Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > C’est une réforme fiscale ? Non, camarade, c’est une « (...)

C’est une réforme fiscale ? Non, camarade, c’est une « révolution » !

Forme dominante actuellement en France, du vieux courant social-démocrate, le PS n'hésite pas à présenter sa proposition de réforme fiscale comme une « révolution ». Une réforme fiscale serait surement une bonne chose, mais on aurait quand même pu imaginer des sociaux-démocrates qui, à l'instar par exemple du René Lévesque que chantent les Cow-Boys Fringants, seraient plus modérés dans leurs propos et leurs postures, et plus ambitieux dans leur volonté de transformer le réel.

Les sociaux-démocrates sont plus modérés que les communistes dans la volonté de mettre en commun la richesse et d'égaliser sa possession. Ils sont plus modérés dans le rejet des idées libérales de Smith, qui n'est que partiel chez eux. Et ils sont plus modérés dans la radicalité du changement souhaité de système économique, qui devrait rester à leurs yeux, comme aujourd'hui une économie de marché. On aurait donc pu imaginer des sociaux démocrates préférant quand cela est possible, utiliser le mot de « réforme » plutôt que celui de « révolution ».

Mais les sociaux-démocrates croient quand même comme Marx, que le libéralisme poussé à l'excès conduirait une grande partie de la société dans la misère, l'oppression, et les crises à répétition. Après 40 ans justement de dérèglementations et privatisations, et de montée des effets attendus de cela, on aurait donc pu imaginer des sociaux-démocrates prêts à activer d'autres leviers que l'impôt plus progressif et redistributif, pour résoudre le problème du déficit public, et rendre plus équitable la répartition de la richesse.

Une réforme fiscale n'est pas la seule manière de résoudre un problème de déficit public.

Pour résoudre le problème du déficit public, on peut réduire les dépenses publiques, ou bien augmenter les recettes, en augmentant certains impôts ou bien en relançant la croissance (augmentant ainsi la solvabilité des acteurs privés) ; et on peut encore réformer le système monétaire et financier. Le PS se focalise seulement sur une certaine « maitrise » de nos dépenses et sur l'augmentation de certains impôts, mais il ne souhaite quasiment rien changer au système monétaire et financier actuel de notre pays, et il n'a pas de projet de relance qui soit à la fois crédible et ambitieux.

La monnaie, le droit d'accorder des crédits (et de créer à cet effet de la monnaie), et la gestion de l'épargne, peuvent être institutionnalisés et gérés au jour le jour de diverses manières. La politique monétaire peut faire en sorte qu'il soit plutôt facile pour une entreprise ou l'État, d'obtenir un crédit pour financer un agrandissement de son appareil productif, comme le préconisent les keynésiens, ou bien elle peut comme aujourd'hui, et comme le préconisent les monétaristes (ultra-libéraux), rendre ces crédits plus difficiles à obtenir. Lorsque ces crédits sont plus difficiles à obtenir, une plus grande part de la production est consommée par ceux qui sont intégrés dans l'appareil productif, plutôt qu'investie dans des agrandissements de l'appareil productif, qui eux profiteraient aux chômeurs qui retrouveraient une place dans cet appareil, et à certains possesseurs d'entreprises dont l'entreprise grossirait (ou pourrait être créée). Une telle restriction de ces crédits réduit aussi l'inflation, ce qui profite aux détenteurs de capitaux financiers, qui perdent moins vite leur pouvoir d'achat. Enfin une telle restriction raréfie les capitaux financiers à disposition, et accroit ainsi le pouvoir et le revenu de leurs détenteurs. Le droit d'accorder des crédits peut aussi être plutôt privatisé, comme aujourd'hui et comme le préconisent les ultra-libéraux, ou plutôt socialisé, comme le préconisent quelques économistes, de gauche comme Frédéric Lordon ou Jacques Généreux, ou plus centristes comme Maurice Allais, ainsi aussi que Louis Even, personnage pittoresque, contemporain et compatriote québecquois de Lévesque (dans cette vidéo et dans ce texte il présente ses idées sur ce sujet). Even reprenait lui même les idées du major Douglas, autre personnage original, contemporain et compatriote de Keynes. Plus le système monétaire et financier est privatisé, et plus le montant total des intérêts touchés par les créanciers privés est important. Le système monétaire et financier peut enfin être plus ou moins règlementé. Sa forte dérèglementation actuelle permet encore d'accroitre le rendement des capitaux, notamment en facilitant la spéculation, et en leur permettant de se déplacer là où le cout du travail et l'imposition sont les plus bas. Privatisation et dérèglementation du système monétaire et financier réduisent aussi la possibilité de contrôle par l'État, que les crédits servent bien à financer des agrandissements de notre appareil productif, ou qu'ils sont faciles d'accès pour les entreprises voulant faire de tels agrandissements.

Parmi les réformes ayant privatisé le droit d'accorder des crédits, il y a la loi Pompidou-Giscard de 1973, inscrite aujourd'hui dans le traité européen de Maastrischt, qui interdit à l'État français de disposer lui-même d'un droit de création monétaire pour financer des déficits publics qui peuvent être dus à des investissements occasionnels ou à des situations de crise et plans de relance associés. L'État doit donc s'endetter auprès de créanciers privés, auxquels il doit verser des intérêts annuels, qui s'élèvent en 2008 à 44,5 milliards d'euros (soient 2,3% du PIB français). Étant donné qu'en plus, les créanciers privés, et notamment les banques, n'ont aucune obligation de détenir une partie de cette dette, l'État français devient vulnérable face à eux, qui peuvent décider d'augmenter autant qu'ils le veulent ses intérêts à payer s'ils décrètent qu'il n'est pas un emprunteur sûr. Enfin, les titres de dette publique étant négociables sur les marchés financiers internationaux, et pouvant donc être acquis par des résidents étrangers, le problème de la dette publique devient un problème qui nous engage vis à vis des autres pays, au lieu de ne concerner que notre pays. En 2008, 61,1% de la dette publique est détenue par des résidents étrangers. Est-il normal que le PS n'ait aucune proposition à faire sur ces sujets ?

En plus de sa réforme fiscale et de réformes du système monétaire et financier, le PS pourrait proposer pour résoudre le problème de notre déficit public, un plan de relance ambitieux. Mais selon plusieurs éléments des théories keynésiennes, « multiplicateur keynésien en économie ouverte », et « loi de Thirlwall », il existe une corrélation entre l'objectif de croissance (et donc de réduction du chômage) que se fixerait un gouvernement de la France, et ses objectifs d'augmentation de nos exportations, et de réduction de notre propension à consommer des biens ou services importés plutôt que produits en France. Selon ces éléments théoriques, ces trois objectifs doivent avoir une certaine cohérence les uns par rapport aux autres. Si un gouvernement se fixe un objectif ambitieux de réduction du chômage (et donc de croissance), et s'il peut s'attendre à ce que l'augmentation des exportations ait un rythme moins élevé que la réduction du chômage qu'il souhaite provoquer, alors il doit compenser cette différence de rythme par une réduction de la propension des habitants de France à consommer des biens importés (sinon cela provoque nécessairement un grave déficit de la balance commerciale, et cela affaiblit l'efficacité du plan de relance en regard des moyens financiers qu'il mobilise). Or le reste du monde risque fort de ne pas augmenter grandement sa consommation dans les prochaines années, ou de ne pas beaucoup tourner son surplus de consommation vers la production française, et le PS refuse d'user d'instruments comme une dévaluation ou du protectionnisme douanier, permettant de réduire notre propension à consommer des biens importés. Il est donc impossible que le PS ait sérieusement un objectif ambitieux de relance de la croissance et de l'emploi en France. Par ailleurs, l'observation de son absence de propositions ambitieuses de réforme de notre système monétaire et financier, garantissant mieux que les entreprises de France souhaitant agrandir leur apparail productif trouvent facilement des financements, aurait déjà pu nous suggérer la même conclusion.

Une réforme fiscale n'est pas la seule manière de rendre plus équitable la répartition des richesses.

La réforme fiscale du PS n'est pas seulement à ses yeux, la quasi unique solution au problème de notre déficit (en plus de la « maitrise » des dépenses publiques), elle est aussi sa quasi unique réponse à la montée des inégalités de revenus en France. Il est vrai que le niveau de l'impôt et sa répartition sont l'objet d'un conflit de répartition de la richesse. Mais il existe aussi, en amont et en aval de la redistribution effectuée par l'impôt, de multiples autres conflits de répartition de la richesse.

Deux conflits se cachent d'abord, derrière le niveau du chômage, qui à son tour participe à la détermination de la répartition de la richesse (en amont de l'impôt), puisqu'une personne au chômage a un bien plus bas revenu qu'une personne qui a un travail ou qui possède du capital. Le premier de ces conflits a pour objet les facilités de crédits pour les agrandissements de l'appareil productif, et par là la répartition de l'argent entre investissements, réducteurs du chômage, profitant donc aux chômeurs, et revenus du travail et du capital, revenant à des gens qui sont déjà intégrés dans l'appareil productif. Et le second conflit derrière le niveau du chômage, concerne la possibilité donnée ou non, à ceux qui ne seraient pas concernés par une concurrence sur le côut du travail avec les pays pauvres ou émergents, de profiter du bas coût du travail dans ces pays, en achetant pour moins cher des biens produits dans ces pays, ou en plaçant avec de meilleurs rendements les capitaux qu'ils détiennent dans ces pays. Si cette possibilité est donnée à ces personnes, cela leur profite, mais cela nuit à leurs compatriotes exposés à la concurrence avec les pays pauvres et émergents, qui se retrouvent au chômage.

En amont de la redistribution par l'impôt, et en plus des conflits qui se cachent derrière le niveau du chômage, d'autres conflits existent, plus évidents. Il y a le conflit entre possesseurs des entreprises et salariés, sur la répartition de l'argent gagné par l'entreprise entre revenus du travail et revenus de la propriété de l'entreprise. Il y a le conflit entre les entreprises ou l'État et leurs créanciers, sur les taux d'intérêts ou dividendes qui leurs sont versés. Et il y a le conflit sur les prix entre une entreprise et ses sous-traitants ou fournisseurs.

Et en aval de la redistribution par l'impôt, il y a les conflits sur les loyers entre propriétaires et locataires, et le conflit sur les prix entre entreprises et consommateurs.

Les acteurs engagés dans ces conflits ont entre eux des rapports de force, qui déterminent comment la richesse se répartit entre eux. Face aux bas salaires, aux intérêts et dividendes exorbitants qui sont courants en ces temps de « capitalisme financier », aux loyers, marges et marges arrières excessifs, on pourrait imaginer des manières de rééquilibrer tous ces rapports de force. En faveur des salariés, règlementer le marché du travail, redonner de la force aux syndicats, mettre fin aux pressions à la baisse sur les salaires qu'exercent le chômage et la mise en concurrence avec les travailleurs des pays pauvres et émergents. Réformer le système monétaire et financier, et conduire une politique monétaire dans un esprit plus keynésien, en faveur des entreprises et de l'État face aux investisseurs. Mettre en oeuvre des plans d'urbanisme, ou encadrer les loyers, en faveur des personnes qui veumlent se loger. Introduire des entreprises nationales, ou encadrer les prix, sur les marchés où les entreprises sont en situation de monopôle et peuvent se permettre de faire des marges excessives. Défendre d'une manière ou d'une autre les fournisseurs et sous-traitants qui ont une seule grosse entreprise comme débouché, par exemple en les protégeant d'une concurrence sur le cout du travail avec des fournisseurs et sous traitants de pays moins riches, ou en les aidant à se syndiquer, ou en réglementant les prix, ou en nationalisant partiellement la distribution. Sur tous ces sujets encore, le PS n'a pas de propositions ambitieuses.

Une réforme fiscale serait quand même une bonne chose.

Reste quand même qu'une réforme fiscale serait une bonne chose, comme le montre le livre de Thomas Piketty, Pour une révolution fiscale (c'est lui qui introduit cette idée de donner le nom de « révolution » à une réforme fiscale). Dans son livre et sur un site internet qu'il lui a associé, cet économiste de gauche montre que la proportion du revenu brut payé en impôts augmente d'abord, quand on passe des revenus modestes aux revenus moyens et aisés : de 45% à 48%. Mais cette proportion diminue ensuite quand on passe des revenus moyens et aisés aux 1% de revenus les plus élevés : elle redescend alors à 38%.

Piketty propose ensuite une réforme fiscale qui aurait pour effet de faire en sorte que la proportion du revenu brut payé en impôts augmente avec le revenu. En plus de rendre conforme nos impôts à une certaine idée de la justice, cette réforme aurait aussi quelques effets concrets, assez limités semble-t-il quand même, sur les conditions matérielles du bonheur des français, que sont la prospérité de leur pays et le niveau des plus bas revenus. Cette réforme pourrait, en faisant payer plus les plus riches, augmenter les recettes de l'État, d'une dizaine ou deux de milliards d'euros, voire même plus si ça se trouve. Peut-être suffisamment pour combler le déficit de l'État, qui était en 2008 de 64,2 milliards d'euros, soient 3,3% du PIB français ? On dit quand même aussi que l'État manque aujourd'hui de moyens pour faire certaines choses qu'on attend de lui, ce qui impliquerait qu'une augmentation des recettes ne devrait pas se contenter de combler le déficit. Cette réforme réduirait par contre difficilement les impôts payés par les revenus moyens, et à peine (d'un ou deux pourcents de leurs revenus, voire à peine plus) les impôts payés par les revenus modestes, mais peut-être que ce n'est de toute façon pas l'objectif qu'elle devrait poursuivre.

Pour qu'une telle réforme réussisse, peut-être enfin qu'il y a des conditions qui devraient être réalisées. En plus de décréter que les taux d'imposition sont à tel ou tel niveau, peut-être par exemple qu'il faudrait règlementer les mouvements de capitaux, pour éviter la fuite dans les paradis fiscaux des hauts revenus issus de la production française ou gagnés par des français.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 3 septembre 2011 15:55

    Encore un qui met la charrue avant les bœufs : ça devient pénible.
    Quand on sait qu’une fois « intronisé », l’élu se permet tout, n’importe où, n’importe comment, n’importe quoi y compris dilapider l’argent public ou le détourner plus ou moins habilement, embaucher ou faire embaucher n’importe qui, signer n’importe quel contrat y compris ceux qui peuvent obérer (compromettre) gravement l’avenir de la cité, faire construire et équiper à grands frais des bâtiments de tous ordres avec pour sa propre résidence piscine, sauna et autres cuisines luxueusement équipée, contracter des dettes pharamineuses à taux usuraires auprès des banques avec ses complices eux aussi élus, recruter les cabinets de conseils de toutes sortes à prix d’or, d’avocats y compris pour ses affaires personnelles sans oublier les ristournes de toutes sortes pour ses bonnes œuvres, cadeaux divers et variés du genre écrans plasma, voitures haut de gamme, montres coûteuses et bijoux pour femmes et maitresses, voyages « d’information » aux frais de la princesse, appartements de fonction et mobilier de la république « égarés » lors de la passation de pouvoirs, j’arrête ici cette liste qui fait partie des doutes qui assaillent légitimement le citoyen lambda car les preuves s’effacent si vite qu’il est impossible de faire citer ce genre d’élu devant un tribunal dans un temps court et encore moins en flagrant délit. A quoi peut servir de reformer ce point ?
    Une seule et unique revendication démocratique : des jurés derrière chaque élu afin de les sanctionner et ce, en mettant de coté les huit millions six cent quatre vingt sept mille cinq cent onze virgule trois propositions de lois qui ne font que brouiller les cartes*.
    Le fait qu’un élu « retrouve » la sagesse grâce à cette simple et unique mesure lui fera de lui-même retrouver les chemins du bien pour tous et modifier un certain nombre de textes abscons (y compris fiscaux, bien sur, le vôtre en particulier, pourquoi pas ?).
    *toutes plus intelligentes les unes que les autres


    • oncle archibald 3 septembre 2011 18:18

      « ...Tant que la loi Pompidou (aussi appelée loi Rothschild) ne sera pas abrogée etc, etc ...personne à l’UMP, au PS ou chez les verts ne proposera une telle mesure ... »

      Et quand bien même le voudraient-ils qu’ils ne le pourraient pas, sauf à sortir de l’Europe ..C’est donc l’Europe qu’il faut d’abord réformer, pour que déjà les mesures prises à l’échelle de l’Europe aillent dans ce sens et aussi pour que chaque nation membre retrouve une certaine liberté d’action et puisse adapter sa politique aux circonstances ....

      Seule l’Europe unie a une population globalement suffisante pourrait rétablir un certain protectionnisme à ses frontières extérieures ou pour organiser une certaine autonomie financière publique hors marchés privés, une dévaluation de l’Euro si nécessaire .. bref retrouver la possibilité de gouverner ...

    • lebreton 4 septembre 2011 14:00

      Alors dite moi qui ! mais le fn bien sur pour renflouer les caisse vide ,ah !!!!!!!!!


    • Yvance77 3 septembre 2011 17:22

      Salut,

      Il y a déjà un moyen simple pour améliorer l’ordinaire de l’état, et pour relancer la consommation. De donner du blé aux 8 millions qui crèvent la dalle en France.

      Tu vas voir que le pouvoir d’achat ils vont te le faire décoler, eux qui ont vraiment besoin de manger de s’équiper etc...

      Et cela fait immédiatement de la TVA dans les caisses... Avec cela un vrai contrôle sur les prix pour juguler l’imflation et zou c’est en piste...


      • joelim joelim 3 septembre 2011 17:36

        C’est trop compliqué pour les partis établis.


      • joelim joelim 3 septembre 2011 17:36

        Ou pas assez, c’est selon.


      • samuel_ 3 septembre 2011 18:13


         @Yvance

         Tout a fait d’accord. Dans l’article aussi je le dis : la relance de la croissance est une des manieres de faire augmenter les recettes, en augmentant la solvabilite de la société. Et comme ça augmente les recettes ca réduit le deficit.

         Les grecs ont eprouvé cette vérité prise a l’envers : plan d’austerite entraine reduction du PIB (croissance negative) entraine baisse recettes agrave deficit. Et finalement aujourd’hui a l’issue des recettes d’austerite de l’UE et du FMI le deficit de la Grece est pire que l’an dernier !


      • reprendrelamain reprendrelamain 3 septembre 2011 18:21

         Il faudrait surtout que les 8 millions de pauvres puissent s’organiser pour boycotter systématiquement  les entreprises du CAC 40 et leurs filiales. Tout le monde se rendrait compte que sans eux, sans leur 500€/mois x 8 M...je vous laisse calculer, le business serait nettement moins bon !


      • oncle archibald 3 septembre 2011 18:22

        l’augmentation du déficit de la Grèce est un effet pervers du plan d’austérité qui « oblige » les grecs à multiplier le travail au noir pour échapper à la rigueur .. Les deux chiffres sont liés, la situation devient ingérable .. A noter que c’est probablement l’importance de l’économie « hors circuits imposables » qui est déjà à l’origine de la situation Grecque ..


      • HELIOS HELIOS 3 septembre 2011 19:02

        En plus de donner du boulot aux 8 millions qui survivent pour qu’ils consomment et relancent, il faut aussi se preoccuper d’un aspect que bien peu de commentateurs nous montrent.
        Il faut faire en sorte que la valeur ajoutée crée en france reste en France, c’est comme cela qu’un pays s’enrichi aussi.

        En effet, dans la richesse produite par les entreprises il y a la part sociale (salaires etc), la part investissements en France (fond propres de l’entreprise utilisés en France) et la part dividende servis aux actionnaires.

        Ce qu’il serait important ce serai d’empecher les entreprises transnationales de faire sortir leurs fonds propres sur des marches de capitaux (ou autres) a l’exterieur du pays... C’est vrai, mais dans une moindre proportion pour les dividendes servis a des actionnaires qui « exportent » ces sommes.

        Il serait de bon ton, de faire en sorte que les entreprises n’aient plus interet a exporter cette masse de capitaux avec, par exemple, un impôt specifique qui serait indexé, par exemple sur des ratios a definir (comme la balance commerciale globale, le PIB, le taux de d’emploi de la branche etc)

        Cela demande une certaine reforme de la comptabilité des entreprises qui a mon avis aujourd’hui ne permet pas de retracer la source et la destination des richesses produites.

        On parlait sur un autre article hier ou avant hier de la qualité globale des produits et services en France, et on constatait que les entreprises se payent sur les benefices financiers et non plus sur la qualité de leurs produits et services. Reformer la comptabilité et peser sur la rentabilité des operations financieres exterieures seraient donc une bonne idée... a facettes multiples qui n’impacterait pas le tissu economique local et chargerait justement les juteuses organisations « hors sol ».


      • samuel_ 3 septembre 2011 19:10


         @ Oncle Archi.

         L’euro surévalué en Grece en 2008 (c’est pareil en 2011 a peu pres sur ce sujet) :

         Ce que je peux acheter pour 1 dollar aux USA me coute 1,05 dollars en Grece, et 0,83 dollars en Pologne, 0,79 dollars en Roumanie, 0,80 dollars en Turquie, 0,65 dollars au Maroc, 0,82 dollars au Brésil, 0,57 dollars en Argentine, 0,57 dollars en Chine et 0,37 dollars en Inde.
         
         Pourquoi des lors acheterais-je des biens manufactures, ou des services d’hotellerie lies a un voyage, en Grece, plutot qu’en Pologne, Roumanie, Turquie, Maroc, Brésil, Argentine, Chine ou Inde ?

         Oncle Archi, vous ne pouvez pas tout mettre sur le dos de la corruption et de l’economie informelle !

         Il y a aussi la surevaluation de l’euro qui plombe l’economie grecque.


      • citoyen 4 septembre 2011 18:12

        Et zou , c’est en piste pour que tout le pognon distribué aille en produits chinois . ... solution éminemment neuneu pour faire rentrer de la tva dans les caisses : 19,6 p cent pour Bercy , et le reste pour Shanghai ....

         


      • herve33 3 septembre 2011 18:24

        le PS capable de faire une révolution en matière d’économie et de fiscalité , là on rigole vraiment . Qui a permis la libéralisation totale des marchés , la mondialisation qui nous met directement en concurrence avec la Chine , et bien ce sont principalement les socialistes . Qui nous disait de voter oui , au traité de Maastricht , à la constitution européenne , les mêmes qui n’auraient sans doute rien fait de mieux que Sarko au niveau économique pendant voire pire . 
        Il n’y a qu’une mesure à prendre pour révolutionner l’économie , interdire les paris sur la fluctuation des cours , et nationaliser les banques , interdire ceux qui n’ont rien faire dans les marchés , par exemple , pour les céréales , interdire la spéculation sur les matières premières .
        cela aurait déjà dû etre fait en 2008. Cela se fera dans les mois qui viennent quand il n’y aura plus moyen de faire autrement .


        • lagabe 3 septembre 2011 18:37

          Pour qu’une telle réforme réussisse, peut-être enfin qu’il y a des conditions qui devraient être réalisées. En plus de décréter que les taux d’imposition sont à tel ou tel niveau, peut-être par exemple qu’il faudrait règlementer les mouvements de capitaux, pour éviter la fuite dans les paradis fiscaux des hauts revenus issus de la production française ou gagnés par des français.

          petit rappel en 81 , 30 % du PIB est parti dans d’autres pays et il est de plus en plus facile de déplacer des revenues


          • samuel_ 3 septembre 2011 19:13


             Merci pour ce passionnant rappel.

             L’histoire economique de la periode 81 - 83 en France m’interesse beaucoup.

             Mais je ne sais pas trop ou trouver ce fameux chiffre dont vous me parlez, cette fameuse fuite de l’argent.

             Savez vous ou on peut trouver ce chiffre ? De preference sur internet ?


          • lagabe 4 septembre 2011 18:34

            http://www.senat.fr/leg/ppr81-107.html
            http://www.larousse.fr/archives/journaux_annee/1981/17/monnaie
            http://www.latribune.fr/journal/edition-du-0804/editos-et-opinions/394974/reflexions-a-propos-de-l-evasion-de-capitaux.html
            La France d’alors s’affaiblissait et sa monnaie se dévaluait régulièrement. Au moins 75 % des comptes français existants à l’étranger auraient été créés à cette époque.
            il y a e sur Arte une trés bonne émission sur l’arrivée de la gauche en 81
            http://www.jean-michel-gomez.net/RVJVI5_la_banque_de_france.htm


          • samuel_ 4 septembre 2011 19:56


             Merci encore, je regarde tout ça...


          • desos56 3 septembre 2011 22:47

            @l’auteur

             

            Bonjour

            le parti socialistes regroupe une multitude de personnes, certes le projet socialistes n’est pas des plus ambitieux mais celui ci n’est qu’une boite à outils dans laquelle le futur candidat piocheras ce qui l’interesse, il peut donc jeter se projet aux orties et proposer ce qui lui plait.

            La primaire confronte différentes positions notemment vis à vis du monde de la finance, à chacune et chacun d’écouter et plus encore d’analyser le discours de chaque candidat,ne pas s’arreter à de belles promesses mais analyser le projet dans son ensemble. Le seul candidat à mes yeux qui propose un projet cohérent (bien que la plupart des militants le considère comme utopique) c’est arnaud montebourg qui propose entre autre et plus ou moins le glass steagall act.

            La réforme du système bancaire est primordiale, car s’est bien un système mafieux institutionaliser qui à été mis en place par nos gouvernement successifs(une forme de racket a faire palir les mafias italienne). De toutes façon si rien est fait sur ce point, nous en paieront fortement le prix.

            cordialement


            • samuel_ 3 septembre 2011 23:36


               Montebourg est aussi un des seuls que j’aime bien parmi les dirigeants PS.

               Mais Montebourg a beau etre presenté comme un « mousqutaire », je le trouve aussi un peu « matamore », beaucoup de paroles pour dénoncer ce qui ne va pas, formulees avec un ton tres decidé, mais après, quand il s’agit de proposer des actes, ça va pas tres loin non plus. Comme ses camarades il ne veut respecter les traités européens, qui interdisent les actes qui decouleraient logiquement de la vision du monde qu’il affiche.

               C’est pourquoi je prefere Melenchon, Nikonoff, Chevenement, Dupont Aignan et Asselineau, qui chacun d’une maniere un peu differente proposent de ne pas respecter les traites europeens en matiere de libre echange et de systeme et politique monetaires et financiers. Melenchon en restant dans l’UE tout en contrevenant aux traités, Chevenement en negociant avec l’Allemagne des reformes profondes tout en prevoyant un plan B si la negociation n’abouttit pas, Nikonoff et Dupont Aignan en sortant de l’euro et ne respectant pas les autres traites, Asselineau en sortant de l’UE.


              • robin 4 septembre 2011 11:39

                Les partis étant verolés à 99% par les banksters comme toute force d’influence qui compte, aucune révolution utile ne peut venir d’un parti


                • desos56 4 septembre 2011 17:51

                  alors que propose tu ?

                   


                • kalon 5 septembre 2011 01:50

                  surtout ne rien faire, attendre et prendre quelques précautions d’usage.
                  Il est manifeste que ce systéme n’a pas besoin de nous pour se casser la gueule, il le fait trés bien tout seul !


                • kalon 5 septembre 2011 01:47

                  La seule réforme utile serait de remettre l’argent là ou il doit se trouver, c’est à dire dans les poches des travailleurs salariés.
                  En faisant pression sur les salaires au bénéfice des dirigeants et des actionnaire, l’état se tire une balle dans le pied ( une de plus ! ) car il diminue drastiquement la seule assiette fiscal qu’il controle bien,
                  C’est à dire justement, l’enrolement des impots sur les salaires et sur les bénéfices des petits indépendants.
                  En effet, au delà de 200.000,00 euros de bénéfice, il faudrait vraiment étre un crétin pour encore payer des impôts vu le nombre de niches et « fausses niches » fiscales mises à disposition par l’état.
                  Outre le fait qu’avec 200.000,00 euros en poche, déposer le bilan est encore la meilleur méthode pour ne pas payer d’impôt ! smiley


                  • kalon 5 septembre 2011 02:02

                    Une autre solution serait de refuser d’acheter quoi que ce soit si l’achat n’est pas muni d’une attestation comme quoi cela a été fabriqué en Europe, la commission ne veut pas l’étiquetage des origines mais nous pouvons l’imposer en modifiant nos comportements d’achats.
                    Méme dans le commerce intra européen, il existe des incohérences.
                    Les tomates Hollandaises sont vendues en Espagne dans le méme temps ou les tomates Espagnoles sont vendues en Hollande !
                    On transfert, de la sorte, des diminution de salaires en augmentation de bénéfice pour les vendeurs de carburant outre l’entretien des routes à charge de la collectivité ! ( un poid lourd use la route autant que 100 voitures !)
                    Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ! smiley 


                    • kalon 5 septembre 2011 02:12

                      Et, de grace, arrétez d’aller voter pour ces gens, ils ne controlent plus rien du tout, hors l’augmentation de leurs indemnités et leur rapport de dépense !
                       Qu’ils soient de gauche comme de droite, du reste, ils obeissent aux lois du marché ! mdr
                      Une organisation sociétale ne sait fonctionner que sur base de la confiance de ceux qui en font partie.
                      Plus personne n’a confiance dans ce systéme, jusqu’aux banquiers eux mémes, donc ce systéme est foutu.
                      Dans peu de temps montrer un billet de 5 euros ou un coupon de papier hygiénique pour acheté un pain aura rigoureusement le méme effet quoi que l’on aura peut étre plus confiance au coupon de papier-cul ! smiley


                      • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 5 septembre 2011 12:48


                        Article mou du genous.

                        Seule une réforme monétaire radicale, une révolution pour le coup, avec retour à la souveraineté monétaire, et mise au pas des banksters... est un peu à la hauteur des enjeux.

                        Le reste n’est que bla bla...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

samuel_


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès