• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Coup de tonnerre, les suisses organiseront un référendum d’initiative (...)

Coup de tonnerre, les suisses organiseront un référendum d’initiative populaire pour retirer aux banques leur pouvoir de création monétaire

Coup de tonnerre dans la Haute finance mondiale. Peuple non soumis à la dictature de l'Union européenne, les suisses vont organiser un référendum d’initiative populaire pour retirer aux banques leur pouvoir de création monétaire.

C'est un véritable coup de tonnerre qui vient de résonner dans le monde feutré de la finance en ce 30 décembre 2015. La Confédération Helvétique, pourtant réputée pour être le paradis des banques, vient de décider d'organiser un référendum pour retirer aux banques leur pouvoir de création monétaire et le réserver à la seule Banque Nationale de Suisse (BNS).

Le résultat d'une initiative populaire

Cette décision résulte directement du fait qu'une initiative populaire, lancée en juin 2014, a recueilli 111.824 signatures, soit davantage que les 100.000 nécessaires pour provoquer une "votation", autrement dit un référendum.

L'initiative propose que la BNS « émet désormais seule » non seulement la monnaie physique, mais aussi la « monnaie scripturale. » (monnaie créée pour l'essentiel par les banques lors de l'attribution de crédits à l'économie physique ou à d'autres banques).

Les conséquences du référendum seraient que les banques perdraient leur capacité de créer de l'argent ex nihilo. Tout prêt accordé par une banque devrait désormais être couvert par de la monnaie de la banque centrale au bilan de l'établissement. Dès lors, la Banque Nationale de Suisse (BNS) maîtriserait entièrement la création monétaire.

Les 3 modes de distribution de l'argent exclusivement créé par la Banque Centrale

L’initiative populaire prévoit trois modes de distribution de l'argent créé par la BNS :

1°) un transfert de cet argent aux pouvoirs publics pour alimenter l'économie. Ce transfert ne se ferait pas sous forme de prêt, mais de « don. »

2°) l'attribution directe d'argent de la BNS aux particuliers. L'initiative émet donc la possibilité d'un « Quantitative easing pour les gens ». Mais il est possible d'imaginer que cet argent soit aussi celui d'un revenu de base qui est actuellement en discussion en Suisse, comme en Finlande.

3°) l’alimentation par la banque centrale des banques elles-mêmes. Mais cette fois, à la différence d'aujourd'hui, les banques ne pourraient plus prêter que l'argent qu'elles auront auparavant emprunté à la BNS selon les moyens traditionnels déjà existant de refinancement.

Une potentielle révolution planétaire

Cette initiative dispose du soutien de plusieurs économistes, suisses et européens. Mais elle fait bien entendu hurler le secteur bancaire helvétique, qui est, avec près de 12 % du PIB suisse, un des piliers de l'économie nationale.

Quoi qu'il en soit, l'adoption par la Suisse de cette initiative serait une révolution dans le monde de la finance et ses conséquences dépasseraient largement les frontières de la Confédération. Le séisme et l'effet d'exemplarité seraient énormes dans le monde entier.

Car la Suisse n'est pas la petite Islande, c'est un des centres financiers les plus importants de la mondialisation. Or, les rares sondages sur la question ont donné une large majorité au « oui » à l'initiative. Le plus récent, datant d'août, donnait 57 % pour l'initiative, mais il doit être pris avec précaution.

Le lobby des banques et des euro-atlantistes fera tout pour faire échouer le référendum

Rien ne dit cependant que cela débouchera sur une majorité pour l'initiative : on peut tabler sur le fait que le secteur bancaire au cours de la campagne électorale, probablement avec le soutien d' une partie des partis de droite et, plus globalement, des partis et des médias inféodées aux forces euro-atlantistes.

Il faut par ailleurs obtenir non seulement la majorité populaire au niveau fédéral, mais aussi dans au moins 12 des 23 cantons de la Confédération. Ce n'est donc pas gagné.

Comparaisons entre la France (UE + euro + OTAN) et la Suisse (ni UE ni euro ni OTAN)

Avec un peu plus de 8 millions d'habitants et 41 200 km², la Suisse est environ 8 fois moins peuplée que la France et 13 fois plus petite en superficie. Elle est même plus petite que la seule région Rhône-Alpes.

Pourtant, le peuple suisse - historiquement très vigilant sur ses libertés et sur sa démocratie - a courageusement et intelligemment refusé d'entrer dans la prétendue « construction européenne », dans l'euro et dans l'OTAN.

Le peuple suisse a ainsi fait un bras d'honneur à la propagande euro-atlantiste. Ils ne se sont jamais laissés intimider. Ils n'ont pas cru les prophètes malintentionnés qui leur assuraient que la Suisse était "trop petite" pour s'isoler du monde...

Avec le recul du temps, les résultats comparés de la Suisse et de la France sont édifiants.

Alors que la France dégringole année après année dans le calcul de l'indice de développement humain (IDH) du PNUD, - étant passée de la 2e place en 1995 à la 22e place en 2015, la Suisse, elle, est désormais à la 3e place mondiale.

Alors que la pauvreté et la misère ne cessent de s’étendre en France au même rythme que les délocalisations industrielles, la prospérité suisse est plus forte que jamais, notamment grâce à une monnaie nationale gérée conformément aux intérêts du peuple suisse.

Alors que la France est attirée dans des guerres illégales et très meurtrières qui nous aliènent la sympathie du monde entier et qui nous ont transformé en larbins de Washington, la Suisse se tient sagement à l'écart de ces crimes, tout en préservant une véritable armée digne de ce nom et tout en respectant le droit international au point qu'elle est devenue le pays qui abrite le plus de conférences internationales au monde et un symbole de paix à elle toute seule.

Alors que la France connait des attentats terroristes, qui résultent directement des choix diplomatiques et militaires scandaleux de nos dirigeants, la Suisse reste indemne de cette plaie, tout simplement parce qu'elle inspire le respect dans le monde entier.

Alors que la France se dirige vers sa dislocation sous le poids de la politique maléfique des "euro-régions", la Suisse maintient plus que jamais son unité nationale, grâce au respect de ses traditions vieilles de 800 ans. Les cantons suisses sont en moyenne 2 fois plus petits et 2 fois moins peuplés que les départements français, mais personne en Suisse n'ose même imaginer de les supprimer "pour être moderne".

Alors que la France sombre mois après mois dans un régime de plus en plus dictatorial avec une surveillance généralisée des citoyens, une extension abusive de l'état d'urgence, des réformes constitutionnelles aux relents xénophobes débattus à la sauvette et des lois liberticides votées en catimini, la Suisse administre toujours plus son respect profond du peuple et de la démocratie, avec son système de référendum d'initiative populaire que les oligarques franco-européistes refusent bec et ongles aux peuple français.

On doit noter au passage, que cette annonce de référendum sur le retrait du pouvoir de création monétaire aux banques privées permet de clouer le bec aux européistes méprisants qui nous assurent continuellement que l'on ne pourrait "pas comparer" la Suisse à la France parce que la Suisse tirerait sa richesse des banques.

La preuve est faite que, même si le poids du secteur bancaire est important en Suisse - celui de l'industrie y est aussi très élevé -, cela n'empêche nullement le peuple suisse d'envisager de mettre au pas ledit secteur bancaire. Le peuple et les dirigeants suisses font preuve d'un courage, d'un sens de l'intérêt général et d'une dignité qui font affreusement défaut aux médiocres personnages qui nous gouvernent.

Conclusion

En guise de conclusion, je rappelle que l'UPR est le seul parti politique français qui offre au peuple français la perspective de recouvrer une prospérité et une démocratie de type helvétique.

Le programme que j'ai présenté en décembre 2011 - voici maintenant 4 ans - s'engage en effet de façon ferme et définitive : - à faire sortir la France de l'UE, juridiquement et unilatéralement, par l'article 50 du TUE,

- à faire sortir la France de l'euro, juridiquement et unilatéralement, par l'article 50 du TUE,

- à faire sortir la France de l'OTAN, juridiquement et unilatéralement, par l'article 13 du Traité de l'Atlantique Nord,

- à créer enfin un vrai référendum d'initiative populaire, avec des conditions d'organisation comparables à ce qu'elles sont en Suisse,

- à redonner à la Banque de France son pouvoir plein et entier de création monétaire

- à organiser, après son accession au pouvoir, un grand débat sur l'origine de la dette publique, assorti d'un référendum à questions multiples.

Parmi ces questions, nous pourrions très bien soumettre au peuple français la même question que celle qui va être soumise au peuple suisse, à savoir celle du retrait aux banques privées de leur pouvoir de création monétaire ex nihilo.

Source : http://www.latribune.fr/economie/international/les-suisses-voteront-pour-oter-aux-banques-leur-pouvoir-de-creation-monetaire-539180.html#xtor=EPR-2
 

François ASSELINEAU

Site Internet : http://www.upr.fr
Facebook : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

181 réactions à cet article    


  • Arthur S M de Sourcessure 31 décembre 2015 12:28

    1. attendez le résultat du référendum suisse avant de crier victoire.


    2. soumettre la question par référendum aux Français aurait sans doute le même résultat que celui portant sur la constitution européenne.

    3. la solution n’est pas dans les urnes.

    • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 22:31

      @M de Sourcessure

      Il faudrait changer votre pseudo. Ecrire ce que vous avez écrit c’est faire l’aveu de ne rien y connaître à la démocratie directe ayant cours en Suisse. Mesurez que vous ne connaissez rien des procédures de « référendum » et « d’initiative populaire » et de leurs aboutissements. Vous venez commenter quelque chose que vous ne connaissez même pas ! Intéressez vous à la démocratie directe et venez ensuite en faire le commentaire. Au lieu de celà, vous sortez des inepties comme : « la solution n’est pas dans les urnes » ! Votre niveau de connaissance du sujet est nul !


    • Vinciboulette 1er janvier 2016 22:33

      @Ar zen
      C’est vrai qu’avec 22 initiatives acceptées sur 198 ayant abouti depuis 1891, on ne peut pas douter du résultat. C’est vrai qu’avec 55% d’abstention en moyenne, on ne peut qu’admirer l’attrait magnétique des urnes sur le citoyen suisse. Mais chacun en tire les conclusions qu’il souhaite sur ce modèle de démocratie.


    • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 22:48

      @Vinciboulette

      Il n’empêche que le peuple à la main. Il ne se plaint pas. Figurez vous que l’abstention est moindre lorsque les sujets sont plus prégnants. Par exemple : qu’a choisi le peuple concernant l’appartenance de la Suisse à l’U.E ? Je vous rappelle que la Suisse est 2ème au classement mondial de l’IDH (indice de développement humain) que la France est 22ème ! Je vous rappelle que le taux de chômage en Suisse est l’un des plus bas du monde, de l’ordre de 3%. Vous venez crachez dans la soupe ? Je vous résume :
      - Vous êtes contre la suppression de la procédure dite du congrès.
      - Vous êtes contre le référendum pour contester une loi
      - Vous êtes contre l’initiative populaire pour apporter un changement dans la constitution.

      Vous êtes donc satisfait du système d’élection de nos maîtres.

      Est-ce bien celà ?


    • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 22:59

      @Vinciboulette

      Précision complémentaire. Au mois de novembre 2015 fleurissaient à Genève des panneaux publicitaires 4x3, qui vantaient les salaires des caissières des magasins « LIDL ». le salaires de ces employé-é-si était de 4000 francs mensuels soit approximativement 3600 euros. Comparez ce qui est comparable en matière d’élections. Les attentes ne sont pas les mêmes qu’en France, j’espère que vous le mesurez !


    • julius 1ER 2 janvier 2016 09:12
      Au mois de novembre 2015 fleurissaient à Genève des panneaux publicitaires 4x3, qui vantaient les salaires des caissières des magasins « LIDL ». le salaires de ces employé-é-si était de 4000 francs mensuels soit approximativement 3600 euros.

      @Ar zen
      avec le coût de la vie qui prévaut en Suisse 4000 frcs de salaire brut c’est très limite car logement, transports, assurances (privées) frais médicaux, nourriture.... tout cela très chers !!!
      alors 4000 frcs c’est le minimum vital cela correspond au smic en France.... 

    • oncle archibald 2 janvier 2016 12:47

      @julius 1ER : au point que les frontaliers Suisses viennent habiter en France et y faire leurs courses parce que les loyers et la nourriture y sont moins chers tandis que les frontaliers Français vont travailler en Suisse tous les matins !


    • Rensk Rensk 2 janvier 2016 17:10

      @julius 1ER

      Minimum vital révé par vous... La réalité est tout autre :

      Pour un débiteur vivant seul : CHF 1’200.00
      Pour un débiteur monoparental : CHF 1’350.00
      Pour un couple marié, deux personnes vivant en partenariat enregistré ou un couple avec des enfants : CHF 1’700.00
      Entretien des enfants :
      pour chaque enfant jusqu’à 10 ans : CHF 400.00
      pour chaque enfant de plus de 10 ans : CHF 600.00


    • Vinciboulette 2 janvier 2016 21:45

      @Ar zen
      Par exemple : qu’a choisi le peuple concernant l’appartenance de la Suisse à l’U.E ?

      La Suisse n’a jamais voté sur l’adhésion à l’UE, même pas en 1992 si c’est à cela que vous pensez.

      Je vous rappelle que la Suisse est 2ème au classement mondial de l’IDH
      Grâce à la démocratie directe ? Si vous pensez que oui, en avez-vous des preuves ?

      Pour le reste, libre à vous de faire les amalgames que vous voudrez.


    • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 09:54

      @julius 1ER

      Vous êtes très loin du compte Julius. Assurance santé obligatoire : 300 francs. Loyer 1500 francs. Nous arrivons donc à 4000 - 1800 = 2200. En France 1200 - 700 (loyer) = 500 euros. Certes, la nourriture est un peu plus chère en Suisse qu’en France, mais pas beaucoup. La viande oui, les légumes non. Le plat du jour dans un restaurant à Genève c’est 17 francs. L’essence n’est pas plus chère. Un exemple facile à comprendre. Le catalogue IKéa. Les mêmes produits vendus en France et en Suisse. Est-ce que les marchandises sont plus chères en Suisse ? Non, elles ne le sont pas. Les voitures. Est-ce qu’elles sont plus chères en Suisse ? Elles ne le sont pas. D’ailleurs le parc automobiles est d’une valeur bien plus élevé en Suisse qu’en France. Les transports dîtes vous ? La vignette autoroute coûte 40 francs par année ! Elle vous permet d’utiliser toutes les autoroutes du pays pour 40 francs pour l’année. C’est incomparable avec la France n’est-ce pas ? J’avais une question Julius. Vivez vous en Suisse ou en France ? Et bien, ce que vous écrivez ne correspond pas à la réalité. Vous êtes très mal renseigné. Non, 4000 francs suisses mensuellement ne correspond en rien à un SMIC français. Moi je rêverais qu’un SMIC français donne autant de pouvoir d’achat en France qu’un salaire à 4000 francs en Suisse. C’est très loin d’être le cas malheureusement. Pour répondre à une autre intervention sur ce fil. Evidemment, en zone frontalière il y a des Suisses qui viennent habiter en France. Tout simplement parce que c’est moins cher. Le loyer à 1500 francs se transforme en loyer à 700 francs. Ces gens là épargent encore davantage.


    • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 10:31

      @Vinciboulette

      Etes vous certain de ce que vous dîtes ? Le 6 décembre 1992, l’adhésion à l’EEE a été rejetée à la suite d’un référendum obligatoire, par une double majorité du peuple et des cantons. Ce référendum portait sur le processus d’intégration européenne. L’adhésion à l’Union Européenne était l’objectif final de la Suisse, l’adhésion à l’espace économique européen devait constituer une étape vers l’adhésion à l’UE. Même cette première étape n’a pas été franchie par décision du peuple. Parce que la grande question qui se pose c’est bien celle de la démocratie directe ! L’application du droit communautaire entre en opposition frontale avec la constitution suisse et sa démocratie directe. Le 6 juin 1997 l’initiative « Négociations d’adhésion à l’UE : que le peuple décide » est refusée à l’unanimité des cantons et 74,1% des suffrages exprimés. Le 4 mars 2001, l’initiative « oui à l’Europe » est refusée à l’unanimité des cantons et 76,8% des suffrages exprimés. Pour le reste de votre message vous me demandez si je suis « certain » que le classement IDH est en relation avec la démocratie directe ? Et bien oui, c’est toujours le peuple qui décide des orientations pour sa vie. Je vous demande d’examiner le taux d’endettement de la Suisse en rapport avec son PIB. En 2014 il s’établit à 34,2% ( La Suisse n’a pas de pétrole et contrairement à une idée répandue, le secteur bancaire représente seulement 9% de l’économie suisse). Pour la France, nous en sommes à 97,5%. La France est l’os, plus de marge de manoeuvre. Lorsque vous payez les intérêts d’emprunt au secteur bancaire il ne vous reste plus rien pour investir à destination du peuple. Et, évidemment, l’Etat prétend qu’il faut mettre en place des mesures autéritaires, dépenser moins pour réduire la dette, vendre les trésors nationaux. Tout ceci pour servir les intérêts de la dette. Les pauvres sont de plus en plus pauvres, de plus en plus nombreux ; les riches sont de plus en plus riches, de moins en moins nombreux. Nous sommes très mal partis. Nous prenons le même chemin que la Grèce, malheureusement.


    • LEELOO Blondinette43 3 janvier 2016 10:36

      @M de Source sussure

      Bon et c’est quand que j’ai mon rond de serviette pour de bon au rade des tarlouzes ?

      L’identifiant et le mot de passe Wordpress, ils vont pas se créer par maggie, hombre(s)

      Allez fissa, ou j’audite de bon pour le rôle du new stripper smiley ;->


    • LEELOO Blondinette43 3 janvier 2016 10:43

      PM pour disons.fr - la moquée d’à côté

      Léon, t’as liquidé Furtif ?

      ET pour Asinus, ça t’inquiète pas qu’il ne soit pas venu mettre son épitaphe quotidien, ce matin ?


    • César Castique César Castique 3 janvier 2016 10:45

      @Ar zen



      « En 2014 il s’établit à 34,2% ( La Suisse n’a pas de pétrole et contrairement à une idée répandue, le secteur bancaire représente seulement 9% de l’économie suisse). » 

      A titre d’exemple, sur la base des statistiques du site Index Mundi, quelques chiffres que j’ai sous la main. Exportations per capita 2011 :

      Suisse : 40’903 $

      France : 8’890 $

      Allemagne : 17’282 $


    • Vinciboulette 3 janvier 2016 23:08

      @Ar zen
      Le 6 décembre 1992, l’adhésion à l’EEE ...

      L’EEE n’est pas l’UE et n’implique pas l’adhésion à l’UE. La Norvège et l’Islande sont dans l’EEE mais pas dans l’UE.

      Le 6 juin 1997 l’initiative « Négociations d’adhésion à l’UE : que le peuple décide » ...
      Cette initiative demandait l’arrêt des négociations d’adhésion et a été refusée.

       Le 4 mars 2001, l’initiative « oui à l’Europe » ...
      Cette initiative demandait la relance des négociations de candidature et a été refusée. Si elle avait été acceptée, il y aurait eu un certain nombre de cycles de négociation, suivi d’une candidature d’adhésion ratifiable par la Suisse (auquel cas les Suisses auraient pu voter pour ou contre une adhésion).

      Vous remarquerez que les titres sont assez vaguement reliés aux textes soumis au vote. Comme il y a une assez grande liberté de choix sur ce point, on prend un titre accrocheur en vue de faire campagne. Campagne qui coûte selon les estimations jusqu’à 5 millions de francs par camp. Alors, qui a les moyens de faire campagne, jusqu’à 4 fois par année et sur plusieurs thèmes différents ? Les partis politiques établis, les lobbys des banques, des assurances, des industries, mais certainement pas le peuple.

      c’est toujours le peuple qui décide des orientations pour sa vie
      Avec 3068 actes législatifs votés par le parlement depuis 1983 et 595 votations (20%), peut-on dire que le peuple est aux commandes ? Quant aux thèmes soumis au vote, ce sont ceux sur lesquels le comité d’initiative (ou référendaire) n’a pas trouvé d’accord avec le parlement. Pas forcément les plus « importants », comme on voudrait le croire.

      Pour le reste je suis d’accord avec vous qu’il y a un problème de concentration des richesses. Mais les faits montrent (ici, , ou  par exemple) que ce n’est pas le système suisse qui va y apporter une solution. 

    • joletaxi 31 décembre 2015 13:27

      les banques perdraient leur capacité de créer de l’argent ex nihilo

      ah, pour les fêtes, une petite friandise, pas de refus, l’argent ex nihilo

      juste pour le fun, essayez donc de me montrer à quel endroit d’un bilan d’une banque se trouve ce fameux argent ex nihilo.
      par la même occasion, reprenons la question souvent posée, jamais élucidée

      montrez moi les écritures comptables que la banque enregistre lors de l’octroi d’un prêt, et comment est rédigée l’écriture qui constate l’argent ex nihilo.

      et comme devoir de vacances , comment une banque fait faillite,quand les supports aux prêts qu’elle a accordés sont dévalorisés, alors que l’argent prêté est de l’argent ex nihilo ?

      bonne année tout de même

      ,


      • JMBerniolles 31 décembre 2015 14:03
        @joletaxi

        Dans les règles actuelles une Banque privée qui prête de l’argent n’est pas obligée de le posséder.
        Un capital de l’ordre de 10% lui seulement nécessaire.
        Il y a donc bien création de monnaie qui est garantie par le remboursement du particulier, de l’organisme ou de la collectivité territoriale qui emprunte.
        C’est un mécanisme fondamental d’exploitation par la monnaie.

        Même les entreprises y sont soumises



      • joletaxi 31 décembre 2015 14:47

        @JMBerniolles

        mais oui, mais oui

        essayez vous donc à l’écriture des opérations comptables ,juste pour voir

        les 10 % sont la limite, qui a d’ailleurs été abaissée je crois,des fonds propres que la banque doit garantir
        mais l’argent qui est prêté ,c’est le vôtre, à votre insu et de votre plein gré
        quand vous recevez un extrait de compte de votre banque, vous croyez de bonne foi, que c’est votre compte, mais en fait c’est le compte de la banque, qui vous permet de l’utiliser dans des limites qu’elle fixe.

        C’est le privilège de la banque
        et heureusement, car ce système permet à l’argent de « travailler » et à faire propsérer l’économie.
        Si demain, on obligeait les banques à prêter uniquement sur fonds propres,,l’économie s’écroulerait immédiatent
        c’est marrant ce genre de marronnier, comme le million de morts à Tcherno, l’obsolescence programmée,le déréglement climatique etc.


      • filo... 31 décembre 2015 15:48

        @joletaxi
        Dès qu’un article valable est publié sur AV il y a des trolls qui se remmènent comme des mouches sur le vinaigre !

        Mais pourquoi ?


      • joletaxi 31 décembre 2015 16:06

        @filo...

        l’argent ex nihilo
         que la banque crée, et détruit
        et cela marche, la preuve

        prenez une leçon de comptabilité et revenez nous voir


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:06

        @joletaxi
        Oui, vous avez raison, les banques prêtent l’argent que vous y déposez, mais aussi l’argent qu’elles n’ont pas, en ouvrant des lignes de crédit, particulièrement aux Etats.
         « La création monétaire »

        Pendant des siècles, l’ Etat français et les Collectivités locales utilisaient « un Q E maison », avec des emprunts à taux 0% à la Banque de France.


        Puis les Traités européens ont interdit ces emprunts à taux 0%, pour obliger les Etats à emprunter aux banques privées, évidemment avec des intérêts.
        Lesquels sont d’autant plus élevés que l’économie d’un pays va mal, ce qui fini d’achever le malade. Voir la Grèce.
        C’est Michel Rocard qui explique qu’emprunter aux banques avec intérêts « c’était moderne ! »

        La « modernité » a un coût pour les peuples, qui doivent rembourser les intérêts de la dette publique. Voici l’évolution de la dette publique française, avec et sans l’article 123 qui impose les emprunts aux banques privées. 


      • tf1Groupie 31 décembre 2015 18:17

        @Fifi Brind_acier
        "Pendant des siècles, l’ Etat français et les Collectivités locales utilisaient « un Q E maison », avec des emprunts à taux 0% à la Banque de France."

        La Banque de France ayant à peine deux siècles vous racontez n’importe quoi. Avant cela les Rois taxaient, pillaient, faisaient la guerre.

        Vu le culte que la secte UPR voue à l’histoire, je doute que cette erreur soit totalement innocente.


      • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 18:51

        @joletaxi

        Montrez nous, de votre côté, qui détient, comment et où, ces fonds que les banques mettent à disposition des prêteurs. Si elles donnent 1000 c’est qu’elles disposent en réserve de 1000. C’est ça ? Expliquez nous pourquoi, la BCE, créatrice de monnaie, peut s’autoriser de mettre sur le marché quelques 8% d’argent neuf chaque année alors que le taux d’inflation est maîtrisé à 2% et que la croissance ne dépasse pas 2%. Puisque 2 et 2 font quatre, pourquoi ce chiffre de 8% ? A quoi correspondent les 4% qui manquent ? Merci de votre réponse et bonne année également.


      • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 19:19

        @filo...

        Question : qu’est-ce qui distingue un « troll » d’un autre intervenant ? Ils sont comment les « trolls » ? Vous avez certainement des caractéristiques bien précises à nous communiquer à ce sujet. Nous les attendons. Merci.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 19:36

        @tf1Groupie
        Ils avaient le droit régalien de battre monnaie. ce qui n’empêchait pas les pillages.
        Les banques privées désormais vous pillent vos impôts pour rembourser les intérêts de la dette. 
        C’est moderne !

        « La tragédie de l’ euro » Une monnaie = un peuple = une économie.


      • joletaxi 31 décembre 2015 19:50

        @Ar zen

        non, cela ne marche pas comme cela
        la banque peut prêter ses fonds propres(par exemple en faisant une augmentation de capital, en émettant des obligations) mais elle ne fait cela que très rarement forcée contrainte.
        En fait elle prête l’argent que vous lui confiez.
        Elle ne conserve qu’une petite fraction des dépots de ses clients,en monnaie circulante, pour pouvoir effectuer la régulation des comptes de ses clients
        En contre partie des prêts, elle détient les suretés affectant les prêts, ce sont des immobilisations, comme votre maison par exemple.
        Toutes les banques sont tenues de tenir un état sincère de ces suretés, preuve de leur solvabilité. Et ainsi en permanence ,elle peuvent dons se prêter, échanger entre elles, ce qui assure la fonctionnalité du système.
        Si par contre, une banque voit ses immobilisations dévaluées, elle n’aura plus accès au marché interbancaire , elle risque fort de se trouver en insolvabilité,incapable d’assurer la régulation des comptes, qui se trouvent d’ailleurs vidés.

        Mais les banques participent de la création monétaire par le biais des prêts consentis, car le prêteur final, quand toutes les liquidités ont été épongées,c’est la BCE, qui prête aux banques de référence à des taux qui favorisent ou pas l’expansion des prêts.
        La situation actuelle est « inventive » car les banques ne sont pas demandeuses, mais la BCE prête à des taux bas, en espérant susciter l’octroi de prêts et donc favoriser l’investissement., mais en risquant de dévaluer la valeur de la monnaie
        Les américains ont essayé en vain de provoquer la dévaluation du dollar en inondant les banques de liquidités,sans succès, car l’investisseur international préfère malgré tout le dollar., qui est la monnaie de règlement mondial.
        Pas sur que la BCE soit dans la même situation, mais je ne vois pas pourquoi ceci est criticable, car monnaie nationale ou européenne, la dévaluation est un artifice indolore de votre pouvoir d’achat, et facile à mettre en oeuvre.

        L’avenir risque d’être rockandroll, mais bonne année tout de même


      • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 22:50

        @joletaxi

        Beaucoup d’inexactitudes dans ce que vous écrivez. Je vais faire court. Voici un lien dans lequel un banquier et économiste suisse vous sert sur un plateau le principe de la création monétaire ex nihilo. Si vous avez des connaissances supérieures dans le domaine bancaire et économique, vous pouvez toujours venir nous les exposer sur ce fil mais à l’impossible nul n’est tenu et je ne vous en tiendrai pas rigueur. Le banquier en question se nomme François de Siebenthal et vous pouvez consulter son blog. Bonne et joyeuse année puisque nous approchons de l’instant fatidique. https://m.youtube.com/watch?v=efIiQtfR7BI


      • Vipère Vipère 1er janvier 2016 01:21

        Un ancien banquier suisse explique comment est fabriqué l’argent à partir de rien, et leur pouvoir exorbitant :

        https://www.youtube.com/watch?v=dmwtBcU0qtA


      • JMBerniolles 1er janvier 2016 10:17
        @joletaxi

        Oui c’est un peu moins de 10%
        Donc plus de 90% correspond au travail de l’artisan, à la ponction des revenus d’un emprunteur...
        Les Banques empruntent à la BCE à à peine plus de 0% !
        Et la fonction première de la BCE est de juguler l’inflation de manière à optimiser l’exploitation par la monnaie
        Tous cet argent va principalement au jeu sur les marchés et aux opérations spéculatives notamment sur les échanges commerciaux... pas dans l’économie réelle donc.
        D’où le blocage définitif du système.

      • joletaxi 1er janvier 2016 11:13

        @Ar zen

        il y a sur le net des dizaines de petits clips du genre, qui ne font pas avancer d’un poil le scmilblick

        je vous redemande, mais c’est peine perdue, car vous en seriez tout à fait incapable, (ce n’est pas la première fois que cette polémique a lieu ici) de me montrer où dans le bilan d’une banque se trouve la rubrique qui constate une création de monnaie, ou bien de quelle façon, par le jeu d’écritures( vous savez , l’écriture magique que vous évoquez) a lieu cette création monétaire, et au_ passage, puisque la création monétaire est sans aucun doute introuvable dans le bilan, comment ils s’arrangent pour que cela n’apparaisse pas au bilan ?

        je me demande d’ailleurs qui a intérêt à propager ce genre de rumeur, et dans que l but.

        Je sais cela énerve, comme sont énervés les anti OGM, lres anti ondes wifi, les anti Monsanto, etc


      • joaopessoa 1er janvier 2016 11:16

        @tf1Groupie

        Vous racontez également n importe quoi les rois avait également des bailleurs de fond.sans doute un excès de tf1.


      • joaopessoa 1er janvier 2016 11:19

        @joletaxi

        Lecteurs d AV vous êtes trop bêtes pour comprendre quoi que ce soit.la vérité se trouve dans joletaxi qui sait tout sur tout mais ne vous expliquera rien car nous n êtes pas équipé pour.mieux vaut en rire...


      • joletaxi 1er janvier 2016 11:34

        @JMBerniolles

        l’exploitation par la monnaie ?

        il faut donc supprimer la monnaie ?

        les opérations spéculatives ?
        mais tout le monde spécule en permanence , et dans le jeu de la spéculation, il y a des gagnants et des perdants.
        Je viens de faire le plein de fuel, j’ai donc chercher le meilleur prix, et j’ai différé ma commande. Il se fait que j’ai été gagnant cette fois, jusqu’à présent.

        S’il n’y avait pas spéculation, comment fixeriez-vous les prix, et plus difficile, le juste prix ?

        Mr. Waddal a donné un lien vers un très bon article, plus haut.
        A la lecture qu(y voyons-nous ?
        Cet état a créé, sous forme de banque, un genre de fonds souverain, pour promouvoir l’économie de la région.
        Bravo.
        Mais ce qui apparaît en filigrane,c’est que ce fonds est alimenté par des revenus tirés principalement de l’exploitation des gaz de schiste, et que cet état tente d’attirer les industries.

        la californie, état le plus riche des USA, qui exploite aussi le pétrole maudit, est en pleine déconfiture, soi-disant du fait des banques.
        ce que l’auteur oublie de me,ntionner ,c’est que cet état est depuis des décennies aux mains des zinzins verts( le plus emblématique c’est terminator), et que tout y est fait pour « décarboner », ce qui conduit les induistries à quitter l’état, entr’autre.

        Ce qui nous amène à la conclusion que la France, au lien de jouer avec des transitudes imbéciles, d’agonir les entrepreneurs de règles absconses,(la dernière, les entreprises vont devoir publier et calculer leur empreinte carbone, ça va chauffer autour de la machine à café) de taxes( plutôt que de profiter de la baisse du prix du baril, on réfléchit au contraire à la façon dont on pourrait augmenter la taxation) et d’interdire d’exploiter ses ressources( y compris le gaz de schiste) et ses points forts(dont le nucléaire) devrait au contraire changer de logiciel.

        Mais j’ai des doutres
        ce matin sur RMC, les zinzins verts inondaient les ondes de prédictions à la Philipulus.
        Comme toujours, il faudra sans doute que l’on aie touché le fond pour rebondir

        Bonne année de sacrifices à Gaia,


      • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 15:02

        @joletaxi

        Donc vous êtes de ceux qui pensez que les banques prêtent l’argent que monsieur Toulemonde dépose dans la dite banque ? Oui, il y a des vidéos qui circulent et de gens, à priori compétents, qui y interviennent. Qu’est-ce que ceci enlève à celà ? Je ne vous juge pas, je ne sais pas quelles sont vos compétences. Je vois que sur ce fil un nommé Amiaplacidus vous a produit un petit précis de « l’économie expliquée aux enfants ». Aurait-il démasqué chez vous un certain manque de connaissances ? Donc je reviens vers vous. Je ne vous connais pas. Soit vous avez des connaissances très étendues dans le domaine de l’économie et/ou de la banque, soit vous ne les avez pas. A vous lire, il me semble, je peux d’ailleurs me tromper, que vous n’utilisez pas un langage, une écriture devrais-je dire, pédagogique. Les arguments que vous posez sont très approximatifs. Vous arrivez même à écrire : « de me montrer où dans le bilan d’une banque se trouve la rubrique qui constate la création monétaire ». Comment voulez vous que je puisse produire ce genre de chose ? Donc, soit vos compétences sont étendues et vous pouvez, je suis preneur, venir faire la démonstration que les banques ne prêtent que l’argent de leurs déposants, et pas un centime de plus, soit vous êtes victime de l’effet « Dunning-Kruger ». Sur quoi appuyez-vous vos propos ? Quelles sont vos sources ? Quelles sont vos compétences ? Vous pouvez bien balayer d’un revers de main les « petites vidéos » qui circulent sur le net mais, je m’aperçois qu’elles traduisent l’avis d’experts en la matière. Si vous êtes l’un de ces experts, dîtes le nous, sinon il vous appartient de vous remettre en question en vérifiant vos sources afin de ne pas être encore une fois victime de l’effet Dunning-Kruger. La dissonance cognitive serait trop forte chez vous pour que vous refusiez de vérifier vos sources et de les confronter à d’autres ? Qu’est-ce qui vous pousse à être convaincu de ce que vous écrivez ? Voilà toute la question. Le sieur Amiaplacidus a proposé à la lecture des ouvrages qui expliquent cette création monétaire « ex nihilo ». Je pense donc que vous les avez lus et ensuite rédigé un ouvrage personnel qui vient démentir les inepties contenues dans ceux-ci ? Est-ce que je vois juste ?


      • julius 1ER 2 janvier 2016 09:35
        En contre partie des prêts, elle détient les suretés affectant les prêts, ce sont des immobilisations, comme votre maison par exemple.
        Toutes les banques sont tenues de tenir un état sincère de ces suretés, preuve de leur solvabilité. Et ainsi en permanence ,elle peuvent dons se prêter, échanger entre elles, ce qui assure la fonctionnalité du système.
        Si par contre, une banque voit ses immobilisations dévaluées, elle n’aura plus accès au marché interbancaire , elle risque fort de se trouver en insolvabilité,incapable d’assurer la régulation des comptes, qui se trouvent d’ailleurs vidés.

        @joletaxi
        Tu assures le service des relations publiques de la BNP, Coc Gen ou Crédit Lyonnais ?????

        quels tissus de lieux communs que ce que tu racontes.... on atteint le sommet de l’Everest avec « tenir un état sincère de ces sûretés »

        depuis l’abrogation du « Glass steagal act » aux USA et l’équivalent chez -nous cad la séparation des banques d’affaires et des banques de dépôts....

        as-tu jamais vu ou entendu une seule banque réclamer la mise en application de cette Loi qui il faut le rappeler, avait été initié par Roosevelt à la suite de la crise de 1929 et qui avait laissé tous les petits épargnants en slip .... abrogée par Reagan au nom de la Liberté et de la concurrence tous azimuts !!!
        il faut rappeler que cette loi avait protégé les petits épargnants américains pendant 50 ans et en à peine 20 ans à nouveau les petits épargnants se retrouvaient en slip .....

        car en séparant banques de dépôts et banques d’affaires on avait mis en place des garde-fous qui évitaient la spéculation ( ce qu’on appelle les effets de leviers qui ont atteint les sommets dans les années 90/2000 avec des prêts multipliés par 27 à partir des des dépôts initiaux )......à partir de l’argent déposé par les petits épargnants et même si l’on a ramené l’effet levier à sept fois rien n’est réglé sur le fond !!!!!!!!!!!!


      • joletaxi 2 janvier 2016 13:49

        @Ar zen

        je vous remercie d’employer un langage « apaisé » c’est plutôt rare

        comme je le disais, il y a déjà eu des articles sur le sujet, et chaque fois on en revient à la même question

        montrez à quel endroit du bilan se trouve la rubrique « création monétaire »

        Comment voulez vous que je puisse produire ce genre de chose ?

        c ’est toute la problématique, car jusqu’ici, mais je ne désespère pas, personne n’a donné de réponse

        en gros, laissez-moi vous expliquer
        les sociétés sont tenues de tenir une comptabilité en partie double, inscrivant à l’actif ce qu’elle détient, au passif ce qu’elle doit, les sommes devant âtre égales.
        Tout mouvement à un compte d’actif a son pendant au passif.
        D’autre part, la seule rubrique où il y a des valeurs « utilisables », pour payer, acheter apurer une dette etc, se trouve à la rubrique « actifs circulants » ce qui explique bien ce dont il s’agit.
        Pour que l’argent d’un prêt soit tranféré ,soit au vendeur, soit directement à l’emprunteur, cette opération doit obligatoirement passer par ces comptes, où l’on retrouve les comptes en banque, la caisse, et, mais pour moi c4est un abus, les effets rapidement apurés.

        Dans toutes les petites vidéo , articles, on vous dit, l’emprunteur signe une reconnaissance de dette, et au passif, on inscrit la somme... et voilà, l’argent est créé, c’est évidemment faux

        En dehors des affirmations sur l’argent qui se crée et se détruit, ce qui devrait faire retentir votre BS detector, comment voulez-vous qu’une banque fasse faillite, en cas de défaut de remboursement avec ce schéma ?

        et si vous écrivez les lignes d’écritures qui vont accompagner l’octroi d’un prêt, vous verrez tout de suite que de l’argent en nihilo, ça n’existe que dans certaines pages de pifgadget.

        Il se fait que j’ai passé une partie de ma vie à décortiquer des bilans, et croyez-moi, vous ne pouvez rien dissimuler.Bien entendu, les opérations hors bilan, c’est un autre problème, mais une opération qui comporte généralement une inscription hypothécaire, devant notaire, ce ne passe pas hors bilan.

        Et je vous firai même que je ne suis absolument pas persuadé que les particules fines, du diesel, écourtent votre vie, ce sera une autre histoire.


      • joletaxi 2 janvier 2016 14:06

        @julius 1ER

        oui, fou hein les lieux communs, surtout quan on en est soi-même victime à son insu

        la crise de 2008 n’a aucun début de cause dans les opérations de trading des banques, mais bien dans le secteur réputé sur des prêts immobiliers, vous savez ,ces opérations qui concernent d’abord les banques de dépots

        hein ?
        les banques de dépots, prêtent l’argent des déposants ?
        ben oui, c’est pourquoi vous touchez un maigre intérêt., si ce n’était pas le cas, je vois pas comment la banque vous payerait pour garder votre argent, surveiller que personne ne vous le vole, et vous permettre de payer, toucher, encaisser des valeurs etc...au lieu de vous obliger à prendre votre vélo pour aller payer votre facture d’électricité.

        L’affaire Kerviel montre que même en cas de gros problème, cela n’a quasi pas affecter la banque( on aimeraitd’ailleurs qu’il y aie une vraie investigation sur la hauteur réelle de la perte mais c’est une autre histoire)

        Et qui a permis que l’on prête de façon irraisonnée, et sans surveillance pour acheter des jolies maisons, ... le gouvernement US
        Croyez-vous qu’une banque d’état qui aurait reçu des ordres, pour les banques privées cela a été des incitations, pour mener une politique « audacieuse » imoobilière n’aurait pas du faire face aux mêmes problèmes.
        Et qui autorise les COD, les CDS sinon le gouvernement ?
        Les banques utilisent toutes les possibiltés que le gouvernement permet, ni plus, ni moins,
        Je crois que votre espoir , c’est de voir émerger une banque « morale », pourquoi pas un Monsanto « moral »
        c’est presque puéril


      • Rensk Rensk 2 janvier 2016 17:26

        @joletaxi

        Après Bâle II jamais appliqué par les Américains, la réévaluation des seuils prudentiels par les représentants de 27 banques centrales s’est traduit par le fait que « les banques devront avoir 4,5 % au titre du capital de base (core Tier One5) auxquels s’ajoute un coussin dit « de conservation » de 2,5 %, soit 7 % au total ». Selon la BNP, le seuil de 7 % équivaut à un ratio de 10 % dans l’ancienne définition - à comparer aux 2 % minimum exigibles auparavant6.

        Pour la première fois, l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) pose ses exigences en matière de fonds propres pour UBS et Credit Suisse dans le cadre du dispositif « too big to fail ». A la lumière de la taille et des parts de marché, elle a fixé des taux de 19,2% des actifs pondérés du risque (RWA) pour UBS et 16,7% pour Credit Suisse.


      • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 11:07

        @joletaxi

        A mon tour de vous remercier pour la qualité de votre réponse. Vous l’aurez compris, je ne suis pas un spécialiste de l’économie. En revanche, je me triture les méninges à chercher à comprendre le processus. De ce que j’ai compris de la question : « pourquoi les banques font faillite ». Les banques prêtent de l’argent à partir de rien et encaissent des intérêts sur de l’argent qu’elles ont prêté et qu’elle n’ont pas. Une fois le prêt arrivé à terme et liquidé, la banque, ayant encaissé les intérêts, l’argent crée pour ce prêt est effacé du bilan « actif-passif ». Le risque, vous le voyez venir, pour la banque, c’est que l’emprunteur fasse défaut. Qu’il ne verse plus les intérêts ni le principal. Le passif de la banque, concernant cet emprunteur, ne sera jamais plus couvert. La ligne du passif reste béante. C’est pour cette raison que les banques ne prêtent pas à tort et à travers. Elles prennent des garanties sur l’emprunteur. Le but de la manoeuvre c’est bien d’encaisser des intérêts sur de l’argent qu’elles nont pas. C’est effectivement très juteux. Mais lorsqu’elles ne sont pas assez prudentes, lorsqu’elles prêtent à de très nombreuses personnes n’ayant objectivement pas les capacités pour rembourser, alors les risques de faillite se profilent à l’horizon. Ce n’est, ni plus ni moins, qu’un système similaire à celui mis en place par Bernard Madoff. Lui, il était seul. En revanche, les banques se regroupent et décident de « règles prudentielles » c’est à dire « jusqu’où ne pas aller trop loin », des règles qu’elles s’auto-administrent. Rester à la limite de leur cupidité c’est la seule question qu’elles se posent.


      • JMBerniolles 3 janvier 2016 11:48
        @joletaxi


        Avec cette question sur la monnaie vous êtes au cœur du problème.
        Un problème que Marx a à peine effleuré alors que c’est une question qui se pose depuis l’antiquité et qui a fait l’objet de réflexions d’Aristote notamment.

        Qui dénonçait déjà le pouvoir de la monnaie au mains des marchands....

        Un des gardes fous qui a été mis en place après la guerre est la garantie de la monnaie, le dollar, par l’or. Breton-Woods 
        Autrement dit il faut que la monnaie aie une valeur garantie....

        Mais notre système fou a explosé toutes les barrières. Les dettes souveraines et autres, les monceaux de capitaux, notamment issus de QE aux USA, Japon, Europe... ne sont plus couvertes par des valeurs matérielles.

        Nous sommes dans une crise monétaire majeure qui va exploser un de ces jours.
        Au lieu d’y avoir une concertation mondiale sur l’effacement de la dette et un nouveau départ sur une monnaie garantie et contrôlée, les USA imposent leur dollar qui ne vaut plus rien à coup de bombes... y compris atomiques bientôt.

        Ce système met en jeu l’avenir de l’humanité.... mais il parait que c’est avant tout la Planète qu’(il faut sauver !

      • joletaxi 3 janvier 2016 12:33

        @Ar zen
        vous écrivez

        Les banques prêtent de l’argent à partir de rien et encaissent des intérêts sur de l’argent qu’elles ont prêté et qu’elle n’ont pas. Une fois le prêt arrivé à terme et liquidé, la banque, ayant encaissé les intérêts, l’argent crée pour ce prêt est effacé du bilan « actif-passif »

        je vois que vous avez une vision « romantique » de la comptabilité

        on ne peut rien effacer dans un bilan.
        si demain dans ma société je prélève un euro dans la caisse cela se verra immédiatement.
        et encore une fois,vous ne pouvez pas alimenter un compte sans contre partie.

        il est impossible ,en observant les règles comptables, de faire apparaître ex nihilo, des liquidités sur un compte financier, du moins, je ne connais pas la méthode, mais si elle existe, je suis preneur, même contre rémunération...

        Maintenant, il y a un malentendu, qui entretient la saga, un peu comme le prétendu « effet de serre »
        a travers les prêts, ce sont bien les banques qui, en réempruntant selon les besoins, ou les modalités de la politique monétaire,auprès de la BCE,« incorporent » à la masse monétaire, la création de monnaie.
        Mais je vous pose la question
        Comment allez-vous répartir la création monétaire dans la population et sous quels critères ?
        Voyez le bitcoin,les bitcoins créés sont à l’avantage de ceux qui créent les chaînes, et certains trouvent cela équitable.Et comme le système est en soi explosif, la masse totale a été limitée, ce qui ne correspond strictement à aucune réalité économique.

        J’ai traîné souvent dans des salles de trading,et chez les cambistes.J’ai toujours été étonné que pour eux, la monnaie est un produit, détaché de la réalité, qu’ils commercent comme des objets.
        Et c’est bien là que réside la problématique, la monnaie ne vaut que la valeur que l’on lui accorde, .Un iphone n’a en soi aucune valeur, juste celle que je suis prêt à payer pour l’acquérir, en échangeant ma création de valeur obtenue par le travail, ou he heh, la ruse, par le moyen d’échange de la monnaie.

        Mais gardez à l’esprit, que votre extrait de compte n’est pas en soi de l’argent, il n’y est plus, votre banque l’utilise à votre insu,et si ,selon les circonstances, vous décidez de solder votre compte, l’argent viendra peut-être du compte de votre voisin de palier, déposé dans une autre banque, à laquelle votre banque aura emprunté la somme pour un jour, une semaine, un mois.

        Ce système ne supporte évidemment pas les grains de sable


      • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 14:00

        @joletaxi

        C’est une évidence que sur mon compte ne figure pas mon argent. D’ailleurs, sur mon compte, ce n’est qu’une monnaie scripturale. L’affaire tient parce que les gens ne retirent pas tous en même temps leur argent. Uniquement pour cette raison ! Vous voyez bien que les lois successives empêchent d’utiliser l’argent fiduciaire. Il est impossible de payer « en liquide » au delà d’une certaine somme. Pour ce qui est des bilans comptables maintenant. Vous me parlez de « romantisme ». Je crois que je me suis mal expliqué ou que... Bien, peu importe. Les banques n’effacent rien du tout de leur bilan ! Un exemple concret. La banque vous prête 100.000 euros sur 10 ans au taux de 2%. Elle n’a pas cet argent. Sur son bilan elle note en débit 100.000 euros mais en face, au crédit, 100.000 euros, c’est à dire la somme à venir, que vous allez rembourser en 10 ans. Le bilan est alors équibré. Lorsque après 10 ans, vous aurez remboursé vos 100.000 euros augmenté des 20.000 d’intérêts, et bien l’affaire sera close. La banque aura prêté 100.000 euros qu’elle n’avait pas, l’emprunteur aura restitué ces 100.000 euros à la banque moyennant une petite commission. Faut bien que tout le monde vive. Vous, vous ramenez l’analyse à une comptabilité qui est surveillée. Les banques ne sont pas surveillées. Si c’était le cas, j’aimerais bien que vous me disiez par qui, par quelle instance, par quelle autorité ? C’est là que se situe toute la supercherie. Lorque j’écris que l’actif-passif est effacé, c’est bien parce que la banque a recouvré, au bout de 10 années, l’argent qu’elle avait prêté et qu’elle n’avait pas. Qu’est-ce qui, dans ce raisonnement, vous dérange ? C’est tellement simple, et même simpliste, que nous en sommes aveuglés. Nous n’arrivons pas à la croire. Le système bancaire fonctionne pourtant bel et bien de cette façon. Dans un précédent post je parlais justement, de la création monnétaire de la BCE. Il s’agit de la monnaie fiduciaire. Celle-ci est, effectivement, de la seule compétence de la BCE, pour l’UE s’entend. C’est bien parce qu’il y a un grand écart entre l’argent crée et l’argent nécessaire que cela pose question. Alors que l’inflation est réduite à environ 2% et que la croissance est de l’ordre de 2%, les observateurs constatent que la BCE met chaque année sur le marché 8% d’argent frais. Cherchez l’erreur. Cela veut simplement dire que la moitié de l’argent fiduciaire mis sur le marché n’est appuyé sur aucun bien de consommation. C’est simplement incroyable. Le système va exploser, c’est certain. Nous vivons avec dans les mains de la monnaie de singe.


      • summicron2 3 janvier 2016 14:57

        @Fifi Brind_acier


        « Pendant des siècles, l’ Etat français et les Collectivités locales utilisaient « un Q E maison », avec des emprunts à taux 0% à la Banque de France. »

        Je me demande bien où vous allez chercher ça....LOL

      • joletaxi 3 janvier 2016 17:51

        @JMBerniolles

        l’étalon or

        en dehors de l’insulte à l’intelligence de consacrer des ressources à aller déterrer un métal dans un trou, pour l’enterrer ensuite dans un trou en béton, ,ce système n’est pas compatible avec l’extraordinaire explosion de richesses dans le monde, tout l’or de la planète n’y suffirait pas, selon la valeur fixe attribuée au métal.
        Il ne peut ,à mon avis, que servir de réserve, à la valeur fluctuante comme toutes les valeurs, que les états constituent ,ou devraient constituer de façon prudentielle.

        La monnaie n’a de valeur que si elle est reconnue
        les ricains ont tout fait pour dévaluer leur dollar, sans succès, car même attaqué, tous les investisseurs mondiaux font finalement confiance à l’Amérique
        vous achèteriez de la monnaie chinoise vous, alors qu’ a tout moment, le régime risque l’écroulement ?
        si on revenait au ff, qui en voudrait,
        en quelques années, on verrait un nouveau nouveau ff

        ben on peut rêver, demain, un président décidera peut-être exploiter le gaz de schiste,de promouvoir les ogm, pour favoriser notre filière agricole, de prolonger nos centrales nucs, comme les ricains, etc...


      • joletaxi 3 janvier 2016 18:18

        @Ar zen

        la comptabilité de la banque n’est pas surveillée, vous vivez dans quel monde ?
        non seulement la banque comme toute société commerciale est enue à une comptabilité normalisée, mais elle est sous la surveillance de plusieurs instances qui lui sont spécialement dédiées.

        Sur son bilan elle note en débit 100.000 euros mais en face, au crédit, 100.000 euros, c’est à dire la somme à venir, que vous allez rembourser en 10 ans. Le bilan est alors équibré.

        vous feriez un comptable « rockandroll »

        quand elle octroie un crédit la banque inscrit à l’actif(ce qu’elle possède, et ici, elle a un papier signé par vous, assorti de garanties, qui vaut la somme inscrite majorée des intérêts, c’est bien un actif)
        en contrepartie, elle inscrit à son passif le montant du prêt, car dès ce moment elle vous doit cette somme, que vous n’avez pas encore.
        Imaginons que vous êtes méfiant, vous vous présentez au guichet, et encaissez la somme.
        L banque inscrit au débit de son compte « caisse » la somme, et au débit de votre compte de passif la même somme.
        La situation montre qu’elle en plus à l’actif, un « papier » qui vaut la somme inscrite, et la même somme en moins dans sa caisse.
        Vous pouvez faire la même opération avec le compte en banque, cela ne change rien
        en effet, votre compte est une ligne qui vous est attribuée dans la liste des comptes financiers de la banque(vous remarquerez qu’ils commencent tous par une même suite de chiffres..
        La banque s’est attribuée une série de comptes dans cette liste,(par exemple, le compte où vous effectuez vos remboursements)
        quand elle crédite votre compte, elle débite un des siens.Même si son compte est négatif, le solde de tous les comptes lui, peut rester positif
        Tous les comptes sont globalisés, comme dans la caisse où vous déposez votre argent au guichet.
        IA partir du compte qu’elle vous a attribué, et qu’elle a crédité comme expliqué, vous pouvez payer votre achat. Mais la somme aura été imputée au compte financier de la banque, qui aura diminué de la somme.
        C’est donc du bon, vrai argent, que vous rembourserez vous aussi avec du bon vrai argent,
        et les intérêts iront alimenter le compte de pertes et profits de la banque

        tout est bien qui finit bien.

        si vous avez une autre vision comptable qui tienne la route, ne vous gênez pas



      • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 19:32

        @joletaxi

        Je vois que vous pataugez pour donner une explication qui ne tient pas. Vous vous trompez. Mais il ne tient qu’à vous de vous renseigner. Vous ne le faîtes pas. Mais, effectivement « joe le taxi » il ne va pas partout ! C’est pour cette raison qu’il raisonne de travers. Il est un fait incontestable que la banque prête de l’argent qu’elle ne détient pas. Vous êtes finalement peu nombreux à nier l’évidence. Mais peu importe, c’est votre idée que la banque ne prête que l’argent qu’elle détient de ses déposants. C’est pas très moderne et c’est effectivement pas très rok ’n roll.

        Alors ces instances de contrôle des banques ? Avez vous des noms ou des pistes à me faire suivre ? Je les suivrais volontiers. Parce que, la comptabilité de la banque, agréée par instance dépendant de la banque elle même, ne peut que faire sourire. Donc, je me repête, connaissez vous des instances, extérieures aux banques, qui les contrôlent ? Votre raisonnement s’appliquent à toutes les sociétés, sans doute, mais pas aux banques. Celles-ci ont, en effet, la faculté de produire de l’argent venu du néant. Les autres sociétés, non. Comme Joe le taxi ne va pas partout, j’y ai été à sa place. Voici ce que j’ai ramené pour lui. A partir de la 15ème minute il apprendra certaines choses.

        https://m.youtube.com/watch?v=tyHgmC5grHM


      • tf1Groupie 3 janvier 2016 20:27

        @summicron2

        Bien sûr que Fifi raconte n’importe quoi. Sinon pourquoi lancer l’emprunt Pinay (1952) ou cet autre (1920) ??

        Fifi essaie de nous faire croire que le traité de Maastricht a eu lieu avant la première guerre mondiale ! smiley

        La désinformation c’est son boulot, et elle ne chôme pas !


      • JMBerniolles 3 janvier 2016 20:49
        @joletaxi

        Je pense qu"effectivement le retour au Franc, absolument obligatoire si on veut changer les choses, doit s’accompagner de relance de notre production et d’investissements sérieux dans la recherche, ainsi qu’une refondation de l’éducation... ce n’est pas tout mais cela est essentiel. Et puis il faudra sûrement un peu de protectionnisme ciblé.

        Mais dans quel état sera notre pays après le passage des socialoestrosiens comme dit mon ami Victor ou socialoislamistes comme dit Houellebeck.

        Sans compter qu’élire Juppé sera aussi catastrophique.

        Ce n’est pas la quantité d’or qui est insuffisante mais la masse monétaire qui n’a plus aucun sens tellement elle a enflé avec la spéculation et les QE... Il est impossible de garantir cette masse de fric par des biens matériels.... la dette globale dépasse de beaucoup les PIB...

        Les américains ont instauré la suprématie du dollar avec la bombe atomique, deux en fait comme si la première d’Hiroshima ne suffisait pas, ils continuent au MO, en Ukraine, en extrême Orient.

        Leur supériorité militaire est en train de s’effondrer et d’autres monnaies commencent à être utilisées dans des échanges commerciaux. Le dollar a tenu aussi parce que les chinois en ont achetés...

        Les bulles financières que pratiquent le système et cet égard l’éolien et le PV en constitue une grosse, ne peuvent qu’éclater... Et prêter à la Grèce pour qu’elle rembourse des emprunts est une fuite en avant qui va encore provoquer une crise sous peu. Nous même en France ne tenons qu’avec de bas taux d’intérêt qui n’empêchent pas la dette de plomber tous les budgets à commencer par celui de l’Etat.

      • LEELOO Blondinette43 3 janvier 2016 20:55

        @joletaxi:jmDANS MA BAGNOLE

        Pépé Alain, je l’ai déjà fait élire à bdx en 95, apparemment il a passé son tour

        Autre candidat que quelqu’un pourrait me citer de mémoire ou de connaissance ou de vue ?


      • joletaxi 3 janvier 2016 21:28

        @Ar zen
        vous pataugez pour donner une explication qui ne tient pas. Vous vous trompez

        si vous le dites
        mais je constate que vous répétez sans cesse la même rengaine, mais vous n’apportez aucun élément factuel.
        faites moi donc une démonstration comptable qui puisse désigner où se crée l’argent ?Comme toujours,vous êtes incapable de le montrer, et c’est moi qui patauge.

        la banque prête de l’argent qu’elle ne détient pas.
        c’est ce que je vous dis et démontre depuis le départ, tâchez de suivre

        le contrôle des banques ?
        ben c’est pas sorcier tout de même

        https://www.google.fr/search?q=contr%C3%B4le+des+banques&ie=utf-8&oe=utf-8&gws_rd=cr&ei=tH6JVsaLIcHsUrP_rpgI

        Votre raisonnement s’appliquent à toutes les sociétés, sans doute, mais pas aux banques

        n’importe quoi
        le seul privilège de la banque , c’est de pouvoir assurer la régulation des comptes

        et votre petite video raconte n’importe quoi,rien de nouveau, cela commence immédiatement à la 15° minute, , car la banque n’a, à son compte des actifs circulants que 1111 $, expliquez moi comment elle va créditer les 10.000 $, ou mieux, comment elle va donner les 10.000 $ en cash ?
        on en revient toujours à la problématique
        montrez par quel écriture Houdini, la banque qui a à son compte d’actifs circulants, les 1111$ apportés par les actionnaires, va sortir de ce meme compte 10.000 $

        la réserve prudentielle fixe la limite du pourcentage que la banque peut prêter par rapport à ses actifs liquides, je crois même que maintenant ,certaines créances très court terme sont incluses ?
        dans l’exemple de la vidéo, la banque qui a 1111 $ d’actif liquide, ne peut prêter que 100 $

        que vous y croyez ne me surprend pas, et je m’en tape, par contre, je n’ai aucune idée les raisons qui animent ceux qui propagent ces bobards

        prenez une leçon élémentaire de compta, on pourra alors discuter


      • joletaxi 3 janvier 2016 21:42

        @JMBerniolles

        je n’ai pas la moindre idée sur une solution viable

        je constate que les états se sont endettés, et pratiquent une vraie fuite en avant,
        Or cet argent qui a été galvaudé par l’état, c’est l’épargne de valeurs constituées par une génération .
        Ce qui est paradoxal, c’est que tous les acquits des progrès dans tous les domaines sont là sous nos yeux, et une certaine mouvance les nie.
        Entendu sur RMC, un zinzin vert expliquer que nous vivons dans une société toxique, sans que personne ne réagisse sinon pour approuver.
        Quand donc cessera-t-on de tendre le micro à des Hulots Lepage et autres camelots de l’apocalypse ?
        Quand je passe devant un terril, et que je me remémore ma première descente au fond, je ne peux m’empêcher de penser que cette attitude est une insulte à la mémoire de tous ces malheureux qui ont permis notre société d’abondance

        http://wattsupwiththat.com/2015/12/21/green-war-on-jobs-britains-last-deep-coal-mine-closes/

        et je ne suis pas le seul à le penser


      • joletaxi 3 janvier 2016 21:52

        @joletaxi
        oups, on devrait se relire

        avec 1111 $ la banque peut prêter 1000 $


      • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 22:22

        @joletaxi

        C’est bien ce que je disais. Il est difficile pour quelqu’un de renoncer à croire en ce qu’il a toujours cru. Par ailleurs, il ne s’agit pas de « comptabilité ». Je crois que nous sommes dans le domaine de l’économie. Le fil est trop court ici pour répondre sans cesse, excusez moi, aux absurdités que vous me soumettez. Je crois bien que vous êtes victime de l’effet « Dunning-Kruger ». Vous croyez savoir, mais vous ne savez pas. Je ne vous en blâme pas, c’est un grand classique. Je suis plutôt enclin à croire des économistes et des banquiers de très haut niveau que quelqu’un qui se débat pour me donner des cours de comptabilité. Vous me proposez un lien qui est, pardon encore, d’une réelle stupidité, et qui rejoint ce que j’ai écrit plus haut. Ce lien concerne les « règles prudentielles ». Ces règles qui sont décidées et mises en place par les banques elles mêmes et qu’elles s’auto-administrent. C’est d’une totale stupidité. Si vous n’y voyez aucune supercherie il est inutile d’aller plus avant dans cette discussion. Je n’ai pas envie de vous convaincre de quoi que se soit. Ce qui m’intéresse c’est le débat. Vous ne proposez rien qui puisse être débattu. Si vous estimez que vos connaissances en économie, et plus particulièrement dans le fonctionnement du domaine bancaire, sont supérieures à celles des liens qui vous ont été proposés, alors il vous faut d’urgence poser sur le papier vos arguments, les sourcer, les développer, les faire avaliser. Encore une fois, je n’adhère en aucune façon à ce que vous écrivez et qui va à l’encontre de tous les documents que j’ai pu lire. J’ai engagé beaucoup de temps à vous répondre, vous en avez fait de même. Restons en là. Vous vos idées, moi les miennes. Prenez au moins le temps de lire les ouvrages qui ont été proposés sur ce fil concernant la création de monnaie sortie du néant. De votre côté, c’est le strict néant concernant votre point de vue.


      • joletaxi 3 janvier 2016 22:51

        @Ar zen

        bon, j’abandonne
        reconsultez les réf google, celle de wikipêdia par exemple, à propos de la commission bancaire, en charge de la surveillance des organismes financiers

        Composition du collège

        Le collège se compose de 7 membres :

        • le gouverneur de la Banque de France (ou son représentant) qui préside la Commission Bancaire
        • le Directeur du Trésor (ou son représentant)
        • le président de l’ACAM (ou son représentant)
        • un conseiller d’État
        • un Conseiller à la Cour de cassation
        • 2 membres reconnus pour leur connaissance du secteur financier

        et ce n’est qu’une partie de la surveillance en France, sur le plan européen c’est aussi du lourd, mais non seulement vous ignorant en comptabilité, mais vous ne savez pas lire, ou ne voulez pas comprendre ce que vous lisez

        et il s’agit de comptabilité et de rien d’autre, mais comme vous n’y connaissez rien, toute discussion sur ce sujet avec vous est sans objet.

        Je vous ai donné un exemple tiré de votre petite vidéo, qui est votre argument

        la banque a en actif amené par ses actionnaires 1000 $, en caisse ,ou sur un compte financier et rien d’autre

        elle prête 10 000 $

        comment fait-elle ?

        elle imprime des billets, le soir ?
        elle fait appel à Majax ?

        donnez une réponse intelligible à ce problème, à défaut, la discussion est close


      • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 23:05

        @tf1Groupie

        Je n’ai pas bien compris en quoi Fifi faisait de la désinformation ? Pouvez-vous m’expliquer et m’en dire davantage ? Où, quand, comment ?


      • Legestr glaz Ar zen 4 janvier 2016 08:07

        @joletaxi

        Vous avez écrit ceci : "la banque prête de l’argent qu’elle ne détient pas. c’est ce que je vous dis et démontre depuis le départ, tâchez de suivre".

        Vous voyez, nous sommes d’accords. Pour le reste, vous êtes bien naïf sur le sujet (pas en général, je ne vous juge pas). La comptabilité sert l’économie et pas l’inverse. Le secteur bancaire s’auto-surveille, Le secteur bancaire mène le monde et pompe la sueur des travailleurs. Votre idée de surveillance du secteur bancaire par des autorités indépendantes est aussi lucide que celle qui consiste à dire que le parlement européen a du pouvoir. Le parlement européen, c’est un jouet et un prétexte aux mains de l’oligarchie. Que vous le vouliez ou non, le secteur bancaire n’est pas surveillé. Vous en voulez une preuve concrète ? Pourquoi la banque « Lehman Brothers » a t-elle fait faillite ? Si les banques étaient « surveillées » comme vous voulez le croire, cela n’arriverait pas. Parce qu’un telle faillite ne s’est pas opérée sur un mois ou une année. Il y a eu accumulation de dérives. Et que faisait alors votre « autorité » de surveillance ? Et en France le sauvetage de la « société générale », de la « BNP » et du « Crédit Agricole » par les deniers du peuple français. Elle était aux abonnés absents votre autorité de surveillance pour que cela se produise d’une manière aussi massive et incontrolée ? Votre analyse à l’épreuve de la réalité ne tient pas. S’il y avait une ou des autorités de surveillance, il y aurait des gardes fous. Il n’y en a pas. La preuve !


      • joaopessoa 4 janvier 2016 10:36

        @joletaxi

        Joe le taxi C’est sa vie L economie au mambo Embouteillage Il est comme ca Economie et mambo Joe - Joe - Joe Devant son ordi La musique a Joe resonne C’est la rumba L economie au mambo bidon Vas-y Joe Vas-y Joe Vas-y fonce

        Z avez pas compris la leçon à Joe les gens.le monsieur vous dit que les banquiers ne prêtent que l argent qu ils ont dans les caisses.les banquiers n enfreignent jamais les règles et dans le monde de la finance tout le monde il est gentil.merde quand même.


      • joletaxi 4 janvier 2016 11:50

        @Ar zen

        je constate que vous n’avez pas répondu à ma question
        c’est d’ailleurs marrant comme vous vous êtes tiré une balle dans le pied avec le lien de la petite vidéo

        Tout votre goulbigoulba sur le « complot » habituel dans une certaine mouvance est dérisoire.
        prenez du temps, et allez sur le site de Mr . Benard, qui a produit une analyse lumineuse sur les tenants et aboutissants de la crise de 2008.

        On va donc en rester là, il est inutile de discuter tant que vous n’aurez pas résolu le petit problème posé

        et gardez à l’esprit que la compta est l’outil qui permet d’avoir une vision sur la santé des entreprises, toutes les entreprises, et que cela est surveillé,

        allez au boulot,

        un bilan.....


      • joletaxi 4 janvier 2016 11:52

        @joaopessoa

        pas à dire, vous avez bien fait avancer la discussion


      • Legestr glaz Ar zen 4 janvier 2016 14:16

        @joletaxi

        Quel curieux personnage vous faîtes. Vous venez me demander de vous expliquer ce que vous avez mal compris. Il y a de nombreuses vidéos, de personnes extrêmement compétentes, à ce sujet sur le net. Il y a aussi des ouvrages dont les références ont été données ici. Je ne me sens pas capable de dire mieux que ces vidéos et ces livres. Avez vous remarqué que vous n’êtes pas en phase avec les autres intervenants sur ce fil ? Vous pensez donc que tout le monde se trompe, que les vidéos et les livres diffusent des contrevérités ? Certes, vous pouvez le penser mais ne comptez pas sur moi pour venir mettre des points sur les « i ». A l’impossible nul n’est tenu. Vous devriez chercher du côté de la dissonance cognitive, on ne sait jamais. Alors, surveillance de « Lehman brothers » ou pas ? Du crédit agricole, de la BNP et de la SG ou pas ? Si, effectivement, ces banques ont fait l’objet de surveillances, alors il faut d’urgence licencier ceux qui en ont été chargés. Cette petite histoire a coûté le lard du chat à l’Etat, à travers nos impôts évidemment.


      • joletaxi 4 janvier 2016 14:35

        @Ar zen

        je ne me sens pas la force de continuer avec vous ce genre de discussion, car vous ne maîtrisez pas les bases élémentaires de la comptabilité

        mais je voulais vous remercier, car à l’insu de votre plrein gré, vous m’avez donné un un exemple de démonstration qui montre à quel point cette théorie est foireuse

        et je me fiche de toutes vos réf, je constate, sur base d’éléments factuels

        si vous tapez dans google, acidification des océans, vous allez avoir des milliers de réf, et il y a du lourd, du phd d’établissements illustres
        seulement cela ne vaut pas un clou

        http://joannenova.com.au/2016/01/noaa-scientists-admit-in-private-that-they-cant-name-any-place-affected-by-ocean-acidification/

        essayez vous même d’analyser un problème

        ici, soit 10 personnes qui déposent chacune 100 euros , sur un compte, attribué à une banque en formation
        le bilan est le suivant
        actif, compte financier 1000 euros
        passif capital 1000 euros
        une personne se présente pour emprunter 10.000 euros
        comment cela se passe ?
        je ramasse les copies en fin de journée

        et concernant la surveillance des banques, croyez ce que vous voulez, mais les instances existent fonctionnent ,et parfois mal, c’est comme cela que cela se passe chez les humains


      • Legestr glaz Ar zen 4 janvier 2016 16:41

        @joletaxi

        Vous ne voulez décidemment pas comprendre. Comme l’explique François De Siebenthal, ce sont les crédits qui font les dépôts. L’argent qu’un quidam emprunte, par simple écriture comptable, est versé à l’actif « ET » au passif de la banque. Vous pouvez ne pas le croire puisque vous êtes un spécialiste de la comptabilité. J’aurais plutôt tendance à croire M. De Siebenthal qui est le porteur de l’initiative objet du présent fil. L’objet de l’initiative a passé le premier filtre et il a été reconnu pertinent. Cela veut donc dire que « l’initiative monnaie pleine » repose sur des fondements solides. Des batteries d’experts se sont penchés sur le dossier. Ceci veut donc dire que ce que dit M. De Siebenthal est la vérité. Sinon l’objet même de l’initiative n’aurait pas été retenu. Joletaxi a donc un avis différent sur l’argent crée ex nihilo que celui des experts du conseil fédéral suisse. Vous m’en bouchez un sacré coin ! J’ajoute que même M. De Siebenthal a reconnu qu’il lui a fallu du temps pour comprendre la supercherie. Mesurez bien ce que vous pensez. L’initiative monnaie pleine a pour objet d’interdire aux banques de créer de l’argent ex nihilo et de donner ce pouvoir en exclusivité à la BNS. Les Suisses seront amenés à voter sur ce sujet. Il se trouve que Joletaxi est d’un avis différent. Faut dire, il connait le sujet, parce qu’il est expert en comptabilité. Vous pensez certainement avoir raison contre tout le monde. A votre avis quel est l’objet de l’initiative « monnaie pleine » ? Un lien pour vous rafraîchir la mémoire, par celui là même qui en est à l’origine. Mais j’imagine que vous le prenez pour un demeuré, quelqu’un qui n’y connait strictement rien en comptabilité. Vous êtes coincé dans votre dissonance. Je vous plains.

        https://m.youtube.com/watch?v=dmwtBcU0qtA


      • joletaxi 4 janvier 2016 17:09

        @Ar zen

        votre vidéo passe mal, c’est inaudible
        des bribes que j’ai captées, c’est le discours connu et convenu, les banques sont une horreur

        mais comme c’est votre bible, pouvez-vous me dire à quel endroit, ce Monsieur explique comment la banque crée la monnaie et à quelle rubrique du bilan des banques ont peut tenter de trouver cette création ex nihilo, ou comment cela est dissimulé puisque l’on ne peut la trouver ?

        L’argent qu’un quidam emprunte, par simple écriture comptable, est versé à l’actif « ET » au passif de la banque.

        c’est toujours la même rengaine, ,répétée ad nauseum, mais cela ne crée pas de la monnaie
        pour tenter de vous faire comprendre mais j’appréhende l’échec, on peut par exemple dire que le papier ,que l’emprunteur a signé, est un actif dont la valeur vaut ce qui est inscrit.
        en peut en quelque sorte dire que la banque achète la reconnaissance de dette, et que vous allez la racheter au fil de vos remboursements
        La banque inscrit cet actif, à l’actif de son bilan.
        et au passif elle débite le compte de l’emprunteur nouvellement créé de la somme.
        vous suivez toujours ?
        imaginons que la banque achète un ordinateur, c’est un actif
        elle inscrit la somme à la rubrique ad hoc de l’actif de son bilan,et au passif, au compte fournisseur, la même somme
        a-t-elle créé de la monnaie ?Non, évidemment, pourtant, c’est ce que vous prétendez et c’est exactement le même type d’opération.
        c’est plus clair ?
        donc, votre explication, que vous répétez comme tous les tenants de la théorie ne tient pas une seconde
        il n’y a pas d’argent disponible dans un bilan au passif, le seule endroit où de l’argent utilisable est mentionné est à l’actif, aux comptes des actifs circulants

        bon, j’en ai marre, cela devient grotesque


      • LEELOO sHAW42 4 janvier 2016 17:12

        @joletaxi

        smiley smiley smileysmiley ? )


      • Legestr glaz Ar zen 4 janvier 2016 17:56

        @joletaxi

        Vous allez tomber en panne sèche ! Prenez donc en compte que l’article auquel vous êtes en train de réagir ici même concerne, justement, cette création monétaire ex nihilo. C’est ce que je viens d’écrire ci dessus. Soit la confédération helvétique est devenu folle de consulter le peuple sur ce non sujet, selon vous, soit vous avez mal compris. A votre avis ? Vous avez utilisé le mot « grotesque », ce n’est pas moi. Voilà, je le savais, vous êtes en pleine dissonance maintenant.


      • joletaxi 4 janvier 2016 23:25

        @Ar zen

        ben voyons

        tiens j’avais pas vu

        L’argent qu’un quidam emprunte, par simple écriture comptable, est versé à l’actif « ET » au passif de la banque.

        vous rendez-vous compte de l’imbécilité de ce que vous écrivez ?


      • jjwaDal jjwaDal 31 décembre 2015 13:34

        Qui contrôle la création monétaire, contrôle l’économie et de facto à le seul pouvoir réel. Le laisser entre les mains d’intérêts privés est donc contraire à l’intérêt collectif a priori.
        On sait que l’explosion des dettes (publiques comme privés) est essentiellement dû à la convergence de taux de croissance économique tendant inévitablement vers zéro avec l’existence d’une rémunération de la création monétaire ex nihilo.
        Mais la finalité de cette Banque Centrale publique et ses statuts sont des sujets cruciaux. L’histoire récente avec la création de milliers de milliards de dollars et euros à taux d’intérêt quasi nul, montre bien que ce n’est nullement une panacée. Tout dépend où va cet argent et pour faire quoi...
        Le diable est dans les détails.
        Il est probable qu’une Banque Centrale Publique « rançonnant les banques privées » (leur demandant un taux d’intérêt pour leur prêter de l’argent), au profit de la puissance publique, serait une bien meilleure solution qu’une entreprise privée rançonnant les banques privées qui à leur tour vont rançonner la puissance publique pour lui faire payer chèrement un privilège injustement accordé.
        Le Nord Dakota a sa banque centrale, pourquoi pas les Suisse ...


        • Arthur S M de Sourcessure 31 décembre 2015 15:00

          @jjwaDal

          « Le laisser entre les mains d’intérêts privés est donc contraire à l’intérêt collectif a priori. »

          Laisser les moyens de production entre les mains d’intérêts privés est contraire à l’intérêt collectif et favorable à l’intérêt de quelques familles. Par qui faut-il commencer.

        • jjwaDal jjwaDal 31 décembre 2015 15:45

          @M de Sourcessure

          Je ne pense pas. Collectiviser les moyens de production (de manière générale) est un frein à l’innovation. L’ex Union Soviétique l’a assez bien démontré. Mais compter sur le privé pour financer des projets/services peu/pas assez rentables et pour tous, ne rêvons pas non plus.
          Sauf qu’il ne faut pas compter sur un Etat saigné par les taux d’intérêts pour faire du « social » (en fait garantir des revenus minimaux à chacun, ce qui est en même temps le combustible de la demande).
          Ni la jungle ni le zoo.


        • Rensk Rensk 2 janvier 2016 17:39

          @jjwaDal

          Vous seriez contre la diminution des mairies en France ? Oui parce que dans les faits les maisons ne sont pas détruites ici pour les reconstruire dans le village de la mairie... ils font juste de cacher le collectivisme en le nomment autrement ; fusion est le mot.


        • LEELOO Shawford43 2 janvier 2016 17:41

          @Rensk

          Hé le suisse, tu tapes encore l’incruste ?

          Remember y’a quelques temps sur AV (si t’as pas une mémoire de poisson rouge) et sois bon stp


        • JMBerniolles 31 décembre 2015 14:04

          Très bien que cet article se termine par une vision plus large et propose de vraies solutions pour notre pays.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:10

            @Passage
            Rien n’empêche les autres Partis politiques de prendre en compte l’intérêt général au lieu de soutenir l’ Europe des banksters et de mettre à leur programme les propositions de l’ UPR...
            Sauf que ce n’est pas le cas, c’est ballot....


          • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 19:14

            @Passage

            La constitution est supposée protéger le peuple n’est-ce pas ? Alors si la procédure dite du congrès peut défaire cette constitution en la modifiant, sans que le peuple soit interpellé, cela veut dire que ceux qui doivent opérer sous le contrôle de la dite constitution sont à même de pouvoir modifier l’outil qui les contrôle. Effectivement si vous ne comprenez pas qu’une démocratie « directe » est tout ce qu’il y a de plus enviable, alors, vous ne comprenez pas la puissance du peuple. Le référendum qui permet au peuple suisse de dénoncer une loi prise par leurs élus, l’initiative populaire qui permet au peuple suisse de modifier le contenu de la constitution, sont deux armes dont ne disposent pas le peuple de France. Si la démocratie est le pouvoir du peuple, pour le peuple et par le peuple, alors la démocratie ne peut être réalisée que par un projet de démocratie directe, tel qu’il existe en Suisse. La seule chose qui nous est possible de faire aujourd’hui en France c’est de voter pour nos représentants qui, ensuite, n’ont plus aucun compte à nous rendre et votent des lois et des règlements qui ne conviennent pas au peuple. Vous aimez être pris pour un imbécile ? Moi non. Alors oui à la démocratie directe, façon confédération helvétique, avec le référendum pour dénoncer les lois scélérates et l’initiative populaire pour proposer des changements allant dans le sens de notre volonté. Si vous êtes pour la procédure dite « du congrès » dîtes le ! J’y suis opposé parce que les changements dans la constitution appartiennent au peuple et à lui seul. Oui, je partage votre avis. L’UPR s’inscrit dans un cadre de parti politique traditionnel. Mais à la différence de tous les autres partis, sans exception, il proposer de redonner sa puissance au peuple en supprimant la procédure dite « du congrès », en mettant en place dans la constitution le référendum et l’initiative populaire. Le peuple français aura alors la main sur son destin. Si cela ne vous convainc pas, il vous reste juste à espérer la révolution qui ne viendra jamais et, lorsqu’elle arrive, porte toujours, c’est une constante, les mêmes ou leurs semblables au pouvoir, sans apporter les changements adéquats à la constitution. Je pense que vous n’avez pas engagé suffisamment votre réflexion. Par ailleurs, quel parti « traditionnel » propose le non renouvellement des mandats et leur non cumul afin d’éviter la « professionnalisation » du « métier » de politicien ? Décidemment vous n’êtes pas très objectif dans votre approche. La seule chose qui soit à prendre en considération c’est de savoir, dans un programme politique donné, la place réservée à la « puissance » du peuple. Quand je pense à toutes ces manifestations, quand je vois toutes ces pétitions qui circulent, alors qu’il suffirait que toutes ces actions soient transformées en référendum ou en initiative populaire pour qu’elles aboutissent, je reste pantois devant tant d’aveuglement !


          • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 23:30

            @Passage

            Tout d’abord merci de votre réponse. J’ai atteint un âge ou le futur à moins d’importance que si j’avais 20 ans. Mais j’ai des enfants et des amis qui ont des petits enfants. J’ai de quoi vivre pour le reste de mes jours tranquillement. Oui, je le dis, je suis un nanti dans la mesure où je vois autour de moi des gens souffrir des manques les plus divers. Alors je me dis : qu’est-ce que je fais ?" Ne rien faire serait la pire des solutions. Entre deux maux il faut choisir le moindre. Je sais que tout n’est pas parfait à l’UPR. Je ne rêve pas, je ne me méprends pas. Il faut un égo immense pour vouloir diriger un pays. Je sais qu’une structure qui est amenée à grandir posera nécessairement des problèmes. Mais tout ceci bien pesé, il m’apparaît, après avoir vraiment pris le temps de l’analyse, que c’est l’UPR qui présente le plus de garanties pour le futur. Puisque tous les arguments des autres partis peuvent être balayés, d’une façon ou d’une autre, et que, dans le même temps, je n’ai pas trouvé la moindre faille dans les propositions faites par l’UPR pour redonner sa puissance au peuple, alors je choisis l’UPR. Entre deux maux, je choisis l’UPR. L’abstention fera que c’est nécessairement celui qui sera « sélectionné » par les « grands » médias qui passera la rampe, MLP servant de faire valoir et/ou de repoussoir. Bien sûr, une fois au pouvoir l’UPR pourrait renier son programme. Mais pourquoi alors proposer ce genre de choses si c’est pour faire comme les autres par la suite ? Et puis il y aura les députés, tout neufs, venus de tous les horizons, qui pourront faire barrage pour le cas ou le président ne tiendrait pas sa parole. Dans les circonstances dramatiques que nous vivons avec le démantèlement des conquêtes sociales, le démantèlement de notre industrie, le démantèlement de notre agriculture, etc. 85% de nos lois venant de l’application en droit français des règlements, directives et recommandations européennes, l’Otan dirigeant notre politique étrangère, le peuple français n’a aucune chance d’en réchapper. C’est sortir de ce guêpier ou revenir au niveau d’un pays en cours de développement. En 30 ans, de 1990 à 2015, la France est passée de la 2ème place de l’IDH à la 22ème ! Et pourtant, la France est toujours la 5ème puissance économique au monde. C’est un désastre total qui nous attend si nous acceptons notre vassalisation par les euro-atlantistes. J’en frémis d’horreur. Je ne crois pas en la révolution. L’Etat d’urgence vient nous prouver que nos libertés fondamentales, dont celle de manisfester, sont largement entamées. Voilà vers quoi nous nous dirigeons dans l’indifférence générale. Entre deux maux, je choisis donc le moindre. C’est le seul espoir qui me permet encore de me projeter vers un futur souriant. Je vous souhaite la meilleure année possible pour 2016.


          • JMBerniolles 1er janvier 2016 10:25
            @Passage
            Je ne suis pas membre de l’UPR, mais j’estime qu’il est maintenant plus que temps de passer du stade de la critique (type Besancenot qui fini par tourner en rond) aux propositions concrètes pour que cela change.

            La sortie de l’Euro et des traité européens, quitter, non claquer la porte de l’OTAN,... rétablir un certain protectionnisme pour pouvoir reprendre notre production, tisser des liens commerciaux avec l’Iran et la Russie ... Voilà des choses essentielles pour réellement changer. Et compte tenu du contexte médiatique il faut vraiment le marteler !

            Après il ne faut pas se faire d’illusions nous serons sous le feu de l’empire....

          • Layly Victor Layly Victor 1er janvier 2016 10:50

            @JMBerniolles
            Tu rêves, Jean-Marie ?


            Asselineau se garde bien, par pur opportunisme et nécessité de se concilier les gauchos, de parler de la destruction de notre industrie électronucléaire, qui est un prélude à la destruction de toute notre industrie, et de la loi de transition énergétique, qui est un coup de poignard dans le dos de notre industrie.
            Il se garde bien de parler de l’énorme bulle financière qu’est l’éolien.
            Le nucléaire est un trésor national et est la seule carte que nous ayons en main si nous voulons réaliser l’indépendance monétaire qu’Asselineau préconise, car sans quoi une dévaluation réussie ne serait pas envisageable.
            Asselineau ne voit pas les problèmes du point de vue des forces vives (énergétique, c’est le cas de le dire), mais uniquement sous l’angle monétaire. A mon avis, c’est une grosse erreur, que commet aussi le FN.
            C’est ce qui s’appelle mettre la charrue avant les boeufs.
            Si nous n’avons pas la puissance, qui vient de l’énergie et de l’innovation, une sortie de l’Euro se traduirait par une paupérisation immédiate et durable.

            Plutôt que de sortir de l’Euro, il faudrait virer la commission, le parlement européen, rendre leur souveraineté aux états, et mettre la BCE sous le contrôle strict des gouvernements.

            Bonne année

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er janvier 2016 11:10

            @Layly Victor
            Il ne vous a pas échappé que les Français n’ont pas été consultés sur le nucléaire, et d’une manière générale sur les questions énergétiques.


            L’UPR a prévu dans son programme, après la sortie de l’ UE, un referendum sur les questions énergétiques. Il n’y a donc aucun désintérêt sur la question, mais simplement le souci de ne pas faire des propositions qui divisent et qui nécessitent une information des citoyens.

            3 sujets qui divisent les Français, et sur lesquels les médias dans leur fonctionnement actuel empêchent d’avoir des débats sereins et contradictoires qui permettraient d’informer correctement les citoyens :
            la dette, l’énergie et l’immigration.
            Sur ces 3 sujets l’ UPR proposera un referendum.

            Alors faisons les choses dans l’ordre : la sortie de l’ UE, une presse libre et indépendante, des débats contradictoires et un referendum.
            Les Français décideront alors de ce qu’ils veulent dans ces 3 domaines.

          • JMBerniolles 1er janvier 2016 13:28

            @Fifi Brind_acier

            Victor et Fifi

            Tu sais combien je considère que la politique énergétique doit être au centre d’un projet gouvernemental.

            Pas de relance de la production et d’emplois sans énergie... Dans ces conditions,aujourd’hui, il faut plus de nucléaire.

            Faire un référendum sur cette question revient à de défausser. Et c’est de la pure démagogie Les gens n’y comprennant rien sont soumis à. toutes les idéologies

            Et il me semble que le projet du CNR comprennait naturellement des investissements dans l’énergie...


          • JMBerniolles 1er janvier 2016 13:33

            @Passage

            Merci de cette precisition Je ne suis pas membre de l’UPR, mais je regarde leurs propositions sans a priori....

            La sortie de L’Euro, de L’Europe neo libérale austeritaire, la sortie de L’OTAN sont absolument nécessaires ne serait-ce que pour ne plus être complices de crimes contre L’humanité.


          • Milena Milena 1er janvier 2016 14:04

            @Passage
            « Ne croyez jamais qu’un élu de parti se préoccupera de l’intérêt général une fois élu. Les purs, ceux qui ont la vision, qui veulent y travailler et qui ont une quelconque force, un charisme, des compétences pour évoluer dans ce sens sont traités de bisounours car ils font de l’ombre aux politicards, ils ne sont jamais élus »

            Il existe de grandes figures politiques comme le Gal De Gaulle, Chavez qui ont une vision pour leur nation donc leur peuple...même s’il leur est arrivé de commettre des erreurs.

          • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 17:15

            @Passage

            C’est là que toute l’affaire se corse. Vous écrivez : « Imaginons qu’en 2017, l’UPR ou le FN, ou autre parti proposant de sortir de l’Euro et de l’Europe aussi, prenne le pouvoir .... ». Il n’y a, en France, hormis l’UPR, aucun parti qui propose de sortir de l’Union Européenne ou de l’Euro. Aucun. Aussi contre-intuitif que cela paraisse, à cause sans doute des déferlements des « médias de grande diffusion » allant dans ce sens, ni le FN, ni DLF, ni d’ailleurs le Front de Gauche, ni le NPA, ni « nouvelle donne », ni « nous citoyens », n’ont l’ambition de quitter l’UE ou d’abandonner l’euro. Vous êtes donc victime, comme tant et tant d’électrices et d’électeurs, de la propagande que les « médias » veulent bien faire circuler sur ces partis politiques. Pour avoir une idée précise de cette affaire, il suffit de remonter à la source. Par esprit d’abnégation je l’ai fait. J’ai lu les programmes de gouvernement du FN et de DLF. Vous pouvez le faire, vous retrouverez ces programmes sur le net. Le programme du FN et de DLF, les tenants de la « souveraineté » nationale, parlent, en long, en large et en travers, de « renégociation des traité » avec « les partenaires européens ». Pour l’euro, il ne s’agit pas de le supprimer. Il s’agit de le faire vivre concomitamment au Franc ! Je n’invente rien ! Ceci est écrit dans les programmes du FN et de DLF. Le front de gauche, comme « nouvelle donne », comme « nous citoyens » comme le NPA, comme EELV, comme le FN, donc, et comme DLF, veulent une « renégociation » des traités. Ces partis veulent, au choix, une autre Europe : une Europe des nations, une Europe des travailleurs, une Europe sociale, une Europe verte,... Enfin, chacun veut une Europe particulière. Bien. Tout ceci serait plus ou moins satisfaisant s’il n’y avait pas un obstacle infranchissable à la « renégociagtion » des traités. En effet, selon l’article 48 du traité sur l’Union Européenne, il faut « l’unanimité » des 28 chefs d’Etats et de gouvernements par changer une ligne, un paragraphe ou un article, des traités. La question est donc de savoir comment, MLP ou NDA, ou JLM, seraient à même, une fois au pouvoir, d’imposer aux 27 autres dirigeants des pays de l’UE leur vision de l’Europe ? Qui voudra suivre MLP dans la modification des traités pour que ceux ci coincident avec l’idée de gouvernance qu’elle propose à la France ? Les traités sont aujourd’hui immuables à cause, justement, de cette unanimité qu’ils requièrent pour être modifiés. Il s’agit d’un système auto-bloquant. Pour une bonne part du reste de votre commentaire, je vous rejoins. J’ai vécu les mêmes expériences que vous. Comme je vous l’ai dit, après avoir étudié de près le programme de l’UPR, je m’aperçois que celui ci propose de redonner la main au peuple français. Comment ? Le référendum, par exemple. Comme il existe en Suisse, celui qui est à « l’initiative » du peuple. De quoi s’agit-il ? En Suisse, lorsqu’une loi a été votée et qu’elle ne plait pas à une certaine frange de l’électorat, alors, il suffit de collecter 50.000 signatures (pour un pays de 8,1 millions d’habitants) pour contester cette loi et appeler le peuple à se prononcer. C’est alors la majorité qui l’emporte. Le peuple suisse a donc toujours un regard et une possibilité d’intervention sur les décisions prises par leurs représentants. Le peuple, dans cette situation, à un pouvoir « direct » sur les lois et les règlements. Il en est de même avec « l’initiative populaire ». Celle ci consiste à collecter 100.OOO signatures (toujours pour 8,1 millions d’habitants) afin de proposer un changement ou une modification dans la constitution. Une fois encore, contrairement à ce qui se passe en France, le peuple suisse à la main. La constitution ne peut être modifiée, sous aucun prétexte, par quiconque autre que le peuple. J’écris ceci parce que cela me semble très très important. Aucun parti, vraiment aucun, hormis l’UPR, ne propose ce genre de référendum et d’initiative populaire. Armé de cette façon, le peuple de France pourrait retrouver très rapidement le chemin de sa volonté et s’écarter ainsi de celui de ses représentants et de ses maîtres. Voilà en quoi le programme de l’UPR, avec beaucoup d’autres choses, me fait rêver. Il propose de donner sa puissance au peuple, ce qu’aucun parti, même du bout des lèvres, ne propose. J’imagine que ceux qui dénigrent l’UPR n’ont jamais pris le temps de lire son programme de gouvernement. C’est ceci que je trouve dangereux. Se prononcer et juger alors que l’on ne connait ni les tenants ni les aboutissants du programme. Faisant cela, les ignorants jouent le jeu de l’oligarchie et de la ploutocratie. Il suffit simplement de prendre le temps d’examiner les choses et de sortir de son idéologie. Il n’y a pas d’idéologie à l’UPR. Il y a un programme. Pour les questions dites « clivantes » l’UPR propose, en toute logique, de recueillir l’avis des Françaises et des Français à travers des référendums. C’est à la majorité du peuple de France de savoir le chemin à suivre quant au nucléaire, quant à la légalisation du cannabis, quant à la gratuité des autoroutes, quant à la fin de vie assistée, etc. Je pose donc la question. En quoi gouverner la France de cette manière, en donnant sa puissance au peuple, serait contraire à ses intérêts ? Toute la question est là !


          • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 17:29

            @JMBerniolles

            Les Suisses comprennent bien les tenants et aboutissants des sujets qui concernent leur vie. Je pense que les Françaises et les Français ne sont pas tous stupides. Si des experts du pro-nucléaires et des experts du stop-nucléaire sont amenés à se prononcer sur le sujet, d’une manière sereine, comme cela est la cas en Suisse, alors le peuple de France prendra sa décision. C« est exactement ça la démocratie : avoir toutes les pièces en mains et prendre la décision qui s’impose. Je ne vois pas du tout où il y aurait »démagogie" puisque les pro et anti nucléaires auraient autant de temps de parole. Il s’agit simplement d’avoir toutes les données à l’esprit avant de se prononcer. La politique énergétique d’un pays est, je suis d’accord avec vous, au centre d’un projet de gouvernement. Mais ce sont aux Françaises et aux Français de décider s’ils veulent un peu, beaucoup ou pas du tout de nucléaire. C’est leur vie qui est concernée par le sujet. Ils sauront choisir lorsque les débats auront eu lieu. Pour le moment ils n’ont pas lieu ! On théorise et c’est tout.


          • Legestr glaz Ar zen 1er janvier 2016 22:15

            @Passage

            Je comprends aussi ce que vous exprimez. J’ai déjà eu des échanges sur ce sujet de la gestion d’un parti, de la hiérarchie qui se met en place. Ce qui est certain, c’est que toute structure qui se développe demande de plus en plus de hiérarchie. A compter d’un certain moment tout le monde veut prendre la place du calife. C’est dans l’ordre des choses. Quelle que soit la structure qui sera en place, parce que diriger un pays de 65 millions d’habitants ne peut se faire sans structure, alors les combats d’ego sont inévitables. Même dans le monde du travail, toutes les structures sont hiérarchisées. Il y a bien quelques exemples d’auto-gestion, mais ils sont rares, ne fonctionnent pas toujours, et ne peuvent s’appliquer lorsque la structure devient trop complexe. Tout ça je le prends en compte, même si je méprise le jeu des égos et les arrivistes de tous poils. Je me focalise absolument sur les possibilités d’exercice de contrôle ouvert au peuple. Je pense que dès l’instant où le plus grand nombre peut, par un référendum, soumettre ses représentants élus, à sa volonté, alors le problème de structure est partiellement réglé. Chouard explique très bien que la puissance du peuple doit être garantie dans la constitution que seule le peuple peut être âmené à modifier. Vous voyez, si l’UPR est bannie des médias de grande diffusion c’est tout simplement pour trois aspects de son programme de gouvernement qui inquiète au plus haut point l’oligarchie. Le premier point concerne la suppression de la procédure du congrès. Le peuple reprend la main sur l’assemblée nationale et le sénat. Le deuxième point c’est le référendum, pour contester une loi ou un règlement ainsi que l’initiative populaire pour proposer un changement dans la constitution. Le troisième point concerne l’indépendance totale de la presse associé à la pluralité d’opinions. Ces 3 points inscrits dans la constitution sonneraient la fin de la partie pour l’oligarchie. Celle ci l’a bien compris et ne veut pas donner la parole à l’UPR et à son programme. Ce qui est extraordinaire c’est qu’aucun parti ne propose cette émancipation du peuple. J’en suis le premier étonné. Ceci me trouble énormément. Je dois en tirer des conclusions mais je les garde pour moi. En fait, je ne veux convaincre personne, je suis intéressé par le débat d’idées et les possibilités réelles de mise en œuvre de toute proposition alternative. Les « Yaya, fokon » sont des leurres et détournent l’électorat des véritables enjeux. Dans toute chose il convient de prendre en considération, en tout premier lieu, le cadre de notre réflexion. Si nous nous trompons de cadre, toutes nos réflexions procèdent du sophisme. L’allégorie de la caverne de Platon est significative à cet effet. Les règles dans la grotte s’appliquent, certes, peuvent être modifiées, certes, mais les règles extérieures à la grotte, les dominent toutes, qu’on le veuille ou non. Il ne faut donc jamais, au grand jamais, négliger le cadre. Il faut même en sortir pour l’examiner de haut. Dans la grande majorité des productions que je consulte le cadre de réflexion n’est pas approprié. Voilà en quoi la réflexion est biaisée.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 2 janvier 2016 10:18

            @JMBerniolles
            Vous avez peur de la démocratie ?
            Vous n’avez pas compris le texte en référence écrit par François Asselineau ?
            Si vous avez compris, les Français doivent comprendre aussi, quand on explique clairement les choses. Mais si vous pensez que les Français sont idiots, alors autant supprimer les débats, les médias et la démocratie, on gagnera du temps....


            C’est d’ailleurs sur cette base que la construction européenne a été faite :
            des mensonges et « du despotisme éclairé », c’est à dire : « Cause toujours, tu m’intéresses... ! »
            Cela vous convient tant que ça ?

          • JMBerniolles 2 janvier 2016 16:38
            @Ar zen

            Je sais que l’information en Suisse est moins dénaturée que chez nous et que le système est aussi moins pesant à cause de la non appartenance à l’Europe.

            En France nous subissons de la part des médias, d’organisations telle que Greenpeace, au financement plus que suspect qui est comme chez elle dans notre pays avec des complicité de tout bord, de partis politique anti nucléaires primaires, PdG, NPA, EELv et même le PC de manière souterraine sans compter tous les autres finalement, une campagne anti nucléaire basée sur des arguments techniques faux : on ne sait pas démanteler, on ne peut pas résoudre le problème des déchets, il y aura sûrement un accident grave en France.... qui sont martelés et la censure pratiquée tout azimut empêche les techniciens qui défendent le nucléaire, dont je suis, de se faire entendre.

            J’ai aussi expérimenté moi-même dans des réunions débats que les gens n’acceptent pas les arguments scientifiques, évidemment ils ne les comprennent pas, [par exemple nous avons développé longtemps l’argument majeur que l’on ne pouvait, sans grands risques pour la stabilité du réseau électrique arrêter Fessenheim. A cause de la complaisance obséquieuse des responsables de RTE le gouvernement ignorait totalement ce fait majeur. Or politiquement il ne peut se permettre un Black out qui suivrait l’arrêt de Fessenheim. Après des mois de campagne étouffée cet argument a pénétré la conscience du gouvernement et il n’est plus question de l’arrêt de cette centrale nucléaire]

            Qui admettra que le nombre de morts provoqué par Tchernobyl est incroyablement bas, bien plus que Bohpal ?

            Et que Fukushima Daiichi n’a pas pour l’instant été la cause de décès par irradiation, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a aucune conséquence sanitaire, mais que cela est très limité par rapport au monstre que l’on décrit, y compris à longueur d’articles sur ce site.

            Le PS n’est plus un parti socialiste, il liquide nos couches moyennes, il a un programme à peine secret de démembrement de notre pays... et pourtant il recueille plus de 20 % des votes exprimés !


            D"ailleurs chaque consultation électorale en France est maintenant une vraie débandade. Les programmes disparaissent au profit d’alliances sans honneur et sans conscience...

            Vous avez en Suisse un bel institut qui travaille notamment sur le nucléaire PSI, Paul Scherer.., près de Zurich

            Gardez votre clairvoyance..





          • Rensk Rensk 2 janvier 2016 18:03

            @JMBerniolles

            J’aime pas du tout les gens qui se prennent pour suppérieur a d’autres et ce à n’importe quel niveau.

            - Faire un référendum sur cette question revient à de défausser. Et c’est de la pure démagogie Les gens n’y comprennent rien sont soumis à. toutes les idéologies-

            Les suisses me semble plus instruit sur l’UE que les français...
            La démagogie est un art a double tranchant = Le discours du démagogue sort du champ du rationnel pour s’adresser aux pulsions, aux frustrations, aux peur... (ce que vous faites)
            Se défausser ? Vouloir demander au peuple dans quel monde il veut vivre c’est se défausser seulement... si ont est pas un représentant du peuple !
            Les gens sont moins « intelligent » que vous... ben tiens  smiley
            Soumis aux autres idéologie que la vôtre, quel scandale alors !!!


          • Layly Victor Layly Victor 3 janvier 2016 10:49

            @Passage
            Oui, vous êtes très claire.

            Mettre la charrue avant les bœufs, c’est parler à tout bout de champ de changement sans se soucier le moins du monde de ce qui en est le moteur : comment développer réellement les richesses réelles, agriculture, industrie, recherche, innovation, tout en faisant le moins de dégâts possible à l’environnement.
            Avez vous vu un seul politique parler de ces sujets ? Non, car il y a d’un côté les idéologues de la « transition énergétique » et de l’autre ceux qui ont peur de faire des vagues ou envisagent de masquer leur abandon derrière un référendum.
            Alors, on parle monnaie, pouvoir des banques, sans envisager un seul instant que la monnaie puisse être un moyen de transfert des richesses, et que le principal moyen de museler le pouvoir financier soit justement la création de richesses.
            Par exemple, la recherche, qui a énormément contribué à la richesse nationale, est en voie d’asphyxie totale, parce que les politiques ont besoin de récupérer des fonds pour financer la politique politicienne et démagogique. Tout le monde s’en fout, et Asselineau en premier. 

          • Layly Victor Layly Victor 3 janvier 2016 10:59

            @Ar zen
            Les Suisses ont voté contre l’arrêt du nucléaire et le gouvernement fédéral a totalement ignoré ce vote. La démocratie ? Oui, quand elle ne contrecarre pas les intérêts de la puissance financière. Or le nucléaire, par construction, n’intéresse pas la puissance financière. Il représente un intérêt stratégique, dont les banquiers (et les partis) se moquent, mais pas les peuples qui veulent s’émanciper.


          • JMBerniolles 3 janvier 2016 11:05
            @Rensk


            Juste pour dire très clairement que je ne me sens pas du tout supérieur aux autres. Il y a énormément de choses que je ne connais pas et quand c’est le cas je le reconnais.

            Votre propos illustre bien la contradiction d’un discours égalitariste comme le votre :
            « les suisses semblent plus instruits .... »  les suisses seraient plus intelligents alors ?

            Je pense que le recours au référendum [qui en d’autres temps était dénoncé en France comme une manœuvre du pouvoir... voir De Gaulle] a sans doute plus de sens en Suisse.

            La vraie question est de savoir en l’occurrence si vous connaissez le domaine, tout de même assez complexe, du nucléaire mieux que moi ou Victor Layly par exemple qui intervient aussi ici ?
            C’est le cas ?

            Qu’est ce que vous connaissez des techniques d’élimination des déchets nucléaires ?

            Visiblement vous ne me ferez pas non plus confiance sur le sujet....




          • LEELOO Blondinette43 3 janvier 2016 11:08

            @JMBerniolles vs rensk

            Lol smiley comme quand je parle à mon grand frère Olivier IRL >> la lose smiley

            Deep Blue ; reviens smiley


          • Layly Victor Layly Victor 3 janvier 2016 11:08

            @Rensk
            Vous avez raison : la démocratie,au sens post-moderne, c’est la dictature des ânes, et rien ne doit entraver ce merveilleux épanouissement « égalitaire » de l’être humain.

            Les élèves qui passent leur temps le nez collé sur leur smartphone et n’ont jamais ouvert un bouquin sont plus intelligents que leur prof et c’est leur voix qui doit guider les choix stratégiques. Merveilleux ! 

          • JMBerniolles 3 janvier 2016 12:17
            @Fifi Brind_acier


            C’est votre défaut, vous êtes un peu « mécanique » coincée dans un discours un peu formaté tout de même.

            Il ne vous a tout de même pas échappé que beaucoup de gens se pose des question sur la Démocratie. Qu’est ce que c’est ? comment l’appliquer ? est-ce que c’est efficace ?
            Je vous signale que l’on établit l’état d’urgence sous prétexte que les règles démocratiques ne sont pas suffisantes pour lutter contre le terrorisme... Ce que je ne crois pas.

            Au contraire je pense qu’une vraie démocratie serait nécessaire pour faire avancer notre société.

            Et puis je en peux m’empêcher de vous rappeler l’élection de Villeneuve sur Lot où votre Gourou François Asselineau, pour lequel j’ai une certaine considération, a recueilli de l’ordre de 1% des voix exprimées.

            En face de lui il y avait un bras cassé du PS, un jeune du FN sans vraie compétence politique et d’autres habituels du paysage figé de notre horizon politique.
            François Asselineau était de loin, sans commune mesure et indépendamment des programmes que personne ne prend plus au sérieux et qui ont tendance à disparaître au profit d’incantations type La Gauche, front républicain..., le plus apte à représenter les gens sur les questions complexes : énergie, monnaie, géopolitique.....

            Les gens sont dépassés.... ils sont anesthésiés, intoxiqués, téléguidés... par des médias qui ne sont ; plus que des instruments de propagande. Votre parti l’UPR s’en plaint à juste titre.
            L’éducation et la culture sont détruites sciemment. Sans quasiment de réactions la mairie de Paris peut exposer dans des sites prestigieux des obscénités injurieuses, en appelant cela art contemporain... 

            Enfin. J’ai regardé au tout début le documentaire Gasland, sans aucun à priori en fait bien que je me méfie d’Arte, et en tant que scientifique, ayant quelques connaissances sur les phénomènes de relâchement de gaz en milieu solide entre autres, j’ai tout de suite vu les manipulations, pour moi grossières de ce film de propagande.
            De la même manière je m’étais posé en direct la question de savoir pourquoi les tours du WTC en 2001, s’écroulaient à la vitesse de la chute libre....

            Combien de personnes échappent à ces manipulations ?






          • JMBerniolles 3 janvier 2016 13:58
            @Blondinette43

            Alors je serai ravi de connaître votre grand frère !

            J’ai déjà été plusieurs fois estomaqué par la capacité de jeune (un jeune avocat de 30 par exemple.)
            de trouver les vérités à travers toute cette propagande et tentations qui leur sont proposées par le système.... La culture, la connaissance sont aussi de gros efforts personnels...

          • LEELOO Blondinette43 3 janvier 2016 14:02

            @JMBerniolles

            Yep Smells like teen spirit, l’ami

            Au surplus, une seule supplique de ma part, reviens avec un joli costume de papillon si un joli pourceau t’a jamais indiqué la voie d’une telle métamorphose smiley


          • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 14:24

            @JMBerniolles

            Je partage votre analyse. Je parle souvent de l’effet « Dunning-Kruger » exactement pour les raisons que vous évoquez. La seule chose que je réprouve dans vos écrits c’est l’emploi du terme « gourou » pour Asselineau. Il ne peut pas être un « gourou ». Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ses conférences de 3, 4 ou 5 heures, sont absolument sourcées. Un gourou vous embobine, manipule les esprits faibles ou déroutés. Vous ne pouvez pas trouver ce genre de comportement chez Asselineau. Lorsqu’il parle de la portée des traités européens, par exemple, si vous vous connaissez suffisamment en droit, vous comprenez que ce qu’il développe est « la vérité ». Un texte de droit est un texte de droit. Il peut être contesté dans le cadre d’une jurisprudence et parce que le législateur n’a pas été assez précis et a laissé place à certaines interprétations. Jamais Asselineau n’emploie des méthodes incantatoires. Par conséquent, soit vous vous trompez dans l’usage du substantif « gourou » soit vous n’avez pas suivi les conférences et vous en restez à la superficie des choses. Vous êtes scientifique ? Alors prenez la mesure de ce qu’il analyse, je dis bien analyse et non suggère.


          • JMBerniolles 3 janvier 2016 17:18
            @Ar zen


            Merci pour votre commentaire.
            Si vous résistez à une conférence de 5 heures d’Asselineau, c’est effectivement que vous êtes vraiment d’accord avec lui et inconditionnel.....

            Je plaisante. En fait ses conférences sont très pertinentes et très intéressantes.

            Surtout je pense que ses propositions, particulièrement la notion de nouveau CNR sont particulièrement adaptées à nos problèmes.

            Mais, je n’ai pas la naïveté de penser que l’empire anglo-saxon nous laisserait faire une chose pareille sans révolution de couleur....

            Donc je retire Gourou et je propose Leader.

          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 janvier 2016 19:32

            @Passage
            Si vous pensez que l’ UPR n’a une ou deux idées, je vous propose de regarder le résumé de son programme


          • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 19:44

            @JMBerniolles

            Je suis, cette fois ci, en parfaite concordance avec vous. J’irai même plus loin. Je pense que les jours d’Asselineau sont comptés. Il est le danger suprême. Je ne le souhaite évidemment pas et j’espère ardemment me tromper. Mais les forces auxquelles s’attaque le programme de l’UPR sont immenses. Seule une levée en masse du peuple vers ce programme pourrait le sauver. C’est simplement une réalité de penser que la puissance hégémonique a, depuis plus de cent ans, fomenté des troubles et déstabilisé un nombre conséquent de pays dans le but unique de protéger et de faire prospérer leurs propres interêts, j’entends de leurs multinationales. Combien de morts à la clé ? Combien de drames ? Combien de désespérance ? Combien de laissés pour compte ? Il serait très intéressant de s’y pencher.


          • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 20:07

            @Layly Victor

            Je ne sais pas où ni comment vous prenez vos renseignements mais vos sources sont viciées. Je crois bien que vous ne comprenez pas bien le sens d’un référendum en Suisse. Le peuple décide, il est souverain. Après, bien sûr, il faut examiner le contenu de la proposition débattue. Cela ne se passe pas comme en France. Contrairement à ce que vous avez écrit, les Suisses ont décidé l’abandon progressif du nucléaire. Vous pouvez lire ceci : http://www.swissinfo.ch/fre/strat%C3%A9gie-%C3%A9nerg%C3%A9tique-2050_la-suisse-fait-ses-lents-adieux-%C3%A0-l-%C3%A9nergie-nucl%C3%A9aire/41158996


          • JMBerniolles 3 janvier 2016 20:58
            @Ar zen
            Oui la CIA était déjà derrière les tentatives d’assassinat de De Gaulle.

            Mais la référence au CNR implique la convergence de forces depuis divers horizon.
            J’ai moi-même mis en avant cette solution de rassemblement au moment de la lutte contre le TCE, 2005, mais le PC était toujours fourvoyé dans sa vision passéiste et d’échecs du rassemblement de la gauche dans lequel on met EELv ces agents du néo libéralisme...

            Mais le CNR n’est ce pas la reconstruction quand on a touché le fond ?

          • JMBerniolles 3 janvier 2016 21:01
            @Passage

            Pour l’espoir il faut précisément un projet politique cohérent.



          • Legestr glaz Ar zen 3 janvier 2016 22:56

            @JMBerniolles

            Oui je crois que les services français ont démontré que la CIA était derrière les attentats contre De Gaulle. Pompidou, dans une allocation télévisée, a même laissé entendre que les services secrets américains étaient derrière la contestation de mai 1968. Mais les « manoeuvres » américaines remontent au début du 20ème siécle. Il suffit de lire la notice « wikipédia » sur le Panama pour y lire comment, pourquoi et grâce à qui ce pays a été détaché de la Colombie dont il faisait partie intégrante. Il suffit de lire « les guerres scélérates » de William Blum pour mesurer combien la puissance hégémonique s’immisce dans les affaires intérieures des pays qui ne soutiennent pas leurs multinationales. Pour le CNR, vous y êtes vraiment. Les Français ne croient plus aux partis politiques « traditionnels », ils se détournent de la politique. La France coule à pic et il lui faudrait un CNR. Seulement, tous les partis politiques veulent préserver leur « pré carré ». Ils ne pensent plus à l’intérêt commun, à l’intérêt collectif, à l’intérêt de la France mais à leur propre personne. Tous ces partis sont des partis leurres mis en place pour capter une partie de la colère du peuple de France. Il n’est, en effet, pas possible qu’à leur niveau de compétence, ils ignorent que les « solutions » proposées pour la France vont exactement à l’inverse de l’intérêt des Françaises et des Français. La France est en train d’être démantibulée sous la pression des euro-atlantistes dans l’indifférence presque générale. Le peuple de France a été lobotomisé. La France n’est pas envahie mais elle est colonisée. Il n’y a pas de soldats étrangers dans les rues mais des hommes en cravates dans les institutions européennes qui oeuvrent contre l’intérêt des peuples. Comment en faire prendre conscience. Tout le problème est là puisque les « merdias » verrouillent les opinions contraires.


          • Layly Victor Layly Victor 4 janvier 2016 12:10

            @Fifi Brind_acier
            Aucun peuple n« a jamais été consulté sur les décisions stratégiques vitales, et heureusement.

            Les Chinois n’ont pas été consultés, autrefois, sur la construction du grand canal de Nankin à Pékin. Heureusement.
            Les Grecs n’ont pas été consultés par Thémistocle sur la construction d’une flotte capable de résister à l’Empire Perse. Heureusement : ceci a permis la victoire de Salamine.
            Les Romains n’ont pas été consultés sur la construction de la via Appia Claudia ou de la Narbonnaise. Heureusement.
            Les Français n’ont pas été consultés sur le lancement de la filière électronucléaire. Mais il y avait au départ des savants exceptionnels comme Joliot-Curie et Langevin. Et le poids du CNR. Pas les partis politicailleux. Heureusement. C’est la dernière chose, avec le spatial et le pétrole, qui fait que, en dépit de la médiocrité abyssale de nos dirigeants, nous ne sommes pas encore un pays de deuxième classe.

            L’histoire, dans tous les peuples, a toujours été faite par des hommes compétents et courageux auxquels on ne cassait pas les burnes en permanence.

            Un contre exemple, qui illustre les méfaits de la »démocratie participative« chère à Asselineau, c’est l’histoire du paquebot France. Il a fallu trente ans de guéguerres des partis pour décider finalement sa construction, au moment où le transport aérien avait pris le dessus et où l’ère des paquebots était terminée. Un beau gaspillage qui illustre bien mon point de vue. Par rapport à un Colbert ou à un Vauban, c’est édifiant. Gaspillage ? Pas pour les bourses des parlementaires et de tous ceux qui participent de l’énorme système »démocratique".

            Même nos amis Suisses n’ont pas décidé la fondation de la fédération. Le serment du Grütli était le fait de quelques notables. Attendre que la fédération soit constituée pour la voter, c’eut été le problème de la poule et de l’œuf.

            Les changements dans l’histoire ont toujours été le fait d’individus d’exception. Ce fait heurte de plein fouet la doctrine égalitariste à la mode, et incite Asselineau à la plus grande prudence, ce qui fait qu’il ne propose rien, en dehors de son blabla monétaire, de dire que c’est la faute des banques et des US, et que pour le reste, les gens décideront.

            Monsieur Asselineau, les US n’ont jamais empêché les Français de travailler et de créer. Ce sont les Français qui se détruisent eux mêmes. Par exemple, le budget de la recherche est rogné d’année en année et la rémunération des chercheurs est scandaleuse. Ceci vous contrarie ? Bien sûr que non, alors que la recherche est un pilier de la souveraineté.

          • pemile pemile 4 janvier 2016 12:21

            @Layly Victor « Un contre exemple, qui illustre les méfaits de la »démocratie participative »

            Un seul exemple ! C’est plus que léger comme démonstration !

            "L’histoire, dans tous les peuples, a toujours été faite par des hommes compétents et courageux auxquels on ne cassait pas les burnes en permanence."

            Cherchez un peu, vous êtes surement capable de trouver des contre-exemples, dans lesquels un serrage des burnes des décideurs a amélioré leur projet initial.


          • JMBerniolles 4 janvier 2016 13:57
            @Ar zen

            Donc les suisses n’ont rien décidé du tout....

            Progressif veut dire d’abord que l’on ne peut pas en sortir tout de suite et que l’on définit un calendrier qui n’engage pas les politiques puisqu’ils ne seront sans doute plus là dans 20 ans.

            On a l’exemple de l’Allemagne, cela dure depuis 2000 environ avec Shröeder qui comme par hasard s’est reconverti dans le gaz naturel russe.

            D’ailleurs tous les anti nucléaires qui parlent des morts du nucléaires (en taisant ceux de Bohpal, ceux d’AZF en France..... ) se gardent bien de faire le bilan des morts du gaz naturel. En dehors de la dangerosité de son emploi à la sécurité très laxiste, nous avons au Moyen Orient une guerre du gaz naturel qui fait des millions de morts.

            L’électronucléaire n’est pas là par hasard. La pratique, notamment avec le Japon, montre que notre monde moderne ne peut s’e passer.


            Et ce dossier montre combien on peut facilement tromper les gens lorsqu’ils n’ont pas la compétence pour se faire une idée par eux-mêmes.



          • Legestr glaz Ar zen 4 janvier 2016 14:29

            @JMBerniolles

            Je peux être d’accord avec vous. Constatez que je n’ai pas donné mon opinion sur le nucléaire. Vous ne savez donc pas si je suis pour ou contre ! Ce que j’ai mis en ligne concerne le résultat du référendum suisse au sujet de « sortir du nucléaire ». On est aussi d’accord sur le terme « progressif ». Donc, les suisses ont décidé que le sortir du nucléaire se ferait progressivement. Cela veut dire quelque chose quand même, pour moi en tous les cas. Il m’étonnerait que la représentation du peuple suisse décide de créer de nouvelles centrales nucléaires sans l’autorisation du peuple. Les choses sont quand même claires. Le référendum ne portait pas sur « sortir immédiatement du nucléaire ». Les Suisses ne sont pas complètement fous. Ils savent que cette énergie disponible ne le serait plus en cas d’arrêt brusque. Ils cherchent des solutions alternatives. Mais peut être que l’avenir nous dira que celles ci n’existent pas. Tout ça c’est à voir et à prendre en considération. Alors le peuple suisse sera à nouveau convoqué pour un référendum.


          • JMBerniolles 4 janvier 2016 15:47
            @Ar zen

            Mais j’admets volontiers que l’on puisse se méfier du nucléaire...
            Et puis il vaut mieux éviter sur ce site de se faire cataloguer comme nucléocrate... si en plus vous êtes climato sceptique et dites que vous aimez votre pays, votre cas devient très lourd.

            Je plaisante.
            On ne peut dire seulement « on sort progressivement du nucléaire ». Il faut parler des alternatives et les chiffrer, étudier l’impact sur le réseau électrique (un élément qui fait différer à n’en plus finir la fermeture de Fessenheim), regarder le contexte géopolitique, - est ce que l’on peut acheter du gaz à un prix raisonnable et dans un contexte sûr-,...

            Le scénario mis en avant se nomme Négawatts. Il a été prouvé, notamment en Allemagne et au Japon, où le nucléaire a été compensé par du gaz accompagné de black out tournants, que ce programme qui comprend une baisse drastique de la consommation électrique n’était pas viable.

            A moins d’aller vers un pays sous développé ce que nous tendons à devenir en France.

          • Layly Victor Layly Victor 4 janvier 2016 19:54

            @pemile
            C’est de la mauvaise fois pure et simple. J’ai donné un seul exemple pour ne pas occuper l’espace mais on pourrait écrire des livres entiers.

            Je sais que je heurte profondément votre religion égalitariste, qui est maintenant la religion officielle de l’état français et de tous les médiocres qui se vengent.
            L’idée qu’il puisse y avoir des gens plus inspirés que la moyenne est quelque chose qui heurte la sensibilité des égalitaristes. Peu importe la nation, seul mon ego compte.
            J’ai déjà connu cela dans les années 70, quand on inculquait aux enfants, vous êtes tous Mozart.
            Pour ce qui est des décisions importantes, elles sont le fait des grands hommes, dans tous les pays. La Suisse est un cas très particulier.

            C’était déjà le cas à l’époque de La Fontaine qui se moquait des travers de la « démocratie participative » dans la fable : « les grenouilles qui demandent un roi ».

            Je n’aime pas cette mentalité franco-franchouillarde qui consiste toujours à exprimer le fait que l’on déteste les décideurs mais que l’on est bien content de ne pas avoir à prendre de responsabilité.
            Les Allemands n’ont pas la même approche : ils ont du respect pour les patrons et un grand respect pour les ouvriers. En France, on ne respecte ni les uns ni les autres, on aime les politiques et les blablateurs.

          • pemile pemile 4 janvier 2016 20:19

            @Layly Victor "C’est de la mauvaise fois pure et simple. J’ai donné un seul exemple pour ne pas occuper l’espace mais on pourrait écrire des livres entiers."

            Ecrivez donc déjà un article !


          • tf1Groupie 31 décembre 2015 14:25

            J’en rêve : la Banque Centrale fait un don à l’Etat qui devient riche, l’Etat riche fait des dons aux citoyens, on instaure le Revenu Universel à 2000 euros par mois, ne travaillent que ceux qui veulent et ceux qui veulent s’enrichir peuvent continuer à le faire.

            Tout le monde est riche et heureux, l’argent pousse sur les arbres et c’est super.

            Merci Mr Asselineau pour cette vision d’un futur prometteur et humaniste.

            Meilleurs voeux à vous également.


            • joletaxi 31 décembre 2015 14:50

              @tf1Groupie

              je crois que je vais changer les règles du monopoly sur ce modèle, marre de toujours perdre


            • Vipère Vipère 31 décembre 2015 14:53

              @tf1Groupie

              Ce que ne dit pas François ASSELINEAU, c’est que nous aussi, nous abritons une «  petite Suisse riche et heureuse » sur laquelle ruisselle, infiniment plus que 2000 Euros par mois, c’est une suisse discrète et cumularde que la république des élites et de leurs familles, quelques 8 millions de personnes, dont fait aussi partie Monsieur ASSELINEAU.

              Une élite française égoïste et corrompue qui n’a nulle envie de partager le gâteau avec le peuple, autrement que par des promesses qui font baver d’envie.

              Le seul vœux à formuler est de les mettre sur la paille, afin que cela ne soit pas toujours les mêmes qui profitent en faisant crever les autres ;


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:18

              @Vipère
              François Asselineau est fonctionnaire, il a le même parcours que Philippot : ENA + HEC + Haute fonction publique. Il a été placardisé par Sarkozy pour avoir osé critiquer l’ UE et l’euro.


              Vous devez confondre avec Mamy Béthencourt et le CAC 40... Lisez « Argent public et fortunes privées », cela vous permettra de faire la différence entre la Fonction publique et le CAC 40.

            • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 19:17

              @Vipère

              Votre programme me semble bien préparé et efficace. Bravo ! Il n’y a pas à dire, vous avez vraiment de la suite dans les idées.


            • malko malko 31 décembre 2015 14:39
              L’UPR de Mr Asselineau propose essentiellement la même chose que le FN  : à savoir le retour à la souveraineté française de jadis ( d’avant les années 90, en gros ).
                
              Mais comment se tailler une part de l’électorat quand on vend la même chose qu’ un parti qui est 37 fois plus gros que le sien ?

              >> ( Régionales 2015 : FN : 6.800.000 voix, UPR : 180.000 )
                
              Gros challenge !
                
              Alors la « solution » qu’a trouvé Mr Asselineau, c’est d’essayer de discréditer le FN par tous les moyens possibles et imaginables.
               
              Mais je ferai grâce au lecteur de la liste exhaustive de ses arguties, mensonges et calomnies en tous genres, car il y a de quoi faire un livre.
               
              J’en sortirai juste une pour sa valeur illustrative > selon Mr Asselineau, c’est la CIA qui subsidie le FN pour piéger le peuple français en le faisant croire à une fausse alternance. Voyez ici la video de 6 minutes.
                
              Et comme Mr Asselineau adore le « complotisme », il affirme aussi dans cette video que le FBI pourrait bien être derrière les attentats djihadistes.
                
              Chacun appréciera ...
               
              Enfin, plus sérieusement pour le FN, voici ses positions réelles ( nationalistes évidemment ) expliquées sur son site >

              On trouve une synthèse en bas de chaque page sous le titre : POSITIONS



                


              Et bonne année 2016 !  smiley

              • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 31 décembre 2015 15:45

                @malko

                Alors la « solution » qu’a trouvé Mr Asselineau, c’est d’essayer de discréditer le FN par tous les moyens possibles et imaginables.

                Présenter une actualité, l’étayer avec une analyse sur les problématiques de fond, expliquer ces problématiques et proposer une solution.
                Le tout formant un ensemble cohérent bâti sur d’innombrables et interminables conférences...

                C’est clair : Asselineau tape en dessous de la ceinture !

                C’est vraiment dégueulasse pour ceux qui incantent des peurs profondes avec des insinuations et des raccourcis puis les laissent se transformer en fausse évidences (procédé MADE IN USA d’ailleurs)

                PS je ne suis même pas de l’UPR


              • tf1Groupie 31 décembre 2015 18:20

                @La Voix De Ton Maître

                FN et UPR même combat : Vive le FNUPR !!


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:28

                @malko
                Vous évitez soigneusement d’être exhaustif... « Le FN a 21 versions contradictoires sur l’UE et l’euro » Quand vous aurez le temps, vous nous direz quelle est la bonne version ?


                La version officielle est censée être dans le programme du FN, sur l’ Europe, on peut lire en bas de la page : « renégociation des traités » et pas sortie de l’ UE.

                C’est vrai, l’ UPR combat le FN qui bloque toute la vie politique française depuis plus de 30 ans.
                Si les autres Partis ne le combattent pas, c’est qu’ils s’en servent comme épouvantail, pour assurer leur réélection. Hollande ne s’en cache même plus.

              • Legestr glaz Ar zen 31 décembre 2015 19:30

                @malko

                Vous voilà à nouveau à pied d’oeuvre ! Je remarque que vous n’avez toujours pas lu le programme du Front National. Donc vous écrivez des bêtises. Si vous preniez le temps de lire ce programme vous sauriez. Mais non, vous dîtes n’importe quoi sans avoir lu. Connaissez vous l’effet « Dunning-kruger ». En voilà une bonne lecture. En réalité vous croyez savoir mais vous ne savez pas. Vous bâtissez sur du sable. Vous feriez preuve d’une grande liberté d’esprit en prenant vos renseignements ailleurs que sur TF1 ou M6. Donc, puisque vous parlez du FN, prenez au moins le temps de lire le programme de ce parti, disponible sur leur site. Prenez un surligneur et examinez ce que ce programme dit. Vous constaterez, avec vos propres yeux, que ce que vous pensiez est totalement faux ! Chiche ? Ou bien tremblez vous de peur de découvrir que ce que vous pensiez est inexact ?


              • zygzornifle zygzornifle 31 décembre 2015 14:43

                dommage que l’on est pas des migrants Suisses au lieu des Syriens .....


                • amiaplacidus amiaplacidus 31 décembre 2015 15:20

                  @zygzornifle
                  C’est plutôt les Suisses qui ont des migrants Français, entre résidents frontaliers, plus de 250.000 Français travaillent en Suisse, en faisant souvent des boulots dont les Suisses ne veulent pas : caissières, bâtiments, ouvriers usines, etc.


                • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 31 décembre 2015 15:50

                  @amiaplacidus

                  Vrai, mais ne vous y trompez pas : il y a beaucoup de clandestins suisses en France.

                  Des expatriés immobiliers qui bénéficient des largesses de la France sans y payer d’impôts.

                  Saletés de pauvres !


                • filo... 31 décembre 2015 15:53

                  @zygzornifle
                  Dans ce cas, il fallait pas allé foutre la m... en Syrie et en Libye et ceci d’autant plus que personne ne vous ai invités.

                  Ont récoltent ce qu’on a semés n’est pas ?


                • Layly Victor Layly Victor 1er janvier 2016 10:58

                  @filo...
                  Il faut demander aux agents israéliens Fabius et BHL.

                  Ils ont aussi foutu la merde en Ukraine.

                • zygzornifle zygzornifle 1er janvier 2016 13:48

                  @Layly Victor

                   Fabius grand amateur de croutes doit se faire peindre un tableau catastrophe après son passage.....


                • Rensk Rensk 2 janvier 2016 18:25

                  @La Voix De Ton Maître

                  Il y a les accords bilatéraux mon cher « Maître »...

                  Entre autre cela a été tellement compliqué et loin que c’est un assurance toute seul qui a fait changer bien des lois en Suisse ET dans l’UE...

                  Le droit suisse et le droit communautaire ont dû évoluer (et évoluent encore !) pour pouvoir tenir compte de ces travailleurs frontaliers. Un travailleur frontalier suisse (qu’on pourrait également appeler « travailleur transfrontalier ») possède en effet une situation très spécifique, « entre-deux », notamment du point de vue des assurances sociales en Suisse : l’assurance santé frontalier a des spécificités qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, les allocations familiales suisses et françaises ont dû s’adapter, tout comme l’assurance chômage et la retraite.


                • Jason Jason 31 décembre 2015 15:00

                  Je ne vois pas très bien comment ça pourrait marcher. La proposition est bien : la banque centrale, et elle seule, peut alimenter les banques.

                  Finis les accords de Bâle III et les prêts, avec comme garanties les (environ) 10% de fonds en valeurs ou liquidités et la création de 90% de monnaie scripturale. Bien.

                  Mais, si la banque centrale peut seule créer de la monnaie, pourquoi utiliser un système en cascade > Banque centrale > Banques privées > prêts, et ne pas carrément nationaliser les banques et éviter l’échelon intermédiaire des banques privées, avec les coûts de transaction et le manque de contrôle que cela représenterait ?

                  Dans ce qui est proposé, si on laissait les banques privées décider seules de l’octroi de prêts, ne risquent-elles pas de paralyser le système du crédit en décidant de réduire fortement le crédit jusqu’à l’asphyxie de ce même système de crédit ? Elles peuvent invoquer les risques, l’incertitude et la frilosité économique qui en résulterait. Il y a un très gros risque de paralysie de l’économie.

                  Comme disait un homme politique des années ’30 : « Les banques, je les ferme, les banquiers, je les enferme. » Le choix est toujours là.

                  La manoeuvre me paraît très risquée. Soit la Suisse nationalise carrément, soit elle augmente le taux des fonds propres en révisant Bâle III. Je ne vois pas d’autre issue.


                  • AnthonyDT AnthonyDT 31 décembre 2015 15:11

                    @Jason

                    Si j’ai bien suivi la banque centrale pourra prêter directement à l’état (ce point là poserait problème en France je pense vu qu’on a aucun moyen de sanctionner un gouvernement qui jouerait trop avec la planche à billets) et en cas d’urgence directement au secteur privé. Du coup si les banques privées jouent aux connes, bah cour-circuitage !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 19:55

                    @AnthonyDT
                    Quel est le moyen d’empêcher la BCE de faire tourner la planche à billets au profit de la spéculation et pas de l’économie réelle ? Aucun.

                    La BCE est totalement indépendante, et comme toutes les Institutions européennes, surtout indépendante de l’avis des citoyens.

                    Si vous voulez rire un peu : « Le complot de Goldman Sachs ».


                  • AnthonyDT AnthonyDT 4 janvier 2016 10:29

                    @Fifi Brind_acier

                    Oui, d’un point de vue purement théorique, une banque centrale partagée ça pourrait éviter les dérives d’un gouvernement potache, mais dans la réalité c’est un échec.

                    Je me demande justement comment garantir l’indépendance d’une banque centrale par rapport à l’exécutif sans créer un monstre incontrôlable...


                  • Passante Passante 31 décembre 2015 15:34

                    justement c’est sur le même axe —

                    être handicapé du référendum d’initiative populaire 
                    (cf. démonstration supra)
                    c’est, plus largement, manquer de « pouvoir de création ».

                    l’épaisseur même du politicien, sa mobilité, face à la finance en armes,
                    est directement liée à la mobilité, la vélocité du public à user de son pouvoir ;
                    votre courage est d’adopter cela immédiatement, 
                    de reconnaître que ok bien sûr tonnerre les banques event, 
                    mais pourquoi cette clef suisse dormirait cantonnée là ?

                    le jour où Apple, ou je ne sais, va sortir une application* téléphonique 
                    valable pour gérer en ligne informatiquement au collectif bien des questions à l’échelle d’un village ou d’une ville, que devient exactement l’homme politique ? Moubarak n’est-il pas tombé glissant sur le plancher de l’installation de la 3G égyptienne qui précéda ?

                    *c’est déjà en cours ailleurs, les recherches sur la démocratie liquide etc.






                    • Arthur S M de Sourcessure 31 décembre 2015 16:02

                      @Passante

                      « Moubarak n’est-il pas tombé glissant sur le plancher de l’installation de la 3G égyptienne qui précéda ? »

                      C’est l’armée égyptienne qui avait savonné le plancher et qui lui a fait un bon croche-pied par-dessus le marché. La 3G n’a été qu’un amplificateur. Actuellement, c’est le Maréchal Abdel Fattah al Sissi qui dirige le pays. Vous trouvez que c’est un progrès ?

                    • Passante Passante 31 décembre 2015 16:58

                      @M de Sourcessure

                      on n’a jamais progressé en glissant et sans plan.
                      l’armée a dû récupérer
                      le soir où le chef des renseignements annonce le départ de moubarak
                      c’est l’armée qui parle, tantaoui sera la preuve, 
                      mais ils cèdent, donc pas calculé,
                      autrement jamais les islamistes aux élections,
                      mais le match armée-frères en égypte, c’est tout le 20e siècle.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:47

                      @Passante
                      L’Egypte, c’est quand même un cas particulier, il est rare que dans un pays l’armée possède des entreprises à hauteur de 10% du PIB... 


                    • Fabien Sabinet Fabien Sabinet 31 décembre 2015 15:53

                      Alors là c’est tout juste si j’y crois de voir ça !.. smiley C’est ce que je proposais dans l’article « La crise » !! Je plussoie donc entièrement et avec plaisir !! (et dommage en effet que l’article se termine par un tract de l’UPR... )


                      Pourtant je n’y crois qu’a moitié, les financiers avec leurs moyens phénoménaux vont totalement dynamiter cette initiative pleine de bon sens qui seule nous sauverait de la catastrophe smiley

                      Ces fameuses familles, bourrée de liquidités, qui gouvernent réellement n’en ont rien à faire que la société parte en vrille, ils ne font absolument aucun cas des salauds de pauvres que nous sommes, ils méprisent profondément le peuple, à tel point qu’une bonne guerre ne les dérangeraient absolument pas, ils voient même ça comme une bonne solution !! Ils s’en vont au soleil et reviennent quand c’est fini.. pour financer la reconstruction !! smiley

                      Alors relayons l’idée ! Ne les laissons pas faire ! Sauvons nous nous-même !! On en a encore le pouvoir !

                      • Vipère Vipère 31 décembre 2015 16:12

                        @Fabien Sabinet

                        C’est mal connaître les patrons suisses, paternalistes et nationalistes, qui n’ont pas la mentalité de nos patrons français. Nos patrons français aidés des politiques ont tout saccagé en France, car ils ont la haine du peuple français et du nationalisme, ils représentent une caste mondialiste et apatride, très mobile, ils sont partout où il y a de l’argent à se faire, pilotés un coup par Sarkozy et un coup par HOLLANDE, leurs assistants commerciaux.

                        Les suisses, ne délocalisent pas leurs productions à l’étranger, même sachant qu’ils pourraient gagner plus, cela ne correspond pas à leur état d’esprit, à leurs valeurs conservatrices et patriotiques.


                      • Arthur S M de Sourcessure 31 décembre 2015 16:32

                        @Vipère

                        Les assistants commerciaux évoqués ne pilotent rien du tout ! Il cirent les pomres de leurs maÏtres.

                        Pour ce qui est de la délocalisation, les vaches du canton d’Appenzel n’y trouveraient pas leur compte... la Suisse préfère mettre à profit le différentiel entre son franc et l’euro pour acheter à bas prix pour elle le travail des frontaliers qui s’y retrouvent en pouvoir d’achat parce qu’ils ne vivent pas en Suisse.

                        Tout le monde est content, mais le modèle n’est pas exportable, sinon la France entière pourrait devenir Monaco !


                      • amiaplacidus amiaplacidus 31 décembre 2015 16:44

                        @Vipère
                        Dans les années 1980, le fin du fin en France, c’était : l’industrie, c’est fini, l’avenir, c’est le tertiaire. On voit maintenant les résultats, bon, les spéculateurs s’en tirent tout à fait bien, mais l’immense majorité des Français ?
                        .
                        Au contraire, les Suisses n’ont jamais laissé tombé l’industrie (la banque suisse ne représente que moins de 9 % du PIB suisse). Une grande partie de l’économie suisse est liée à l’industrie, machine, horlogerie, chimie, etc.
                        .
                        Il y a moins 30-35 ans, il y avait en Franche-Comté, une industrie horlogère assez prospère. Maintenant, il ne reste que des ruines. De l’autre côté de la frontière, dans les mêmes conditions géographiques, l’industrie horlogère suisse est prospère malgré des salaires qui sont le double des salaires français (alors, que l’on ne vienne pas invoquer ici le coût du travail).
                        Il existe toujours des écoles d’horlogerie réputées en Franche-Comté (Morteau, Besançon), mais la quasi totalité des élèves qui en sortent vont travailler en Suisse, pour des raisons salariales, mais pas que, travail techniquement avancé, ambiance de travail assez agréable, etc.
                        .
                        Alors, les Français beaucoup plus cons que les Suisses ? Certainement pas, mais les patrons Français, beaucoup plus rapaces.


                      • amiaplacidus amiaplacidus 31 décembre 2015 16:58

                        @M de Sourcessure
                        « ...Pour ce qui est de la délocalisation, les vaches du canton d’Appenzel..  »

                        Savez-vous que les fromage Comté français sont affinés, retournés et frottés par des robots dont les Suisses ont pratiquement l’exclusivité mondiale ?
                        http://www.leu-anlagenbau.ch/fr/fromage/soins-des-fromages-affinage-transformation.html
                        http://www.sugnaux.ch/welcome-fr.php
                        http://www.jnjautomation.ch/

                        Mais, comme je le dit dans un autre commentaire, les Suisses n’ont jamais laissé tomber l’industrie.
                        Et surtout, ils ont investi dans la formation et la recherche fondamentale et appliquée. Les deux écoles polytechnique suisses font partie des 50 premiers établissements mondiaux, tant au niveau de la recherche que de la formation.


                      • eresse eresse 31 décembre 2015 17:00

                        @amiaplacidus
                        Les patrons sont les mêmes des 2 cotés de la frontière. Nous ona juste des politiques beaucoup plus « pourris » et des citoyens beaucoup plus cons.
                        Quand depuis 40 ans, on élit des pourris, on des pas victimes mais coupables.
                        On a juste ce que l’on mérite.


                      • Vipère Vipère 31 décembre 2015 17:41

                        @M de Sourcessure

                        « Les assistants commerciaux évoqués ne pilotent rien du tout ! Il cirent les pomres de leurs maÏtres »

                        Les journaux étalent sur toutes les pages les voyages de nos dirigeants empruntant l’avion présidentiel pour piloter gratuitement les affairistes à l’étranger, en vue de leurs futures implantions !

                        « Tout le monde est content, mais le modèle n’est pas exportable, sinon la France entière pourrait devenir Monaco ! »

                        Ca c’est vous qui le dites, comme un perroquet qui répète la mantra officiel ! prouvez-le que le modèle suisse n’est pas transposable en France ?


                      • Vipère Vipère 31 décembre 2015 17:54

                        @amiaplacidus

                        Les suisses investissent en Suisse et en sont fiers !

                         Ils investissent leur argent en Suisse et nulle part ailleurs, cela fait une sacrée différence avec nos patrons exilés et apatrides, partis avec les investissements pour exploiter des chinois, des Polonais, des Roumains etc...

                        Les suisses font de la recherche de haute technicités et gardent les brevets chez eux, ils ne sont pas assez stupides pour délocaliser chez les chinois qui copieraient leurs brevets et du coup des années de recherche.

                        Nos patrons font l’inverse, ils pleurent auprès de l’Etat pour des aides à la formation, à la défiscalisation et s’empressent de filer à l’étranger pour faire fabriquer à bas coût.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 18:51

                        @Fabien Sabinet
                        C’est pourtant le peuple d’ Islande qui a imposé sa volonté aux banquiers.
                        « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ». Et surtout parce que nous ne sommes pas rassemblés pour imposer la défense de l’ intérêt général.


                        PS : Si vous trouvez d’autres Mouvements politiques que l’ UPR pour faire ces propositions, n’hésitez pas à les faire connaître...

                      • joletaxi 31 décembre 2015 18:55

                         mais oui, mais oui

                        http://www.alliancesud.ch/fr/politique/commerce/download/APPI%20kurz%20frz.pdf

                        contrairement à une idée reçue, la Suisse était un pays pauvre, et de forte émigration
                        Mon oncle est arrivé comme cela en Belgique avant guerre,après un parcourt dans toute l’Europe et s’est marié,

                        cette diaspora est un puissant moteur pour le commerce et l’industrie suisse,(pour l’Italie également)

                        cerla n’empêche nullement de prendre en exemple l’organisation suisse,et par exemple d’interdire les minarets,d’édicter des lois strictes sur l’immigration,d’imposer un service militaire long etc.


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 19:05

                        @M de Sourcessure
                        Ben si, le modèle est exportable ! Avant l’ UE, la France avait 1/2 million de chômeurs, pas 5 ou 7 millions. Et elle avait une industrie et une agriculture florissantes.


                        Toutes les « dérégulations » imposées par les Traités européens pour ouvrir l’économie à la mondialisation, sont réversibles. Ce qu’une loi a pu faire, d’autres lois peuvent le défaire.

                        Mais pour cela, il faut être comme la Suisse, un pays souverain, où le peuple a droit à des débats contradictoires, des referendum et où le gouvernement prend en compte l’avis des citoyens.

                        La mondialisation était parfaitement évitable, elle a été pilotée par des Commissaires européens, dans le dos des Français et des autres peuples européens.

                        La Russie, qui est un pays souverain, vient de suspendre l’accord de libre échange avec l’Ukraine. Un pays souverain prend les décisions qu’il veut pour protéger l’intérêt général de son économie.
                        Ce que la France ne peut plus faire en restant dans l’ UE. .

                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 19:12

                        @joletaxi
                        L’UPR propose dans son programme , après la sortie de l’ UE, un referendum sur l’immigration, les Français décideront.


                        Pour l’instant, ils ne décident de rien, l’immigration est régie par des textes européens. Vous perdez votre temps à vous agiter sur cette question qui divise les Français. 
                        Commençons par le début : sortons du Titanic !

                      • joletaxi 31 décembre 2015 19:29

                        p@Fifi Brind_acier,

                        oui sortons de l’Europe, après tout, la pauvreté n’est pas un vice.

                        Et chassons ces immigrés
                        d’ailleurs tout le monde ici regrette amèrement les gentils dictateurs qui dirigeaient ces pays avec une fermeté de bon aloi ,
                        érigeons des murs de barbelés autour de ces pays, ils n’ont qu’à régler leurs problèmes entre eux, et cerise sur le gâteau on pourra leur vendre des armes, y compris chimiques,

                        La Rhodésie était un véritable paradis, fort heureusement , ces exploiteurs de blancs ont été chassés, à coup de pied au cul, ou avec une rafale de kalach( on ne dira jamais assez combien les cocos ont bien assisté ces peuples), et maintenant ils règlent leurs problèmes entre eux,tout est pour le mieux


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2015 20:12

                        @joletaxi
                        Les Français décideront.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès