Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > La dette c’est tabou on en viendra tous à bout !

La dette c’est tabou on en viendra tous à bout !

Mes soeurs, mes frères nous allons à nouveau ouvrir nos chakras et notre esprit afin de lutter contre l'odieuse pensée unique qui nous empêche de voir la vérité sur la dette. Encore une fois sur France 2 dans l'émission Des paroles et des actes nous avons pu assister à la méchante et vil manipulation journalistique  ! Bouuuh honte à eux !

Nicolas : J'ai failli rechuter au boulot mais j'ai dit non !

Pujadas : Tu as vraiment dit non, Nicolas ?

Nicolas : Oui... euh... Bon ok j'ai pas pu résister avant de partir j'ai créé la plateforme d'échange de dettes françaises Eurex pour la spéculation ! Nicolas se met à pleurer.

Pujadas : Répète après moi Nicolas : La dette c'est tabou on en viendra tous à bout !

Nicolas : La dette c'est tabou on en viendra tous à bout !

Pujadas : C'est pour qui la dette ?

Nicolas : C'est pour les tapettes !

Pujadas : Et toi t'es une tapette ?

Nicolas : Non je suis pas une tapette !


Avez-vous regardé l'émission Des paroles et des actes ce jeudi 12 avril ? Et plus précisément l'interview de Jean Luc Mélenchon. Grand moment de télé entre un Politicien avec un grand P, et des journalistes avec euuuh ben... avec... une carte de presse délivrée au sortie de l'école qui a couté à leur papa et leur maman 10000€ l'année.

Avec tout un tas de questions sérieuses :

_"Ca ne vous dérange pas le culte de la personnalité ?"

_"N'êtes vous pas grisé par les sondages ?"

_ "Vous n'allez pas péter les plombs ?"

_ "Votre montée dans les sondages fait le jeu de Nicolas Sarkozy ?"

_ "Omar Sy gagne 200 000€ par mois avec votre fiscalité vous prenez 180 000€, vous n'avez pas honte ?"

_"Et cuba ce n'est pas une dictature ?"

La perle : _"Georges Marchais a dit il y a 20 ans qu'il n'y avait pas assez de travail pour les immigrés alors que vous dénoncez ces mêmes propos dans la bouche de Sarkozy, n'est-ce pas incohérent ?"

Le pauvre Mélenchon essayant à chaque question de faire passer ses idées à travers cette énumération de clichés voulant dépeindre sa personnalité. Bien difficile pour lui d'expliquer ses positions, son courant. Non Mélenchon doit passer aux yeux de l'opinion pour un hurleur vindicatif, marionette des gros candidats, voiture balai de la gauche, nostalgique du communisme. D'ailleurs visiblement excédé de répondre à des débilités Mélenchon pose lui même les questions à Pujadas à la fin de l'interview.

Ce grand moment de télé a été ponctué par l'intervention de commentateurs subjectifs  : Franz-Olivier Giesbert, et Hélène Jouan. La plus intéressante a quand même été celle de FOG continuant la caricature et répandant ses clichés : "Gauche molle, gauche folle, baba cool, Mélenchon le showman, programme économique complètement dingue"

Bref un long moment d'analyse, de journalisme qui nous a éclairci sur... ben rien. Ah si le moment de Lenglet bien que révélateur d'une énième pensée unique. Il a bien compris le sens du programme économique de Mélenchon : la possibilité des états de s'endetter auprès de la banque centrale et par conséquent du blocage prévisible au niveau européen. Sa question a été très pertiente et n'a pas trouvé vraiment de réponses :

_"Si l'europe dit non à vos propositions, vous sortez de l'euro ?"

Coincé Mélenchon s'est débattu, a vite balancé un crochet du gauche. Lenglet riposte

_ "Votre programme économique est comme celui de Mme Lepen"

Dans son élan Mélenchon finit par un crochet du droit qu'esquive Lenglet. Le chrono s'arrête, Pujadas les sépare.

Ainsi va la vie. Mélenchon, son parti, et son programme économique doivent continuellement se battre contre la pensée unique. Pourquoi ?

Tout d'abord Mélenchon personnage atypique, a été ministre donc dans le "système" (pensée unique de gauche). Il veut nationaliser les banques et est allié au communiste donc semble, ce qui est faux, pour l'abolition de la propriété privée, et l'expropriation des richesses (pensée unique de droite).
Ensuite son parti a l'image d'être à la gauche de la gauche donc d'extrême gauche (pensée unique de droite voire de gauche).
Enfin son programme économique. Radical, Lenglet l'a dit. Oui, il est radical car il est un changement de fond des structures bancaires, et monétaires. Mais sa radicalité l'empêche-t-il d'être applicable comme le laisse à penser Lenglet et FOG ? FOG va même plus loin en expliquant qu'un homme politique doit tenir la vis pour faire face aux marchés. La rigueur, l'austérité pour rembourser la dette voilà la pensée unique économique. Vous pensez autrement, vous êtes fou, vous êtes un bisounours, vous êtes en déni de la réalité.

Et bien non !

Répétez après moi : La dette c'est tabou on en viendra tous à bout !

Nous pouvons maitriser notre pulsion de la dette comme nous pouvons maitriser les marchés.

Je pense que le front de gauche a le courage de s’attaquer au problème de la dette.
Sur les 1800 milliards de dettes 60% appartiennent à l’étranger et 40% aux nationaux.
Le non remboursement de la dette pose les problèmes suivant la faillite des créanciers, et l’insolvabilité du pays c’est à dire l’impossibilité d’emprunter à nouveau de l’argent.

Le front de gauche résout le problème de l’insolvabilité par des emprunts direct à la banque centrale. Et il pointe du doigt le fait que la BCE inonde les banques privées avec de l’argent à 1% qui le revende à 3% ou plus à l’état français.

Après le problème des créanciers dans le discours de Jean Luc Mélenchon l’objectif est de faire pression sur ses créanciers. Du chantage en somme, soit vous acceptez nos conditions, soit vous coulez. Un peu comme avec la Grèce où on a expliqué aux banquiers de rayer 75% de leurs dettes car soit ils perdent un peu soit ils perdent tout.

Sa démarche peut sembler choquante pourtant elle remet l’état en position de force face aux marchés. Tous les économistes affiliés à des conseils d’administration disent c’est fou ! Mais ça s’est produit un nombre incalculable de fois dans l’histoire et très récemment en Grèce.

En regardant de près la dette française on se rend compte que les prêts sans intéret, c’est à dire le capital à proprement parler, a déjà été en grande partie remboursés par la France. Ce que nous payons aujourd’hui ce sont des intérets reliés aux conditions du moment. Le non remboursement de la dette n’est donc pas du vol ! Le gros problème est avant tout que dans la comptabilité des banques les intérets sont une source de revenus importantes. Sans eux elles coulent.

Ce qui pose le dernier point du programme du front de gauche, la nationalisation des banques. C’est cohérent, à milles lieux du communisme. C’est simplement une réforme bancaire pour que l’argent soit au service de la production et non que la production soit au service de l’argent.

Dans le meilleur des cas il arrive à s'imposer au niveau européen sinon soit Mélenchon va au bout de ses idées et il sort de l’Europe pour recouvrer l’indépendance de la Banque de France, soit c’est un menteur et il va mener en bateau les français sur le fait que l’Europe c’est compliqué. Et je pense qu’il n’a jamais parlé clairement de sortie de l’euro plus par calcul politique pour ne pas faire un mélange des extrêmes avec Marine Le Pen. Ca lui a servi car à présent le Front de Gauche se place comme un parti non extrêmiste, et le PS plus comme un parti de centre. Il a réinventé le socialisme et c’est pour ça qu’il a des chances un d’être au second tour, et de deux d’être président. Et je me fie pas aux sondages qui du jour au lendemain mettent Sarko premier avec une popularité toujours aussi faible.

Voilà mes soeurs, mes frères vous pouvez à présent fermer vos chakras et votre esprit et regarder à nouveau Franz-Olivier Giesbert le Luciférien,. Ses inepties doivent nous faire comprendre une chose comme le disait Saint Arnol dé Willy : "Il faut de tout pour faire un Monde !" Allez en paix !


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Romain Desbois 14 avril 2012 08:27

    La France par ses représentants a accepté de payer des intérêts sur les emprunts qu’elle faisait. Certes c’est scandaleux mais ce n’est pas du vol au sens propre du mot.

    La France dépense plus qu’elle ne gagne (environ 60 milliards par an avant Fillon, 150 milliards cette année).

    Mais le bilan pourrait très facilement être positif : 600 milliards d’euros de fraude fiscale ! voir l’excellente émission d’arrêt sur images

    Si l’on commençait par arrêter de postuler pour les JO, les coupes du monde ;
    si l’on commençait par imposer un train de vie frugal à l’Etat ? A la Suède, pas à la Sarkozy qui pour lui réduire le train de vie de l’état signifie supprimer des emplois de fonctionnaires.

    Oui ce serait plus facile si l’état empruntait directement à la BCE (voire à la banque de France) ; ce serait de toutes façons tellement plus logique que ce qui se fait aujourd’hui (la BCE prête aux banques à 1% qui prêtent aux états à des taux très supérieurs).

    Mais même sans cela l’état peut faire un budget bénéficiaire et sans être obligé de l’inscrire dans la constitution.

    Il faut privilégier les dépenses indispensables et supprimer toutes les superflues (la liste est longue comme un bilan Sarkozy).

    De plus, rien qu’en augmentant la masse salariales de 1% , les comptes des caisses de retraites se retrouvent équilibrées (SIC Gérard Filoche). En instaurant un salaire maximum , l’on permet de créer plus d’emploi qu’il n’y a de chômeurs sans que cela coûte un centime à quiconque.
    Ce qui aurait comme « effet pervers » de diminuer les prélèvements sociaux pour le chômage, les retraites et la sécu (plus de gens cotisent et moins l’on cotise).

    Bref, on nous fait peur avec la dette. 1800 milliards remboursables sur 7 ans c’est 257 milliards par an ! Il n’y a rien d’impossible.


    • Robert GIL ROBERT GIL 14 avril 2012 09:50

      pour ceux qui s’interressent a ce probleme recurrent, voici une serie d’articles courts et comprehensifs de differentes sources.
      Bonne lecture :
      http://2ccr.unblog.fr/category/finance/


      • latortue latortue 14 avril 2012 09:58

        Le FDG ne s’attaque a rien du tout mes pauvres amis ,Mélenchon vous dit ce que vous voulez entendre, il se bat corp et ame pour creuser sa petite place qui va lui permettre au pire d’obtenir un poste de député dans une grande circonscription de préférence Parisienne ou au mieux nous verrons bien et ses amis du parti communiste je suis pas certain qu’il ne participe pas au gouvernement de Hollande si il est élu FDG ou pas .Voila le bonhomme , je sais c’est normal il se comporte comme un politique qui pense avant tout a sa carrière, et qui s’essuie les pieds sur le monde ouvrier qui ne lui sert que de tremplin pour arriver a ses fins .Enfin réfléchissez un peu vous voyez bien que son programme est en majorité totalement utopique c’est sur nous avons tous envie que ce qu’il dit se passe mais c’est pas possible .


        • Romain Desbois 14 avril 2012 16:18

          Quelques exemples seraient bons pour que l’on ne pense pas que vous discréditez par mauvaise foi.

          Quels propositions seraient utopistes pour vous ?

          « Ils l’ont fait parce qu’ ils ne savaient pas que c’était impossible »


        • lambda 14 avril 2012 11:56

          Il existe un outil qui s’appelle la DESOBEISSANCE CIVILE qui si elle est appliquée par tous en meme temps est la seule solution pour renverser le Système qui est entre le mains des banquiers qui à l’aide de monnaie virtuelle à 92% (puisqu’ils n’ont obligation de réserve réelle que 8%) nous volent depuis la loi Pompidou du 3 janvier 1973

          C’est à cette date que le peuple a commencé à se faire dépouiller

          http://liesidotorg.wordpress.com/2012/04/14/la-france-semble-prise-au-piege-avec-ses-citoyens/

           

           


          • Romain Desbois 14 avril 2012 16:22

            Si le système est entre les mains des banquiers, c’est peut-être d’abord parce que vous êtes clients chez eux, ensuite parce que les élus leur ont fait des lois qui leur permettent de le faire, et enfin parceque ceux qui gueulent contre ces élus leur ont permis d’être élus en s’abstenant..


          • wesson wesson 14 avril 2012 16:17

            Bonjour l’auteur,


            « Du chantage [aux financiers] en somme, soit vous acceptez nos conditions, soit vous coulez. »

            et vous avez mis parfaitement dans le mille !

            D’une part, nous sommes objectivement dans une situation où la finance exerce un chantage permanent sur l’économie. Il faut appliquer un agenda ultra-libéral ou sinon .. on massacre votre économie. 

            Et effectivement, ce que Mélenchon dit, et est le seul à dire, c’est que l’état dispose des moyens pour résister à cela, et qu’il compte bien les mettre en oeuvre. C’est tout.

            Car effectivement dans cette affaire il y a un rapport de force qui n’est favorable à la finance que parce que ceux qui sont actuellement aux commandes de l’état refusent d’utiliser les moyens qui sont réellement à leur disposition pour mettre cette même finance au pas. 

            Il y a quelques lois qui si elles sont appliqués strictement pourraient largement limiter les effets indésirables de la finance. Et il s’agit de 3 ou 4 lois à amender, ou à abroger afin d’en finir avec le plus gros de la spéculation. Tout cela est possible, il suffit de le vouloir.

            Et le discours actuel consiste à nier toutes ces possibilités, et à présenter la situation actuelle comme naturelle, inéluctable et indépassable. 

            Mélenchon et son mouvement sont les premiers à dire que ce n’est pas le cas, et que eux, ils peuvent !

            Merci pour votre article bien tourné.


            • Romain Desbois 14 avril 2012 16:30

              Ouf merci Wesson !

              Mais en fait il n’y a pas que Mélenchon qui le dit, Lepen, Dupont Aignan, Poutou, Arthaud et d’une certaine mesure Cheminade et Hollande le disent aussi.

              Je crois même que l’on peut retrouver des phrases de Sarkozy que beaucoup de gauche anti-capitaliste n’aurait pas renié.

              Les seuls qui ont le pouvoir de faire des lois en france , se sont les élus.
              Les seuls qui ont le pouvoir de les élire, c’est nous.


            • wesson wesson 14 avril 2012 18:33

              Bonjour Romain,


              « Mais en fait il n’y a pas que Mélenchon qui le dit, Lepen, Dupont Aignan, Poutou, Arthaud et d’une certaine mesure Cheminade et Hollande le disent aussi. »

              La mise au pas de la finance est une nécessité bien admise dans le public, à ce titre là il est normal que dans le cadre d’une élection tous les hommes politiques s’en prévalent. Mais certains sont plus crédibles que d’autres. bon il faut quand même un peu trier là dedans ...

              Le Pen : son discours varie au gré du vent. Il y a 15 ans ils étaient Reaganien, toujours très anti-immigration (en fait surtout anti-arabes), Marine Le Pen a essayé de réorienter le parti vers le combat du grand capital, pour finalement abandonner cela et en revenir aux fondamentaux, c’est à dire le racisme et l’antisémitisme. La seule cohérence dans ce parti, c’est de toujours dire que c’est de la faute aux immigrés. La certitude que j’ai, c’est que si Le Pen arrivait au pouvoir, elle ferait comme toutes les extrêmes droite, c’est à dire strictement rien pour réduire la capacité de nuisance de la finance, bien au contraire.

              Dupont-Aignan : Il a au moins l’honnêteté d’un discours constant, mais concernant ses déclarations sur les moyens de mettre au pas la finance, j’ai rien vu de précis ou probant en dehors de la déclaration d’intention. En dehors de cela, il n’est pas assez fédérateur pour prétendre à quoique ce soit.

              Poutou : Ben j’ai envie comme président d’un mec et d’un parti qui veut gouverner, et ce n’est pas la cas. Qui plus est, je n’ai vraiment pas compris ce qui l’as poussé à venir mordre le FDG dernièrement ... peut-être d’ailleurs la raison pour laquelle il vient de devenir médiatiquement « tendance ».

              Arthaud : Soyons sérieux. Elle se livre à un constant mais ne propose aucune autre solution, en dehors de l’utilisation de la violence comme méthode de contrainte. ça ne me parait pas mieux que l’extrême droite.

              Cheminade : Je le trouve sympathique et sur l’économie effectivement il a un discours mesuré et assez constant, mais bon on est quand même sur syrius là, son programme est un mélange de propositions sérieuses et de trucs totalement farfelus. Ce type là cherche à faire son buzz plutôt que d’être élu. Il est là pour avoir du temps d’antenne, et c’est pas mal réussi d’ailleurs. 

              Hollande : Il fait partie de lune des 2 formations politiques qui ont mis en place tout ce système financier, et qui l’ont autorisé légalement. Sa crédibilité à vouloir réformer en profondeur le système qu’il a lui-même contribué à mettre en place est totalement nulle. Dès lors que vous lui parlez de mettre en oeuvre des mesures légales de rétorsion contre les financiers et/ou de nationaliser, il vous ressort l’argumentaire du goulag et de l’union soviétique. Et quand même faut-il rappeler qu’il quelque chose en France, et raconte son contraire aux Anglais. La réforme de la finance par Hollande, ça va ressembler à de l’enfumage.

              Bref, il y a une histoire de crédibilité à tout cela. J’ajoute également qu’il y a aussi la cohérence. Ce n’est pas une mesure par ci, une par là piquenoché sur le programmes des autres. C’est un tout qui propose une solution globale, et ou la mise au pas de la finance est en bonne place, mais n’est pas la seule mesure, et s’intègre dans un ensemble cohérent.

            • Romain Desbois 14 avril 2012 19:23

              Wesson
              Pardon je me suis mal fait comprendre, je pense aussi que Mélenchon est le plus crédible, mais je voulais juste préciser contrairement à votre affirmation, Mélenchon n’est pas le seul à le dire.


            • rastapopulo rastapopulo 14 avril 2012 23:05

              La géothermie partout est plus délirante que les centrales à thorium déjà validé théoriquement et testé à grande échelle. Ne parlons pas de la séparation des banques par activités que Cheminade a défendu seul pendant 30 ans. Il était où Mélenchont sur le sujet à l’époque ?
               
              Bref voter pour mélanchont (délirant sur le progrès nucléaire qui arrive dans moins de 20 ans) si vous voulez... mais évitez la psychologie de bas étage et les jugements de valeurs condescendant sur Cheminade vu l’absence de constance de vos chouchous.


            • Romain Desbois 14 avril 2012 23:18

              Il existe déjà des banques uniquement de dépôt et de prêts voir, pourquoi les gens attendent qu’on l’impose aux banques alors qu’il suffiraient qu’ils changent de banque si la leur ne leur plait pas ?


            • rastapopulo rastapopulo 15 avril 2012 17:55

              Une banque (de risque) universelle a un effet de levier beaucoup plus important (logique puisque les dépôt peuvent être risqué comme des investissements) ce qui augmente beaucoup plus la masse monétaire. C’est un effet systémique qui ne sera jamais annulé sans loi spécifique. De plus, le dénigrement de Cheminade prouve l’amnésie généralisé sur la séparation des activités bancaires propre à nos 30 glorieuses. 
               
              Plus historiquement, Roosevelt a d’abord mis en place une commission d’enquête pour éclairer le peuple sur le fonctionnement des banques puis il a voté le GlassSteagall (repris seulement 1 ans après par la Belgique alors que la France était toujours géré par les 200 familles de la banque de France jusqu’à la fin de la guerre...).
               
              J’ai parfois l’impression que nous devrions connaître l’histoire !


            • tchoo 14 avril 2012 22:30

              Le principe est simple : on ne sort de l’Europe, parce que nous sommes l’Europe, la france estt forte est doit compter
              Après si rien n’est possible dans l’Europe avec un France forte, et non qui se vautre au pied de Merkel, tout sera possible, m^me de réquisitionné les banques pour des prêts à l’état à très faible taux.
              Le FdG ne veut nationaliser les banques, simplement créer séparer dépôt et autres activités financières et créer un pôle public banquaire en charge d’aider les entreprises.


              • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 14 avril 2012 23:30

                Mélenchon est un bonimenteur, un démagogue qui vous roule tous dans la farine !

                Il vous explique par A + B que demain on rase gratis et vous courez tous chez le barbier.

                Si l’on en croit les sondage, entre Merluchon, la prof d’économie — à ce qu’on prétend (?) — Nathalie Arthaud, Pouthou, Le Pen, Cheminade, etc. séduisent 25 à 30 % des Français. Faut-il que la France soit dans un état de déliquescence à ce point grave pour qu’autant de monde se pâme devant ces illusionnistes !

                On se gausse des cultes des évangélistes aux États-Unis et de celui du Vaudou en Haïti, mais qu’attendent donc tous ceux qui se déplacent pour applaudir le messie Merluchon, sinon des bons mots et de la rhétorique. Il vont l’écouter comme on va au spectacle, mais le réveil risque d’être brutal.

                Franz-Olivier Giesbert a parfaitement raison : Les bronzés font de l’économie !

                Ce spectacle de camelots est indigne d’une campagne électorale !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès