Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 5ème loi en 7 ans sur l’immigration : ridicule ou danger (...)

5ème loi en 7 ans sur l’immigration : ridicule ou danger ?

Traduction officielle de la directive européenne relative aux normes et procédures communes applicables dans les Etats membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier dite « Directive de la honte », l’avant-projet de loi « Besson » est le prétexte d’un nouveau durcissement des lois relatives aux étrangers et d’une déclinaison concrète de l’immigration choisie (avec la création d’une « carte bleue européenne »).
 
Après 4 lois en moins de 7 ans, le gouvernement s’apprête à nouveau à restreindre les droits des étrangers sans titres de séjours.
 
En dehors de mesures qui permettent une légère amélioration des droits des travailleurs sans-papiers et de dispositions de lutte contre le travail illégal, ce projet comprend plusieurs mesures particulièrement attentatoires aux droits fondamentaux des étrangers :
 
L’accélération du processus d’éloignement
 
Aujourd’hui, un étranger en situation irrégulière soumis à une mesure d’expulsion – avec une obligation de quitter le territoire (OQTF) – dispose d’un délai de 30 jours pour déposer un recours – suspensif – devant le Tribunal Administratif.
 
Désormais, l’autorité administrative pourra décider qu’il doit repartir « sans délai ». L’étranger n’aura plus que 48 heures, contre un mois actuellement, pour déposer un recours, ce qui empêche la constitution du recours dans des conditions matérielles satisfaisantes.
 
L’allongement de la durée de rétention et l’affaiblissement du rôle du Juge des Libertés et de la Détention (JLD)
 
Ce projet prévoit l’allongement de la durée de rétention dont peut être l’objet un étranger sur décision préfectorale, avant saisine du juge, qui passe de 2 jours à 5 jours.
 
L’intervention du juge judiciaire garant – aux termes de la constitution – des libertés individuelles, est ainsi repoussée. Le JLD ne pourra être saisi que 5 jours après le placement en rétention (contre 2 jours actuellement).
 
L’objectif étant de permettre ainsi au Tribunal Administratif de statuer avant même que le JLD se soit prononcé sur la régularité de la procédure d’interpellation de l’étranger.
 
Le juge pourra en outre prolonger la rétention de 20 jours, au lieu de 15 aujourd’hui. Aux termes de ce nouveau délai, la rétention pourra être prolongée de 20 nouveaux jours.
 
La durée maximale de rétention passe ainsi de 32 jours à 45 jours.
 
La légalisation de l’arbitraire des autorités administratives
 
Le projet prévoit en effet que le JLD sera tenu de prendre en compte « des circonstances particulières liées notamment au placement en rétention d’un nombre important d’étrangers pour l’appréciation des délais relatifs à la notification de la décision, à l’information des droits et à leur prise d’effet ».
 
Ce qui signifie concrètement que cela permettra à l’administration de justifier de retards pris dans la notification aux étrangers de leurs droits.
 
Une telle disposition pourrait ainsi empêcher que les JLD remettent en liberté pour cette raison les étrangers, comme ce fut le cas pour les 123 kurdes découverts en corse le 22 janvier dernier.
 
La création d’une zone d’attente individuelle et itinérante
 
Aux termes de l’avant-projet de loi, l’article L.221-4 du CESEDA stipulera : « Lorsqu’il est manifeste qu’un ou plusieurs étrangers viennent d’arriver à la frontière en dehors d’un point de passage frontalier, la zone d’attente s’étend du lieu de découverte des intéressés jusqu’au point de passage frontalier le plus proche où sont effectués les contrôles ».
 
Cette possibilité offerte à l’administration permet de légitimer la privation immédiate de liberté des personnes, ce qui est le cas en zone d’attente, aujourd’hui réservées aux principales frontières aéroportuaires.
 
L’objectif est d’empêcher les demandeurs d’asile de bénéficier du droit d’être admis au séjour au titre de l’asile par la préfecture, de bénéficier d’une autorisation provisoire de séjour et de solliciter l’asile dans le cadre de la procédure de droit commun auprès de l’OFPRA et ainsi d’accéder, pendant l’examen de la demande, au droit aux conditions matérielles d’accueil décentes (logement dans un CADA ou bénéfice d’un hébergement ou de l’Aide Temporaire
d’Attente).
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Massaliote 9 septembre 2010 11:56

    Et à quoi bon légiférer si les lois ne sont pas appliquées ? Que la Cimade se rassure les clandestins ont de beaux jours devant eux.


  • leypanou 9 septembre 2010 17:51

    « Allez dans un seul pays qui nous exporte ses inutiles sans papiers » : ses inutiles ? A la rigueur, inutile pour le pays d’accueil mais le pays d’émigration ? C’est vraiment poster pour ne rien dire. Il est certain que pour quelques-uns, un minimum de raisonnement est trop difficile !


  • Traroth Traroth 9 septembre 2010 18:29

    Donc, d’après Calmos, il faudrait expulser les opposants politiques qui pourront être abattus dans leur pays, les enfants, les gens ayant épousé une personne de nationalité française, des parents d’enfants nés en France, les gens nés Français avant l’indépendance de leur pays... Sans distinction. Pourquoi se compliquer la vie, aussi ?

    Quel beau pays sera alors la France...


  • Massaliote 10 septembre 2010 09:40

     Un homme d’origine sénégalaise interpellé après 55 fausses déclarations de paternité Si ça ne mérite pas la déchéance de la nationalité...


  • OMAR 9 septembre 2010 16:06

    Omar T.

    Pondre des lois pour chasser des êtres humains, trés, trés facile....

    Créer des emplois, lutter contre la précarité, l’injustice sociale, etc....c’est........ heu.........attendez,......Hé , toi là bas,... oui, toi, .....tes papiers !!!


    • OMAR 10 septembre 2010 09:13

      Omar T.
       A court d’arguments poltiques, vous sautez au religieux.

       Alors, chat ou caméléon ?

       Mais quelque soit le choix, ça fera toujours bête.....


    • Aldebaran Aldebaran 9 septembre 2010 19:03

      Et hop, encore un article bien France Aux Français, comme il s’en pond plusieurs par jour.

      C’est gros comme une maison, plus c’est grosse mieux ça passe !
      Quel est le menu de demain ?
       smiley

      • Annie 9 septembre 2010 22:16

        Bon article, dont les subtilités doivent passer au-dessus de la plupart de ceux qui ne voient que le mot immigration dans le titre. Peut-être devriez-vous faire un article sur le statut de demandeur d’asile, parce que même à ce niveau là, ça coince.
        Ramener de 30 jours à 48 heures le délai pour déposer un recours est scandaleux, comme toutes les autres dispositions prévues pour priver les demandeurs d’asile des droits dont ils jouissaient jusqu’ici et que leur conférait leur statut. La France, patrie des droits de l’homme !!! Il n’y a plus que les Français pour y croire.


        • contribuablépuisé 10 septembre 2010 14:48

          Que de générosité, que de flagornerie, que de faux-culs. Car lorsqu’on arrive en France à payer 1 milliard d’Euros rien que pour soigner gratuitement tous les gens en situation illégale et qu’on trouve normal de ne plus arriver plus à payer les retraites des aînés, de ne plus pouvoir financer notre système de santé, on peut sans aucune réserve penser que les « droits-de-l’hommistes » sont sont plus gros faux-culs de le terre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès