Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Washington et la crise migratoire cubaine

Washington et la crise migratoire cubaine

 Depuis près d’un mois, des milliers de Cubains qui souhaitent se rendre vers les Etats-Unis, dont la législation favorise l’émigration en provenance de l’île, se trouvent bloqués au Costa Rica.

 Près de 6 000 Cubains, candidats à l’émigration vers les Etats-Unis, se trouvent coincés au Costa Rica, sans possibilités de poursuivre leur voyage vers le Nord. Après s’être rendus en Equateur, seul pays d’Amérique latine à ne pas exiger de visa aux Cubains, ils ont entrepris un long périple à travers le continent pour se rendre principalement à Miami. Mais leur chemin s’est arrêté au Costa Rica. En effet, les pays d’Amérique centrale, du Nicaragua au Mexique, refusent de laisser passer les migrants, cibles des réseaux criminels, et exigent une réponse politique de Washington, principal responsable de cette situation[1].

 En effet, les Cubains qui entrent illégalement aux Etats-Unis sont accueillis les bras ouverts, alors que les clandestins des autres nations sont immédiatement arrêtés et expulsés vers le pays d’origine. Cette spécificité est due à la volonté historique des Etats-Unis d’utiliser la problématique migratoire comme arme pour ébranler la Révolution cubaine[2].

Dès 1959, les Etats-Unis ont exprimé leur hostilité au gouvernement de Fidel Castro. Ils ont ouvert leurs portes aux héritiers de l’ancien régime militaire de Fulgencio Batista, y compris aux forces de sécurité impliquées dans les crimes de sang. Washington a également accueilli l’élite économique du pays et a favorisé le départ du personnel hautement qualifié dans le but de déstabiliser la société.

L’impact a été rude pour Cuba. En effet, dans un secteur aussi vital que la santé, près de la moitié des médecins cubains, soit 3 000 d’entre eux, avaient répondu aux sirènes étasuniennes qui leur promettaient une vie meilleure. Cet épisode a plongé le pays dans une grave crise sanitaire. D’autres professionnels hautement qualifiés ont également été incités par les autorités étasuniennes à quitter l’île pour des opportunités économiques plus lucratives en Floride[3].

Dans sa guerre contre Cuba, Washington avait décidé d’utiliser la problématique migratoire pour déstabiliser le pays. En 1966, le Congrès a adopté la loi d’Ajustement cubain, unique au monde, qui stipule que tout Cubain qui émigre légalement ou illégalement, pacifiquement ou par la violence, le 1er janvier 1959 ou après, obtient automatiquement le statut de résident permanent au bout d’un an et un jour, diverses aides sociales (logement, travail, couverture médicale, etc.), ainsi que la possibilité d’obtenir la citoyenneté étasunienne au bout de cinq ans[4].

Il s’agit là d’un formidable outil d’incitation à l’émigration illégale. En effet, depuis près de 50 ans, le pays le plus riche de la planète ouvre ses portes à la population d’un petit pays pauvre du Tiers-monde, aux ressources limitées et victime, de surcroit, de sanctions économiques extrêmement sévères. La logique voudrait que l’ambassade des Etats-Unis à La Havane concède un visa à tout candidat à l’émigration en vertu de cette loi. Or ce n’est pas le cas. Au contraire, Washington limite sévèrement le nombre de visas accordés chaque année aux Cubains afin de stimuler l’émigration illégale et dangereuse et d’instrumentaliser les crises à des fins politiques. Ainsi, faute de visa, les Cubains qui souhaitent émigrer vers les Etats-Unis doivent risquer leur vie à bord d’embarcations de fortune, en espérant ne pas être interceptés par les garde-côtes, ou réaliser de longs périples à travers le continent, à la merci des trafiquants de personnes et des bandes criminelles de toute sorte.

Le New York Times a lancé un appel en faveur de l’abrogation de la loi d’Ajustement cubain :

« Il est temps de se débarrasser de cette politique, une relique de la Guerre froide, qui constitue un obstacle à la normalisation des relations entre Washington et La Havane. […] Ce système fait le bonheur des trafiquants de personnes en Amérique latine et a créé de graves problèmes pour les pays allant de l’Equateur au Mexique. […] L’administration Obama doit négocier un nouvel accord avec le gouvernement cubain afin que l’émigration ordonnée devienne la norme. […] Les autorités américaines sont incapables d’expliquer le traitement spécial réservé aux Cubains, lequel contraste avec la force utilisée par les Etats-Unis contre les Centraméricains, y compris les mineurs, alors que nombre d’entre eux fuient leur pays pour protéger leur vie[5] ».

 

Par ailleurs, depuis près de 10 ans, Washington applique également une politique destinée à piller Cuba – pays reconnu mondialement pour l’excellence de son système de santé – de ses médecins. En effet, en 2006, l’administration Bush a adopté le Programme médical cubain dont l’objectif est de favoriser l’émigration des professionnels de la santé cubains vers les Etats-Unis en leur offrant la possibilité d’y exercer leur métier. Ce programme cible plus particulièrement les 50 000 médecins cubains et autres personnels de la santé qui exercent leur métier dans les régions rurales de 60 pays du Tiers-Monde, venant en aide aux populations déshéritées. Le Président Barack Obama, au pouvoir depuis 2009, n’a pas éliminé ce dispositif, malgré ses déclarations favorables à une normalisation des relations avec Cuba.[6]

L’abrogation de la loi d’Ajustement cubain et du Programme médical cubain est indispensable afin de pouvoir construire une relation apaisée entre Cuba et les Etats-Unis. Washington ne peut espérer une entente cordiale avec La Havane en maintenant des législations hostiles qui mettent en péril la vie des citoyens cubains.

 

Ainsi, un an après le rapprochement historique du 17 décembre 2014 entre Cuba et les Etats-Unis, de nombreux points de discorde persistent entre les deux pays. A titre d’exemple, le Président Obama, malgré ses déclarations positives, n’a toujours pas fait usage de l’ensemble de ses prérogatives pour mettre un terme aux sanctions économiques. Celles-ci affectent les catégories les plus vulnérables de la population cubaine et constituent le principal obstacle au développement de l’île.

 

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba, parole à la défense !, Paris, Editions Estrella, 2015 (Préface d’André Chassaigne).

Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel

 

 

[1] El Nuevo Herald, “Presidente de Costa Rica viajará a Cuba en medio de crisis por migrantes”, 19 décembre 2015.

[2] U.S Citizenship and Immigration Services, “Cuban Adjustment Act”, 1996. http://www.uscis.gov/green-card/other-ways-get-green-card/green-card-cuban-native-or-citizen (site consulté le 25 décembre 2015).

[3] Elizabeth Newhouse, « Disaster Medicine : U.S. Doctors Examine Cuba’s Approach », Center for International Policy, 9 juillet 2012. http://www.ciponline.org/research/html/disaster-medicine-us-doctors-examine-cubas-approach (site consulté le 18 juillet 2012).

[4] United States Congresse, “Cuban Adjustment Act”, 2 novembre 1966. https://www.gpo.gov/fdsys/pkg/STATUTE-80/pdf/STATUTE-80-Pg1161.pdf (site consulté le 25 décembre 2015).

[5] The New York Times, « A New Cuban Exodus », 21 décembre 2015.

[6] United States Department of State, « Cuban Medical Professional Parole Program », 26 janvier 2009. http://www.state.gov/p/wha/rls/fs/2009/115414.htm (site consulté le 25 décembre 2015).


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

128 réactions à cet article    


  • tf1Groupie 29 décembre 2015 10:54

    Et c’est quoi « l’émigration illégale » ?

    C’est quand le citoyen d’un pays n’a pas le droit de quitter son pays vivant ?

    Ah pardon, j’oubliais que l’auteur s’interdit de répondre sur Agoravox.


    • Michel Maugis Michel Maugis 29 décembre 2015 14:40

      @tf1Groupie


      Et c’est quoi « l’émigration illégale » ?

      C’ est quand un cubain ayant l’ autorisation de SON pays pour émigrer aux USA est contraint de le faire illégalement parce que les USA ne lui donne pas le visa d’entrée, mais luis donne toutes les facilités s’il arrive aux USA , malgré tout, sans se faire prendre en mer.

      S’il crie « j’ ai choisi la liberté » à l’ arrivée, il a le droit à un bonus.



    • tf1Groupie 29 décembre 2015 15:31

      @Michel Maugis

      Si ce cubain a l’autorisation de quitter son pays, alors il ne le fait pas illégalement ... mais il le fait contre votre volonté.
      Si il n’a pas l’autorisation de rentrer sur un autre territoire c’est son immigration qui est illégale.

      Ce que vous appelez « illégal » c’est que vous n’aimez pas ; une dictature qui ne dit pas son nom.


    • VDJ VDJ 29 décembre 2015 16:01

      @tf1Groupie

      Selon les accords migratoires entre les Etats-Unis et Cuba (1994, accords voulus par le Cuba), les Etats-Unis s’étaient engagés (à la demande de Cuba) à délivrer un certain nombre de visas en bonne et due forme (environ 20.000 par an, soit nettement plus que ce les Etats-Unis avaient l’habitude d’accorder). En échange, les Etats-Unis ont exigé que Cuba empêche (oui, vous avez bien lu) les sorties « illégales » vers les Etats-Unis (càd sans visa accordé par les Etats-Unis). Les Etats-Unis n’ont, bien entendu, jamais respecté l’accord. Et lorsque Cuba menace de « laisser partir » tous ceux qui le désirent, avec ou sans visa, les Etats-Unis répliquent en invoquant une « atteinte à la sécurité nationale du pays ».

      Vous voyez, c’est beaucoup plus clair lorsqu’on sait de quoi on parle.


    • Michel Maugis Michel Maugis 29 décembre 2015 16:08

      @tf1Groupie


      Autorisation de quitter le pays dans la mesure seulement où le candidat à l’ émigration vers les USA à un visa d’ entrée. Ce n’ est pas Cuba qui fait obstacle.

      Je constate que c’est VOTRE volonté d’ empêcher l’ émigration légale cubaine vers les USA et de favoriser l’émigration illégale. 

    • asterix asterix 29 décembre 2015 20:51

      TANT QU’ON Y EST, L’AUTEUR AURAIT PU ABORDER UNE AUTRE VéRITé
      CELLE DES DIZAINES DE MILLIERS DE CUBAINS FUYANT L’ÎLE DU BONHEUR INSOUTENABLE QUE LA FIDEL COMPANY A FAIT POURSUIVRE PAR SES HéLICOPTèRES ET ENVOYER PAR LE FOND D’UNE SIMPLE RAFALE DE MITRAILLETTE, LES REQUINS éTANT CHARGéS DE FINALISER LE BOULOT.

      PAS DE TéMOINS, PAS DE COUPABLE...
      L’AFFAIRE DU PETIT ELLIAN PAR EXEMPLE

      Comme d’habitude, englué dans sa propagande caca, il ne répondra pas.


    • tf1Groupie 29 décembre 2015 22:23

      @izarn

      « Parce que moi, je vais te sortir des trucs ? OK ? »

      Tu m’as l’air à cran Izarn.
      Pète un coup et respire profondément, on dirait que ton lavage de cerveau te provoque des allergies.


    • tf1Groupie 29 décembre 2015 22:31

      On dirait que les adorateurs de la secte fidelienne ont des problèmes orthophoniques de base : ils confondent « intérieur » et « extérieur ».

      Essayons de leur expliquer :
      dans un pays libre on sort quand on veux, mais n’entre pas qui veut.
      dans un pays non libre comme les pays communistes, entre qui veut (mais personne ne veut) et ceux qui veulent sortir sont éventuellement tirés comme des lapins ou jetés dans des geoles.

      ça a l’air simple pour un individu moyen mais pour quelqu’un dont le cerveau a été gélifié dans les années 60 c’est compliqué.
      Allez, on laisse infuser et dans quelques années Maugis aura peut-être percuté.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 30 décembre 2015 01:19

      @tf1Groupie

      Moi je peux vous répondre. Le comportement des USA envers Cuba suffirait a lui seul a damner devant l’histoire et pour toutes les générations cette immonde malfaisance qu’auront été les EtatsUnis d’Amérique.. Apres le massacre total de ses autochtones et l’esclavage de millions d’Africains importés pour souffrir, ce que les USA ont fait a Cuba justifie que tout f homme de bonne volotné fasse tout en son pouvoir pour saboter, détruire et faire disparaitre toute influence de ce pays maudit que sont les USA,.



      Pierre JC Allard

    • tf1Groupie 30 décembre 2015 10:17

      @Pierre JC Allard

      Sauf que vous ne m’avez pas répondu ... vous prêchez juste comme beaucoup d’autres.


    • Shawford Shawford43 30 décembre 2015 10:22

      @tesfinsnoopie

      Non, PJCA il drague les téloch asexuées, comme d’hab smiley smiley


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 00:27

      @tf1Groupie


      Je suis un grand admirateur de Castro, que j’ai un peu côtoyé è l’époque, mais je n’ai pas renoncé a porter un jugement lucide sur la nature humaine, ce qui est indispensable si on veut prévoir correctement. D’ici quelques années, je pense que Cuba aura fait quelques pirouettes..... On donnera peut-être finalement raison à ce texte que j’ai écrit il y a maintenant 6 ans....

       

      PJCA

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 janvier 00:47

      @Pierre JC Allard



      Encore le petit sabotage des liens qui n’operent pas.. Je commence 

      à cerner les liens qui sont visés....



    • Shawford Shaw42 7 janvier 01:26

      @PJCA

      C’est toujours pratique d’avoir un complotiste à la maison smiley smiley


    • Shawford Shaw42 7 janvier 01:32

      @PJCA

      ON peut plus rire avec les canadiens ? En principe ça c’est toujours bien passé entre nous non ?


    • tf1Groupie 7 janvier 01:38

      @Pierre JC Allard

      De Castro .... lequel ?

      Et vous êtes-vous interrogé sur la nature humaine du Fidel, de son rapport, long et etroit, avec le pouvoir ?
      En France il se serait fait viré en Mai 68, sinon avant.

      Et pourquoi ce soudain changement de cap de Cuba dès le changement de frère ?


    • Shawford Shaw42 7 janvier 02:12

      @TF1

      C’est la première fois que je trouve un de tes posts judicieux smiley , je souscris tout à fait à ce que tu dis... et je te le dis smiley

      Ton RTL2 + que jamais smiley


    • Spartacus Spartacus 29 décembre 2015 14:07

      Ha ce beau système Cubain de « propagande ». Hoops de « santé ». 

      T’as mal au doigt, ils sont très compétants pour te couper la main.

      Quand a cette prose extraite de la propagande des pourritures de communistes Cubains est honteuse.

      Utiliser le désespoir des gens que ces pourris obligent à l’exil pour en tirer propagande.

      Seul les Cubains exilés à Miami et aux USA soutiennent financièrement ces pauvres gens persécutés dan leur pays tenu par la dictature communiste des Castro qui se retrouvent coincés dans les pays du centre Amérique. 

      Après l’Argentine, le Venezuela, maintenant que les élections les ont renversés, le communisme Latino americain s’écroule, voici poindre à l’horizon la fin des bolchéviques sur CUBA.

      Enfin la fin de l’idéologie génocidaire de la coercission des autres pour atteindre l’illusion que chacun peut vivre aux dépens des autres...






      • CN46400 CN46400 29 décembre 2015 14:19

        @Spartacus


        C’est quoi le pb ?

        Des cubains veulent se rendre aux USA. Avant 2014 ils auraient été les bienvenus, maintenant c’est des sud-américains comme les autres, les USA n’en veulent pas plus que des mexicains ou autres métèques venant du sud........Que va faire Valls qui parle leur langue ?

      • Spartacus Spartacus 29 décembre 2015 15:36

        @CN46400


        Effectivement le pays libres attirent plus que les pays communistes.....
        Ca vous fait quoi comme rouge de constater que les gens qui fuient la tyrannie préfèrent aller aux USA que dans les paradis enchantés des rouges ? 

        Venezuéla, Bolivie, Argentine.....
        Ca vous questionne pas sur cette éniemme tentative de « nouveau socialisme » qui échoue ? 

        Ha vous faites partie de ceux en déni des réalités qui vont encore nous sortir après les 70 échecs du socialisme précédents que c’était pas toujours pas du « vrai » socialisme ?
        Pas vrai ?


      • lsga lsga 29 décembre 2015 15:40

        @Spartacus
        Le vrai communisme naîtra aux USA. 


      • colere48 colere48 29 décembre 2015 16:36

        @lsga

         smiley  smiley  smiley  smiley


      • Michel Maugis Michel Maugis 29 décembre 2015 17:20

        @Spartacus

        C’ est un peu comme pour la fusion nucléaire.

        On en parle, on dépense des milliards... mais ça ne marche toujours pas, et ce depuis bien plus de 100 ans... et sans que personne ne nuise à cette recherche.. Et des « utopistes » continuent d’ y croire..

        C’est aussi ce qui s’est passé avec l’ aéronautique. ! combien d’ échec avant ? et sans que personne mène une guerre contre lui.

        Mais la CONSTRUCTION du socialisme est une victoire incontestable puisque des rapaces et autres charognards s’ évertuent à empêcher sa construction en paix.

        Connaissez vous un pays qui essaie ou a essayé de sortir du capitalisme sans que des .... l’ en empêche ? 
        La construction du capitalisme : Combien de centaines de millions de morts sur toute la planète, et ça continue.

        Votre pseudo est vraiment tout un oxymoron. 

        Spartacus était CONTRE l’ EMPIRE FASCISTE DU MOMENT.

      • CN46400 CN46400 29 décembre 2015 19:48

        @Spartacus


        Quand les bretons envahissaient Paris, via la gare Monparnasse, ils ne « s’évadaient pas de la Bretagne » ils venait gagner quelques pepềtes pour en faire profiter leur famille restées dans le Morbihan, avant, espéraient-ils, de revenir au bercail. Les polaks, les ritals, les espagnols, les portos, les magrebins, etc.. ont adopté le même raisonnement. Voir du pays n’est pas mauvais pour les révolutionnaires, c’est d’ailleurs pour cela que les yankées, pendant 50 ans ont empéché les cubains de voyager....

      • asterix asterix 29 décembre 2015 20:58

        @CN46400, d’habitude je respecte votre modération militante, mais ici vous prenez carrément le contrepied de la vérité. Ce ne sont pas les Ricains qui ont empêché les Cubains d’immigrer, ce sont les autorités cubaines elles-mêmes.
        Le temps me manque, mais si vous voulez quelques explications sur la manière dont Cuba jette dehors ceux qu’ils qualifient d’ordures, je suis à votre disposition. C’est tellement difficile de quitter le pays officiellement que la plupart préfèrent la solution balseros.
        Avec tous les risques explicités ci-dessus.


      • steklo steklo 29 décembre 2015 22:19

        @Spartacus

        Et que penses tu de la dictature sanguinaire des USA dont la police tue 3 civils par jour, qui ont enfermé Robert King, condamné à tort, 29 ans en isolement dans une cellule de 6m2, qui détruit ses pauvres à coup de coca et de hamburgers et qui les laissent mourir lorsqu’ils ont le diabète, qui enferme à vie le soldat Manning pour avoir dit la vérité, tout ceci au niveau national ; Passons maintenant à l’international, qui ont coupé les seins et éventrés les jeunes vietnamiennes, qui ont massacrés des millions d’arabes, irakiens, syriens, afghans, palestiniens, qui tuent les enfants du monde entier par leur capitalisme pollueur et qui répand la sous nutrition, qui sont en train de faire mourir en 200 ans la planète après des millions d’années de lente évolution. La différence entre vous et moi, c’est que tout ce que j’ai cité est tout simplement VRAI

      • CN46400 CN46400 30 décembre 2015 08:25

        @asterix


        Ah bon, pourquoi les USA refusaient de délivrer les visas négociés (plusieurs milliers par ans) avec le « régime » pour favoriser, par rapport à tous les autres sud américains, ceux qui émigraient dans l’illégalité (Balseros certe, mais aussi vols de bateau, détournement d’avion etc...) 

      • Spartacus Spartacus 30 décembre 2015 09:18

        @Michel Maugis

        Pour info Spartacus était contre l’esclavage, et ’étatisme qui l’approuvait et donc pour la liberté individuelle.
        Un premier libéral. Et donc tout sauf un collectiviste.

        J’ai toujours trouvé ridicule ces esclaves collectivisés de gauchistes s’accaparer une légende inverse de leur idéologie de négation de l’individu. 

      • asterix asterix 30 décembre 2015 11:33

        @CN46400, rebonjour.
        La réponse est toute simple ET CROYEZ-MOI UNE FOIS POUR TOUTES JE SUIS TOUT AUTANT QUE VOUS CONTRE L’IMPéRIALISME US, MERCI D’EN TENIR COMPTE :
        Être candidat à l’immigration implique beaucoup d’argent ( payement en dollars évidemment ) . le remboursement à un prix prohibitif des frais que le régime estime avoir eu à exposer pour la scolarité du candidat, jusqu’il y a peu 1.000 dollars pour les frais de chancellerie et 250 pour une visite médicale qui consiste à faire foutre à poil « l’ausculté » et l’obliger à tourner en rond sous les injures pour l’avilir, l’avilir encore et toujours. Cette somme, aucun cubain ne l’a en main, elle doit donc venir de l’extérieur, soit de manière légale ( avec ponction de 10% supplémentaires au passage) soit de la main à la main mais attention à la justification.
        Dès lors, il est du point de vue de l’oncle Sam logique de vérifier si le candidat immigrant est un vrai ou une taupe envoyée par le régime.
        Seriez-vous assez candide pour croire qu’il n’y a que l’espionnage des States envers Cuba et pas l’inverse ?
        Le vol de bateaux dont vous parlez ne peut mener qu’à deux solutions : soit la réussite, soit la mort car ce régime si humain qu’est le communisme cubain s’octroie le droit d’envoyer Y COMPRIS AU LARGE DES EAUX TERRITORIALES INTERNATIONALEMENT RECONNUES ses hélicoptères qui se contentent, comme écrit plus haut, d’envoyer une rafale sous la ligne de flottaison et puis glou-glou miam miam pour les requins du golfe.
        Pourquoi n’avez-vous pas répondu lorsque j’ai évoqué l’affaire du petit Ellian ?


      • CN46400 CN46400 30 décembre 2015 12:03

        @asterix


        Ellian ? les enfants pris en otages par un de leur parent lors d’un divorce sont légion en France et en Europe.....Lorsque le parent qui a obtenu la garde disparait, c’est l’autre qui le récupère, normal Non ?

          Quand au prix de l’éducation, vaste pb ; lorsque les USA proposent, moyennant espèces sonnantes, aux toubids cubains expatriés au Brésil de venir aux state exercer leur médecine, on admet du même coup que la formation a une valeur.....Sauf, évidemment, pour ceux qui refusent que l’on dépeint, alors, comme toubids « au rabais »... 


      • asterix asterix 30 décembre 2015 12:59

        @CN46400

        Pas de chance pour toi camarade, mais bien pour le lectorat car il se fait que j’étais à Cuba depuis plusieurs mois lorsque l’affaire Ellian a éclaté. Je vais me contenter de mes souvenirs, ils restent vivaces.
        D’abord les faits : 15 Cubains dont le petit Ellian, sa maman et son amant ( le père ne s’est jamais occupé de son gamin ) ont fui l’île du bonheur à bord d’un bateau volé, direction Miami qui est à 180 km d’Habana. Comme Fidel le juste ne peut accepter qu’on quitte son paradis, il a employé sa méthode favorite décrite ci-dessus : une rafale de mitraillette sous la ligne de flottaison et puis glou-glou. Comme il y avait à bord un pneu de camion, la mère y a déposé le petit confié, comme Moïse, au gré des eaux du Golfe et ce fut tout à fait par hasard qu’il fut récupéré encore vivant par des pêcheurs américains et confié en première instance à son oncle qui résidait à Miami. Tout naturellement, ce voyou de Fidel réclama le retour du petit sur l’île pour le confier à son père au nom des conventions internationales des droits de l’enfant ( incroyable le mec, il cherche à tuer puis invoque l’universalisme humain ! ). Clinton qui était en fin de second mandat fut bien embêté et voulut rendre l’enfant à son père. Là-dessus, les Cubains de Miami ayant la nationalité américaine lui répondirent que s’il faisait cela, l’ensemble des votes de la cmmunauté cubaine allait passer, non pas à Al Gore, mais au fils Bush. Néanmoins, il rendit l’enfant et ce fiut Bush fils qui fut élu en emportant BIEN QUE MINORITAIRE EN VOIX SUR L’ENSEMBLE DU PAYS la Présidence via les 42grands électeurs de Floride qui, traditionnellement vont toutes au andidat majoritaire ( il fallut même truquer les comptages pour y arriver, mais c’est une autre question )
        EXTRAORDINAIRE : C’EST DONC FIDEL QUI A FAIT éLIRE BUSH !!!
        J’en viens à la version cubaine de la chose...
        e fut une entreprise de propagande telle que je n’en ai vu que là-bas. Tous les jours, du matin au soir, ce n’étaient que psychologues qui pleuraient en direct " la répulsion qu’ils éprouvaient face aux USA qui refusaient à l’enfant de retourner chez son père, non mais, vous rendez-vous compte de l’abjection dont se rendent coupables ces loups sans pitié.
        Et bla-bla-bla et bla-bla-bla. A Cuba, il est impossible d’avoir la moindre information venant de l’extérieur. ( cela a légèrement changé depuis que les jeunes sont capables de piquer les infos sur Internet réservé - bein voyons ! aux hôtels ...à un prix prohibitif d’ailleurs ). Comme d’habitude également, TOUS les travailleurs furent convoqués - en rang usine par usine sous la surveillance des contremaîtres pour être sûr que personne n’échappe à l’obligation -et gueuler en coeur le slogan du jour : honte aux USA criminels...
        Impensable, les insectes étaient des centaines de mille à, une fois de plus, faire abstraction de toute dignité !!!
        Un soir, j’étais devant la télé noir et blanc que j’avais offert à la famille, le présentateur du journal TV sortit le bla-bla habituel et, une fois fini son boulot de propagandiste, lâcha bêtement alors qu’il croyait ne plus être à l’antenne : marre de ce petit Ellian !!!
        Il fut limogé le lendemain.
        Et, après quasiment un mois, Ellian revint à Cuba. Toute une journée de TV pour montrer combien sa classe de petits camarades était heureuse de le voir et le papa, ce brave père qui avait abandoné son fils se mit à pleurer de joie devant les caméras.
        C’est tout, tout et la vérité, cher CN46.400 . 


      • CN46400 CN46400 30 décembre 2015 14:28

        @asterix


        Tous les romans ne sont pas élus au prix Goncourt, mais c’est quand même des romans...Et ce n’est pas de sa faute si Fidel, de son vivant, aura, tant de fois occupé la fonction soit de héros soit de antihéros machiavélique. J’apprends qu’après avoir assassiné JFK en 63, il a fait élire W Bush en 2000 alors que je croyais que les magouilles électorale en Floride étaient l’oeuvre du frère Jeb gouverneur de cet état... Sacré Fidel et dire qu’il vit encore alors que Dieu est mort depuis si longtemps !


      • asterix asterix 30 décembre 2015 15:37

        @CN46400

        Un roman, dites-vous ? Mais non, ce n’est que la vérité, ne vous en déplaise. Que nous dialoguions entre personnes d’opinion différente, j’accepte.
        Mais pas que vous mettiez ma parole en doute.
        Ni de transgresser un texte, en l’ocurence celui écrit ci-dessus. Je n’ai jamais parlé de cette tentative d’assassiner Fidel en 63 ( en passant - les chiffres varient - il parait qu’il a été victime de 200 à 3.000 tentatives d’assassinat, mais qu’importe ) et, de toute façon je n’ai pas été témoin des faits, au contraire de ce que j’ai rapporté dans mon intervention préalable, allez relire svp . Ce n’est, je le répète, que la stricte vérité. Le vote des Cubains de Miami en faveur de Bush et les raisons qui ont mené à cette situation ubuesque qui a fait élire un Président minoritaire en voix au nom de la démocratie ( ????????? ) version oncle Sam est AUSSI une vérité. Que le vote ayant amené à la victoire de Bush à quelques voix près ( 500 je pense ) n’émane pas de moi et, comme le trucage probable ne fut pas prouvé, je m’abstiendrai de dire que JE connais la vérité. Cette ultime manipulation fut probable, sans plus. Il n’en revient pas moins qu’aucun Président américain ne peut être élu s’il n’emporte pas les voix des 42 grands électeurs de Floride. Tout américain le sait, vous le savez, je le sais et Fidel qui a simplement profité de l’opportunité le sait aussi.
        Or, cette histoire incroyable mais vraie s’est produite trois mois avant l’élection américaine...
        Et, soit également dit en passant, il est bizarre de constater qu’Obama a emporté depuis la Floride ET PAR DEUX FOIS, à des dizaines de milliers de voix près !
        Cela ne vous interpelle-t-ii pas ?
        Auriez-vous ne fut-ce qu’une explication plausible, sinon le vote cubano-américain ?
        Pourquoi ne répondez-vous pas sur les faits et non en biaisant, c’est la seconde fois que je vous le demande ?
        Pourquoi croyez-vous que l’ultime chance des républicains actuels d’empêcher Donald Duck Trumpet de les représenter s’appelle Rubio, FILS D’IMMIGRé CUBAIN et gouverneur ou Sénateur DE FLORIDE précisément ? 
        Vous mélangez vérités et approximations pour semer le doute... Cette méthode ressemble plus à celle des propagandistes qu’à une position sincère, vous m’en voyez désolé venant de vous. Si je dérange tellement sur ce site, c’est justement parce que je suis capable de rapporter une vérité qui n’émane ni d’un journal, ni d’une quelconque propagande, mais de ce que j’ai vu sur place. Allez relire tout ce que j’ai écrit sur Cuba depuis cinq ans. Si vraiment j’avais inventé toutes ces histoires si différentes, c’est vrai que je mérite le prix Goncourt de l’opposant le plus imaginatif.
        Et je garde la meilleure pour Fortin : vous verrez, c’est imparable et vous constaterez, vous comme d’autres, que s’il y a bien quelqu’un qui connait le vrai Cuba sur Agoravox, c’est moi. J’y suis arrivé comme homme de gauche convaincu et on m’en a foutu dehors 4 ans plus tard pour avoir eu l’audace de dire à la lumière de l’expérience que je m’étais trompé.
        Vous, Lasrami, le grossier Maugis, Allard, Fortin etc, VOUS NE VOUS TROMPEZ JAMAIS. Vos certitudes, vous ne les remettez d’aucune façon en question et ce jusqu’à la mauvaise foi, c’est ce qui nous sépare.
        DUBITO ERGO SUM - Je doute donc je suis, hasta la muerte siempre !. 


      • Osis Oxi gene. 30 décembre 2015 16:45

        @asterix

        Curieux comment l’impuissance rend certain individu grossier...


      • Shawford Shawford43 30 décembre 2015 17:18

        @Momaugis

        je connais Cuba bien plus que vous.

        Trop l’argument d’autorité de mierda à 100 pesos qui pue.

        Et moi qui ai niqué une cubaine à la Dominique un jour, je connais tout ça bien mieux que vous, c’était de l’intérieur, et bien profondément smiley smiley smiley


      • CN46400 CN46400 30 décembre 2015 17:29

        @asterix


        1- JFK n’est pas Fidel Castro !
        2- Si je comprends bien, vous contestez que les « conventions internationales des droits de l’enfant » puissent s’appliquer aux cubains...

      • Shawford Shawford43 30 décembre 2015 18:08

        @Michel Maugis

        On se connaît, sur le respect respectif de notre échange contextualisé, aucune friture de la ligne, et donc rien à ajouter.

        Pour le reste, je passe mon tour jusqu’à plus ample information par mes propres soins(si cela s’impose ou me titille, je suis pas venu présentement ici pour sonder les faits, juste les âmes smiley ), ce que vous vous devrez de considérer comme légitime, en tout cas je l’espère smiley


      • VDJ VDJ 29 décembre 2015 14:08

        "De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer. Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violation des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences funestes.« 

        Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba (sorte d’ambassade informelle) entre 1987 et 1990, in »Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.


        • VDJ VDJ 29 décembre 2015 14:15

          L’acte fondateur le plus important de la stratégie américaine est la création du Cuban Refugee Program (programme des réfugiés cubains) en Février 1961. D’abord conçu comme une extension du programme d’aide aux réfugiés Hongrois de 1956, il était aussi construit autour de la volonté de résoudre le problème d’installation des immigrés cubains en dehors de l’état de Floride, en attentant leur retour à Cuba. Le coût initial du programme avait été estimé à 4 millions de dollars, mais son application se prolongea jusqu’en 1975 pour un coût d’environ 1 million de dollars par an (devenant du coup, parmi tous les programmes similaires, le plus cher jamais entrepris aux Etats-Unis).

          Cette prolongation s’explique, notamment, par l’échec de l’invasion de la Baie des Cochons en 1961 et les suites de la crise des missiles en 1962 qui provoquèrent un changement dans la vision des Etats-Unis sur la durée supposée de la Révolution cubaine et en conséquence, sur la manière que le programme devait être appliqué.

          Parmi les plus belles incohérences (apparentes) de la politique américaine, citons la Migration and Refugee Assistance Act (Loi sur la migration et l’assistance aux réfugiés) votée en 1962 et suivi la même année par la décision du président Kennedy de suspendre les vols entre les Etats-Unis et Cuba. Cette dernière mesure - surprise - eut pour conséquence l’abandon sur place de dizaines de milliers de cubains qui se retrouvaient séparés de leurs familles déjà installées aux Etats-Unis. La seule alternative légale était d’obtenir un visa pour un pays tiers et, de là , tenter une entrée sur le sol américain selon les règles en vigueur pour tout immigrant potentiel. Cependant, ceux qui émigraient de Cuba de manière « illégale » et entraient aux Etats-Unis sans avoir eu recours aux procédures légales étaient accueillis malgré tout et recevaient un traitement de faveur.

          Cette situation provoqua une grande vague d’émigrations illégales - selon les termes mêmes des lois américaines en vigueur - pour atteindre le nombre de 30.000 entre 1962 et 1965. La réponse des autorités cubaines fut d’ouvrir, fin 1965, le port de Camarioca, dans le nord-ouest de l’île, afin de permettre aux bateaux des émigrés cubano-américains de venir récupérer leurs familles dans des conditions de sécurité suffisantes. Durant les mois d’Octobre et de Novembre de cette année, environ 2.700 personnes émigrèrent par ce moyen, obligeant les Etats-Unis à signer le « Memorandum of Understanding » en Décembre 1965, premier accord bilatéral sur le traitement de l’émigration.

          Dans cet accord, le gouvernement américain s’engageait à autoriser l’immigration de 3.000 à 4.000 cubains par mois, en accordant la priorité aux regroupements familiaux. De son côté, le gouvernement cubain instaura des restrictions pour les personnes considérées comme indispensables pour l’économie cubaine ainsi que pour les jeunes âgées de 15 à 26 ans.

          Durant les 8 années que dura cet accord, environ 250.000 cubains purent émigrer, dont 90% avaient déjà une partie de leur famille là -bas.

          Mais l’existence de cet accord ne modifia en rien les relations entre les deux pays. Même lorsque ces départs étaient totalement volontaires et effectués dans un cadre juridique clairement défini, par des moyens de transport appropriés, les Etats-Unis continuaient d’appliquer indistinctement le terme de « réfugiés politiques ». Les vols étaient qualifiés de « Freedom Flights » (Vols de la Liberté) et aucune distinction n’était faite entre immigration légale ou clandestine. Durant la même période, environ 10.500 cubains entrèrent illégalement sur le sol américain et recevaient le même traitement qu’auparavant.

          En 1966, l’administration Johnson approuva la « Cuban Adjustment Act » qui accordait automatiquement l’asile politique à tous les immigrés cubains et réduisait les délais administratifs pour l’obtention d’un permis de séjour permanent et de la citoyenneté américaine.

          Doris Meissner, membre de la commission de l’US Naturalization and Immigration Service (le service en charge de l’immigration aux Etats-Unis) décrivit cette loi comme "une honte nationale par la nature discriminatoire qu’elle oppose entre différentes communautés d’immigrants et les possibles manipulations politiques qu’elle implique".

          http://www.legrandsoir.info/cuba-et-migrations-jeux-enjeux-et-double-jeux.html


          • lsga lsga 29 décembre 2015 14:28

            La bonne nouvelle : Cuba, grâce à Castro frère, redevient progressivement une néo-colonie US. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès