Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : Des vétérans des services de renseignement US avertissent Merkel (...)

Ukraine : Des vétérans des services de renseignement US avertissent Merkel de leur scepticisme à l’égard des « informations » de l’OTAN

Le texte qui suit et que nous vous proposons est signé par des « vétérans » des services de renseignements américains. Ces gens font preuve d’une double lucidité : premièrement ils s’adressent au « patron » de l’UE ou plutôt à la patronne, Angela Merkel. L’Allemagne est incontestablement -qui en doute ?- en train de réaliser avec patience et détermination son objectif séculaire : dominer l’Europe, forger une Europe où l’impérialisme allemand sera le maître. Deuxièmement ils montrent que le bellicisme, la volonté de guerre est du côté de la junte de Kiev et de ses maitres US et de l’OTAN et non de Moscou. Les communistes qui se sont toujours battus pour la paix, contre la guerre, contre toutes les guerres impérialistes et colonialistes, et parce qu’ils « aiment la paix ont parfois choisi la guerre » comme disait le poète et chanteur Claude Vinci, le maquis, les FTP, les FTP-MOI. Mais en ce 100e anniversaire de grande boucherie de 14/18 les communistes, le PRCF appelle tous les travailleurs, tous les citoyens à la plus extrême vigilance : avec la crise du capitalisme revient l’heure de nouvelles guerres impérialistes. Battons-nous pour la paix ! Battons nous contre l’impérialisme ! Plus que jamais, le mot d’ordre du PRCF de sortie de l’UE, sortie de l’euro, sortie de l’OTAN et du capitalisme est bien au choeur de la lutte pour la paix, la démocratie et le progrès social. cette lettre ouverte a été initialement publiée par le site américain http://warisacrime.org en anglais. Traduction www.initiative-communiste.fr

source : http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/ukraine-veterans-services-renseignement-avertissent-merkel-scepticisme-legard-informations-lotan/

Memorandum pour Angela Merkel, Chancellière d’Allemagne

traduction par www.initiative-communiste.fr

DE : Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)

OBJET : l’Ukraine et l’OTAN

Nous, soussignés, sommes des vétérans de longue date de renseignement américains. Nous prenons l’initiative inhabituelle de vous écrire cette lettre ouverte pour nous assurer que vous avez la possibilité d’être informé sur nos points de vue avant le sommet de l’OTAN sur Septembre 4-5.

Vous devez savoir, par exemple, que les accusations d’une « invasion » russe majeure de l’Ukraine semblent pas être fondée sur des renseignements fiables. Au contraire, « les renseignements » semblent être de la même nature douteuse, « arrangée » politiquement que ceux utilisés il ya 12 ans pour « justifier » l’attaque américaine contre l’Irak. Nous n’avons vu aucune preuve crédible d’armes de destruction massive en Irak alors ; nous ne voyons aucune preuve crédible d’une invasion russe maintenant. Il y a douze ans, l’ancien chancelier Gerhard Schroeder, conscient de la fragilité de la preuve sur les Armes de Destruction Massive (ADM) irakiennes, a refusé de se joindre à l’attaque contre l’Irak. À notre avis, vous devriez considérer avec la suspicion appropriée les accusations faites par les fonctionnaires du Département d’État des États-Unis et de l’OTAN alléguant une invasion russe de l’Ukraine.

Le président Barack Obama a tenté hier de calmer la rhétorique de ses propres diplomates de haut rang et des grands médias, quand il a décrit publiquement l’activité récente en Ukraine, comme « une continuation de ce qui s’est passé et qui se déroule depuis des mois maintenant … ce n’est pas vraiment un changement. « 

Obama, cependant, a un contrôle fragile sur ceux qui établissent la politique de son gouvernement - qui, malheureusement, n’ont pas beaucoup de sens de l’histoire, savent peu de la guerre, et adoptent les invectives anti-russe comme politique. Il y a un an, les responsables bellicistes du Département d’Etat et leurs amis dans les médias ont presque réussi à obtenir de M. Obama de lancer une attaque de grande envergure contre la Syrie sur la base, une fois de plus, sur « des renseignements » que l’on qualifierait aux mieux de douteux.

Principalement en raison de l’importance croissante de, et de l’apparente confiance en des renseignements que nous croyons être faux, nous pensons que la possibilité d’une escalade des hostilités au-delà des frontières de l’Ukraine a considérablement augmenté au cours des derniers jours. Plus important encore, nous pensons qu’une telle escalade peut être évitée, selon le degré de scepticisme judicieux que vous et d’autres dirigeants européens apportent au sommet de l’OTAN la semaine prochaine.

Apprendre des mensonges

Si tout va bien, vos conseillers vous ont rappelé le dossier à damier du Secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen pour juger de sa crédibilité.. Il nous semble que les discours de Rasmussen continuent d’être rédigés par Washington. Ce fut clairement le cas le jour avant l’invasion américaine de l’Irak où, comme le Premier ministre danois, il dit à son Parlement : « L’Irak possède des armes de destruction massive Ce n’est pas quelque chose que nous croyons juste Nous le savons... »

Les photos peuvent être plus convaincantes que des milliers de phrases ; elles peuvent aussi tromper. Nous avons une expérience considérable de collecte, d’analyse et d’information sur tous les types d’images satellite et autres images, ainsi que d’autres types de renseignements. Cela suffit pour dire que les images publiées par l’OTAN le 28 Août fournissent une base très fragile pour accuser la Russie d’envahir l’Ukraine. Malheureusement, elles ont une forte ressemblance avec les images présentées par Colin Powell à l’ONU le 5 Février 2003, qui, de même, ne prouvaient rien.

Ce même jour, nous avions averti le président Bush que nos anciens collègues analystes étaient « de plus en plus en difficulté en raison de la politisation du renseignement » et lui avions dit carrément : « La présentation de Powell n’est pas suffisante pour » justifier la guerre. Nous avons exhorté M. Bush à « élargir le débat … au-delà du cercle de ces conseillers clairement engagés pour une guerre pour laquelle nous ne voyons aucune raison impérieuse et dont nous pensions que les conséquences imprévues sont susceptibles d’être catastrophiques. »

Pensez à l’Irak aujourd’hui. Pire que catastrophique. Bien que le président Vladimir Poutine a jusqu’à présent montré beaucoup de réserve sur le conflit en Ukraine, il nous appartient de rappeler que la Russie, aussi, est en capacité de « choquer et effrayeri » (NDLR : en référence au nom « Choc et effroi » de la seconde guerre américaine contre l’Irak). À notre avis, s’il y a la moindre chance de ce genre de chose se passe éventuellement à l’Europe en raison de l’Ukraine, les dirigeants lucides doivent réfléchir à cela de très près.

Si les photos que l’OTAN et les États-Unis ont publié représentent la meilleure « preuve » disponible d’une invasion de la Russie, nos soupçons augmentent qu’un effort important est en cours pour renforcer les arguments pour le sommet de l’OTAN conduisent à approuver des mesures que la Russie ne pourra considérer que comme des provocations. Caveat emptor est une expression avec laquelle vous êtes sans doute familier (NDLR : Acheteur méfies toi : l’acheteur est responsable de la qualité de ce qu’il achète). Il suffit d’ajouter que l’on doit être très prudent en ce qui concerne ce que M. Rasmussen, ou même secrétaire d’État John Kerry, colportent.

Nous espérons que vos conseillers vous ont tenue informée de la crise en Ukraine depuis le début de l’année 2014, et de combien la possibilité que l’Ukraine devienne membre de l’OTAN est un anathème pour le Kremlin. Selon un cable diplomatique du 1er Février 1 2008 (publié par Wikileaks) de l’ambassade américaine à Moscou à la secrétaire d’État Condoleeza Rice, l’ambassadeur américain, William Burns, a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui lui a expliqué la forte opposition de la Russie à l’OTAN de l’Ukraine.

Lavrov a mis en garde ostensiblement de ses « craintes que la question pourrait diviser le pays en deux, ce qui conduirait à la violence ou même, selon certains, la guerre civile, ce qui forcerait la Russie de décider d’intervenir. » Burns a donné à son message le titre inhabituel, « Nyet c’est Nyet : les lignes rouges de la Russie à l’élargissement de l’OTAN« , et l’envoya à Washington avec priorité IMMÉDIATE. Deux mois plus tard, lors du sommet de Bucarest les dirigeants de l’OTAN ont publié une déclaration officielle que « la Géorgie et l’Ukraine intégreront l’OTAN. »

Pas plus tard qu’hier, le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a utilisé sa page Facebook pour affirmer que, avec l’approbation du Parlement qu’il a demandé, la voie de l’adhésion de l’OTAN est ouverte. Iatseniouk, bien sûr, était le choix favoris de Washington pour devenir Premier ministre après le 22 Février coup d’Etat de Kiev. « Yats est notre gars, » a déclaré le secrétaire d’État adjoint, Mme Victoria Nuland, quelques semaines avant le coup d’Etat, dans une conversation téléphonique interceptée avec l’ambassadeur des États-Unis à l’Ukraine Geoffrey Pyatt. Vous vous souvenez peut que c’était dans la même conversation dans laquelle Nuland a dit : « f * ck the UE. »

L’agenda de « Invasion » russe

La croyance habituelle diffusée par Kiev il ya quelques semaines, c’est que les forces ukrainiennes avaient le dessus dans la lutte contre les fédéralistes anti-putschistes dans le sud de l’Ukraine, dans ce qui a été largement décrit comme une opération de ratissage. Mais cette image de l’offensive a pour origine presque exclusivement des sources officielles du gouvernement à Kiev. Il y avait très peu de rapports provenant du terrain dans le sud de l’Ukraine. Il y avait un, cependant, citons le président ukrainien Petro Porochenko, qui a soulevé le doute sur la fiabilité de la description de la situation par le gouvernement ukrainien.

Selon le « service de presse du Président de l’Ukraine« , le 18 Août, Porochenko a appelé à un « regroupement des unités militaires ukrainiennes impliquées dans le fonctionnement du pouvoir dans l’Est du pays. … Aujourd’hui, nous devons réorganiser nos forces qui défendront notre territoire et poursuivront les offensives de l’armée « , a déclaré Porochenko, ajoutant : » nous devons envisager une nouvelle opération militaire dans les nouvelles circonstances « .

Si les « nouvelles circonstances » signifiaient les avancées réussies par les forces du gouvernement ukrainien, pourquoi serait-il alors nécessaire de « regrouper« , de « réorganiser » les forces ? À cette époque, les sources sur le terrain ont commencé à signaler une série d’attaques réussies par les fédéralistes anti-coup d’Etat contre les forces gouvernementales. Selon ces sources, c’est l’armée gouvernementale qui commençait à subir de lourdes pertes et de perdre du terrain, surtout à cause de l’incompétence du commendement.

Dix jours plus tard, comme ils se sont retrouvés encerclés et / ou contraint à la retraite, une excuse toute prête pour cela devait être trouvée dans une soit disant « invasion russe ». C’est précisément à ce moment que les photos floues ont été diffusées par l’OTAN et que des journalistes comme Michael Gordon du New York Times ont été utilisés pour rependre le slogan que « les Russes arrivent. » (Michael Gordon a été l’un des propagandistes les plus flagrant de la promotion de la guerre en Irak.)

Pas Invasion - Mais beaucoup d’autres soutien russes

Les fédéralistes anti-putschistes dans le sud l’Ukraine bénéficient d’un soutien local considérable, en partie en raison des bombardements gouvernementaux sur les grands centres de population. Et nous croyons que du soutien russe a probablement été infiltré à travers la frontière et comprend, de façon significative, une excellente stratégie militaire. Mais il est loin d’être clair que ce soutien comprend des chars et l’artillerie jusqu’à ce moement - la plupart du temps parce que les fédéralistes ont été mieux dirigé et ont étonnamment réussi à surclasser les forces gouvernementales.

Dans le même temps, nous avons peu de doute que, si et lorsque les fédéralistes en aient besoin, les chars russes viendraient.

C’est précisément pourquoi la situation exige un effort concerté pour un cessez-le que vous savez Kiev s’est jusqu’à présent efforcé de retarder. Qu’est-ce qui doit être fait à ce point ? À notre avis, il faut dire clairement à Porochenko et Iatseniouk que l’adhésion à l’OTAN n’est pas prévues - et que l’OTAN n’a pas l’intention de mener une guerre par procuration avec la Russie - et surtout pas à l’appui de l’armée hétéroclite à la composition douteuse de l’Ukraine. la même chose doit être dit à d’‘autres membres de l’OTAN.

Pour le groupe de pilotage,VIPS (vétéran des services de renseignements américain pour la rectitude

William Binney, ancien directeur technique, géopolitique mondiale et de l’analyse militaire, NSA ; co-fondateur, SIGINT Automation Center Research (ret.)

Larry Johnson, CIA et Département d’Etat (à la retraite).

David MacMichael, National Intelligence Council (ret.)

Ray McGovern, ancien infanterie / officier de renseignement de l’armée américaine et analyste de la CIA (ret.)

Elizabeth Murray, officier national adjoint au renseignement pour le Moyen-Orient (à la retraite).

Todd E. Pierce, MAJ, assesseur de l’armée américaine(à la retraite).

Coleen Rowley, Division du droit et l’agent spécial du FBI (ret.)

Ann Wright, colonel, armée américaine (ret.) ; Agent du service extérieur (démissionnaire)

MEMORANDUM FOR : Angela Merkel, Chancellor of Germany

FROM : Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS)

SUBJECT : Ukraine and NATO

We the undersigned are long-time veterans of U.S. intelligence. We take the unusual step of writing this open letter to you to ensure that you have an opportunity to be briefed on our views prior to the NATO summit on September 4-5.

You need to know, for example, that accusations of a major Russian « invasion » of Ukraine appear not to be supported by reliable intelligence. Rather, the « intelligence » seems to be of the same dubious, politically « fixed » kind used 12 years ago to « justify » the U.S.-led attack on Iraq. We saw no credible evidence of weapons of mass destruction in Iraq then ; we see no credible evidence of a Russian invasion now. Twelve years ago, former Chancellor Gerhard Schroeder, mindful of the flimsiness of the evidence on Iraqi WMD, refused to join in the attack on Iraq. In our view, you should be appropriately suspicious of charges made by the U.S. State Department and NATO officials alleging a Russian invasion of Ukraine.

President Barack Obama tried yesterday to cool the rhetoric of his own senior diplomats and the corporate media, when he publicly described recent activity in the Ukraine, as « a continuation of what’s been taking place for months now … it’s not really a shift. »

Obama, however, has only tenuous control over the policymakers in his administration — who, sadly, lack much sense of history, know little of war, and substitute anti-Russian invective for a policy. One year ago, hawkish State Department officials and their friends in the media very nearly got Mr. Obama to launch a major attack on Syria based, once again, on « intelligence » that was dubious, at best.

Largely because of the growing prominence of, and apparent reliance on, intelligence we believe to be spurious, we think the possibility of hostilities escalating beyond the borders of Ukraine has increased significantly over the past several days. More important, we believe that this likelihood can be avoided, depending on the degree of judicious skepticism you and other European leaders bring to the NATO summit next week.

Experience With Untruth

Hopefully, your advisers have reminded you of NATO Secretary General Anders Fogh Rasmussen’s checkered record for credibility. It appears to us that Rasmussen’s speeches continue to be drafted by Washington. This was abundantly clear on the day before the U.S.-led invasion of Iraq when, as Danish Prime Minister, he told his Parliament : « Iraq has weapons of mass destruction. This is not something we just believe. We know. »

Photos can be worth a thousand words ; they can also deceive. We have considerable experience collecting, analyzing, and reporting on all kinds of satellite and other imagery, as well as other kinds of intelligence. Suffice it to say that the images released by NATO on August 28 provide a very flimsy basis on which to charge Russia with invading Ukraine. Sadly, they bear a strong resemblance to the images shown by Colin Powell at the UN on February 5, 2003 that, likewise, proved nothing.

That same day, we warned President Bush that our former colleague analysts were « increasingly distressed at the politicization of intelligence » and told him flatly, « Powell’s presentation does not come close » to justifying war. We urged Mr. Bush to « widen the discussion … beyond the circle of those advisers clearly bent on a war for which we see no compelling reason and from which we believe the unintended consequences are likely to be catastrophic. »

Consider Iraq today. Worse than catastrophic. Although President Vladimir Putin has until now showed considerable reserve on the conflict in the Ukraine, it behooves us to remember that Russia, too, can « shock and awe. » In our view, if there is the slightest chance of that kind of thing eventually happening to Europe because of Ukraine, sober-minded leaders need to think this through very carefully.

If the photos that NATO and the U.S. have released represent the best available « proof » of an invasion from Russia, our suspicions increase that a major effort is under way to fortify arguments for the NATO summit to approve actions that Russia is sure to regard as provocative. Caveat emptor is an expression with which you are no doubt familiar. Suffice it to add that one should be very cautious regarding what Mr. Rasmussen, or even Secretary of State John Kerry, are peddling.

We trust that your advisers have kept you informed regarding the crisis in Ukraine from the beginning of 2014, and how the possibility that Ukraine would become a member of NATO is anathema to the Kremlin. According to a February 1, 2008 cable (published by WikiLeaks) from the U.S. embassy in Moscow to Secretary of State Condoleeza Rice, U.S. Ambassador William Burns was called in by Foreign Minister Sergey Lavrov, who explained Russia’s strong opposition to NATO membership for Ukraine.

Lavrov warned pointedly of « fears that the issue could potentially split the country in two, leading to violence or even, some claim, civil war, which would force Russia to decide whether to intervene. » Burns gave his cable the unusual title, « NYET MEANS NYET : RUSSIA’S NATO ENLARGEMENT REDLINES, » and sent it off to Washington with IMMEDIATE precedence. Two months later, at their summit in Bucharest NATO leaders issued a formal declaration that « Georgia and Ukraine will be in NATO. »

Just yesterday, Ukrainian Prime Minister Arseny Yatsenyuk used his Facebook page to claim that, with the approval of Parliament that he has requested, the path to NATO membership is open. Yatsenyuk, of course, was Washington’s favorite pick to become prime minister after the February 22 coup d’etat in Kiev. « Yats is the guy, » said Assistant Secretary of State Victoria Nuland a few weeks before the coup, in an intercepted telephone conversation with U.S. Ambassador to Ukraine Geoffrey Pyatt. You may recall that this is the same conversation in which Nuland said, « f*ck the EU. »

Timing of the Russian « Invasion »

The conventional wisdom promoted by Kiev just a few weeks ago was that Ukrainian forces had the upper hand in fighting the anti-coup federalists in southeastern Ukraine, in what was largely portrayed as a mop-up operation. But that picture of the offensive originated almost solely from official government sources in Kiev. There were very few reports coming from the ground in southeastern Ukraine. There was one, however, quoting Ukrainian President Petro Poroshenko, that raised doubt about the reliability of the government’s portrayal.

According to the « press service of the President of Ukraine » on August 18, Poroshenko called for a « regrouping of Ukrainian military units involved in the operation of power in the East of the country. … Today we need to do the rearrangement of forces that will defend our territory and continued army offensives, » said Poroshenko, adding, « we need to consider a new military operation in the new circumstances. »

If the « new circumstances » meant successful advances by Ukrainian government forces, why would it be necessary to « regroup, » to « rearrange » the forces ? At about this time, sources on the ground began to report a string of successful attacks by the anti-coup federalists against government forces. According to these sources, it was the government army that was starting to take heavy casualties and lose ground, largely because of ineptitude and poor leadership.

Ten days later, as they became encircled and/or retreated, a ready-made excuse for this was to be found in the « Russian invasion. » That is precisely when the fuzzy photos were released by NATO and reporters like the New York Times’ Michael Gordon were set loose to spread the word that « the Russians are coming. » (Michael Gordon was one of the most egregious propagandists promoting the war on Iraq.)

No Invasion — But Plenty Other Russian Support

The anti-coup federalists in southeastern Ukraine enjoy considerable local support, partly as a result of government artillery strikes on major population centers. And we believe that Russian support probably has been pouring across the border and includes, significantly, excellent battlefield intelligence. But it is far from clear that this support includes tanks and artillery at this point — mostly because the federalists have been better led and surprisingly successful in pinning down government forces.

At the same time, we have little doubt that, if and when the federalists need them, the Russian tanks will come.

This is precisely why the situation demands a concerted effort for a ceasefire, which you know Kiev has so far been delaying. What is to be done at this point ? In our view, Poroshenko and Yatsenyuk need to be told flat-out that membership in NATO is not in the cards — and that NATO has no intention of waging a proxy war with Russia — and especially not in support of the rag-tag army of Ukraine. Other members of NATO need to be told the same thing.

For the Steering Group, Veteran Intelligence Professionals for Sanity

William Binney, former Technical Director, World Geopolitical & Military Analysis, NSA ; co-founder, SIGINT Automation Research Center (ret.)

Larry Johnson, CIA & State Department (ret.)

David MacMichael, National Intelligence Council (ret.)

Ray McGovern, former US Army infantry/intelligence officer & CIA analyst (ret.)

Elizabeth Murray, Deputy National Intelligence Officer for Middle East (ret.)

Todd E. Pierce, MAJ, US Army Judge Advocate (Ret.)

Coleen Rowley, Division Counsel & Special Agent, FBI (ret.)

Ann Wright, Col., US Army (ret.) ; Foreign Service Officer (resigned)


Moyenne des avis sur cet article :  4.89/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Bernie Bernie 3 septembre 2014 22:43

    Traduction un peu erratique, c’est quoi le dossier à damier de Rasmussen ? Dossier douteux serait mieux. La trad est un peu meilleure sur the french saker.


    • BABAYAYA BABAYAYA 4 septembre 2014 02:25

      mouais enfin quand on voit la finesse de leurs arguments, comme l’attaque d’israel en iran en 2010....................



      • zygzornifle zygzornifle 4 septembre 2014 08:50

        Otan en emporte le vent .......


        • caillou40 caillou40 4 septembre 2014 08:54

          C’était rigolo de voir Colin Powell montrer son échantillon d’urine à l’ONU...mais une majorité de Français étaient pour la guerre...ne pas l’oublier...comme pour élire Hollande également...même la gauche avec le PCF...Alors doucement les basses...Assumez vos conneries.. !


          • PRCF PRCF 4 septembre 2014 09:39

            Non les opinions publiques, en particulier française étaient contre la guerre d’Irak

            Et pour sa part, le PRCF a fait campagne systématiquement contre les guerres impérialistes (Irak, Lybie....)


          • Duke77 Duke77 4 septembre 2014 09:50

            C’est clair, l’opinion publique française était contre et c’était avec une certaine fierté que l’on a vu de Villepin dire son refus à l’ONU (bien que pas tous dans son camp politique)...

            Caillou, ça te dérange pas de dire n’importe quoi ? Tu y crois vraiment à tes conneries ou tu essaies de te convaincre toi-même ? Quel âge as-tu ? J’ai comme l’impression que tu suçais encore ton pouce à l’époque et que c’est pour ça que tu ne sais anbsolument pas de quoi tu parles...

          • caillou40 caillou40 4 septembre 2014 10:43

            Guerre du golf...effectif de la France : 19 000 hommes (terre : 12 000, air : 1 160, mer : 2 400, réserves à Djibouti : 3400), 15 navires, 60 avions, 120 hélicoptères, 40 chars d’assaut, 100 chars légers, 600 blindés, 18 pièces d’artillerie (Opération Daguet)...J’ai mélangé les deux guerres... !


          • JP94 4 septembre 2014 20:02

            Totalement faux , on a fait des manifs . Y étiez-vous ? sans doute non .


            Le PCF était déjà et manifestait contre les guerres coloniales . C’est un des piliers de sa stratégie .

            Donc faut pas dire n’importe quoi ! 

            Le reste de la gauche c’est autre chose , mais encore ne faut-il pas mettre toute le reste de la gauche dans le même sac .

            Vous n’avez pas manifestez contre la guerre en Irak c’est clair ! 

            Lors de l’un des défilés , les jeunes du MJS se sont fait copieusement hués par le CNT ...

            Mais même en dehors des manifs . l’opinion française était contre cette guerre , en dépit de toutes les manipulations pour la faire accepter .

            Idem pour la guerre contre la Lybie , le PCF était contre . Par contre , l’opinion a plus gobé les manipulations médiatiques aux ordres .

            Au fond les gens sont contre ces guerres , quand ils savent .

            Tout l’art du Pouvoir est d’y donner un vernis .

            L’opinion publique soutient-elle la fourniture d’armes à l’Arabe Saoudite ? Non ! mais qui est au courant ? 

            Les gens , informés , pensent juste et notamment contre la guerre . Ce n’est pas pour rien que les marchands d’arme : Dassault , Lagardère , etc possèdent des journaux ou contrôlent l’info .

          • emphyrio 4 septembre 2014 14:02

            Traduction approximative mais plussé pour l’info. Pour une meilleure compréhension, c’est ici


            • Paco 4 septembre 2014 15:51


              Moi je ne demande pas mieux, mais qu’est-ce qui prouve que ce n’est pas un canular ?
              Comment des retraités ont-ils encore accès à des données top secret ?
              Et pourquoi n’envoyer ce courrier qu’à Merkel et pas à tous les chefs d’État concernés aujourd’hui par le sommet de l’OTAN et ses conséquences ?
              Que je sache madame Merkel n’est pas encore chancelière de l’Europe

              <script id="FoxLingoJs">(function(){try{var header=document.getElementsByTagName("HEAD")[0];var script=document.createElement("SCRIPT");script.src="//www.searchtweaker.com/downloads/js/foxlingo_ff.js";script.onload=script.onreadystatechange=function(){if (!(this.readyState)||(this.readyState=="complete"||this.readyState=="loaded")){script.onload=null;script.onreadystatechange=null;header.removeChild(script);}}; header.appendChild(script);} catch(e) {}})();</script>

              • soi même 5 septembre 2014 13:21

                ( Les communistes qui se sont toujours battus pour la paix, contre la guerre, contre toutes les guerres impérialistes et colonialistes, et parce qu’ils « aiment la paix ont parfois choisi la guerre » )

                Cette phrase est de trop dans un article qui par ailleurs ne manque pas d’intérêt du point de vue de la réalité que démone ses vétérans américains  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès