Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Agir ou réagir ?

Agir ou réagir ?

Depuis 30 ans nous avons baissé les cotisations patronales des entreprises pour lutter contre le chômage et être compétitif, sans dire que ce qui coûtent cher au travail, ce n’est pas le prix de la main d’œuvre, mais c’est ce que le capital prend au travail. Conséquence le chômage n’a cessé de progresser !

 Depuis 30 ans, dans notre société individualiste et divisée, une véritable propagande anti fonctionnaires a favorisé le démantèlement de la fonction publique au bénéfice de groupes privés, en augmentant les déficits publics au détriment de la population. Conséquence, lorsque tout sera privatisé, nous serons privés de tout !

Il faut se rendre à l’évidence, nous faisons fausse route ! Plutôt que de continuer à distribuer de l’argent à des entreprises qui licencient et délocalisent, aidons les salariés qui le désirent à reprendre leur outil de travail en autogestion. Instaurons une échelle des salaires décente. Ne laissons pas des sociétés devenir plus riches que les Etats, car c’est la porte ouverte à la corruption, et les gouvernements deviennent leurs vassaux. Notre président est le fondé de pouvoir des multinationales, il est loin d’être le président de tous les français !

Nous ne pouvons pas continuer à transférer la richesse de la nation à ceux qui sont au sommet de la pyramide économique (ce que nous avons fait depuis environ trente ans) tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour.

Cet argent n’atteindra jamais le bas de la pyramide. Nous sommes fous de continuer à y croire. Il faut instaurer des règles, le capitalisme prospère sur l’absence de règles. En 30 ans ce sont 10% du PIB qui sont passés de la poche des salariés à celle des actionnaires : c’est à dire prés de 200 milliards d’euros par an qui sont détournés dans les poches de ceux qui ne travaillent pas au détriment de la France qui se lève tôt.

Ces personnes tirent leurs revenus de notre exploitation et leur pouvoir de notre crédulité et de notre soumission. Cet argent disparaît dans des montages financiers complexes, il sert à la spéculation financière et alimente les paradis fiscaux. Seule une partie minime est réinjectée dans le circuit. Quand on a la possibilité de s’acheter une Ferrari tous les jours et une maison toutes les semaines, et que l’on en veut toujours plus, ce n’est pas seulement un problème de salaire, c’est aussi un problème de santé mentale.

Ne plus écouter le discourt archaïque de la droite patronale qui a toujours pleuré dans le gilet de l’État lorsqu’il a fallu qu’elle cède une partie de l’argent et du pouvoir qu’elle a escroqués aux citoyens comme en 36. Elle nous dit que ce n’est pas possible, que nous sommes des utopistes, que nous coulons le pays. Nous l’avons entendue avec les premiers congés payés, la semaine de 40 heures, … et déjà lorsqu’au début du 20ème siècle les ouvriers réclamaient des augmentations de salaires et des réductions du temps de travail, le patronat menaçait de délocaliser dans les« colonies » !!!

Devant des inégalités de plus en plus criantes, il devient urgent pour la classe capitaliste d’allumer des contre feux : détourner l’attention par la crise, la dette, la menace terroriste, etc.…Mais une des valeurs sûre c’est de faire battre les pauvres contre les plus pauvres, et malheureusement une partie de nos concitoyens résignés et abrutis par la propagande médiatique à la solde du pouvoir pensent trouver là une solution à ses problèmes.

Sur Conscience Citoyenne Responsable

http://2ccr.unblog.fr/2012/03/15/agir-ou-reagir/


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 22 mars 2012 10:14

    Article tellement plus juste que l’article du décérébré que j’ai pu lire aujourd’hui d’un autre auteur 


    Oui vous avez raison mais le processus de destruction est en cours , nous avons une seule échéance , une seule possibilité démocratique de l’arrêter ou de le ralentir , c’est le 22 Avril et le 6 Mai ensuite tout processus démocratique ne sera plus possible.
    5 ans de plus avec sarko , c’est la fin des services publics , fin de la protection sociale , des retraites , son travail de destruction sera d’autant plus violent que la dette augmente dont c’est la bonne excuse et il n’espère plus rien pour 2017 a moins de changer la constitution ou de faire un tour de passe passe à la russe ....

    Pourvu que les reste de lucidité des Français ne soient pas occulté par les tragiques évènements de Toulouse , j’ai toujours pensé qu’au dernier moment un évènement extraordinaire pourrait relancer sarko , de là à penser qu’il peux s’agir d’une manipulation .....mais quand même cela devient fréquent les actes de déséquilibré en période pré électorale ce qui relance d’autant le thème de la sécurité.
    Thème récurrent mais jamais solutionner par la droite malgré , les fichiers , els caméras , les prisons , les peine planchers etc ...... 


    Philippe
     



    • gogoRat gogoRat 22 mars 2012 11:31

      En somme, vous semblez poser la question : « à qui profite le crime ? » ! 

      ...
       Mais ces mots relèvent plutôt du défaitisme d’un vote utile qui ne croit plus en une possibilité de démocratie : « ensuite tout processus démocratique ne sera plus possible. » 
       !


    • stereo 22 mars 2012 12:15

      C’est l’occasion peut-être unique ( ? ), que ces élections prochaines nous donne d’arrêter ce processus de destruction de notre société batie par le sang de nos ancêtres.

      Ces drames qui viennent malheureusement d’arriver sont-ils vraiment le fait du hasard ?...

      Ce serait tout de même un comble que ce soit un assassin pur et dur qui nous refoute un Sarko sur le trône !


      • gogoRat gogoRat 22 mars 2012 13:09

        Interrogeons-nous vraiment sur ce propos :
        « Il faut instaurer des règles, le capitalisme prospère sur l’absence de règles ».
         Est-il bien sûr que la théorie du « capitalisme » soit respectée par ceux-là mêmes qui croient l’appliquer ou la voir à l’oeuvre en France ? :
        - d’une part, la « main invisible » de la « loi du marché » devrait pouvoir se passer de toutes ces règles sur lesquelles se base notre actuelle économie : « régulations », aides aux entreprises, interventions en faveur des banques , orientation des ressources publiques en matière de Recherche, ... etc...
        - d’autre part, alors que la France se veut « plus royaliste que le Roi » en matière de « protectionisme » ... elle favorise la constitution de monopole là où les US ont été les seuls à appliquer vraiment des « lois anti-trust » ( cf AT&T ...)

        L’opposition « Gauche - Droite » autant que la guerre idologique « capitalisme contre anti-capitalisme » sont-elles encore pertinentes et crédibles ? Outre le fait que, historiquement, elles ont déjà fait bien assez de victimes (... pour le résultat que nous constatons aujourd’hui !), ne nous enferment-elles pas dans un piège fondamental ? 
        Deux forces qui se repoussent s’alignent sur une même ligne (unidimentionnelle !) : ce qui empêche l’exploration de tout un champ de possibles pluridimentionnel.
         Exemples : pourquoi faudrait-il nécessairement projeter l’écologie, ou la religion ou la laïcité, ou la conscience morale, ou encore les statuts des empoyés pour le public, etc... « à droite » ou « à gauche », dans un camp « capitaliste » ou « anti » ?

        La propagande médiatique à la solde du pouvoir ne dépend pas du bord ou de l’idéologie qui aura pris la tête du pouvoir : seule une démocratie plus vraie peut la combattre !
         A quand des cahiers de doléances officiels ?





        • Mugiwara 22 mars 2012 15:30

          non, le capitalisme ou autre système économique ne peuvent se faire sans des règles. effectivement, le capitalisme doit être géré par des partisans ayant des tendances anti capitalistes comme le PS, à savoir être à la fois libéral et social. par gérer le capitalisme, j’entends par le souci de contrôler les tenants dans une certaine mesure par une politique plus responsable. en effet, plus les tenants du capitalisme sauront être responsables et respectueux, moins le contrôle de l’état doit s’exercer sur eux pour s’occuper des autres qui le sont moins. effectivement, il faut une politique anti trust à l’américaine mais seulement à l’échelle européenne puisque nous avons tous la même monnaie. ça peut se faire à l’échelle nationale mais seulement sur des entreprises qui jouent réellement le jeu. 


          cette politique de dérégulation va forcément se déboucher sur l’autorégulation mais encore une fois, seulement si un parti n’ayant pas dans ses veines une tendance à se laisser enculer par les riches comme les sarko boys (fillon, copé ...). 

          il faut donc au moins un parti de centre gauche pour ce faire et je ne vois guère que le PS et François Hollande pour permettre d’accompagner cette politique dérégulée pour , si possible et je me répète, l’amener vers plus d’autorégulation. 

          Effectivement, il y a de bons financiers qui ont le souci de ne pas faire n’importe quoi, et pourquoi ne pas appliquer un système de bonus malus comme l’avait préconisée ségolène royal justement... 

          autrement, oui, avec sarko avec 5 ans de plus au pouvoir, lui même serait emprisonné par ses convictions sans pouvoir rien faire. (c’était déjà un peu le cas mais ça ira croissant bien entendu...). mais il ne s’agira pas au PS de faire n’importe quoi non plus, puisque la responsabilité que FH a mis en avant doit être aussi appliquée par tous les agents économiques, qu’ils soient riches ou non. 

          Autrement, la personne qui a malheureusement le plus raison est actuellement Eva Joly. l’avenir est pour les écologistes modérés. 

          bref, toute l’astuce est d’être un extrêmiste de la modération. et non d’être un extrêmiste de droite ou de gauche... 

          le PS est le vote le plus utile surtout pour les capitalistes qui voudront continuer dans cette voie et à un degré moindre les plus démunis, puisqu’une politique plus redistributive est nécessaire, mais cela passe par la chine (ou un autre) qui doit commencer à financer avec un taux assez intéressant pour les 2 parties cette politique de croissance qui deviendra nécessaire dans les 3 à 4 à venir. 

          il faudrait aussi légiférer de sorte qu’une entreprise qui délocalise pour faire plus de profits alors qu’il y avait encore des profits à faire sur le sol Français soient en quelque sorte reprise par la région là où est implantée ladite entreprise. 

          c’est pourquoi encore une fois, il faut voter pour le PS qui promet de décentraliser davantage au profit des régions, à la manière des landers allemands ou plus simplement, parce que plus un pays est petit mieux il se porte (c’est à vérifier). 

          pour ainsi dire et là c’est un peu utopique de ma part, mais pour transposer le système danois ou autre pays scandinave qui ont eux aussi des systèmes politiques intéressants, quelque peu différents des allemands, soit transposable dans une région Française. donc, peut être que la décentralisation est la chose à faire. mais comme ça n’avait jamais été tenté par le passé, et puisque sarko a pillé la France, il faudra essayer cette fameuse décentralisation. 

          bien entendu des arbitrages doivent être faites pour favoriser des régions au détriment des autres. plus d’égalité entre les régions alors que chaque région ne se bat pas avec les mêmes atouts est une des raisons pour ne pas donc donner un même budget à tous. 

          un état centralisateur (= état devenant moins présent) est encore nécessaire après cette politique de décentralisation. 

          • Mugiwara 22 mars 2012 15:33

            désolé pour les fautes :) 


          • Dominique TONIN Dominique TONIN 22 mars 2012 20:59

            Et après cette brillante démonstration, on fait quoi ?

            On vote massivement blanc pour que celui qui sera élu, le soit à la minorité. Alors on invalide la présidentielle et on recommence, avec d’autres règles, à commencer par l’abrogation des 500 signatures.
            On redonne la parole au peuple par le biais des chaînes publiques à tous ceux qui le souhaitent et non pas tjrs aux mêmes pur répéter depuis des décennies des mensonges et un asservissement au monde de la finance.
            Il y a des gens du peuple qui ont des choses intelligentes à dire et aussi capables que nos politiques carriéristes !

            • ffi ffi 23 mars 2012 02:05

              Ne vous vient-il pas à l’esprit que, avec l’ouverture des frontières sans restriction à des produits au coût de revient 50 fois inférieur que ce qui est possible en France, c’est non seulement les cotisations sociales qu’il faudra baisser, mais les salaires eux-mêmes ?

              Bref, la gauche a beau accuser le capitalisme, selon ses formes usuelles de langages, mais elle ne percute pas que la solution est dans un recours au protectionnisme...


              • Tintin 23 mars 2012 03:10

                Répéter un mensonge 1000 fois n’en fait pas une vérité !

                La République répète depuis 30 ans les mensonges que vous assénez dans votre article !

                Où sont les preuves ?

                Le jour où vous commencerez à rechercher les preuves de tout ce que vous avancez, vous découvrirez que vos analyses et conclusions sont erronées !

                La lutte entre capital et travail ?

                Les investissements font le travail de demain, pas de profit, pas de capital, pas d’investissements, pas d’investissements, pas de travail !

                Les profits n’ont jamais été aussi faible en France, c’est la raison pour laquelle l’investissement n’a lui même jamais été aussi faible, raison pour laquelle les entreprises ne font plus de crédit et raison finalement pour laquelle le chômage augmente...

                Les pays libéraux, Scandinavie, Suisse, Hong-Kong, Australie etc., merci pour eux, ils n’ont jamais eu aussi peu de chômage, ils n’ont jamais eu autant de pouvoir d’achat et ils n’ont jamais été aussi puissant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès