rima Ben Fradj (Activiste de la société civile) 

Ilhem Kraiem (Activiste de la société civile) 

Marwa Maalaoui (Activiste féministe) 

Ahmed Ben Amor (Activiste de la société civile) 

Ali Mrabet (Artiste)

Kaouther Sassou (Activiste de la société civile) 

Hajer boujim3a (Activiste de la société civile) 

Rami Ayari (Activiste de la société civile) 

Yamina Thabet (Activiste en défense des minorités ATSM) 

Gayda Thabet (Activiste en défense des minorités ATSM) 

Hind Mebbeb (Journaliste et Réalisatrice) 

Mahmoud Chalbi (Artiste) 

Azza ghanmi (Activiste de la société civile) 

Gilbert naccache (Écrivain et militant politique) 

Safa Chebbi (Activiste de la société civile) 

Nada Mezni Hfaiedh (Réalisatrice) 

Moufida Missaoui (Activiste féministe)


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • patrick22 15 octobre 10:04

    Bravo à Amina et à ceux qui la soutiennent.....
    Courage à vous... La liberté vaut cet engagement......


    • Paul Leleu 15 octobre 15:10

      ’’mon corps n’est l’honneur de personne’’... une grande et profonde phrase dite (ou reprise) par cette jeune femme.... une phrase qui approfondit notre appréhension de l’amour, de la fidélité et des sentiments humains, pour qui veut se donner la peine.


      • Gandalf Gandalf 16 octobre 02:05

        Dans le steak multi-religieux multi-idéologique dans lequel on nage, ça devient stupide de menacer pour des idées.



        • Jonas 16 octobre 10:28

           @ A l’auteur ,

          Des personnalités publiques se mobilisent pour soutenir l’ex-Femen et dépoitraillée , Amina Sboui, qui avait défrayée la chronique en son temps. Sous le pseudo de Amina Tiler. 
          Après deux mois de prison , car dans un pays musulman , on ne tague pas « Femen » sur un mur d’un cimetière , ni offrir sa poitrine à la vue des hommes. 

          C’est la soi-disant ministre de la femme en Tunisie de l’époque , Sihem Badi, outrée par le comportement de sa coreligionnaire qui déclare« Vouloir empêcher par tous les moyens l’existence d’une association Femen en Tunisie  » Contraire à notre religion et à nos traditions« . 
           La ministre de la femme en Tunisie , exécute sa menace, et la » Femen« écope la prison . Après deux mois . a sa sortie , elle a raconté son récit : » On était 45 femmes dans 20 mètres carrés.Quand je suis arrivée dans la cellule, les gardiennes leur avaient dit que j’étais une putain, que j’étais juive , que je voulais que tous les musulmans soient athées. « Propagande enracinée dans le coeur des arabo-musulmans.

          Cette charmante , jeune fille arabo-musulmane avait claqué depuis la porte des »Femen« auxquelles elle reproche non seulement leur » Islamophobie et , évidemment , pour une arabo-musulmane , ’argent qui coulait dans les caisses de ses ex-amies de Pussy Riots , était de l’argent d’Israël« . 
          Comment une arabo-musulmane , comme Amina Sboui, croyante , qui avait affirmé, qu’il faut »respecter la religion de chacun " se soit engagée auprès de telles furies antireligieuses ? 
          Le cas de cette jeune femme symbolise la maladie du monde arabo-musulman , dire et faire n’importe quoi. même dans le pays de Bourguiba, Elle fut traitée de salope, de putain et d’hystérique d’être manipulée par , des Américains et des israéliens. 
          Alors , un simple question : Pour qu’elle Amina Sboui ces 38 personnalités publiques prennent position ? 
           


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès