Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Elections municipales et cantonales, les mots de la presse

Elections municipales et cantonales, les mots de la presse

« Poussée », « ajustement », « cuisant revers », difficile de trouver le mot qui résumera les élections municipales et cantonales qui ont vu une progression du vote de gauche par rapport aux élections de 2001.

Difficile de tirer une conclusion donc, la droite veut minimiser la défaite : « Ce ne sont pas de bons résultats naturellement, mais en même temps ils ne sont pas si mauvais que les sondages les ont annoncés. » [Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP] et la gauche veut se garder de tout triomphalisme de peur de démobiliser son électorat au second tour : « Ce premier tour marque la volonté d’avertir le président de la République et le gouvernement sur la politique menée depuis neuf mois, en particulier sur le pouvoir d’achat (...) Rien n’est gagné ou joué, c’est encourageant mais une autre étape doit être franchie » [François Hollande, encore premier secrétaire du PS]. Pour Le Parisien, Aujourd’hui en France, la droite va essayer de « nier l’existence de vague rose et parler de résultat pas si mauvais » et la gauche va se battre pour la participation au second tour. Elle va notamment parle de trop bons résultats en 2001, et d’un logique "ajustement"

Cette volonté de modérer le vocabulaire se retrouve donc dans les journaux. On évoque éventuellement une « vague rose » dans les journaux de gauche, mais en tout cas ce n’est pas le tsunami attendu. « Le raz-de-marée n’a pas eu lieu », écrit Libération ce que confirme La Croix pour qui il n’y a pas eu « un raz-de-marée ». La bataille des mots a lieu dans tous les journaux, par exemple pour L’Union de Reims c’est une « grosse gifle pour la droite » alors que pour Est Eclair, il n’y a « pas eu de gifle », autre mot, même sens, pour Aujourd’hui en France, « ce n’est pas un claque ».

Notons tout de même quelques constantes, on parle volontiers de « poussée de la gauche », voire de « forte poussée » ou d’ « avertissement » et de « vote sanction ». Mais chaque journal a son propre vocabulaire, ainsi L’Humanité préfère « la gauche en conquête », parlant de « sérieux coup d’arrêt » et de « cinglant désaveu » et de « cuisants revers ». Libération, logiquement plus modéré, parle de « déception qui entoure le succès ». Le Figaro, enfin aspire à « contester la vague rose », citant le Premier ministre, le journaliste affirme que les résultats « plus équilibrés qu’annoncés ». Pour eux « la gauche progresse, mais la droite résiste mieux que prévue ». Ce verbe « résister » est d’ailleurs utilisé à de très nombreuses reprises dans les colonnes de ce journal, comme un appel à utiliser son bulletin de vote comme arme contre la gauche qui veut envahir toutes les mairies.

Les journalistes ne vont pas être avares en métaphores, notamment sportives. Dans les colonnes de Libération, Nicolas Sarkozy est dépeint comme un « avant-centre talentueux qui s’obstine à marquer contre son camp » et de nombreux journaux utilisent le terme « carton jaune ». C’est Le Figaro qui va le plus loin dans cette métaphore, « Les Français devront réfléchir avant de sortir un deuxième carton jaune dimanche prochain. Comme au foot, où un deuxième carton se transforme en carton rouge, une faible mobilisation de la droite et du centre au deuxième tour pourrait amplifier la poussée socialiste », il aurait pu ajouter que ce serait un véritable carton pour les « rouges » mais, il n’a pas osé, je pense ! Les métaphores footballistiques étaient les plus nombreuses, ce qui n’est pas rare comme le soulignait le politologue Denis Barbet dans un article intitulé « La politique est-elle footue ? » (Revue Mots, septembre 2007), mais elles n’étaient pas seules, de nombreux journaux se demandent si le PS va, ou non, transformer l’essai marqué ce dimanche.

Quand la politique vole le vocabulaire du foot, il ne faut pas qu’elle s’indigne que celui-ci se défende, ainsi, L’Equipe titre « Lyon, garde son siège » et dans Le Figaro on peut lire « Lyon élu sans ballottage » à propos de la victoire 4-2 de l’OL face aux girondins de Bordeaux.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • non666 non666 10 mars 2008 14:46

    En fait, si on ecoute autour de soi, la seule chose qu’on puisse dire est qu’il y a un rejet de l’UMp aussi fort qu’il y a eu adhesion a l’illusion sarkozy, il y a un an.

    Personne ne vibre a l’idée de voir revenir les socialistes.

    Personne n’a non plus un orgasme en pensant a Bayrou...

     

    C’est la fin des illusion, de la foi dans nos hommes politiques, de la confiance dans les institutions.

    Les municipales sont en fait un très mauvais revelateur car la personnalité des maires et leur bilan personnel joue un role important.

    Comme dab, les europeennes seront la véritable mesure des rapports de force en France.


    • Traroth Traroth 10 mars 2008 17:42

      Bref, les gens sont déçus par la politique et les politiques. On ne peut pas vraiment leur donner tort quand on voit ce qui se passe, et ce depuis longtemps. Sarkozy n’est que la dernière incarnation d’une longue lignée de dirigeants dont l’intérêt public était le dernier des soucis, même s’il est le plus caricatural.

      La question fondamentale est : et maintenant, on fait quoi ?


    • non666 non666 11 mars 2008 20:49

      tsaroth pose une question sans réponses :

      "La question fondamentale est : et maintenant, on fait quoi ? "

      Quand les politiques trahissent les intentions du peuple, abusent de leur confiance , la réponse ne peut pas venir des politiques.

      Quand la presse joue le role du clergé de l’ancien regime "pour etre un bon chretien , il faut d’abord servir son seigneur/roi/elu/", "oubli" de rendre compte des trahisons (TCE/traité de lisbonne, entrée d’israel en UE, soumission a l’Otan, caisse vide avant la presidentielle...) elle ne sert plus nos interets non plus.

      Nous allons donc attendre patiemment l’effondrement economique et la revolte qui suivra ou garder la foi dans un homme providentiel. Mais bon on a déja eu pas mal de bol au loto mondial avec des napoleon, des Degaulles, des jeanne d’arc et autre charles martell, je ne suis pas sur qu’il faille compter davantage sur un miracle incarné.

      Preparons nous donc à la guerre civile et dressons les listes des traitres reconnus.

      Dans ma liste a moi j’ai déja tous ceux qui ont signé a Versailles la reforme de la constitution et le traité de Lisbonne(TCE bis) "malgrès nous", tous les ministres de l’actuel gouvernement et tous les journalistes de TV. Je rajoute aussi les membres des syndicats de corrupteurs patronaux et les cadres dirigeants des syndicats corrompus "ouvriers". Quelqu’un a d’autre chose a rajouter ?

      Je suis sur qu’ils se poseront quand meme la question stupide "pourquoi", le jour ou on leur mettra la tete sous la machine a raccourcir.

       


    • tvargentine.com lerma 10 mars 2008 16:04

      Ce scrutin est celui avant tout de la politique de décentralisation et de ses réformes entreprises ces 10 dernieres années.

      Le Maire dispose aujourd’hui d’un véritable pouvoir économique et social en main pour apporter le bien être et le confort à ses administrés.

      Ceux qui remplissent leur contrat de service sont reconduit (quelque soit la couleur politique) les autres exclus.

      La décentralisation aura apporté une vértitable valeur ajouté aux débats citoyens et à la République

      Une belle leçon de démocratie des français

       


      • Traroth Traroth 10 mars 2008 17:43

        Des lieux communs, maintenant...


      • JoëlP JoëlP 10 mars 2008 18:36

        Pire que des lieux commun, des contrevérités. Une grande partie du pouvoir est aujourd’hui dans les intercommunalités.


      • Yohan Yohan 10 mars 2008 16:10

        La droite a été chahutée en mélée en première mi-temps. On attendra la fin de la deuxième mi-temps pour le score. On pourra alors distribuer les trophés et désigner l’homme du match


        • Annie 10 mars 2008 17:05

          Moi ce qui me désespère, ce n’est pas la vaguelette rose de la gauche, la résistance de la droite, les expressions employées, c’est de voir que des types comme Juppé ont été réélus. Cela montre que les français n’ont pas tellement évolués au sujet de la corruption, et ne sont pas très exigeants vis-à-vis de leurs représentants. Qui l’ont d’ailleurs très bien compris, sinon pourquoi Juppé se représenterait-il ?

          Désolée de la digression, mais il fallait que ça sorte !

           


          • Soleil2B Soleil2B 10 mars 2008 17:47

            Très juste Annie !

            - Il semblerait même que plus le personnage est tortu, plus il force l’admiration.....et les votes !

            - Santini, Balkany, Estrosi............

            - Bizarres ces français, prompts à condamner toute délinquance, sauf la financière même si c’est dans leurs poches qu’elle fait son nid.

            - Bah, un encouragement de plus pour dépénaliser le droit des Affaires !


          • Annie 10 mars 2008 18:20

            Je crois aussi que les prédictions d’un tsunami rose, et le battage médiatique autour de Sarkozy ont radicalisé les positions, et poussé pas mal de gens à voter pour la droite. C’est-à-dire que certains sont un peu allés voter par réflexe défensif. Dans tous les cas, je ne suis pas sûre qu’il faille se réjouir, car si Sarkozy a fait perdre des voix, ce n’est pas parce qu’il y a un revirement à propos de son projet de société, mais à cause de son style de gouvernance. Je crois malheureusement que la droite a encore de beaux jours devant elle. La bataille des idées n’est pas gagnée.


          • Traroth Traroth 10 mars 2008 17:45

            Qu’il y ait encore 40% de gens pour voter pour l’UMP avec tout ce qui se passe, il y a quelque chose de désespérant, je trouve.


            • adeline 10 mars 2008 17:48

              Je suis effondrée dans ma commune 62% !!! et sans machines diebold !


            • manusan 10 mars 2008 17:48

              Les véritables déçus du sarkosisme sont à chercher du coté de l’extrème droite et pas ailleurs, c’est eux qui ont laché Le pen à 8%. La gauche ne profitera pas de ces électeurs quoiqu’ils en disent.


              • Soleil2B Soleil2B 10 mars 2008 18:00

                - M’étonnerait, dans la mesure où ce sont les mieux servis en matière de "sécurité" et d’immigration !

                - Mais peut-être que les retraités, les smicards, les chômeurs et les malades ont renouvelé leur confiance au malade ?

                - Pourquoi pas !


              • mimi 10 mars 2008 17:52

                et Balkany a été réelu......................................Elections piege à cons


                • Roche 10 mars 2008 23:24

                  pfff que de sornettes mon dieu c’est pire que de la parano, a lire absolument le marianne de demain.... pour un lendemain qui n’a rien a voir avec ce qui est écrit ici, comment je le sais, eh bien la version numérique n’a plus de secret ...


                  • clomifene 11 mars 2008 09:04

                    ...Passez-moi l’expression !

                    Passer avec succès dès le premier tour l’épreuve des urnes, forcément ça "r’amphores" et aux soirs de ces heureuses "fortunes", les têtes reconduites dans leur fonction ou nouvellement laurées m’inspirent cette phrase en forme de citation de Paul Adam : "Dans la maison aux contrevents verts se rassemblaient, le lundi, quelques amateurs de chansons, de poésies et de bons vins, qui, tour à tour, selon la mode d’alors, entonnaient l’hymne à Bacchus, le couplet politique et l’ode grivoise."
                     


                    • chmoll chmoll 11 mars 2008 09:54
                      « Poussée », « ajustement », « cuisant revers », difficile de trouver le mot qui résumera les élections

                      meu non c’est pas difficile à trouver

                      le professeur chmoll éminent chercheur, à l’institut mondialement connu ..ont cherche toujours mais ont trouvent pas.,institut basé à ouachingtaune

                      à trouvé la formule juste ,ce qui donne, c’est un ajustement poussé d’un cuisnat revers

                      vouala vouala


                      • Lucrezia 11 mars 2008 11:08

                        Les Français sont déçus ! Déçus de quoi ?

                        De ne pas avoir vu le programme de Sarkozy appliqué dans son Intégralité au bout de 9 mois de pouvoir ?

                        De ne pas avoir vu la récession, le chômage et la baisse du pouvoir d’achat règlésen 24 Heures chrono après l’élection et l’intronisation du nouveau candidat Président ?

                        Les Français croieraient-ils que la Politque est comme une série Américaine, c’est à dire qu’il se réalise en 1Heure ? Ou bien que le Gouvernement possède une baguette magique qui permet de réaliser instantannement tous les souhaits ?

                        Quels sont les Politiciens qui vous promettent "TOUT" et tout de suite ? Personne ...alors, ne faudrait-il pas que les Français arrêtent de dormir éveilles ! Parce qu’un programme Politique se réalise sur une mandature : 5 ans pour un Président, 4 ans pour des Maires etc ... Et non pas, dès le lendemein de leur élection !


                        • arretsurlesmots arretsurlesmots 11 mars 2008 11:27

                          Peut-être sont-ils simplement déçus de voir qu’on leur avait promis plus de pouvoir d’achat et qu’au moment de concrétiser cette promesse, alors que l’on avait pu offrir auparavant 6 milliards aux plus fortunés, on leur a annoncé que les caisses étaient vides... Ce n’est pas forcément en 9 mois que l’on voit les résultats, mais en 9 mois on a le temps de voir les orientations et les priorités d’un gouvernement, les Français sont surement deçus de celles-ci.


                        • arretsurlesmots arretsurlesmots 11 mars 2008 11:31

                          et les maires sont élus pour 6 ans, il n’y a pas de mandats de 4 ans en France. 5 ans pour toutes les élections de types nationales (législatives et présidentielles), 6 ans pour les élections locales (sénatoriales, régionales, cantonnales, municipales). Si cette année les municipales ont eu lieu en 2008, c’est simplement parce que sinon il y aurait eu une échéance de plus en 2007 et ça devenait dur à gérer !


                        • Soleil2B Soleil2B 11 mars 2008 12:28

                          Mandature de 4 ans pour les maires ?

                          - De quel pays tu postes LUCREZIA ?


                        • Lucrezia 12 mars 2008 18:28

                          De toute façon que cela soir pour 4 ou 6 ans ( j’aurai du mieux me relire !), les Français les jetteront au pilotri le lendemain même de leur nomination ... par manque de résultats obtelus la nuit de leur élection !

                          Vive la Société de consommantion appliquée à l’Alimentation, biens de consommation, Mariage et maintenant Politique .... !

                           

                          TOUT, TOUT DE SUITE ET MAINTENANT  !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès