Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Un fiasco sous le signe du mensonge

Un fiasco sous le signe du mensonge

Un fiasco ou un échec

Il y a eu une séquence médiatique sur Bfm tv : le french doctor Bernard Kouchner adepte de l'ingérence humanitaire et d'autres intervenants bien sous tous rapports, ces gens tout à fait respectables discutaient de savoir si l'opération spéciale pour libérer l'otage détenu en Somalie, si cette opération est un échec ou un fiasco. Ils étaient majoritairement d'accord pour reconnaître que ce n'était pas un réel succès, et le raid pour libérer l'otage français et l'intervention militaire au Mali, (quoique l'un d'eux a eu quand même l'intelligence courageuse de dire que l'on peut naturellement parler de succès), mais ils s'accordaient pour dire que ce n'est pas un fiasco en ce qui concerne le raid en Somalie, mais juste un échec relatif.

J'ai appris lors de cette discussion que le mot fiasco n'a pas la même signification que échec.

Fiasco selon le Larousse « nom masculin (italien fare fiasco, essuyer un échec). Familier. Échec complet, notoire ».

Échec selon le Larousse « nom masculin. Résultat négatif d'une tentative, d'une entreprise, manque de réussite ; défaite, insuccès, revers : subir un échec  ».

D'après leur analyse, l'opération spéciale n'est pas un échec notoire, complet. Ainsi, perdre deux hommes, et faire tuer l'otage n'est pas un fiasco, n'est pas un désastre. On passe d'un homme pris en otage, à la perte certaine de trois hommes. Le pire dans l'histoire c'est l'abandon d'un blessé, qui a finalement succombé à ses blessures.

Aller libérer un otage avec des hélicoptères survolant un endroit peuplé n'est pas la meilleures façon de procéder discrètement et de surprendre les ravisseurs. C'est de l'amateurisme, de l'incompétence.

« Plus de trois jours après les faits, ce « ratage » interpelle les spécialistes de ce type d'opération clandestine. S'il est avéré que les cinq hélicoptères transportant la cinquantaine d'hommes du Service action de la DGSE et d'autres régiments spécialisés. »

Le mensonge à propos du Mali

Les médias dans leur rôle de médias mensonges n'arrivent plus à faire correctement leur travail de manipulation des esprits tant les contradictions flagrantes et choquantes pullulent dans leurs discours.

On nous a assurés que l'intervention fut décidée à la suite de l'appel à l'aide du président transitoire malien. A comprendre que c'est uniquement en réaction à l'avancée menaçante des terroristes vers Bamako que la France s'est vue contrainte d'intervenir militairement au Mali. « Le chef de l'État a répondu à la demande d'aide militaire formulée un peu plus tôt par le président malien Dioncounda Traoré. « Les terroristes cherchent à porter un coup fatal à l'existence même du Mali. La France répondra, aux côtés de nos partenaires africains. Elle le fera strictement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies. » Le Quai d'Orsay a simultanément demandé aux ressortissants français de quitter le Mali. »

Mais nous n'avons même pas le temps d'oublier cette assertion que ces mêmes médias nous parlent d'une opération préparer depuis de longue date : « Contrairement à l'intervention franco-britannique en Libye, la guerre déclenchée vendredi contre les islamistes au Mali a été préparée de longue date. Certes, le pouvoir politique français a semblé un temps tergiverser. Le tempo a été imposé par la nouvelle poussée des djihadistes vers le sud aux autorités françaises. ». Il faut noter que l'intervention de l'OTAN en Libye a également été préparée de longue date. Et les politiques connaissaient les conséquences de l'éclatement de l'État Libyen.

Échec des Américains ou la mystification des Américains.

Un article du New York Times nous informe que les Américains ont, pendant des années, financé et formé l'armée malienne considérée comme un rempart contre le terrorisme sinon un outil d'éradication total. Le journal nous explique que le programme qui a coûté plus de 520 millions de dollars sur quatre ans, était le plus ambitieux dans la région. Néanmoins, cette implication américaine s'est soldée par un cuisant échec d'après l'aveu des Américains eux-mêmes. Non seulement certains des soldats et des cadres militaires formés, entraînés et armés par les Américains ont déserté rejoignant au final les terroristes et d'autres les Touaregs séparatistes. On apprend ainsi que le capitaine Amadou Haya Sanogo a également bénéficié de l'entraînement américain. Que le putsch militaire mené par ce dernier fut une totale surprise par les Américains. Il faut bien les croire ; s'ils le déclarent c'est que cela doit être sûrement vrai. Ou du moins, il faut leur accorder le bénéfice de doute.

En tout cas, dire que cette poignée de terroristes qui, d'après certains ils sont environ de 5000 hommes, ces fanatiques (ou du moins un certain nombre) sont donc bien armés et bien entraînés par les Américains. Ces derniers avouent bien que des maliens, entraînés et armés par eux, ont fait défection en prenant la poudre d'escampette en prenant armes et bagages.

Qui manipule qui finalement dans cette histoire ?

La France n'a pas pour vocation de rester seule au Mali

Ne pas rester seule, mais en tout cas elle a commencé seule, et elle a une forte chance d'assumer seule de s'être embourbée dans le bourbier malien. Comment pourrait-elle venir à bout des terroristes alors que la source ne tarit pas ? sans troupes au sol ? Se contentant d'arroser le désert de bombes ?

Tout le monde est au courant que des milliers de Tunisiens, Libyens entre autres sont entraînés en Libye avant d'être expédier en Syrie. Je me pose une question : n'y a-t-il pas parmi ces recrues destinés à l'exportation vers la Syrie, certains qui rejoignent l'AQMI ??

La France libère Konna. Les terroristes prennent illico Diabaly. Mais on nous a déjà avertis que cette intervention (guerre, conflit, que sais-je), cette intervention « durera le temps nécessaire ». Un mois, deux mois, un an, dix ans ?

 

http://www.voltairenet.org/article168973.html

http://www.nytimes.com/2013/01/14/world/africa/french-jets-strike-deep-inside-islamist-held-mali.html?ref=world

http://www.voltairenet.org/article176897.html

http://houssinc.wordpress.com/2013/01/13/somalia-failed-attempt-to-rescue-allex/

http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/13/01003-20130113ARTFIG00194-mali-les-dangers-de-l-operation-serval.php

http://www.lefigaro.fr/international/2013/01/13/01003-20130113ARTFIG00204-premier-revers-des-djihadistes-a-konna.php

http://www.nytimes.com/2013/01/15/world/france-mali-intervention.html?hpw&_r=0
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • SEPH 16 janvier 2013 10:38

    C’est la guerre entre un homme de droite plein aux as qui est très méprisant envers le peuple en bon larbin des nantis, et et homme qui se dit de gauche mais qui est un arriviste et un imposteur nullement anti-impérialiste.


    • Al West 16 janvier 2013 11:50

      On peut même sérieusement douter de la bonne volonté du gouvernement français à vouloir libérer les otages d’une façon ou d’une autre : quand on voit que les dernières tentatives de libération d’otages échouent systèmatiquement, que les preneurs d’otages, mais également les familles des otages, accusent le gouvernement de bloquer les négociations, je n’irai certainement pas traîner au Sahel en comptant sur les prouesses diplomatiques ou militaires de la France pour me sauver.


      • lulupipistrelle 16 janvier 2013 18:18

        Les sociétés qui emploient des Européens dans ces zones à risques, devraient souscrire une assurance, et payer une intervention de mercenaires, genre blackwater, en cas de prise d’otages. 


      • XanderDjiff XanderDjiff 18 janvier 2013 21:52

        Ou peut etre les embaucher avant, histoire d’éviter la-dite prise d’otage.

        Il faudrait surtout rétablir la justice en Afrique, c’est une terre de désespoir.
         Trop de gens là-bas ont tout a gagner à se lancer dans des activités comme le ’terrorisme’, ou encore la ’piraterie’ -quitte a crever « comme une merde » (pardonnez moi l’expression, mais tapez juste « afrique famine » dans google et regardez quelques images...) dans l’indifférence générale, autant essayer au moins une fois de s’en sortir.
         Quelqu’un qui n’a rien a perdre est pret à tout et facilement manipulable. Ca n’excuse pas ces actes de s’en prendre à autrui, mais d’un autre coté, pour beaucoup, que leur reste t il ? On leur prend leurs meilleures terres, pille leurs ressources, on brevette les semence et on les maintient esclave de l’aide humanitaire internationale. Certes ce n’est pas partout comme ça, mais ça suffit pour générer du ’terroriste’ et du ’pirate’ pour les prochaines décennies, si notre système ne s’est pas effondré avant et si on n’essaye pas d’etre juste.

        Qu’on les considère réellement comme nos égaux, le reste viendra tout seul. On a beau dire ce qu’on veut avec les ’droits de l’homme’ et tout ça, le constat est affligeant pour nos pays dits ’civilisés’...

        En tant que puissance exploitante de ces régions, nous sommes responsables de ce terrorisme, nous lui fournissons perpétuellement, indirectement certes, une infinité de nouveaux combattants toujours plus nombreux, au fur et à mesure que l’inhumanité du système mondialiste augmente.

        Gagner la « guerre contre le terrorisme » (TM°) en terme militaire, c’est commettre LE pire génocide que l’Humanité ait connu.


      • Satournenkare 16 janvier 2013 12:25

        Bon article, merci

        une donné de plus :

        Peut-être que l’intervention éclair de la France est elle aussi motivée par un accord entre le gouvernement malien et la France pour exploiter ses ressources minières ?

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tribune-contre-l-engagement-128827?debut_forums=0#forum3600736


        • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 2013 12:29

          Bonjour,
          Ca fait longtemps il me semble qu’on ne vous avait lue. D’accord avec vous en tout cas.
          Je veux bien comprendre quand même qu’il ne s’agit pas de décourager les autres militaires sur place les pauvres et insister sur « l’échec relatif » plutôt que le fiasco.
          Mais les faits sont là : avant comme vous dites, il y avait un homme en sursis mais vivant, et maintenant, c’est trois morts secs.
          Je suis aussi choquée que les militaires comme on l’a dit « n’avaient pas prévu une telle résistance » !!!
          Y aurait-il eu un manque de préparation dans cette opération à haut risque ? Ne savait-on pas où on mettait les pieds ? Bref, si j’étais otage, je me ferais du mauvais sang !


          • ecolittoral ecolittoral 16 janvier 2013 13:18

            On voit tout de suite que cet article et les commentaires sont écrits par des généraux/espions/soldats, professionnels !

            Vous devriez écrire au présidents et aux ministres pour proposer vos services.
            Vous avez tout compris et avec vous, il n’y aurait pas eu de surprises ni d’échecs.
            Avec vous, tout aurait été succès : militaire, diplomatique et, bien sûr humain.


            • ZenZoe ZenZoe 16 janvier 2013 13:41

              Parce que vous pensez que Hollande, seule personne habilitée à donner l’ordre d’attaquer, s’y connait en stratégie militaire ?
              Parce que vous pensez que les professionnels aux-mêmes ne font pas de bourde (Merah ?) ?

              Moi, quand j’entends un général déclarer que « ses forces ont été surprises par la résistance opposée », je prétends avoir le droit de m’interroger sur le niveau de compétence de nos services de renseignements, et je prétends avoir le droit de déclarer qu’une mauvaise évaluation de l’adversaire est une faute qui ne pardonne pas.


            • SEPH 16 janvier 2013 15:01

              ANSAR EDINE : « Tout comme l’Afghanistant, le Mali sera une défaite totale pour la France »

              (dernière mise à jour mardi 15 janvier à 22h30)
               

              Mis en ligne le 14 janvier 2013, par Spencer Delane (Genève).   

              Selon nos informations, dans le cadre d’une possible recrudescence de la « menace terroriste » en France, différentes forces de police se préparent à des interventions dites « préventives » dans les « milieux islamistes » de l’hexagone ces prochaines 48h.

              En effet, malgré l’envoi de pseudos experts sur l’ensemble des chaines télévisées pour rassurer la population, sur le mode « AQMI et ses affiliés n’ont pas les moyens de commettre des attentats d’envergures sur le sol français  », il semblerait le ministère de l’intérieur soit plus prudent, celui-ci ayant même du inventer dimanche un nouveau seuil d’alerte : «  rouge intense » (il n’existait jusqu’ici que trois stades progressifs au seuil « Vigipirate » : blanc, jaune, orange, rouge, écarlate.)

              En pleine récession et crise économique, la France ne peut pas se permettre ne créer un climat de panique qui serait de nature à l’enfoncer encore un peu plus. Etonnamment, cette récession et crise économique de l’empêche pas de se lancer dans une guerre en Afrique mais, bien sûr, cela uniquement pour y défendre « les droits de l’homme, la condition des femmes et de la liberté d’expression ».

              Que le Mali soit un des premiers producteurs africain d’or, d’argent de cuivre et surtout d’uranium, comme nous l’évoquions dans notre article de dimanche, n’entre assurément pas en ligne de compte…

              Malheureusement, sur le « théâtre des opérations » la situation ne semble guerre réjouissante pour les troupes françaises. A l’aube du 5ème jour de l’opération Serval, le résultat semble en effet pour le moins mitigé. Si la presse française évoque un «  revers pour les islamistes » dans la région de Konna, le commandant de l’organisation Ansar Edine tient un discours pour le moins différent.

              Selon un communiqué publié lundi soir par le Kavkaz Center, le commandant de l’organisation touareg d’Ansar Edine, Iyad ag Ghali, a réfuté les « prétentions selon lesquelles Konna serait sous contrôle de l’armée malienne et de des complices français. »

              «  Les terroristes de l’armée française ont bel et bien bombardé Konna » indique-t-il. « Des femmes, les enfants et les personnes âgées en sont les principales victimes. Il est impossible de savoir combien de personnes ont été tuées, mais le nombre est important. En ce qui nous concerne, nous n’avons perdu que cinq combattants ».

              « L’ensemble de nos chars, de nos véhicules blindés, de nos canons anti-aériens et autres armes sont intacts. Le peuple de France doit savoir ceci : nous combattons les Français avec les même armes que nos frères ont combattu les troupes d’occupations en Afghanistan et en Irak. Nous allons transformer la région en un second Afghanistan et ce sera une défaite totale pour la France », ajoute le commandant d’Ansar Edine.

              « Tout le monde sait ici que nous sommes un groupe local indépendant et que nous défendons les intérêts du peuple touareg, abandonné par le gouvernement malien.

              Notre relation avec Al-Qaïda et d’autres groupes est la même que notre relation avec tout autre musulman. Nous partageons la même foi, c’est tout. Rien de plus, rien de moins  », conclut Iyad ag Ghali.

              Spencer Delane, pour Mecanopolis

              Sur le même sujet, lire également L’intervention militaire française au Mali vise-t-elle à assurer les intérêts d’Areva ?

              Mise à jour de 23h45 :

              Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Ledrian, a déclaré ce lundi que les forces françaises font face à une situation difficile au Mali. Il précise que les militaires français rencontrent « une position difficile à l’ouest du pays » et que ces combattants sont « bien équipés et bien entraînés », selon son expression.

              Le mouvement pour l’unicité et le jihad  Afrique de l’ouest (MUJA) a annoncé qu’il a décidé de fermer ses frontières avec le Niger et le Burkina Faso, en y plaçant des mines et en envoyant des renforts du fait que ces deux pays ont annoncé l’envoi de soldats pour soutenir l’armée malienne.

              Mise à jour du mardi 15 janvier, 00h15 :

              Des combattants islamistes, menés par l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), ont pris le contrôle lundi la ville de Diabali, dans le centre de Mali, à 350 km de Bamako dans une zone sous protection des autorités maliennes, a-t-on appris auprès de sources concordantes.

              Abou Zeid, l’un des chefs d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dirige lui-même les opérations. Ils ont quitté la frontière mauritanienne, pour éviter les raids des avions français, a précisé une source sécuritaire régionale, qui confirme l’attaque contre Diabali.

              Mise à jour du mardi 15 janvier, 00h30 :

              Aujourd’hui, François Hollande, président impopulaire, a engagé la France dans un conflit que l’opinion soutient. Dans un sondage Ifop paru aujourd’hui, 63% des Français se déclarent favorables à l’intervention armée, contre 37% qui y sont hostiles.

              Mais la popularité de l’intervention n’est pas acquise. En temps de crise, l’opinion se cristallise d’abord autour des questions économiques et d’emploi. Hasard du calendrier, ce lundi, l’Unedic a noircit ses prévisions en annonçant que le nombre de demandeurs d’emploi devrait augmenter de… 180’000 personnes cette année.

              Mise à jour du mardi 15 janvier, 20h00 :

              L’information que nous donnions dans cet article hier soir, à savoir que les forces militaires françaises n’ont pas rerpis la ville de Konna, vient d’être confirmée par Reuters :

              PARIS, 15 janvier (Reuters) – La ville de Konna, dont la chute avait déclenché l’intervention des forces françaises au Mali, n’a toujours pas été reprise par l’armée malienne aux djihadistes, a déclaré mardi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

              « A cette heure, la ville de Konna n’a pas encore été reprise par les forces armées maliennes », a-t-il déclaré lors d’un point de presse.

              Jean-Yves Le Drian a également souligné que sur « le fuseau Ouest », les groupes terroristes qui ont pris lundi la ville de Diabaly étaient encore « très présents » et qu’ils « menacent le sud » du pays.

              Il a précisé que 1.700 soldats français étaient actuellement engagés dans l’opération, dont 800 sur le terrain. (Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

              Mise à jour du mardi 15 janvier, 22h30 :

              Selon nos informations, transmise par Alkhabar Média (Mauritanie), une trentaine de véhicules blindés des forces françaises auraient quitté Bamako en direction du Nord, avec pour objectif de lancer une attaque sur Konna à l’aube.


              • aliante 17 janvier 2013 01:32

                Si Hollande voulait s’arroger la médaille de l’humanité il devrait envoyer des troupes au Qatar et en Arabie saoudite ,ensuite lâcher des forces spéciales pour libérer la Palestine
                il y a des peuples qui n’attendent que ça qu’on les aide mais de manières non intéressés
                l’Affaire Malienne pue le pétrole ,le silicium ,l’uranium ,le cuivre et rien à faire du bien être des populations locale ,le mépris meme
                quand Areva pollue eau,et terre au Niiger et balance ses déchets à ciel ouvert
                les gens de la région ont forcement des ressentiments ,les exigences des Touaregs qualifiés mensongèrement de terroristes pas Hollande qui veut son état Malien fantoche sans tenir compte de la partie qui conteste le pouvoir centrale,il ne faut pas oublier que les touaregs combattaient les terroristes amis de Bhl et Sarkozy en Libye au coté de Kadhafi
                Hollande n’a jamais joins les paroles aux actes ,comme le respect de l’environnement des entreprise de prospection et d’exploitation de l’uranium
                est ce qu’en France Areva se permettrait de telles choses ??
                et l’argent qui va dans les poches des ces multinationales voilà le peuple veut sa part et il a entièrement raison ,ils en ont marre de ’l’injustice ,la première des violences c’est bien l’injustice ,la contamination de l’eau ,les travailleurs exploités voilà pourquoi le radicalisme prospère mais ça ça n’émeut personne ,on préfère faire la guerre à des ennemis imaginaires si peu nombreux qu’ils soient ce n’est quand même pas des millions d’âmes
                en plus le cynisme d’Hollande ses amis en Syrie ses ennemis au Mali non mais je pense que Hollande est derrière la mascarade d’Aqmi via le Qatar ce n’est pas possible autrement ce sont les méthodes utilisés contre le régime russe en Afghanistan par les usa

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès