Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 50 000 signatures : bienvenue dans la e-démocratie !

50 000 signatures : bienvenue dans la e-démocratie !

Le système des 500 parrainages d’élus pour la course à l’élection présidentielle a vécu. Il se justifiait dans un monde où l'on n'utilisait que le papier. On aboutit à des aberrations comme la candidature de M. Cheminade en relation avec M. Lyndon LaRouche, gourou américain et qui se permet des comparaisons entre Obama et Hitler. Dans le même temps, certains candidats comme D. de Villepin*, C. Lepage ou J.-P. Chevènement n’ont pu récolter les 500 précieuses signatures. 

PNG - 213.4 ko
e-président
La e-démocratie est en marche

Dès l’échéance de 2017 ou avant, il apparaît nécessaire de refondre un système où l’on peut en outre craindre des pressions sur les élus voire des cadeaux consentis à certains pour recueillir son important sésame. Cela ne concernerait qu’une petite minorité il est vrai mais susceptible de faire basculer le candidat à la candidature dans le camp des 500.

Avec le développement du Cinquième pouvoir qu’est Internet et alors même que les pétitions en ligne peuvent être porteuses de sens, pourquoi ne pas imaginer un système où 50 000 signatures de citoyens suffiraient à qualifier un candidat à la course à l’Elysée. Système qui serait compatible avec la Ve (ou Vie) République. Si plusieurs candidats d’un même parti se voient choisis par les citoyens, charge à la direction de chaque parti de trancher selon ses propres critères et aux autres nominés de se désister.

Il conviendrait de s’assurer de l’identité numérique des e-citoyens signataires. On pourrait imaginer un espace dédié en lien avec les portails de l’administration à cet effet (par ex. depuis www.service-public.fr) pour s’assurer que le citoyen est bien celui qui prétend être et qu’il présente toutes les conditions requises (âge, jouissance de ses droits civiques, inscription sur les listes électorales**). Bien sûr, il conviendra de veiller aux données conservées et à l’interconnexion éventuelle avec d’autres applications de l’administration. La CNIL en serait garante. L’espace sécurisé avec un mécanisme d’identification/authentification forte serait à l’image d’un coffre-fort électronique (de type Digiposte) et chaque citoyen pourrait s’y connecter pour connaître les candidats, consulter leur profession de foi en ligne, avoir pour chaque candidat un lien vers son site et les réseaux sociaux où il est présent, etc. Ceci irait de pair avec l’attribution d’une adresse mél universelle à chaque citoyen et permettrait du même coup de lutter contre la fracture numérique encore importante en France.

Il resterait à définir la procédure pour candidater. Régler 100 euros de frais d’inscription (le montant serait fixé par une loi organique), remplir en ligne les formulaires relatifs au candidat, déclarer son patrimoine, etc. Et pour le parrainage, qu’un citoyen puisse bénéficier d’un délai de rétractation de 7 jours par exemple pourrait lui permettre de revenir sur sa décision s’il s’aperçoit que le candidat ne correspond pas à ses idées ou l’image qu’il s’était fait de lui.

La période de parrainage serait à définir, par exemple 9 mois avant l’échéance du 1er tour de scrutin. La sécurité de l’application sera en tout état de cause cruciale, notamment la confidentialité et l’intégrité des données et la protection contre la fraude. Compte tenu du nombre important de signatures, ces garanties devront être outillées par des automates : il ne sera pas possible de tout faire vérifier par un être humain. Et conserver à l’esprit qu’un système, même citoyen, ne nous met pas à l’abri d’un assaut de démagogie en tout genre.

Reste à voir si comme en Estonie on va plus loin avec le vote électronique à l’image de communes comme Issy-les-Moulineaux. Ce type de vote*** qui a ses partisans et ses détracteurs est une autre histoire.

 

* http://www.politique.net/2012032501-villepin-600-signatures.htm

**http://www.politiquemania.com/etre-candidat.html

*** http://davidfayon.fr/2007/04/vote-electronique-modernite-et-risques/


Moyenne des avis sur cet article :  2.93/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Scual 3 avril 2012 15:39

    Une fois de plus je vais me faire l’avocat du diable, parce que moi je trouve que globalement ce système des 500 signatures.

    Il a jusqu’ici empêché, ou plutôt limité les candidatures de fanfarons sans jamais empêcher du tout le pluralisme vu qu’il y a une dizaine de candidats à chaque fois. Les candidats qui n’ont pas les signatures sont soit marginaux, soit pas crédibles ou alors ils sont trop proches d’autres candidatures.

    Donc ça marche plutôt bien et si on peut réfléchir à l’améliorer ou réfléchir à quelque chose de mieux, je trouve que c’est déjà vraiment pas mal.


    • Scual 3 avril 2012 15:47

      Je voulais dire : « je trouve que globalement ce système des 500 signatures est très bon. »


    • Romain Desbois 3 avril 2012 16:23

      Je ne trouve pas très démocratique qu’un candidat doive demander aux élus de pouvoir se présenter contre leur parti.

      C’est quand même la moindre des choses que ce soit les électeurs qui décident de ceux qui peuvent se présenter.

      Ou alors on pense qu’ils ne sont pas suffisamment intelligents pour le faire et alors pourquoi les faire voter ensuite ?


    • Scual 3 avril 2012 16:49

      Les maires sont des élus au cas vous auriez oublié. C’est aussi un manque de respect envers leur électeurs que de dénigrer leur décision.


    • Romain Desbois 3 avril 2012 18:05

      Scual

      Vous oubliez que ce système oblige les candidats à se faire coopter par des élus qui ne sont pas forcément de leur bord. C’est quand même un peu fort. Autant accepter que des candidats dont le parti à au moins 500 élus, ce serait plus clair au moins.

      De plus les maires étant élus à la majorité, ils décident aussi pour les électeurs de leur commune qui n’ont pas voté pour eux.


    • Scual 3 avril 2012 18:43

      Désolé mais cet argument ne tient pas. La majorité des candidats n’ont pas un parti avec 500 élus, et cela a été le cas il me semble à chaque élection présidentielle.


    • Romain Desbois 3 avril 2012 18:53

      Vous reconnaissez donc que les candidats sont obligés de demander à des élus qui ne sont pas de leur parti de pouvoir se présenter aux élections, de demander à leurs opposants de pouvoir s’opposer à eux.

      Belle démocratie !

      Et vous ne répondez pas sur le fait que les élus avec ce système décident aussi pour les électeurs qui n’ont pas voté pour eux.

      ReBelle démocratie.


    • Scual 3 avril 2012 22:26

      Ce n’est pas parce qu’on n’est pas du même parti qu’on est opposant.

      En ce qui concerne le fait qu’ils décident pour ceux qui ne les ont pas élus, ben oui, c’est ça démocratie, exactement. Le Maire représente automatiquement le plus grand nombre puisque sinon il n’aurait pas été élu.

      La démocratie ce n’est pas la guerre des minorités mais le règne du plus grand nombre.

      Peut-être que ça ne vous plait pas ?


    • Romain Desbois 3 avril 2012 23:43

      Scual

      je reprends vos propos précédents :
      "Les maires sont des élus au cas vous auriez oublié. C’est aussi un manque de respect envers leur électeurs que de dénigrer leur décision."

      Laisser les maires décider du choix des candidats, c’est un manque de respect pour ceux qui ne les ont pas élus. Je vous rappelle que les présidentielles sont supposées être un suffrage direct , il n’est donc pas légitime que ce ne soit pas les citoyens qui décident eux mêmes de ceux qui sont aptes ou pas de se présenter.

      D’ailleurs je ne vois pas en quoi cela vous dérangerait.


    • Scual 4 avril 2012 09:51

      En quoi cela me dérange ?

      Oh c’est très simple, je ne veux pas que le ticket d’entrée soit la fortune personnelle. Je ne veux pas que la clé de l’élection soit la popularité. Je ne veux pas d’une multiplication de candidats absurde détruisant le débat en le diluant dans la multitude et entrainant nécessairement une fragmentation de la politique par thèmes plutôt que par projets globaux et cohérents. Je ne veux pas pouvoir me retrouver avec un Président incapable de se faire obéir par l’armée. Je ne veux pas d’un candidat inexpérimenté et inculte qui n’aurait toujours pas fini sa formation à la fin de son mandat. etc

      Certains métiers et certaines fonctions font appels à certaines compétences et bien souvent pour les juger il faut faire appel à des spécialistes, à des gens du métiers etc... Pour une personne aussi importante que le Président, nous avons bien raison de passer d’abord pas cette assurance qui n’a, je le rappelle pas empêché par exemple la candidature du comique Coluche, comme quoi même comme ça c’est loin d’être fermé.

      Les maires sont très bien placé pour faire ce premier tri parce que ce sont des élus, NOS élus. Ils sont les plus « démocratiques » d’entre eux, puisque les plus nombreux, les plus près de leurs électeurs, bien souvent élus avec le moins de suffrage parmi les élus. Ils sont les plus faciles à interpeller que ce soit pour leur demander des comptes d’avoir parrainé un candidat jugé ignoble ou pour leur demander d’en parrainer un qui n’a pas eu ses signatures etc...

      Voila pour mon avis sur la question. La question que je me pose c’est plutôt qu’est ce qui vous dérange dans ce filtre ? Quel candidat si indispensable a été empêché de se présenter par ce système ?


    • nenyazor 4 avril 2012 21:29

      Vous avez tant que ça besoin qu’on fasse le tri pour vous entre les candidats « fantaisistes » et les « vrais » candidats ? Les gens sont assez intelligents pour choisir entre les vrais mais si on rajoute des faux, ils n’y arrivent plus ?

      Le principe de parrainage est fait pour limiter le choix et laisser les gens en place à peu près à l’abri de tout problème, surtout avec l’aide des média. Quand on voit comment certains « petits » candidats sont traités...

      Choisissez bien votre maître pour les 5 ans à venir !


    • Guy Liguili Guy Liguili 3 avril 2012 15:43

      Non, Internet est un espace trop fragile, trop manipulable, piratable, détournable et autres néologismes en « able » pour qu’on puisse lui confier la démocratie.
      On n’a jamais trouvé mieux et plus fiable que le papier et l’humain, d’autant que les machines n’obéissent pas aux lois de la robotique imaginées par Asimov.


      • Romain Desbois 3 avril 2012 16:26

        L’on pourra toujours bourrer les urnes quel que soit le système.

        Les élections syndicales se font déjà sur le net à la SNCF. Le système est bien fait mais c’est vrai que pour recompter en cas de litige ca pose problème.


      • Al West 3 avril 2012 16:30

        La candidature de Cheminade n’a rien de fantaisiste, il fait une campagne de réinformation, pas de présidentiabilité, et Larouche a bien raison d’avoir comparé Obama à Hitler. Quelques points de législation états-unienne :

        - il est interdit de protester (même pacifiquement) dans des endroits où des responsables américains se trouvent
        - il est interdit de filmer les policiers dans l’exercice de leur fonction (comprendre dans la répression violente de manifestants pacifiques)
        - le gouvernement peut décider à tout moment de débarquer chez vous et de vous envoyer à l’autre bout de la terre dans une prison secrète sans vous faire le moindre procès

        Après on peut bien sûr rajouter le débat à propos des camps de la FEMA. Mais tout ce qui est sus-cité relève de lois écrites noir sur blanc, et il me semble tout à fait légitime de frapper les esprits avec cette comparaison pour dénoncer les dérives autoritaires des Etats-Unis.


        • patrice 3 avril 2012 17:06

          D’ accord avec Al West sur Cheminade et Obama qui est un Hitler en puissance sous son aspect bisounours d’ailleurs beaucoup plus dangereux . Pour avoir les 500 signature il faut se bouger je suis bien placé pour le savoir etant pour NDA


        • Paul .ca Paul .ca 4 avril 2012 14:08

          il est interdit de filmer les policiers dans l’exercice de leur fonction (comprendre dans la répression violente de manifestants pacifiques)

          Et j’imagine interdit de les photographier ?

          En Ontario, une femme magnifestante a ete violent brutalise par des policiers pour la déloger.
          Je cherche la photo des policiers responsables mais rien ...


        •  C BARRATIER C BARRATIER 3 avril 2012 17:18

          Surtout pas Internet, chacun qui signerait ne représenterait que lui même. Les élus locaux pèsent quand même quelque chose, sont représentatifs. Il est bon que les candidats aient une implantation locale, aient fait leurs preuves. Villepin n’a rien fait que des ronds de jambes, il n’était pas un élu, pas « enraciné » . Ne représentant que lui-même et ne faisant diversion qu’avec l’espoir de la reconnaissance de SARKO s’il est réélu, il a fait comme Borloo et comme fera Bayrou, ...Pas de regrets, ça ne marche pas si mal, rien n’est parfait, et encore moins Internet qui peut être tout et n’importe quoi. Ce qui n’est pas inintéressant bien sûr.


          • lightyagami30 3 avril 2012 17:21

            les 500 parrainages doivent être abolis car c’est antidémocratique de par le fait de la publication des parrainages grâce à Jospin et surtout des interdictions faites par les gros partis aux maires d’accorder son parrainage, on ne demandait pas aux maires de partager les idées du candidats mais de faire preuve d’esprit démocratique et que sa serai aux Français de par le vote choisir qui est fantaisiste ou non.
            Le seul moyen est donc le parrainage par les citoyens mais pas par internet car facilement piratable mais via un formulaire par écrit, donc beaucoup moins falsifiable. Après on peut s’interroger sur le chiffre de 50 000 si pour un parrainage par les citoyens ce n’est pas assez, peut être mettre 100 000 comme ça sa réduit les candidatures fantaisistes de candidats au programme vide, et donc de s’assurer que ceux qui se présentent sont sérieux et disposent en même temps d’un véritable soutien


            • jef88 jef88 3 avril 2012 17:36

              Si plusieurs candidats d’un même parti se voient choisis par les citoyens, charge à la direction de chaque parti de trancher selon ses propres critères et aux autres nominés de se désister.

              NON !!!!

              Pas les partis !
              Ce sont eux qui (grace au lobbying) cassent l’économie et nous ont fait perdre des centaines de milliers d’emplois !!!!


              • Romain Desbois 3 avril 2012 18:08

                Il est déjà possible aujourd’hui à plusieurs candidats d’un même parti de pouvoir recueillir 500 promesses. Il n’y a rien d’illégal là dedans.


              • jef88 jef88 3 avril 2012 19:49

                il faut limiter le pouvoir des partis !
                pourquoi ?

                parce que 7 ou 8 pingouins imposent leurs vues aux élus du peuple : si vous n’êtes pas d’accord avec nous, pas d’investiture
                c’est valable à droite , à gauche, sur les côtés.... alors tant qu’a réformer, à changer soyons démocrates !!!!!


              • Romain Desbois 3 avril 2012 20:01

                rien n’empêche quiconque à se présenter aux législatives, qu’il soit soutenu ou pas par un parti.


              • jef88 jef88 3 avril 2012 23:11

                Soutenu ou pas cela change tout : candidat sérieux ou bricoleur du coin !!!


              • verseau 3 avril 2012 22:34

                C’est bien connu que le peuple n’est pas démocratique puisqu’il vote pour UN seul président, qui ne représente qu’UN seul parti.

                Même s’il recueille 50,3% des voix des électeurs, cet homme ne représente quand même PAS la majorité de la population Française.
                Quand on aura compris cela en France, on aura fait un GRAND pas vers la vraie démocratie, pas avant.
                Quant aux 500 signatures d’élus c’est toujours mieux que de « payer » quelqu’un pour vous donner l’occasion de vous faire élire, cela s’appelle de la corruption.
                Je n’imagine pas 50 000 personnes qui, grâce à Internet, pourraient voter plusieurs fois pour la même personne sans aucun contrôle fiable et vous le savez. On peut trafiquer son vote en supprimant les cookies ou en contournant la technique pour les petits malins de l’informatique....
                Tout ceci n’est pas très sérieux.

                • Romain Desbois 3 avril 2012 23:32

                  On peut imaginer le même mode opératoire que celui en place mais accessible à tous et non seulement réservé aux maires.


                • Gégé 4 avril 2012 12:09

                  Certains candidats avaient leurs 500 signatures mais se sont retirés après un marchandage : retrait contre des candidatures éligibles aux législatives, sénatoriales....

                  L’informatique ne doit pas être mélée au vote, trop de fraudes possibles.


                  • Paul .ca Paul .ca 4 avril 2012 12:50

                    Idée intéressante mais je ne pense pas que ce soit une priorité.

                    Étant français a l’étranger (Québec), je dois me déplacer 4 fois pour les élections présidentielles et législatives a deux tours. Grouper les deux élections permettrait de sauver 2 déplacements, Ensuite on pourrait voter une seule fois en indiquant son 2e, 3e et 4e choix pour éviter de retourner voter.

                    Je peux deja voter par internet pour elir le député des français a l’étranger. J’apprécierai si on pouvait étendre cela a toutes les élections, avec un système de controle papier par ex : tout les votes sont imprimes sur papier pour un contrôle si necessaire ....


                    • Paul .ca Paul .ca 4 avril 2012 13:01

                      message sur le site du consulat a Montreal (http://www.consulfrance-montreal.org/)

                      ELECTIONS LEGISLATIVES
                      Votez à distance

                      Pour les élections législatives, vous allez être appelé(e), et ce pour la première fois, à voter pour l’un des onze députés élus par les Français établis hors de France. Ces élections se dérouleront les samedis 2 et 16 juin 2012.

                      Cependant, des incertitudes pèsent sur l’organisation du scrutin à l’urne (en personne ou par procuration) en raison de préoccupations exprimées par les autorités canadiennes. Les autorités consulaires françaises feront tout leur possible pour ménager une possibilité de vote à l’urne. Néanmoins une réduction importante du nombre de bureaux de vote installés à Montréal est à prévoir. De longs délais d’attente en résulteront inévitablement. Dès lors, il est vivement recommandé de voter à distance suivant les deux modalités prévues par la loi, à savoir :

                      Voter par internet

                      vous devez fournir au consulat, si cela n’est pas déjà fait, votre adresse électronique avant le 7 mai 2012.

                      Comment faire ?

                      Le portail d’accès MonConsulat.fr (www.monconsulat.fr)vous permet de mettre à jour vos coordonnées. Vous pouvez aussi vous déplacer ou écrire au consulat.

                      Vous recevrez alors, le moment venu, les instructions nécessaires pour voter par internet et ce en toute sécurité.


                      • mortelune mortelune 4 avril 2012 15:17

                        Le système des 500 signatures porte le mal en lui. Les maires sont des élus communaux et les intérêts d’une commune ne sont pas les intérêts d’un peuple. Ils sont, le plus souvent, les représentants des grands partis en place et il n’est pas étonnant qu’ils ne donnent pas les signatures aux « petits ». Cela tourne à la rigolade démocratique car le peuple n’a d’autres choix que d’élire des têtes connues soutenues par les classes dirigeantes ; celles-là même qui ont vite oublié ce que la démocratie veut dire. Le pouvoir monte à la tête pire que des boutons sur la figure des adolescents. Il est temps de mettre le tirage au sort au menu de ce pays.


                        • David Fayon David Fayon 4 avril 2012 21:11

                          @verseau

                          Justement le système proposé  repose, pour chaque citoyen, sur une adresse mél universelle et strictement personnelle avec un espace sécurisé pour la connexion. L’objectif est que l’on puisse s’assurer de l’unicité du parrainage et avoir sa traçabilité. Une correspondance serait faite entre l’adresse mél universelle du citoyen et son adresse physique de façon à s’assurer du respect des critères géographiques pour les parrains.

                          @paul.ca

                          Merci pour ces précisions relatives à la belle province.. smiley

                          @mortelune

                          Ce n’est pas faux, les intérêts nationaux et des communes ne sont pas nécessairement convergents.

                          @tous

                          Enfin, ce système des 50 000 signatures d’e-citoyen pourrait être renforcé par une condition supplémentaire, disposer de 3 parrainages de parlementaires d’au moins 2 régions différentes. Ceci limiterait le nombre de candidats potentiels voire fantaisistes tout en laissant le débat démocratique ouvert.

                          Par rapport à la légitimité des maires, une réflexion IRL est à garder à l’esprit : comment un pays démocratique peut-il supporter que certains élus le soient pendant 30 ans ou plus ? On pourrait imaginer limiter à 3 mandats (voire 2), ce qui fait quand même 18 ans, le fait d’être maire.


                          • sebbouyssou 14 avril 2012 19:15

                            Lorsque nous avons assisté aux différents épisodes concernant le nombre de parrainages auto-déclarés par certains des candidats à cette présidentielle 2012, j’ai d’abord pensé que le système était à revoir. Après réflexion il est à mon avis à adapter.

                            Votre proposition me semble intéressante. Cependant je crois qu’elle a aussi ses inconvénients :
                            - La mise en place d’un tel système ressemble à une sorte de 3e tour. Est-ce judicieux alors que 2 tours semblent déjà trop pour certains ? Avec les autres élections, municipales, cantonales, régionales… , nous votons déjà, de mémoire, 2 fois chaque année en moyenne France.
                            - Avoir un équipement informatique et une connexion à internet reste aujourd’hui une barrière importante et une discrimination peu acceptable en démocratie. Comment ne pas vivre « la fracture numérique » quand certains de nos compatriotes vivent avec 1200 euros pas mois ou même 400 pour le RSA ? Cette discrimination s’estompe, même si elle devient moins économique que culturelle. Pour l’expression d’un devoir citoyen elle me semble inenvisageable.
                            - La question de la confiance en la technique, en l’informatique, reste majeure. Il y a quelques jours je crois avoir entendu parler d’un souci de vote en ligne pour une élection en entreprise.
                            - Je crois aussi qu’une élection est une sorte de rendez-vous pour une population. Il me semble plus important qu’on ne l’imagine le fait qu’à un moment précis, un dimanche d’élection, les membres, si différents, d’une même population se retrouvent physiquement tous dans les mairies et les autres lieux de la vie collective pour une même action individuelle et tout autant collective. Que serait un pays sans « ses rendez-vous », sans activités vraiment communes, sans entreprises « nationales » qui s’adressent à tous ?

                            La méthode des parrainages par les élus (Maires, Conseillers territoriaux…) me semble finalement à améliorer. Il évite bien les candidatures trop atypiques. Je pense notamment à Coluche qui, je crois, ne les aurait pas eu. Ce qui ne l’a pas empêché, à juste titre, de défendre certaines de ses idées. Et ce de manière plus efficace que certains les ayant. Aucune comparaison, mais je pense aussi à Marlène en 95. La légitimité des élus pour faire un premier tri me parait juste. Sauf erreur, ce système n’a pas encore écarté de candidat vraiment légitime.

                            Si le vote reste au niveau des Élus, je pense qu’on peut envisager de passer obligatoirement par un système de vote en ligne sur le site du Conseil Constitutionnel. Pour éviter les discussions sur le nombre de parrainages, il pourrait y avoir une page en ligne accessible à tous, qui récapitule au jour le jour le nombre de votes enregistrés pour chaque candidat.

                            Pour éviter les « pressions » mises sur un Maire, à qui sa population lui reprocherait son unique soutien, on pourrait envisager que chaque élu ait 2 voix. L’une « naturelle » pour lui, surtout s’il est encarté, et une pour enrichir le débat. Cette idée me semblerait aussi intéressante pour tous les citoyens au premier tour d’une présidentielle afin de ne pas obliger au « vote utile ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès