Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Aubry sur papier glacé

Aubry sur papier glacé

Juré, craché, elle était différente, pas comme les autres ; on peut même dire pas comme L'AUTRE ! Il n’était pas question pour elle de se plier aux volontés de la presse "people", de sacrifier aux unes photographiques familiales ou café du commerce. La vertu politique disait-elle, c’est le travail, les propositions, des idées neuves. On pouvait même palper le mépris affiché envers ceux qui pratiquaient avec ferveur la médiatisation spectacle et pour les journalistes qui en étaient les ouvriers.

Éphémère philosophie, elle vient de se faire prendre les doigts dans le pot de confiture : Martine Aubry donne dans le Paris Match comme tout le monde, avec Monsieur. Il ne s’agit pas de photos volées par un quelconque paparazzi, mais bien de la pose choisie (elle a même une gueule de photo officielle) affichée ostensiblement. Le moment a été choisi, en début de primaire, à Avignon, chez les "cultureux" au passage encensés et auxquels on promet des augmentations budgétaires énormes. Dans le reste du magazine à stars, pas moins de six pages entièrement consacrées au couple en campagne.

En fait, pas grand-chose à redire sur ce reportage "people", ces billevesées ménagères n'ont que peu d'intérêt et les autres le font bien, pourquoi pas elle ? Vous apprendrez ainsi, que Monsieur et madame Brochen aiment le théâtre, le tiramisu et l’humour. Ils aiment aller au festival d’Avignon depuis qu’ils se sont rencontrés en 1995 etc. etc. C'est effectivement très important !

En revanche la démarche, surtout le revirement brutal par rapport à une philosophie du « paraître » politique hautement affichée et proclamée, ne peut que surprendre pour ne pas dire plus. Rappelons que Martine Aubry déclarait qu’avec son mari (l’avocat Jean-Louis Brochen) ils ne formaient pas un couple de "stars de cinéma"… Elle précisait également, que "la politique a perdu beaucoup de crédibilité en se lançant dans la communication et le marketing", ajoutant que "la politique, c'est trop sérieux pour qu'on s'étale dans les magazines de papier glacé". On ne pouvait pas mieux dire.

Il n’aura donc fallu qu'un printemps et un thriller New Yorkais pour voir le couple s’afficher et le people investit par Aubry. A ce petit jeu ils sont tous à des longueurs et des longueurs de retard sur DSK, véritable idole du papier glacé et pour lequel les dernières déclarations de la femme de chambre du Sofitel font de lui une "porno-star" hors catégorie : le Rocco Siffredi de la haute finance internationale. Pour Martine Aubry, rien de tel bien sûr, mais finalement comme pour les autres, il y a recours à la mode et la facilité des photos de famille. C’est inquiétant car il ne faut pas faire l’injure à Martine Aubry de penser qu’elle trichait lorsqu’elle proférait des réserves à l’encontre de cette manière de faire de la politique. C’est donc, une fois de plus, les « communicants » qui ont eu raison des plus belles résolutions ; on est prêt à tout, même à se dédire pour sacrifier aux oukases de la COM ! Un autre périodique titre ainsi : « Aubry dévoile son jardin secret » … Quand il est possible de céder ici aussi facilement, il est possible de céder là, sur d'autres sujets plus importants.

On n'insistera guère sur la présentation par la même Martine Aubry de sa "dream team", son équipe de campagne, qui fait la part belle à une société civile pour magazines : Sandrine Bonnaire, Axel Khan et autres personnalités connues dans les cénacles : que du bon pain pour les gazettes.

Il y avait eu des prémices étranges d'un tel revirement : la polémique engagée au sujet de la « rumeur », une rumeur qui n'avait pas atteint grand monde dont beaucoup ignorait tout et dont Martine Aubry, elle-même, s’est employée à faire l'énorme promotion. Était-ce simplement pour préparer l’entrée sur les tabloïds ? Si c’est le cas, nous atteignons alors, en plus, le comble de l’hypocrisie, de la tartufferie.

Que certains ne se réjouissent pas trop vite, aujourd'hui c'est Aubry qui rince ici, demain ou un autre jour, il y en aura autant pour les autres. On doit cependant reconnaître que Sarko, le roi incontesté jusqu'à présent du bling bling et de la pantalonnade médiatique, se fait nettement plus discret : il aurait lui aussi changer de cap (Nègre) mais dans l'autre sens ?

le blog


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • voxagora voxagora 29 juillet 2011 09:39

    Ainsi, par son comportement, Martine donne raison à Ségolène Royal.

    CQFD.
    .

    • zadig 29 juillet 2011 11:52

      Bonjour,

      D’accord avec les termes de votre article.
      Je pense de plus en plus que la grosse majorité des dirigeants du PS
      est gangrénée et que de nouveau le piège à C..s fonctionnera
       aux prochaines élections.
      L’ensemble des partis politiques est perverti par le système.

      A un moment ou à un autre, il faut bien envisager de cesser de réparer une
      vielle guimbarde.

      Salutations


      • LE CHAT LE CHAT 29 juillet 2011 22:51

        même si elle fait la page centrale de playboy , je voterai pas pour elle , na ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès