Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Bernard Tapie, symbole ou victime du « système » ?

Bernard Tapie, symbole ou victime du « système » ?

Symbole du « système libéral » sans état d’âme ou victime du système politique et judiciaire français ? Un aveu qui date de 2009 pourrait donner à Bernard Tapie quelques circonstances atténuantes.

On pourra toujours critiquer Bernard Tapie, ses nombreux défauts, son affairisme, son "médiatisme", son bluff, son arrogance, son imprudence, son insolence, sa façon de transformer tout ce qu’il touche d’abord en or puis en mouise… On pourra toujours s’être réjoui de ses mésaventures judiciaires (prison, faillite personnelle, ruine etc.) puis avoir pesté sûrement un peu par jalousie contre ces centaines de millions d’euros qu’il retrouve comme par miracle…

Bernard Tapie reste néanmoins une personnalité exceptionnelle du paysage politique (et médiatique) et pour n’avoir pas accepté les jeux du pouvoir, s’est brûlé les ailes comme Icare. Un vrai gâchis pour les enfants de la République.


Séduit par un séducteur

L’ascension fut rapide dès lors que le Président de République François Mitterrand trouvait en lui des qualités de débatteur extraordinaires, au grand désespoir des grands caciques du Parti socialiste. Une circonscription en juin 1988 à Marseille qu’il gagna plusieurs mois plus tard après une invalidation. Et un culot monstre qui en a fait l’un des contradicteurs les plus efficaces (avec Bernard Stasi) de Jean-Marie Le Pen.


En pointe contre le lepénisme

Le courage physique fut réel lorsqu’il osa se rendre sous les sifflets à un meeting de son concurrent du Front national et où il parvint à prendre la parole à la tribune en disant que pour résoudre le problème des immigrés à Marseille, il proposerait de les renvoyer en bateaux et de couler tous les bateaux. La salle se mit alors à l’applaudir. Tapie leur retourna le miroir en disant que ce n’était pas Le Pen qui était dangereux, mais bien ses laudateurs, puisqu’ils venaient odieusement d’applaudir un massacre.

Ne reculant donc pas devant l’affrontement parfois physique, Bernard Tapie a pris la tête de liste aux élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur le 22 mars 1992 pour affronter Jean-Marie Le Pen sans toutefois réussir à détrôner le président sortant Jean-Claude Gaudin.

C’est sans doute cette pugnacité et cette combativité qui ont encouragé François Mitterrand à le nommer Ministre de la Ville dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy le 1er avril 1992. Ce n’était pas un poisson d’avril et pourtant, la quasi-totalité de ses collègues ministres (à l’exception de Pierre Bérégovoy et de Bernard Kouchner) le détestait. À cause d’une affaire d’abus de biens sociaux, il a dû démissionner dès le 23 mai 1992 mais est revenu au gouvernement après un non-lieu le 26 décembre 1992 (jusqu’au 29 mars 1993). Il fut réélu député de Marseille le 28 mars 1993 et élu conseiller général le 27 mars 1994.


Le tombeur de Rocard

Ce fut aussi Bernard Tapie, conseillé et encouragé par François Mitterrand, qui mit fin aux ambitions présidentielles de Michel Rocard lorsqu’il mena la liste des radicaux de gauche aux élections européennes du 12 juin 1994 avec des thèmes très pro-européens (en faveur d’une Europe fédérale) et qu’il fit jeu égal (12,0%) avec la liste socialiste menée par Michel Rocard (14,5%).

Bernard Tapie était donc devenu l’une des personnalités politiques les plus médiatiques et pourtant, son aura s’est effondrée très rapidement à cause de ses problèmes judiciaires et en particulier de l’affaire OM-Valenciennes.


Prison ferme et faillite personnelle (grandeur et décadence)

Le 15 mai 1995, Bernard Tapie fut condamné à deux ans de prison dont un an ferme par le tribunal correctionnel de Valenciennes. Prison ferme confirmée par la cour d’appel de Douai le 28 novembre 1995 avec un verdict de huit mois ferme.

Le 31 mai 1996, il fut condamné à dix-huit mois dont six ferme pour une fraude fiscale et d’une interdiction de dix ans de gérer pour banqueroute...

Malgré son immunité de député européen, Bernard Tapie se constitua prisonnier l’après-midi du 3 février 1997 (à la veille de la décision de la cour de cassation) et passa cent soixante-cinq jours en prison (jusqu’au 25 juillet 1997). Une période évidemment très difficile pour toute personne.


La prison n’était pas justifiée

C’est donc assez surprenant d’entendre Éric de Montgolfier, procureur de Valenciennes qui s’impliqua beaucoup à faire tomber Bernard Tapie, dans le documentaire de Christophe Widemann "Bernard Tapie, l’aventure, c’est l’aventure" dans le cadre de l’émission "Un jour, un destin" présentée par Laurent Delahousse et rediffusée le soir du 4 janvier 2011 sur France 2 (le documentaire sera rediffusé dans la nuit du 8 au 9 janvier 2011).

En effet, Éric de Montgolfier, actuel procureur de la République au TGI de Nice, a déclaré très honnêtement (cela date de 2009) : « Quand vous voulez être un symbole, vous entraînez des peines symboliques. Et il est clair que la peine qui a frappé Bernard Tapie, pour moi en tous les cas, telle que je l’ai requise, est une peine symbolique. (…) Je pense que si Bernard Tapie n’avait pas organisé tout ce battage médiatique autour de ce dossier, s’il avait laissé les choses se faire normalement, il ne serait pas allé en prison. Je pense que ça ne le justifiait pas au regard des faits. Mais le problème, c’est que de ce dossier, il a fait autre chose et que même l’intervention du Président de la République [François Mitterrand le 14 juillet 1993], il l’a payée. ».

C’est vrai que Bernard Tapie n’avait pas cessé d’intriguer et de rappeler sa proximité avec François Mitterrand pour impressionner les juges et faire pression sur le procureur.


La justice est-elle impartiale ?

Cet "aveu" d’Éric de Montgolfier est à mon sens très grave : il signifie que la justice n’est pas égale pour tous alors que les juges ne doivent prendre leurs décisions qu’au seul regard des faits.

Il confirme qu’il y a bien eu une chasse à l’homme, une chasse politique, dont l’origine serait d’ailleurs plus à chercher du côté du Parti socialiste (il faut se rappeler que Bernard Tapie avaient des ambitions municipales à Marseille pour juin 1995) que du côté du RPR ou de l’UDF de l’époque.

Il confirme aussi que l’ego des juges peuvent terriblement influencer leurs décisions, en ce sens que leur soif d’indépendance peut réagir face à une intervention présidentielle qui s’est montrée très contreproductive.


Retour de manivelle et prudence…

Bernard Tapie a retrouvé son éligibilité en 2003, et sa capacité financière le 11 juillet 2008 lorsque, au grand dam de François Bayrou qui avait recruté Jean Peyrelevade pour sa campagne présidentielle, un tribunal arbitral (composé notamment de Pierre Mazeaud et de Jean-Denis Bredin) a décidé de lui donner raison contre le Crédit Lyonnais sur l’affaire Adidas, après une quinzaine d’années de procédure, lui apportant par la même occasion deux cent vingt millions d’euros.

À bientôt 68 ans, Bernard Tapie est aujourd’hui un peu un vacataire. En novembre 2006, il avait apporté son soutien à la candidature de Dominique Strauss-Kahn. Toutefois, il ne devrait sans doute plus revenir à la politique car chat échaudé craint l’eau froide. Il reste qu’il déploya une énergie à la fois exceptionnelle et efficace contre les idées du Front national et pouvait être crédible en redonnant à la vie politique cette dose d’authenticité grâce à un talent de communicateur hors pair.

Comme le disait un de ses amis, lorsqu’on fonce à vive allure, si l’on rencontre un mur, ça fait très mal. Mais c’est sans doute mieux que de faire du surplace.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (5 janvier 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Émission "Un jour, un destin".

Documents joints à cet article

Bernard Tapie, symbole ou victime du « système » ?

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Krokodilo Krokodilo 5 janvier 2011 13:08

    C’est un homme d’une moralité exemplaire, dont l’éthique sportive est le symbole de l’olympisme, et qui devrait être présenté en exemple dans toutes les écoles de France. Et si NS me refile 300 patates, je veux bien être une victime comme lui.
    Les vrais entrepreneurs s’occupent de leur entreprise et de leurs employés pendant des décennies, voire sur plusieurs générations, ils ne passent pas leur temps à acheter, dépecer (on dit restructurer), revendre pour encaisser des plus-values : ça s’appelle de l’affairisme.


    • Gabriel Gabriel 5 janvier 2011 13:36

      Tapie victime du système, stop ! Là je cours chercher des kleenex. Ce type là est le symbole parfait de cette société que nos gouvernements successifs secondés joliment par les média télévisuels et une grande majorité de la presse écrite prônent et bâtissent chaque jour depuis 20 ans. Les principaux ingrédients en sont, l’individualisme au stade le plus élevé (Chacun pour sa gueule) et l’immoralité totale dans le gestion des affaires (Le fric à tout prix même si les autres en crève). A la vue de ce type une forte envie de gerber me prend. Tapie a la même consistance morale qu’un étron sorti d’un corps malade qui ne peut attirer qu’un certain type de mouche !


      • Tarouilan Tarouilan 5 janvier 2011 13:38

        Comment cet escroc, affairiste et F.M. peut encore générer le moindre interret, des français.

        La justice, grace aux intrigues mafieuses des fraternelles :. lui a accordé la somme astronomique de 47 milllions pour préjudice moral, c’est de la science-fiction.


        • foufouille foufouille 5 janvier 2011 13:45

          on le plaint
          sissi
          et l’auteur ripoux liberal aussi


          • ZEN ZEN 5 janvier 2011 13:47

            Je m’souviens...
            A partir de 1985, deux icônes étaient officiellement valorisées :
            -Tapie comme le phare de l’ audace entrepreneuriale, qui devait réconcilier le PS avec le monde des affaires et de l’argent facile
            -L’Abbé Pierre comme le recours charitable des laissés pour compte du système dont s’accommodait le même PS


            • non666 non666 5 janvier 2011 14:17

              La quete desespérée de Sarkozy pour creer des torpilles contre un centre authentique, un regourpement de la droite chretienne democrate derriere Bayrou prends un nouveau virage.

              Apres l’echec de l’opération Morin/Nouveau centre, la république bananiere centriste aux ordres .
              Apres l’echec du vrai faux remainiement avec victime expiatoire(rama yade), faux cocu (Borloo) qui cache un vrai desir de se debarasser de ses quotas de minorités trop visible quand on veut reconquerir les voix « siphonées » du FN ET preparer les reports de voix du deuxieme tour
              Voici l’opération : le retour du Phoenix Tapi (dans l’ombre).

              Gloire aux repris de justice !
              Un gouvernement Tapi, Juppé Emmanuelli , et bientot Woerth serait un must pour notre démocratie....
              Mais Tapi est un hero dans le sud, la ou Lepen devrait faire un tabac (tous les sondages le confirme).


              C’est de bonne guerre : le renvois d’ascenseur du gros cheque qui indeminse Tapi sans procès, à l’amiable, avec nos sous.
              Finalement cette affaire la nous coute moins cher que le renflouement des banques, hein ?
              Nous financons donc la reelection de Sarkozy via quelques coups fourrés soigneusement anticipés.

              La stratégie de l’UMP est donc clair : faute de ne plus pouvoir mentir a tous, en meme temps, l’UMp a choisi de multiplier les fausses oppositions aussi bien au centre pour detruire Bayrou (Morin, Borloo , Yade, Tapi) qu’a droite pour essayer de reduire le vote FN (Dupont Aignan , l’heritier de DeVilier (?) , peut etre Megret...)

              Il y a juste un hic, un petit hic.
              Il va falloir quand meme que lui aussi, franchisse le premier tour....
              En se coupant des faux centristes et des faux souverainistes, il ne va lui rester que les liberaux pur jus (3,5%) et les militants du grand israel (Betar, LDJ)

              Ca, cela ne va pas casser trois pattes a un canard....
              Comment esperent ils avoir ne serait ce que 20% d’electeurs au premier tour en se privant de ces voix la ?


              • Xenomorph Xenomorph 5 janvier 2011 14:17

                Honteux cette article...


                • Yvance77 5 janvier 2011 14:17

                  Ah ben il démarre fort le Sylvain, et pied au plancher. Nanard victime d’un système... je pouffe.

                  Nanard, c’est un gars qui a trop vouloir se rapporcher du soleil et de tout ce qui brille s’est brulé.

                  Il a crée quoi de ses dix doigts au fait notre Tapie. Savoir dépecer une bête tel le dernier des bouchers ça il a su, mais pour le reste. Il a apporté quoi hormis une coupe d’Europe de foot que c’est vrai nous attendions.

                  Faut être lucide, il a joué au poker menteur toute sa vie durant, a gangé parfois et a perdu aussi. Sa vie est ainsi.

                  Mais mince cela n’en fera pas une chevalier blanc pour autant ou le Che sauvant des pauvres


                  • Marianne Marianne 5 janvier 2011 15:30

                    Eh Sylvain, il t’a payé combien Tapie pour cet article ?


                    • bakounine 5 janvier 2011 16:09

                      Tapie a fait une chose respectable :

                      il a niqué le FN sur marseille et il a fait fermer sa gueule au faux borgne ; memorable !!!

                      Sinon et bien comme d’hab article très drole ; l’auteur est un comique ou alors il ne le sait pas..................


                      • King Al Batar King Al Batar 6 janvier 2011 11:09

                        BIen sur,

                        J’ai moi même un profond respect pour ce mec. Comme beaucoup de gosse de banlieu. Tapie c’est une élite populaire. C’est un mec qui vient de la masse, et qui s’est distingué parmis les élites.

                        Sont comportement n’est pas plus criticables que celui de n’importe quel homme d’affaire, ou homme politique, sauf que lui n’est pas né avec une cuillère en argent, et de la soie au cul. Il n’a pas fait des études pour gosses de riches, et il est arrivé au même point que les autres...

                        Tous ses gens des classes moyennes qui laissent des posts l’accablant, ne sont que des petits frustrès par le poids de leur non réussite.

                        Si tous les politiciens pouvaient ressembler à ce mec, et avoir le tiers de sa franchise, et bien au moins on ne serait pas déçu. Lui on sait qui il est. C’est notoire. Ce n’est pas un homme politique qui va se faire passer pour un saint, et qui au moindre scandale prendra des allures de vierges effarouchées, en niant tout en bloc.

                        J’ai beaucoup apprécié comment Nanard a fermé la gueule à Bayrou. Comment il a reçu des representant de chaque partie, tous contre lui, pour leur expliquer qu’il était dans son droit de récuperer son fric. Parce que pour faire ca, se retrouver face aux elites politiques, eh ben il faut les avoir bien accrochées... Et après il ya toujours les suceurs de Bayrou, le mou débil et arogant (il me fait penser à Domenech avec sa suffisance d’instituteur provincial), qui vont aller le pourrir en disant que tout ca c’est Sarkozy, tout vexés qu’ils sont que leur chouchou se soit fait mouché comme une merde en public...

                        Moi tout ce que je vois, c’est que les gens sont des rageux jaloux avec Bernard Tapie, alors qu’il les represente bien plus, aux yeux de toutes les élites dirigeantes, parce qu’il vient du meme monde, que les trois quart des connards pour qui ils votent !


                      • volpa volpa 5 janvier 2011 16:35

                        Même au diable on peut trouver des qualités.

                        SUGGESTION : Si l’auteur a des biens qu’il les confie à Bernard TAPIE, il lui fera fructifier.


                        • volpa volpa 5 janvier 2011 18:54

                          Son vrai coeur de métier, posticheur.


                            • ARMINIUS ARMINIUS 6 janvier 2011 10:43

                              Si Tapie a payé sa dette envers la société(deux ans de taule), la société lui a payé une dette qu’elle ne lui devait pas, grâce à un tribunal fantoche créé pour l’occasion par ordonnance du prince pour un citoyen ordinaire, même une république banannière aurait eu des scrupules...


                              • L'Auvergnat L’Auvergnat 6 janvier 2011 11:22

                                Tapie est allé en taule pour une affaire de « footeux » débiles.
                                Par contre les brigands du gouvernement de FILLON sont toujours en liberté.

                                Tapie ne cachait pas tout, son Phocéa était amarré dans le port de Marseille.


                                • Papounet1954 6 janvier 2011 12:32

                                  Bof Tapie !!! :Symbole et victime de sa symbolique.Pas grand choses a dire de plus ,sauf que si on devait s’acharner sur les business man de son équivalence aujourd’hui il y en aurait pas mal en taule et pas des moindres 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès