Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bayrou et la retraite à la carte

Bayrou et la retraite à la carte

La réforme que François Bayrou propose sur les retraites permet la pérennisation de notre modèle social (par répartition) tout en renforçant la justice vis-à-vis de chacun et aussi la liberté de faire ce qu’on veut de sa vie.

Parlons du fond et des vrais enjeux de l’élection présidentielle, à savoir, les propositions qui vont engager l’avenir de la France et des Français, au-delà des postures de campagne qui seront très vite oubliées.

Parlons des retraites.

L’un des points qui m’afflige dans le débat sur les retraites, et notamment depuis la réforme des retraites de 2010, c’est à quel point on cherche à faire diversion sur de faux clivages. L’âge légal de la retraite est un sujet exemplaire à cet égard.

Il est très illogique de vouloir légiférer à la fois sur l’âge légal de la retraite et sur le nombre minimal de trimestres de cotisation. Pour la simple raison que personne ne commence à travailler au même moment dans la vie et certains parcours ne sont pas forcément identiques (tel salarié devient entrepreneur, tel autre s’arrête de travailler pour s’occuper de sa famille etc.).

Tous ces débats sur l’âge légal à 60 ans ou à 62 ans sont donc sans objet et n’ont pour seul but que de cliver artificiellement avec des vieux leurres idéologiques. La retraite à 60 ans étant une mesure de gauche (François Mitterrand), le réhaussement de l’âge de la retraite à 62 ans ne serait qu’une mesure de droite (il était de 65 ans avant Mitterrand). Pourtant, notons que pendant les trente années que le PS ou le RPR puis UMP ont été au pouvoir depuis 1981, aucun gouvernement jusqu’en 2010 n’avait remis en cause cet âge de 60 ans.

Or le clivage sur l’âge légal est un faux débat et masque un élément majeur très encourageant : il y a une quasi-unanimité toujours aujourd’hui pour préserver le modèle social français et en particulier le principe des retraites par répartition où il s’agit aux générations actives d’être solidaires avec les générations précédentes qui sont à la retraite.

Les crises financières depuis 2008, et même déjà la fin de la bulle sur les télécommunications au début des années 2000, ont montré la pertinence d’un tel système qui assure dans tous les cas la retraite des plus âgés. Alors qu’une retraite par capitalisation pourrait devenir critique en cas de crise ; aux États-Unis, beaucoup de retraités n’ont quasiment plus de pension et ont été ruinés par la crise.

Mais dans ce consensus national heureux du maintien de notre modèle social, il y a des divergences sur les mesures à prendre. En somme, les restrictions à prendre.

Ce n’est pas une nouveauté de dire qu’il y a depuis longtemps des soucis dans le financement du système actuel pour de nombreuses raisons dont la principale est heureuse puisqu’il s’agit d’un allongement régulier de l’espérance de vie. On meurt plus vieux, donc on reste plus longtemps retraité, donc, cela coûte plus cher. À cela s’ajoute l’arrivée à la retraite des gros bataillons du baby boom et la baisse de la natalité pour les générations actuellement actives.

Michel Rocard avait parlé d’un sujet qui ferait chuter dix gouvernements alors qu’il avait publié le 24 avril 1991 un livre blanc sur les retraites quand il était à Matignon. Beaucoup de gouvernements ont refusé de s’attaquer au problème. Le gouvernement Jospin porte par exemple une grave responsabilité sur ce retard prévisible en ayant refusé l’impopularité de la réforme avant l’élection présidentielle de 2002 alors qu’il avait cinq ans devant lui en 1997 (les électeurs lui ont donné ce qu’il méritait à l’époque).

Les gouvernements Raffarin puis les gouvernements Fillon ont fait trois réformes du système des retraites avec une méthode contestable (peu de consultations avec les organisations sociales) et de manière insuffisante (le système n’est pas sauvé).

Il n’y a que trois leviers pour adapter le système : augmenter la durée des cotisations, augmenter les charges sur les salaires (patronales ou salariales) ou/et diminuer le niveau des pensions (par un calcul plus strict comme le nombre d’années à prendre en compte). D’autres proposent des taxes supplémentaires et indépendantes pour résorber les déficits structuraux des caisses de retraite (le fameux "faire payer les riches").

Comme on le voit, l’âge légal n’a pas sa place logique car ce qui compte, c’est combien de temps on a cotisé et combien d’euros on pourra recevoir chaque mois en prenant sa retraite. Le seul problème se pose pour ceux qui ont commencé très tôt (avant 18 ans) et qui ont déjà atteint leur nombre de trimestres de cotisation avant d’atteindre ce fameux âge légal. Ceux-là ont bénéficié de mesures adaptées dès la réforme Fillon sous Raffarin.

Ce que propose François Bayrou est assez simple et très rationnel. Il est inspiré d’un principe de grande liberté : il n’y aura plus d’âge légal pour prendre sa retraite. En clair, on prendra sa retraite quand on voudra.

Alors, évidemment, c’est l’objectif vers quoi on tendra et il y aura forcément une période transitoire pour l’atteindre.

Ce qu’il y aura, c’est un dispositif qui fixe clairement quelle sera la pension de retraite en fonction du nombre de trimestres cotisés. Évidemment, en dessous d’un certain seuil (quarante-deux années par exemple), le niveau des pensions sera très faible afin de dissuader de prendre sa retraite trop tôt (à ce sujet, demandez au candidat Hollande quel sera le taux d’une retraite à l’âge de 60 ans qu’il prétend rétablir).

A contrario, une personne qui aime son travail et qui n’est pas encore trop fatiguée pourrait poursuivre son parcours professionnel plus longtemps avec une perspective de pension nettement plus élevée que le taux normal.

En 2009, le gouvernement a même fait adopter une loi très coûteuse aux entreprises puisque tout salarié a le droit de rester à son poste jusqu’à l’âge de 70 ans s’il le souhaite et si son employeur ne le veut pas, il faudra alors qu’il le licencie. Très coûteux aussi pour le chômage des jeunes puisque pendant ce temps, aucun poste ne peut se libérer.

François Bayrou propose de faire simplement une retraite à la carte, libre pour tous, avec un système de points transparents et avec une information accessible clairement à tous les salariés sur leur situation à un instant donné : combien de trimestres déjà cotisés ? quels salaires pris en compte dans le calcul ? combien de points accumulés correspondant à la pension d’une éventuelle retraite prise immédiatement ? Avec une valeur de point évaluée chaque année par indexation et peut-être un nombre de points par trimestre différent en fonction de la pénibilité et d’autres considérations plus spécifiques à chaque emploi ou chaque situation.

Dans son projet présidentiel, François Bayrou est très clair sur les perspectives : « La réforme du régime des retraites n’est pas achevée. Un pas a été fait mais on n’est pas au bout du chemin, en terme de financement comme de justice, en particulier pour la prise en compte de la pénibilité et de la situation des femmes. ».

François Bayrou propose donc un régime fondé sur des droits individuels acquis par le salarié et il y voit quatre avantages :

1. L’équilibre entre cotisations et pensions à terme.
2. La transparence grâce à l’information que pourra obtenir le salarié à tout moment.
3. La justice puisque ce régime prendra en compte les spécificités de chaque carrière (pénibilité, années sabbatiques etc.).
4. Et surtout, la liberté, car chacun pourra prendre sa retraite quand il le voudra en fonction de sa vie personnelle, le cas échéant en rachetant des points manquants.

Par ailleurs, François Bayrou veut revaloriser les petites retraites (conjoints d’entrepreneurs et de commerçants, agriculteurs etc.) dans une loi-cadre sur le sujet. Il est à noter que cette revalorisation a déjà commencé sous le quinquennat qui s’achève (Nicolas Sarkozy ayant relevé le minimum vieillesse comme il s’y était engagé en 2007).

Pour résumer, François Bayrou veut maintenir et surtout pérenniser le système de retraite par répartition en instaurant un système par points acquis par chaque salarié et des droits à la retraite dans un régime beaucoup plus souple qu’actuellement et seule comptera la relation entre le nombre de points acquis et le niveau de la pension.

C’est un système simple, qui a le mérite d’atteindre l’objectif quasi-unanime du modèle social français par répartition et surtout, et c’est très nouveau, c’est un système qui apporte une inestimable liberté à la vie de chacun, celle de travailler plus ou moins en fonction de ses impératifs personnels. Alors que jusqu’à maintenant, cette liberté était réservée aux plus aisés qui pouvaient compenser leurs pensions par une part par capitalisation.

Justice sociale (prise en compte des moins privilégiés du travail) et liberté pour tous… Franchement, que demander d’autre ? Encore des polémiques stériles sur un âge légal arbitraire et sans objet dans le simple but de cliver d’un côté et de l’autre ? Pas pour moi, non merci !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (12 avril 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Une majorité centrale pour l’intérêt national.
Préliminaire pour les retraites.
Peut-on dire n’importe quoi ?
La colère des Français.
Programme présidentiel de François Bayrou.
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • devphil30 devphil30 12 avril 2012 09:55

    Entièrement d’accord avec vous.


    Ce n’est pas si courant pour que je le signale , votre article est juste.
    En terme de retraite , je suis d’accord avec les propositions faites par Bayrou , c’est une question de liberté individuelle.

    La reforme des retraites est une faste fumisterie destiné à privé les Français de leur retraite en basculant sur un régime privé obligatoire tout en continuant à cotiser.
    Depuis 1993 , Fillon fait des reformes de de retraites , à chaque fois c’est la bonne reforme mais le but inavoué est de supprimé les retraites publiques pour passer dans un système privé dont la famille sarkozy n’est pas absente en terme de direction de Mederic. 

    Quel est la salaire moyen versé en terme de retraites en France ? 1.400 €
    Bien entendu c’est un montant moyen ...

    Philippe

    • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 10:21

      @devphil30

      La réforme proposé par Bayrou son système à la carte c’est l’introduction dans le système des retraites des assureurs et des fonds de pension.

      Si vous ne comprenez pas cela, c’est dommage.


    • devphil30 devphil30 12 avril 2012 10:47

      Le système des retraites basé sur des cotisations privées devenant de plus en plus obligatoire n’est pas le fait de Bayrou ( voir reforme récente ).


      Ce que j’approuve est la liberté que Bayrou propose pour prendre sa retraite plus tôt , pourquoi faire perdurer des personnes en entreprise pendant 2 ou 3 ans de plus alors que 3 millions de personnes cherchent un travail ?

      Ce qui est de plus en plus imposé est un recul de l’age de la retraite pour la simple raison de verser moins longtemps ces prestations car les statistiques d’allongement de la durée de vie sont des moyennes dont les disparités socio professionnelles sont importantes.

      Philippe 


    • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 10:18

      La réforme que François Bayrou propose sur les retraites permet la pérennisation de notre modèle social (par répartition) tout en renforçant la justice vis-à-vis de chacun et aussi la liberté de faire ce qu’on veut de sa vie.

      Faux : Le système de retraite à la carte et la suppression de l’âge légal de la retraite sont issus du modèle ultralibéral. Ce système c’est la vente en coupe réglée de l’allocation retraite à des fonds de pension c’est-à-dire des organismes financiers et des assureurs.

      On sait tous les dégâts que ces fonds ont causés dans la financiarisation du système, en particulier dans les entreprises. Le mensonge est double par conséquent.

      Favoriser ce système c’est donc fragiliser davantage notre tissu industriel d’une part mais c’est aussi précariser les retraites d’autre part.

      Notre modèle est basé sur la répartition, c’est-à-dire le partage, la solidarité. Avec le système à la carte et la fin de l’âge de départ, c’est l’ouverture de la boîte de Pandore. Tout retour en arrière sera impossible, ou se fera au prix d’efforts énormes. Parce que nous sommes en face de la droite et de l’extrême droite la plus réactionnaire que l’Europe ait connu depuis les années trente. Donc ils voudront toujours plus de privatisation du système, toujours plus de libéralisation, et même si F. Bayrou parvenait à redresser les finances du pays, cette droite ultra ne voudra jamais revenir à un système de retraite plus solidaire.

      Et ce n’est pas en relevant le minimum vieillesse que l’on changera les choses.
      Cela pour deux raisons :
      Premièrement, relever le minimum vieillesse c’est une mesure électoraliste avant d’être une mesure sociale dans le climat actuel. N. Sarkozy et l’UMP l’ont aussi bien compris.
      Deuxièmement, dans le temps il faudra des hausses continues du minimum vieillesse pour éviter la paupérisation des petits retraités. Or F. Bayrou nous annonce aussi un coup de rabeau sur les niches fiscales, Mais il compte en recréer, notamment des exonérations de cotisations sociales. Ce qui veut dire que d’une façon ou d’une autre c’est bien les petits salaires qui paieront le plus la facture.

      Ainsi, c’est les retraites les plus faibles seront les plus exposées à cette précarité, celles des personnes qui n’ont pas toutes les annuités, celles des personnes qui ont été smicardes toute leurs vies, celles des personnes qui sont trop usées et trop âgées pour travailler, etc. Pourquoi ? Parce que ce sont les plus petits revenus qui subissent et n’auront pas les moyens de cotiser davantage.

      La retraite à la carte, c’est le système à « l’américaine » et ça se saurait si les petits retraités d’outre atlantique étaient heureux de leur sort.

      Il faut méconnaitre le milieu ouvrier ou être benoîtement naïf pour penser le contraire.


      • musashi 12 avril 2012 15:24

        « relever le minimum vieillesse c’est une mesure électoraliste »
        La hausse du SMIC n’est pas une mesure électoraliste ?


      • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 16:37

        @Musashi

        Entendons nous bien, je ne suis pas contre le relèvement des minimums retraites. Les retraités ont droit à des pensions décentes, on est d’accord là dessus.

        Je dit simplement que dans le contexte actuel, ce n’est pas les retraités qui consomment le plus et qui produisent de la richesse. Cette mesure a déjà été appliquée par N. Sarkosy. C’est pourquoi les relever encore me parait électoraliste quand on connait la composition des électorats UMP et MODEM.

        Relever le SMIC et par voie de conséquence à terme l’ensemble des salaires est une des mesures de relance du pouvoir d’achat, c’est ce qu’à fait Roosevelt.


      • nico26 12 avril 2012 16:42

        ALors, ça , c’est l’art de faire des amalgames. Ce que propose F. Bayrou ce n’est pas la retraite à l’américaine, mais c’est bien facile de dire des anneries que de dire : effectivement, ce n’est pas idiot cette proposition.


      • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 18:00

        @nico26

        Expliquez nous alors ce qu’est le système de retraite à la carte ?

        Vous ne pouvez pas baisser les cotisations sociales, c’est à dire les sommes prélevées pour payer les retraites d’un côté, augmenter les minimas de l’autre (cad augmenter les dépenses) et faire l’équilibre dans un système qui ne l’est pas actuellement.

        Vous noterez au passage que FB propose d’augmenter de nouveau (NS vient de le faire) le minimum vieillesse mais ne prends aucun engagements dans le temps (à cinq ans ) sur ce point. Parce qu’il ne veut pas le faire pendant des années. Et pour cause, c’est sur ce point que s’articule son mécanisme. C’est en cela que sa proposition d’augmentation est électoraliste, elle vise à séduire les personnes concernées aujourd’huiet qui vont voter. Ils peuvent lire dans son programme ce qu’ils ont envie d’y lire et peu importe que les autres travaillent plus longtemps, tant qu’ils paient leurs retraites.

        Ainsi dans le temps les personnes devront travailler plus longtemps, d’où l’idée de mettre un terme à l’age légal qui n’a alors plus de raison d’être.

        Alors on nous l’habille dans les discours en nous disant que l’on pourra partir quand on voudra, mais ce n’est pas la réalité. La réalité c’est que chacun partira quand il pourra compter sur une pension suffisante pour ne plus être obligé à travailler

        Dans ce cas, celui qui a les moyens peut soit racheter les trimestres manquants en se disant que compte tenu de l’augmentation de l’espérance de vie il en profitera plus tard, (c’est donc un investissement sur le long terme) ou capitaliser auprès de fonds de pension. Celui qui n’a pas les moyens de ses deux solutions devra soit partir avec une forte décote soit travailler plus longtemps.

        Au passage MLP, NDA et NS proposent quasiment la même chose. Ce n’est donc pas une idée « brillante » de FB. C’est donc bien une retraite à « l’américaine » ou à « l’anglo saxonne » que cela vous plaise ou non.


      • jpm jpm 12 avril 2012 11:14

        Le plus intéressant dans cette proposition c´est justement cette transparence qui permettra a chacun de savoir a tout moment ou il en est avec sa retraite... Cela permettra aussi de comparer les différents systèmes et les différents avantages... ce qui n´est pas du tout possible aujourd´hui. La retraite deviendra une sorte de complément de salaire, différé dans le temps, mais toujours basée sur la répartition puisque la valeur des points acquis évoluera avec le niveau des cotisations. L´équilibre du système sera donc toujours garanti...


        • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 18:05

          @jpm

          Le plus intéressant dans cette proposition c´est justement cette transparence qui permettra a chacun de savoir a tout moment ou il en est avec sa retraite

          Excusez moi, mais écrire cela c’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles.
          Si vous voulez savoir où vous en êtes vous n’avez qu’à regarder vos bulletins de salaires, ou passez un coup de téléphone à l’AGIRC-ARRCO ou regardez les relevés de points qu’ils vous envoient annuellement pour le savoir.
          Alors la transaprence ... Le système est déjà transparent.


        • jpm jpm 12 avril 2012 18:35

          @mbdx33

          excusez-moi, mais votre remarque prouve à quel point vous ne savez pas de quoi vous parlez et donc, qu´il n´est pas nécessaire d´être un imbécile pour ne rien comprendre au système des retraites en France.

          Les régimes de retraites complémentaires AGIRC-ARRCO (essentiellement disponibles pour les cadres ou les fonctions assimilées) fonctionnent effectivement par points et il est assez simple (ou presque) de comprendre ce que vous toucherez à votre retraite en fonction du décompte de points que vous êtes censés recevoir chaque année.

          Mais nous ne parlons pas de retraite complémentaire, mais bien du régime général dont dépend l´ensemble de la population et qui représente souvent l´unique source de revenus pour les employés les plus fragiles à l ´heure de la retraite... et pour lequel Bayrou propose de généraliser le fameux système à points des retraites complémentaires.

          Malheureusement, le régime général n´est pas très transparent ni très équitable et il est loin d´être universel. Au fil des réformes il est presque impossible de prévoir ce que sera sa retraite à l´issue des différentes périodes de cotisations, surtout quand la personne a eu des carrières éclatées... et je ne parle même pas de la complexité des personnes qui ont fait une partie de leur carrière dans le privé et le reste dans le public... où il faut avoir cotisé au moins 15 ans. Il est d´ailleurs très difficile d´obtenir un relevé de carrière des organismes de sécurité sociale si vous n´êtes pas déjà en âge de prendre votre retraite.

          Ca serait donc intéressant de simplifier tout cela et de convertir les droits existants en points, en remplaçant un système confus et souvent injuste par un modèle transparent où chacun saura enfin à quoi il a droit. Il sera alors plus facile de voir ou sont les véritables injustices.


        • foufouille foufouille 12 avril 2012 21:06

          on recoit le releve des 40a
          ce qui permet de verifier les « oublis »
          et de raler


        • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 23:43

          Merci foufouille

          parce que vraiment on a l’impression par moment de parler dans le vide avec ce système de points et que certaines personnes ne comprennent pas que c’est la dérive sur les fonds de pension qui pointe son nez dans le programme de FB.


        • jpm jpm 13 avril 2012 09:56

          @ mbdx33,

          comme d´habitude vous faites une lecture très partisane des propositions de Bayrou… transformer un système actuel complexe, souvent inéquitable ou il est impossible de comparer la situation d´un ouvrier du privé ou d´un cadre avec celle d´un fonctionnaire… sans parler des différents régimes spéciaux… et où il faut être un véritable spécialiste pour connaitre le montant de sa retraite de base a l´échéance… c´est une véritable simplification du calcul des droits dans le système par répartition. Cela n´a rien a voir avec un début de capitalisation… 

          Par contre, ne pas vouloir rendre le système actuel plus lisible et entretenir des craintes permanentes sur le régime des retraites… cela c´est un véritable encouragement á la mise en place de la capitalisation pour ceux qui pourront se la payer… et tant pis pour les autres smiley


        • mbdx33 mbdx33 13 avril 2012 10:50

          @jpm

          Je ne répondrai pas sur l’attaque très partisane.

          Je l’ai écrit, je n’ai rien contre la transparence, mais je ne considère par celle ci comme une proposition majeure qui va changer notre perception de la retraite ou celle ci. FB a le mérite de la faire mais c’est tout.

          Je suis en revanche entièrement d’accord avec vous sur la situation des cadres, des ouvriers/employés ou des fonctionnaires.

          Non ce qui me dérange c’est le reste et que j’ai déjà exposé dans différents post sur ce fil.


        • jpm jpm 13 avril 2012 11:30

          Nous sommes donc daccord, la transparence est une bonne chose, qui manque cruellement a la plupart de nos systemes sociaux actuels... Il faut donc accorder ce merite aux propositions de Bayou... et ne pas toujours chercher a lire entre les lignes ce qui ne serait pas dit... et oublier de prendre en compte ce qui est dit quand cela va dans le bon sens.


        • musashi 12 avril 2012 11:17

          Le manque de flexibilité est effectivement un des handicaps de la France.

          Après je ne connais pas assez le sujet pour pouvoir débattre correctement des retraites.


          • Robert GIL ROBERT GIL 12 avril 2012 11:33

            Le niveau des retraites dépend avant tout de la richesse produite et non pas du nombre de salariés. Compte tenu des gains énormes de productivité obtenus ces dernières années, de l’optimisation des moyens de production, on produit plus avec moins de personnel. Certaines entreprises ont doublé leur bénéfice avec 30% de personnel en moins. Le niveau des retraites ne doit donc pas dépendre du nombre d’actifs. Thème favori de la propagande du MEDEF, de la droite, de l’extrême droite et de la sociale démocratie.............
            http://2ccr.unblog.fr/2011/09/23/retraites-le-grand-bluff/


            • iris 12 avril 2012 12:13

              vos remarques sont toujours très pertinentes
              et depuis que l’on sait que NS= bayroud=de villepin =borloo ils ont tous gouverné ensemble et s’entendront encore -bayroud roule pour la droite et a besoin de NS


            • nico26 12 avril 2012 16:45

              Vous êtes mal renseigné, FB ne roule pas pour Sarkozy, surtout pas pour sarkozy, il veut l’autonomie et ne se raliera pas à droite ni à gauche, quitte à attendre encore 5 ans s’il le faut.


            • foufouille foufouille 12 avril 2012 12:24

              « il n’y aura plus d’âge légal pour prendre sa retraite. En clair, on prendra sa retraite quand on voudra. »

              quand on pourra
              creve en travaillant


              • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 16:39

                C’est çà, se sera quand on pourra ! Et pour les plus pauvres quand ils ne pourront plus travailler.


              • jpm jpm 12 avril 2012 16:53

                Pas si on institue et on renforce le minimum vieillesse... qui serait acquis des que l´age legal serait atteint (c´est a dire 65 ans).


              • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 18:29

                @jpm

                dixit le programme de FB

                « ...À terme, on peut même sans difficulté envisager la suppression de l’âge légal
                fixé pour le départ à la retraite, chacun étant maître de choisir le moment où il s’en va
                et le niveau de pension qui sera le sien. »

                Donc plus question de 60, 62, 65 ou 67 ans. C’est quand tu peux POINT

                Et si tu as 40 trimestres en quarante cinq ans de travail exemple les saisonniers, les temps partiels, les personnes malades, les personnes qi ont eu de logues périodes de chômage c’est 30% de retraite en moins. POINT.

                http://bayrou.fr/media/PDF/Discours_de_Francois_Bayrou_Forum_Solidarit.pdf


              • jpm jpm 12 avril 2012 18:42

                Il me semble que Bayrou souhaite revenir à 65 ans et qu´il ne remet pas en cause le minimum vieillesse pour ceux qui n´auraient pas suffisamment cotisés. Vous êtes donc particulièrement de mauvaise foi. Je ne dis pas que ce système serait la panacée, mais au moins s´il existait, on pourrait enfin savoir de quoi on parle... car a l´heure peu de gens sont vraiment capables de savoir de quoi sera fait leur retraite... en dehors des cadres bien sur, qui grâce à leurs généreuses retraites complémentaires et autres retraites chapeaux n´auront pas de soucis.


              • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 23:52

                @ jpm

                Je ne parlais même pas de retraites chapeau qui ne concerne qu’une toute petite minorité de gens.

                Oui le système proposé par Bayrou n’est pas la panacée et comme foufouiille l’a écrit, les relevés vous les recevez après quarante ans. Si les réformes rendent plus difficile le calcul, il est quand même possible d’obtenir ces informations. Donc le système de point n’est pas forcément critiquable dans le sens de la simplification du calcul mais n’est pas non une innovation majeure. Ce n’est pas faire preuve de mauvaise foi que de dire cela. Ce qui me dérange plus, c’est comme je l’ai dit, le début de la capitalisation au détriment du système par répartition, c’est cela qui me dérange. Parce que c’est bien ce que Bayrou propose en fait.

                Cordialement.


              • jpm jpm 13 avril 2012 10:06

                @ mbdx33,

                Je ne sais pas de quel relevés vous parlez, car je ne vois pas comment la CPAM serait capable de vous envoyer de tels relevés à 40 ans alors qu´elle a déjà toutes les peines du monde à satisfaire les demandes d´information des gens qui sont sur le point de partir à la retraite.

                Evidemment il est toujours possible d´obtenir un relevé de carrière, qui résume toutes votre activité salariée (et uniquement salariée) mais cela ne vous donne aucune indication sur le montant future de votre retraite qui dépend bien sur de la suite de votre carrière. Par contre avec le système à point des retraite complémentaires… c´est effectivement possible. Je trouve donc ce système beaucoup plus lisible… et rassurant car au moins on sait clairement ou on en est.

                Donc tout ce qui va vers plus de simplication et de lisibilité me semble une bonne chose. Il est plus facile ensuite de juger les politiques de chacun.


              • foufouille foufouille 13 avril 2012 11:49

                @jpm
                le releve est recent
                on le recoit bien a 40a
                tu y trouves ton salaire brut et tes trimestres cotises
                cela permet de rectifier les « erreurs involontaires »

                le releve de point arrco ne signifie rien non plus
                ta carriere etant pas terminee

                tu peut tout de meme voir si il te manques des trimestres et trouver une activite dans un autre regime ce qui permet de cumuler

                pour exemple, une longue maladie apres une activite, il faut demander une invalidite a la secu (avant un an) , ce qui permet de cotiser


              • jpm jpm 13 avril 2012 12:27

                Salut Foufouille,

                c´est donc bien un simple relevé de carrière... qui permet uniquement de vérifier que chaque période travaillée a bien été prise en compte comme période cotisée, qui peut aussi servir pour la détermination du salaire de référence pour un calcul de pension d´invalidité, mais cela ne donne aucune indication sur le montant de sa retraite... alors que le relevé des points agirc arrco permet de calculer d´ores et déjà le montant annuel acquis pour sa retraite complémentaire. Evidemment chaque nouveau points gagnés (en travaillant ou par bonification pour des périodes de chômage ou de conges maternité) permettront d´améliorer ce montant qui correspond au nombre de points multiplié par la valeur du point (qui se revalorise chaque année).


              • foufouille foufouille 13 avril 2012 12:59

                sauf que le point arrco n’est pas fixe
                si demain le prix baisse, c’est plus la meme chose
                de meme si la duree de cotisation augmente, ca changes tout
                ca reste a perfectionner bien sur
                de toute facon, une caisse de retraite essaira toujours de te donner moins
                leurs dirigeant et ploutocrates cotisant tres peu


              • jpm jpm 13 avril 2012 13:32

                La revalorisation du point Arcco est négociée chaque année par les partenaires sociaux... et en général elle suit le court de l´inflation, ce qui garantit plus ou moins le montant calculé à l´année N. Ainsi, on est garanti de conserver au moins ce que l´on a déjà, quelque soit la suite de sa carrière.

                Evidemment, aujourd´hui ces points de retraite ne sont convertibles qu´á partir de l’âge légal de départ à la retraite... qui dépend directement du système général, et donc de la durée de cotisation. Malgré tout, même si vous arrêtiez de cotiser à 40 ans vous seriez assurés d´avoir ce montant acquis de retraite complémentaire par points dés l’âge de 65 ans... ou 67 ans dans le modèle Sarkosien.


              • foufouille foufouille 13 avril 2012 14:25

                l’augmentation est tres variable suivant les annees
                on est juste assure d’avoir le minimum vieillesse


              • pas perdus pas perdus 12 avril 2012 14:44

                Il va bientôt expérimenter la retraite...


                • nico26 12 avril 2012 16:40

                  Bien d’accord avec les propositions de F. Bayrou sur les retraites. On aura alors une vision claire de ce qui nous attend.


                  • mbdx33 mbdx33 12 avril 2012 23:54

                    oui bosser jusqu’à 67 ans et plus pour percevoir une petite retraite par répartition et avoir une retraite convenable si l’on a la chance de pouvoir capitaliser ailleurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès