Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy revient dans le rôle qu’il (...)

Affaire Bettencourt : Nicolas Sarkozy revient dans le rôle qu’il préfère celui de victime !

Jeudi soir, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy a été mis en examen pour "abus de faiblesse". Le juge Gentil en charge du dossier dans ce volet de l’affaire Bettencourt a estimé que des indices graves et concordants, justifiaient l’évolution de son statut de témoin assisté à mis en examen.

Nicolas Sarkozy reste présumé innocent et son avocat, Me Herzog a annoncé un demande en annulation de cette mise en examen. La procédure longue et complexe va donc se poursuivre … mais Nicolas Sarkozy, mis en examen, risque "gros", sur un plan politique bien sûr mais aussi et surtout sur un plan pénal.

Selon Fabrice Llhomme, journaliste au Monde, Nicolas Sarkozy est uniquement mis en examen pour "abus de faiblesse". D'une part, cela signifie que le juge n'exclut pas que les fonds qu'il aurait éventuellement perçus en 2007 des Bettencourt auraient servi à son enrichissement personnel et non au financement de sa campagne présidentielle. D'autre part, l'infraction de financement politique illégal risquait de tomber sous le coup de la prescription, qui est de trois ans. Or il s'agit de faits qui se seraient déroulés en 2007.

L’abus de faiblesse est une infraction ainsi définie par le Code pénal dans son article 223-15 "l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse soit d’un mineur, soit d’une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur, soit d’une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l’exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables".

 

Cette infraction passible du tribunal correctionnel est assortie de lourdes peines : trois ans d’emprisonnement et de 375000 euros d’amende.

Son avocat Me Herzog a assisté jeudi à la confrontation entre Nicolas Sarkozy et quatre témoins, dont l'ancien majordome de la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal dans le bureau du juge Gentil. Il a qualifié d'"incohérente sur le plan juridique" et d'"injuste" cette mise en examen dans un dossier portant sur d'éventuels financements illégaux de la campagne présidentielle de l'ancien chef de l'État en 2007. Aujourd'hui sur RTL, Me Herzog a déclaré que Nicolas Sarkozy "a considéré que le traitement qui lui était infligé" par la justice dans l'instruction du dossier Bettencourt "était scandaleux".(Vidéo)

Surprise par la mise en examen de son leader, l'UMP a dépêché ses lieutenants sarkozystes et copéistes sur les plateaux télé pour dénoncer un "acharnement judiciaire" et évoquer à demi-mot un complot politique, en s'étonnant du "timing" de cette décision.

Laurent Wauquiez a réagit immédiatement au près de l'AFP : "Je ne crois pas au hasard du calendrier". Selon lui cette mise en examen tombe la semaine où précisément, une information judiciaire est ouverte contre Jérôme Cahuzac. Elle est annoncée dans des conditions juridiques plus que contestables sans que rien n'ait pu la laisser présager. Elle intervient à un moment où tous les sondages le montrent, les Français reportent leur confiance vers Nicolas Sarkozy, par rapport à un François Hollande qui déçoit (...) "Je n'aime pas quand la justice donne ainsi le sentiment d'être utilisée à des fins politiques".

Puis nous avons vu le choeur des sarkozystes se déchaîner dans les médias pour défendre Nicolas Sarkozy :

Thierry Mariani dénonce "L'acharnement des juges", en ajoutant : "Tout cela ne me semble pas tenir la route. Je fais confiance à la justice mais je me demande quand même s'il n'y a pas un certain acharnement des juges vis-à-vis de certaines personnalités.Je me demande si certains juges rendent la justice au nom du peuple français ou au nom de leur conviction".

Pour Christian Estrosi "Des relents politiques évidents". Il dénonce des "méthodes au relent politique évident" en ajoutant : "Chacun remarquera que cette décision intervient 48H après la mise en cause d'un ministre socialiste sans doute pour faire compensation".

Quant à Lionnel Luca il estime que c'est "Grotesque. "Mettre en examen un ancien président pour abus de faiblesse sous prétexte de financement de campagne électorale est grotesque et en dit long sur la justice. La mise en examen de Nicolas Sarkozy n'a pas d'autre intérêt pour le discréditer jusqu'au non-lieu", poursuit-il.

Christine Boutin pense que "Nous devenons fous". Elle déclare à la télévision : "Coup de tonnerre : mise en examen de Nicolas Sarkozy. Est-ce que cela va régler les problèmes des Français ? Non ! Nous devenons fous !".

Mais l'ancien chef de l'État va de voir faire face à d'autres fronts judiciaires : Karachi, sondages de l'Elysée, Libye, Lagarde/Tapie.

Karachi, l'enquête sur le financement occule de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995, par le biais de rétrocommissions présumées dans le cadre de contrats d'armement. Dans laquelle Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget et porte-parole de campagne d'Edouard Balladur, est mis en cause par une note saisie lors d'une perquisition à la Direction des constructions navales (DCN) qui évoque le feu vert du ministre à la création d'une société offshore, Heine, pour le versement de commissions en marge de ces contrats, légales à l'époque.

En marge de cette affaire, des juges ont décidé d'enquêter sur une éventuelle violation du secret de l'instruction lors de la diffusion en septembre 2011 d'un communiqué de l'Elysée sur le volet financier de Karachi.

Sondages de l'Élysée, une enquête qui vise la régularité des contrats concernant les sondages conclus, sans appel d'offres , entre l'Élysée et neuf instituts sous Nicolas Sarkozy

Une première plainte avait été déposée par l"Association Anticor en 2010 pour favoritisme au sujet d'une convention commerciale signée par l'ex-directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon, avec la société de conseil Publifact de Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

Puis cette enquête a été élargie en janvier à d'autres conventions passées entre mai 2007 et mai 2012 entre l'Elysée et les sociétés Publifact, PubliOpinion, Giacometti-Peron, Ipsos, Ifop, OpinionWay, Sociovision, TNS Sofrès et CSA.

Libye, la publication d'un document attribué à un ex-homme de confiance du colonel Kadhafi concernant un accord de principe conclu en 2006 avec Tripoli pour apporter 50 millions d'euros à la campagne présidentielle de 2007 du candidat Sarkozy est au coeur d'une controverse.

Une enquête préliminaire a été ouverte pour vérifier l'authenticité du document et évaluer la véracité de ces informations, l'intermédiaire Ziad Takieddine ayant affirmé avoir les preuves d'un tel financement sans les apporter. Le bureau et le domicile parisien de Claude Guéant ont été perquisitionnées.

Affaire Lagarde/Tapie, une enquête menée par trois juges d'instruction concerne la prise de décision fin 2007 par Christine Lagarde, ancienne ministre de l'Économie, de recourir à un arbitrage pour solder le contentieux entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais sur la vente d'Adidas.

Le domicile de Claude Guéant a été perquisitionné les juges s'intéressant à son rôle dans la décision de recourir à cet arbitrage.

Selon "L'Express", Nicolas Sarkozy a rencontré au moins six fois Bernard Tapie en 2007, avant son élection à la présidence, et à douze reprises, une fois installé à l'Elysée, entre le 15 juin 2007 et le 21 novembre 2010.

Le domicile de Christine Lagarde a été perquisionné mercredi.

L'ancien avocat général à la Cour d'appel de Paris, Philippe Bilger, qui est très à droite et qui a défendu les peines plancher, ou, du moins initialement, la suppression du juge d'instruction. décidé par Sarkozy, a estimé "regrettables" les vives réactions à droite après la mise en examen de Nicolas Sarkozy, jeudi soir. "Cela crée de nouveau un climat d'hostilité à l'encontre des décisions judiciaires", a-t-il pointé. (Vidéo)

Le syndicat de la Magistrature a réalisé un communiqué en réaction aux prises de position de l'UMP ;

Documents à télécharger : Communiqué du syndicat de la magistrature -
Communiqué du syndicat de la magistrature
 

Il est clair que l’ancien président n’a pas dit son dernier mot, il adore être en position de victime et pourquoi pas va s'en servir pour fédérer autour de lui l'UMP, ses adhérents et ses sympathisants et rebondir en politique.

Sources : Le Monde, Le Nouvel Observateur, Nouvel obs, Nouvel Obs, Nouvel Obs, Nouvel Obs,

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (61 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 22 mars 2013 15:09

    La meilleure nouvelle de la semaine ......


    Enfin la justice s’occupe de ce délinquant en col blanc et quand je lis que Balkany s’emporte et dis « Je vous emmerde » , quand je lis que Guaieno indique que le juge Gentil a déshonoré la justice mais on va où ????????



    Ce deux là notamment sont à vomir mais les autres aussi , j’ai pas entendu parler la morano 

    Et l’indépendance de la justice , les pressions sur la justice ???

    Leur idole est entrain de tombé et ils n’arrivent pas à y croire ....

    Quel idole ce sarko qui a dénigré la justice , qui à enfoncer la France 

    Put...... la meilleure journée de la semaine , il est carbonisé le sarko , il a réduit les moyens de la justice et j’espère qu’elle va prendre beaucoup de temps pour traiter cette affaire 

    Super journée ...

    Philippe

    • 65beve 22 mars 2013 18:39

      c’est imhotep qui serait content.

      Dommage qu’il ne soit plus là.

    • Yohan Yohan 22 mars 2013 19:15

      Imhotep n’était payé pour casser du Sarko que jusqu’en Mai 2012. Après, il ont refilé le contrat à Médiapart pour démouler du Flamby. C’est comme ça dans les affaires smiley smiley smiley


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 22 mars 2013 22:23

      En contribuant à chasser l’abominable Sarkozy notre ami Imhotep a accompli sa tache historique. Tel Cincinnatus repartant labourer son champs après avoir sauvé Rome et la République, il profite aujourd’hui d’un repos bien mérité. Ce soir, pour saluer la mise en examen du vampire à Rolex et célébrer la victoire de la morale sur la puanteur sarkozyste, je me joins par les forces de l’Esprit Républicain à Imhotep pour sabler le champagne.

      J’en profite aussi pour saluer le panache des magistrats de Bordeaux qui ont inculpé l’abject Sarkozy en l’accablant de la charge infamante « d’abus de faiblesse ». Cette saleté paye enfin pour toute la boue qu’il aura répandu sur la France.

      Dernière source de réjouissance, ce salopard qui voulait supprimer les juges d’instruction... aura finalement été liquidé par les juges d’instruction.

      Ce jour est un grand jour. Vive la République, et vive la France.

       smiley


    • Luc le Raz Luc le Raz 22 mars 2013 15:43

      Soyons sérieux ! Comme le dit Guaino, tous les français savent bien que sarkosaurus est innocent ! Qu’est ce qui pouvait bien justifier toutes ses visites à Dame Bettancourt sinon pour lui remonter le moral ? Il a le coeur sur la main, c’est bien connu.


      • Fergus Fergus 22 mars 2013 16:44

        Bonjour, Luc.

        Des visites de courtoise une la vieille dame en pleine campagne électorale, alors que les candidats sont pied au plancher et ne connaissent guère de moments de répit !

        Et le fait que ces visites aient été réduites à quelques minutes passées en tête-à-tête montrent assurément que Sarkzoy sait boire son thé très rapidement et non encaisser une grosse enveloppe de fric illégal.

        Quant à la con comcomitance entre ces visites et de gros retraits sur les comptes Bettencourt en Suisse, pure coïncidence !


      • Duke77 Duke77 22 mars 2013 23:17

        Luc, si tu veux paraître pertinent sur le sujet, évite de dire « toutes les visites à Dame Betancourt » alors que pour le moment aucune preuve de nombreuses visites n’existe. Le major d’homme des Bettencourt dit n’avoir vu Sarko qu’une seule fois... Me trompe-je ?


      • Luc le Raz Luc le Raz 23 mars 2013 14:17

        Bonjour Duke,

        « l’ex comptable disait au sujet de Nicolas Sarközy, « c’est un habitué » » Ça vous va ? Quand la soupe est bonne vous ne retournez pas dans le resto qui vous l’a servie la première fois ?


      • devphil30 devphil30 22 mars 2013 15:48

        400.000 de sortie sur les comptes de la mamie et ensuite le sarko qui passe dire bonjour ....


        Et pour qu’elle raison il s’est rendu chez Bettencourt ????

        Philippe

        • gaston gaston 22 mars 2013 16:47

          Noter qu’il a remboursé la bettencourt , mais avec l’argent du peuple en cadeaux fiscaux !!!


        • alberto alberto 22 mars 2013 16:04

          Attention,

          Les matamores attitrés font monter la pression !

          A partir de maintenant, toute nouvelle action judiciaire envers Sarko sera dénoncée comme un nouvel acharnement sur la pauvre victime et une provocation du pouvoir socialiste...

          Et ce ne sont pas les sujets à venir qui manquent, de l’affaire Karachi, à celle des sondages de l’Elysée, pour ne citer que les plus proches à venir. Ainsi, à chaque nouvelle convocation chez un juge ou nouvelle mise en examen, attendons-nous a entendre ces cris d’orfraies venant de la clique et qui seront relayés à l’envie par nos chers mass-médias aux ordres...

          Ça ne serait pas comme une préparation d’ambiance...Pré-guerre civile ?

          Tout ça ne sent pas bon...

          C’est le moment pour notre ministre de l’intérieur « à poigne » et notre ministre de la justice de montrer leur savoir faire : Bien à vous.


          • Gauche Normale Gauche Normale 22 mars 2013 16:07

            La défense de Sarkozy est déjà sur pied :

            « Mais qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Que je vide un dossier qui est déjà vide ? »

             smiley

            • boris boris 22 mars 2013 16:08

              Revoilà Talon 1er qui fait son come-back et sa grande gigue guitare à la main qui vient secourir son « chouchou ».

              Flamby fait feux de tout bois, ne sachant plus remonter la pente savonneuse malgré sa servilité au système, s’en prend à l’ancien locataire pour essayer de faire diversion.

              L’ancien locataire, agité du bocal, pensant que la place pourrait lui revenir, refait parler de lui, trop tôt, beaucoup trop tôt, les affaires de corruption dont il est champion lui reviennent tel un boomerang en pleine figure.

              Cette comédie du pouvoir est désopilante, vraiment désopilante.

              Il y a encore quelques décennies, « l’élite » prenait la peine de prendre des valets qui donner le change, maintenant c’est la déliquescence la plus complète. Comme quoi ils n’ont même plus besoin de cacher la merde au chat.


              • bouteyalo 22 mars 2013 16:23

                 Questions
                A propos de l’abus de faiblesse vous citez l’article 223-15 du code pénal qui précise que celui est caractérisé quand cela a abouti à « conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables ».

                Y a t’ il le moindre début de preuve sur l’acte qu’aurait fait Madame Bettencourt ?
                Et si acte il y a eu ; en quoi serait il gravement préjudiciable ?


                • menou69 menou69 22 mars 2013 17:14

                  En l’espèce, il s’agit d’avoir amené Liliane Bettencourt, dont on connaît son état de santé à cette époque- là, à remettre de l’argent.


                • Duke77 Duke77 22 mars 2013 23:22

                  menou, faux ! A cette époque comme tu dis (juste avant l’élection de Sarkozy), Lilianne avait encore son mari qui vivait avec elle, donc l’abus de confiance porte sur 2 personnes en même temps, sachant que monsieur n’avait pas Alzheimer... Bossez bien votre dossier si vous voulez être juste et convaincant !


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 23 mars 2013 02:16

                   @ Duke 77 et bouteyalo

                  « Y a t’ il le moindre début de preuve sur l’acte qu’aurait fait Madame Bettencourt ? »

                  Les bordereaux datés et signés des banques, les retraits de plusieurs centaines milliers d’€uros à chaque intrusion de Woerth et/ou Sarkozy, les carnets de Banier, les témoignages accablants de la comptable et, donc, ceux des gens de maison, hier, à Bordeaux, pour accabler définitivement Sarkozy.

                  Trois ans de prison, 650.000€ d’amende, cinq ans d’inéligibilité.


                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 23 mars 2013 02:20

                  @ Duke77

                  Si tu veux être crédible et convainquant tu dois évoquer tout le dossier, et pas seulement des éléments éparses.


                • Luc le Raz Luc le Raz 23 mars 2013 14:05

                  Bonjour Peachy

                  « cinq ans d’inéligibilité ». Pourquoi pas inéligible à vie ? 5 ans, serait ce le temps nécessaire pour que les électeurs oublient ? Les politiques nous considèrent ils comme des lapins crétins qui perdent la mémoire en courant ?


                • Jules Elysard Jules Elysard 22 mars 2013 16:38

                  Nicols 1er a mérité son surnom de Calimero, certes.

                  Mais tant va la cruche...


                  • gaston gaston 22 mars 2013 16:45

                    Ce petit monsieur sarkozy c’est cru au dessus des lois , il pensait dur comme fer être réelu et continuer ses basses besognes digne des pires république bannanière !

                    Heureusement la justice a retrouvé son indépendance depuis la mise à la porte de celui qui aura été le pire président de la 5 ème république celui qui a salit la France bafoué les droits de l’homme insulté les Français j’ai nommé sarkozy !!! 
                    Ce guignol incompétent et malhonnête à des comptes à rendre et il n’a plus la main pour « orienter » la justice , cette première affaire n’est que le début , car la magouille de cette racaille politico financière est sans limite , les sondages de l’élysée l’argent de kadhafi et l’affaire karachi vont suivre , comprenez vous pourquoi il voulait supprimer les juges d’instruction ??? vous avez l’exemple aujourd’hui .... pour être tranquille sachant que les procureurs était à sa botte !!!
                    Quand à tout les « grand démocrates » de l’UMP qui s’indigne que la justice puisse enfin faire son travail et qui passe leur temps à s’en metrent plein les poches sur le dos du contribuable , qu’ils aillent donc rejoindre les salauds qui vont vivre en suisse tout en gagnant de l’argent en France !

                    • heliogabale heliogabale 22 mars 2013 16:46

                      A part intimider, ils ne savent rien faire d’autres les sarkolâtres...

                      Si j’étais de droite j’aurais honte de ce personnage...la droite mérite certainement mieux...

                      C’est l’occasion ou jamais de se débarrasser politiquement de l’héritier moral de Pasqua...


                      • citoyenrené citoyenrené 22 mars 2013 17:13

                        @ Heliogabale,

                        en grande partie d’accord avec vous, à la nuance près que le système des élections, de la professionnalisation de la vie politique, le système de la Ve République monarchique produira d’autres monstres, encore et encore

                        il y aura d’autres pasqua, dumas, sarkozy, chirac, cahuzac...indéfiniment, ils sont le fruit pourri mais logique de ce système de gouvernance

                        et « monstres » car issus d’unions consanguins entre intérêts privés, financiers, soutiens médiatiques, c’est sans fin si on ne change pas de régime, non ?


                      • chmoll chmoll 22 mars 2013 16:48

                        tention il est présumé pourri
                        quand même tirer le sac d’un personne agée et faible
                        faudrait aussi s’occuper des balkamerde&balkamerde


                        • menou69 menou69 22 mars 2013 16:57

                          Il est pourtant bon de se rappeler que le juge Gentil avait été saisi en vertu de sa grande probité alors même que Nicolas Sarkozy était encore en fonction. A l’époque, personne ne remettait en cause son indépendance, autant à droite, à gauche qu’au centre !


                          • menou69 menou69 22 mars 2013 17:00

                            Depuis des années on a dénonçé des valises pleines de millions d’EUROS qui entrent et sortent de l’Elysée sans contrôle. Dans l’affaire Bluespirit Banques populaires , un porte serviette sous mandat d’arrêt international, en fuite au Costa Rica le déclare sans détour. Il est l’ami très proche de ces ministres aujourd’hui dans l’opposition (ceux qui, de la cote d’azur s’offusquent) !


                            • citoyenrené citoyenrené 22 mars 2013 17:03

                              la clique masochiste des sarkolatres crient au complot et à l’acharnement,

                              à l’inverse, vouloir sauver le gangster néo-bonapartiste serait de l’acharnement thérapeutique

                              dans le versant médiatique de cet ’épisode’ , tout comme Patrick Cohen s’était ruiné en 5 minutes face à Taddéï, Apathie s’est ruiné en 5 minutes face à Edwy Plenel..ce système médiatique inféodé craque par morceaux comme du vieux plâtre et les dévoile pour ce qu’ils sont : des chiots de garde, au mieux les bouffons du système


                              • menou69 menou69 22 mars 2013 17:06

                                Cible de l’UMP et des médias depuis la mise en examen de Nicolas Sarkozy ce jeudi, le juge Gentil a la réputation d’un homme très travailleur, ferme et discret.

                                C’est un bourreau de travail, fuyant photographes et caméras, refusant tout contact avec la presse, Jean-Michel Gentil, 52 ans, est discret avec les journalistes comme avec les magistrats bordelais.

                                Depuis le dépaysement de l’affaire Bettencourt à Bordeaux en décembre 2010, ce travailleur a passé la plus grande partie de son temps dans son bureau situé sous la salle des pas-perdus du palais de justice de Bordeaux. "Il connaît parfaitement ses dossiers, il ne laisse rien passer", décrit un avocat qui a ferraillé avec lui dans une autre affaire. « Il inspire le respect », ajoute un autre magistrat.

                                Pourtant cela n’a pas empêché Henri Guaino de l’insulter !


                                • Fergus Fergus 22 mars 2013 17:38

                                  Bonjour, Menou.

                                  Guaino, par ses déclarations à l’emporte-pièce vis-à-vis d’un juge réputé intègre, donne l’impression : soit d’être un irresponsable, soit d’être un porte-flingue au service d’un parrain mafieux.


                                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 23 mars 2013 03:26

                                  Salut Fergus.

                                  D’ailleurs - fait rare - le CSM envisage des poursuites contre ce sinistre individu pour outrage à magistrat. Le nabot est mis en examen, l’abcès sarkozyste est percé, et un flot de pus dégouline.


                                • Xemfac 23 mars 2013 13:15

                                  Ancien dirigeant de l’AFMI, association qui s’est opposee violemment a Sarkozy en 2009 et co-signataire d’une tribune anti-sarkozyste, il y a mons d’un an, dans Le Monde. Pas du tout oriente politiquement le juge...


                                • menou69 menou69 22 mars 2013 17:12

                                  En l’espèce, il s’agit d’avoir amené Liliane Bettencourt, dont on connaît son état de santé à cette époque- là, à remettre de l’argent.


                                  • soi même 22 mars 2013 17:47

                                    Pantalon est de retours,

                                    2.4. Pantalon

                                    Marchand avisé, il est cependant mêlé à de médiocres intrigues amoureuses. Avec son ample manteau et ses pantoufles noires, ses chausses et son chapeau rouges, c’est un personnage qui fait rire par sa balourdise. Dans la dynamique simpliste des scénarios de la commedia dell’arte, où il parle le dialecte vénitien, il ménage un suspense qui fait rire. Avare, soupçonneux, prudent, parfois naïvement confiant, grondeur, mais aussi bonhomme, il porte un masque à long nez, à moustaches et à barbiche.



                                    • Richard Schneider Richard Schneider 22 mars 2013 17:48

                                      « Que ma Joie demeure », encore quelques jours avant d’apprendre qu’IL va s’en sortir (sur cette affaire) !


                                      • Claudec Claudec 22 mars 2013 17:53

                                        Une mise en examen qui tombe à pic pour faire ignorer une motion de censure de circonstance et oublier quelques situations et affaires gênantes pour le pouvoir en place.

                                        La reprise de son lynchage médiatique ne suffira pourtant pas à faire oublier l’action d’un Président de la République, dans ce qu’elle a eue de si différent de celle de son successeur, pas plus que le manque de pugnacité, les reniements, les erreurs incessantes et les échecs à répétition de ce dernier.

                                        Quant à l’indépendance des juges, garantie par la constitution, il suffit pour en douter de se souvenir des prises de position des syndicats de la magistrature lors de la présidentielle.

                                        Pour ce qui est de l’intervention d’Harlem Désir, il a raison, le cas Sarkozy est plus grave en effet qu’une autre vieille affaire, qui mérite tout de même d’être rappelée au premier secrétaire du PS : Recel d’abus de biens sociaux - Condamnation le 17 décembre 1998, à 18 mois de prison avec sursis et 30 000 francs d’amende pour recel d’abus de biens sociaux. H.D.avait bénéficié au début des années 1990 d’un emploi fictif, lorsqu’il était à la tête de SOS racisme, financé par une association lilloise. Le preuve (et il en est d’autres, d’actualité) que les repris de justice ont encore de l’avenir en politique.


                                        • epicure 22 mars 2013 21:51

                                          C’est vrai que hollande fait du mauvais boulot, il suit la même ligne politique impulsée par sarkozy : il a fait voté des textes écrit par sarkozy, va faire voter de manière indirectes, par syndicats vendus au patronat interposé, des textes de politique économique et sociale que sarko aurait pu faire voter directement, il repose une augmentation de al TVA comme sarkozy, veut utiliser les ordonnances comme sarkozy, etc...
                                          Non mais vraiment que peuvent vraiment reprocher la droite à hollande qui fait leur mauvais boulot contre le peuple à leur place ?
                                          Ah oui d’avoir promis le contraire....


                                        • ykpaiha ykpaiha 22 mars 2013 18:04

                                          Attendons nous a une recrudescence de suicides dans la magistrature et autres corps de l’état dans les jours qui viennent...
                                          .
                                          Circulez y a rien a voir !

                                          Comme a Marseille une mafia en chasse une autre !
                                          Et nous pov pommes on ne peut meme plus compter les points, on a tout juste le de la ferme-voter.


                                          • mortelune mortelune 22 mars 2013 18:17

                                            Allez Nico fait du bruit ! Avec toutes les casseroles que tu traines tu peux faire le bruit que tu veux.

                                            « casse toi pov’con »
                                             

                                            • diverna diverna 22 mars 2013 18:34

                                              Je ne trouve pas cet article équilibré : on fustige Sarkozy et on le soupçonne d’être content d’un statut de victime. Je n’en crois rien : ce qui est vrai (et mentionné dans l’article) c’est que Sarko sait rester discret et faire donner la charge par ses sbires ; la Morano s’est exprimée comme à son habitude aussi pour répondre à un post ci-dessus. Bref, sur un dossier où tout autre aurait été mis en examen depuis 5 ans, il aura fallu attendre la fin du mandat (5 ans) pour que la justice passe.
                                              Franchement, dès avant les élections je me doutais du désenchantement après (l’éventuelle) élection de François Hollande mais ce sont précisément toutes ces affaires (Karachi, Lybie...) qui disqualifiaient Sarkozy. Parfois je me dis qu’il faut quelqu’un de retors comme interlocuteur avec nos « partenaires » (européens et autres) mais avec Sarko j’ai bien peur qu’on soit tombé bas.


                                              • menou69 menou69 22 mars 2013 20:02

                                                @ diverna

                                                La stratégie que Nicolas Sarkozy a toujours développée consiste à jouer la victimisation. Il s’est toujours déclaré être seul contre tous !

                                                Depuis le début de son mandat, de président de la République, il s’est dit être l’homme outragé, attaqué, soit disant vilipendé par ses opposants, par la presse, la magistrature et le monde entier. Pour que cela devienne une exactitude il a œuvré en agressant, vilipendant, blessant lui-même tous ceux qui osaient s’opposer à lui, C’est à la hussarde qu’il a voulu imposer ses idées, à la presse, la magistrature, l’Europe en méprisant les peuples. Il a lui-même déclenché le sarkozy bashing pour mieux développer sa stratégie de victimisation.

                                                Je pense qu’il faut fustiger cette stratégie dont il se sert pour s’attirer la complaisance d’une population qu’il manipule avec dextérité.

                                                Une stratégie qui va lui servir à museler, aujourd’hui, ceux de l’UMP qui avaient l’outrecuidance de faire un bilan de son quinquennat et de prendre quelques libertés à son encontre. Ceux-ci se sentent obligés de prendre sa défense dans cette affaire et de lui faire allégeance en mettant sous le boisseau leurs velléités d’indépendance comme l’ont fait Fillon, Raffarin, Guéant et même Bertrand.

                                                Si les affaires qui lui pendent aux nez ne l’emmène pas en prison, croyez-moi il se présentera à la présidence en 2017 et les français qui vont le voir en victime d’un complot ourdi par la magistrature et la gauche le rééliront !

                                                Comme disait le général de Gaulle : « les français sont des veaux ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès