Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > BNP Paribas : le gouvernement doit durcir le ton

BNP Paribas : le gouvernement doit durcir le ton

Suite à l’annonce que la justice étasunienne pourrait infliger une amende de 10 milliards de dollars à BNP Paribas pour des transactions réalisées en dollars avec l’Iran et le Soudan, le gouvernement a fini par monter au créneau. Mais il doit être beaucoup plus ferme.

Une saisie qu’on appelle amende
 
Bien sûr, on peut s’abriter derrière le fait qu’il s’agit d’une amende infligée par la justice et non par le pouvoir politique. Néanmoins, elle est du même acabit que les saisies arbitraires faites par certains Etats sur des avoirs étrangers. Les Etats-Unis se croient tellement tout permis qu’ils ne se rendent même pas compte de l’énormité de la sanction envisagée, pour des faits qui, il faut le rappeler, ne contreviennent pas au droit international, mais seulement au droit étasunien, dont l’autorité ne dépasse logiquement pas le territoire étasunien. Il faut rappeler ici que BNP Paribas réalise environ 3 milliards d’euros de PNB outre-Atlantique et que cette amende dépasse largement les précédents récents.
 
S’il est légitime de sanctionner la filiale étasunienne de BNP Paribas si elle n’a pas respecté les lois du pays, cette sanction doit être proportionnelle aux précédents et il serait arbitraire que la justice US la sanctionne pour des faits commis par des filiales non étasuniennes sur lesquelles elle ne doit pas avoir de prise pour des faits qui ne sont pas commis sur son territoire. Forbes reconnaît que les régulateurs n’enquêtent pas sur les banques US « avec autant de zèle que sur les banques européennes » mais soutient que les Etats-Unis rendraient « service à tout le monde » en cherchant à « mettre de l’ordre » dans les banques européennes. Le cowboy impérialiste n’est jamais très loin…
 
Un gouvernement trop timide

On peut se satisfaire à première vue de la mobilisation générale de l’équipe au pouvoir sur ce sujet : François Hollande a envoyé une lettre à Barack Obama, Laurent Fabius a dénoncé une amende « pas raisonnable  » et Michel Sapin a averti que la France « était prête à réagir fermement pour protéger ses intérêts fondamentaux  ». Cependant, Karine Berger, membre socialiste de la commission des Finances a estimé qu’il « faut absolument que l’Etat français ne s’en mêle pas. (…) si les faits étaient avérés, la position américaine est parfaitement compréhensible  ». Washington devrait lui envoyer une carte verte, si ce n’est un passeport étasunien tant elle semble davantage défendre leurs intérêts.

Même la presse US, critique contre les réactions françaises, ne peut pas justifier une telle amende (la presse anglaise penchant de notre côté). Et la somme colossale demandée pourrait avoir de graves conséquences sur la banque. Il faut donc que le gouvernement réagisse de manière bien plus ferme et ne se contente pas de mots. Il faut menacer les Etats-Unis de sanctions au moins aussi importantes, par exemple l’interdiction pour tous les établissements financiers US d’avoir la moindre activité en France, la volonté de réduire drastiquement l’utilisation du dollar dans nos échanges, ou de lancer un boycott contre tous les produits US. Washington ne comprend que la force. Il faut leur faire sentir la nôtre.
 
Et c’est bien là le problème. Si on peut se satisfaire de l’activisme verbal du gouvernement, le précédent du dérisoire pacte de croissance européen de juin 2012, qui n’a pas empêché une nouvelle récession, impose une attention sur les actes, qui suivent rarement l’emphase des mots.

Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • jako jako 5 juin 2014 10:15

    Bas dans quelques mois , après Tafta, le gouvernement n’aura plus aucun mot à dire dans tous les sujets.


    • bourrico6 5 juin 2014 10:23

      pour des faits qui, il faut le rappeler, ne contreviennent pas au droit international, mais seulement au droit étasunien, dont l’autorité ne dépasse logiquement pas le territoire étasunien

      Il semble que les transactions aient été réalisées en Dollar.... il faut prendre conscience que chaque billet vert est une part des USA et est donc soumis à ses lois, ou qu’il soit.

      Après on peut y voir pleins de choses, rétorsions suite au maintient de la vente des BPC à la Russie, rétorsion suite aux résultats électoraux, savonnage de planchette en vue du retour du Business en Iran, etc.

      Les USA, c’est le grand costaud de la cour d’école (celui qui fait genre qu’il est votre pote mais n’hésite pas à vous piquer votre 4h s’il est mieux que le sien), et hélas, il n’y a que dans les dessins animés ou l’union des souffres douleur permet d’écrabouiller le grand costaud.
      Au lieu de ça, nous avons des cireurs de godasse qui rivalisent de servilité dans le vain espoir de s’attirer les faveurs du Boss.
      Sauf qu’au final, cette attitude ne récolte qu’encore plus de mépris...
      Demandez aux Anglais par exemple.


      • Trelawney Trelawney 5 juin 2014 10:29

        Il est vrai qu’une amende de 10 M$ pour une société qui réalise un bénéfice autour des 7M$ ca fait beaucoup. Mais il faut savoir ce que l’on reproche à BNP

        1 Les USA frappe d’embargo le Soudan, l’Iran et Cuba c’est leur droit

        2 Les USA exige que la compensation des contrats commerciaux établit en $ soit fait sur le sol américain avec des chambres de compensations agrées par le gouvernement US. C’est aussi leur droit et les Européen exige la même chose pour l’euro

        3 BNP établit en Suisse des contrats avec le Soudan et l’Iran en $ compensés par une chambre luxembourgeoise. En un mot : il chie sur la politique étrangère américaine.

        4 Il voudrait que les USA ne réagissent pas. On croit rêver

        Je pense plutôt que les pieds nickelés de la BNP pensent que si ca merde c’est l’état français qui paiera l’amende et pas eux. On croit rêver.

        En conclusion : que la BNP se démerde ce n’est pas notre problème


        • Alpo47 Alpo47 5 juin 2014 10:38

          « Les USA frappe d’embargo le Soudan, l’Iran et Cuba c’est leur droit »

          Que vous dites. Quelle sont donc aujourd’hui les vrais raisons de l’embargo contre Cuba, condamné des dizaines de fois par l’ONU ?
          Comme pour les autres, juste «  Pliez vous à ma volonté en acceptant notre mode de société ou je vous affame et vous écrase ». Si c’est ainsi que vous concevez le Droit international, vous justifierez tous les abus.


        • Le taulier Le taulier 5 juin 2014 11:32

          Et toi t’es qui pour demander à un pays souverain de se justifier sur les lois qu’il vote. Si la BNP veut avoir comme clients ces pays elle doit leur dire que les transactions financières devront se faire dans une autre devise que le dollar américain.


        • lsga lsga 5 juin 2014 11:34

          Il ne veut pas que les peuples soient souverain, il veut que la France redevienne un Empire. C’est très différent... 


        • Trelawney Trelawney 5 juin 2014 13:26

          Et bien demandons pourquoi la BNP a décidé d’une transaction en $ en Suisse plutôt qu’en € et en France. Ca qui l’aurait assurément mis à l’abri de toute poursuite . La réponse risque d’être sympathique.

          Pour cela j’ai ma petite idée : raison fiscale


        • goc goc 5 juin 2014 16:31

          Les USA frappe d’embargo le Soudan, l’Iran et Cuba c’est leur droit

          pas tout a fait
          a partir du moment que le droit international condamne l’embargo sur cuba, (les usa sont membre de l’ONU qui a condamné l’embargo) alors la plainte américaine dans son ensemble, devient illégale, il y a plusieurs jugements (même en interne aux usa) qui ont annulé une plainte pour ce motif. Quand au droit français (qui vaut autant que le droit américain dans le cas d’une société française), il dit la même chose, à savoir que pour qu’une plainte soit recevable elle doit être au minimum légale, et ne pas enfreindre le droit (encore moins le droit international)
          Voila pourquoi il apparait évident que l’État français si prompt à verser 400 million à un escroc, va se coucher devant une tentative d’extorsion de fond caractérisée


        • goc goc 5 juin 2014 16:42

          Mise à jour de 16h30

          Obama a déclaré à propos de l’affaire BNP, qu’il refuse de se mêler d’affaires judiciaires

          bref, il indique au « mou » que la seule chose que nous devons faire, c’est la fermer
          par contre concernant l’affaire des 2 navires français vendus aux russes, là le Obama veut se mêler de nos affaires, et « expliquer » aux français ce qu’ils doivent faire

          Après on va encore traiter nos compatriotes d’anti-américanisme primaire !


        • fg 5 juin 2014 23:03

          Le bilan d’Obama ressemble de plus en plus à une pub de café : black, what else ?


        • lsga lsga 5 juin 2014 10:39

          Le juge qui s’en prend à la BNP est un Eva Joly US, qui traque autant qu’il peut TOUS les banksters.

           
          La BNP est la plus grande banque Européenne, et est trempée jusqu’au cou dans les infamies de la finance.
           
          Moi qui suit contre l’Oligarchie Financière, je souhaite bon courage à ce juge, et j’espère qu’il fera craché le plus de fric que possible à ces salopards !

          • zygzornifle zygzornifle 5 juin 2014 10:59

            Hollande ne durcira pas il se répandra en flaques comme une gastro d’éléphant, on a bien vu avec l’affaires des écoutes et des mails piratés par la NSA, Fabius avait dit gnagna et Hollande gnégné et c’était il y a peu de temps.... Les américains se tordent de rire en en plus ces cons vont signer le traité transatlantique WHOUA hahaha ....


            • Le taulier Le taulier 5 juin 2014 11:30

              Faut vous décider les mecs. Un jour tu nous dis qu’il faut cogner fort sur les banques et le lendemain quand un juge menace la BNP d’une prune de 10 milliards et de la sanction contres les dirigeants qui sont l’origine de ce problème tu viens nous dire que c’est trop dure.

              Dura lex sed lex


                • Hermes Hermes 5 juin 2014 13:48

                  L’article du monde : Hollande qui accepte de négocier le Tafta pour sauver la banque, c’est comme donner sa maison pour chasser des intrus.


                • sirocco sirocco 5 juin 2014 23:31

                  Eh oui : vous ne le voyez pas arriver gros comme une maison ce chantage qui se cache derrière la fausse alerte sur la survie de la BNP ? Un chantage dont Hollande et les Commissaires européens sont bien évidemment complices et dont par avance ils se frottent les mains de plaisir !

                  La justice américaine ne coulera évidemment pas la banque française, moyennant quoi le TAFTA sera signé sans discussion, aux conditions imposées par les Yankees. Hollande fera admettre aux 65 millions de veaux de l’hexagone, par merdias et « experts » interposés, que c’était la condition sine qua non pour sauver le fleuron de la finance française (ou pour éviter que les 10 milliards de $ ne soient payés par les contribuables selon la bonne vieille règle capitaliste de la collectivisation des dettes).

                  La limace apparaîtra comme un sauveur alors qu’en fait il aura obéi à son maître et livré le pays pieds et poings liés aux appétits américains. Préparons la vaseline !


                • LE CHAT LE CHAT 5 juin 2014 12:52

                  Mon pauvre Sylvain,
                  si vous pensez que les ricains sont nos amis , vous pouvez vous le carrer dans l’oeil jusqu’au coude , nous ne sommes pour eux que des vassaux , des conccurrents et tous les moyens d’asseoir la supprématie yankee sont bons pour eux !
                  achetez vous d’urgence un tube de vaseline , parce que tafta c’est un gros morceau dans le rectum ...


                  • bourrico6 5 juin 2014 16:13

                    Ah oui, tient, j’avais oublié ce traité d’esclavage dans ma liste des motifs possible.

                     smiley


                    • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 2014 17:41

                      L’américaine Morgan Stanley, ce n’est que 1,25 milliards.

                      C’est ça qui est curieux. 

                      • egos 5 juin 2014 21:48

                        un vassal exigeant respect n’a d’autre choix que de se rendre intraitable envers son suzerain 


                        ni Valls ni Fabius, 

                        l’homme qui parle à l’oreille des nazillons Svoboda 
                        à commencer par Desert Storm auront il l’audace de relever l’affront ?
                        plus que douteux, 
                        n’évoquons même pas une réaction énergique du falot occupant de l’Elysée ou ce no man’s land qu’est le ps

                        le cowboys & shérifs de la patrie de Lehman Brothers, Goldman Sachs et Halliburton ouvrent le stand ball trap à la grande kermesse de bienfaisance yankee,

                        le ton et la mesure de la nouvelle politique juidiciaire-diplomatique-finacière-policière & militaire (rien ne mnque) us sont donnés 

                        ce qui n’est pas sans rappeler les méthodes de la gpu et de son équivalent chinois à leur apogée, 
                        la totale en matière d’acte d’inculpation
                        assorti d’une sentence massive pour faire taie les grincheux


                        chacun de par le vaste monde doit maintenant se sentir informé, mieux : concerné, par la nouvelle mise de base,

                        engageant non ?

                        by the way, 
                        Laurent Fab détient il la double nationalité de part son ascendance côté maternel, idem Roger Badinter,

                        doit être difficile à gérer, compte tenu de son équité & neutralité légendaires

                        • bakerstreet bakerstreet 6 juin 2014 00:18

                          Toujours se rappeler que es état unis n’ont pas d’alliés !
                          Ils n’ont que des ennemis, ou des vassaux.

                          Qu’aurait fait De Gaulle dans ce genre de situation, lui qui nous avait déjà débarrassé de l’OTAN, et refusait que la France soit un valet supplétif des US ?

                          Je vous laisse deviner...

                          Je doute que notre pingouin hésite déjà à aborder la moindre question qui fâche, le doigt sur la couture du pantalon. 
                          Plutôt que De Gaulle, je le vois dans la robe de bure d’un de ces bourgeois de Calais qui vinrent remettre les clés de la ville aux occupants anglais. 

                          Les écoliers actuels connaissent ils cette histoire ?
                          Que voient ils quand ils regardent les plages normandes....Le film « Il faut sauver le soldat Ryan », les a formaté à une certaine vision des faits, cinématographique et larmoyante...

                          Extraordinaire d’entendre Le gentil Barak aux dents de loup déclarer à Bruxelles, ce jour, que l’état américain ne s’occupe pas des conflits des banques, et qu’il n’y pas de coups de téléphones interlopes interférant, et tentant d’arranger le droit, comme ça se fait, dit-il, dans d’autres pays.....

                          Bienvenue au pays des yankees, et de la transparence....
                          Mais qui donc à remis les banques américaines à flots, en faisant marcher à fond la planche à billets, après qu’elles aient entraîné un collapsus généralisé, au niveau de la planète entière ?

                          Urgence en tout cas de se débarrasser du dollar en tant que monnaie unique, et d’encourager la création d’un fond monétaire lié à l’économie des bric ( brésil, russie, inde, chine) qui transformeraient ce monde. 

                          Ce raidissement américain qu’il faut aussi mettre en optique avec l’opportunité de mettre sur le flanc la principale banque d’investissement française qui était bien placée pour l’ouverture du marché iranien, est peut être malgré tout une sacré erreur.

                           Car voilà l’antiaméricanisme qui va se déchaîner, sans compter une très grande méfiance des investisseurs. 
                          Il n’y aura plus que DSK qui hésitera à passer la nuit au Sofitel...

                          DSK....
                          Je l’avais oublié celui-là...L’homme du scandale à la pipe avait pour projet d’atténuer le rôle du dollar dans les transactions du FMI....
                          On peut dire que son éviction est bien tombée, le fruit d’un pur hasard....Mais voilà qu’u projet similaire, du moins visant à diminuer le leadership des states, revient dans cet accord que Poutine a signé en Mai, avec la chine, prévoyant la création d’une monnaie commune avec L’inde !

                          Quelle carte truquée va sortir le cow boy de sa poche. 
                          Méfiance, les adversaires commencent à être légions
                          La chance n’a qu’un temps !

                          • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 6 juin 2014 00:37

                            10 milliars de dollars ? Ils sont complètement barjos ces yankees. Ce sont de gros escrocs, va falloir qu’ ils se calment.La BNP doit refuser de payer et retirer tous ses capitaux des Etats Unis. Boycott de cet état voyou ,de ce gvnt meutrier de masse.


                            • zygzornifle zygzornifle 6 juin 2014 08:48

                              Et le pécheur Breton durcit le thon ......


                              • credohumanisme credohumanisme 6 juin 2014 09:54

                                J’ai l’impression que vous êtes tous sérieux là … Ne trouvez-vous pas légèrement ironique que Monsieur Mon-Ennemi-C’est-La-Finance vienne au secours de pratiques qui sont les plus douteuses (spéculation sur les matières premières).
                                Que je sache les actionnaires ont choisi les dirigeants de la BNP, ces dirigeants ont en parfaite connaissance de cause violé le droit américain. Je ne vois pas d’anomalie à ce que les actionnaires soient privés de leurs dividendes 2014 et que la justice américaine, dans le cadre de la négociation (rien n’empêche BNP de préférer un procès) demande également que les dit-dirigeants restituent à la banque une partie de leur rémunération.

                                On apprend aujourd’hui que
                                -  La banque s’était engagée auprès des autorités américaines en 2009 à renoncer à ces pratiques (2002-2009) mais qu’elle aurait, en toute connaissance de cause, récidivé en 2011.
                                -  Qu’elle va se séparer de Georges Chodron de Courcel, l’un de ses dirigeants impliqués. (Une liste plus complète d’autres dirigeants est apparemment dans les tuyaux)
                                -  Que Bank of America pourrait également se voir infliger (pour un ensemble de délits) une amende de 12 milliards de dollars.

                                Il y a quelques jours à peine, Matignon communiquait via AFP : « la procédure engagée par les autorités américaines relève des relations entre une entreprise privée et la justice américaine. »

                                Notons que le revirement est également très surprenant de la part de Monsieur Moi-Président-La-Justice-Sera-Indépendante. Obama a beau jeu de répliquer qu’il « ne se mêlait pas d’affaires judiciaires ».

                                C’est grâce aux actions des Etats-Unis que la Suisse commence à lever son secret bancaire. Ce qui est surprenant dans cette histoire (et dans les autres scandales bancaires du même tonneau) n’est pas que les Etats-Unis sanctionnent les banques mais que la France ne le fasse pas.


                                • sirocco sirocco 6 juin 2014 11:37

                                  Vous voudriez que les actionnaires de la BNP soient privés de leurs dividendes ? QUOI ??!! Vous êtes un doux rêveur, là. Ou alors vous n’avez rien compris à l’essence du capitalisme.

                                  Auriez-vous déjà oublié ce qui s’est passé 5 ou 6 ans plus tôt lorsque des faillites bancaires se sont produites un peu partout en Europe, suite à des pratiques douteuses desdites banques ? Ces dernières, pour la plupart, ont été renflouées de façon à ce que les actionnaires continuent bien sûr à toucher des intérêts et on ne vous a pas demandé votre avis. Qui a payé ? Les trésors publics des pays concernés, c’est à dire les contribuables, vous, moi.

                                  Rappelez-vous : à Chypre, ils ont même ponctionné directement les comptes privés des clients ! C’est ça, la mafia bancaire. Elle dirige le monde. Et vous croyez que ça va changer ? Préparez plutôt la vaseline...


                                • credohumanisme credohumanisme 6 juin 2014 12:27

                                  Si l’amende est confirmée (et, à mon sens, c’est probable) dans un montant proche de celui évoqué il y aura bien sûr un impact sur le dividende.

                                  La position américaine de sanction me semble éthiquement plus raisonnable que la position de Hollande sur ce sujet.
                                  Nous sommes d’ailleurs les premiers à réclamer (avec peu de succès du fait du manque de courage et du montant trop faible des sanctions) l’application du droit français par exemple pour la protection des données (voir affaire Google), la vente d’objet nazi (voir affaire Ebay), le respect des circuits de distribution sélective pour les produits de luxe (voir Ebay avec, dans ce cas des sanctions importantes)....

                                  Les américains sont plus efficaces en chiffrant de base les pénalités en milliards.


                                • xmen-classe4 xmen-classe4 7 juin 2014 07:16

                                  il y a intervention de la fed pour stimuler tout le secteur informatique materiel et logiciel, ce qi fait que les usa choisissent ouvertement l’arabie saoudite a l’iran et cela s’acompagne d’une campagne de desinformation sur les enjeu de la démocratie, de l’etat tout cela au profit d’un pseudo royalisme.


                                  • Luc le Raz Luc le Raz 7 juin 2014 13:24

                                    La banque ne pouvait ignorer qu’elle était en contravention avec la législation américaine. Si elle en prend plein la gueule, qu’elle cherche donc les responsables. La SG a fait condamner Kerviel pour des motifs bien moins graves comparés à la magouille opérée par certains cadres de la BNP. A elle de payer les pots cassés. Les actionnaires toucheront moins ? Et alors ?


                                    • Mugiwara 11 juin 2014 14:57

                                      après Piketty, il y a un nouveau qui pourrait faire date à savoir benjamin lawsky (starsky). ses méthodes à la rambo, au bazooka, ça me plaît. même s’il s’agit d’une banque française, je trouve quand même que les 16 ou 18 milliards, ça n’est pas vraiment assez. pourvu que ces amendes serviront à des postes d’investissement pour permettre aux entreprises françaises de s’implanter davantage dans ce pays, si ça leur est possible. une amende de 10 milliards environ pour JP mogan, ça n’est pas assez. il aurait fallu aller jusqu’à au moins 100 à 1000 milliards. si cela va créer une crise systèmique ? pas plus que cela, suffirait de créer davantage de banques populaires ou de caisse d’épargne, des banques de peuple quoi afin qu’elles prennent le relais et soutenir l’économie réelle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès