Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Ukraine : Histoire d’une guerre (8)

Ukraine : Histoire d’une guerre (8)

LES SENTIMENTS - 20 JUILLET 2014

La guerre en Ukraine ne se résume pas à des mouvements de soldats sur le terrain, ce sont aussi des sentiments : ceux des acteurs les uns pour les autres, et ceux des spectateurs pour chacun d’entre eux.

 

La sympathie

Barack Obama est définitivement un personnage sympathique. Un visage souriant, une voix douce et profonde, et une femme passionnante au point que Le Figaro en a parlé 265 fois, souvent en ne l’appelant que par son prénom. Nous avons tous applaudi avec émotion à l’élection du premier président noir des Etats-Unis et avons même suivi son investiture pour laquelle la télévision française a jugé bon de retransmettre quatre heures de direct. Le Monde en a parlé plus de 13000 fois mais ce n’est pas parce que les Etats-Unis sont la première puissance économique, car le journal Les Echos, spécialiste en la matière, en a parlé à peine 5000 fois. Cette sympathie et cette confiance ont été construites, consolidées, sublimées même, par la quasi-totalité de la presse décrivant sans cesse les moindres faits et gestes de la famille présidentielle, nous retransmettant heure par heure sa moindre déclaration (ou celle de son administration), sa moindre intervention, sa moindre impression, sa moindre sensation. Et plus récemment, ses moindres soupçons, ses accusations, et finalement ses conclusions sans que l’on sache quoi que ce soit des éléments dont il dispose.  

Les journalistes sont rarissimes à ne pas être tombés dans une idolâtrie qui leur fait perdre tout sens commun, toute raison, toute clairvoyance. L’un de ceux-là, héroïque et pas de moindre référence, a écrit dans Les Echos du 20 juillet. Le moins que l’on puisse dire est qu’il ne s’agit certainement pas d’un journal anti-américain ou prorusse, et encore moins d’un journaliste adepte de la théorie du complot. Il s’agit juste d’un homme qui a gardé sa raison et qui semble un peu en colère d’être l’un des derniers de la profession dans ce cas. C’est Jean-Luc Baslé, l’ancien directeur du journal Les Echos. Il écrit à propos de la conférence de presse d’Obama du 18 juillet[1] :

Comment accorder crédit à une nation qui a envahi un pays, l’Irak, sous un faux prétexte, la présence d’armes de destruction massive, qui faussement en accuse un autre, la Syrie, d’utiliser des armes chimiques, qui en détruit un troisième, la Libye, après s’être accommodé de son dirigeant pendant des décennies, et qui organise un coup d’état dans un quatrième, l’Ukraine. (1) Tout cela au nom de la liberté et de la démocratie ! Comment croire pareilles énormités au regard de l’état de ces pays aujourd’hui ? Dans sa conférence de presse, Obama a été très clair. Poutine doit se soumettre aux conditions américaines ou subir de nouvelles sanctions. Les sanctions sont un acte de guerre. Etrange attitude d’un président qui invoque la diplomatie dans sa déclaration préliminaire mais confronte son adversaire avec un ultimatum ? Poutine est un homme peu recommandable, certes. Pour autant, doit-il être condamné sans jugement ?

1)Au mépris d’un accord passé entre Mikhaïl Gorbatchev et James Baker, alors Secrétaire d’Etat des Etats-Unis 
 

La défiance

Près de 800 fois le journal Le Monde associe le terme KGB à Poutine[2]. On peut citer comme exemple édifiant un article du 16 mai 2014 dans la rubrique Sport et forme nommé « La Russie affiche ses ambitions dans le foot  », consacré au joueur Beckenbauer dans lequel on lit textuellement : « Il ne faut jamais oublier que Poutine a été en poste à Dresde pour le KGB ».

Oui, Poutine est un ancien du KGB. Et le KGB fait vendre, certes, avec ses images d’espions cruels vêtus de sinistres manteaux gris, agissant dans le froid et se livrant à des assassinats en série. Mais on pourrait aussi rappeler que le KGB (actuellement FSB) est comme tous les services secrets du monde, comme le MOSSAD, la CIA ou le MI6 : il recrute parmi l’élite de l’armée ses éléments les plus brillants et les plus loyaux. Et quand on voit certains chefs d’état, on aimerait qu’ils aient été choisis précisément pour ces deux qualités, car ce serait plutôt un avantage d’être un ex des services secrets. Il est avéré que Obama a mis sur écoute la terre entière, mais quelle importance si c’est Poutine l’espion. Obama bombarde quelques pays et fait la guerre dans quelques autres, mais quelle importance, si c’est Poutine l’ancien du KGB.

Passons sur le nombre incalculable de fois où l’on a pu entendre ou lire l’homme fort ou le maître du Kremlin, ou encore qualifier le défilé militaire russe de démonstration de force, ou qui montre ses muscles, pendant que le défilé militaire français, lui, n’est qu’une joyeuse parade bon enfant. Et on a même pu entendre des commentateurs juger que Poutine n’avait pas un regard franc. Le cas de Poutine est définitivement réglé lorsque Marine Le Pen en dit son estime. Là, il devient définitivement acquis que Poutine est un monstre dangereux. Certes, il n’est pas (ou n’a pas été) en guerre avec la moitié de la planète comme l’Amérique d’Obama, mais être estimé de Le Pen, c’est beaucoup plus grave. 

Tout cela donne une idée de l’obsession que les médias transmettent à l’opinion publique en même temps qu’une certaine ignorance, dont le parfait exemple est la fameuse, légendaire et totalement absurde volonté expansionniste de la Russie. Il s’agit bien ici d’ignorance, car il faut vraiment refuser de comprendre les réalités du pays pour soutenir cette idée aberrante. On ne semble pas se représenter le danger qu’il y a à matraquer ainsi une telle propagande qui risque, si ce n’est pas déjà fait, de déboucher sur une haine de la Russie qui pourrait bien être le moteur d’une nouvelle catastrophe, et qui est déjà le principal obstacle à la compréhension de la vérité sur l’Ukraine. C’est une vraie responsabilité des médias, dans le maintien de la paix, que l’on pourrait quelques fois leur rappeler. Et ils portent déjà une lourde part de responsabilité dans la guerre en Ukraine.
 

L’empathie

Sans doute avons-nous perdu toute conscience politique, sommes-nous si désespérés pour ne plus croire qu’en ces misérables « révolutions » customisées, retransmises en direct, dont on nous dit qu’elles sont spontanées comme le choix des couleurs qu’elles arborent dans un mouvement uni et populaire, où tout est organisé, même les tribunes où les intellectuels étrangers viennent faire des discours historiques et pour lesquelles nos ministres se battent pour venir faire des déclarations à la télévision. Ce sera un émouvant : «  Nous sommes de tout cœur avec vous  » adressé aux révolutionnaires. C’est toujours le courageux David contre la brute Goliath, et le nouveau gouvernement libérateur est fêté, salué, soutenu sans réserve puisqu’il a renversé un gouvernement qui ne nous plaisait pas.

Tous nos dirigeants nous l’ont dit : Maidan était un formidable mouvement populaire qui allait enfin renverser un président autoritaire et brutal que le peuple opprimé ne supportait plus (après l’avoir élu en 2010 et lui avoir renouvelé sa confiance en 2012 aux termes de deux élections nationales validées par l’OSCE). Curieusement, on ne nous a rien dit sur les dizaines de manifestations qui avaient lieu dans le pays au même moment en opposition à Maidan et pour le maintien de la légalité et le respect de la démocratie, eux n’avaient ni tribunes, ni caméras, ni pancartes rédigées en anglais. Mais le peuple voulait se débarrasser des oligarques, parait-il. Et c’est ainsi qu’il a élu Porochenko, le roi des oligarques qui a lui-même directement nommé gouverneurs des provinces deux autres oligarques notoires : Akhmetov l’homme le plus riche du pays (47ème fortune mondiale, poursuivi pour blanchiment d’argent, crime organisé, et ayant dû fuir le pays en 2004 pour suspicion de meurtre[3]), et Kolomoisky[4] , 3ème fortune du pays (finançant des bataillons de nationalistes pour se livrer à des expéditions punitives dans l’est du pays et offrant des primes pour chaque rebelle capturé).

 

La haine

La haine est une entreprise de grande envergure. Ainsi, celle semée en occident contre la Russie, à travers Poutine, depuis qu’elle a cessé d’être un pays pauvre. La France, les Etats-Unis et l’Angleterre sont sans doute là où cette haine jointe à l’ignorance fait le plus d’adeptes. Dans l’imaginaire de ceux-là, la Russie est restée l’Union soviétique et Poutine travaille encore pour le KGB. Dans d’autres pays, comme la Pologne ou les pays Baltes, il n’y a évidemment nul besoin de propagande pour alimenter la haine. Elle existe depuis longtemps pour des raisons historiques bien compréhensibles, mais ces campagnes incessantes la ravivent et la réactualisent contre la Russie post-soviétique. 

La haine a en revanche été installée pour longtemps par Porochenko dans son pays dont il bombarde sa propre population depuis plus de deux mois sans qu’aucun dirigeant occidental ne s’en offusque. C’est devenu une guerre traditionnelle pourrait-on dire, mais le conflit a commencé sans artillerie et sans aviation, quand les milices du Pravyi Sektor, composées de malheureux analphabètes, étaient envoyés par petits groupes dans ces régions pour se livrer à de simples expéditions punitives, tuant à l’aveugle n’importe qui et n’importe où, quand, le 2 mai, une centaine de manifestants pacifiques avec femmes et enfants ont été enfermés dans un bâtiment à Odessa dont la majorité sont morts brûlés vifs ou tués par balles. Ce fut le début, les morts ne se comptaient encore que par dizaines pourrait-on oser dire, mais cette période a marqué le début d’une haine que la plupart des habitants ne pourront plus éteindre autrement que par le sang de leurs ennemis. Ce n’était pas encore une guerre, c’était des meurtres. Cette haine-là est durable, c’est celle que l’on voue à l’assassin de ses parents, de sa compagne ou de ses enfants. « Comment pourrait-on pardonner ? » dit un habitant d’un village bombardé.

Et la haine du villageois n’est pas tournée que vers le président ou les gens de l’ouest du pays, elle se tourne aussi vers l’Union Européenne et vers les Etats-Unis, elle se tourne vers les vrais responsables. Car si le lecteur du Monde n’a pas voulu ou n’a pas pu voir la réalité masquée par toutes les constructions qu’il s’est inventées, le petit paysan de la région de Lougansk, lui, a les pieds bien sur terre et la vue bien dégagée, il a parfaitement compris qui était responsable. Sa haine légitime contre l’Union Européenne durera longtemps et c’est l’Union Européenne qui va le forcer à y entrer.

Quant à sa haine de l’Amérique, elle viendra s’ajouter à celle de beaucoup de pays d’Amérique du sud, à celle de beaucoup de pays d’Asie, à celle de beaucoup de pays du monde arabe et à celle de quelques pays d’Afrique. La grande puissance dirigée par le si sympathique Obama est vraisemblablement la nation la plus haïe au monde, tant elle est coupable de tellement de bombardements, tellement de massacres, tellement de malheurs, tellement de sang. Il ne tient pourtant qu’à nous de ne plus croire en leurs mensonges pour que cette horreur cesse.

 

Le conflit armé durera peut-être encore quelques semaines sous sa forme mais mettra peut-être quelques décennies à s’éteindre. C’est la meilleure hypothèse, celle où la Russie résiste à toutes les provocations de Kiev et n’entre pas dans le conflit malgré tous les efforts en ce sens des américains, de leurs manipulations à leurs mensonges.

Mais quelle qu’en soit l’issue, il sera définitivement impossible pour ces populations de vivre avec Kiev. En quelques semaines, sous le prétexte d’en sauvegarder l’unité, Porochenko aura définitivement désintégré le pays. Il y aura vraisemblablement un exode massif de cette région où un grand nombre de logements ont été détruits, où les infrastructures ne fonctionneront plus, où il n’y aura plus ni travail, ni espoir, ni eau, ni électricité, ni gaz à l’entrée de l’hiver, où il n’y aura plus qu’un désastre humanitaire et de la haine. Sans doute, l’Union Européenne enverra-t-elle une aide humanitaire comme le tortionnaire console sa victime. Mais les vies resteront brisées à jamais, les gens n’oublieront pas, et certains d’entre eux deviendront ce que l’UE et Porochenko les ont forcés à devenir en commençant par les nommer ainsi : des terroristes.  

 

 

La honte

Le 20 juin, Porochenko instaure un cessez-le-feu pour aller « signer en paix » le 27 juin à Bruxelles. Sur la photo après signature, on le voit croiser les mains avec les plus hautes personnalités des grandes instances de l’Union Européenne, il jubile, il est dans le Saint des Saints. Sur la photo, les personnages sont hilares comme s’ils faisaient la fête, ils semblent célébrer une grande victoire. Il y a quelques jours, Porochenko bombardait ses propres villages et dans trois jours, il reprendra les bombardements de ses propres villages.

Le lendemain de la signature, les grandes instances de l’Union Européenne lancent un ultimatum de 72 heures à la Russie pour que les rebelles se rendent, conformément au « plan de paix » de Porochenko. Mais les rebelles n’envisagent pas de se rendre. De retour de Bruxelles, Porochenko peut reprendre les bombardements en faisant retomber la faute sur la Russie.

La honte est vraisemblablement le sentiment dominant de ceux qui ont compris ce qui se passait, et qui l’ont compris parce qu’ils ont voulu y être un peu attentif. Le même jour, on votait pour élire le président Ukrainien et choisir le parlement européen. Cette machine étatique qui a parfois fait sourire par sa lourdeur, sa bêtise ou son absurdité, cette machine dont on a si souvent pu se moquer avec bienveillance, cette machine est devenue meurtrière. Elle s’oppose maintenant à ses états membres, de plus en plus souvent, avec de plus en plus de force, contre leur intérêt. Elle invente des consensus illusoires sur des points de détails quand il y a des déchirements sur l’essentiel, elle s’oppose aux états membres comme si elle avait une existence hors d’eux. Au travers de la crise ukrainienne, l’Union Européenne a muté, elle est devenue un monstre. Ses instances se sont pris à avoir une existence propre et ont entraîné ses membres dans un atlantisme indécent, exécutant le moindre caprice d’une Amérique grossièrement mensongère, agressive et meurtrière.

A des régions qui ne demandaient qu’un simple référendum parce qu’ils se sentaient trahis par un coup d’état, elle a trouvé légitime de répondre par des bombardements de population civile. Jamais Porochenko n’aurait pu mener ces massacres si l’U.E. s’y était opposée, jamais.

Mais l’Union Européenne ne s’y est pas opposé, mieux que ça, au lieu de cela, elle en a récompensé et félicité Porochenko. L’Union Européenne nous avait promis la paix et elle a provoqué la guerre. Un rebelle déclarait « Ce sera un référendum, ou un océan de cadavres  »[5]. L’Union Européenne a donné sa réponse et trouve le prix d’un océan de cadavres moins élevé que celui d’un référendum. Ainsi, nous sommes fixés sur ce qu’il en est de la démocratie, nous sommes fixés sur ce qu’il en est de choisir entre le bien et la sécurité des gens d’une part, et l’observation d’un règlement ubuesque au seul servie de la survie d’une administration d’autre part. Non seulement l’UE n’accepte pas l’idée d’indépendance de provinces dans les états, mais elle approuve les bombardements de ceux qui en feraient la demande. Voilà à quoi ressemble l’Europe de la paix qu’on nous a vendue.

Il ne reste plus qu’à espérer que cette damnée Union Européenne implose en même temps que l’Ukraine lorsque les divergences d’intérêts seront trop fortes. Quel autre sentiment que la honte pourrait-on ressentir à son égard ?



[2] Il suffit de faire une recherche KGB ET Poutine sur le site du journal.


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • AlbatrosE AlbatrosE 28 juillet 2014 10:06

    Votre série d’article sur l’Ukraine mérite d’être suivie !


    • k1000 28 juillet 2014 11:54

      L’action du peuple ukrainien s’est nourrie d’une soif de changer une société corrompue : Les petits partis politiques étaient achetés par les plus grands... Comme partout, des institutions se sont tellement gavées et isolées de leur propre militants que Seule la force les ferait revenir dans le droit chemin.


      • filo... 28 juillet 2014 12:38

        Le plus paradoxal pour moi ce sont justement ces oligarques Porochenko, Akhmetov, Kolomoisky, quel diable les a poussés de se mettre dans cette galère qui est la politique ukrainienne d’aujourd’hui.

        Eux qui avaient de l’argent pour mettre à l’abri matériel plusieurs générations de leurs descendants (certainement volées au peuples d’Ukraine) sont venus se frotter à des criminels sans vergogne de Maidan, et des nazi antisémites.

        A propos de somites, je crois qu’ils sont les trois d’origine juive. Comment ce fait alors qu’ils font alliance avec les nazi de Pravy Sektor, des anti sémites notoires.

        Là nous avons encore un paradoxe. Depuis le début des éventements sur Maidan Shin Bet israélienne ainsi que les experts militaires israélienne étaient omniprésent pour encadrer et entraîner ces mêmes nazi.

        Ces oligarques avec la tournure qu’il prennent les événements en Ukraine risquent de finir au mieux devant un tribunal pénal ou de se faire tuer dans le pire des cas.

        Alors pourquoi ils font ça ?

        Il y a un dicton dans les pays de l’Est qui dit que diable vient toujours chercher ce qui est à lui.

        Je serais curieux d’avoir un avis ou une analyse d’un psy à leurs sujet. 


        • ELCHETORIX 2 août 2014 22:51

          Ces oligarques Ukrainiens comme une grande partie de ceux de la Fédération de RUSSIE , sont juifs pour la plupart , mais ils ne sont pas sémites ce sont des askhénazes descendants des KHAZARS : peuple de l’Europe orientale et centrale converti au judaïsme de l’époque .
          Les peuples du proche et moyen Orient sont , eux , sémites car parlant des langues sémitiques comme l’araméen et autres .
          RA.


        • Michel Segal 3 août 2014 05:28

          Aaaaah voilà une information intéressante, j’avais du mal à comprendre cette situation, merci El Che ! 


        • JL JL 3 août 2014 08:02

          ’’Ces oligarques Ukrainiens comme une grande partie de ceux de la Fédération de RUSSIE , sont juifs pour la plupart , mais ils ne sont pas sémites ce sont des askhénazes descendants des KHAZARS : peuple de l’Europe orientale et centrale converti au judaïsme de l’époque’’

          Se pourrait-il que ce soient eux les véritables antisémites ? Cela serait dans le droit fil d’une certaine propension un peu trop universelle à faire porter par autrui ses propres turpitudes.


        • ELCHETORIX 4 août 2014 23:14

          Disons que la plupart d’entre-eux sont sionistes et donc avec leur comportement suprémaciste ils sont effectivement anti-sémites ou du moins ils encouragent l’antisémitisme , moi je dirais qu’ils sont d’expression NAZI-SIONISTE , les « élus » quoi ou bien la « race supérieure » , des psychopathes en somme !
          RA .


        • ELCHETORIX 28 juillet 2014 13:54

          Bonjour l’auteur et merci pour cet excellent article !
          Pour cette ue , je n’éprouve que du mépris et de la haine , disons envers ces « pourris » de Bruxelles et de nos représentants gouvernementaux traitres à notre patrie la FRANCE .
          RA.


            • Torvald 29 juillet 2014 10:56

                Dsl cet article est tellement tendancieux que n’ai pas lu les 7 précédents. Au contact direct avec des Ukrainiens travaillant en France, on a une vision quelque peu et même très différente.On peut supposer qu’il a été évoqué le premier ministre précédent, V. Ianoukovytch.Sa biographie est édifiante. études par correspondance, tout le temps dans la rue, fait de la prison pour vols et bagarres, un vrai modèle pour un futur démocrate. Et cette mentalité minable de petit bourgeois arrivé et très enrichi, la même que celle de Pablo Escobar le narco trafiquant, avec cet amour immodéré des bêtes au point de leur faire un lieu d’accueil dans sa propriété murée, à l’abri des regards.Son équipe était du même tonneau, son premier ministre a été le premier à fuir préventivement, avant la destitution. Les Ukrainiens les traitaient de criminels.

              Dans les pays de l’Est la validation des élections est uniquement une mesure technique, nullement une garantie de démocratie.Il y aurait énormément à dire sur la confrontation Obama//Poutine. 
              Il y a lieu de considérer les administrations respectives, et leurs options passées. Obama est le contraire d’un va-t-en-guerre. 

              « Comment accorder crédit à une nation qui a envahi un pays, l’Irak, sous un faux prétexte, la présence d’armes de destruction massive, qui faussement en accuse un autre, la Syrie, d’utiliser des armes chimiques, qui en détruit un troisième, ... »

              C’est l’héritage considérable de la période Bush, qui n’a jamais pris une décision par lui-même, l’entourage idéologique neo cons se substituant à lui, surtout à partir du 11 sept 2001 qui a marqué une rupture fondamentale.

              « la Libye, après s’être accommodé de son dirigeant pendant des décennies, et qui organise un coup d’état dans un quatrième, l’Ukraine. »

              La Libye et son dirigeant invité à Paris, c’est Sarkozy.
              La position marquée sur l’Ukraine mettant en cause ad hominem le dirigeant russe date du crash du MY17 c’est donc tout récent.

              « Le crash de l’avion de Malaysia Airlines en Ukraine pourrait s’assimiler à »un crime de guerre« , selon la commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme, Navi Pillay. »

              • filo... 29 juillet 2014 11:15

                @Torvald

                Si vous regardez la biographie de Porochenko c’est tout aussi rigolo. Un vraie champion de retournement de kazakh. Mais jusqu’à aujourd’hui toujours de bon côté.


              • Torvald 29 juillet 2014 11:25

                Comme quoi les élections dans ces pays ne sont pas une garantie de quoi que ce soit.


                Mais non pas trouvé la bio de P, sur wikipedia.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès