Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > L’émotion et non la réflexion

L’émotion et non la réflexion

L'indignité télévisuelle

JPEG

 

La société du spectacle macabre

Les récents événements qui ont sidéré le pays ont été savamment orchestrés par des médias qui ont basculé depuis quelques années dans une logique de spectacle. Le mot est, hélas, terriblement en décalage avec la réalité dramatique des faits ; il fait même injure aux victimes ainsi qu'aux acteurs, mais c'est ainsi qu'il faut nommer les choses.

Des caméras et des micros pointés avidement vers le malheur, faisant de la mort et de la douleur leur fonds de commerce car, commerce il y a, dans un système où tout finit par rapporter de l'argent pourvu qu'on soit dépourvu de conscience. C'est la triste réalité d'une course à l'audience qui n'a d'autre but que de vendre du temps d'antenne à des plus margoulins encore.

L'information en continu, c'est d'abord la confiscation de la capacité de chacun à prendre le temps de la réflexion et de la distance face à l'immédiat d'une violence folle. Il faut, à tous prix, placer le téléspectateur ou l'auditeur en état de stupeur, le prendre dans les filets tendus par des journalistes qui ne remplissent plus leur mission mais les tiroirs-caisses de leur employeur.

Alors, ils occupent l'antenne, répètent inlassablement les mêmes informations, montrent sans modération des images souvent vides de sens mais pas de sensations. Faute de victime sanguinolente, le gyrophare d'une ambulance portera son content de frisson. Les mêmes images sur toutes les antennes, les mêmes commentaires sur toutes les ondes et, s'il n'y a pas encore de quoi faire monter la mayonnaise de l'effroi, les micros-trottoirs vont pousser tout un chacun à sombrer dans l'apocalypse.

La fonction explicative est rejetée au second plan ; c'est d'abord la monstration qui importe pour donner corps au sensationnel. L'individu moderne ne croit que ce qu'il voit, ne s'émeut que dans le bain de sang, ne compatit que s'il est directement impliqué dans l'aventure. Montrer c'est faire de celui qui regarde un voyeur, un monstre qui aura pour seule excuse de partager émotionnellement le sort des victimes.

Toute cette mayonnaise qu'il s'agit de faire monter n'a d'autre résultat qu'une incroyable réaction primaire. La raison laisse place à un maelström de bons sentiments et de bien plus vilains, de pensées charitables et de réactions virulentes et primaires. Tout est fait pour que le cœur et les tripes supplantent le cerveau. C'est pitoyable !

Mais que faire alors ? Rien ne sert d'attendre la moindre inflexion des médias : ils ne peuvent sortir de cette logique lamentable dans laquelle ils sont englués. C'est à chacun de nous de nous interdire de céder à ce réflexe archaïque du regard. C'est à chaque individu porteur de conscience de sortir de ce piège abrutissant tout en avertissant ceux qui y succombent de la folie qui les menace.

Ne pas regarder c'est faire le pari de la compréhension en allant chercher ici où là les quelques supports qui échappent au délire du voyeurisme malsain et vide de contenu. J'ai, quant à moi, fait depuis de longues années, le choix de France Culture pour trouver la nourriture spirituelle qui remplace le gavage primitif des autres machines à émotion. C'est quand une majorité de gens échappera au réflexe de l'écran ou de l'onde de choc, que nous parviendrons à une maturité citoyenne.

Ainsi éviterons-nous le pire de la télévision, l'étalage des réactions primaires, la mine de tous les responsables qui se bousculent devant les caméras pour récolter des points de satisfaction. Ainsi ferons-nous le choix des commentaires intelligents au lieu des propos niaiseux des grands supports ; certes, grands par l'audience mais minuscules par l'esprit.

Nous avons tous notre part de responsabilité dans l'abaissement du niveau, dans la perte des repères, dans l'effondrement de la capacité d'analyse. Parce que l'image n'apporte rien, faites donc le choix de l'ignorer, pour enfin aller à l'essentiel. La réflexion importe bien plus que cette émotion factice et fugace.

Intelligemment vôtre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • charlie cui banni charlie cui banni 26 janvier 2015 09:54

    Il y a un dessin désormais célèbre (je l’ai vue reproduit en de très multiples endroits) fort à propos et savoureux en liaison avec ce sujet : http://www.humour.com/photos/comment-mettre-fin-ne-la-peur-du-terrorisme.htm


    Ou comme le chante l’enragé Damien Saez dans j’’accuse :

    « ...Il faut foutre le portables aux chiottes, 
    Et des coup d’pioche dans la télé, 
    Faut mettre les menottes 
    A chaque présentateur du JT... »


    • C'est Nabum C’est Nabum 26 janvier 2015 19:01

      charlie cui banni


      Il n’est guère possible de dire mieux ! 

    • charlie cui banni charlie cui banni 26 janvier 2015 19:08

      On est pas bien sur AV ? smiley (d’autant que ceux qui sont les plus fidèles et meilleurs contributeurs sont pas ceux qui tiennent absolument à obtenir la Une smiley smiley )


    • Croa Croa 26 janvier 2015 23:36

      Ce n’est pas si simple. Couper la télé c’est évidemment se couper de la propagande mais aussi se couper de toute information !
      *
      Il y a Internet bien sûr... Sauf qu’internet sert d’abord de caisse de résonance à la télé ! Ce qu’il faut faire c’est éviter les infos servies toutes chaudes, télé ET Internet ! La bonne info il faut la chercher et elle existe même à la télé !
      *
      Bon... couper sa télé à 20h (les ’’infos’’) ça reste un excellent réflexe ! smiley


    • charlie cui banni charlie cui banni 27 janvier 2015 08:45

      Bien sûr d’accord aussi sur ces nuances Croa. Le dessin auquel je renvoyais s’appliquait à des sujets précis (terrorisme, crise) tout comme j’ai bien précisé « l’enragé » de Damien Saez smiley


    • Feste Feste 27 janvier 2015 19:50

      La télé est passive et on la subit sans interaction, de plus elle reste sans profondeur, le net est actif, on interagit avec les autres et on approfondit.
      Jetez vos télés qui meme ’avec nuance’ vous bouffent le cerveau, c’est normal c’est sa fonction sociale.


    • César Castique César Castique 26 janvier 2015 10:02

      «  La raison laisse place à un maelström de bons sentiments et de bien plus vilains... »



      La raison, c’est pour ceux qui y croient, moi, je n’y ai pour ainsi dire jamais cru... L’affectif est infiniment plus puissant. Alors, ma façon de me défendre, c’est de relativiser complètement l’événement, quel qu’il soit, dans l’attente de ses conséquences.


      « Parce que l’image n’apporte rien, faites donc le choix de l’ignorer, pour enfin aller à l’essentiel... »


      Pour moi, l’essentiel, ce sont les conséquences. J’observe évidemment la même réserve à l’égard d’élections grecques, dont les résultats sont complètement surestimés, par les victimes de l’image, justement.

      • gogoRat gogoRat 26 janvier 2015 11:40

        N’oublions pas le fameux propos de Blaise Pascal concernant ce qu’il dénommait « esprit de géométrie » et « esprit de finesse » :
         
        « Tous les géomètres seraient donc fins s’ils avaient la vue bonne mais car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu’ils connaissent. Et les esprits fins seraient géomètres s’ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie. »
        [...] 
        Mais les esprits faux ne sont jamais ni fins, ni géomètres.
         
        Les géomètres qui ne sont que géomètres ont donc l’esprit droit, mais pourvu qu’on leur explique bien toutes choses par définitions et principes ; autrement ils sont faux et insupportables, car ils ne sont droits que sur les principes bien éclaircis.
         
        Et les fins qui ne sont que fins ne peuvent se porter à avoir la patience de considérer les choses spéculatives, de descendre jusques dans les premiers principes, et se les rendre familiers et présents des choses spéculatives et d’imagination qu’ils n’ont jamais vues dans le monde, et tout à fait hors d’usage."


      • C'est Nabum C’est Nabum 26 janvier 2015 19:02

        César Castique


        Si vous ne croyez pas à la raison, au moins n’abusez pas de la déraison du temps qui n’a plus le temps de réfléchir 

      • gogoRat gogoRat 26 janvier 2015 12:12

         Plus inquiétant que l’abaissement d’un niveau (fort subjectif), c’est la perte des codes consensuels de savoir vivre qui tue une civilisation.

         Dans un autre article (’La courtoisie fout le camp’) l’auteur disait :
        "Nul besoin de connaître son prochain pour lui offrir cette reconnaissance qui ne tient compte ni de la fortune ni de la réputation ni de l’origine pas plus que des croyances. Nul besoin de juger, jauger, évaluer au préalable ! La courtoisie ne se mesure pas !"
         
          Témoignage perso : une française de retour d’un séjour de plusieurs mois en Nouvelle-Zélande me disait récemment que les seules personnes incapables de la politesse d’un bonjour y avaient été les Français rencontrés ... Je lui ai souhaité bien du plaisir à se réadapter maintenant à l’ambiance chaleureuse de notre beau pays !


        • C'est Nabum C’est Nabum 26 janvier 2015 19:06

          gogoRat


          Tout celà se tient et vous avez bien raison de citer ce contributeur ramarquable ...

          Plaisanterie mise à part, le bonjour est passé de mode 

        • L'enfoiré L’enfoiré 26 janvier 2015 16:37

          Cher nabum,


          « Rien ne sert d’attendre la moindre inflexion des médias »
          Mais Agoravox est aussi un média.Le nombre d’articles qui se sont succédé sur cette antenne, a été important.
          Cela a généré aussi un tremblement de l’esprit.

          « Nous avons tous notre part de responsabilité dans l’abaissement du niveau, dans la perte des repères, dans l’effondrement de la capacité d’analyse. Parce que l’image n’apporte rien, faites donc le choix de l’ignorer, pour enfin aller à l’essentiel. La réflexion importe bien plus que cette émotion factice et fugace. »

          Tout à fait. En Belgique, après les descentes de police à Verviers et Bruxelles, nous avons élevé au niveau 3 sur l’échelle de Richter des dangers du terrorisme. Comme toujours, l’étape suivant, c’est de faire redescendre ce niveau quand rien ne se passe. 
          La tension ne peut jamais persister.

          Quels sont les gagnants ?
          Les djihadistes, très certainement.
          Bien sûr que l’émotion est plus présente que la réflexion.
          Cette dernière vient toujours après. smiley

          • L'enfoiré L’enfoiré 26 janvier 2015 17:37

            Je disais que la tension baisse.


          • C'est Nabum C’est Nabum 26 janvier 2015 19:08

             L’enfoiré


            Vous êtes un éternel optimiste ! 

            Croyez vous que nos journalistes vedettes accèderont vraiment à la réflexion un beau jour ?

          • Croa Croa 26 janvier 2015 23:55

            Une image n’est jamais totalement objective, certes...
            *
            La prose non plus !
            *
            Toute expression peut être porteuse d’émotions. Pour autant la réflexion ne remplace pas l’émotion, elle est son complément ! L’émotion n’est donc pas nuisible en sois. En fait l’important consiste à éviter les sophismes dans lesquels les communicants essayent d’y entraîner l’auditeur (ou le lecteur.) C’est évidemment plus facile lorsque l’émotion est plus forte mais noyer le sujet dans de multiples considérations est très efficace aussi. 


          • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 07:18

            Croa


            La prose ne leurre personne, elle affiche sa subjectivité, elle prend un point de vue
            L’image laisse toujours croire l’inverse 

          • Le printemps arrive Le printemps arrive 27 janvier 2015 08:13

            @u commentaire de Croa « Toute expression peut être porteuse d’émotions. »

            Je crois que c’est plutôt l’être humain qui est porteur de l’émotion qui s’exprime avec des images, des mots lus ou entendus.

            Celui qui ressent un dans un mot ou une image est ému de manière négative (induisant un stress) devrait se poser la question : qu’est-ce donc cette émotion qui est en moi et que me révèle-t-elle ? plutôt que de ne voir uniquement la faute chez l’autre.


          • Le printemps arrive Le printemps arrive 27 janvier 2015 09:40

            je reprend mon commentaire pour qu’il soit plus compréhensible :

            " Je crois que c’est plutôt l’être humain qui est porteur de l’émotion qui s’exprime avec des images, des mots lus ou entendus.

            Celui qui ressent une émotion négative (stressante) dans un mot ou une image de manière devrait se poser la question : qu’est-ce donc cette émotion qui est en moi et que me révèle-t-elle ? plutôt que de ne voir uniquement la faute chez l’autre."


          • Croa Croa 27 janvier 2015 22:31

            À Nabum,
            *
            L’image reste une construction du réel dont elle ne restitue qu’une partie. Le cadrage est important ainsi que l’angle de prise de vue et sa subjectivité est aussi évidente que celle de toute prose. Sauf pour les naïfs bien sûr mais ce serait pareil à partir d’un discourt !


          • mac 26 janvier 2015 22:22

            Bonne réflexion.

            Dommage qu’elle nous conduise à France Culture qui parfois en matière de pensée unique, de manichéisme et de politiquement correct n’est pas forcément en reste...
            Je me passe aussi très bien des chroniques de Caroline Fourest.



            • Croa Croa 26 janvier 2015 23:59

              On peut aussi éviter les heures de grande écoute. On trouve le pire à France Culture mais aussi de l’excellent !
              J’aime bien « Terre à Terre » le samedi matin.


            • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 07:19

              mac


              Voilà la critique de fond

              Je vais au moins pire, simplement 

            • mac 27 janvier 2015 17:34

              C’est Nabum


              Je crois avoir laissé entendre que j’étais d’accord avec vous sur le fond.
              J’ai un peu grincé des dents au nom de France Culture car dégoûté par France Inter, j’ai essayé la matinale de France Culture mais j’ai fini pas jeter l’éponge tellement celle-ci véhicule à peu près la même pensée unique, à peine plus enrobée, que sa grande soeur du service public.



            • babadjinew babadjinew 27 janvier 2015 06:29

              Un réel formatage de bas niveau qui malheureusement fonctionne !!!!


              1% de personnes détiennent 49% des richesses du monde pourtant l’ennemi est le fonctionnaire, le gaucho, le musulman, etc......

              Triste monde.....

              Wake up !!!!  

              • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 07:20

                babadjinew


                Les prévaricateurs mondiaux ont encore de beaux jours devant eux

              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 27 janvier 2015 10:16

                Les pouvoirs politiques incompétents refusent la solution, car cette solution montrerait pour qui ils travaillent réellement : Il faut donc du « spectacle, des émotions et surtout de la diversion » que les médias de la désinformation savent bien administrer aux populations terrorisées...par autre chose mais bien terrorisées !

                http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/platane-a-palabres-162546

                http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/qu-est-ce-que-le-terrorisme-quelle-157336


                • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 12:39

                  Mohammed MADJOUR


                  Offrons leur le spectacle de leur déchéance ! 

                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 janvier 2015 10:35

                  Bonjour Nabum,
                  Si nous étions en démocratie, tous les médias devraient être une source d’information, et pas de désinformation. Je crois qu’il y a des outils de connaissance qui protègent de la propagande, ce sont les livres. L’édition est bien moins censurée que les médias officiels en France.
                  Ils sont protégés par des droits d’auteur pendant 30 ans, et on n’en trouve pas le contenu sur Internet.


                  On y trouve tout ce qu’il faut savoir et comprendre pour éviter d’être pris pour des pigeons- moutons :
                  — « La stratégie du choc » de Naomi Klein.
                  — « Les armées secrètes de l’ OTAN » de Danièle Ganser
                  — « Les confessions d’un assassin financier » de John Perkins
                  — « De la Françafrique à la Mafiafrique » de Vershave ( et tous ses autres livres)
                  — « Le grand échiquier » de Bzrézinski
                  — « Pour en finir avec la Françamérique » d’Immarigeon
                  — « La nouvelle Grande Russie » de Xavier Moreau
                  — « Argent public, fortunes privées » d’Olivier Toscer
                  — « Des secrets si bien gardés » de Nouzille
                  — « Circus politicus » de Deloire et Dubois
                  — « Les Evangélistes du marché » de Keith Dixon
                  — « 1984 » d’ Orwell
                  - « La décomposition des Nations européennes » de Pierre Hillard
                  etc etc

                  Bonne journée et bonnes lectures !

                  • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 12:40

                    Fifi Brind_acier


                    Je diffuse votre remarquabnle liste

                    Merci 

                  • Gauche Normale Gauche Normale 27 janvier 2015 16:17

                    Liste très riche à laquelle on peut ajouter Vive la Banqueroute ! de François Ruffin et Thomas Morel aux éditions Fakir.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 16:27

                    Gauche Normale 


                    Le livre nous sauvera du désastre
                    C’est pour ça qu’il est bon que les petits français ne sachent plus lire ...

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 janvier 2015 20:19

                    Nabum, je peux vous en indiquer quelques autres...

                    - Les nouveaux chiens de garde d’ Hallimi
                    - Syndicats, corruption, dérives & trahisons de Toully & Lengley
                    - Le livre noir de l’ agriculture d’Isabelle Saporta
                    - Histoire de la Résistance de Wieviorka
                    - Ils ont acheté la presse par Chollet et Dormann
                    - Histoire des Juifs et des Musulmans- 1400 ans d’histoire par Benjamin Stora & Meddeb
                    - Hors des griffes de l’aigle (Canada)- par David Orchard
                    - Le Prince de Machiavel
                    - Une imposture française (BHL)
                    - C’était De Gaulle de Peyrefitte
                    - Dieu, une enquête- Différences et similitudes entre le judaïsme, le christianisme et l’ islam
                    - La Mafia des tribunaux de commerce d’Antoine Gaudin
                    - Camus brûlant de Benjamin Stora
                    - Le livre sur Camus de Michel Onfray « L’ordre libertaire »
                    - La IVe république de Jacques Fauvet
                    - Wall Street & la révolution bolchévique de Sutton
                    - La biographie d’ Eugène Fried
                    - La liberté des nations de John Laughland.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 janvier 2015 20:24

                    Merci, je ne connaissais pas. J’ai noté.
                    Je constate que sur Internet, les blogueurs échangent des infos avec des vidéos, des textes, des photos, mais très rarement des titres de livres.


                    Alors que c’est là qu’on trouve les enquêtes que les journalistes ou les chercheurs publient tout ce qui ne passera jamais dans les médias officiels. Mais faut pas trop le répéter, sinon, dame censure va passer là aussi son karcher...

                  • Croa Croa 27 janvier 2015 22:48

                     Les livres n’ont plus l’impact qu’ils avaient jusqu’à la moitié du siècle dernier ! Autrefois les messages étaient contenus dans les histoires qu’on lisait par plaisir, celles que nous inventaient Zola par exemple car la lecture était ce qu’est la télévision aujourd’hui en terme d’impact social.
                    Les essais dont tu nous propose la lecture s’adressent à un public acquis d’avance de curieux et très minoritaire.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 22:55

                    Croa


                    Bien sûr la culture regresse et le livre perd pied face au rouleau compresseur de la pensée inique

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 janvier 2015 10:49

                    Croa,
                    C’est pourtant en étant curieux qu’on peut se constituer un minimum de culture historique et politique qui sert de repères à la réflexion....Sinon, on se laisse bercer par les discours des chiens de garde, qui eux, ne sont ni curieux, ni minoritaires.


                  • foofighter le_foofighter 27 janvier 2015 13:24

                    Beaucoup de sagesse dans cet article.
                    Pour ma part, j’ai quasi définitivement éteint la télé et déconnecté de ces infos instantanées effectivement vides de sens. Et vous savez quoi ? Ca fait un bien fou !
                    Il suffit ensuite d’aller chercher soi-même les infos et de s’imposer un pluralisme auquel les médias traditionnels ont progressivement renoncé.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 27 janvier 2015 16:28

                      le_foofighter


                      Merci

                      Vous faites bien de ne pas regarder de telles horreurs

                    • Surya Surya 27 janvier 2015 23:52

                      Bonsoir Nabum,


                      Je suis dans l’ensemble d’accord avec votre article dans la mesure où vous dénoncez la surenchère d’images choc, le « tout émotionnel » dans le seul but de faire de l’audience, mais je ne pense pas que l’image en règle générale n’apporte rien. 
                      Les images de la guerre du Vietnam qu’ont diffusées les télévisions américaines ont provoqué une onde de choc (émotion, certes) qui a eu pour conséquence la montée des mouvements pacifistes et le retournement de l’opinion publique américaine. Elles ont provoqué une prise de conscience.

                      Et que dire de la photographie, image elle aussi, car l’image n’est pas que la télévision, qui parfois en dis plus, et provoque la réflexion mieux que ne le feraient de longs discours. Je ne pense pas que l’image ne soit là que pour qu’émotion. 

                      De plus, si la réflexion et la capacité d’analyse sont primordiales et essentielles, je ne pense pas qu’il faille pour autant bannir totalement l’émotion. Elle est seulement à manier avec précaution. Tout est une question de dosage.

                      • kedjey 28 janvier 2015 00:58

                        Surya, peut être qu’à l’époque de la guerre du Vietnam les médias étaient plus libres ?

                         Les JT n’ont pas montré (ou très peu) le massacre des palestiniens l’été dernier mais ont axé leur com sur « Israel se défend », en Ukraine les télévisions occidentales se gardent bien de dire que l’UE soutient un putsh exercé par de véritables néonazis pour déstabiliser une Russie constamment diabolisée.

                        Une phrase de Coluche plus que jamais d’actualité :  "on va pas vous dire la vérité à la TV, il y a beaucoup trop de monde qui regarde !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès