Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Les médias au service des oligarchies et des puissants

Les médias au service des oligarchies et des puissants

Une opinion publique méfiante croit, non sans raison, que les médias et notamment les grands quotidiens nationaux, servent les puissants parce que leurs propriétaires ne sont pas des patrons de presse mais plutôt des financiers ou des industriels. Le temps des Beuve-Méry et autres Jean Daniel est révolu. Le Monde, Libé, Le Point et bien d’autres journaux sont tenus par des industriels, comme du reste la première chaîne de télévision sur le clavier de la télécommande mais aussi par l’audience, sans oublier les autres chaînes en libre accès sur la TNT. L’opinion pense alors que les journalistes sont muselés par leur patron, hésitant à publier des reportages pouvant gêner les activités financières et industrielles des propriétaires de médias. Ou même à écrire des choses pas très convenables sur le monde économique. Ainsi, les gens de la rue se méfient des médias, croyant que les journalistes sont aux ordres du système. Ce faisant, les gens sont copieusement leurrés car la connivence entre médias et puissants est bien plus subtile, sans être organisée, car l’esprit des médias se propage tel un cortège d’ectoplasmes par-delà les patrons de chaînes et journaux.

La propagation de l’idéologie ultralibérale avec la promotion de la réussite matérielle, des parvenus et autres célébrités, ne repose pas sur une ligne rédactionnelle imposée par les patrons de médias mais sur un phénomène médiatique bien plus subtil qu’on pourrait appeler la gentrification des studios de télé et radio. L’espace médiatique fonctionne comme un milieu urbain avec des critères de sélection bien plus drastique. On n’occupe pas un plateau de télé comme une place dans un centre ville huppé. Par contre, occuper un logement dans ces quartiers chics demande des moyens financiers important et c’est ce phénomène que les sociologues appellent gentrification. Les couches sociales les plus basses sont maintenues à la périphéries alors que l’argent devient un moyen de sélection pour habiter dans les quartiers des centres-villes baptisés avec des noms évocateurs. A Bordeaux, on connaît le triangle d’or cerné par trois artères aux enseignes prestigieuses. A Nice, c’est le carré d’or, qui court du boulevard Gambetta jusqu’à la place Masséna et qui en fait est un rectangle limité au nord par le boulevard Victor Hugo. Dans les médias, il y a les studios des matinales de radio et les deux plateaux du JT de 20 heures sur la Une et la Deux. C’est un peu l’équivalent des quartiers en or. Pour y pénétrer, il faut une notoriété importante et le plus souvent, disposer d’un niveau de vie conséquent.

Les médias concourent ainsi à doter les personnalités d’un capital image. On pense en général que les célébrités sont conviées sur les plateaux télé parce qu’elles ont une importance et jouent un rôle utile dans la société. C’est souvent l’inverse. Il suffit de passer régulièrement aux heures de grande écoute pour paraître important. Le phénomène ne date pas d’hier. Déjà le sociologue Cazeneuve, alors président de l’ORTF, avait analysé la naissance du phénomène de starisation en concluant que la télévision octroyait à des personnes bien ordinaires une notoriété usurpée. Le phénomène s’est intensifié avec la multiplication des chaînes. Dans les talk show à grande écoute, on peut voir les médiarques s’inviter mutuellement. Nagui ou Patrick Sébastien par exemple. Qu’ont-ils fait ? Sauver des gens au péril de leur vie, faire des découvertes scientifiques, composer ou écrire des œuvres, négocier des tournants politiques critiques, écrire des essais fulgurants ? Non, juste amuser et divertir. On notera que le cumul des apparitions médiatiques est devenu courant, dans tous les secteurs du divertissement, jeux télévisés, variété, cinéma, chansonnette, livres grand public et même la politique qui est devenu un divertissement. Les ministres passent chez Ruquier ou Ardisson. D’insipides chanteurs sont régulièrement invités et les autres fois, ce sont de piètres humoristes qui ne font même plus rire. On s’étonne du fiasco de Sophia Aram sur la Deux mais cette fille est un fiasco. N’importe quelle oreille attentive le savait, après avoir écouté ses fades prestations dans la matinale d’Inter.

D’autres faits médiatiques méritent une analyse, montrant que les plateaux sont à l’instar des clubs select comme le Jockey ou le Rotary, ouverts moyennant un statut très spécial. On aura remarqué que les gens sélect bénéficient d’avantages dont ne dispose pas le citoyen ordinaire, par exemple lors d’une mise en cause dans une affaire. Le citoyen ira devant les tribunaux s’expliquer mais la célébrité peut à certaines occasions se défendre sur le plateau du JT. On l’a constaté souvent, pour des managers comme J.M. Messier, des affairistes comme B. Tapie, des politiciens comme J.M Cahuzac. Les autres fois, ce sont des chanteurs ou acteurs déjà surexposés qui viennent parfaire leur promo. Cette visibilité médiatique assortie d’un cumul et d’une surexposition finit par engendrer auprès du public la représentation d’un monde supérieur, séparé, fait d’individus méritant leurs avantages et doués d’une aura qui est souvent artificielle. Les médias contribuent à renforcer le monde des puissants, des dominants, des oligarques. Les gens de la rue peuvent alors se sentir dépréciés, privés de talent, d’estime, de reconnaissance, destinés à accepter le sort économique que le système leur accorde.

Le jeu médiatique est idéologiquement orienté mais sans coordination. Simplement une soumission des responsables médiatiques face aux puissants, dominants et autres célébrités qu’ils se plaisent à bousculer de temps à autre pour laisser accroire à une liberté de la presse mais face auxquels ils montrent une révérence bien récompensée car par le jeu de miroir les médiarques se donnent une prestance et une aura proportionnelle aux rayonnement médiatique de leurs invités. Tout ce « beau monde » se regarde dans la glace et se voit dans le miroir de la classe supérieure, légitimant une conscience de classe diffusée dans les populations. Les directeurs et autres producteurs d’émissions de masses ont en effet des revenus assez conséquents, 5 à 10 milles euros le mois, voire plus, et les animateurs encore plus ce qui ne peut que les inciter à quelque connivence avec l’hyper classe qui émarge bien plus haut. Les gens de peu n’ont que peu de visibilité médiatique. Quelques séries télé leur sont dédiées, entre Louis la brocante et la famille d’accueil. Les médias légitiment la place des puissants en la renforçant tout en proposant aux populations des émissions de divertissement sur la cuisine, la déco et le jardinage. Les intellectuels invités sur les plateaux de grande écoute ne font que légitimer le système ou à en livrer une contestation tellement vaine et irréalisable qu’elle devient la complainte des gens frustrés autant que la justification en filigrane iconique des maîtres du système.

Cela étant établi, on pourra questionner un peu plus en profondeur ce que révèle le phénomène de visibilité médiatique des élites, autrement dit de gentrification des plateaux de télévision. Comme dans les systèmes vivants, l’organisation d’un système, qu’il soit moléculaire ou social, repose sur une organisation de l’information. La gentrification des médias participe à la loi d’organisation et de domination des élites du système grâce à cette surexposition. Une bataille se joue sur l’occupation du terrain. On peut lui opposer les principes de civilisation bien peu armés pour lutter contre un système qui rassemble en une connivence universelle ceux qui admirent, les populations de l’âge technumérique, et ceux qui se font admirer, les puissants, les célébrités, les élites. Finalement on ne découvre rien de neuf. La communication et les images ont toujours été l’instrument des puissants. Les médias contemporains ne sont qu’un moyen perfectionné et transformé pour cette emprise du monde des élites qui cette fois a gagné la lutte des classes. Parce que les gens ne lisent plus en s’appropriant le sens du monde.

Les médiarques ne sont pas des valets, ni des domestiques, ils prennent une bonne part d’avantage (aura et revenus) en déroulant le tapis face aux puissants, se croyant eux aussi devenus des maîtres au point de jouer les justiciers, les moralistes, les professeurs d’allégeance, les comptables de l’économie, les staliniens en costume de Zorro, les prescripteurs, appuyant notamment les options militaristes du président. Les médias sont presque devenus l’instrument d’une dictature exercée sur les consciences, pire que les religions d’antan mais les citoyens ont les moyens de résister et s’ils ne le font pas, ne les plaignons pas, ils ne sont pas les victimes mais les coupables de ce déni de civilisation.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 25 septembre 2013 08:42

    La question du rôle des médias et de leur mise en coupe réglée par les classes dominantes est rarement traitée, pour ne pas dire jamais, lors des élections par exemple, les thèmes sont largement imposés par le pouvoir, avec l’assentiment de médias dociles. Le secteur public, en bonne partie dénaturé par des années de politiques libérales ou sociales-libérales, doit être complètement repensé et libéré des logiques capitalistes.............

    voir : CONCENTRATION DES MEDIAS EN FRANCE


    • Gemini Gemini 25 septembre 2013 11:24

      Le film « Les nouveaux chiens de garde » aborde également ce sujet. À regarder pour étayer les propos de l’auteur et du commentaire ci-dessus.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 septembre 2013 13:30

      Robert,

      Il ne s’agit pas uniquement d’une mise en coupe réglée. Le ressort fondamental de ce fonctionnement médiatique est bien plus subtil. Relisez le billet attentivement


    • Robert GIL ROBERT GIL 25 septembre 2013 14:53

      oui, je sais bien qu’il s’agit aussi de réseaux, de copinage ou tout le monde se congratulent et s’accordent sur les divers avantages qu’ils peuvent s’octroyer. Avantages financiers, médiatiques et autres...


    • asterix asterix 25 septembre 2013 19:29

      Il a fait deux fautes d’orthographe sur une phrase, le petit Robert.
      Est-ce donc un copain qui a écrit à sa place ?
      Si j’ai bien compris Dugué, la gentrification, c’est dans « les grosses têtes » qu’elle passe le mieux.


    • Jeff Parrot Jeff Parrot 25 septembre 2013 09:20

      Bien sur c’est pire que la religion d’antan, la messe médiatique c’est 4h par jour, pas seulement 1h le dimanche matin.

      Les citoyens n’ont pas les moyens de resister, la plupart n’ont pas les moyens psychiques pour faire face au vide que représenterait l’absence de cette messe médiatique.

      La question est par quoi remplacer la messe médiatique ?

      Qu’est ce qui serait assez puissant et aussi attractif pour remplacer ou rompre la messe mediatique ?


      • howahkan Buddha 25 septembre 2013 10:16

        justement si je puis me permettre là est une clé...il ne pas remplacer cette pseudo messe par quelque chose...........................l’intelligence est dans le vide de la pensée « normale » analytique , elle est justement dans l’absence de cette pensée.....il nous manque une dimension perdue dans nos vies......nous n’avons aucune intelligence , que je définirais comme n’étant jamais personnelle mais toujours universelle ,mais juste des QI..........


      • Jeff Parrot Jeff Parrot 25 septembre 2013 11:06

        Je me doute bien vu le choix de votre pseudo que vous ayez trouvé cette dimension perdue ou du moins que vous soyez sur le chemin....
        Mais comment allez vous rendre votre cheminement attractif face au rouleau compresseur médiatique ? ne serait-ce que pour dejà 25% de la population qui est un objectif


      • howahkan Buddha 25 septembre 2013 11:54

        Salut ......c’est la « dimension » qui se révèle....dans certaines circonstances..elle est là....c’est une évidence. L’activité de notre cerveau-esprit ordinaire empêche cette révélation....elle empêche l’ouverture du cerveau qui est uni avec le tout...pour faire trop court :lorsque je suis en souffrance , comme l’est l’humanité, nous essayons toujours de faire quelque chose pour essayer de s’en libérer mais ça ne marche jamais en utilisant la partie du cerveau que j’appelle analytique binaire oui/non...il n’y a rien a faire avec ce cerveau analytique quand à résoudre nos problèmes profonds car il en est le créateur mais je l’ai vu comme d’autres l’ont vu qu’ il n’a pas de réponses à ces problèmes . Problèmes alors enfouis dans des zones du cerveau auxquels il n’a pas accès....on appelle cela l’inconscient , sans savoir que ceci est inconscient uniquement pour notre cerveau superficiel analytique ou « moi je » ...

        on ne peut pas rendre cela attractif ou pas , on « dit » les choses parce que c’est ressenti comme ça , le plus proche possible par les mots des faits et visions involontaires et vues en profondeur simplement . C’est là pour tous bien sur sans exception.
        Ceci est au delà de la compétition, de la comparaison donc de la division....division qui est notre malheur..le cerveau qui analyse divise pour cela entre « moi » et l’objet de l’analyse, moi et pas moi, moi qui se voit alors comme absolu alors qu’il est totalement relatif, mais ça il ne le sait pas ...le pire commence là ...
        mais la solution est dans la compréhension du problème et ceci est pour moi une vérité factuelle que je vois, expérimente à mon niveau.... c’est alors être le problème sans vouloir y toucher donc en le laissant tel qu’il est qui montre la solution, alors la solution n’est plus pensée................d’où vient elle alors ?? De l’unité retrouvée car en fait le problème c’est moi, « je » suis le problème mais l’analyse divisive dit : il y a moi et le problème...c’est faux = douleur = violence = guerres !! A chacun d’y aller ou pas...ceci implique de voyager en terre ou règne la terreur de vivre donc de la mort, c’est être sa souffrance, en gros c’est être en territoire inconnu..chose que ce cerveau analytique ordinaire ne sait pas faire...il n’est pas conçu pour cela, il est un outil automatique et aléatoire de survie basé sur l’analyse de sa propre mémoire, chaque mémoire étant différente, elle nous divise tous deux fois, de par sa nature et de par ses conclusions..car le fonctionnement du cerveau est le même pour tous avec des différences superficielles innées de capacité....car nous étions fait pour être solidaires et non divisés.....ce qui implique plein de « talents » divers pour la survie....le seul talent qui n’est pas est inné pour nous est celui de la coopération volontaire intelligente...il est un effet secondaire de l’ouverture du cerveau esprit global...l’analyse n’a pas cette capacité, nous sommes justes orphelin d’une parti de nous même....comme une bulle mortelle qui refuse sa nature impermanente le jours ou la continuité des chose devient sa quête principale et donc bulle isolée de l’ océan qui est au delà du temps....si je puis dire, un peu pompeux voir pseudo romantique poussif comme mots mais bon , ça le fait pour aujourd’hui ..l’analyse ou « moi je » ne peut fonctionner intelligemment seule sans amener des catastrophes et des souffrances.....on aurait du vivre avec les gens et utiliser les outils, mais on utilise les gens et vivons pour les outils...

        salutations. smiley


      • Bulgroz 25 septembre 2013 10:49

        Mais non, tout ne va pas si mal dans les médias.

        Regardez le crash industriel de la sofia aram, l’ex gauchiste de la radio publique (payée sur le compte de la redevance)

        Regardez la chute d’audience de la radio gaucho bobo France Inter spécialisée dans l’antisarkozisme (une chute historique qui la met au même niveau qu’en 2008).

        et aussi, Marianne :-14.99%
        Libération : -11.07%
        Le Monde :-2.1%

        Par Contraste , Valeurs Actuelles :+6.1%

        Voilà ce qui arrive quand on n’est pas en phase avec le client, je veux parler de l’opinion majoritaire.


        • simir simir 27 septembre 2013 09:25

          Les lisez vous au moins ces journaux que vous citez Bulgroz ? 

          Mélanchon a déclaré que sur le plan de la politique étrangère le Figaro était beaucoup plus à gauche que le Monde et cela est vrai tant ils ont pu étaler leur hargne contre Chavez et Cuba.
          Connaissez vous Philippe Val le directeur de France Inter ? Celui-ci s’excuse devant Morano pur une chronique de Sophia Aram. Une belle carpette. 
          Il supprime les émissions de Serge Levaillant et Laurent lavige. La CGT Radio France a dénoncé la suppression de ces émissions et la rupture des contrats des deux producteurs « sans leur faire de proposition alternative, sans les avoir clairement avertis jusque-là que leurs émissions et leur avenir à Radio France étaient menacés, sans raison éditoriale clairement exprimée. Ces producteur-es n’ont même pas démérité au regard de l’audience, le sacro-saint baromètre des directions », s’étonne le syndicat.
          Ce même Philippe Val qui avait renvoyé Stéphane Guillon et Didier Porte.

          Vos analyses sont des analyses à 50 centimes de kilo. Si baisse de ces média il y a c’est à cause de leur droitisation. 
          Personellement je n’écoute plus France Inter à 8 heures le matin depuis le renvoi de Guillon.
          Voila ce qui arrive quand on est plus en phase avec l’usager ou l’auditeur (eh oui c’est beaucoup plus approprié que client), je veux parler de la majorité qui refuse le système. 
          Télérama a aussi une analyse similaire :
           « Si l’on fait référence à cette époque, c’est parce que les excellentes audiences enregistrées par Inter la saison dernière ont souvent été portées au compte d’un « anti-sarkozysme » latent de son antenne. »
          C’est l’inverse des affirmations de Bulgroz et c’est bien la fin de l’antisarkosysme et la droitisation que cela implique qui provoque la baisse d’audience.

        • escoe 27 septembre 2013 12:13

          Vos analyses sont des analyses à 50 centimes de kilo. Si baisse de ces média il y a c’est à cause de leur droitisation

          Et de leur sionisation outrancière. Certains matins on se demande si France Inter n’est pas devenue une annexe de la radio du Likoud


        • Stof Stof 25 septembre 2013 11:06

          Le peuple regarde donc faut croire qu’il aime ça.
          Pas moi, bien sûr, je passe trop de temps sur AV smiley


          • realTMX 25 septembre 2013 11:08

            Les média sont tous des vendus qui ont de très mauvaises fréquentations.

            Leur boulot : désinformer et abrutir les consommateurs
            Leur argent provient pour une grande majorité de la Mafia (TF1 a pour actionnaire la JP Morgan, il n’est donc pas étonnant de voir un tel niveau de malhonnêteté dans le traitement de l’information).

            Bouder les média n’est pas impossible. Il est même souhaitable. Mais c’est à chacun de prendre la décision de balancer la télé et la radio.


            • Gemini Gemini 25 septembre 2013 11:37

              J’aurais tout de même remplacé le terme « les médias » par « la plupart des médias ». Il existe encore, malgré tout, et bien sur hélas à très faible diffusion, des médias indépendants.

              En général, ils sont simples à trouver : ce sont ceux qui n’ont pas de publicité ou presque, et qui appartiennent uniquement à leurs lecteurs ou à leurs journalistes. Je peux citer quelques exemples que je connais  ; il y en a sûrement d’autres :

              • Le monde diplomatique ;
              • Politis ;
              • Le canard enchaîné ;
              • La décroissance ;
              • CQFD ;
              • Fakir ;
              • Siné hebdo ;
              • Regards.

            • Anaxandre Anaxandre 25 septembre 2013 12:21

               Si, comme vous l’affirmez, l’argent des grands médias provient de « Mafias » (« TF1 a pour actionnaire la JP Morgan »), de quelle « Mafia » dépend alors France2 et le Service Public en général puisqu’on ne voit franchement pas de différence notable entre la ligne éditoriale des uns et des autres ?


            • Agor&Acri Agor&Acri 25 septembre 2013 12:21

              @ Gemini,
              il y a (au moins) 1 canard boiteux dans votre liste = le Canard Enchainé.

              En effet,
              d’un côté, on peut lui reconnaître de faire sortir quelques affaires, qui mettent en cause aussi bien des personnes de « gauche » que de « droite »
              mais il faut bien comprendre que, d’un autre côté,
              - il dédramatise en permanence -par l’humour- les faits-mêmes qu’il dénonce.
              - il se cantonne essentiellement aux faits-divers à la petite semaine
              - il ne produit rien qui remette fondamentalement en cause le système
              - il ne s’est pas particulièrement illustré sur la défense de la liberté de parole et du droit de douter des « versions officielles », lorsque cela touchait, par exemple, à l’idéologie atlantiste
              - ...

              Bref, une distraction (un leurre ?) qui pince (sans rire) mais qui ne mord guère.


            • Dupont Georges Dupont Georges 25 septembre 2013 14:55

              Anaxandre, si le service publique délivre la même propagande que les chaînes privés on peut en déduire que nos gouvernants sont aussi au service de cette même mafia financière.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 2013 19:39

              Dupont Georges,

              Bingo ! Comment tout cela s’est mis en place ?

              Un petit livre l’explique : « Les Evangélistes du marché », de Keith Dixon, où comment les économistes de l’ Ecole de Chicago ont patiemment phagocyté les « leaders d’opinion » ( et peut-être un peu corrompu) pour qu’ils nous récitent TINA tous les matins, depuis l’avènement de la mère Thatcher.

              Les leaders d’opinion, se sont les intellectuels, les journalistes, les directeurs de journaux, les universitaires, les chefs d’entreprises etc. 

              Mr Dugué écrit : « le jeu médiatique est orienté, mais pas coordonné. » Rien n’est moins sûr. Il semble bien que ce soit le rôle des réunions du Bilderberg.

              Créé en 1954, « il convient de rappeler que la Conférence ne vise pas à élaborer des solutions aux problèmes de l’ Alliance occidentale, mais à étudier les répercussions de ces problèmes sur l’opinion publique, et les voies par lesquelles celle-ci peut être influencée favorablement.

              Ce serait donc un Think Thank de propagande. Le rôle de coordination »pour qu’on pense pareil des deux côtés de l’Atlantique« est aussi joué par les Young Leaders et les dîners du Siècle.

              Je trouve même que côté coordination, rien n’est laissé au hasard... , puisqu’on peut écouter ou lire n’importe quel média, c’est tout pareil. Il y a forcément coordination.

              Après le comment ? le pourquoi ?

              C’est expliqué dans la vidéo PSYWAR, la guerre psychologique de Scott Noble.
              Manipuler les vieilles démocraties européennes avec des chars et des missiles, auraient donné de moins bons résultats qu’en manipulant »le temps de cerveau disponible« .

              Le Goulag mental est bien plus efficace que la violence, c’est TINA, » la pensée Unique« , »le politiquement correct", chaque journaliste sait d’instinct ce qu’il convient de dire ou d’écrire.
              Ceux qui ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre, vont pointer à Pôle Emploi.
              La précarité dans les métiers du journalisme n’est pas un hasard.


            • Dupont Georges Dupont Georges 26 septembre 2013 11:26

              Fifi, vous prêchez un convaincu...


            • imprécateur 25 septembre 2013 11:25

              Alors que reste t’il comme solution pour se défaire de cette tyrannie ?
              Peut-être entonner le « Ah ça ira, ça ira, ça ira » et pendre aux antennes GSM tous ces petits marquis.... ?
               Les identifier, les débusquer, rien de plus facile depuis le temps qu’ils se donnent (pardon, qu’ils se vendent) en spectacle.
              Reprenons la Bastille et la Maison de la Radio !!!


              • Le printemps arrive Le printemps arrive 25 septembre 2013 14:29

                Bonne idée le coup de l’antenne GSM, pas besoin de les pendre, juste les mettre à 50 mètres, retenu par un quelconque moyen et attendre que les micro-ondes pulsées face leur office !!!


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 2013 20:03

                Imprécateur,

                Je vous file un tuyau, mais ne le répétez pas ! Il y a un créneau de liberté d’expression, source d’informations, dans un domaine un peu abandonné par les citoyens, les livres.

                Beaucoup d’enquêtes ne passeront jamais dans les médias, mais elles sont éditées.
                Il y a un avantage par rapport à Internet : si le livre sort sans dépôt de plainte des gens cités, c’est que ce qui est écrit est sans doute vrai, et que faire un procès serait lui faire de la pub inutilement.

                L’inconvénient, c’est que l’écrit est protégé par des droits d’auteur pour 30 ans, vous n’en trouverez même pas des extraits ailleurs. Faut donc prendre le temps d’écumer les librairies et les publications.

                Je peux vous proposer quelques titres :
                « Les confessions d’un assassin financier- de John Perkins.
                 » Une imposture française« sur BHL par Nicolas Beau et Olivier Toscer
                 » Pour en finir avec la Françamérique«  par Jean Philippe Immarigeon
                 » Argent public, fortunes privées« par Olivier Toscer
                 » La décomposition des Nations européennes« par Pierre Hillard
                ainsi que » La marche irrésistible du nouvel ordre mondial- destination Babel« du même Pierre Hillard.
                Toutes les enquêtes de Montaldo et de Sophie Coignard.
                 »La stratégie du choc, le capitalisme du désastre« de Naomi Klein
                 » Circus politicus « de Deloire et Dubois
                 » Histoire de la Résistance« qui vient de sortir d’Olivier Wieviorka
                 » C’était De Gaulle« d’Alain Peyrefitte
                 » Les armées secrètes de l’ OTAN- Stay behin, Gladio" de Danièle Ganser et autres publications des éditions Demi-lune.
                etc etc
                Voilà de quoi occuper les soirées d’hier. Vous y trouverez des informations que vous ne trouvez nulle part ailleurs, même pas sur Internet.


              • Hervé Hum Hervé Hum 25 septembre 2013 11:36

                Métaphoriquement, si tu ne veux pas te le prendre dans le cul sans te retourner... Cours, cours très vite !!!


                • Kern Kern 25 septembre 2013 13:44

                  Bravo l’Auteur


                  C’est tellement flagrant que nous nous retrouvons avec un Hollande sur les bras

                  Au passage je remercie Agoravox et ses auteurs ; grâce à eux mon temps télévisuel se limite exclusivement aux retransmissions sportives

                  Mais , même là ,des intrusions de la gente politique viennent gâcher le spectacle


                  Sans les horreurs à lunettes la photo eut été si belle smiley

                  • Fergus Fergus 25 septembre 2013 13:53

                    Bonjour, Bernard.

                    Bravo pour la lucidité de cet article. C’est bien ainsi que fonctionnent les médias et leurs éditorialistes.

                    Cela dit, si, les « médiarques » sont des valets au sens où ils servent les intérêts des puissants dans l’espoir de bénéficier d’un statut et d’un confort enviables. Exactement comme ces valets des grandes maisons qui n’ont que mépris pour la populace au motif qu’ils vivent eux-mêmes dans les dorures !


                    • soi même 25 septembre 2013 14:03

                      Le contraire et aussi vrai pourquoi, les médias ont été acheter par des grands lobbys financier.

                      Même un médias indépendant va être cuizer pour avoir une information objective, car toute les grande agences de presse sont déjà à l’unisson et le leurre d’internet et la redondance de l’information et la rumeur ne feront jamais une infornation fiable à 100%.


                      • soi même 25 septembre 2013 14:06

                        Quel éclectisme de la pensé Bernard , cela doit fumé sec dans ta calebasse !


                        • non667 25 septembre 2013 14:25

                          inutile de débattre puisque des lois antiracistes et anti.. interdisent l’expression de la vérité (même sur A.V. ! )
                          un espoir ! a force de trop en faire ! les masques tombent et , contre les merdias et le front ripoublicain , le F.N. monte smiley smiley smiley


                          • Dupont Georges Dupont Georges 25 septembre 2013 15:01

                            ah ? Il semble plutôt que le FN ne soit que la marionnette consentante des médiacrates... 


                          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 2013 20:14

                            La réputation difficilement acquise du FN comme défenseur des pauvres et des chômeurs vient d’en prendre un coup !

                            Lors du débat sur les licenciements boursiers, Marion Maréchal a présenté des amendements CONTRE le projet de loi et POUR le maintien des licenciements.

                            « La rédaction de la proposition de loi est à l’évidence excessive (...) ce qui n’est pas dans l’intérêt du marché de l’emploi. »

                            « Il convient donc de rendre inapplicables aux entreprises les dispositions durcissant les conditions des licenciements économiques dès le moment où elles se sont déclarées en cessation de paiements. »

                            « La procédure de rupture conventionnelle du contrat de travail n’est pas qu’une facilité pour l’employeur, elle est également pour le salarié une manière plus consensuelle de mettre un terme à une relation de travail. (...) il faut donc conserver ce mécanisme ».

                            Source : Site marionlepen.fr


                          • simir simir 27 septembre 2013 09:35

                            Le FN monte !!!!!

                            Laissez moi rire. Un peu comme les sondages de Mai 2011 qui nous prédisaient la blondasse à 25 % aux présidentielles
                            Par conte le sondage de l’institut Yougouv d’il y a 2 mois poir le Huffington Post personne n’en parle. Celui ci donnait pour les prochaines européennes UMP 19 % FN 18 % PS et FdG 15 %
                            Vous parlez d’une progression passer de 17,9 à 18 !!!! Par contre le Fdg lui passe de 11 à 15 si l’on compare avec les dernières présidentielles. 
                            Même les partielles de début d’année si l’on tient compte de la personnalité contreversée de Mancel dans l’Oise et du fait de partir avec un boulet aux pieds avec l’affaire Cahuzac à Villeneuve n’ont pas montré une forte progression du FN. 
                             

                          • Cedric Citharel Cedric Citharel 25 septembre 2013 14:33

                            L’action était parfaitement planifiée, mais les conseillers présidentiels avaient oublié d’inclure le facteur ‘malchance’ dans leur équation. Le lendemain du jour où la presse à scandale reçut le feu vert pour publier le scoop, l’attaché de presse élyséen en charge de ce dossier fut victime d’une crise d’appendicite aiguë et dut se faire opérer d’urgence. Des complications liées à l’anesthésie le clouèrent au lit avec suffisamment d’antidouleurs pour lui faire négliger toutes ses obligations professionnelles. Pendant les quelques jours qui suivirent, les effets du cloisonnement pratiqué dans les hautes sphères de l’administration se firent amèrement ressentir.

                            Alors que le président s’apprêtait à faire la une du Figaro et de l’Express, seuls les journaux à sensation semblèrent s’intéresser à sa relation avec la jeune Autrichienne. Les quotidiens sérieux, tous ceux qui attendaient le feu vert de l’Élysée pour publier leurs articles, rongeaient leur frein. Pendant ces quelques jours, Jean Villier fut particulièrement excédé de constater que seuls Point de vue, Closer et Paris Match s’intéressaient à sa vie sentimentale. Même le week-end qu’il avait passé main dans la main avec sa maîtresse au parc Astérix ne fut commenté dans les journaux traditionnels et sur les chaînes de télévision que deux jours plus tard, une fois l’attaché de presse sorti de son état comateux.

                            Pris de court, les médias traditionnels durent ensuite expliquer pourquoi ils avaient mis autant de temps à réagir. Ils se réfugièrent opportunément derrière une certaine pudeur et un sens inné de la déontologie. Officiellement, au nom de l’éthique, ils avaient refusé de s’immiscer dans la vie privée du chef de l’État. Bien sûr, ils ne mentionnèrent pas le veto élyséen dont ils avaient été victimes et qui avait été maintenu quelques jours de trop en raison de la crise d’appendicite aiguë d’un haut fonctionnaire.

                            Heureusement, environ une semaine après la parution des premiers articles dans la presse classique, « l’effet Liza » commença à se faire ressentir. La cote de popularité du président remontait doucement.



                            C’était un extrait de On les croise parfois, de Cedric Citharel
                            Pour ceux qui auraient encore des doutes sur les liens incestueux qui règnent entre la presse et ceux qui la subventionne.

                            • Le printemps arrive Le printemps arrive 25 septembre 2013 14:36

                              Bien Bernard Dugué, la sauce prend forme, mais pour quelle soit parfaite, il va falloir comprendre qu’ils sont l’objet d’une manipulation supérieur lors des réunions du Siècle ou autres.

                              Je sais, il faut du temps pour changer et y aller petit à petit. Continuez, vous progressez !


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 septembre 2013 14:44

                                Pour une infime minorité de reporteurs la soumission aux lobbys financiers devient insupportable.

                                Reste que la majorité des journalistes obéissent comme des TouTou à leur maîtres !

                                Le journaliste Hervé Kempf quitte Le Monde pour échapper à la censure du business.

                                L’esprit critique du journalisme soumis au marché, est inférieur à celui qu’il exerçait sous l’autorité politique. C’est à la force corruptrice du système marchand que l’on doit cette prouesse. source

                                Pour neutraliser la volonté et l’éthique d’un individu, la corruption s’avère beaucoup plus efficace que la censure directe. source

                                *voila pourquoi le libéralisme, lorsqu’il a accès aux médias, à la justice, à la politique, conduit inévitablement à l’oligarchie. source

                                Le système s’est auto ficelé.
                                Les journalistes se sont coupés du peuples et engagés du coté des nantis. Ils vivent donc à présent sur un standing élevé. Il est extrêmement difficile de redescendre d’un niveau de vie élevé. Il ne peuvent donc plus faire preuve d’un courage intempestif car ils courent le risque de perdre leur standing. Cela donne à réfléchir.

                                Après des années de soumission au luxe il est difficile de s’en libérer. « Le despote » n’est en effet pas extérieur mais en soi-même. source

                                Cela fait toujours du bien d’avoir un regard dans son rétroviseur .... retour en 2005 ... le référendum sur la constitution européenne :

                                — debut de citation —
                                Nous (une bonne partie des journalistes de France 2, France 3, Radio France) dénonçons la dérive à laquelle nous avons assisté, impuissants, avec l’émission télévisée du Président de la république sur TF1 qui durant deux heures a pu défendre le « OUI » sans même que son temps de parole ne soit pris en compte.
                                — fin de citation et source

                                Remarque : le CSA constate ce qui se passe mais il na na pas de pouvoir pour intervenir ...


                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 25 septembre 2013 14:55

                                  A pro pro censure ... la France ne fait pas exception comme montre cette vidéo choquante ... OUI cela se passe chez nous ... région Parisienne

                                  http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-censure-medias-en-france-voici-la-preuve-video-brutalites-qu-on-voit-a-l-etranger-55672577.html


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 septembre 2013 20:21

                                  Euuh, il me semble qu’il ne faut pas confondre les têtes d’affiche des médias ou les directeurs, avec les petites mains qui font tourner la boutique... La précarité est la règle de l’emploi dans tous les médias.


                                • sirocco sirocco 26 septembre 2013 11:37

                                  @ eau-du-robinet

                                  « Remarque : le CSA constate ce qui se passe mais il na na pas de pouvoir pour intervenir ... »

                                  De toute façon les membres du CSA ont été choisis par le Système...

                                  Il ne faut rien attendre de ces organismes soi-disant de contrôle ou d’inspection, instaurés dans bien des domaines (le plus connu étant l’IGPS), dont les membres sont choisis parmi les personnels qui sont censés être contrôlés ( ! ), qui sont évidemment aux ordres, permettant seulement à des planqués de faire tranquillement leur carrière aux frais du contribuable.


                                • soi même 25 septembre 2013 14:47

                                  Une exemple concret de manipulation :

                                  Citoyens européens, exprimez-vous !
                                  L’Union européenne nous paraît souvent bien lointaine, trop orientée autour des seules questions économiques, à l’écart des (...)

                                  25 sep. | 0 réaction | Citoyen junior

                                   

                                  Impossibilité d’exprime notre réaction sur l’article.

                                  De la propagande pur !


                                  • psynom 25 septembre 2013 15:06

                                    « La propagation de l’idéologie ultralibérale ..., ne repose pas sur une ligne rédactionnelle imposée par les patrons de médias... » Les empires financiers, ces espèces de bisounours philanthropes, n’auraient acquis la totalité du paysage médiatique que sans arrière-pensée. Oui, on le croit. Ouai !

                                    « Le jeu médiatique est idéologiquement orienté mais sans coordination... »

                                    Oui, c’est ce que nous disent les journalistes les yeux dans l’objectif, on peut le croire. Mais, quand on distribue les postes, les salaires, les primes, quand on vire les frondeurs ou ’malcomprenants’... il n’est pas besoin de rédiger de note de service, de convoquer patrons de presse et rédacteurs pour se faire comprendre. Je pense qu’un journaliste à 15 000 €/mois est capable de l’intégrer de lui même.

                                    Ce sera toujours celui qui paie qui choisira, qui décidera. Enfin celui qui finance, pas celui qui paie son journal, sa redevance ou ses impôts pour subventionner la presse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès