Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Tristane Banon, DSK et AgoraVox : retour sur une omerta médiatique (avec (...)

Tristane Banon, DSK et AgoraVox : retour sur une omerta médiatique (avec vidéo exclusive)

Diffusée aujourd'hui par de nombreux médias français et internationaux, dupliquée massivement sur le Net, la vidéo où l'écrivain Tristane Banon accuse Dominique Strauss-Kahn de tentative de viol n'avait guère suscité d’engouement au moment de notre publication le 22 octobre 2008. Pour quelles raisons ? Retour sur une histoire édifiante. A cette occasion, nous publions une interview exclusive avec Tristane Banon, jamais diffusée, que nous avions réalisée à l'époque peu après la publication de l'article qui révélait l’affaire sur AgoraVox.

Comme on peut le voir sur certains journaux nationaux mais surtout sur la plupart des médias étrangers de ces derniers jours, l'histoire de Tristane Banon a été révélée en 2008 par AgoraVox (cf. Le Figaro, Le MondeFrance Soir, The New York Times, ABC, New York Post, Business Insider, Straits Times, 20 Minutes Suisse, 7/7 Belgique, El Mundo, TN Argentine, Gaceta Mercantil, Corriere della Sera, Il Fatto Quotidiano, L’Opinione, Sydney Morning Herald, Brisbane Time, Herald SunThe Telegraph, The Daily Star, Magyar Nemzet Online, Detik Finance, Kauno Diena, Tribune de Genève, etc, ainsi que sur certaines chaînes TV dont la BBC, TVI au Portugal et la RAI en Italie). 

La vidéo obtient un succès planétaire et en quelques heures elle génère deux fois plus de visites qu’elle n’en avait reçues en plus de deux ans et demi... Première conséquence, même s'il s'agit d'un court extrait (2 minutes sur une émission qui doit durer environ deux heures), YouTube a décidé sous la pression de supprimer la vidéo ... DailyMotion devrait l'effacer d'ici peu suite à de nombreuses sollicitations... Certes, la vidéo sera dupliquée ici ou là dans un avenir plus ou moins proche (elle est déjà accessible en Russie et dans de nombreux autres pays) mais l'impact ne sera plus le même et tous ces médias internationaux commencent déjà à avoir des vidéos bloquées à l'intérieur de leurs articles déjà publiés... Pourquoi ?
 
Mais revenons à la genèse de l'histoire. Un de nos rédacteurs avait déjà retracé en 2008 les "coulisses" de cette célèbre vidéo :
 
"Le 21 octobre je reçois un mail au sujet d’une émission de Thierry Ardisson diffusée sur la chaîne Paris Première les 5 et 20 février 2007. Cette émission désormais bien connue concerne de prétendues violences de DSK aux dépens de la journaliste (Paris Match, Le Figaro) et écrivain Tristane Banon. De nombreux témoins écoutent son témoignage pendant l’émission : Thierry Ardisson, Jacques Séguéla, Thierry Saussez, Jean-Michel Aphatie, Roger Hanin, Gérald Dahan, Claude Askolovitch et Hedwige Chevrillon. A part Ardisson, personne n’ose intervenir pendant le récit de Tristane Banon. Mais, dans cette vidéo, le nom de l’homme politique est caché par un beep... Comment savoir qui se cache derrière ce bruit ? Je décide donc de contacter Tristane Banon par téléphone. Elle me confirme qu’elle parlait de DSK."
 
L'histoire nous avait semblé tellement incroyable que nous avions publié un article le 22 octobre 2008. Mais curieusement, très peu de médias reprirent l'information. Et les rares fois où l’on en parla, c'était pour mettre en garde contre les dangers d'une telle rumeur... Certains même, comme le célèbre Daniel Schneidermann, se félicitaient de "la sagesse du web" :
 
« Même le web, pour une fois, aura été raisonnable. Une méchante vidéo a bien fait son apparition, dans laquelle une jeune femme accusait un homme politique au nom bipé de l'avoir poursuivie de ses lourdes avances, voici plusieurs années. Mais cette vidéo, étrangement, n'a pas buzzé. La faute aux bips ? Le buzz n'aime-t-il pas les vidéos bipées ? Ou bien le Web, dans sa grande sagesse, a-t-il perçu derrière l'apparition de cette vidéo un complot anti-DSK ? DSK est blanchi. On va pouvoir recommencer à s'intéresser aux affaires secondaires.  »
 
Curieusement, ses propos actuels ainsi que son intervention chez Frédéric Taddeï semblent en contradiction avec ceux de 2008… Pourtant, comme l'avait bien expliqué à l'époque l'universitaire André Gunthert, l'omerta médiatique française a été la raison principale du relatif manque de "buzz" :
"Un scandale sexuel appuyé sur un témoignage vidéo, qui vise une personnalité politique de premier plan, alors au coeur de l'actualité. Soupçonné de harcèlement ou de favoritisme, le directeur du FMI fait l'objet d'une enquête diligentée par sa propre institution. Dans la logique du rebondissement du récit qu'affectionnent les médias, la révélation du site semble présenter tous les ingrédients pour accéder au premier rang de l'actualité. (...) Pourtant, les choses ne se passent pas comme prévu. Vers 10h30, Bakchich est le premier à se lancer dans l'arène. De la part d'un site professionnel, prompt à flairer le scoop (il avait notamment été le premier site de presse français à annoncer la rupture du couple présidentiel), cette mention qualifiée de « témoignage explosif » atteste le caractère de "hot news" de l'info. Son traitement, sous la forme d'une brève de quatre phrases, sans reprise de la vidéo, manifeste toutefois un certain embarras. Puis, les heures passent. Aucune autre reprise de presse ni d'agence. Le Post et Morandini ne bougent pas. On se croirait dans un western où chacun attend de voir qui va dégainer le premier. Vers 16h, alors que la vidéo atteint les 6.000 vues sur Dailymotion, quatre blogs seulement, dont Désirs d'avenir 44 (billet entretemps effacé), renvoient vers l'article d'Agoravox. C'est à ce moment que l'AFP publie un communiqué de Dominique Strauss-Kahn, qui déclare avoir chargé son avocat de « poursuivre judiciairement avec détermination » ceux qui relaieraient « des rumeurs malveillantes » le concernant. Un avertissement immédiatement repris par... Le Figaro."
En effet, à l'époque mis à part Bakchich nous nous étions heurtés à un véritable mur du silence. L'AFP, par exemple, ne réagissait à aucun de nos mails, afin de faire ne serait-ce qu’un simple communiqué. Nous avions donc décidé de les contacter par téléphone, et on nous avait alors expliqué que, dans la mesure où il n'y avait pas de plainte, il n'y avait pas d'information. Ainsi, une journaliste, fille d'une conseillère générale et régionale du Parti Socialiste, qui déclare publiquement avoir subi une tentative de viol de la part de Dominique Strauss-Kahn, ne constitue pas une information, pour la simple raison qu'aucune plainte n'a été déposée ? 
 
En réalité, le jour même de notre appel, l'AFP publia bien une dépêche sur cette affaire, qui elle en revanche fut reprise par l'ensemble des média français...
 
"Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fonds monétaire international (FMI), a annoncé mercredi avoir mandaté son avocat afin de "poursuivre judiciairement avec détermination" ceux qui relaieraient "des rumeurs malveillantes" le concernant. Dans un communiqué transmis à l'AFP à Paris, le directeur du FMI écrit que "suite aux rumeurs malveillantes déclenchées par l'enquête interne qui est en train de se terminer au FMI", il a "mandaté son avocat, Me Jean Veil, afin de poursuivre judiciairement avec détermination tous ceux qui les relaieraient". M. Strauss-Kahn ne donne aucune indication sur la nature de ces rumeurs"
Ceci expliquerait peut-être cela... ? Ne s'agissant pas d'une plainte, l'AFP n'aurait pas dû diffuser cette dépêche en suivant la logique implacable qu'on nous avait exposée le matin... A moins que la menace d'une plainte constitue l'exception qui confirme cette merveilleuse règle...
 
Le fait est que la plupart des journalistes contactés personnellement par notre rédaction à l'époque ont tous tenté de justifier leur inaction, d’une manière ou d’une autre. D'un côté, il y avait les incrédules qui disaient que ce n'était pas possible : la fille affabule, elle ment, et d'ailleurs le fait que l'AFP n'en parle pas constitue une preuve que le dossier est vide... De l'autre, il y avait ceux qui, avec un ton paternaliste, nous conseillaient de laisser tomber, car eux avaient déjà enquêté en profondeur et ils en étaient arrivés à la conclusion qu'il n'y avait rien. Oui, peut-être DSK avait-il fait une avance, mais en face on avait une fille mignonne, un peu allumeuse, très fragile et probablement mythomane...
 
La plupart des journalistes parisiens sont bien entendu au courant de cette histoire depuis fort longtemps mais ne veulent pas en entendre parler. Et assurément, si cette autre affaire n'avait pas éclaté à New York, avec le fracas international que l’on sait, l’histoire de Tristane Banon ne serait jamais réellement sortie en France.
 
A noter que lors de la fameuse émission de février 2007 sur Paris Première, Jean-Michel Aphatie était présent chez Ardisson. Quelques mois plus tard, le 16 juin 2007, il reçoit DSK sur RTL. Bien entendu aucune question à ce propos ne sera posée. Mais regardez ce que Tristane Banon (si c'est bien elle) aurait écrit dans les commentaires de l'interview (tous les commentaires ont été effacés de l'article initial mais on peut retrouver une copie du commentaire en question dans un article de 2008)...
 
"Le 19 juin 2007, 11:45 par Tristane BANON : Bonjour JMA ! Avez-vous pu avoir confirmation de ce que je vous ai confié chez Ardisson ? Bon pour l'instant, tout cela est encore tu. J'espère juste que quand ça sortira, vous ne nous refairez pas le coup Hollande/Royal : "Ha bon ???? Ben moi j'étais pas au courant !!!!" Cette fois ci vous ne pourrez pas trop : ça a été enregistré ! Y'aura plus qu'a enlevé le bip rajouté au montage."
 
Revenons maintenant à notre interview réalisée quelques jours après l'article d'octobre 2008 dans un bar de Boulogne Billancourt. Nous vous la livrons brute sans aucun montage ou coupure (désolés pour le son de moyenne qualité). Comme vous le verrez, elle confirme et décrit toute l'histoire en fournissant de nombreux détails qui, avec le recul d'une attente de plus de deux ans, s'avèrent tout à fait cohérents avec les récents propos de sa mère, l'élue socialiste Anne Mansouret sur BFM-TV. Pourquoi n'avons-nous pas diffusé cette interview vidéo de Tristane Banon à l'époque ? Tout simplement car nous aussi nous sommes tombés dans le mécanisme de l'auto-censure. Après avoir reçu un refus de l'AFP, après avoir reçu le jour-même la dépêche des avocats de DSK, après quelques conversations avec des journalistes et des avocats plus ou moins catastrophistes et oppressants, nous sommes tombés dans le même panneau que nous reprochons aux journalistes traditionnels : l'auto-censure alimentée comme d'habitude par le marketing de la peur...
 
Dans Le Monde du 16 mai, Xavier Deloire, directeur du Centre de formation des journalistes (CFJ) et co-auteur, en 2006, de Sexus Politicus, s'interroge sur l'étrange omerta des médias sur le cas DSK. Il explique qu'un chapitre de son ouvrage, intitulé "L'affaire DSK", évoquait pour la première fois le comportement hors normes et très risqué du futur directeur général du FMI. "Les scènes racontées ne relevaient pas que de la séduction de salon, précise-t-il. Ce chapitre avait valu à notre éditeur et à nous-mêmes d'intenses pressions, vu le caractère sensible des informations". "A la parution du livre, poursuit-il, les médias, quoique diserts sur l'ensemble du livre, se sont montrés plus que discrets sur les informations concernant Dominique Strauss-Kahn. Bien sûr, il eût fallu le cas échéant vérifier, pousser plus loin les enquêtes. Beaucoup, là encore, ont préféré le commentaire au scoop." Et le journaliste de fustiger le manque de curiosité de ses confrères, préférant toujours le commentaire fumeux à la recherche stricte de la vérité : "Si demain les Français, lecteurs ou électeurs, nous accusent une nouvelle fois d'avoir gardé un secret entre soi, d'avoir accepté chez les puissants ce que nous refusons aux humbles, que leur répondrons-nous ? Que nombre d'entre nous ne savaient pas ou n'ont pas cherché à savoir ? (...) Se garder de propager les rumeurs, tel est notre devoir. Les laisser se propager sans avoir la curiosité de les vérifier est une erreur."
 
Comme l'explique un récent article du Guardian, en France, politiques et journalistes ont souvent ce fâcheux défaut de "victimiser" les supposés agresseurs sexuels, surtout lorsqu'ils sont puissants. Ils affichent une grande tolérance à leur endroit, et oublient les vraies victimes, qui, elles, ont tendance à culpabiliser et à se taire : "In the case of Banon, the silence should have been broken by the media". Les médias auraient dû rompre le silence. Ils ne l'ont pas fait. Aujourd’hui, Tristane Banon semble vouloir porter plainte contre DSK : une raison supplémentaire pour diffuser son témoignage.




Edit : En raison de la mauvaise qualité de l’audio, nous avons retranscris la vidéo sur AgoraVox.tv en attendant que les sous-titres soient disponibles en ligne. La version italienne, déjà retranscrite, est disponible sur AgoraVox Italie. Une version sous-titrée en anglais est également disponible.


Les réactions les plus appréciées

  • Peachy Carnehan (---.---.---.148) 18 mai 2011 10:29
    Peachy Carnehan

    S’il n’y avait que les affaires de zizi de DSK qui étaient soigneusement étouffées par l’oligarchie parisienne... Regardez avec quelle pudeur est traitée l’affaire Karachi, celle où Sarkozy est empêtré jusqu’au cou.

  • Bob34 (---.---.---.106) 18 mai 2011 11:02

    Eva Joly affirme sur RMC qu’en France la justice est tellement verrouillée que l’enquête sur DSK aurait certainement été étouffée : « Le drame en France, c’est que le parquet n’est pas indépendant, et la décision de déférer ou pas, et de présenter à un juge dépend du parquet. Donc en France on peut craindre que, la justice étant tellement verrouillée, ils auraient trouvé un moyen de ne pas continuer l’enquête ». http://www.dailymotion.com/video/xir20e_en-france-l-enquete-sur-dsk-aurait-ete-etouffee-eva-joly_news

    Même point de vue chez Nicolas Dupont-Aignan : « Si c’était arrivé en France, je ne suis pas sûr que la police aurait osé interpeller DSK. (...) Je veux dire qu’il y a une tolérance zéro aux Etats-Unis pour ce genre de comportement, que l’on soit puissant ou humble. Je ne crois pas que cela soit tellement le cas dans notre pays. » http://www.ndf.fr/la-une/15-05-2011/nicolas-dupont-aignan-si-c-etait-arrive-en-france-je-ne-suis-pas-sur-que-la-police-aurait-ose-interpeler-dsk

  • Taverne (---.---.---.38) 18 mai 2011 10:30
    Taverne

    Le cas Banon devrait condamner définitivement DSK au cabanon. Pourvu qu’elle aille jusqu’au bout de sa plainte. C’est une jeune femme absolument ravissante et délicieuse. C’est terrible d’imaginer une telle beauté entre les mains dégoûtantes d’un vieux sagouin. Sans accabler la mère, je lui en veux d’avoir dissuader la victime de déposer plainte. C’est une faute grave de sa part. Elle peut encore la réparer...

    Merci Carlo pour ce rappel des faits et surtout de l’omerta et de la complaisance des journalistes de notre pays envers les puissants qui encore aujourd’hui, pour l’affaire en cours, n’ont de compassion que pour l’auteur présumé des faits et n’ont pas de pensée pour la victime déclarée qui n’est qu’une simple femme de chambre. J’ai honte pour notre classe politique surtout pour ceux qui se prétendent de gauche et proche du petit peuple.

  • AniKoreh (---.---.---.195) 18 mai 2011 10:33
    AniKoreh


    Salutaire mise au point, merci M. Revelli ! Et, au passage, un mea culpa qui vous honore.


Réagissez à l'article

257 réactions à cet article

  • Peachy Carnehan (---.---.---.148) 18 mai 2011 10:29
    Peachy Carnehan

    S’il n’y avait que les affaires de zizi de DSK qui étaient soigneusement étouffées par l’oligarchie parisienne... Regardez avec quelle pudeur est traitée l’affaire Karachi, celle où Sarkozy est empêtré jusqu’au cou.

    • Peachy Carnehan (---.---.---.148) 18 mai 2011 10:30
      Peachy Carnehan

      @ L’auteur.

      Instructif.

    • Bob34 (---.---.---.106) 18 mai 2011 11:02

      Eva Joly affirme sur RMC qu’en France la justice est tellement verrouillée que l’enquête sur DSK aurait certainement été étouffée : « Le drame en France, c’est que le parquet n’est pas indépendant, et la décision de déférer ou pas, et de présenter à un juge dépend du parquet. Donc en France on peut craindre que, la justice étant tellement verrouillée, ils auraient trouvé un moyen de ne pas continuer l’enquête ». http://www.dailymotion.com/video/xir20e_en-france-l-enquete-sur-dsk-aurait-ete-etouffee-eva-joly_news

      Même point de vue chez Nicolas Dupont-Aignan : « Si c’était arrivé en France, je ne suis pas sûr que la police aurait osé interpeller DSK. (...) Je veux dire qu’il y a une tolérance zéro aux Etats-Unis pour ce genre de comportement, que l’on soit puissant ou humble. Je ne crois pas que cela soit tellement le cas dans notre pays. » http://www.ndf.fr/la-une/15-05-2011/nicolas-dupont-aignan-si-c-etait-arrive-en-france-je-ne-suis-pas-sur-que-la-police-aurait-ose-interpeler-dsk

    • leypanou (---.---.---.207) 18 mai 2011 11:12

      « Je ne crois pas qu’en France, la police aurait osé interpeller DSK » disait Dupont-Aignant ? Allons, plusieurs méthodes sont utilisables : 1)refuser d’enregistrer la plainte 2)menacer la plaignante. Qui peut démontrer que cela n’a jamais eu lieu ? Tant qu’il n’y a pas d’organisme indépendant qui juge du travail de la police ou de la manière dont les administrés sont traités dans les commissariats, le problème sera le même. Une institution quelconque qui n’a pas de compte à rendre à une entité indépendante peut avoir des dérives et cela peut durer longtemps !

    • Bob34 (---.---.---.106) 18 mai 2011 11:14

      Tiens, Jean-Michel Aphatie a fait un papier ce matin où il parle du fameux dîner avec Tristane Banon : http://www.rtl.fr/blog/aphatie/questions-posees-aux-journalistes-18-05-7687330945

      "Je fus naguère convive d’une tablée où une femme raconta des violences dont elle aurait été victime de la part de Dominique Strauss-Kahn. Le film de ce dîner est visible sur Internet. Mais ce qui est visible n’est qu’une partie du dîner.

      Hier en fin d’après-midi, une femme se présentant comme journaliste d’un site Internet m’appelle sur mon téléphone portable. Je ne connais pas cette personne qui me dit être journaliste. A peine s’est-elle présentée, tellement vite que je n’ai pas retenu son nom, qu’elle me somme de m’expliquer sur ma présence à ce dîner, et surtout sur mon attitude par la suite. « Avez-vous enquêté », me demande-t-elle ?

      Son intrusion dans ma vie par l’intermédiaire de mon téléphone portable, son absence de courtoisie élémentaire, est-ce que je vous dérange ?, aurait-elle pu me demander, son ton inquisitorial que même un juge du siège français, américain ou sri lankais, n’emploierai pas instinctivement, m’ont conduit à lui dire que je ne lui ferai aucun commentaire. J’ai cru comprendre que ma réponse l’empêchait d’avaler correctement sa salive. Son refus d’admettre que j’avais le droit de ne pas répondre à ces questions s’est transformé en insistance : mais enfin, pourquoi, comment... J’ai dû hausser un peu le ton pour lui faire comprendre que notre conversation allait s’arrêter là.

      Pensez-vous, mademoiselle, que le journalisme vous dispense de la politesse ? De la courtoisie ? Voire même, ce n’est pas inutile dans ce travail, de la gentillesse ? Il faut un certain savoir faire pour obtenir ce que l’on cherche. Il ne faut en rien se compromettre, mais enfourcher tout de suite le cheval de Torquemada n’est peut-être pas le meilleur moyen d’obtenir le récit d’une scène à laquelle une personne a assisté.

      L’histoire du dîner mérite d’être racontée. J’y ai souvent repensé. Mais j’ai le droit, je crois, de le faire quand je l’aurai décidé, où je voudrais, et sous des formes que je choisirai."

      Dommage qu’en 4 ans (l’émission date de février 2007), il n’ait pas encore trouvé le bon moment pour en parler... smiley

    • dawei (---.---.---.11) 18 mai 2011 11:40
      dawei

      apathie pti zizi !!!!!!!!!!!!!!!!!!
      désolé

    • Bob34 (---.---.---.106) 18 mai 2011 11:47

      « la photo de Tristane Banon, la jeune femme qui l’accuse de l’avoir violenté en 2002, a été vue sur toutes les télés » aux Etats-Unis http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/dossier/0201372866692/0201379072355-les-medias-americains-se-dechainent-sur-dsk-165037.php

      ABC News s’interroge : « Pourquoi les médias français n’ont pas enquêté plus avant sur les dires de Tristane Banon, pour voir si son témoignage était exact ou non ? » http://www.midilibre.fr/2011/05/18/dsk-dans-les-redactions-des-journaux-tout-le-monde-savait,320832.php

    • boris (---.---.---.181) 18 mai 2011 12:26
      boris

      Deux questions que je pose aux juristes.

      Par contre je ne sais pas au niveau juridique si c’est approprié qu’elle porte plainte contre DSK .
       
      On sait qu’il risque jusqu’a 74 ans de prison aux US, si une plainte est diligentée en France il faudra l’extrader avec tous les risques que cela comporte de voir des juges bien plus compréhensifs chez nous lui infliger une peine minimale.

      Et une fois DSK passé devant les tribunaux français, comment les peines se cumulent t’elles ? Et doit il retourner en prison aux states ? 

    • Bob34 (---.---.---.106) 18 mai 2011 12:47

      Les langues se délient, c’est à une incroyable succession d’affaires (supposées) que nous assistons !!

      Martina, une journaliste interrogée par The Times, accuse DSK de chantage sexuel : il exigeait un rapport sexuel contre un interview. http://www.theaustralian.com.au/news/world/journalist-claims-dominique-strauss-kahn-wanted-sex-in-exchange-for-interview/story-e6frg6so-1226057977807

      D’autres affaires, en France : « Elles auraient eu pour victimes plusieurs jeunes femmes, dont des militantes du PS et des Beurettes, selon nos informations émanant de proches, pourtant bienveillants à l’égard de DSK. Toutes ces affaires se seraient réglées à l’amiable entre les parents de ces victimes et des responsables du PS. Ces derniers auraient réussi à calmer, avec beaucoup de difficultés, ces sympathisants socialistes (certains s’étaient armés d’une hache ou d’un couteau, selon notre source) les persuadant de ne pas déposer plainte. » http://www.francesoir.fr/actualite/faits-divers/dsk-ses-amis-redoutaient-pire-102343.html

      Azouz Begag (comme Ardisson) a des copines qui ont subi les assauts très poussés de DSK : http://dai.ly/m0GrDB

      et même des affaires en Amérique du sud... « le directeur général du FMI Dominique Strauss Kahn a à son actif plusieurs agressions sexuelles présumées dont une employée de maison mexicaine lors d’une visite de travail au Mexique ». A l’époque, l’affaire n’aurait pas fait de bruit. « L’agression n’aurait pas été suivie d’une plainte et est donc restée impunie », rajoute Notimex. http://blogs.mediapart.fr/blog/raphael-moran/170511/affaire-dsk-le-mexique-et-largentine-sy-mettent-aussi

      Enfin, à la Une de France Soir : « Tout le monde savait » ! avec en sous-titre : « On aurait dû lui mettre des gardes du corps pour l’empêcher de faire des conneries » (un proche de DSK)

    • Yohan (---.---.---.125) 18 mai 2011 12:48
      Yohan

      Je crois que DSK a (ou va) avoir son compte. A ce stade, la vengeance (9 ans parès les faits) devient mesquine. Je pense qu’elle devrait voir dans cet épisode new yorkais une reconnaissance implicite de sa parole sur qu’elle avait raconté à Olivier Bailly en 2008. Cela devrait l’aider à se reconstruire. S’acharner maintenant sur une personne qui à un genoux plus bas que terre ne servirait pas forcément sa cause.
      Elle pourra se contenter de revenir sur cette agression, sans en rajouter.

    • jakback (---.---.---.182) 18 mai 2011 15:19
      jakback

      Apathie l’imfame, s’enlise, C+ également

      http://www.123video.nl/playvideos.asp?EMB=EmbedLayer&MovieID=746272

      1
    • Domino (---.---.---.2) 18 mai 2011 16:34
      Domino

      @ Boris

      Je ne suis pas juriste mais je pense qu’il fait ses 74 ans de taule au States ensuite il sera extradé et comdamné en France à titre postume... smiley

    • Peachy Carnehan (---.---.---.148) 18 mai 2011 16:50
      Peachy Carnehan

      A propos de complot, j’espère que vous avez vu le dessin de Cabu en « une » du Canard Enchaîné de ce matin. J’en ai pleuré de rire.

      Je vais essayer de le trouver.

    • Peachy Carnehan (---.---.---.148) 18 mai 2011 16:52
      Peachy Carnehan

      Ca y est...

      « Le prochain scandale » par Cabu.

       smiley

    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE



      NOS POLITICARDS SANS REVENIR ... AUX PRINCIPES STRICTS DU GENERAL DE GAULLE.(..PAS DE MINISTRE DIVORCE...AVEC LUI..)

      IL FAUDRAIT QUAND MEME MORALISER NOS POLITICARDS.....SARKO (KARACHI et des morts°)...WOERTH ET BETTENCOURT... (VOL...NON PAIEMENT D IMPOTS°) 

      CORRUPTION...CONFLITS D INTERETS....FOLIE DES ELUS QUI SE CROIENT INTOUCHABLES... ILS DOIVENT FAIRE UNE DECLARATION DE FORTUNE AU DEBUT..AU MILIEU ET APRES....ET LA MEME CHOSE POUR LEUR SANTE PSYCHIATRIQUE...


      SINON LE POUVOIR REND FOU... ( LE FILM LA CONQUETE ET LE FMI....)



      TOUSENSEMBLE

    • barbapapa (---.---.---.90) 18 mai 2011 21:47
      barbapapa

      Le poids des groupes de pression cachés est peut être la raison de l’omerta.
      DSK est un franc maçon.

      Une chose est certaine la même affaire n’aurait pas pu sortir en france vu le nombre de juges franc maçons et le corporatisme de ces derniers.

    • Sourcière (---.---.---.242) 18 mai 2011 22:48

      C’est une évidence ! cette affaire DSK ne serait pas sortie en France et c’est bien ce qui a sidéré tout le monde !!!

      Imaginez donc comment est vu en France l’intérêt d’une femme de chambre agressée sexuellement contre l’intérêt du champion socialiste et du FMI !!!!

      Mais au-dela de cette affaire il y a le problème plus général de tout ce qui est mis sous l’éteignoir en France !!! même en flagrance et quel que soit le scandale plus personne ne démissionne ! plus personne ne se sent ridicule d’affirmer une contre vérité ect ... plus personne ne rend de comptes ni n’a de responsabilités et c’est bien cet état d’être de la France qui plombe le moral des Français et les amène à désespérer de tout.

    • wesson (---.---.---.145) 18 mai 2011 23:38
      wesson

      @Bob34

      bien vu cette intervention de Apathie, je l’avais loupé celle là !

      Il faut avouer qu’elle est magnifique : Apathie n’a pas la curiosité de savoir si DSK est un vicelard patenté « parce que on ne lui a pas demandé poliment » !

      Franchement il aurai pu se fouler un peu plus là, c’est pitoyable comme explication !

    • Defrance (---.---.---.197) 19 mai 2011 10:48
      Defrance

       Génial, encore un futur peut être probable candidat a Mâcon ?

       J’ai encore gagné, grace au rire a gagner 10 minutes de Vie !

    • T.REX (---.---.---.3) 19 mai 2011 11:31
      T.REX

      à tous,

      Oui c’est très instructif ! Cela nous instruit sur le fait que le soi-disant 5ème pouvoir n’en a aucun si la presse « classique » ne le relaie pas ! Et c’est assez décevant, voire désespérant de le constater. 

      Cela alimente la thèse qui veut que l’information est complétement manipulée par quelques puissants. En effet, même M. REVELLI l’admet dans cet article, ce qui l’honore,
      Agoravox comme la plupart des autres sites et forums de « journalisme citoyen’ ne pouvait pas diffuser cette interview sans le soutien et l’assentiment des médias traditionnels qui sont encore aujourd’hui les seuls capables de toucher un public de masse, que j’appellerais par analogie »le grand public«  et lorsque l’on n’a pas l’oreille de ce grand Public, l’on n’a pas la protection de »l’opinion publique" nécessaire et indispensable aux journalistes pour dénoncer les turpitudes du pouvoir et des puissants de ce monde.

      En effet, à défaut d’alerter l’opinion publique, les journalistes s’exposent dangereusement aux terribles représailles du pouvoir en place et à des poursuites juridiques injustifiées. 

      Il faut être sacrément courageux pour exercer ce métier !!

       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès