Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Nicolas Sarkozy offre à son ami Bouygues les recettes publicitaires de (...)

Nicolas Sarkozy offre à son ami Bouygues les recettes publicitaires de France Télévisions

ft.1199864615.jpgPlus c’est gros, plus ça passe. En guise de mesure pour le pouvoir d’achat, Nicolas Sarkozy veut supprimer la publicité dans l’audiovisuel public. Premiers bénéficiaires de la mesure, M6 et surtout TF1. La facture sera réglée par les Français, soit par le contribuable à travers une hausse de la redevance ou la feuille d’impôt soit par les consommateurs via de nouvelles taxes, sans doute un cumul des trois.

 

Lors de la conférence de presse du 8 janvier, le président Sarkozy a annoncé le lancement d’une réflexion sur la suppression totale de la publicité en 2008 sur les chaînes de télévision publiques une “véritable révolution culturelle dans le service public de la télévision”. “Je souhaite donc que le cahier des charges de la télévision publique soit revu profondément et que l’on réfléchisse à la suppression totale de la publicité sur les chaînes publiques, qui pourrait être financée par une taxe sur les recettes publicitaires accrue des chaînes privées et une taxe infinitésimale sur les chiffres d’affaires des nouveaux moyens de communication comme l’accès à internet ou la téléphonie mobile”, a-t-il ajouté.

Les milieux financiers ont mieux que tout autre saisi les intérêts de la mesure. TF1 (+8,50%) et M6 (+6,50%) ont connu une forte hausse de leurs cours de bourse. Un arrêt de la publicité sur les chaînes publiques “créerait évidemment un levier énorme pour les chaînes privées. (...) Compte tenu des liens de TF1 et Bouygues avec le pouvoir en place, on se doutait déjà qu’ils ne seraient pas défavorisés”, commentait hier un vendeur d’actions. La mesure tombe à point pour le groupe TF1 qui voit son audience lentement s’éroder. En l’absence de concurrence, la première chaîne commerciale européenne n’aura pas à multiplier les coupures mais seulement augmenter les tarifs dans un espace de diffusion limité.

Flagorneur de service (public), Patrick de Carolis, PDG de France Télévisions a estimé que cette “clarification” validait la stratégie éditoriale du groupe en faveur d’une programmation de qualité. Une déclaration d’autant plus surprenante que depuis plusieurs mois, Patrick de Carolis réclame des moyens accrus, proposant même un relèvement de la redevance ou une coupure publicitaire supplémentaire. Le budget du groupe France Télévisions est conséquent : 1,945 milliard d’euros en 2008 dont 800 millions d’euros de recettes publicitaires en 2007. On comprend, comme l’a déclaré Ségolène Royal, qu’à l’annonce de la mesure, “M. Bouygues puisse déboucher le champagne”.

L’UMP a beau jeu de rappeler que Lionel Jospin avait en son temps envisagé lui aussi de mettre un terme au mercantilisme public. Ne leur en déplaise, il ne l’a pas fait, conscient des difficultés à trouver des sources de financement de remplacement dans un contexte économique pourtant beaucoup plus porteur. Les Français ne doivent pas être pris pour des gogos. La suppression de la publicité sur France Télévisions ne peut se traduire par une réduction du budget des chaînes publiques. Au final, quels que soient les dispositifs de compensation envisagés, ce seront les Français, contribuables ou non, qui paieront.

Le coup est double pour Nicolas Sarkozy qui outre servir les intérêts du parrain de son fils Louis, poignarderait dans le dos le service public télévisuel. Une manoeuvre à la Berlusconi qui permettrait de renforcer l’attractivité de chaînes “amies”, propices à délivrer une information favorable au pouvoir. M. Sarkozy “renvoie l’ascenseur au privé en saignant le service public”, a dénoncé la CGT de France Télévisions. Ségolène Royal a pour sa part estimé “qu’il est totalement irresponsable d’aller proposer la suppression d’une recette sans savoir quelle sera la recette qui viendra garantir le bon fonctionnement du service public”.

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 9 janvier 2008 13:30

    Jospin voulait supprimer la redevance télé et des idées de supprimer la pub sur les chaines publics avaient aussi avancées,afin de faire un modèle à la BBC.

    (Une erreur de plus que Jospin à fait !)

    Nicolas SARKOZY reprend tout simplement une très bonne idée.

    FRANCE2 est un très mauvais clone de TF1,qui fonctionne comme une chaine privée et qui sous-traitent la production de ses reportages et ses émissions à des animateurs producteurs ou des maisons de productions.

    Ou est la difference entre FRANCE2 et TF1 ?????

    Nous n’avons pas à payer une redevance TV pour nous retrouver avec plein de pubs sur une ou des chaines du service public !

    C’est soit il fallait privatiser FRANCE2,soit en faire un modèle débarassé de la pollution publicitaire

     

     

     

     


    • brieli67 10 janvier 2008 16:07

      les LERMAs dans toute leur splendeur de droite et de gauche et tous hors sujet.manque celui du MODEM et sa guitare. LES MECS on s’en tappe de la Propagande et de ces beaux messieurs !

      C’est la bourse ou la vie. Notre POUVOIR d’ACHAT ;; ;

      Un peu de bon sens c’est le CLIENT qui paye la pub. Personne ne vous oblige de la regarder. Alors que QUATRE VINGT CINQ POUR CENT des emails qui circulent et bourrent nos boites sont du SPAM

      iL semblerait même ici c’est sur Avox que c’est pas net net avec les phising et cookies et co. réclames cachées propagande de partis politiques promotion de produits de sectes . C’est la dérive....

       


    • Jocrisse 9 janvier 2008 14:13

      L’UMP a beau jeu de rappeler que Lionel Jospin avait en son temps envisagé lui aussi de mettre un terme au mercantilisme public. Ne leur en déplaise, il ne l’a pas fait, conscient des difficultés à trouver des sources de financement de remplacement dans un contexte économique pourtant beaucoup plus porteur.Les Français ne doivent pas être pris pour des gogos. La suppression de la publicité sur France Télévision ne peut se traduire par une réduction du budget des chaînes publiques.

      Jospin n’avait pas eu l’idée de S.Royal qui proposait dans son programme présidentiel la taxation des recettes publicitaires des chaines privées pour une télé publique de qualité.

      N.Sarkozy reprend cette proposition qui devient donc mauvaise. Belle démonstration !


      • slide 10 janvier 2008 08:22

        Vous avez vraiment lu le texte ? La mauvaise idée c’est la suppression de la publicité dans l’audiovisuel public, je suis d’accord avec la taxation de la publicité de l’audiovisuel pour financer un audiovisuel public de qualité.

        L’auteur n’a pas dit "toutes les idées de N. Sarkozy sont mauvaises", il en a cité une. Et vous commentez à côté...


      • Emile Red Emile Red 10 janvier 2008 10:38

        Royal n’a d’ailleurs pas prévu de nouvelles taxes pour les financements, le Roitelet, si...


      • Emile Red Emile Red 10 janvier 2008 10:51

        Ce matin, 10 janvier, Devedjan annonce sur FR2 qu’il y aura sans doute quelques petites chaînes ( sur 20 publiques ???) privatisées... Voilà déjà le premier aveu, on affirme qu’il y a 20 chaînes puis on dit que certaines négligeables seront vendues.

        Un autre problème que ne résoud pas la suppression de la pub est la concurrence réelle entre les chaînes qui si la pub est supprimée obligera les chaînes publiques à rester médiocres, étant donné que c’est le fort audimat de chaînes privées qui financera au mieux le publique.

        Ainsi on déprécie les chaînes publiques, ensuite on les brocarde, on estime qu’elles ne sont plus à la hauteur et on les vend à vil prix aux amis, processus éculé qui tend à fonctionner encore.


      • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 22:20

        Slide

        J’ai bien lu :"Le coup est double pour Nicolas Sarkozy qui outre servir les intérêts du parrain de son fils Louis

        Et vous ? Avez-vous en tête la proposition 81 du Programme Soc Royale ?


      • La Taverne des Poètes 9 janvier 2008 14:20

        Donc c’est acté : TF1 et M6 se réserveront le gâteau des annonces publicitaires. Vive le profit ! Quant à la télé publique, on va par le moyen de son financement la ramener au temps de l’ORTF, dépendante du politique et sous financée. Résultat prévisible : le service public ne fera plus que servir...le pouvoir. Il perdra des parts d’Audimat et on finira par le vendre à des entreprises privées en prétextant qu’il sera côuteux et pas rentables. Les contribuables seront même content de s’en débarrasser.

        Cette mesure n’est pas le fruit d’une réflexion, sans quoi Sarko nous aurait expliqué. C’est une manoeuvre politico-financière. Sarko continue de s’amuser avec les medias, son jouet préféré.

         


        • Jocrisse Jacques 9 janvier 2008 17:46

          Leon,

          Voila la réponse concernant le financement , proposition 81 de S.Royal :

          Taxation des recettes piblicitaires des châines privées    
          Taxer les recettes publicitaires des chaînes privées en faveur de l’audiovisuel public.

          Pacte Présidentiel (proposition 81)

          Aujourd’hui, malgré les efforts consentis par France Télévisions pour rehausser la qualité de nombreuses émissions, le service public n’est pas un contrepoids satisfaisant aux chaînes commerciales. Je veux donner au service public audiovisuel la capacité de se différencier des chaînes commerciales. Cela suppose d’oser la création audiovisuelle, de participer pleinement au chantier de la connaissance et d’investir sur des programmes patrimoniaux. Le service public doit aussi résolument s’adapter aux évolutions des techniques. Pour financer ce développement, je n’envisage pas d’augmenter la redevance. Je pense, en revanche, qu’une taxation des recettes publicitaires des chaînes privées devra être envisagée.

        • Jocrisse Jacques 9 janvier 2008 17:48

          Léon,

          A part attendre, que pouvez-vous faire ?


        • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 11:11

          Léon,

          Et vous, à part vous à part vous prosterner, que savez-vous faire ?

          Ca rime à quoi cette agressivité ? Qu’est ce qui vous indique que je puisse être d’accord sur tout avec NS ? Vous en tout vous ne savez pas maîtrisez vos nerfs !


        • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 11:15

          Léon,

          Correctif :

          Vous en tout vous ne savez pas maîtrisez vos nerfs !

          Lire : Vous, en tout cas,vous ne savez......


        • brieli67 10 janvier 2008 16:14

          C’est quand meme simple la pub et le marketing c’est du FRIC non répartie non partagé. C’est du vol !

          Er du conditionnement de l"abrutissement du peuple.


        • brieli67 10 janvier 2008 17:35

          Nous voulons une télé locale interactive intelligente qui nous comprend.

          En comparant

          Le CHU et ses grands services ok ok ;; ;; mais demandons tout autant voire plus le médecin dit de famille.

          Nous n’avons rien è faire de l ’image et des produits méfia que la France se doit d’exporter. Que l’Etat arrête de nous tondre de nous balancer des mièvreries de nous tondre..... Qu"il investisse et forme du personnel pour de grands projets et se donne les moyens. C"est ahurrissant les programmes de l"été et ceux autour des fêtes. Cette messe des infos le soir . En zones frontalières ce n’est pas étonnant qu on zappe chez le voisin. Un PPDA un Ardisson un Drucker .. de tels dinosaures qui résistent à tous les régimes n"existent qu’en France. Par contre si un Stefan Raab en Allemagne commence a titiller le chancelier sur la couleur de ses cheveux et que celui-ci du haut de ses 62 ans veut faire croire qu il n a pas un seul poil blanc. Ca déménage..... et c’était parti avec un audit de tous les mensonges du Schroeder et de la SPD. Récemment deux présentatrices très expérimentées se sont fait virer pour des discours "nazis". La journaliste sioniste qui a fait plein de foin autour de l’artiste turc qui a fait chanter Kouchner et son homologue allemand in the placard. Nous sommes en France des tendres et des romantiques. Des analphabètes du paysage audio-visuel et des NTIC.


        • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 22:38

          Ludo,

          J’avoue que j’y ai mis un peu de mauvaise foi.

           


        • Mathieu L. 9 janvier 2008 16:59

          Il a dit "moins de pub" il me semble et non "plus de pud du tout". C’est une sacré différence !


          • chmoll chmoll 9 janvier 2008 17:21

            j’me demandais comment greg le millionnaire (plus connu sou sarko) allait gratifier l’bouygue et lagardère

            ben voilà en faisant grimper leur cote a la bourse

            bon comme d’hab vous voyez pas l’coup arriver, c tout simple vous allez avoir une taxe tv sur les pc

             


            • Alain D 9 janvier 2008 17:27

              L’enjeu est donc les 800 M€ des télés publiques.

              Pas d’inquiétude, les 800 n’iront pas directement dans la poche des télés privées. Elles pourront peut-être vendre un peu plus cher mais pas beaucoup plus de temps. L’antenne est déjà saturée. Les annonceurs des chaînes de France Télévision sont déjà clients de TF1 et consorts.

              Si des réponses pertinentes sur les 2 points du financement et de la liberté de France Télévision sont apportées ça peut-être une formidable nouvelle !

              Et poursuivons le raisonnement... la télévision publique devient si attractive que le public se détourne de plus en plus vite de la "privée"...L’arroseur arrosé ?

               


              • Dalziel 9 janvier 2008 18:13

                De toute façon, quoi que dise ou que fasse Sarkozy - que je méprise -, les Moreigne font l’interprétation qui les arrange.

                Les programmes des chaînes publiques sont, aussi, constamment au-dessous de la ceinture, pour cause de course à l’audimat : les Moreigne dénoncent la médiocrité de la TV.

                Sarkozy émet une proposition allant dans le sens d’un changement, pour les Moreigne, c’est un cadeau à Bouyghes !

                Par conséquent, ce genre d’articles militants est définitivement négligeable. Comme n’importe quelle propagande.


                • koton 9 janvier 2008 18:18

                  tous média confondu le sarko show est omniprésent et est propre aux média français...pub (choisie)ou pas pub ?perso la télé je l’allume ou pas mais pour le reste la pub est omniprésente dans notre société....conssommez,cossommez,mais l’sarko a sa place en prison(conflit d’intérets et le pire de l’ouverture c’est que ça passe ouvertement devant 600 journa....et devant le peuple français)pigeons que nous sommes....

                   

                  ouais il y’a bien 50% de masochiste en france bravo !!!!!!!!!!!!!!!!!


                  • lutter666 9 janvier 2008 21:05

                     

                    Méfiez-vous gens du peuple vous êtes manipulés par le gouvernement, ils essayent de nous faire culpabiliser, en nous montant les uns contre les autres (les actifs contre les inactifs, contre les gens d’origines étrangères : en nous faisant croire c’est de leur faute s’il n’y a pas de travail, si la sécu est dans le rouge, si il n’y a pas assez de logements…), les salariés de la fonction publique contre ceux du privé).
                    Une réponse à cela : la répression. Tout d’abord sur la route le gouvernement engrange sans prévenir. Financière, avec des augmentations tous azimuts. Bientôt une surveillance accrue de l’Internet. La destruction de tous les services (pas chers) aux français, pour les remplacer par des services privés (très chers)dispensés par les amis de Mr le président qui lui est augmenté de 206%. La création du Ministère de l’immigration pire que sous Vichy !!! Un jour vous aussi on vous trouvera quelque chose afin de vous punir !!!
                    Nous avons racheté les actions EADS de Mr Lagardère au prix fort et on voudrait nous faire payer des franchises médicales ? On impose les personnes âgées à payer la redevance télé, alors qu ‘elles n’ont même pas assez pour faire deux repas par jour et se chauffer.

                    Notre système d’éducation est en train d’être privatisé avec un accès aux études supérieures favorisés pour les enfants des riches. Que restera t il pour nos enfants ! Le président mis en place nous a menti pour se faire élire en disant qu’il était la solution à tous nos problèmes, en faisant sa cause principale du pouvoir d’achat. La question est jusqu’à quel point on doit supporter tant d’arrogance et de mépris du peuple ? Il faut réagir vite, créer des mouvements de résistance contre le Nouvel Impérialisme Dictatorial.


                    • Foudebassan Foudebassan 9 janvier 2008 22:21

                      @ Auteur,

                      "La facture sera réglée par les Français, soit par le contribuable à travers une hausse de la redevance ou la feuille d’impôt soit par les consommateurs via de nouvelles taxes, sans doute un cumul des trois."

                      Vous racontez n’importe quoi. Le financement sera assuré par une augmentation de la taxe sur les publicités diffusées par les chaînes privées. Donc, zéro pour le contribuable.

                       

                       


                      • Eloi Eloi 12 janvier 2008 15:55

                        ...Et aussi une taxe "infinitésimable" sur les nouveaux moyens de communication : téléphone portable, internet

                        Hé hé !

                        Sachant que la taxe sur les bénéfices publicitaires sera compensée par une hause du coût à la minute de la publicité sur TF1 et M6, puisque le temps disponible pour la pub audivisuelle sera réduit

                        Hé hé !

                        Ces gens sont fichtrement intelligents... J’en reste tout pantois...


                      • stephanemot stephanemot 10 janvier 2008 01:13

                        Joli coup pour Bouygues, leader sur la TV et challenger sur le mobile : d’un côté Sarko supprime son principal concurrent sur son principal business (terminée la pub sur France Televisions), de l’autre il pénalise relativement ses principaux concurrents sur son marché secondaire (Orange et SFR paieront le gros de la taxe envisagée pour financer l’audiovisuel public), et au final le Groupe Bouygues améliore sa marge et ses parts de marché sans se fatiguer.

                        Plus c’est gros, plus ça passe. Lucien Barrière veut obtenir le label de palace parisien ? Sarko lui offre la dimension légendaire dès l’ouverture. Le blingblingisme, stade ultime du clientèlisme ?


                        • vivelecentre 13 janvier 2008 13:43

                          Non seulement on se soucie de l’opinion de Carlos mais en plus on le remercie de riposter a chaque fois pour denoncer la tartuferie !!


                        • eric 10 janvier 2008 06:13

                          Permettre aux entreprises d’abonder le budget des universités qui manque de sources de financement, constitue une inadmissible marchandisation du service public de l’enseignement.

                          Priver le service publique de l’audiovisuel de ressources commerciales constitue une inadmisssible privatisation des budgets publicitaires.

                          Recourir aux services d’auditeurs privé pour évaluer le travail des Ministres constitue une inadmissible confusion des genres entre public et privé.

                          Comment s’y retyrouver ? En fait c’est assez simple, toute réforme démocratique mise en place par le gouvernement démocratique d’un président démocratiquement élu mais qui ne plait pas à monsieur Moreigne et ses amis, notamment les trotskistes de RESF, constitue une inadmissible entorse à la démocratie

                          A la fin de l’article, on ne sait pas si le projet d’une BBC à la française est en soi bon ou mauvais mais on est fixé sur la conseption de la démocratie de l’auteur......

                           

                           


                          • Fergus fergus 10 janvier 2008 09:20

                            Il existe une autre explication qui commence à émerger (et à sérieusement déranger) sur la surprenante déclaration de Sarkozy : supprimer la publicité sur les chaînes publiques conduira à l’évidence (De Carolis en est conscient) à de graves difficultés de financement pour celles-ci, et contraindra de facto le groupe France-Télévision à réduire la voilure. Autrement dit à s’amputer d’au moins une chaîne qui serait alors privatisée.

                            Un homme se tient prêt à saisir cette opportunité : M. Bolloré, déjà propriétaire de Direct 8 sur la TNT et qui ne cache pas son très vif désir de jouer dans la cour des grands de l’audiovisuel. Mais au fait, Bolloré, n’est-ce pas l’homme qui prête généreusement son yacht et son jet à celui qui, au final, aura le dernier mot dans cette affaire, un certain... rappelez-moi son nom... Sarkozy Nicolas.

                            Un Sarkozy qui pourtant, il y a quelques semaines, se disait prêt à... augmenter le quota de publicité de France Télévision, allez comprendre ! Que faut-il en penser ? Doit on voir derrière Sarkozy-Bolloré... le syndrome Roux-Combaluzier ?


                            • Jocrisse Jacques 10 janvier 2008 22:43

                              Fergus

                              Albanel ce soir à France2 a affirmé à Pujadas qu’aucune chaine du groupe France Télévision ne sera privatisée.

                              On verra qui de vous deux a raison. Donc....à suivre !


                            • Emile Red Emile Red 10 janvier 2008 10:52
                              Ce matin, 10 janvier, Devedjan annonce sur FR2 qu’il y aura sans doute quelques petites chaînes ( sur 20 publiques ? ? ?) privatisées... Voilà déjà le premier aveu, on affirme qu’il y a 20 chaînes puis on dit que certaines négligeables seront vendues.

                              Un autre problème que ne résoud pas la suppression de la pub est la concurrence réelle entre les chaînes qui si la pub est supprimée obligera les chaînes publiques à rester médiocres, étant donné que c’est le fort audimat de chaînes privées qui financera au mieux le publique.

                              Ainsi on déprécie les chaînes publiques, ensuite on les brocarde, on estime qu’elles ne sont plus à la hauteur et on les vend à vil prix aux amis, processus éculé qui tend à fonctionner encore.


                              • Charles Ingalls Charles Ingalls 10 janvier 2008 11:33

                                N’oublions pas que la télévision publique n’est pas que France2 / France3. Les derniers JTs (notamment de France2) montrent bien la révérence faite au roi. Normal donc que Carolis laisse courir.

                                Le président de 53% des français n’a jamais caché son aversion pour des chaines comme France 5 / Arte, trop culturelles (intello ?) à son gôut (blingbling fait la rolex) et fait là d’une pierre deux coups.

                                Alors adaptons nous... Qui va sortir prochainement du chateau ? Les experts de Las Vegas vont ils finir par jouer aux machines à sous (et accessoirement s’acheter des rolex) ? JPP va t’il s’acheter des sabots ?

                                Et amusons nous...Appelez le 3615 (12 € la minute hors coût éventuel opérateur) et devinez le futur cadeau du Parrain (Ca me dit quelque chose...) de petit Louis. Tapez :

                                1 - Une rolex (bein oui ya des modèle enfant)

                                2 - Une orange (de mon temps...)

                                3 - Une chaine de télévision sans pubs

                                Viva Sarkozia...


                                • tvargentine.com lerma 12 janvier 2008 14:14

                                  France 2 au regard de sa gestion depuis quelques années n’est plus une chaine publique et le choix de la privatisation aurait plus logique.

                                  Mais le Président Nicolas Sarkozy dans sa nouvelle politique d’ouverture a préféré s’appuyer sur les anciens conseillers de gauche de Jospin qui préconiser bien la suppression de la "pollution" publicitaire sur des chaines publics.

                                  Nous payons une redevance,c’est pas pour être innondé de publicité avec des programmes racoleurs qui sont indexé sur la part de marché de la ménagère de moins de 50 ans !

                                  Avoir une vision progressiste et une image de QUALITE pour le service public,voila la démarche du Président et il a le soutien des citoyens qui ne veulent plus voir les "animateurs-producteurs" d’emissions de "merde" se remplir les poches avec l’argent du contribuable

                                  Oui,c’est une tres bonne chose que d’améliorer la qualité des programmes


                                  • mclerc 12 janvier 2008 14:33

                                    Vous êtes tous un peu trop jeunes (ce n’est pas un reproche !) pour vous souvenir que beaucoup de personnes dont moi, ont lutté en vain, bien sûr, contre l’introduction de la publicité sur la télévision d’Etat. Pour nous, c’était ouvrir la porte à la dictature de l’audimat et à l’abrutissement concerté de la population. Ah oui. Bien sûr. Les bons apôtres disaient que nous voulions seulement défendre le pain des journalistes de la presse écrite. Ben voyons. Mais vous aurez beau dire. Le Président Sarkozy a eu un beau courage de prendre cette décision qui était nécessaire.

                                     


                                    • Eloi Eloi 12 janvier 2008 15:47

                                      @ l’auteur

                                      Vous affirmez :

                                      "Au final, quels que soient les dispositifs de compensation envisagés, ce seront les Français, contribuables ou non, qui paieront"

                                      C’est déjà le cas, si la télévision est financée par la publicité. Le coût de la publicité est directement répercuté sur les produits dont ils font la promotion, que ce soit en terme de hausse du prix du produit, ou d’argent prélevée sur la hausse des marges due à la baisse des coûts ou de délocalisation.

                                      La publicité n’est pas gratuite : c’est une LEGENDE. La seule différence est que vous ne voyez pas cet argent qu’on vous prend. Et que le coût est réparti sur l’ensemble de la population, nationale, voire mondiale : vous faites ainsi payer à des gens non intéressés un service qui n’est en rien indispensable à votre survie, et dont, de plus, la pertinence est contestable

                                      Si la télévision était payante, par abonnement, ou redevance, elle serait moins coûteuse. Car l’argent ne circulerait pas dans cette boucle de la publicité où viennent piocher tous les salaires des publicitaires. Le raisonnement est le même pour les journaux dits "gratuits" : leur prix est supérieur à ce que vous devriez payer s’il n’y avait pas de publicité ; il est même généralisable à toute la gratuité d’internet : Google, et même AVox. Ces services gratuits ne le sont en rien, car ils ont un coût. Et une économie de marché élimine par son principe même tout ce qui n’a pas de valeur marchande de son système économique (seul un individu riche dont la survie n’est pas en jeu est capable de faire un "don" gratuit et désintéressé)

                                      Sarkozy a probablement quelque chose derrière la tête dans cette déclaration, mais c’est le système même de financement publicitaire qui est à mettre en cause !


                                      • Céline Ertalif Céline Ertalif 12 janvier 2008 16:04

                                        Cadeau à Bouygues ? Quand on regarde le cours de bourse de TF1 cette semaine, on voit que l’enthousiasme immédiat des actionnaires s’est vite tempéré.

                                        Ce qui devrait le plus nous surprendre, c’est que le Président de la République annonce des mesures qui laissent plus d’interrogations que de réponses, qu’on ne voit toujours pas très bien en quoi quelques-uns de ces engagements de campagne ont une chance d’aboutir et qu’il nous invente des choses importantes, quelques mois après son élection, dont il ne nous avait jamais parlées.

                                         

                                         

                                         


                                        • Becran 13 janvier 2008 12:44

                                          Comme d’habitude, il annonce une mesure floue, diligente des annonces contradictoires (privatisation ou pas Devedjian/Albanel). Ca fait quelques remous, il sonde, évalue les réactions, prend la température et fini par aller dans le sens du vent...

                                           


                                        • moebius 12 janvier 2008 21:13

                                           cé dommage moi ce que je prefaire a la tété cé la poublicité


                                          • Eloi Eloi 12 janvier 2008 22:35

                                            la poubelicité ?


                                          • Gilles Gilles 13 janvier 2008 08:07

                                            En fait, la fin de la pub sur le public c’est indubitablemnt mieux.

                                            Le problème avec cette annonce comme toutes celles de Sarko, cest qu’au lieu de lancer une idée, donner une direction, on indique d’abord l’objectif final péremtoirement sans donner de pistes sur les moyens ni le cadre d’accomplissement.

                                            On laisse ensuite le peuple, les journalistes et autres s’enflammer des jours dessus, dire tout et n’importe quoi et comme ça on occupe l’espace et on en parle pas du reste (tient comme le nouveau contart de travail...°)

                                            Si Sarko avait été honnête, il aurait aussi parlé du reste à savoir, plus de redevance, privatisation de une ou deux chaines publique, taxe suffisante sur la pub ???? Parce que sa taxe infinétisimale, ça tout le monde est d’accord pour dire que ça ne peut suffire.

                                            Le gros comique de l’histoire c’est que personne, n’y même les intéressés (sauf Bouygues et Bolloré peut être) étaient au courant ! incroyable, non ? Ni Albanel, ni Carolis.......ça sert à quoi un minisre ?

                                            et le encore plus comique, c’est que son électorat s’en fout un peu de cette histoire, vous ne croyez pas ? France télévison public sans pub ou privé avec pub......du moment que ça n’est pas uen chaine ennuyeuse type la 5 ou Arte, ils seront heureux avec ou sans pub !


                                            • Gilles Gilles 13 janvier 2008 08:12

                                              Donc cu coup j’incline à penser, comme d’autres, que le but est effectivement la réorganisation du service public de la télé

                                              Et quand on fait ça c’est pour être mieux servis, non ? Ou peut être est ce une promesse de longue date faites à ses amis milliardaires-bétoniers-marchands de canons aux dictateurs sanglants et proriétaires de télés privées

                                              Je crois qu’on aura des privatisations. Sur les 5 chaines, au moins deux à mon avis ! Et le pdg de France televison sera remplacé avec une mission plus simple, laissant à l’Elysée ou à un organisme sous sa coupe (type CSA) plus de prérogatives

                                              Je ne pense pas qu’il osera toucher à Arte, mais sait-on jamais....


                                            • Gazi BORAT 14 janvier 2008 09:02

                                              @ Gilles

                                              Très bonne analyse..

                                               

                                              Des privatisations sont à prévoir et seront justifiées par les faibles résultats de chaînes publiques exsangues.. But de l’opération ? Un cadeau à ses amis Bouygues, Bolloré et consorts.. et une rentrée d’argent pour les caisses de l’Etat, histoire de remplacer le manque à gagner des cadeaux fiscaux aux grosses fortunes..

                                              La description de l’objet de ses préoccupations :

                                              "Le français-qui-se-lève-tôt-pour-aller-au-travail-en-prenant-les-transports-en-commun"

                                              que Mr Sarkozy récitait comme une litanie lors de sa campagne ne semble plus à l’ordre du jour..

                                               

                                              gAZi bORAt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès