Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Cet été, dis au revoir à tes emails avec Hadopi 2

Cet été, dis au revoir à tes emails avec Hadopi 2

Ou comment Hadopi 2 pourrait permettre à l’administration d’espionner toute nos communications électroniques.

Nouvelle hallucinante rapportée par Le Monde : la loi Hadopi 2 cherche à contrôler les communications électroniques.
 
Toutes ? Potentiellement.

Email, Chat, Facebook, la liste semble sans limite. Et tant pis pour le secret des communications privées, et pour celui des communications professionelles tant qu’à faire.

Il n’y a qu’à lire la proposition de loi du sénat qui inclut entre autres cette phrase pour l’Article 3 (Article L. 335-7 du code de la propriété intellectuelle) :

"Le premier alinéa du texte proposé pour cet article complète le dispositif répressif applicable aux délits de contrefaçon commis au moyen d’un service de communication au public en ligne ou de communications électroniques"

Et pour détecter la contrefaçon via email, que vont faire les fonctionnaires exemplaires de la Hadopi ? Nous demander de dénoncer les méchants pirates qui envoient des mp3 et prennent le pain de la bouche des artistes ? Ou mettre en place un système de contrôle visant la totalité des échanges ?

Et qu’est ce que c’est déjà l’adjectif pour un système qui contrôle la totalité de l’information ? Vous avez dit totalitaire ?

Les questions désagréables s’accumulent, et un joli tableau prend peu à peu forme, entre rétention de sûreté hors de toute condamnation par un jury de nos pairs, suppression du juge d’instruction, et donc maintenant cette proposition de vérifier toutes nos communications.

Enfin, tant que c’est pour le bien des artistes comme l’expliquent si bien leurs défenseurs du gouvernement, quelle importance pourrait bien avoir des notions aussi abstraites que la liberté ou la vie privée..

Bronzez tranquilles braves gens !
 
image Quadrature du net
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.92/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • nightflight nightflight 11 juillet 2009 10:41

    C’est sûr que le porte monnaie des artistes millionnaires est beaucoup plus important que la liberté des internautes.

    D’ailleurs, la liberté, les artistes ils nous en parlent souvent, donc pourquoi se soucier de celle de la vie de tous les jours, lorsqu’elle est aussi bien déclamée et chantée ?


    • plancherDesVaches 12 juillet 2009 19:33

      Ce n’est pas vraiment ça, Nightflight.

      L’excuse des artistes, comme celle des luttes anti terroriste ou pédophile, cache bien plus.

      En effet, vous savez qu’il sera bientôt facile à la haute autorité indépendante de la Justice, de vous taxer d’être coupable de téléchargement.
      Et même si vous n’êtes ABSOLUMENT pas coupable, vous aurez la joie de voir débarquer les forces de l’ordre qui viendront vous saisir votre micro pour quelques semaines
      .
      Bref, même si vous ne devez pas avoir une quelconque relation avec l’accusation que vous subissez, il suffira qu’un pirate gouvernemental vous cible pour que vous tombiez.

      De mon coté, je les attends avec impatience et commence à me renseigner sur le statut de réfugié politique.


    • Deneb Deneb 11 juillet 2009 11:49

      J’ai toujours dit que l’on allait bien se marrer. Cette loi n’a plus aucun sens, voyez ça.


      • Jean Lasson 11 juillet 2009 11:51

        Dans le doute, une seule réponse s’impose : apprendre, dès maintenant, à crypter fortement tous nos échanges sur Internet, sous tous les protocoles.

        Soyons pratiques : quels sont les outils déjà disponibles. Et sous quels OS (Windows, Linux, Mac) ?


        • Start 11 juillet 2009 13:47

          J’ai trouvé cette page, sorte de petit manuel qui offre des conseils pour être anonyme sur le web

          http://linuxmanua.blogspot.com/2009/03/cyber-resistance-anonyme-en-2-minutes.html


        • Croa Croa 13 juillet 2009 23:36

          Il ne faut pas sous-estimer les entreprises qui sont là derrière !

          Personne n’est à l’abris, sauf peut-être leurs propres techniciens. Ces gens ont les moyens !


        • goc goc 11 juillet 2009 12:45

          Pour terminer , rien ne nous empêche d’échanger entre nous nos fichiers , entre nous, sans passer par le téléchargement

          on peut meme se demander s’il n’ya pas une nouvelle niche, celle de cyber_café_echanges equipés de PC avec des hub usb, ou les gens viendront avec leur clé USB et/ou leur disque dur USB, afin de s’echanger des fichiers, sans passer par internet, bref du p2p local

          sinon, la seule solution de securité pour madame michu, c’est de passer par un cable ethernet et de desactiver le wifi..sauf qu’en cas de coupure de courant, on risque de voir sa « box » se re-initialiser avec le wifi


        • Stéphane Antonini Stéphane Antonini 11 juillet 2009 13:07

          Le problème n’est pas de savoir si télécharger illégalement est bien ou non ; sur ce point, l’écrasante majorité des internautes n’est bien entendu pas stupide et ne veut pas porter atteinte aux droits d’auteurs. Reste la minorité, des « pros », des techniciens que ni vous ni moi sommes capables d’égaler et qui vont allègrement se servir des faiblesses du système pour continuer leurs petites affaires au détriment d’internautes innocents.
          Là est le problème : la loi est techniquement très mal faîte.
          La loi, c’est en théorie dépasser l’intérêt particulier au profit de l’intérêt général ; et n’importe quel juriste en herbe sait que des pans entiers du Code Civil sont contraire à cette belle théorie et défendent des intérêts particuliers.
          Ici, c’est l’intérêt particulier des majors qui est défendu ; si la loi avait été parfaitement élaborée et les garanties énoncées clairement afin que seuls les internautes piratant puissent être confondus sans risquer de faire tomber ceux qui ne piratent rien, alors à la limite (mais vraiment à la limite, ça se discute), on aurait pu accepter cette loi.
          Mais ce n’est nullement le cas.
          Oui pour rémunérer les auteurs, oui pour un Internet sain. Mais je refuse qu’on vienne m’espionner quand j’envoie un mail à un ami pour lui montrer les photos de l’anniversaire de ma fille !
          ( Tiens, d’ailleurs, ces photos m’appartiennent ; et si j’attaquais l’Etat pour atteinte à ma propriété intellectuelle ? )
          Et surtout je refuse de me retrouver confronter à un juge pour une faute non commise, simplement parce que tout le monde s’en fout : le gouvernement, les FAI (qui fournissent des boxs facilement piratables), et la population en général qui, aveuglée par une politique sécuritaire depuis des années, ne fait même plus attention aux dérives qu’on lui impose...


        • dom y loulou dom 12 juillet 2009 12:55

          oui chantecler, ce que vous dites est juste... si la loi hadopi visait effectivement la protection des oeuvres... mais elle vise tout autre chose... elle vise les données qui transitent, les informations qui passent au-travers du parvaent métallique des merdias.

          ce beau paravent vous savez où on vous montre ce monsieur glamour avec de belles dents et des enterrements planétaires devant courvir les méfaits que les mêmes administrations poussent en avant en courant depuis des années maintenant.

          Ils veulent pouvoir filtrer l’information qui circule, vpous comprenez ? Cela n’a rien à voir avec les artistes ni leurs oeuvres, puisque en tant qu’artiste je poeux décider d’offrir librement une oeuvre... tiens celle-là par exemple... www.ludus.ch ... sans que quoique ce soit m’en empêche ni d’ordre moral ni autre simpkement parce que je penses l’information que contient cette oeuvre comme essentielle, donc il faut que les autres en aient connaissance, peu importe si j’en nsuis rémunéré.

          Je compte sur le fait que d’autres auront quand même envie de posséder le livre contenant cette oeuvre et elle est en vente là lulu.com ... Ludus - le jeu de perles de verre .
           
          Contrairement à ces gouvernements (complètement) corrompus j’ai confiance dans mes frères en humanité, ils sauront faire la part des choses. Le point important restant précisément d’être accessible aussi à ceux qui n’ont aucun moyen !!

          Dans mon cas, malgré le fait que votre gvt prétend défendre les artistes... la loi hadopi ne peut que me nuire et à tous qui pensent que l’information doit être assurée sans filtres.

          mais le pouvoir d’état n’a JAMAIS agi SANS filtres dans l’histoire, mais jusqu’à maintenant produisait directement les médias... là c’est la première fois qu’un outil sembe leur échapper,. Il fut d’abord conçu come outil de communication militaire et des gens du CERN en ont fait ce qu’elle aujourd’hui la toile.
          Mis ce terme doit nous faire réfléchir aussi, on s’y croit libre, mais on joue avec le feu sachez-le,the wEB, la toile est bien une toile d’araignée, à l’ultime je pense que internet sert surtout à fiucher les gens suivant leurs opinions, des listes s’établissent entre ceux qui approuvent aveuglément le système et ceux ui s’y opposent .

          et de toute façon , même s’ils bouclent la toile numérique ils n’arrêteront pas l’esprit qui n’a ni lieu ni localisation précise et qui transmetera les infos irectement de cerveau à cerveau.

          Là contre ils ppourront toujours édicter des lois hein ?

          Mais comme à leur habitude ils utilisent des termes qui nous font déblatérer à côté de la plaque. ILS S’EN CONTREFOUTENT des artistes s’ils ne sont pas estampillés « the royal crapauds establishment » (et reptiles associés...)


        • Croa Croa 13 juillet 2009 23:43

          « Ils veulent pouvoir filtrer l’information qui circule, vpous comprenez ? »

          Pour ma part, il y a longtemps que j’avais comprit !

          (Ton message est trop long.)


        • Korozif Korozif 11 juillet 2009 13:18

          Le pire dans l’histoire, c’est que ce n’est pas les artistes qui se plaignent le plus du téléchargement, mais bel et bien les maisons de prod, car c’est elles qui perdent le plus de fric, donc comme n’importe quel lobby, ils font pression. Mais de plus en plus d’artistes travaillent en indépendant, l’exemple à suivre « Radiohead », autoprod et mise en ligne de l’album et les gens donnent ce qu’ils veulent.
          Donc c’est tout benef pour les fans et les artistes, les fans, au lieu de payer 20 euros pour l’album à la fnac, donnent ce qu’ils veulent et les artistes touchent plus que 30 cts d’euros par album vendu.
          Quand à la surveillance des courriers électroniques, le téléchargement n’est qu’une excuse pour restreindre encore plus les libertés individuelles et bafouer nos droits civiques. Pour ça il faut remercier la paranoïa des adeptes du Nouvel Ordre Mondial et la démocratie prend encore une grande baffe dans la figure.


          • FR-ank FR-ank 11 juillet 2009 20:52

            Absolument d’accord avec Korozif,
            C’est hallucinant cette loi servant uniquement les majors ( l’industrie musicale, qui ne sait pas s’adapter a son temps ).
            + personne ne veut payer 15€ pour 9 chansons et rien de + !!! le pire c’est que l’artiste ne touchera que 0.30€ sur ce meme disque !!!.
            bon ex de Radiohead et aussi nine inch nails qui a vendu son album Ghost I-IV (36 titres)uniquement sur internet et en creative commons ( du simple telechargement gratuit au coffret de luxe dedicace et chansons inedites a $300 ) et l’album Year 0 avec les chansons a remixer :)

            A nous, citoyens responsable de se bouger pour nos droits...
            ou alors restons simplement consommateur bien docile et continuons a regarder et croire tous du JT de TF1 ;) 
             


          • Deneb Deneb 11 juillet 2009 13:18

            « ...l’écrasante majorité des internautes n’est bien entendu pas stupide et ne veut pas porter atteinte aux droits d’auteurs »

            Les droits d’auteur sont illogiques, puisqu’on instaure un espace de propriété dans un contexte où la notion même de propriété n’a aucun sens.

            Qui possède un livre ? Celui qui le detient ou celui qui l’a lu ?


            • Dosadi 11 juillet 2009 14:33

              « Qui possède un livre ? Celui qui le detient ou celui qui l’a lu ? »

              Ni l’un, ni l’autre ? smiley

              « l’écrasante majorité des internautes n’est bien entendu pas stupide »

              J’espère.


            • sisyphe sisyphe 11 juillet 2009 22:20

              Par Deneb (xxx.xxx.xxx.73) 11 juillet 13:18

              Les droits d’auteur sont illogiques, puisqu’on instaure un espace de propriété dans un contexte où la notion même de propriété n’a aucun sens.

              Qui possède un livre ? Celui qui le detient ou celui qui l’a lu ?

              Sophisme absolu.

              Confusion entre la propriété et le droit lié à la création...

              Les droits d’auteur sont tout à fait légitimes pour les créateurs  ; que ce soit pour un livre, de la musique, un film....

              Ils sont inclus, logiquement, dans le prix de vente, et doivent revenir à l’auteur.

              Quant tu achètes une oeuvre, les droits d’auteur sont compris dans le prix que tu payes, pour que l’objet (le livre, en l’occurence), soit à toi.

              Le droit d’auteur n’est pas un droit de propriété  : il est le revenu légitime du créateur de l’oeuvre.

              Ceci dit, rien à voir avec la loi Hadopi, qui ne défend pas les droits d’auteur, mais les droits des boites de prod.


            • Deneb Deneb 12 juillet 2009 08:37

              Sysiphe :« ...Confusion entre la propriété et le droit lié à la création... »

              C’est quoi la propriété sinon un droit ? Et qu’est-ce un droit lié à la création ? Et qu’es-ce la création ? Un terme biblique, avec un arrière gout de croyances.

              Votre division du monde entre créateurs et non-créateurs est aussi pertinent que de diviser les gens impliqués dans l’informatique entre utilisateurs et programmeurs. Tout le mode est créateur. Tout le monde profite de la création. Un artiste, ce n’est pas un métier, c’est une façon de penser, juste une façon de créer. Et cette façon de penser est incompatible avec des notion comme droit, propriété, qui sont les termes d’administration et qui freinent la création. Vous semblez attaché au droit. Moi, je le trouve plutot tordu. Quand j’entends « droit », je passe à gauche.

              Vous connaissez la malheureuse histoire des footballeurs : Le football fut un sport très populaire. Les gens venaient au stade pour voir les joueurs - tout le monde était content.

              Jusqu’au jour où quelqu’un a eu la mauvaise idée de transmettre les matchs à la télévision. A partir de ce moment là, les stades sont devenus vides. Plus personne y allait, vu que l’on pouvait rester chez soi et tout voir à la télé. Les joueurs mourraient de faim, les stades sont tombés dans la desuetude faute d’entretien et le foot n’existe plus.

              Maintenant, remplacez le foot par culture, les stades par les salles de concert et la transmission par le téléchargement - et vous obtenez le discours de l’actuelle majorité.


            • sisyphe sisyphe 12 juillet 2009 10:09

              Sysiphe :« ...Confusion entre la propriété et le droit lié à la création... »

              C’est quoi la propriété sinon un droit ? Et qu’est-ce un droit lié à la création ? Et qu’es-ce la création ? Un terme biblique, avec un arrière gout de croyances.

              Votre division du monde entre créateurs et non-créateurs est aussi pertinent que de diviser les gens impliqués dans l’informatique entre utilisateurs et programmeurs. Tout le mode est créateur. Tout le monde profite de la création. Un artiste, ce n’est pas un métier, c’est une façon de penser, juste une façon de créer. Et cette façon de penser est incompatible avec des notion comme droit, propriété, qui sont les termes d’administration et qui freinent la création. Vous semblez attaché au droit. Moi, je le trouve plutot tordu. Quand j’entends « droit », je passe à gauche.

              Vous connaissez la malheureuse histoire des footballeurs : Le football fut un sport très populaire. Les gens venaient au stade pour voir les joueurs - tout le monde était content.

              Jusqu’au jour où quelqu’un a eu la mauvaise idée de transmettre les matchs à la télévision. A partir de ce moment là, les stades sont devenus vides. Plus personne y allait, vu que l’on pouvait rester chez soi et tout voir à la télé. Les joueurs mourraient de faim, les stades sont tombés dans la desuetude faute d’entretien et le foot n’existe plus.

              Maintenant, remplacez le foot par culture, les stades par les salles de concert et la transmission par le téléchargement - et vous obtenez le discours de l’actuelle majorité.

              Discours confusionniste, démagogue, empli de contre-vérités et d’amalgames. 

              Si personne n’écrivait de livre, ne réalisait de film, n’écrivait de chansons, tu te retrouverais avec des livres blancs, des disques muets, et des écrans vides ; tu pourrais passer à droite ou à gauche, ça n’y changerait rien ; tu aurais l’air malin. 

              Terme biblique, hein ?

              Tu confonds tout mon pauvre ; tu as été traumatisé par le catéchisme ?

              S’il n’y avait pas de droits d’auteur, il n’y aurait pas d’auteurs ; c’est à dire de gens qui peuvent vivre en te nourrissant de leurs connaissances, de leurs analyses, de leurs visions , de leurs créations ; la culture, ce serait celle des champs de patates, et basta.

              Quand tu entends droit, tu passes à gauche ? Ok ; je vais venir m’installer chez toi, avec ma petite famille, vider ton frigo, me servir de ta bagnole, et tu n’auras rien à dire.

              Il faut réfléchir un minimum avant d’annoner des stupidités.

              Quant au parallelle avec l’informatique, il est totalement à côté de la plaque ; n’importe qeul imbécile qui commet n’importe quoi n’est pas un créateur ; loin s’en faut. 

              "Un artiste, ce n’est pas un métier, c’est une façon de penser, juste une façon de créer. Et cette façon de penser est incompatible avec des notion comme droit, propriété, qui sont les termes d’administration et qui freinent la création«  ; n’importe quoi total.

              Ecrivain, musicien, réalisateur ; oui, ce sont bienj des METIERS ; et il est juste que leur travail soit rémunéré, comme n’importe quel travail.

              Toi, tu travailles pour rien ? On peut se servir du fruit de ton travail à son profit, sans rien te donner ?

              Terme d’administration, le droit ? C’est ça ; supprimons tout droit ; à chacun sa merde, et au plus fort la possibilité de gruger tous les autres, de s’approprier leurs biens.

              Quant à ta comparaison avec le foot, elle tombe totalement à plat, puisque c’est le contraire de la réalité ; depuis que les matches de foot sont télévisés, les stades n’ont jamais été aussi pleins, les salaires des footballeurs ont explosé ; mauvais choix.

              Il ne s’agit pas du discours de »l’actuelle majorité«  ; tu confonds tout et n’importe quoi.

              Les droits d’auteur sont, je me répète, totalement légitimes, et permettent à un compositeur, un écrivain, de vivre de son métier, de continuer à écrire, à composer.

              Sans droit d’auteur, la culture serait limitée à la pub, et à la propagande du pouvoir.

              Il n’y a pas de »division du monde entre créateurs et non-créateurs" ; il y a des créateurs qui participent de la culture, il y a des commerçants qui font leur beurre avec, et il y a des consommateurs qui en profitent, ou non.

              Renier le droit d’auteur, c’est gruger ceux qui participent de la culture, c’est les faire taire, c’est une entreprise fasciste de mise au pas.

              Un auteur est le travailleur le plus méritant qui soit : il ne vit de son travail QUE si celui-ci rencontre un public, une adhésion, que si son oeuvre est cooptée. Sans droit d’auteur, les marchands du temple auraient vite fait de récupérer les oeuvres à leur profit, et tu continuerais à les payer, sans que l’auteur, lui, puisse retirer les fruits légitimes de son travail.

              Il faut arrêter de tout confondre ; les oeuvres, les droits d’auteur, et les conditions de leur commercialisation, et ceux qui en profitent.

              Puisque tout le monde est créateur, dis moi un peu quelles oeuvres tu as crée, toi-même, qu’on puisse en profiter, évidemment, sans t’accorder la moindre rémunération. Tu distribues gratuitement les livres que tu as écrit, les disques que tu as enregistré, les filkms que tu as réalisé ?

              Sympa, Deneb : on les attend...


            • Deneb Deneb 12 juillet 2009 16:46

              Sysiphe : "...Quant à ta comparaison avec le foot, elle tombe totalement à plat, puisque c’est le contraire de la réalité ; depuis que les matches de foot sont télévisés, les stades n’ont jamais été aussi pleins, les salaires des footballeurs ont explosé ; mauvais choix..."

              Justement ! Donc, depuis que les gens téléchargnt, les salles de concerts n’ont jamais été aussi pleins, les revenus des artistes ont explosé.
              Et c’est bien la réalité

              « Toi, tu travailles pour rien ? On peut se servir du fruit de ton travail à son profit, sans rien te donner ? . »

              Je travaille sur commande. Si je fais quelque chose de ma propre initiative (et ça m’arrive tous les jours) je n’exige pas que l’on me le paie, mais en général ça me rapporte quand-même. C’est très « rentable » d’oublier le profit immédiat - quand on sait faire et que l’on a la foi en son projet. Google semble donner tout gratuitement, et pourtant c’est la boite la plus riche du monde. Quand on suscite l’intérêt public, ne pas savoir en tirer profit (pas forcément financier, d’ailleurs) est impossible.

              "Ecrivain, musicien, réalisateur ; oui, ce sont bienj des METIERS ; et il est juste que leur travail soit rémunéré, comme n’importe quel travail. "

              Du moment que quelqu’un leur demande d’écrire, jouer ou réaliser, il est normal qu’il les paie. Mais s’ils font quelque chose de leur propre initiative, de quel droit exigeraient-ils que l’on les paie ? Par contre, les gens qui trouveront intéret dans cet œuvre « gratuite » seront incités à commander d’autres œuvres. Et tout écrivain n’est pas artiste
              - quand on écrit les romans à l’eau de rose pour les ménagères vieillissantes on est très loin de l’art. Quand on joue des succès passés au bal du village on est peut-être musicien, mais dire artiste serait singulièrement prétentieux. Quand on réalise des films publicitaires pour une marque de lessive, c’est très rare que ces réalisations passent à la postérité en tant qu’œuvres d’art.

              "Puisque tout le monde est créateur, dis moi un peu quelles oeuvres tu as crée, toi-même, qu’on puisse en profiter, évidemment, sans t’accorder la moindre rémunération. Tu distribues gratuitement les livres que tu as écrit, les disques que tu as enregistré, les filkms que tu as réalisé ? "

              J’ai crée mon métier. Quand j’avais 25 ans il n’existait pas encore - j’ai du en inventer pratiquement la totalité. Je n’étais pas le seul. Des évidences se sont imposés à tout ceux qui étaien passionnés. Mes idées et mes logiciels, non brevetés que j’ai plaisir de donner ou expliquer à quiconque y trouve de l’intérêt, je les retrouve dans les cahiers des charges des marchés publics, sans avoir jamais été rémunéré. Et ça ne m’affecte pas, parce que je peux répondre à ces appels d’offres en connaissance du sujet, et ainsi pratiquer les prix défiant toute concurrence - et ça marche, je fais marcher mon entreprise ainsi.

              "Terme d’administration, le droit ? C’est ça ; supprimons tout droit ; à chacun sa merde, et au plus fort la possibilité de gruger tous les autres, de s’approprier leurs biens. "

              Le droit c’est comme la religion. Ca part d’un noble sentiment pour finalement servir les intérêts d’une minorité. Le droit est aujourd’hui du coté du celui qui a de quoi se payer un bon avocat. Et encore : comme disait Colluche : il y a des avocats qui connaissent bien la loi, et puis d’autres qui connaissent bien le juge...



            • sisyphe sisyphe 12 juillet 2009 16:58

              Les droits d’auteur sont illogiques, puisqu’on instaure un espace de propriété dans un contexte où la notion même de propriété n’a aucun sens.

              Qui possède un livre ? Celui qui le detient ou celui qui l’a lu ?



              Bonjour le raisonnement à 2 balles !

              Et un livre, ça existe grâce à qui ?

              Celui qui le détient, celui qui l’a lu, ou celui qui l’a écrit ? 

              Donc, en suivant ce raisonnement totalement sophiste, pas de droit d’auteur ; donc, pas d’auteur, donc pas de livre ; du coup, pas d’acheteur, ni de lecteur.

              Faudrait réfléchir un minimum avant d’écrire n’importe quoi, non ?


            • sisyphe sisyphe 12 juillet 2009 17:10

              Si je fais quelque chose de ma propre initiative (et ça m’arrive tous les jours) je n’exige pas que l’on me le paie, mais en général ça me rapporte quand-même. C’est très « rentable » d’oublier le profit immédiat - quand on sait faire et que l’on a la foi en son projet.

              C’est justement très précisément ce que font tous les auteurs, tous les artistes, qui ne travaillent pas sur commande. Ils prennent le risque d’effectuer un travail, sans penser au profit immédiat, puisqu’ils ne peuvent jamais être surs que leur oeuvre rencontrera un public, et que, dans le cas où cette oeuvre ne sera pas rentable, ils auront travaillé à perte.

              Il faudrait arrêter de manier les sophismes, et reconnaître que tu dis n’importe quoi, à propos du droit d’auteur.
              Les droits d’auteur sont totalement légitimes, dans la mesure où l’oeuvre est commercialisée.

              Après, la répartition des droits et des pourcentages sur le prix de la vente est une tout autre histoire : il faut cesser de tout mélanger.

              Et la loi Hadopi est encore une tout autre chose, puisqu’elle ne défend pas spécialement les auteurs, mais plutôt les maisons de production, et qu’elle menace les internautes dans leur intimité.

              Mais il faut cesser de prôner le VOL qu’est le téléchargement illégal, au détriment des artistes.
              Tout travail doit être rémunéré ; c’est la base même du droit du travail, qui a remplacé l’esclavage. Le nier, c’est nier le droit du travail, c’est faire l’apologie du vol, et le retour à l’exploitation, à l’esclavage ; beau progrès !!.


            • Croa Croa 13 juillet 2009 23:52

              « Qui possède un livre ? Celui qui le detient ou celui qui l’a lu ? »

              Depuis Beaumarchais ce serait plutôt celui qui l’a écrit ! Belle arnaque non ?

              Tout travail mérite salaire, ce qui ne convient pas aux artistes, lesquels demandent donc bien plus...

              Persuadés qu’ils le valent bien !


            • Pacalvotan Pacalvotan 11 juillet 2009 14:29

              Pendragon devrait enlever ses œillets.
              Cette loi, dans le contexte mondial actuel n’est vraiment pas une priorité.
              S’interroger sur l’empressement de notre gouvernement à instaurer cette loi n’est pas un délire paranoïaque. Et quand on connait le goût du pouvoir de l’homme aux talonnettes, on ne peut qu’être inquiet.
              Loi Hadopi, vaccin au H1N1...çà sent pas très bon. 


            • Dosadi 11 juillet 2009 14:29

              « Plein le sac d’ hadopi et des délires : les pouvoirs n’ont pas besoin d’hadopi pour surveiller le net : il en a évidemment la possibilité, crypté ou non crypté , et des sociétés privées le font très bien !!!!! »

              Certes, l’État peut sans doute déjà mettre les internautes sur écoute via la police ou les services de renseignement, mais avec ce projet de loi, il augmente sa capacité de surveillance en créant une autorité consacrée à ça et évidemment payée par le contribuable.

              « Télécharger c’est pas bien ? Peut-être il y a de réels abus ! Le piratage quasi industriel et à but lucratif existe ! »

              Ce projet de loi a été élaboré par des gens qui n’ont pas assez de compétences techniques dans le domaine. Il permettra d’attraper le téléchargeur moyen mais sûrement pas ceux qui en tirent de l’argent, qui sauront contourner la surveillance. D’ailleurs, comme l’a dit un sénateur lors des derniers débats, l’objectif est plutôt de casser le courant libertaire actuel.

              « On crie en permanence à la liberté , mais pourquoi ? A t’on le droit de faire n’importe quoi au nom de la liberté ? Par exemple se servir gratis dans une banque , ou dans les magasins ? ( C’est certain ce serait très pratique ! ) »

              On ne peut pas utiliser le vol dans les banques ou les magasins comme argument, car il s’agit ici de propriété intellectuelle, pas de billets de banques ou de biens matériels. Le débat sur la propriété intellectuelle et le droit d’auteur est complexe, mais le problème dont on parle actuellement est celui de la rémunération des créateurs. Certes, on a sans doute d’un côté des gens qui téléchargent gratuitement des oeuvres en se moquant de ce que peuvent devenir leurs créateurs. Mais il y en a d’autres, comme moi, qui considèrent Internet comme un moyen de lutter contre les profiteurs, comme les majors, qui se sont jusqu’ici imposés comme intermédiaires entre les créateurs et leur public. Pourquoi devrais-je culpabiliser en téléchargeant la musique d’un artiste aujourd’hui millionaire, ou pire encore, d’un artiste décédé, sachant que mon argent ira dans les poches de personnes ayant acquis un droit qui n’a plus de sens maintenant que l’artiste est mort. Ce projet de loi s’attaque aux internautes alors qu’il pourrait tout aussi bien s’attaquer aux majors, si l’objectif est d’augmenter le revenu des artistes. Mais il s’agit d’un projet cohérent venant d’un gouvernement qui donne la priorité à la loi du marché. Les consommateurs ont aussi leur part de responsabilité : ils continuent de donner leur argent à des multinationales qui étouffent leurs concurrents et réalisent des profits indécents.

              « A la base il y a un dialogue de sourd : rien n’est gratuit dans la vie , surtout pas la création, la nouveauté ; ( laquelle n’est pas synonyme de qualité ! ) »

              Ce passage m’a fait sourire, car ironiquement, j’aurais dit exactement l’inverse. S’il y a bien une chose qui peut être gratuite, c’est la création. On en revient à ce débat sur la propriété intellectuelle dont j’ai parlé plus haut, mais je ne vais pas développer mon point de vue dans ce commentaire.

              « Et si certains artistes utilisent le net pour se faire connaître et bien profitons-en . ! »

              Oui, j’espère qu’on pourra se débarasser des intermédiaires inutiles mais cupides grâce à Internet.

              « Pour terminer , rien ne nous empêche d’échanger entre nous nos fichiers , entre nous, sans passer par le téléchargement . »

              Certes, sauf si l’autre habite à l’autre bout du monde. smiley


              • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 11 juillet 2009 17:34

                Et cerise sur le gâteau, la sacem est entrain de magouiller pour, en complément nous taxer un peu plus en tentant de faire passer une :

                 

                • Regine M Regine M 11 juillet 2009 19:03

                  Je viens de voir ça aussi. smiley

                  La « Licence Globlale », les Majors n’en voulaient pas (trop complexe à mettre en œuvre, trop ceci, trop cela ...)

                  Apparemment l’idée vient de séduire la SACEM. Mais ! Seul les « catalogues » de quelques Majors seront autorisés (6 euros par mois prélevés sur les abonnement des FAI).

                  Si certains doutaient des buts de la SACEM, là, ils seront éclairés.


                • fonzibrain fonzibrain 11 juillet 2009 18:14

                  on apprend que l’état peut regarder nos mails et on s’en fou


                  c’est dingue,on doit être empoisonné,c’est pas posssible

                  • Dosadi 11 juillet 2009 21:42

                    Je suis quand même curieux de savoir comment ils vont mettre en place la surveillance des messageries. Une société privée peut facilement relever des adresses IP sur un tracker public. Mais dans le cas du courrier électronique, je ne vois qu’un moyen à grande échelle : demander au FAI de collaborer pour intercepter les communications. Vu le nombre de mails en circulation, il faudra alors mettre en place un système de filtrage au niveau du FAI pour détecter les fichiers suspects dans les mails. Sans même parler du problème des mails cryptés, mettre en place ce système demandera sans doute beaucoup de temps et d’argent.


                    • Croa Croa 13 juillet 2009 23:59

                      «  demander au FAI de collaborer pour intercepter les communications »

                      Hadopi c’est justement ça !

                      Pour autant une répression à grande échelle semble impossible. Ce sera donc à la tête de client et pour d’autres raisons que le téléchargement !
                       


                    • fonzibrain fonzibrain 12 juillet 2009 11:03

                      tres bon antyreac


                      dosadi

                      tu sais ,en informatique quasi tout est possible,ne t’en fais pas pour eux,ils savent très bien comment controller tout les mails,

                      ce n’est qu’une histoire de programme et de puissance de calcul,et comme je sais que les informations stratégique ne sont divulgué que des années après,je suis persuadé qu’il existe déja ds ordinateur quantique ou à ADN vivant ou bien des super calculateurs avec des nouveaux procésseurs


                      et puis,regarde la chine,ils y arrivent très bien à controller le net

                      • john val john 12 juillet 2009 11:41

                        Pas besoin d’Hadopi. Le contrôle des emails, des sms, du chat, nos femmes le font déjà smiley


                        • LPA Le Petit Alchimiste 12 juillet 2009 12:40

                          Haha ! ! ! L’enfoiré ! !


                        • coconut 12 juillet 2009 13:06

                          Piquer une adresse IP demande facile...5 mn ...alors comment votre gouvernement va-t-il différencier le voleur d’adresse à sa victime ?

                          ....avons-nous tous peur de cette bande de trou-du-cul biens pensant ? A quand la révolte contre l’Oppresseur ????? Encore 10 ans et on pourra même plus peter en rue sous prétexte de nuisance à la couche d’ozone !!!!

                          Just one thing.. FTS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


                          • Lucien Denfer Lucien Denfer 12 juillet 2009 20:35

                            Ne voir que la problématique restreinte [création artistique/droits d’auteur] ainsi que les possibilités offertes par la technologie (tant pour préserver l’anonymat que pour le rompre), ce n’est voir qu’une pièce du puzzle.

                            Le fichage informatique se met en place et la protection des droits d’auteur n’est qu’une des « raisons » possibles pour cette mise en place. De la même manière la lutte contre la pédophilie (qui est une bonne chose) permet aux autorités de demander légalement une empreinte génétique dès lors que l’on a affaire à la police, même pour des raisons totalement étrangères à la protection de l’enfance.

                            De nombreux fichiers sont mis en service pour permettre un maillage très serré des personnes, environ une cinquantaine en 2009, dont certains de ces fichiers sont transmis ou partagés avec d’autres pays européens et autres (USA).

                            Prenons l’exemple du fichier des empreintes génétiques :

                            Dans le cas d’une personne à l’encontre de laquelle il existe seulement une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner qu’elle a commis un crime ou un délit, le prélèvement sert uniquement pour effectuer une comparaison avec les données du FNAEG et sera détruit ensuite.

                            Vous y croyez vous ?

                            Et si on refuse ?

                            L’article 706-56 du code de procédure pénale prévoit le délit de refus de se soumettre au prélèvement pour les personnes mises en cause. Les peines prévues sont un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende et, si l’auteur des faits est condamné pour crime, deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Ces peines ne peuvent se confondre avec celles déjà subies et doivent être proportionnelles au délit principal.

                            Selon le Syndicat de la Magistrature, le fichage génétique s’applique aujourd’hui aux « trois-quarts des affaires traitées dans les tribunaux (...) à l’exception notable de la délinquance financière

                            Elle est pas belle la vie pour ceux qui ont des passes droits...

                            Je vous fais grâce d’Edvige, de Christina, du FPA, de la base élèves, et autres...

                            Moralité, tant qu’a faire des conneries, arrêter de pirater des musiques et des films bidons, entreprenez plutôt dans la délinquance financière, à coup sur vous serez renfloués sur les deniers du peuple et encensés comme les sauveurs de l’humanité...

                            Drôle d’époque


                            • agent orange agent orange 13 juillet 2009 09:13

                              Après avoir cassé le statut des intermittents du spectacle, maintenant les politiques prennent la défense des artistes en voulant sanctionner le téléchargement illicite ?
                              Grand écart ? hypocrisie ? ou plutôt un prétexte pour fliquer le dernier espace de liberté ? Le Net...
                              Un excellent article qui résume bien les enjeux derrière les dispositifs législatifs (DADVSI, HADOPI, LOPPSI & PERICLES) voulus par le pouvoir.
                              http://www.reopen911.info/News/tag/internet/


                              • keféLepeuple ? keféLepeuple ? 13 juillet 2009 14:09

                                je ne pense pas que lutter contre le telechargement permettra aux producteurs... artistes... etc etc, de gagner + (sans travailler + lol) achetez un cd 20 euro ou un dvd 20 euros , c’est pas donner a tout le monde... sa ne relancera donc pas la ’’consomation’’ mais rendra les gens encor + aigris !!
                                Pour le flicage des mails etc etc... sa ne m’etonne pas ; Ils veulent nous faire taire...
                                Sa me rappel les methodes d’un certains W !!!
                                On les genes.Ils veulent que l’on se contente du jité de 20h00 ou il ne raconte rien.. Que de la propagende de la manipulation...
                                Internet et la seul arme non violente du peuple pour la vérité !
                                Ils veulent des moutons... et surtout, pas de questions !!
                                j’espere qu’en 2012, sa va changer... (pessimiste)


                                • agent orange agent orange 13 juillet 2009 14:45

                                  Après avoir cassé le statut des intermittents du spectacle, maintenant les politiques prennent la défense des artistes en voulant sanctionner le téléchargement illicite ?
                                  Grand écart ? hypocrisie ? ou plutôt un prétexte pour fliquer le dernier espace de liberté ? Le Net...
                                  Un excellent article qui résume bien les enjeux derrière les dispositifs législatifs (DADVSI, HADOPI, LOPPSI & PERICLES) voulus par le pouvoir.
                                  http://www.reopen911.info/News/tag/internet/


                                  • terrienhope 14 juillet 2009 11:50

                                    faut se poser la question.
                                    pourquoi hadopi lopsi et autre loi liberticide existe ?
                                    somme nous pas aussi fautif ?
                                    car nous n’agissons pas vraiment pour que ces dérives n’arrive pas.
                                    pouvons nous pas faire comme nos ancêtres à la Bastille
                                    sarko est dangereux et on le sais
                                    mais il est toujours la ce nain.


                                    • Cellardoor 18 juillet 2009 17:32

                                      Premièrement, on se demande pourquoi le gouvernement de sarkosy s’acharne autant sur une technologie merveilleuse qui, et il en faut pas l’oublier, ne sert pas qu’au piratage de donnée mais aussi à promouvoir et a appliquer la liberté d’expression...

                                      Deuxièmement, la surveillance des nos communication et le droit d’auteur... vous connaissez beaucoup de gens qui s’échange des albums et des dvd via msn ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Start


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès