Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Press TV censurée au Royaume-Uni : la guerre de l’information est (...)

Press TV censurée au Royaume-Uni : la guerre de l’information est déclarée

La chaîne iranienne d’information vient de voir sa licence de diffusion révoquée par l’Office of communications (Ofcom), équivalent britannique du CSA.

L’Ofcom vient d’interdire à la chaîne iranienne Press TV de diffuser au Royaume-Uni. Il lui reproche de ne pas être indépendante sur le plan éditorial de son siège à Téhéran, comme l’exige les règles de diffusion au Royaume-Uni, qui stipulent que le détenteur d'une licence doit avoir le contrôle général de sa programmation(1). Autrement dit, le gouvernement iranien contrôlerait le bureau londonien de Press TV, à qui l’Ofcom a aussi infligé une amende de 100.000 livres (117.000 euros)(2). Il y a un mois déjà, l’Ofcom condamnait Press TV à payer une amende de de 100.000 livres pour la diffusion d’un reportage sur un journaliste de Newsweek emprisonné en Iran. La possibilité d’empêcher la diffusion de la chaîne avait alors était envisagée, mais le gouvernement britannique, pour ne pas aggraver ses relations diplomatiques avec l’Iran, s’y était alors opposé, peu de temps après la fermeture des ambassades de part et d’autre, qui ont suivis l’attaque de l’ambassade de Grande-Bretagne à Téhéran.

Press TV quand à elle, dénonce l’influence de la famille royale et du gouvernement Cameron sur l’Ofcom(3), organisme officiellement indépendant. Les câbles diplomatiques révélés par Wikileaks fin 2010 ont notamment montrés que la couverture du mariage entre le Prince William et Kate Middleton par la chaîne avait irritée la famille royale, car il était qualifié de trop extravagant. En outre, la chaîne à pointée plusieurs fois du doigt la responsabilité du gouvernement britannique dans la mort de dizaines de milliers de personnes en Iraq et en Afghanistan, et elle a condamnée son soutien aux monarchies autocratiques du Golfe persique, comme le Bahrein et l’Arabie Saoudite. Press TV affirme aussi que cette décision a été prise en collaboration avec le Bicom (Britain Israël Communications and Research Center)(4), organisation sioniste qui dit vouloir créer un environnement plus favorable à Israël au Royaume-Uni(5). La guerre d’Israël contre l’Iran à commencée depuis longtemps (http://blog.mondediplo.net/2012-01-17-Quand-Israel-attaquera-t-il-l-Iran-Il-y-a-deux).

Néanmoins, l’argument de l’Ofcom n’est pas suffisant pour occulter l’aspect géostratégique de sa décision. D’un coté, en raison de son indépendance purement statutaire, mais non factuelle, à l’égard du gouvernement, et de l’autre, pour le fonctionnement de la BBC qui révèle une certaine hypocrisie britannique. En effet, l’Ofcom est directement sous le contrôle du Secretary of State for Culture, Media and Sport (Secrétaire d’Etat à la Culture, aux Médias et aux Sports) qui a le pouvoir d’en nommer ou révoquer le président et les membres, et qui peut même dissoudre toute l’organisation. Elle est aussi présidée par Ed Richards, ancien conseiller pour les médias de Tony Blair(6), lorsque celui-ci était Premier ministre, et également en charge du contrôle de la stratégie de la BBC à cette époque, donc participant direct à la propagation des mensonges précédents la guerre en Irak. De plus, un regard au fonctionnement de la BBC (British Broadcasting Corporation), équivalent britannique de Press TV, met en évidence l’attitude « Fais ce que je dis, mais fais pas se que je fais » des britanniques. Car la BBC est gouvernée par le BBC Trust, lui aussi officiellement indépendant, mais dont les membres et le président sont nommés par la reine, sur proposition du gouvernement(7). L’Etat britannique accuse donc Press TV de quelque chose qu’il pratique lui-même.

L’apparition il y a quelques années de nouvelles chaînes d’information, Press TV en Iran, mais aussi Russia Today en Russie ou CCTV en Chine, offrant une couverture alternative de l’actualité internationale, a briser le monopole de l’information détenu par l’occident. Ce nouveau cadrage favorise la fissure du monopole de l’opinion. Une parole s’est libérée, loin de l’uniformité des chaînes traditionnelles, ce qui représente un risque, notamment lorsque sont mise en place des politiques belliqueuses envers l’Iran. Hillary Clinton la déclarée : « Nous sommes dans une guerre de l’information, et nous sommes en train de la perdre »(8). Malheureusement, à défaut de ne pouvoir convaincre, on peut toujours forcer.
 

(1) http://fr.euronews.net/2012/01/20/ecran-noir-pour-press-tv-au-royaume-uni/

(2) http://www.presstv.ir/detail/222335.html

(3) http://www.presstv.ir/detail/222122.html

(4) http://www.presstv.ir/detail/222562.html

(5) http://bicom.org.uk/about/

(6) http://en.wikipedia.org/wiki/Ofcom

(7) http://en.wikipedia.org/wiki/BBC_Trust

(8) http://www.youtube.com/watch?v=EedHwS9-y8E&list=UU2K3qDJHaTsOXCe_yejRnag&index=6&feature=plcp


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • byle 24 janvier 2012 07:45

    ca me rappele la censure de al manar, en israel d’abord, puis un peu partout sur la planete dans l’année, ou les 2 ans qui ont suivi.. une fois coupé le point de vue informatif venant du lliban, israel a attaqué..


    • Aldous Aldous 24 janvier 2012 12:42

      Quand les médias adverses deviennent gênants c’est qu’il ne sont plus adverses mais ennemis.

      Les bombes suivent en général assez vite.


    • anticomplot 24 janvier 2012 22:14

      c’est la démocratie et la liberté d’expression à l’occidentale =
      -tout interdit aux musulmans
      -tout permis aux sionistes
      voir video ici
      surtout a partir de la 3e minute

      http://www.youtube.com/watch?v=8wlFgi40QhU


    • superyeti superyeti 26 janvier 2012 09:07

      Une grande reprise en main des médias non-alignés se poursuit dans le monde entier, establishment politico-financier est a l’œuvre pour faire taire toutes les voix discordantes et objectives, c’est, circulez il y a rien a voir ou a dire, la démocratie en prend un coup, il suffit de constater en Europe ou aux États-Unis que le but est d’aller a marche forcée vers de moins en moins d’écoute du peuple.

      Quand on espionne les journalistes pour un clan au pouvoir, qu’on instrumentalise la justice pour blanchir ses amis, qu’on refuse le résultat d’un référendum pour mettre de moins en moins de démocratie dans une constitution, qu’on mette en place une commission européenne qui n’est pas élue ou des fonctionnaires commandes aux élus, ou le droit des citoyens est bafoué tout les jours, ça s’appelle une dictature (je sais le mot est un peu fort, mais c’est le seul qui me viens a l’esprit) 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès