Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’incroyable histoire du film de Paul Moreira que l’ambassade (...)

L’incroyable histoire du film de Paul Moreira que l’ambassade d’Ukraine a voulu censurer

Lundi dernier, le 1er février, Canal+ a diffusé dans Spécial Investigation le documentaire de Paul Moreira "Ukraine : les masques de la révolution" (à voir sur AgoraVox TV). Une vive polémique a précédé et suivi dans la presse la diffusion de ce film, que l'ambassade d'Ukraine avait demandé à Canal+ de censurer. Retour sur une semaine de tourmente médiatique, sur fond d'un conflit tragique.

La levée d'un tabou ?

Quel est le propos du film ? Paul Moreira prétend révéler au grand jour ce que ses confrères auraient passé sous silence  : le rôle de l’extrême droite dans la révolution de Maïdan et son emprise sur l’Ukraine post-Maïdan. Plus précisément, Moreira affirme l'implication décisive des mouvements Svoboda, Pravy Sektor et du régiment Azov, qui auaient constitué le fer de lance de l'insurrection.

Rappelons que Svoboda est un parti ukrainien nationaliste d'extrême droite, parfois qualifié de néo-nazi, ayant tenu des propos russophobes, polonophobes, racistes, antisémites et homophobes. Pravy Sektor (ou le Secteur droit) est un parti politique ultranationaliste ukrainien, essentiellement anti-Russe, qui a été fondé en tant que confédération paramilitaire. Quant au régiment Azov, il s'agit dune unité paramilitaire spéciale formée de volontaires ukrainiens intégrée à la garde nationale ukrainienne.

Les déclarations de ces groupes sont sans ambigüité : hostiles à la démocratie, au libéralisme, russophobes, antisémites. Leurs membres aiment à s'immortaliser en photo faisant le salut nazi et arborant des emblèmes nazis. On est loin des sympathiques combattants de la liberté pro-européens luttant pour la démocratie qu'on nous a vendus... D'après Moreira, ces démocrates existaient, bien entendu, mais sans l'action des groupes paramilitaires, ils n'auraient pas pu arriver à leurs fins.

Ces groupes paramilitaires sont par ailleurs responsables d'un crime de guerre : le massacre de 42 manifestants pro-russes brûlés vifs à Odessa le 2 mai 2014.

Aujourd'hui, ces groupes sont armés jusqu'aux dents et combattent les séparatistes du Donbass, pratiquant vis-à-vis de ceux qui tentent de s'opposer à eux une politique de terreur, que ce soit à Kiev ou en province, le tout en toute impunité, les autorités ukrainiennes semblant impuissantes à résister à leur pression, comme le montre encore Paul Moreira dans son documentaire. On assiste à la mise en coupe réglée d'une partie de l'administration locale par ces néo-nazis.

En France, rapporter ces faits vaut de se faire traiter d'agent du Kremlin par toute la meute du politiquement correct, des journalistes aux experts du quai d'Orsay, unis pour affirmer que les "méchants" sont du côté russe, ou séparatiste, et les "gentils" du côté ukrainien. Pour que cette propagande tienne, il faut minimiser la dangerosité des pires combattants ukrainiens. Souvenons-nous que Laurent Fabius, qui n'est pas à une bourde près ("le Front al-Nosra fait du bon boulot"...), avait osé déclarer : "Le parti Svoboda est un parti plus à droite que les autres, [mais il n'est pas] d'extrême droite". Quant à Bernard-Henri Lévy, il estimait que Svoboda n'était pas pire que le Front national :

Acte I : l'ambassade d'Ukraine demande la censure

Le documentaire de Paul Moreira aurait pu ne jamais être diffusé, si Canal+ avait cédé à la demande de l’ambassade d'Ukraine en France. Dans un communiqué officiel, diffusé en partie sur Facebook le 29 janvier, ainsi que sur le site Causeur, elle s’en prend violemment au réalisateur qui, nous dit-on, « donne au spectateur une représentation travestie et mensongère de la situation en Ukraine. »

En vertu de quoi :

« la version de M. Moreira des événements en Ukraine, y compris l’annexion illégale de la Crimée, est une douce musique aux oreilles des partisans des théories du complot et des propagandistes pro-russes. Cela fait de ce reportage un pamphlet à la hauteur des pires traditions de désinformation. »

L’ambassade finit par demander à la chaîne cryptée la censure pure et simple du film :

« Ce n’est pas du pluralisme dans les médias, mais de la tromperie, et Canal+ serait bien avisé de reconsidérer la diffusion du film. Vous le savez, sans doute, ce genre de journalisme déloyal est une arme très puissante qui peut en effet être utilisé au détriment de vos téléspectateurs… »

Le journaliste Marc Cohen, dans son coup de gueule publié sur Causeur, note que "dans cette campagne, le lobbying de l’ambassade a été efficacement relayé par certains de nos confrères, notamment Benoît Vitkine, le très engagé spécialiste de l’Ukraine au Monde".

Acte II : Benoît Vitkine, la nuance à deux vitesses

En effet, dès le le 31 janvier dans Le Monde, Benoît Vitkine minimise le rôle de Pravy Sektor, Azov et Svoboda, qui n'auraient pas été "les artisans de la révolution", mais seulement "l’un des bras armés". Depuis, ils ne constitueraient pas "une force politique majeure" en Ukraine, car "leurs scores électoraux sont dérisoires". Moreira ne dit pourtant pas autre chose... Les groupes paramilitaires ont constitué l'un des bras armés - déterminant - de la révolution, et depuis ils exercent une pression constante sur les autorités, par la violence de rue, sans qu'ils aient besoin de faire de gros scores aux élections.

Mais citons Paul Moreira lui-même, qui a répondu à Vitkine sur son blog dès le 30 janvier :

"Je n’ai jamais dit que le fascisme s’était installé en Ukraine. La phrase clé de mon doc est : “La révolution ukrainienne a engendré un monstre qui va bientôt se retourner contre son créateur.” Puis je raconte comment des groupes d’extrême droite ont attaqué le Parlement et tué trois policiers en août 2015. Jamais je n’ai laissé entendre qu’ils étaient au pouvoir. Même si le pouvoir a pu se servir d’eux."

Le plus piquant dans la critique de Vitkine réside sans doute dans ce passage :

"Le documentaire élude aussi toute analyse nuancée du nationalisme ukrainien et de ses ressorts, amalgamant nationalisme, extrême droite et néonazisme. Au sein même des groupes que ­Moreira étudie, les néonazis constituent une minorité."

La nuance est ici à deux vitesses, car on a rarement vu Le Monde la pratiquer à ce point pour faire le tri entre les bons et les mauvais nationalistes en France... Ici, on l'a compris, les mauvais (les nazis purs et durs) ne sont qu'une minorité. On croirait lire du BHL. "Aurait-il la même retenue vis-à-vis de manifestants français qui arboreraient une croix celtique ?", demande ainsi Marc Cohen au sujet de son confrère du Monde ?

Benoît Vitkine n'apprécie pas non plus certaines allusions que d'aucuns (l'ambassade d'Ukraine par exemple) qualifieraient volontiers de "complotistes" :

"des allusions mystérieuses aux petits pains distribués sur Maïdan par la sous-secrétaire d’Etat américaine, ­Victoria Nuland, ou à la présence à Kiev, à l’occasion d’une conférence organisée depuis de longues années, de responsables de la CIA ou de militaires américains. Le propos se fait elliptique, mais le tableau prend forme. Pour Moreira, si Washington a fermé les yeux sur l’installation d’un nouveau fascisme en Ukraine, c’est au nom de la lutte contre la Russie de Vladimir Poutine, et pour installer au pouvoir « des ministres pro-business”  »."

Admettons que cette vision - que dénonce Vitkine - ne semble pas dénuée de toute pertinence... et que nous serions même tentés de faire un parallèle entre cette situation (laisser faire des néo-nazis pour faire tomber un régime ennemi et mettre en place un régime ami, afin de contenir la Russie) et celle que nous avons connu en Afghanistan, où les Etats-Unis ont là carrément aidé des islamistes pour vaincre les Soviétiques dans les années 1980, et, plus récemment, ont contribué fortement à la création de Daech, peut-être dans le cadre du projet de remodelage du Moyen-Orient (ce n'est qu'une hypothèse), comme l'expliquait au sénat le général Vincent Desportes le 17 décembre 2014 :

"Quel est le docteur Frankenstein qui a créé ce monstre ? Affirmons-le clairement, parce que cela a des conséquences : ce sont les États-Unis. Par intérêt politique à court terme, d’autres acteurs – dont certains s’affichent en amis de l’Occident – d’autres acteurs donc, par complaisance ou par volonté délibérée, ont contribué à cette construction et à son renforcement. Mais les premiers responsables sont les États-Unis."

Si Benoît s'appelait Antoine, on comprendrait sa propension - en tant que membre du Cercle de l'Oratoire - à défendre la politique des États-Unis et à lutter contre l'antiaméricanisme... Mais là, on ne comprend pas. En tout cas, si l'on se fie à l'avis de Frédéric Dedieu sur le site dedefensa.org, Benoît Vitkine aurait l'habitude de pratiquer le Poutine bashing, faisant "la guerre à Poutine et à tous ceux non alignés sur ses positions vertueuses".

Affamé de nuance pour distinguer entre néo-nazis, ultra-nationalistes et extrême-droite en Ukraine, Benoît Vitkine se montre moins soucieux de la nuance lorsqu'il condamne le travail du documentariste de Canal+ :

« Le rôle de chevalier blanc que s’arroge Paul Moreira, en prétendant dévoiler des vérités passées sous silence, ne tient pas. L’expérimenté documentariste s’est attaqué à un sujet réel. Il a choisi de “regarder par lui-même”, nous dit-il. Mais n’a vu que ce qu’il voulait voir, remplaçant les masques par des œillères. »

On peut se demander si, à la vérité, chacun ne porte pas des oeillères, Vitkine compris, et ne voit pas que ce qu'il veut voir... Les pro-Russes d'un côté, les pro-Ukrainiens, pro-USA, pro-UE de l'autre. Tel semble bien être notre commun et trop humain défaut.

A ce propos, Marc Cohen, dans Causeur, pose une bonne question à Benoît Vitkine, au sujet d'une curieuse omission dans son article :

"Il est un argument dont Moreira n’use pas, sans doute par timidité confraternelle. Il a tort. A mes yeux, il aurait du mettre en demeure Vitkine d’expliquer pourquoi il ne parle à aucun moment de la volonté de censure de l’ambassade d’Ukraine alors que son papier a été publié 48 heures après le communiqué de l’ambassade, et republié 72 heures après. La censure, c’est peanuts, au Monde en 2016 ?

Ce silence regrettable de mon confrère du Monde appelle un dernier commentaire de ma part. On n’a pas le droit de rester neutre face à une tentative honteuse de censure. Ici, c’est la France, pas le Qatar ou la Corée du Nord."

Le biais pro-Ukraine de Vitkine l'aurait-il empêché de voir, puis de rapporter la tentative de censure des autorités ukrainiennes ?
 
Acte III : Stéphane Siohan et la dangereuse paresse intellectuelle

Le gros de l'attaque contre Moreira est cependant venu un peu plus tard, le 3 février, lorsque 18 journalistes, tous connaisseurs du dossier ukrainien pour avoir travaillé sur place (deux avaient déjà publié sur leurs sites une tribune en anglais : Sébastien Gobert et Gulliver Cragg), ont adressé une une lettre ouverte au réalisateur, publiée dans l'Obs. Ils y dénoncent, pêle-mêle, un manque de mise en perspective pour aborder une question aussi complexe, une "présentation binaire de l’annexion de la Crimée", le fait que la guerre du Donbass ait été "évacuée comme un fait secondaire au milieu du film", ou encore "une série d’erreurs factuelles, des informations non recoupées, mais aussi des raccourcis et des manipulations de montage". Voici sans doute leur principal grief :

Le grand tour de passe-passe de ce film est de faire de groupes extrémistes paramilitaires le vecteur principal de la révolution ukrainienne. Ils ont été le bras armé d’une mobilisation populaire qui avait sa propre justification citoyenne. Ils se sont renforcés et développés a posteriori, en réaction à l’invasion de la Crimée par la Russie, et à l’apparition de phénomènes séparatistes dans l’est du pays.

(...) nous rejetons vivement la théorie d’un renversement du pouvoir en février 2014 par des groupes paramilitaires d’extrême-droite...

Enfin, contestant le caractère inédit des informations du film, ils prétendent que "tous ces événements ont été reportés, étudiés, documentés, par les médias français et le reste de la presse internationale". Les signataires concluent en dénonçant chez Moreira une "dangereuse paresse intellectuelle". Le documentariste leur a répondu, point par point, sur son blog le 5 février.

Paul Moreira n'a pas vraiment apprécié l'accusation de paresse intellectuelle, et il a eu l'occasion de le faire savoir à l'instigateur de cette lettre ouverte : Stéphane Siohan. En effet, notre documentariste est tombé sur un article du journaliste suisse, Jean-Christophe Emmenegger, paru sur Sept le 5 février. Il allait y trouver une aide inattendue...

Après avoir dénoncé d'entrée "l'absurdité de la polémique" contre Moreira, Emmenegger nous apprend que l'un des signataires de la lettre ouverte, Stéphane Siohan, avait publié le 14 novembre 2014 dans le magazine Elle un article faisant l’apologie des « Ukrainiennes » qui combattent « les séparatistes russes », et qu'il avait donné la parole à une jeune néo-nazie qui avait eu droit à une magnifique photo pleine page. L'histoire avait fait scandale à l'époque, lorsque, en décembre, l'identité de la jeune femme avait été révélée sur les réseaux sociaux.

Les journalistes mis en cause s'étaient alors défendus en racontant qu'ils avaient rencontré « cette combattante du bataillon Aïdar le 2 octobre dernier, sur la ligne de front près de la ville de Lougansk, aucun élément, aucun signe extérieur distinctif, aucune parole dans l’interview, ne laissait comprendre ce jour-là que cette jeune femme était néo-nazie. » Pourtant, rétorque Emmenegger, le bataillon Aïdar avait fait l’objet, un mois plus tôt, d’un rapport par Amnesty International. Le 8 septembre 2014, l’ONG le reconnaissait coupable de crimes de guerre dans la région de Lougansk. Et longtemps auparavant, des soupçons d’exactions, appuyés par de nombreux exemples, ont circulé sur Internet. "Cela aurait dû inciter ces journalistes « connectés » à s’interroger sur le bataillon Aïdar", lance Emmenegger. "Si moi je les ai vus, ces exemples, pourquoi pas eux ?" La réponse - caustique - coule de source : "Etait-ce de la paresse intellectuelle ?"

S'en est suivi ce petit échange sympathique sur Facebook entre Moreira et Siohan, le premier cherchant - en vain - à arracher des excuses au second :

Acte IV : Charlie et l'idiot utile

La cerise sur le gâteau, c'est cette pique ultime de Charlie Hebdo contre Paul Moreira, publiée le 5 février sur Facebook :

Le documentariste est qualifié d'idiot utile, reprenant à son compte les grosses ficelles de la propagande poutinienne en laissant entendre que la révolution de Maïdan a été le fait des milices d’extrême droite ukrainiennes, elles-mêmes soutenues ou protégées par la CIA. L'entrefilet est signé Iegor Gran, fils d'un dissident soviétique qui a manifestement gardé une dent contre Moscou.

Le 6 août 2015, il s'en était déjà pris avec une grande vigueur à Nicolas Sarkozy, qui ne s'était pas opposé à l'annexion russe de la Crimée, ce qui lui avait valu d'être comparé à... Alain Soral !

"Jamais, de ma mémoire de Français, jamais je n'ai eu aussi honte qu'en écoutant M. Sarkozy justifier aussi platement l'agression russe en Ukraine et s'aligner aussi servilement sur Vladimir Poutine lors de son discours au Conseil national de l'UMP. (...)

Honte d'entendre, dans la bouche d'un ex-chef de l'Etat, la justification de l'annexion de la Crimée, en violation totale des accords internationaux, après une intervention armée et un référendum de mascarade, comparable, tant en organisation qu'en résultat, à l'Anschluss de l'Autriche. (...)

Honte de voir que l'anti-américanisme primaire, je dis bien primaire, se fait applaudir par vos clercs, M. Sarkozy, quand vous sortez de votre chapeau la rhétorique poutinienne consistant à clamer que l'Amérique est le grand fautif - comme toujours -, et que c'est elle qui profite de la brouille entre la Russie et l'Europe en versant sournoisement de l'huile sur le feu. Sur son site néo-fascisant, Alain Soral ne dit pas autre chose, et je n'ose imaginer que vous ignorez avec quels bas-fonds vous flirtez en reprenant à votre compte ce populisme qui ne date pas d'hier. "

Si, pour Moreira, Maïdan = Nazis = CIA, selon Iego Gran, pour celui-ci Poutine = Hitler et Sarkozy = Soral... On se demande qui est le plus caricatural.

Des oeillères et des hommes

Si l'on résume cette affaire médiatique, Paul Moreira prétend que les groupes d'extrême droite ont été déterminants dans la réussite de l'insurrection de Maïdan, tandis que tous ses opposants affirment qu'il n'en est rien, que la révolte était populaire, et que les groupes extrémistes n'ont pris de l'importance que par la suite, en particulier à cause de l'invasion russe en Crimée. Je ne saurai départager factuellement ces deux camps. Ce qui est sûr, c'est que dans le premier cas la révolution paraît légitime, alors que dans l'autre elle ne le paraît pas. Chacun, selon sa sensibilité (pro- ou anti-russe), a donc l'irrepressible tentation de tordre la réalité pour la voir comme elle l'arrange. Oeillères, vous avez dit oeillères ?

Pour finir, je vous renvoie aux photographies de Capucine Granier Deferre, signataire de la lettre ouverte contre Moreira, qui a par la suite longuement échangé sur Facebook avec Jean-Christophe Emmenegger... un échange qui nous montre à quel point il est difficile de se faire un avis sur qui a raison et qui a tort, chacun semblant de bonne foi en tout cas.

Son travail sensible et courageux, sur le conflit en Ukraine notamment, vaut le détour : http://capucinegranier-deferre.fr/


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 8 février 10:43

    Et ces « Nazillons » sont soutenus par les USA et l’Europe beaucoup d’argent..) dont la France de Hollande vous savez le menteur-véreux de l’élysée de Vichy.. ?


    • doctorix doctorix 9 février 17:21

      @Le p’tit Charles

      Soros et les USA ont investi 5 milliards de dollars dans la pseudo-révolution ukrainienne qui n’est que le nième coup d’Etat fomenté par les USA depuis 60 ans sous couvert de démocratie.
      Ca qui est frappant, c’est que, alors que les lecteurs de la presse alternative savent depuis le début que les néo-nazis, poussés par les USA, sont à la base de ce coup d’état (what else ?), il faut attendre huit mois pour voir cette possibilité évoquée comme vraisemblable dans un media mainstream. Et encore en devant forcer le passage aux forceps.
      En d’autres termes, le rôle des journaux est de concurrencer Lotus dans l’assistance à certaine de nos fonctions naturelles, et rien d’autre. Et la télé est une fenêtre sur l’infini du vide.
      Merci àCanal+ d’avoir resisté.
      Même si c’est bien tard, et qu’une autre presse, plus couillue, aurait pu renverser la tendance bien plus tôt.
      Mais cette prise de position tardive indique probablement qu’on est en train de renverser la vapeur, que le gouvernement ukrainien n’en a plus pour longtemps, et qu’il va être lâché..
      Canal+ joue sans doute le rôle des résistants de fin Juillet 1945 : courageux quand le risque se dissipe, après voir longuement collaboré, comme les copains.

    • elpepe elpepe 14 février 15:28

      @doctorix
      exact 100% avec vous


    • JBL1960 JBL1960 8 février 10:48

      Toujours ce 2 poids 2 mesures, en tout... C’est le fameux « Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes contre nous » de Bush au lendemain des attaques du 11/09/2001, et d’Hollandouille dès le 14/11/2015. Vous pavoisez = Bien et pour l’opinion publique ; qui ne communie pas dans la commémoration ne peut être que du côté des assassins ! J’ai relayé sur mon blog dès le 7 janvier dernier dans ce billet https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/07/artung/ Article de M. Dinucci sur l’Ukraine nazie et le lendemain, j’ai rédigé ce billet sur les snipers de Maîdan https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/08/en-souvenir-des-morts-de-maidan/ Et rappelez-vous qu’en janvier dernier une réunion de néo nazie a eu lieu à Nantes sans que finalement ça gêne personne... J’en ai même fait un parallèle dans ce billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/01/28/dieudonne-en-chine/ Notre consentement à tout ce bordel, nous en rend complices et c’est cela qui est insupportable et sur lequel on peut agir.


      • MAIBORODA MAIBORODA 8 février 11:09

        copie du commentaire en réponse à madame Colin Lebedev, auteur(e) d’un article attaquant MOREIRA dans MEDIAPART  :


        Ne pouvant me prévaloir, à l’instar de dame Colin Lebedev, de titres éminents, je ne saurais attribuer à ma modeste réponse la qualité de « commentaire autorisé ». Mais mon pseudo traduisant tout simplement mon patronyme ukrainien, les lecteurs comprendront mon intérêt pour tout ce qui se dit, s’écrit, se divulgue, se propage, se diffuse, concernant l’Ukraine.

        1. Je ne suis guère étonné par la teneur de l’article. Il correspond peu ou prou à la ligne éditoriale atlantiste de Médiapart.

        2. Le fait que dame Colin Lebedev s’empresse de « démolir » avant même sa projection un documentaire qui met l’accent sur la participation active des fascistes ukrainiens à la « révolution démocratique » de Maïdan n’est guère surprenant. Laissons lui la responsabilité de ce procédé, et n’entrons pas dans une controverse inutile sur les sources qui étayent son propos. 

        3. L’Ukraine, considérée sous l’angle de la géopolitique, est malheureusement située au cœur d’une guerre, à mon sens l’une offensive, l’autre défensive, que se livrent deux grandes puissances rivales. Ces dernières utilisent toutes les armes dont elles disposent, celle de l’information ou de la désinformation n’étant pas la moindre. L’article de dame Colin Lebedef participe de l’arme médiatique. Pour ma part, si je ne puis, en qualité de membre d’une association d’amitié Corse-Ukraine-Russie, prendre parti, je m’autorise, en tant que citoyen libre, à exprimer nettement mon sentiment sur mon blog personnel.

        Cf. http://www.kalinka-machja.com/  et  http://www.wmaker.net/u-zinu ( Blog pour sa part « non recommandé » chez Médiapart.

        Il me paraît en effet honnête de ne point celer, chère madame Colin Lebedef, le « lieu d’où l’on parle. » 


        • ENZOLIGARK 8 février 12:24

          @MAIBORODA ... , Привет ( Bonghjornu ) , ... kalinka-machja . corsica en projet OU bien  ? ! . ... Amicizia . ... [ АФФ ИСС ] ....


        • MAIBORODA MAIBORODA 8 février 19:14

          @ENZOLIGARK


          En retour, et très cordialement : Привет .... et Amicizia.
          Bonne visite sur : 
          Kalinka-Machja, et :
          « u zinu »


        • Etbendidon 8 février 11:38

          D’abord j’ai regardé l’émission sur anal + et c’était très bon
          pauvre paulo (Moreira) le spécialiste des reportages (très partiaux) sur le FN (il en a fait une tartine, il doit être docteur honoris causa FN !))
           smiley
          mais cette fois je me suis dit, paulo tu vas te bruler les doigts et l’intelligentsia merdiatique qui te faisait les yeux doux va t’asassiner (merdiapart et compagnie)
          ça n’a pas loupé et le pauvre moreira va maintenant avoir beaucoup de mal à trouver du blé pour faire ses reportages et les diffuser
           smiley


          • troletbuse troletbuse 8 février 13:26

            @Etbendidon
            Bravo, didon, tu as bien appris les leçons de l’inspecteur Gadget et tes déductions sont conformes au siennes. Il ne te reste plus qu’à prendre quelques leçons d’orthographe et ce sera parfait


          • Etbendidon 8 février 16:46

            @troletbuse
            oui bendidon trolleybusse je suis trais désu que tu ne sois pas aller FAIRE LE SINGE sur le nartic de fergugus où il y a ton ami grounichou
            Pour l’ortografe je suis les nouvailles reccomandations de l’EN et me mais à la portée des lecteurs de agoravosse
            signé inspectore gadgetopoulos
             smiley


          • MAIBORODA MAIBORODA 8 février 19:19

            @Etbendidon


            Il se trouve que contrairement à la logique votre copine Marine n’a pas applaudi au putsch pseudo démocratique de Maïdan et n’a pas semble-t-il manifesté une sympathie débordante à l’égard des groupes dénoncés par Moreira. Rendons lui cette justice, même si par ailleurs on ne partage pas son idéologie globale.

          • Et hop ! Et hop ! 8 février 12:38

            Le problème, ce n’est pas la participation à la Révolution de Maiden de groupes qui se réclament du néo-nazisme, 

            c’est que cette révolution a été entièrement organisée par les USA, la CIA, la fondation Sorros, et autres succursales de la CIA, qui instrumentalisme ces groupes comme elle instrumentalise ailleurs des musulmans radicaux ou la mafia.

            Le problème est que cette prétendue révolution a été un coup d’état violent pour renverser un gouvernement légitime, pour mettre en place un gouvernement dictatorial.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 13:13

              @Et hop !
              La méthode est toujours la même. Les organisateurs que vous listez ont l’habitude de faire faire les mauvais coups par des larbins sélectionnés : attentats, révolutions colorées, coups d’ Etats, ne pas apparaître au grand jour, et agir par procuration. Par les plus pires qui existent sur marché de la violence :

              - D’anciens nazis pour commettre des attentats pendant la guerre froide en Europe de l’ Ouest, attentats attribués à la Gauche pour la discréditer : GLADIO, les Réseaux Stay Behind, les armées secrètes de l’ OTAN.


              - Les Frères Musulmans pour déstabiliser certains Etats.

              - Les néo nazis de Kiev.

              - Ou, les Islamistes des divers mouvements djihadistes, qui ressemblent aux précédents comme deux gouttes d’eau. Recrutés par les Saoudiens pour le compte de la CIA.

              Mais évidemment, il ne faut pas que cela se sache....Comme disait Goebbels spécialiste de l’enfumage, ben... « Quand on voit les ficelles, la propagande ne marche plus... » On peut donc lister au passage, les médias chargés de cacher les ficelles.


            • alinea alinea 8 février 20:09

              @Et hop !
              On peut rajouter aussi que la Russie n’a jamais annexé la Crimée !


            • Attilax Attilax 8 février 22:14

              @alinea

              D’abord, la Crimée n’a pas été « annexée » par la Russie, elle a décidé elle-même de s’y « rattacher ». Nuance.
              Ensuite, vous semblez oublier qu’il y a eu un référendum, quand même, et des observateurs internationaux qui pourtant ne demandaient pas mieux que de crier « au loup » ont été obligés de reconnaître que les votes n’avaient pas été truqués... Moi je les comprends, les gens de Crimée, de pas avoir eu envie de tomber dans le giron des malades russophobes de Kiev. S’ils ne l’avaient pas fait, ce serait la guerre aussi chez eux. En quoi ce référendum au score sans appel et plein de bon sens vous gêne-t-il ? En quoi ont-ils eu tort de ne pas vouloir se rattacher à un gouvernement illégitime issu d’un putsch organisé par des nazis, vous pouvez me le dire ?


            • alinea alinea 8 février 22:19

              @Attilax
              Vous êtes sûr que c’est à moi que vous répondez ? smiley


            • Attilax Attilax 9 février 10:13

              @alinea
              Woops, le second degré m’avait échappé, dsl. smiley


            • alinea alinea 9 février 15:27

              @Attilax
              Non !! c’est vous qui avez mis du second degré alors que j’étais bêtement au premier !!
              La Russie n’a jamais annexé la Crimée. Enfin si on s’en tient au sens d’annexion : faire passer sous dépendance ; sinon, certes, la Crimée est passée sous souveraineté russe, mais de bon coeur !!


            • Attilax Attilax 14 février 12:17

              @alinea
              On est d’accord. Je dois devenir trop cynique en vieillissant, je vois du second degré partout... Autant pour moi smiley


            • Et hop ! Et hop ! 17 février 20:02

              @alinea : Comment, vous ne lisez pas la presse ?
              En 2015, l’armée russe a envahi 17 fois l’Ukraine, mais comme ils ont des chars avec des blindages furtifs, on ne peut pas montrer des photos.


              • capobianco 8 février 13:38

                @Garibaldi2

                Et cela : http://www.dailymotion.com/embed/video/x1qnu74

                Des complotistes allemands ?


              • roman_garev 8 février 16:53

                @Garibaldi2


                A quoi ça sert de lire tous ces « donne une vision déformée, etc. » merdiaques, que l’on verra encore des centaines ?

              • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 8 février 15:23

                J’ai regardé le document de M Moreira.
                Il est très intéressant, le titre est très évocateur«  Ukraine : les masques de la révolution ».....
                Je regrette l’absence d’un évènement, filmé sur Maïdan, à l’époque, par une télé étrangère, où l’on remarque clairement à l’écart, un groupe de pseudo militaires avec des grandes valises, plates, sortir leurs fusils à lunette.
                Ceci dit, la dame « aux petits pains » est une véritable complotiste, manipulatrice connue qui c’est permis en d’autres occasions d’insulter l’Europe. 
                Enfin que l’Ukraine soit manipulée par l’extrême droite, rien de surprenant puisque le Générale Mc Cristal l’a avoué.
                Mais la présence des BHL, DSK et autres Israèliens verrouille le milieu Pro-Nazi violant et incontrôlable. Puisque c’est les méthodes des ....s . Ce sont des semeurs de haine.
                Quant au milieu journalistique franchouillard il se résume en deux mots : jalousie, faux-cul.

                 

                  


                • doctorix doctorix 9 février 17:28

                  @stux

                  un groupe de pseudo militaires avec des grandes valises, plates, sortir leurs fusils à lunette.
                  Il faut préciser que les snippers tiraient de chaque côté, sur les manifestants comme sur les policiers.
                  Le B-A-BA des révolutions colorées à l’américaine.


                • SPQR Sono Pazzi Questi Romani stux 8 février 15:35

                  D’ailleurs les évènements d’Ukraine sont arrivés après la menace proféré par Obama envers les Russes « De les déstabiliser durablement ».
                  Dés le début du problème Syrien. Les Russes soutiennent Bachar puisqu’on leur a baissé la gueule avec la Libye.
                  Le marchand de casseroles(2007-2012), français, était resté inaudible, transparent de peur. Il chiait dans son slip.( à l’époque"
                    

                   


                  • doctorix doctorix 9 février 17:30

                    @stux
                    Dommage que les russes ne se soient pas réveillés dès la Libye.

                    On n’en serait pas là.
                    Ils ont cru que les résolutions de l’ONU seraient respectées.
                    Ca ne se reproduira plus.
                    L’ONU, c’est juste un sac à merde.

                  • Attilax Attilax 14 février 12:24

                    @doctorix
                    Il faut foir « Lord of War » de Andrew Nichols pour bien comprendre ce qu’est l’ONU :
                    l’organisme international chargé de faire respecter la paix dans le monde, tenu par les USA, la Russie, la Chine, la France et l’Angleterre : les cinq plus grands marchands d’armes au monde... Quelle blague.


                  • damocles 8 février 15:58

                    Victoria Nuland : 


                      « On a balancé 5 milliards , maintenant il faut finir le boulot ! »

                    ...tout est dit ....

                    Ceci dit j ’ai vu le documentaire hier apres -midi , je l’ai trouvé tres bon et je suis étonné qu’il ait été diffusé... 

                    C+ remonte dans mon estime... Ce dont il se fout , ...mais pas de mon abonnement !

                    • alinea alinea 8 février 20:07

                      @damocles
                      Vous ne devriez pas donner votre fric à Bolloré, vous auriez attendu un jour, vous le voyiez gratis !


                    • HELIOS HELIOS 8 février 16:31

                      Ne vous en faites pas !!!

                      Ce genre de documentaire et les polémiques qui vont avec... et plus généralement tout ce qui peut défavoriser le Front National, va faire l’objet de diffusion, rediffusion jusqu’en 2017 !

                      Nous allons revoir sur Arte les histoires du nazisme et de la shoa, nous allons voir des films de déportations, d’antisémitisme etc....
                       
                      Cela fait partie de la « neutralité » des radios, télévisions, il faut bien combattre ceux qui menacent son quant-a-soi politique et économique.... franco-français.

                      • roman_garev 8 février 16:49

                        @HELIOS
                        « ...et plus généralement tout ce qui peut défavoriser le Front National »


                        Quel lien voyez-vous entre le documentaire plus ou moins franc qui montre le côté nazi de la junte de Kiev soutenue par les neocons et leur caniches européennes contre la Russie au moyen de sanctions - et le FN qui, lui, déclare un améliorement de relations franco-russes ? De sorte que ce documentaire, si on essaye de chercher à tout prix, comme vous le faites, un lien quelconque avec le FN, pourrait, tout au contraire, le favoriser.

                      • roman_garev 8 février 17:18

                        @roman_garev


                        Je viens de faire une petite découverte linguistique.

                        En français « Franc » veux dire « libre, sincère, véritable », etc.
                        En russe (et en autres langues slaves) « Slave » veut dire « bon, glorieux », etc.
                        Donc on voit une sorte de vantardise de deux côtés. Bon.
                        En russe on n’a aucun sens péjoratif pour le mot « franc », et en français il est de même pour le mot « slave ».
                        Tandis qu’en anglais « slave » veut dire « esclave ».
                        Tout y est, dans la langue...

                      • Jelena 8 février 19:31

                        @roman_garev >> Tandis qu’en anglais « slave » veut dire « esclave ».
                         
                        Si il n’y avait que les anglais.... Vu que les frenchies ne connaissent pas les langues slaves, j’ai déjà eu l’occasion de me rendre compte que la majorité d’entre eux sont persuadés que « les slaves » se faisaient appeler « les esclaves ».
                         
                        Ca parait stupide n’est ce pas ? Et pourtant...


                      • MAIBORODA MAIBORODA 8 février 19:34

                        @roman_garev


                        Les soutiens de la junte de Kiev sont effectivement ceux que vous citez. 
                        Il semble par ailleurs paradoxal de voir le FN ne pas soutenir ceux qui sont censés être ses homologues en Ukraine. Mais l’analyse de ce positionnement « illogique » mérite une approche que l’on ne peut effectuer à travers un commentaire expéditif.


                      • Jelena 8 février 19:55

                        @MAIBORODA Oui et non car les crânes rasés de la Galicie ne sont que des petits soldats de l’oncle Sam... D’ailleurs à ma connaissance hormis les nationalistes croates, aucun parti d’x-droite des Balkans ou de l’Est ne soutient ces demeurés, bien au contraire.


                      • Jelena 8 février 20:14

                        D’autre part les nazis étant soutenu par les Fabius, Minc, Fourest, Finkiel et toute la clique israélienne « made in France », le FN perdrait toute crédibilité en se rangeant dans le même camp.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 février 20:21

                        @HELIOS
                        Marine le Pen va valser à Vienne chaque année avec tout le gratin néo facho européen, personne ne l’y oblige. Sinon le fait que pour servir d’épouvantail entre les deux tours des élections françaises, il faut bien assurer des dérapages régulièrement.


                      • MAIBORODA MAIBORODA 8 février 20:37

                        @Jelena


                        C’est la raison pour laquelle cela mériterait un article exhaustif.
                        Cordialement.

                      • roman_garev 8 février 20:43

                        @MAIBORODA
                        « Il semble par ailleurs paradoxal de voir le FN ne pas soutenir ceux qui sont censés être ses homologues en Ukraine. » 


                        Rien de paradoxal. Les nazis de l’Ukraine sont actuellement au pouvoir (tout comme leurs homologues en Allemagne d’après 1933), donc ils sont libres à montrer leur rictus féroce. Tandis que le FN n’est pas (encore ?) au pouvoir, donc il est obligé de cacher son vrai visage sous le masque de patriotisme, de souveraineté du peuple, etc., tout comme son homologue en Allemagne d’avant 1933.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès