• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Racisme, antisémitisme, menaces de mort : comment la presse a laissé faire (...)

Racisme, antisémitisme, menaces de mort : comment la presse a laissé faire Mehdi Meklat

L'affaire Mehdi Meklat est grave. A l'heure où la presse connaît une perte de confiance d'un niveau jamais vu (la situation est qualifiée de "désastreuse" sur Europe 1), et où de rares journalistes responsables en appellent à une auto-critique, l'affaire dont nous allons traiter montre, s'il en était besoin, qu'on n'en prend pas du tout le chemin. Certains journalistes incorrigibles conduisent toute la profession dans le mur. Il ne restera bientôt plus qu'à ramasser les morceaux d'un des piliers de la démocratie. Tant qu'un pouvoir ne rencontre pas de limite, il abuse de son pouvoir. Le pouvoir médiatique n'échappe pas à cette règle. Et semble tout près de toucher le fond.

C'est le scandale médiatique du week-end. Suite à son passage, jeudi dernier, dans l'émission "La Grande Librairie" sur France 5, à l'occasion de la sortie de son roman Minute (dédié à Adama Traoré), le journaliste Mehdi Meklat (ancien du Bondy Blog et ex-chroniqueur de France Inter) a vu remonter à la surface une marée de tweets nauséeux qu'il avait publiés il y a quelques années sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps.

Rappelons, pour ceux qui l'ignoreraient encore, que Mehdi Meklat est publié aux éditions du Seuil et faisait il y a deux semaines la "une" des Inrocks avec l'ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira.

Dans son numéro du 1er février, le magazine de la gauche branchée décrivait « Mehdi et Badrou, 24 ans chacun, [qui] ont été chroniqueurs à France Inter [et] journalistes au Bondy Blog », comme « l’avant-garde d’une nouvelle génération venue de banlieue qui compte bien faire entendre sa voix »...

Immondices en séries : au secours, on suffoque !

Les tweets de Mehdi Meklat ont été exhumés par des internautes, à commencer par celle-ci dès le 16 février, et mis en pleine lumière par le dessinateur de presse Joann Sfar deux jours plus tard.

Petit florilège de ses tweets nauséabonds, qui rappellent les heures les plus sombres de notre histoire...

Mehdi Meklat s'en est pris pêle-mêle à Marine Le Pen (« Je vais t'égorger selon le rite musulman »), la journaliste Caroline Fourest (« grosse race maudite »), l'académicien Alain Finkielkraut (« fallait lui casser les jambes à ce fils de pute » au moment de son expulsion de Nuit Debout) ou encore Charlie Hebdo (« Charb, j'ai juste envie de l'enc**** avec des couteaux Laguiole », ou encore « je vous souhaite la mort », deux mois avant l’attentat de janvier 2015).

Mehdi Meklat s'est fait remarquer pour des propos antisémites (« faites Entrer Hitler pour tuer les juifs ») homophobes ou misogynes (« venez on enfonce un violon dans le c** de madame Valls ») ainsi que par des propos flirtant avec l'apologie du terrorisme (« Je trouve la phrase ‘Moi la mort, je l'aime comme vous vous aimez la vie' de Mohamed Merah, troublante de Beauté », « Ben Laden me manque »).

Lorsqu'on se souvient que Dieudonné avait été jugé coupable d'apologie d'actes de terrorisme pour avoir écrit sur Facebook "Je me sens Charlie Coulibaly", l'impunité dont jouit Mehdi Meklat a de quoi laisser pantois...

Des médias (de gauche) un brin complaisants

La dénonciation des propos de Mehdi Meklat vient d'abord de ce que les médias ont pris coutume d'appeler la "fachosphère", qui, ironie du sort, se retrouve en première ligne pour dénoncer... le racisme. L'administrateur du site Fdesouche ne peut que s'étonner de cette cocasserie :

D'autres médias dissidents (qui n'ont pas le label "vert" dans le Décodex du Monde) s'engouffrent vite dans la brèche. C'est le cas de RT le 18 février ("Racisme, antisémitisme... Quand les étranges tweets d'un ex-journaliste du Bondy Blog refont surface") et de Valeurs actuelles le 19 février ("Mehdi, le copain antisémite et anti-Français de Christiane Taubira").

Les grands médias traînent pour réagir, ce qui provoque certaines interrogations, comme celle de l'universitaire Laurent Bouvet...

... ou celle de l'avocat Gilles-William Goldnadel dirigée contre Sophia Aram de France Inter...

... ou encore celle de Marion Maréchal-Le Pen :

Néanmoins, notons la réaction rapide de François Busnel, l'animateur de l'émission "La Grande Librairie", qui désavoue fermement son invité :

Les éditions du Seuil réagissent à leur tour le 19 février sur Facebook :

Le Figaro réagit le 19 février en fin de journée, les Grandes Gueules de RMC le 20 février, mais aussi LCI, ou encore le Lab d'Europe 1, qui rend compte des interrogations de plusieurs représentants du Front national sur le silence médiatique qui entoure encore, à ce moment-là, cette affaire, mais aussi de la condamnation, toute empreinte de lyrisme, des propos de Mehdi Meklat par Christiane Taubira :

"Ces propos creusent une consternation aussi vertigineuse qu’un cratère atomique. […] Il n’y a qu’une issue : la vérité et le cheminement. Et si c’était un jeu, il est trop pestilentiel et trop dangereux pour ne pas faire l’objet d’un examen rigoureux."

Prenons la ministre au mot, et partons en quête de vérité.

Des excuses peu convaincantes

Face au tollé, Mehdi Meklat a présenté ses excuses, assez peu convaincantes à vrai dire :

En effet, le jeune homme écrit que ce n'est que « jusqu’en 2015 » qu'il incarnait le personnage de Marcelin Deschamps, « honteux raciste antisémite misogyne homophobe sur Twitter ».

Or, c'est le 16 avril 2016, et le 17 avril, soit bien après qu'ait censé avoir pris fin son rôle odieux, qu'il appelle à passer à tabac Alain Finkielkraut :

La Ligue de défense juive a d'ailleurs le jeune homme dans son colimateur depuis cet épisode, et a enregistré pour la postérité certains de ses tweets.

Mehdi Meklat a effacé près de 50 000 tweets en une seule nuit, semble-t-il, entre samedi et dimanche...

JPEG - 43.5 ko
Plus de 53 000 tweets...
JPEG - 82.7 ko
Plus que 500 tweets...

... ce qui pourrait signifier, selon le politologue Laurent Bouvet, que l'homme n'était pas très sûr de sa ligne de défense : l'humour de ses tweets est en effet absolument imperceptible, et, franchement, un appel au meurtre n'a jamais été très rigolo pour qui n'a pas le cerveau complètement détraqué...

Même les Inrocks, qui l'avaient mis en couverture, le lâchent. Dans un édito du 20 février, Pierre Siankowski, directeur de la rédaction, écrit :

"N’y allons pas par quatre chemins, ne cherchons pas d’excuse : dans leur lecture pure et dure, et qu’ils aient été publiés sous un autre nom que le sien, ces tweets sont abominables, abjects, et certains pris comme tels sont tout simplement antisémites, racistes et homophobes. Rien à dire là-dessus. C’est extrêmement grave et choquant et on ne peut que condamner ces propos. (...)

Les excuses qu’on attend de Mehdi Meklat à la suite de cette histoire (...) doivent explorer et éclaircir la part d’ombre qui sous-tend ses tweets honteux. Nombreux sont ceux, dont moi, dont ce journal, qui ont accordé leur confiance à Mehdi Meklat. C’est au nom de cette confiance que vient notre envie profonde de le voir se sortir dignement – c’est-à-dire sans nier ses fautes – de cette situation qui l’accable pour le moment. Le pardon existe. Il suffit de le demander, sincèrement."

Même prise de distance de la part du Bondy Blog, pour lequel avait aussi travaillé Mehdi Meklat :

Pour les Inrocks : des tweets à "pleurer de rire" !

Une question se pose néamoins : les médias qui ont employé cet individu avaient-ils connaissance de ses tweets sous le pseudonyme de Marcelin Deschamps, avant que le scandale n'éclate ces derniers jours ?

L'association Le Printemps républicain, collectif de gauche défendant la laïcité, pose d'ailleurs le problème sur le site Causeur :

"De deux choses l’une, soit ces médias (Mediapart, Libération, Télérama, Le Monde, Les InrocksFrance 2, France Inter…) ne savaient pas qui était Mehdi Meklat, et alors leur crédibilité est profondément mise en cause, soit ils le savaient mais ont fait comme si de rien n’était, ce qui pose des questions sur leurs intentions et sur la manière dont ils conçoivent leur rôle dans la restitution de ce qui est à l’oeuvre dans la société française."

Comme nous allons le voir, il y a en effet de sérieuses "questions à se poser sur leurs intentions et sur la manière dont ils conçoivent leur rôle dans la restitution de ce qui est à l’oeuvre dans la société française"... car nous avons la preuve qu'ils savaient bel et bien ce que tweetait leur journaliste.

Commençons par Pierre Siankowski. A l'en croire, il ne savait rien :

"Avais-je, avions-nous, aux Inrockuptibles, connaissance de tout cela avant de donner la parole à Mehdi Meklat  ? Aucun journal, aucun journaliste ne peut éplucher de A à Z les tweets de celui ou ceux sur qui il produit un sujet. Depuis le 17 février, certains – parfois entre deux insultes, et a posteriori – me demandent, comme à beaucoup d’autres directeurs de rédactions, de chaînes de radio ou de télévision qui ont donné la parole à Mehdi, comment j’ai pu tolérer sa présence dans les pages du journal. (...) On s’étonne que ceux qui sont aujourd’hui si sûrs de leur jugement ne se soient pas exprimés avant puisqu’ils “savaient”, semble-t-il.

(...) Nous n’avons à recevoir de leçons de personne, sur les réseaux sociaux comme ailleurs. Les Inrockuptibles ont encore moins à s’excuser, a posteriori, d’avoir publié des textes ou des propos de Mehdi Meklat antérieurs à la polémique qui entoure ses tweets."

Pourtant, Pierre Siankowski a adressé de nombreux tweets à Marcelin Deschamps, comme l'ont relevé Thomas Vampouille, journaliste à Marianne, mais aussi Nassim Seddiki, membre du bureau fédéral du PS de Paris :

Le 5 mars 2012, il s'adresse dans le même tweet à Marcelin Deschamps et à Pascale Clark, sa marraine à France Inter :

Un tweet de Pierre Siankowski, daté du 16 juin 2012, vient tout particulièrement ruiner son argumentaire ; à l'époque, le directeur de la rédaction des Inrocks, selon ses propres dires, pleurait de rire à la lecture des oeuvres de Marcelin Deschamps :

Ce tweet commence d'ailleurs à circuler ici ou là sur les réseaux sociaux, et à faire pleurer de rire (à son tour) beaucoup de monde :

Autre fait accablant pour les Inrocks : un article d'Alexandre Comte, publié le 17 octobre 2012, consacré à Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, qui entamaient alors leur quatrième année au côté de Pascale Clark sur France Inter. L'article est en accès payant. Voici ce qu'on peut en lire via Google :

Et voici le passage intégral, que l'on doit à Laurent Bouvet :

Le journaliste Alexandre Comte trouvait alors la plupart des tweets de Mehdi Meklat (à l'unisson avec son patron) "drôle à mourir".

Pour le Bondy Blog : des tweets "hardcore" !

Passons au Bondy Blog. Nous avons la preuve, par des tweets de Widad Ketfi, journaliste pour ce site, que les activités de Mehdi Meklat, sous le pseudo de Marcelin Deschamps, étaient connues et, semble-t-il même, appréciées :

L'interview de Laurence Rossignol dont il est question a été publiée sur le Bondy Blog le 18 avril 2016 (Mehdi Meklat en est l'un des auteurs). Le ton y est très agressif, les jeunes journalistes admettant mal que la ministre ne soit pas très favorable au port du voile islamique. Le comble est qu'il est reproché à la ministre d'avoir été "raciste" et "insultante" en utilisant le mot "nègre". Ainsi, nos journalistes en herbe se montrent-ils très sourcilleux sur l'emploi du moindre mot déplaisant chez ceux qui ne défendent pas leur cause, tout en se permettant (ou en cautionnant) les pires insultes racistes sur Twitter, pour le fun...

Widad Ketfi a encore pris la défense de son collègue le 19 février sur Twitter.

Francer Inter : Pascale Clark carrément fan de Marcelin Deschamps !

Examinons enfin le cas de France Inter. Comme le dit l'intéressé lui-même, dans un message posté le 20 février sur Facebook, tout le monde à Radio France savait le rôle odieux qu'il jouait sur Twitter :

Pascale Clark, en particulier, grande prêtresse de l'info sur France Inter, et qui a donné sa chance aux twittos fou dans une séquence appelée « Les Kids », savait tout des activités de son poulain. Pour preuve, elle a dialogué sur Twitter avec Marcelin Deschamps sans discontinuer, entre le 26 décembre 2011 et le 3 juin 2016 (toutes les copies d'écran sont ici).

Cerise sur le gâteau : le 2 septembre 2012, Pascale Clark nous invitait chaudement à suivre les productions sur Twitter de Marcelin Deschamps !

Sophia Aram, elle, aimait moins, mais était parfaitement au courant :

"Tous ses amis [journalistes] connaissaient ses tweets"

Notons, au passage, un autre soutien de poids : le journaliste Claude Askolovitch, qui évoque de simples "blagues" de "gamin".

Ne pouvant compter sur des journalistes expérimentés pour le recadrer, on apprend, dans un reportage du Monde daté de septembre 2016, que c'est son ami Mouloud Achour (36 ans) qui l'avait mis en garde : « Arrête ces Tweets ! Tu n'es pas dans une cour de récréation ! Les écrits restent, un jour on te les ressortira. » Mehdi Meklat avait répondu : « Mes Tweets sont des pulsions ! »

Pour enfoncer le clou (dans le cercueil de la déontologie médiatique), notons encore un entretien vidéo donné à Arte, daté de juin 2015, où le jeune journaliste parle ouvertement à Julia Molkhou de ses tweets sous le pseudo de Marcelin Deschamps. On y apprend que France Inter, mais aussi le magazine Elle lui ont fait quelques petites réprimandes quand ça allait trop loin, mais sans que ça n'aille jamais jusqu'à une quelconque sanction. On ne saurait mieux illustrer la crise de l'autorité si caractéristique de notre époque.

Bref, les Inrocks, le Bondy Blog, France Inter, Elle, Arte... tout le petit monde médiatique savait et a laissé faire.

Libération a bien tenté de faire diversion, en mettant en cause ceux qui avaient sorti l'affaire (l'horrible "fachosphère")... Heureusement, tous les journalistes ne sont pas totalement à l'ouest ou malhonnêtes, et savent remettre les choses à leur juste place, à l'instar de Françoise Laborde (Membre du CSA de 2009 à 2015), qui a répondu à Libé :

On peut d'ailleurs illustrer la différence criante de traitement d'un média comme Libération en mettant en parallèle les présentations de l'affaire Meklat (lourde et archi documentée) et la pseudo affaire touchant Lorant Deutsch, où rien pourtant n'a jamais pu être prouvé :

2 poids 2 mesures, ou "La liberté d’expression à la tête du client" 

Revenons, pour terminer, sur l'un des aspects les plus inquiétants de cette affaire : les justifications que parviennent à trouver certains journalistes aux agissements surréalistes de leur confrère Mehdi Meklat.

On a vu que certains d'entre eux étaient morts de rire à la lecture de ses tweets, vraiment fans. C'était notamment le cas d'Alexandre Comte, journaliste aux Inrocks. Or, que nous dit ce journaliste (ancien de Canal+ et de France Inter : même esprit) après que le scandale a éclaté ?

Il nous dit que toute cette violence verbale (antisémite, raciste, homophobe, etc.), dont Meklat nous a dit lui-même qu'elle était de l'ordre de la pulsion, c'est, en somme, la faute de la société. Formidable indulgence.

Ce sont pourtant les mêmes journalistes qui passent leur temps, sans la moindre indulgence, à faire la chasse aux "complotistes" et autres "fachos", dont les propos ne sont pourtant que très exceptionnellement aussi horrifiques que ceux de leur petit protégé. On ne trouve guère dans ces milieux que Jérôme Bourbon et Henry de Lesquen (caricatures sur pattes) qui puissent tenir la comparaison ; et encore, eux n'appellent-ils pas au meurtre ! Eux, bien sûr, sont libres, responsables de leurs "mauvaises pensées", donc coupables, condamnables, et à damner pour l'éternité. Le poids de la société n'est pas une excuse pour eux, ils ont le Mal en eux, et n'auront de ce fait jamais droit à une seconde chance.

A ce propos, le Printemps républicain peut bien faire remarquer "le gouffre béant du deux poids deux mesures de donneurs de leçon professionnels en matière d’antiracisme et de lutte contre les discriminations". Ainsi, comme il le note dans un communiqué :

Même réflexion chez Gilles-William Goldnadel :

"J’en connais qui vont fouiller les poubelles du père Le Pen, d’autres qui reprochent à un ancien conseiller de Sarkozy d’avoir dirigé Minute il y a 30 ans, mais dans notre cas, certains plaident déjà l’Antiquité. (...) Il y a encore pire que l’absence de liberté d’expression : la liberté d’expression à la tête du client."

Une liberté d'expression à la tête du client que délivre notamment, de son trône haut perché, Pascale Clark, impitoyable avec ses ennemis (réécoutez ce moment d'anthologie avec Jean-Marie Le Pen en 2007), et si compréhensive avec ses amis :

Goldnadel ne mâche d'ailleurs pas ses mots envers la journaliste : "Pascale Clark n’a aucun problème avec l’antisémitisme de Mehdi Meklat : il est du sérail islamo-gauchiste".

"Double maléfique" : quand L'Obs invoque Dostoïevski pour justifier l'injustifiable

Le summum de la justification est peut-être atteinte avec L'Obs et Rue89 (qui ne forment plus qu'une seule entité), avec l'invocation d'un "double maléfique" de Mehdi Meklat, tel qu'on en trouve la figure dans les nouvelles d'Hoffmann, de Poe et de Dostoïevski.

"Cela touche souvent des personnes fragiles dans la position d’acceptation de ce qu’elles sont, qui ne se pensent pas complètement légitimes", explique Pacôme Thiellement, "spécialiste de la culture pop, qui connaît bien les trolls".

L'expert tente une analyse à chaud du cas de Mehdi Meklat :

"Cela ne veut pas forcément dire qu’on attaque le monde dans lequel on évolue parce qu’on le déteste, au contraire, cela peut être le contentement qu’on ressent qui n’est pas gérable. Comme dans le syndrome Gilles de la Tourette : c’est parfois le rendez-vous amoureux qui déclenche l’énervement.

Il arrive aussi, simplement, qu’on soit tenté de détruire des choses qu’on a tellement désirées.”

Lorsque Mehdi Meklat traite Eric Zemmour de "fils de pute" en le voyant dans le métro le 27 juin 2014, et nous fait part de son envie de le lapider (autrement dit de le tuer à coup de pierres), il voudrait possiblement, si on comprend bien notre expert patenté, manifester un contentement qui n'est pas gérable, ou bien dire à sa manière tout l'amour qu'il a pour le compère télévisuel d'Eric Naulleau ?

Dans un autre tweet, sous son vrai nom cette fois-ci, en date du 5 octobre 2014, il réitère les mêmes insutes à l'endroit d'Eric Zemmour. On en doit la capture au site Europe Israël.

Toujours pas rassasié de justifications, et n'ayant décidément pas peur du ridicule, L'Obs va jusqu'à nous parler du Dibbouk de la mythologie hébraïque, "qui n'est pas un double mais un esprit malin qui se cache à l’intérieur d’un être, [et qui] peut, lui, être emprisonné dans un meuble, une armoire ou un placard. Ce qui est pratique."

A-t-on jamais évoqué le Dibbouk pour expliquer et pardonner les malheureux écarts et autres "dérapages" de tous les ennemis idéologiques du clergé médiatique ?

Bien plus encore qu'à cause de leurs désinformations factuelles (voir à ce propos la récente désinformation du Monde et de tant d'autres titres de la presse sur Trump et le pseudo attentat inventé en Suède), les médias se discréditent avec ce genre d'affaire, qui révèle leur vrai visage, de rouleaux compresseurs idéologiques. Il est temps de militer pour la constitutionnalisation du pouvoir médiatique, aussi utopique que puisse paraître ce projet.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • covadonga*722 covadonga*722 21 février 21:14

    @Vera Mikhaïlichenko
     yep le plus beau c’est que le bondy blog reçoit de l’argent public en subventions , nos dirigeants ne sont pas seulement des fous ce sont des traîtres !!!!


  • Cadoudal Cadoudal 22 février 12:40

    @covadonga*722
    « le travail d’éducation et de formation » de ce média qui montre aux jeunes de banlieue que « rien n’est figé, rien n’est écrit d’avance ». « C’est le lieu où les citoyens peuvent écrire, parler de ce qu’ils ressentent, et être lus et compris dans le monde entier »

    http://www.lemonde.fr/banlieues/article/2014/10/01/francois-hollande-devant-les-jeunes-du-bondy-blog-rien-n-est-fige-rien-n-est-ecrit-d-avance_4498235_1653530.html

    Aux dernières nouvelles la petite racaille raciste aurait quitté la France et serait rentrée en Algérie.

    Celui-là aussi on va lui montrer la route du retour :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/21/97001-20170221FILWWW00397-un-assistant-parlementaire-d-un-senateur-soupconne-d-apologie-du-terrorisme.php

    Et tous les collabos qui soutiennent cette engeance malfaisante doivent savoir qu’on les surveille...


  • wesson wesson 22 février 14:40

    @Cadoudal
    « Et tous les collabos qui soutiennent cette engeance malfaisante doivent savoir qu’on les surveille... »


    Depuis la chambre de la maison de retraite ?

  • Cadoudal Cadoudal 23 février 01:02

    @wesson
    Je sais que tu as su garder ta tête d’adolescent boutonneux, mais a vu de nez on a à peu prés le même age, et n’ayant pas comme toi un statut de collabo protégé je suis obligé pour survivre de vendre mes bras au plus offrant...

    Ça ne m’empêche pas une fois à terre de nourrir ma curiosité...

    Tout le monde surveille tout le monde mon petit Wesson...



  • zygzornifle zygzornifle 21 février 09:39

    Hollande va t’il lui filer en douce une légion d’honneurs ?


    • franc 25 février 09:25
      @zygzornifle

      Il est capable de le faire

    • ricoxy ricoxy 21 février 10:41

       
      Mehdi Meklat avec ses tweets ? Plutôt Mehdi s’éclate avec ses tweets
       


      • Habana Habana 21 février 13:25

        @ricoxy
        Ouep ! Rien à branler de cet étalage de merde ! Il y a VOICI pour ça !

        Mais, c’est ça le journalisme aujourd’hui, ça se résume à un « tweet ».
        Tweet for twat !

      • Doume65 21 février 14:19

        @ricoxy
        « Mehdi Meklat avec ses tweets ? »
        Non, non, ce sont les tweets de Marcelin Deschamps. Contrairement à ce qui est dit en début d’article (qui s’apparente du coup à de la propagande), ce Marcelin Deschamps n’est pas un avatar mais un personnage, comme ceux que créait Coluche dans ses sketchs. J’ai été pris au premier degré en faisant des blagues « à la Coluche » et je sais ce que c’est que de pas être compris.
        Il paraitrait que Mehdi Meklat, que je ne connais pas du tout, est dans la vie l’exact contraire de son personnage de tweeter. Il lui appartient donc de s’expliquer très clairement, ce que je crois il fait. Il n’aurait certainement pas dû créer ce personnage qu’il qualifie lui-même d’odieuse ordure dans un monde si prompt à gober tout écrit et toute parole. De là à lui faire ce procès en règle, c’est aussi imbécile et grégaire (voire pavlovien) que les réactions de Valls et consort contre Dieudonné.
        Décidément, l’inquisition est très en vogue en ce moment, dans tous les milieux !


      • Julien30 Julien30 21 février 15:23

        @Doume65
        Sauf que les cibles du personnage Marcelin Deschamp sont étrangement similaires à celles de bien des jeunes d’origine maghrébine aujourd’hui : les juifs, les sionistes, les gens très à droite, les homosexuels... Si ce Marcelin Deschamp était censé incarner l’opposé de ce qu’il est et pense, ses cibles n’auraient pas plutôt du être les musulmans, les pro-palestiniens, les gens de gauche ? Ou alors le brave Mehdi serait donc un électeur LR voir FN, pro-israélien et « islamophobe » caricaturant ceux du camp d’en face ? Je n’y crois pas plus que ça... N’aurait-il pas plutôt créer ce Deschamp pour se défouler de ses haines non assumées et après essayer de faire croire que « c’est pas moi, c’est juste un personnage » en ayant en plus l’hypocrisie de lui choisir un nom très français ?


      • ricoxy ricoxy 21 février 15:56

         
        « Il paraitrait que Mehdi Meklat, que je ne connais pas du tout, est dans la vie l’exact contraire de son personnage de tweeter. »
         
        Quant à Marcelin Deschamps, que je connais très bien, c’est un parfait crétin et un stupide provocateur.
         
        Au fait, coco, je ne lui ai pas fait un procès, je n’ai fait qu’un jeu de mots (Meklat - s’éclate). Ça a dû vous échapper.
         


      • Doume65 22 février 12:16

        @Julien30
        « N’aurait-il pas plutôt créer ce Deschamp pour se défouler de ses haines non assumées et après essayer de faire croire que « c’est pas moi, c’est juste un personnage » en ayant en plus l’hypocrisie de lui choisir un nom très français ? »

        On peut tout supposer, mais ceux qui le connaissent dise que ça ne colle pas avec la personne. Moi, n’en sachant rien, je préfère ne pas m’associer à la meute. c’est tout.


      • franc 25 février 09:31
        @Doume65

        c’est Docteur Jekill Mr Hyde

      • Doume65 7 mars 15:08

        @franc
        « c’est Docteur Jekill Mr Hyde »

        Peut-être bien, c’est bien vu.
        Je constate que vu la mauvaise appréciation de mon commentaire, on voudrait ici que je m’associe au lynchage d’un homme que je ne connais pas. Décidément, la France n’a guère évolué depuis l’affaire Dreyfus. Cela me chagrine.


      • oncle archibald 21 février 11:43

        Mehdi Meklat ce n’est que « la racaille des « banlieues » encensée par la gauche » en effet, il existe à des milliers d’exemplaires moins médiatisés, mais le vrai problème fort bien exposé par l’auteur c’est la malhonnêteté de la presse.

        Elle a tout à fait raison : « Il y a encore pire que l’absence de liberté d’expression, c’est la liberté d’expression à la tête du client. »

        Le mensonge et l’hypocrisie règnent en maîtres sur notre société. Nous touchons le fond dans beaucoup trop de domaines. Ça va péter !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 février 21:18

          @oncle archibald
          Il faut savoir de quelle Gauche on parle...
          « De BHL à Charlie Hebdo, la propagande néo conservatrice déguisée en Gauche progressiste »...
          Aujourd’hui, ils sont anti Poutine, anti Trump, anti Assad et anti Frexit.


        • baldis30 21 février 12:01

          Ma réaction va vers les médias de l’Etat : par leur absence de réaction à l’origine !

          En effet ils sont payés par nous ! Pour une mission d’information totale et complète !

          Cela relève des dirigeants de ces sociétés publiques dans le cadre élargi de l’article de J.D. Bishop sur la « responsabilité des dirigeants d’entreprises dans les catastrophes » .... traduit en français dans un autre cadre, mais comme J.D. Bishop est un philosophe il faut en voir toute l’importance !

          Car c’est une catastrophe, avec en plus la continuité dans la catastrophe, continuité qui est un facteur aggravant .... 
          Les médias de l’Etat doivent rendre compte publiquement de leurs carences ! 
          Qu’on ait pu laisser passer un dérapage on comprendrait et on accepterait les excuses, mais on ne peut accepter qu’ils aient laissée un tas d’ordures arriver jusqu’à nos oreilles, nos yeux et notre environnement !.

          Les médias privés ... ah les bons apôtres.... bien subventionnés , et pas seulement pour l’acheminement de leurs proses chez les marchands de journaux ou dans les boites aux lettres ...
          Est-ce par idéologie nauséabonde, par incompétence, par corruption ? N’y a-t-il pas quelque loi sur l’antisémitisme, le racisme ... ou bien comme beaucoup de lois elles sont rangées soigneusement au fond d’un placard par complaisance, par faiblesse ou par adhésion écœurante ? 

          • franc 25 février 09:34
            @baldis30


            Il n’ ya pas de différence entre les médias d’Etat et les médias privés , tout est pourri, la gangrène a tout envahi

          • jakem jakem 21 février 12:05

            Très bien de trouver un article à propos de cette raclure aussi sur Avox.

            C’est une illustration de plus de ce qu’on sait tous depuis longtemps, sauf ceux qui ne veulent pas l’admettre, et elle est nécessaire pour confirmer et étaler les connivences entre les islamo-racailles et les islamo-collabos dont un certain nombre tiennent le haut du pavé.

            Mais que font les assoc anti-racisme ?????

            Il est plus que largement grand temps qu’elles perdent toutes les subventions publiques et commodités offertes par les politicards pourris.


            • covadonga*722 covadonga*722 21 février 12:13

              bof les journalistes couchés et l’intelligentsia française si encline a la collaboration.

              C’est l’époque ou les propos de Meklat été validé par la bienpensance de gauche et ou dans le meme temps madame Sinclair pouvait déclarer « je n’aurais jamais pu aimer et épouser un non juif »
              sans qu’aucun de ces collègues journalistes ne bronche !

              imaginez un instant qu’un sous-chien dise et fasse le quart des déclarations de meklat et sinclair

              hé hé les associations anti française pardon anti raciste défileraient pour 6 mois


              • Alren Alren 21 février 12:59

                @covadonga*722

                madame Sinclair pouvait déclarer « je n’aurais jamais pu aimer et épouser un non juif »

                C’est le droit d’Anne Sinclair d’épouser qui elle veut et qui consent à la prendre pour épouse. C’est un droit absolument fondamental : non aux mariages forcés !

                Ce qu’on peut lui reprocher c’est l’agressivité latente qui se dissimule dans le besoin d’avoir fait une déclaration publique.

                Mais c’est infiniment moins grave que les tweets de Meklat qui relevaient, eux, de la correctionnelle.


              • covadonga*722 covadonga*722 21 février 13:30

                @Alren
                je ne lui discute pas son droit je ne vois pas ce que le mariage forcé vient faire la dedans 

                c’est même l’inverse a mon sens j’ai rarement entendu de la part d’une personne cultivé et prétendant faire la morale journalistique une déclaration aussi communautariste que celle que j’évoque .
                Et a mon sens les mots voulant dire ce qu’ils veulent dire la violence y est aussi présente.

              • microf 21 février 14:06

                @Alren
                C´est bien fait pour elle d´avoir épouser un son ex-mari de Juif, elle aurait épouser un non Juif, sûr et certain qu´il l´aurait mieux traité que son ex-mari de Juif.


              • Doume65 21 février 14:30

                @Alren
                Tu travestis la citation (c’est con pour toi, mais les moteurs de recherche font bien leur boulot).

                À un journaliste qui lui demandait si elle aurait pu épouser un non-juif, elle répondit

                « je ne crois pas, non, [...] j’aurais toujours eu peur que dans une dispute comme il s’en produit dans tout les couples, il y aurait eu ce problème là en plus. »


              • Alren Alren 21 février 16:07

                @covadonga*722

                Je ne vois pas ce que le mariage forcé vient faire la dedans

                C’était un peu d’humour. On ne va pas la forcer à épouser un non juif quand même ! Non ?

                C’est son droit de penser qu’elle ne s’entendrait pas avec lui pour incompatibilité culturelle.

                Et ce n’est pas un délit de le proclamer, ni une « violence » verbale. Tout juste une forme légère d’agressivité communautariste ... qui existe pour d’autres religionnaires d’autres religions.


              • Alren Alren 21 février 16:10

                @microf

                elle aurait épousé un non Juif, sûr et certain qu’il l’aurait mieux traitée que son ex-mari de Juif.

                J’admire vos certitudes étant donné la variété considérable de comportements des millions d’hommes non juifs en France !!


              • covadonga*722 covadonga*722 21 février 16:31

                @Alren
                Et ce n’est pas un délit de le proclamer, ni une « violence » verbale. Tout juste une forme légère d’agressivité communautariste ...


                euphémisme mais cela vous est loisible...



                 qui existe pour d’autres religionnaires d’autres religions.

                nous sommes d’accord , proféré par une personne dans la rue je ne l’aurai pas relevée,
                par une dame « patronnesse » donnant des leçon de« savoir vivre ensemble » lors de ses entretien cathodique je m’étonnais du silence de ses confrères ,argument confortant 
                ma vision de journalistes a l’échine bien souple et terrifiés a l’idée d’un procès en sorcellerie antisemite , antiraciste ect......... 

              • OMAR 21 février 16:42

                Omar9

                @Alren

                Expliquez-nous pourquoi cette Sinclair s’était arrogé le droit de ne jamais inviter J.M. le Pen à l’émission politique 7/7 de TF1 ?
                N’est-ce-pas une manière directe de faire comprendre que lelectorat français FN est simplement antisémite ?

                Et cet étron de E. Zemmour qui se permet d’insulter les noirs et les arabes en direct sur les médias, sans que cela offusque personne.
                https://www.youtube.com/watch?v=_sYDjPNpPY0


              • DACH 21 février 21:47

                @OMAR
                Toujours soumis à ses envies d’étron , Omar le prédicateur de soumissions !


              • OMAR 22 février 09:06

                Omar9

                @DACH = Deash = Sionisme = Fascisme....


              • Alren Alren 22 février 11:22

                @OMAR
                Expliquez-nous pourquoi cette Sinclair s’était arrogé le droit de ne jamais inviter J.M. le Pen à l’émission politique 7/7 de TF1 ?

                Vous « l’expliquer » ? 

                Ben, c’est tout simple : Ni Anne Sinclair, ni TF1 (Ni aucune chaîne télé privée ou publique) ne sont neutres : elles sont au service des 1% d’ultra-riches et abominent la gauche, la vraie, la FI.

                Alors pour que cette absence d’objectivité et de neutralité ne se voient pas trop, ils font également semblant de détester l’extrême-droite mais la mettent en avant dans la presse papier et internet en en parlant souvent de manière à détourner au maximum du vote FI les voix des ouvriers et des employés mécontents en leur faisant croire que leur défenseure est Le Pen.

                Ce qui bien sûr est totalement faux : Elle soutient la loi El Khomri et manifeste plus d’hostilité aux syndicats ouvriers que Macron ou Fillon. C’est dire.


              • Cadoudal Cadoudal 22 février 13:19

                @Alren
                Les syndicats ouvriers ???

                En matière de préférence nationale, de politique migratoire ou de soumission à l’Islam, il n’y a aucune différence entre les programmes du Medef et ceux des syndicats ouvriers...

                Dans ma boite ça va mal en ce moment, ça cause de licenciements, les collabos syndiqués font de la retape : viens chez nous, tu seras pas dans la prochaine charrette...

                J’attends toujours des réponses a mes emails envoyés à ces collabos concernant ces points précis de divergence et cette collusion avec le patronat...

                Certains collègues qui votent FN ont pris leur carte à la GGT, c’est leur choix, moi je suis pas encore pourri...

                Krasucki le polack avaient des couilles, rien à voir avec tout ces apparatchiks ventrus manifestant avec Bouteldja...


              • Albert123 23 février 17:38

                @Alren


                « la gauche, la vraie, la FI. »

                au delà du puritanisme et de cette volonté d’incarner la pureté, qui prête toujours à sourire, il serait un minimum louable de vous renseignez sur ce qu’est réellement la gauche, la vraie.

                Cette gauche qui a détourné la colère d’un peuple sur des curés à la fin du XIXème pour enterrer la lutte des classes et faire rentrer ensuite le peuple dans le droit chemin du sociétalisme (affaire Dreyfus) 

                Non content d’avoir été manipulé par la bourgeoise capitaliste (donc de gauche) pour servir ses intérêts, le peuple qui vote aujourd’hui à gauche ne connait même plus son histoire.

                J’imagine en même temps que la génération qui va écrire analphabète avec un « F » aura bien du mal à comprendre le sens du mots désormais privé de ses racines latines. 

                D’ailleurs priver l’homme nouveau de ses racines, et se faisant l’abrutir, est une lubie de la gauche depuis le départ. 


              • Claire29 Claire29 21 février 12:50
                On a une idée de ce que veut dire politiquement correct et pensée unique quand on écoute une radio du service public comme France inter par exemple,sans parler de Libération, Les Inrocks, Médiapart, L’Obs, Télérama, Le Monde, France Inter, France 5 ou Arte…leur complaisance pour les « dérives » de leur chouchou n’a rien de surprenant !

                Signez la pétition pour le rétablissement du pluralisme dans l’audiovisuel public !

                • LE CHAT LE CHAT 21 février 12:57

                  d’autres auraient été poursuivi pour bien moins que ça ! même juste pour un jeu de mots pourri , c’est arrivé à un certain Jean Marie ....


                  • Claire29 Claire29 21 février 13:31
                    Cette affaire a le mérite de révéler au grand jour la complaisance de la bobosphère pour des propos fascistes ! 
                    Sous le masque de ces « humanistes » horrifiés par la fachosphère,on découvre une sorte de bobofachosphère plus inquiétante que la fachosphère qu’elle dénonce !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès