Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > A quel titre parle ici DSK ?

A quel titre parle ici DSK ?

« Pour préserver la viabilité budgétaire sans compromettre la reprise, les efforts d’ajustement doivent être concentrés sur les mesures qui nuiront le moins à l’activité économique, à savoir la réforme des prestations des systèmes de retraite et de santé. Dans cette optique, la grande et difficile réforme des retraites annoncée récemment vise à réduire à terme le déficit du système des retraites ; elle met à juste titre l’accent sur le relèvement de l’âge du départ effectif à la retraite, en faisant passer progressivement de 60 à 62 ans l’âge légal du départ en retraite et de 65 à 67 ans l’âge légal minium ouvrant droit à une pension complète.  »

Ce paragraphe est extrait du « Bulletin du FMI mis en ligne le 30 juillet dernier » sous le titre

France : la reprise est bien engagée mais il faut réduire la dette publique (Consultable en son intégralité ici)

Dès lors, que doit-on penser de l’engagement pris par le PS de revenir sur l’âge légal de départ à la retraite pour repositionner les curseurs à 60 ans avec décote en cas de manque de trimestres de cotisations et 65 ans à taux plein.

Il est impensable que le Parti Socialiste ne tienne pas cet engagement qui sera un des principaux enjeux de la campagne présidentielle. Mais dans ce cas, quelle légitimité le Directeur du FMI peut-il avancer pour être le candidat socialiste lors de cette échéance.

Autant HAMON que Ségolène ROYAL montrent leurs respectives volontés d’ouverture vers la gauche de la gauche. L’un à BISCAROSSE, faisant estrade commune avec Olivier BESANCENOT, l’autre à ARCUEIL, où s’est exprimé Jean-Luc MELENCHON, à l’occasion de la 3ème fête de la Fraternité des comités Désirs d’avenir.

La réponse à la politique sociale (que je m’autorise à qualifier de scélérate) menée par SARKOZY et son gouvernement ne peut se trouver dans l’acquiescement libéral et docile, posture de STRAUSS KHANN, ni dans le rejet du compromis avec la gauche de la gauche, posture de Jean Marc AYRAULT, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

Reste une différence entre HAMMON, aile gauche du parti et ROYAL, électron libre, celle-ci souhaitant un rassemblement républicain le plus large possible allant de l’extrême gauche au centre gauche.

 Ainsi je voudrais savoir si quand il valide le rapport du FMI, DSK est encore socialiste.

Militant socialiste, accessoirement Ségoléniste, pressé de voir la gauche revenir au pouvoir, je m’interroge sur ma capacité à avaler certaines couleuvres.

Christian


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 23 septembre 2010 12:55

    DSK : Et il croit incarner la gauche et les français ? Espèce de pourri : ne vous en faites pas les gens le comprendront aussi top, ou tard

    Le spectacle est terminé

    Simple : virez le du parti

    • Leviathan Leviathan 23 septembre 2010 13:01

      Pour en savoir plus sur ce triste sire :
      DSK, le best-of


      • LE CHAT LE CHAT 23 septembre 2010 13:03

        Si c’est lui le candidat désigné par la gauche , il y aura énormémment d’abstention ,
        il est profondemment detesté par les moins de 2000 euros par mois !


        • Clouz0 Clouz0 23 septembre 2010 13:07

          Et oui, un socialiste réaliste ça ne devrait pas exister.

          Trop difficile à entendre !

          • LE CHAT LE CHAT 23 septembre 2010 13:11

            voulez vous échanger la peste contre le choléra , telle est la question !


            • verdan 23 septembre 2010 13:25


              Non Le Chat

              Avec cet individu , pire que le NS, accessoirement violeur de fille , pensez donc une constitution ... , nous aurons la peste et le choléra ! smiley

              cordialement


            • frugeky 23 septembre 2010 14:18

              En tout cas on peut être sûr que DSK aura les mêmes soutiens internationaux que Sarkosy qui, il va s’en dire, s’en cognent comme de leur première paire de chômeurs des intérêts français et au delà, des intérêts des majorités des moins fortunés de tous les pays.
              DSK, l’imposture socialiste.


              • King Al Batar King Al Batar 23 septembre 2010 14:23

                Franchement quit à voter pour un escroc autant que ce soit affirmé et franc.

                La pluparts des mecs crachent sur Tapie, mais au moins avec lui, on risuqe pas de se tromper, on sait qui il est. C’est franc et assumé.

                Les autres, ils essayent de la mettre à l’envers, en se faisant passer pour des saints !

                Bernard President ! Bernard President ! Bernard président !


                • Gabriel Gabriel 23 septembre 2010 14:28

                  Salut le King,

                  Parler ici de franchise et accoler se superlatif à Nanar, je subodore ici votre humour 3e degré….


                • King Al Batar King Al Batar 24 septembre 2010 10:00

                  OUais c’est un peu du 75eme degre pour dire une connerie.

                  Je voulais juste dire tous pourris ! Alors quit à ce qu’ils soit tous pourri, autant prendre celui qui s’assume le plus...


                • King Al Batar King Al Batar 24 septembre 2010 11:39

                  J’aimerais bien que l’auteur, qui se pretend de gauche, mais a des methodes de fascistes, m’explique en quoi le commentaire ci dessus, certes débil, mais pas méchant, ne respecte pas la charte....

                  Respecter la charte pour vous ca veut dire voter ségolène ???

                  J’aimerai comprendre !


                • Elisa 23 septembre 2010 14:51

                  Si Strauss-Kahn est candidat du PS, ce n’est plus une couleuvre que les membre du parti vont avaler mais une véritable baleine.

                  Toutefois, ce champion du libéralisme à la tête d’un organisme qui fait régner la toute puissance du monde financier au niveau mondial est encore au PS.

                  Cela signifie que les instances dirigeantes de ce parti ont bien avalé une « couleuvre » qui n’est peut-être pas si éloignée de leurs convictions.

                  Sans refaire toute l’histoire de ce parti, il faut bien reconnaître que depuis 2005 tous ses choix décisifs sont allés dans le sens de la droite libérale : adepte du oui au TCE, acceptant deux ans plus tard la modification constitutionnelle qui permettait au parlement de contrevenir à la décision du peuple, plus récemment incapable ou plutôt refusant d’exiger le retrait de la proposition de réforme des retraites, les responsables de ce parti ont choisi d’être dans les faits à droite.

                  Ils ont cependant besoin de la fiction d’être à gauche pour les échéances électorales : il faut faire croire qu’il existe une alternative pour garder ou conquérir des sièges électoraux.

                  Mais la cacophonie programmatique qui traverse aujourd’hui le PS prouve bien que les ambitions individuelles ont largement pris le pas sur une orientation politique à gauche.

                  Le pire étant que la « ressemblance » entre Sarkozy et Strauss-Kahn, c’est-à-dire la proximité entre l’UMP et le PS risque d’aboutir chez les plus démunis à une désespérance si ce n’est à un ralliement pour certains vers l’extrême-droite.

                  Ce qui est urgent aujourd’hui c’est la reconstruction d’un mouvement de gauche capable d’affronter la politique cynique de Sarko et du MEDEF.


                  • Attilax Attilax 24 septembre 2010 01:22

                    Qui a construit cette Europe ultralibérale en nous promettant l’Europe sociale ?
                    Le PS, majoritaire dans toute l’union pendant quinze ans.
                    Qui a dérèglementé le secteur financier ?
                    Bérégovoy en 86. PS.
                    Qui a privatisé plus d’entreprises publiques que le gouvernement de droite qui lui a succédé (qui a pourtant fait du bon boulot en ce domaine) ?
                    Jospin le fier. PS.
                    Qui a pété le cadre étatique qui régulait le système bancaire avant ?
                    Rocard, PS.
                    Qui a vendu une grande chaîne de télé hertzienne à un maçon aux dents longues ?
                    Le PS, encore. Franchement, si je dois faire construire une maison, je vais pas demander à Flamarion !
                    Bref, la liste est longue et je n’ai pas envie d’y passer la nuit.
                    On ne peut pas en vouloir à la droite de faire une politique de droite, elle est là pour ça.
                    En revanche, on peut très sérieusement en vouloir au PS d’avoir toutes ces années avancé masqué en faisant l’inverse de ce pour quoi il avait été élu, en nous aveuglant avec quelques mesures populaires mais pas fondamentales.
                    Si l’auteur est à gauche comme il le prétend, il faudrait qu’il réalise que ni le PS ni surtout Ségolène Royal ne le sont... Les royalistes de gauche, ça n’existe pas.


                  • Christian Christian 24 septembre 2010 07:24

                    Cher attilax

                    ,
                    Certes votre litanie des griefs libéraux imputables à la gauche est juste, sauf sur trois points
                    .
                     1-Ce n’est pas Jospin lui même qui a contribué à privatisé nos services publics, notamment France Télécoms, car c’est sous l’insistance pressante de DSK qu’il a signé le protocole à MADRID.
                    2.ROYAL est à gauhe au sens ou être à gauche aujourd’hui signiie privilégier l’humain aux marchés, sans pour autant tuer l’économie de marché, mais en l’adaptant aux exigences écologiques, économiques et sociales du nouveau siècle.
                    .3 Enfin il y à des ROYALISTES de gauche et je revendique en être un.

                    Pour conclure, vous dites on ne peut pas en vouloir à la droite de faire une politique de droite. Admettons, Je ne vais pas non plus m’éterniser a égréner les mesures scélérates prises par SARKOZY au détriment des plus faibles, et seulement vous rappeler qu’en matière de retraites, par exemple, il n’a pas reçu mandat du peuple pour les réformer, et de plus sans dialogue social, en muselant le parlement, et en méprisant l’opinion qui ne veut majoritairement pas de cette réforme..

                    Cordialement
                    Christian

                  • Jowurz 23 septembre 2010 14:56

                    Dsk est incontestablement dskiste,

                    Pour lui, les plaies de la France ne consistent pas en un système corrompu et des hommes politiques profiteurs et incompétents. Elles ne résultent pas de la concussion de certains fonctionnaires, de médecins « dicotomistes » qui multiplient les actes et sont encouragés à la prescription par une industrie pharmaceutique globalisée. Elles ne proviennent pas de gestionnaires d’hôpitaux sensibles aux sirènes de fabricants de matériels d’investigation médicale. Elles sont la conséquence d’une société de profiteurs tout le temps fourré chez le spécialiste et de vieillards qui n’en finissent pas de crever.

                    Comme disait un jour ce modèle d’intégrité au cigare de chez Fidel, ce grand économiste qui n’a même pas su profité du FMI pour promouvoir sa maîtresse et tromper sa femme : on juge les autres d’après soi-même.
                      


                    • Guido Falxius 23 septembre 2010 16:01

                      DSK a été adoubé par le groupe Bilderberg. Avant la dernière réunion en Espagne il répondait à un journaliste « je n’ai pas le droit de vous dire de quoi nous allons parler ».


                      Ce type est le dirigeant de l’un des organismes mondialistes les plus influents du monde. Ancien ministre des finances français, il ambitionne d’être notre président dans 2 ans. QUI peut lui intimer l’ORDRE de se taire ?

                      Il a déclaré qu’il « se réveillait tous les matins en se demandant ce qu’il pourrait faire pour aider Israël », et que « chaque juif français devait travailler dur pour prendre des responsabilité partout où il se trouve, dans le but d’aider Israël ».

                      J’appelle cela de la HAUTE TRAHISON et de l’INCITATION A LA HAUTE TRAHISON (nouveau délit que ce triste sire nous force à inventer) !!

                      • ali8 23 septembre 2010 16:18

                        le PS n’a pas mis en avant la candidature de DSK

                        mais qui donc veut que DSK soit candidat ?? mais le CRIF voyons

                        je voterai sans remord Sarkozy contre DSK parce-que....( je ne répéterai pas Guido Falxius)


                      • Gabriel Gabriel 23 septembre 2010 17:08

                        @ali8,

                        Ne pas voter pour DSK, je le conçois aisément. Mais revoter pour Sarkozy, alors là, cela relève d’un masochisme absolu ! SVP, dans ce cas, entre la peste et le choléra, abstenez vous !


                      • Rudolph 23 septembre 2010 18:11

                        ou voter blanc plutôt, pour bien montrer que les deux sont nazes


                      • Daniel Roux Daniel Roux 23 septembre 2010 16:26

                        Comme tous les responsables politiques de l’OCDE, DSK a accepté une mission de ses sponsors : Porter la part des richesses produites à 50% en faveur des actionnaires, rentiers du système.

                        En 1980, cette part était de 30%, 70% pour les créateurs physiques de richesses, les salariés.

                        Après avoir mis en place le libre échange et la dérégulation financière, avec les délocalisations massives et l’optimisation de l’utilisation des paradis fiscaux, nous y sommes presque, encore quelques coups de rabots.

                        Prochaine étape : 60%

                        Ne votez plus pour vos ennemis.


                        • clostra 23 septembre 2010 17:35

                          ça fait un certain temps que je me demande d’où viennent ces sondages, qui sont les sondés...
                          « m’enfin » comme disait Gaston la Gaffe alors que son chien idiot lui sautait dans les bras (non, je saute d’un volume à l’autre : I’m a poor landsome cowboy...Couché le chien idiot !)


                          • jeanclaude 23 septembre 2010 17:35

                            Tous les intervenants sont hostiles à SK. Ils s’en expliquent partiellement.
                            Ce n’est quand même pas sa position sur le recul de l’âge de la retraite qui est la goutte d’eau qui aura tout à coup fait déborder le vase.

                            Si la gauche fait l’impasse sur le recul de l’âge de la retraite :
                            - ou elle gagne les élections, mais va décevoir comme Barack Obama (voir l’article sur Diewelt.de de ce jour), car elle ne pourra pas tenir ses engagements,
                            - ou elle ne les gagne pas, et où est l’efficacité politique ?

                            Au-delà des explications générales, qui peuvent être partiellement vraies, j’attends qu’on me déroule un programme qui paraît réalisable ; autrement dit, comment à partir de 2012, la France ayant changé de majorité va s’y prendre pour naviguer à contrecourant dans une situation où rien de ce que veut faire un état à lui tout seul n’est indépendant de l’environnement global (Europe, monde) ?

                            Les choix de la gauche ne peuvent pas être que d’opposition, il faut aussi convaincre un minimum de la faisabilité d’un projet. Donc le décrire a minima.

                            Reprenant des commentaires récents d’observateurs politiques sur le large éventail de choix de société des différentes composantes de la gauche, je risque d’attendre longtemps.


                            • Christian Christian 23 septembre 2010 18:15

                              Cher Jean-Claude,

                              C’est bien plus qu’un simple programme qu’il faut pour redonner confiance à nos concitoyens. C’est un changement de société qu’il faut proposer. Mais d’ores et déjà, il convient de ne pas se résigner et tout accepter au motif rabaché de la « globalisation »
                              C’est le système qu’il faut revoir. Mettre el capitalisme au service de l’humain et non l’inverse. C’est possible sous réserve de refuser de céder à certains lobbys, parmi lesquels celui du pétrole pour enfin s’orienter vers une vraie politique de développement durable.
                              Je crois que la gauche au pouvoir en 2012 saura le faire.

                              Cordialement
                              Christian


                            • Shaytan666 Shaytan666 23 septembre 2010 18:05

                              « J’ai été enfant de chœur, bistrot et militant socialiste, c’est dire si j’en ai entendu des conneries. »
                              M. Audiard.

                              Un grand homme ce Michel  smiley


                              • jeanclaude 23 septembre 2010 19:03

                                @ Christian - vous avez raison, c’est plus qu’un programme. « Mettre le capitalisme au service de l’humain », oui et oui. S’opposer aux lobbys, dont celui du pétrole, oui.

                                C’est l’objectif, mais les moyens, comment y parvenir ? C’est là que je cale, car même avec de la bonne volonté, je ne vois pas la possibilité d’un assentiment des diverses composantes de la gauche, pendant un temps suffisamment long (au moins une législature) pour qu’il y ait des avancées non réversibles au niveau européen, voir mondial.

                                ( Qui supposerait aussi d’introduire la notion de « sacrifice » pour la population - autrement dit, une probable période intermédiaire de tempête, avant que les premiers résultats positifs permanents ne s’installent ).

                                En écrivant ceci, je me rends compte que le fond du problème, en réponse à la manière que vous le posez est le suivant :
                                - on peut adhérer à votre optimisme quant à la réussite d’un tel projet en ayant « foi » dans la capacité d’une nouvelle majorité à nettoyer les écuries d’Augias
                                - en l’absence de précisions suffisantes quant aux voies pour y parvenir (qui divisent profondément la gauche), on peut aussi douter de la réussite de l’opération. Si elle échoue, on se retrouverait à terme dans une situation pire que l’actuelle ( voir les espérances de 1981 et le virage de 1983 ).

                                Donc, par prudence intéressée, je suis prêt à adhérer à un objectif une volonté de changement, mais à condition que me soit précisées les options envisagées.


                                • SEPH 23 septembre 2010 21:15

                                  DSK est comme Sarkozy un porte valise des banquiers, des spéculateurs en tout genre, des grands patrons. Tous les deux sont des avocats d’affaires, ils se foutent de l’intérêt général, seul le fric compte pour eux.


                                  • Maurice-Alain BAILLERGEAU Maurice-Alain BAILLERGEAU 23 septembre 2010 21:20

                                    Quand tu parviendras à lire jusqu’au bout les déclarations de DSK, on pourra peut être échanger.

                                    Autrement, tu sais et je sais, que tu fais du gaz.


                                    • fred 23 septembre 2010 23:12

                                      AMIS FRANCAIS : lui, Royal et Sarkozy, c’est NON NON NON sinon ce sera NOM.


                                      OK ? CAPICCE ?

                                      • fred 23 septembre 2010 23:13

                                        Faites ce que vous voulez hein... Vous pouvez lire ce que je pensais déjà de Sarko en 2005... Me suis jamais planté.


                                        • Bloggy Bag Bloggy Bag 24 septembre 2010 12:00

                                          Juste un petit détail, une paille, trois fois rien : cet article n’a pas été signé par DSK, et pour cause, il n’a pas le droit de donner son avis dans les notes de conjoncture qui concernent la France.

                                          Il faudra trouver mieux !

                                          Je vous conseille cependant des articles ou des discours qui sont vraiment les siens :

                                          * « Sauver la génération perdue » par Dominique Strauss-Kahn, 14 septembre 2010

                                          * La Conférence d’Oslo appelle la communauté internationale à axer résolument la reprise économique sur la création d’emplois, 14 septembre 2010

                                          * Nous devons immédiatement nous attaquer au chômage, 13 septembre 2010
                                          Article de Juan Somavia, Jens Stoltenberg et Dominique Strauss-Kahn, El Pais

                                          * Révolution social-démocrate au FMI


                                          • Christian Christian 24 septembre 2010 12:24

                                            Juste un petit détail, trois fois rien. Jamais je n’ai écrit qu’il avait signé ce rapport, je demande s’il est toujours socialiste quand il le valide.

                                            Puisque vous avez le sens des nuances, peut-être apprécierez-vous à sa juste mesure sa déclaration officielle sur la réforme des retraites lors de l’émission à vous de juger.

                                          • Bloggy Bag Bloggy Bag 1er octobre 2010 10:56

                                            Vous ne l’avez pas dit mais qui ne l’a pas lu ainsi ?

                                            Le valide-t-il ? La question ne se pose pas puisqu’il ne peut pas se prononcer sur une note conjoncturelle sur son pays.

                                            Ceci n’empêchera pas certains de « supposer que », j’en reste aux faits et à ce que DSK écrit et signe effectivement.


                                          • SEPH 24 septembre 2010 12:38

                                             
                                            Voici un article d’Eva R-sistons (journaliste non-alignée : http://r-sistons.over-blog.com/ ) , qui est bien tapé au sujet de l’imposture DSK :

                                             «  »Compétition  est le mot phare de notre époque, vous l’incarnez à merveille dans votre parti - et dans vos choix, reconnaissez-le, bien peu différents de ceux des ultra-libéraux. 

                                             On vous entend célébrer D. Strauss-Kahn sur tous les tons, à l’unisson des médias menteurs... et de propagande pour le libéralisme financier qui pollue nos vies et même les détruit. Encore ce soir, Moscovici y va de sa tirade sur le « pompier »de l’euro DSK, tirade qui n’a rien à envier à celles des organes dits de « presse ». Strauss-Kahn l’homme de la situation ? Oui, pour porter le PS au pouvoir, seulement cela. Mais quel pouvoir ? Le clone du sarkozien ? Et vous vous étonnez lorsque les classes populaires désertent le navire PS ?

                                             

                                            Dois-je vous le rappeler ? DSK l’a dit au micro d’une radio juive, quand il se lève le matin, il se demande comment servir au mieux Israël. Est-ce le Président que vous voulez, non pour Israël, mais pour la France ?

                                             

                                            DSK est un grand libéral, grand bourgeois juif (né à Neuilly comme Sarkozy) et grand amateur de jupons, et - je le connais - on ne peut plus méprisant, en réalité, pour les classes populaires qu’il ne sert qu’en paroles, pour obtenir le pouvoir au service d’Israël comme il l’a dit, et des grandes banques qui font le malheur des peuples. Vous lui faites confiance ?

                                             

                                            Il est à la tête du FMI qui organise un transfert planétaire des revenus des classes moyennes et pauvres vers les plus riches, notamment en programmant l’austérité pour les peuples qui profitera aux grands banquiers ses amis.

                                             

                                            Il est avec Jacques Attali, un fervent supporter du Nouvel Ordre Mondial qui tuera la démocratie, et la souveraineté des Etats, au profit des grands banquiers, encore eux. Vous aspirez à une dictature des banques sur le monde ? Et vous osez vous revendiquer du socialisme ? Ayez la décence, au moins, de changer le nom du PS, en le qualifiant de sociale-démocratie, qui d’ailleurs devrait s’appeler sociale-dictature (des banques sur la vie des citoyens), car le PS d’aujourd’hui n’a plus rien de socialiste et tout de libéral, et l’on sait que le libéralisme nous conduit directement, jour après jour (notamment via l’Union Européenne), vers le NOM totalitaire. Certes, vous saupoudrez d’un zeste de social vos projets. Est-ce suffisant pour qualifier encore votre parti de socialiste ? Au mieux, vous dis-je, sociale-« démocratie ». Mais en réalité, plus grand chose ne vous sépare de l’ultra-libéralisme d’aujourd’hui. Quand le masque tombera-t-il ?

                                             

                                            La politique extérieure de DSK ? Comme la vôtre, éloignée de l’idéal d’indépendance du Gl de Gaulle promoteur, d’ailleurs, d’une originale politique arabe. Et si proche, c’est vrai, de celle du PS, c’est-à-dire furieusement atlantiste (et donc partante pour les guerres impériales préventives, permanentes, nucléaires... au profit des multinationales de mort, de quoi faire se retourner dans sa tombe Jaurès !) et inféodée à l’OTAN, aux Anglo-Saxons et aux Israéliens qui procèdent à une politique de nettoyage ethnique en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem sans que vous, « socialistes », y trouviez à redire. Que de reniements ! Et vous vous prétendez socialistes en soutenant la politique étrangère d’un Sarkozy qui liquide l’indépendance nationale au profit des Américains et du du CRIF (et de ses amis) devant lesquels d’ailleurs vous vous prosternez volontiers pour un hypothétique plat de lentilles ?

                                             

                                            Regardez la réalité en face : Le PS n’a plus de socialiste que le nom. En réalité, il trahit le socialisme, les électeurs (en masquant ses vraies orientations), et ses promesses.

                                             

                                            Et si le PS promeut un ticket DSK-Aubry, ou l’inverse, il réalisera un véritable hold-up de la confiance du peuple de gauche. Car Martine Aubry, alors, ne sera que le paravent de la politique néo-libérale et impériale de DSK, le grand ami des banquiers et le liquidateur de ce qui reste des protections sociales et des services publics.

                                             

                                            L’Histoire jugera cette haute trahison du PS par amour du pouvoir«  »

                                            eva R-sistons à l’imposture et aux trahisons 


                                            http://r-sistons.over-blog.com/article-il-faut-abattre-le-soldat-dsk-alerte-attelage-dsk-aubry-l-etoile-verte-50325798.html



                                            http://r-sistons.over-blog.com/


                                             



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès