Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Définir Le Pen

Définir Le Pen

Populiste, nationaliste, xénophobe... Qui est vraiment Le Pen ? Deux spécialistes de l’extrême-droite et Jean-Marie Le Pen lui-même réagissent aux adjectifs polémiques qui lui sont le plus souvent accolés.

Il est difficile de qualifier Le Pen, parce qu’il affectionne les positions à la limite du tolérable, et toujours politiquement incorrectes. Deux politologues et Le Pen lui-même réagissent à quelques-unes des épithètes qu’on lui attribue fréquemment.

 

-FASCISTE ?
- Le Pen :
« Je ne me reconnais pas dans le fascisme. Je ne suis pas italien, je suis français et breton. Je ne suis ni fasciste, ni nazi, ni communiste ».
- Pascal Perrineau :
« Il n’a jamais été dans aucune organisation fasciste, même s’il a été dans des mouvements dans lesquels il y avait des fascistes. Il n’appartient pas à ce courant ».

-RACISTE ?
- Le Pen :

« Non, je ne suis pas raciste. La première fois que j’ai été élu, le deuxième de ma liste était noir. Il est vrai que j’ai parlé d’inégalité des races. Mais ça dépend : les Pygmées sont supérieurs aux Suédois si c’est pour vivre dans les arbres. Dans beaucoup d’autres domaines, non ».
- Les spécialistes sont dubitatifs. Pour Nonna Mayer : « Il a tenté un peu de tout : on l’a vu fumer le narguilé et faire des clins d’œil aux secteurs les plus racistes de l’extrême-droite ».

-XÉNÓPHOBE ?
- Le Pen :

« Je ne suis pas xénophobe. Je me sens différent des étrangers, mais je ne ressens pas d’hostilité envers eux si je ne les sens pas capables de m’agresser aujourd’hui ou à échéance ».
- Perrineau et Mayer pensent tout le contraire : « Il est xénophobe, c’est certain, mais comme un nombre important de Français », dit M. Perrineau. Pour Mayer : « Il est clairement xénophobe et antisémite. Il a une préoccupation qui est la préférence nationale, une position hostile aux étrangers, aux immigrés et aux minorités ».

-NATIONALISTE ?
- Le Pen :

« Oui, je suis nationaliste, mais je préfère le terme de patriote ».
- Perrineau :
« Il appartient à un courant de droite nationaliste classique, obsédé par la question coloniale ».

-POPULISTE ?
- Le Pen :

« Le mot ne me gêne pas ».
- Mayer  :
« Il adore ce mot parce que c’est beaucoup plus respectable qu’ « extrême-droite ». Mais c’est un terme imprécis. Entendu comme style politique démagogique, oui il est populiste, mais ce n’est pas le seul ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Azür 22 décembre 2005 11:30

    Faut dire que quand je l’ai vu fumer le narguilé, heureusement sans succès, je me suis demandé l’espace d’un bref instant si je n’avais pas moi-même fumé, à l’insu de mon plein gré, autre chose que tu 100% tabac !!!

    Libération du 10.10.2005

    http://www.liberation.fr/page.php?Article=329854


    • Loic de Villanfray (---.---.228.145) 22 décembre 2005 11:37

      Les Waffen SS musulmans bosniaques , sous la conduite du Palestinien Hadj Amin El Husseini , avaient aussi l’ habitude de fumer le narguilé


    • Scipion (---.---.39.123) 22 décembre 2005 13:01

      Dire de Le Pen que c’est un fasciste ou un nazi traduit la bêtise abyssale, fut-elle à particule, que l’Ecole de la République inculque aux nouvelles générations.

      Il faut, pour cela, ignorer ce que sont le fascisme, le nazisme et, encore plus, ce qui les distingue l’un de l’autre, puisque pour certains, les deux termes sont interchangeables...

      En fait, Le Pen est un nationaliste jacobin et intransigeant. Pour lui, un Français est quelqu’un qui a légitimement obtenu la nationalité française et qui aime la France par dessus tout.

      Lui reprocher son slogan « La France aux Français » est un mauvais procès et, de surcroît, un procès malhonnête.

      Cent pays des cinq continents pratiquent la préférence nationale, et chacun - abstraction faite de quelques hurluberlus qui se croient citoyens du monde - trouve cela normal.

      Raciste, je ne dirais pas non plus. Le recrutement du Front national le montre, ainsi que la composition de ses listes électorales. En outre, je ne me souviens pas l’avoir entendu proférer des propos anti-démocratiques.

      Ce qui fait qu’on peut se demander si le « danger Le Pen » n’est pas une pure invention médiatique, qui distrait la galerie avec une mouvance politique n’ayant aucune chance de parvenir au pouvoir dans la France actuelle.


      • Emile Red (---.---.79.28) 22 décembre 2005 13:27

        Faut il porter une croix gamée sur son vêtement, un faisceau sur sa chemise, pour être reconnu comme nazi ou fasciste ?

        Le Pen a prouvé depuis longtemps ses amitiés avec d’anciens SS, et son soutien à Haïder, le populiste aryen autrichien, ne peut qu’alimenter cette affirmation.

        Faut il joindre les coups portés moult fois sur de jeunes beurs, ou sur une députée PS pour prouver son aversion de la démocratie ?

        La présence continuelle de skinheads, reconnus comme néo-nazis par tous les services policiers, comme sbires du FN ne peut que conforter ce rapprochement idéologique.

        Les récentes affaires des profanations de cimetières juifs, ont toujours impliqué des membres de ce mouvement issu d’Ordre Nouveau, interdit pour appartenance à la mouvance nazie.

        Aujourd’hui vouloir faire une différence entre nazi et fascisme n’est plus qu’une question de réthorique malvenue, les deux tyrans italien et allemand ayant largement fait la preuve de la confusion de leur théorie respective.

        Il est si aisé de trouver, sur le net, les preuves de collusions entre ces mouvements totalitaires et Mr Le Pen que je ne vous ferez pas, Mr Scipion, l’honneur de vous faciliter le travail, si un tant soit peu de curiosité vous habite.


      • BB (---.---.92.7) 22 décembre 2005 22:15

        Pas si con quand on y réfléchit...


      • Scipion (---.---.39.123) 22 décembre 2005 15:03

        « Faut il porter une croix gamée sur son vêtement, un faisceau sur sa chemise, pour être reconnu comme nazi ou fasciste ? »

        Non, il faut professer l’idéologie nationale-socialiste ou l’idéologie fasciste.

        Le reste, c’est de la propagande de bas étage pour activistes bas de plafond.

        Mais, enfin, si ça vous amuse, je ne vais pas vous priver de votre hochet.

        Il y a des gens dont la haine de Le Pen est l’unique raison de vivre, je m’en voudrais de les acculer au suicide...


        • Emile Red (---.---.79.28) 22 décembre 2005 15:38

          Ne vaut il pas mieux prévenir aujourd’hui que de se plaindre demain ?

          Quand à la haine, faut il encore avoir du respect pour haïr, le borgne arrogant n’en vaut pas une once.


        • (---.---.63.53) 22 décembre 2005 16:47

          Bonjour, c’est encore Yves.

          Je n’ai pas l’intention de revenir ici sur la question Le Pen, dont je doute qu’il soit indispensable de se la poser : ce n’est pas quelqu’un de recommandable, et je pèse mes mots.

          Par contre, il est un autre point plusieurs fois abordé dans les commentaires, c’est l’assimilation nazisme-fascisme.

          Si l’on veut faire preuve de rigueur, et que l’on sait faire taire ses passions, ce parallèle est malvenu. Il serait plus judicieux de faire celui nazisme-communisme. Au-delà des apparences idéologiques, apparemment irréprochables pour le communisme, et moralement indéfendables (même pour l’époque) pour le nazisme, un même moteur et de grandes similitudes animent ces deux régimes. Je parle bien sûr ici de leur réalité, non pas de leur apparence. Il s’agit de dictatures. Toutes deux arrivent au pouvoir en prétendant avoir des solutions aux problèmes du pays. Ces problèmes sont dus à l’existence d’un ennemi intérieur (Juif, bourgeois). La solution en est l’élimination physique. À partir de là s’engage un processus qui, dans un cas d’école, devrait aboutir peu à peu à l’élimination du peuple au complet : comme le problème ne sera bien sûr pas résolu avec de telles méthodes, on trouve un autre ennemi, on l’élimine aussi, et ainsi de suite.

          L’emploi rationnel de l’élimination physique de masse appliquée, en tant qu’outil, à une interprétation sociale est une caractéristique unique à ces deux régimes. On ne le retrouve pas dans le fascisme, chez Franco ou chez un dictateur africain. Ce deuxième groupe de cas devrait plutôt être répertorié sous un autre vocable, « dictatures », « fascismes », peu importe. Il se rapporte plus en tous cas à l’accumulation de richesses et de pouvoir pour les dirigeants, avec comme seuls ennemis ceux qui veulent s’y opposer. Pas d’ennemi « du peuple » donc.

          Bien sûr, on pourra toujours ratiociner en énumérant des différences entre nazisme et communisme, mais elles restent idéologiques, théoriques. Pour ceux qui y sont morts, Goulag et Stalag ne commencent pas de la même manière, mais se terminent de la même manière..

          La proximité de ces deux régimes se retrouve aussi dans la porosité de leurs sphères d’influence : on passe de l’un à l’autre sans trop de difficultés finalement. Aujourd’hui en France beaucoup d’électeurs du FN étaient hier au PC, et en 1940 d’autres on suivi le même parcours (voir Jacques Doriot par exemple).

          Il est un très beau livre d’Alain Besançon sur ce thème : « Le malheur du siècle ». À lire absolument, par devoir de mémoire, et pour ne pas s’arrêter à quelques apparences pour juger les régimes.

          S’en tenir aux apparences, c’est être prêt à recommencer.

          Voila, c’était Yves.


          • Scipion (---.---.39.123) 22 décembre 2005 17:00

            Vous avez presque entièrement raison, Yves...

            Presque, parce que quand vous écrivez « L’emploi rationnel de l’élimination physique de masse appliquée, en tant qu’outil, à une interprétation sociale est une caractéristique unique à ces deux régimes. », vous omettez...

            Avant le communisme et le nazisme, il y a eu la Révolution française, la grande précurseuse de la rationnalité triomphante et des massacres idéologiques réunis !

            J’ai toujours pensé qu’Alain Besançon était trop intelligent pour ne pas s’en être avisé. Et pas assez téméraire - inconscient ? - pour manger le morceau, dans la conjoncture actuelle... Il a bien fait.


          • Emile Red (---.---.77.239) 23 décembre 2005 09:14

            « Si l’on veut faire preuve de rigueur »

            On ne fait pas une confusion entre communisme et stalinisme.


          • (---.---.252.195) 24 décembre 2005 09:22

            tt a fait est on n’oublie pas l’histoire du pays ou c’est appliquer le regime... Les goulag ne sont pas une invention des lénine et staline mais des stars...


          • Alex (---.---.174.186) 22 décembre 2005 17:13

            Tel est l’un des slogans du FN et de Le Pen avec lequel pas mal de jeunes, et de moins jeunes, semblent d’accord. J’aurais une question à poser à M. Le Pen : Comment avez-vous fait pour mériter d’être Français ? Vous êtes né en Bretagne ? Certes, mais comment cela se mérite-t-il ? Avez-vous dû, lorsque vous n’étiez encore qu’une âme de spermatozoïde, combattre sans relâche et sans remords contre des hordes d’âmes de spermatozoïdes étrangers, et ce afin de vous retrouver, après maintes traversées et péripéties, dans la chaleur moite et confortable d’une bonne paire de testicules bretons ? Hein, dites-moi, comment avez-vous fait pour mériter la France à ce moment-là ? Croyez-vous que les gens qui naissent dans un autre pays l’ont désiré à ce point ? Croyez-vous que moi j’ai choisi de naître en France ? Êtes-vous sûr de ne pas avoir dans vos veines un 1/10 ou un 1/20 de sang d’une autre patrie, d’une autre nation, sang que vous auriez hérité, indirectement, d’ancêtres ayant honteusement choisi de naître ailleurs. Ou bien est-ce que, ayant ce sang étranger en vous, vous avez mérité la France en vous cognant la tête dans le miroir de la honte pour vous faire saigner les narines et vous débarrasser ainsi de ces quelques gouttes de sang impur qui abreuvaient vos sinus ? Hein, dites-moi. Comment fait-on pour mériter la France ?

            Un français (blanc ; j’aime pas préciser parce qu’on s’en fout en fait, mais ça me semble utile ici ; il y a des daltoniens du cerveau partout !)


            • Scipion (---.---.39.123) 22 décembre 2005 18:00

              C’est après sa naissance qu’on mérite sa nationalité - ou qu’on s’en montre indigne, vous m’avez l’air d’en connaître un rayon à ce sujet -, votre intervention est donc grotesque !

              Encore qu’il soit dans l’ordre des choses que des gens comme vous s’empressent de porter le débat au-dessous de la ceinture.


            • Scipion (---.---.39.123) 22 décembre 2005 19:00

              En outre, s’il peut y avoir quelque difficulté à définir si tel ou tel a mérité d’être Français, il est très aisé de définir qui ne le mérite pas, en fonction de ses actes passés et/ou de son comportement actuel !


            • José Peres Baptista José Peres Baptista 22 décembre 2005 17:28

              Non, comme je l’écris en titre de mon commentaire, le malaise en France ce n’est pas Jean-Marie Le Pen.

              On ne peut pas réduire les électeurs du Front National ni au parti ni à son chef. D’autre part il est l’un des rares hommes politiques de la scène politique française à s’être hissé au deuxième tour d’une élection présidentielle et le dénigrement systématique de sa représentation est un dénigrement même de la République. Nous sommes dans un système qui exclut volontairement plus de 30% de l’électorat français (les deux extrêmes) de représentation nationale. C’est là que réside le scandale Jean-Marie Le Pen.

              Avant de conclure, je tiens à préciser que je ne suis électeur d’aucun de ces partis. Mais cette attitude qui consiste à systématiquement jeter des excommunications sans débattre avec eux ne conduit qu’à renforcer leur électorat parce que le peuple français, ne se sentant pas représenté, finit par se dire qu’il est comme Jean-Marie Le Pen, un exclu de la politique.

              Sa stratégie est toujours la même depuis bien longtemps : « Vous voyez ce qui se passe ? Nous vous avions prévenus. Et bien nous n’y sommes pour rien puisque nous sommes exclus du champ politique national. » Qu’ils aient pu faire mieux s’ils ne l’avaient pas été apparaît justement comme une simple interrogation. Et la question que se posent les Français est la suivante : pourrait-ce être pire qu’avec ceux que nous avons actuellement ? Devinez la réponse de 30 % d’entre eux. Ces 30% vont continuer de croître tant que l’enfermement continuera...


              • JanOks (---.---.254.173) 22 décembre 2005 20:48

                Juste une petite note pour rajouter La grande Porte et son effacement de certains peuples du coté de l’Albanie et de l’Arménie. Cf : Ismail Kadare La niche de la honte (entre autres). Je pense que la liste est encore plus longue.


                • (---.---.236.126) 22 décembre 2005 21:01

                  et mitterand qui etait-il ? bousquet, la francisque, les tortures en algerie et bien d’autre choses !


                  • BB (---.---.92.7) 22 décembre 2005 22:02

                    Pour répondre à la question je dirais bien :

                    Vieux con.

                    Non ?


                    • BB (---.---.92.7) 22 décembre 2005 22:08

                      En fait et finalement il me semble qu’il est tout à fait indispensable de ne pas parler de ce type insignifiant et sans interet !

                      Non ?


                      • BB (---.---.92.7) 22 décembre 2005 22:19

                        Et le petit Nicolas ? Il a un bel avenir ?

                        Non ?

                        Comme remplaçant...


                      • Emile Red (---.---.77.239) 23 décembre 2005 09:35

                        José Peres Baptista...

                        Il n’est pas question ici de jeter le discrédit sur les gens qui votent aux extrèmes, mais bien de montrer que le sieur Le Pen est un fantoche s’appuyant sur une histoire manipulée (four crématoire et autres joyeusetés), sur les peurs qu’il crée de toute pièce et sur une idéologie qui a montré son horreur.

                        Ce qui est domageable c’est que des gens dont l’honetteté intellectuelle semble douteuse, puissent défendre, ongle et bec, un tel énergumène, à croire que leurs intérêts sont en jeu.

                        Le discour fallacieux de ces gens n’ont de cesse d’utiliser des moyens réthoriques ou physiques que le principe démocratique de notre pays réprouve.

                        Ce n’est que par les coups d’esclandre, les propos injurieux et la fantasmagorie que Le Pen est arrivé à s’insinuer dans les médias qui ne sont pas étrangers à la montée de la propagande FN.

                        Et de Jt en émissions spéciales Le Pen a endossé un costume de leader (presque honorable) alors que son discour n’est pavé que de lieux communs, de fadaises et de provocations.

                        Il n’est pas étonnant qu’utilisant les méthodes de son dieu et maître il n’en arrive pas à des résultats équivalents, seule la puissance de l’opposition l’empèche encore de parvenir à ses desseins peu recommandables.

                        Voilà pourquoi il est préférable de dénoncer cet homme dangereux que de tenter de le passer sous silence.


                        • José Peres Baptista José Peres Baptista 23 décembre 2005 09:59

                          Émile,

                          J’ai bien écrit que mon commentaire ne portait pas sur le personnage de Jean-Marie Le Pen mais sur le fait que ses électeurs ne soient pas représentés. Tant que la représentation politique isole et ostracise des électeurs en se décrochant d’autant plus de la réalité quotidienne, donc d’un nombre encore plus grand d’électeurs, ces derniers ne pourront que se réfugier chez les extrêmes.

                          Pour ma part, je reste persuadé qu’il n’aurait pas fallu isoler le FN mais lui donner la place qu’électoralement il mérite. Et là, le peuple aurait pu constater l’inanité de leurs propositions ou pas. C’est comme cela que je conçois la démocratie.

                          PS : mon prénom est José, l’identification est automatique pour les rédacteurs sur AgoraVox, vous n’êtes donc pas obligé de vous embêter à reprendre mon nom en entier. smiley


                          • Alex (---.---.174.186) 23 décembre 2005 11:28

                            Je n’ai jamais commis aucun crime, aucun délit (euh si je crois que j’ai déjà volé une plaquette de chocolat au supermarché du coin quand j’étais ado...). Je n’ai enfreint aucune loi française. Je n’ai jamais été condamné. Je suis né en France de parents français. Je mérite donc d’être français ? Le Pen lui, a déjà été condamné à plusieurs reprises pour injures, coups et blessures, etc... Il faudrait lui retirer sa nationalité française et lui donner une nouvelle nationalité : celle des bandits.

                            Vous remarquerez, en outre, que la plupart des internautes activistes d’extrême-droite prennent comme pseudonyme des noms d’empereurs ou de personnalités de l’antiquité romaine. Qu’est-ce ? Une nostalgie ? L’impérialisme, la supériorité blanche sur l’esclave noir, la torture, ça vous manque à ce point ?


                            • Scipion (---.---.155.220) 23 décembre 2005 12:18

                              « Je n’ai jamais commis aucun crime, aucun délit (...). Je n’ai enfreint aucune loi française. Je n’ai jamais été condamné. Je suis né en France de parents français. Je mérite donc d’être français ? Le Pen lui, a déjà été condamné à plusieurs reprises... »

                              Avant toute chose, Le Pen a mérité d’être Français en risquant sa peau pour la France. En Algérie et lors de l’expédition de Suez, notamment. Ca le dispense pratiquement de toute autre démonstration.

                              Quant à vous, ce n’est pas parce que vous n’avez pas été un petit voyou enfant, que ça vous vaut quelque droit que ce soit.

                              Parce que si, aujourd’hui, vous êtes un branleur à la charge de la communauté, qui vous entretient, cela signifie que vous ne faites rien pour mériter d’être Français. Et je ne parle pas de vos croyances politiques...

                              Vous voyez ?

                              « Vous remarquerez, en outre, que la plupart des internautes activistes d’extrême-droite prennent comme pseudonyme des noms d’empereurs ou de personnalités de l’antiquité romaine. »

                              Qu’est-ce que vous êtes observateur, vous, dites donc...

                              « Qu’est-ce ? Une nostalgie ? L’impérialisme, la supériorité blanche sur l’esclave noir, la torture, ça vous manque à ce point ? »

                              J’aime bien Scipion, parce qu’il a repoussé l’immigration... carthaginoise. Un petit hommage en passant ne porte préjudice à personne...

                              Et, en ce qui vous concerne, le diminutif d’Alexandre, ça correspond à quoi ?


                            • José Peres Baptista José Peres Baptista 23 décembre 2005 12:39

                              Scipion,

                              « Un branleur à la charge de la communauté qui vous entretient... » : j’aimerais que vous m’expliquiez ce que vous entendez par là.


                              • Scipion (---.---.155.220) 23 décembre 2005 17:50

                                Ce que j’entends par là, c’est que si Alex est un feignant qui a trouvé un tube pour se faire entretenir par l’argent des contribuables, il ne fait rien pour mériter d’être Français.

                                Pas plus, pas moins...

                                Je serais quand même curieux de savoir, ce que vous, vous aviez compris...


                              • Emile Red (---.---.77.239) 23 décembre 2005 12:45

                                L’art de réécrire l’histoire :

                                « J’aime bien Scipion, parce qu’il a repoussé l’immigration... carthaginoise »


                                • Scipion (---.---.155.220) 23 décembre 2005 17:57

                                  Deuxième degré, Emile Red, deuxième degré...

                                  C’est que je trouvais plus amusant de le formuler comme ça, sous une forme anachronique. Pas vous, on dirait... smiley)

                                  Et, comme vous me paraissez particulièrement coincé, je vais vous le redire avec les mots du dictionnaire : « Consul en 205 (av. J.-C.), il débarqua en Afrique et, par sa victoire de Zama (202) sur Hannibal, il mit fin à la deuxième guerre punique. »

                                  Ca va mieux comme ça, DuPion ?


                                • Leonard (---.---.36.15) 23 décembre 2005 12:55

                                  Le coran est plus xenophobe que meinkampf et pourtant ce n’est pas un livre interdit. On peut qualifie le Pen de tout les maux, il n’empeche que c’est pour l’instant le gouvernement qui agit a sa place, malheureusement dans le mauvais sens : Discrimination positive : Preference aux etranges (d’origine magrebine) Halde : prececution des opinions libres et control d’expression. Testing : methode de gestapo ou kgb pour reprimer les actes non conformes a l’interet du grouvnement. Qui est le plus nazi, celui qui applique le manuel ou celui qui en parle ? Le coran est l’apologie de la xenophobie, du racisme, de l’esclavagisme et moteur de 90% des conflit dans le monde. Que fait on en france (ou en europe) ? On en fait sa promotion : creation du culte musulman de france et ses associations. Construction de mosquees un peu partout aux frais du contribuable, reverence apres le ramadan par nos elus (loi 1905) ... Un mosquee recois un coktail molotov et la fanfare politico-mediatique nous repasse ses couplets gagnant. Si c’est un eglise on en entend pas parler bien sur faut pas est raciste. Ca me rend malade.


                                  • Emile Red (---.---.77.239) 23 décembre 2005 13:05

                                    Quelle tas de conneries....

                                    Tu as lu le Coran ???

                                    Si oui tu n’as rien du y comprendre, quant à prendre le torchon nazi comme comparatif, bonjour la culture orientée...

                                    Comment vouloir faire passer son racisme en 10 leçons par Léonard qui rime avec le c....


                                  • Stéphane (---.---.29.193) 23 décembre 2005 15:41

                                    Pour complémenter ton argumentaire et le rendre encore un peu plus vénimeux je te conseille de faire un tour sur le site de Coranix. Je suis certain que tu y trouveras quelques munitions !


                                  • Leonard (---.---.36.15) 23 décembre 2005 13:35

                                    Je ne vais pas recopier le coran, donc ceci en exemple :

                                    Sourate 9. V29 : Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humilies.

                                    Sourate 9. V30 : Les Juifs disent : « Uzayr est fils d’Allah » et les Chrétiens disent : « Le Christ est fils d’Allah ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ?

                                    Sourate 9. V33 : C’est Lui qui a envoyé Son messager avec la bonne direction et la religion de la vérité, afin qu’elle triomphe sur toute autre religion, quelque répulsion qu’en aient les associateurs.

                                    Sourate 9. V23 : Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas pour alliés, vos pères et vos frères s’ils préfèrent la mécréance à la foi. Et quiconque parmi vous les prend pour alliés... ceux-là sont les injustes.

                                    Effectivement ce n’est pas correcte de parler de la religion de paix et d’amour, celle promue par nos elites. En plus, comme je ne suis pas musulman, je ne peux comprendre le sens profond du coran.


                                    • (---.---.252.195) 23 décembre 2005 21:19

                                      Et des épisodes de la bible tu veux que l’on en cité ?

                                      De la part d’un athée : j’ai lu la bible, je chercher dieu, je n’ai trouver que meurte, viol et violence


                                    • José Peres Baptista José Peres Baptista 23 décembre 2005 18:03

                                      Scipion,

                                      Je n’avais rien imaginé mais lorsque l’on est dans ma situation (chômeur) il arrive un peu trop souvent d’entendre ce genre de réflexions et de généralisations à mauvais escient. Les idées reçues sont très facilement exploitées à des fins qui me laissent perplexes comme, par exemple, que les chômeurs sont des faineants, qu’ils ne font rien pour travailler, etc. On entend même ce genre de réflexions dans l’hémicyle (Auclair, député UMP). Je vous ai donc posé la question parce que si tel était le sens de votre phrase, je me serais senti personnellement obligé de contrevenir à de telles idées reçues.


                                      • Scipion (---.---.155.220) 23 décembre 2005 19:08

                                        Soyez rassuré. D’ailleurs, j’ignorais que vous êtes chômeur et je n’ai jamais pensé que tous les chômeurs sont des feignants.

                                        Je pensais plutôt à des gens qui se découvrent des taux d’invalidité plus ou moins fantaisistes et, en tout cas, sans rapport avec leurs réelles capacités physiques.

                                        Vous n’aviez donc aucune raison de vous sentir visé... Désolé si tel a été le cas.


                                      • José Peres Baptista José Peres Baptista 23 décembre 2005 20:31

                                        Scipion,

                                        Comme je l’ai écrit je demandais des précisions sans imaginer que vous m’aviez visé, vous n’avez donc pas à être désolé. Cependant il faut avouer que la susceptibilité des chômeurs est de plus en plus souvent mise à rude épreuve (mais là n’est pas le sujet de cet article)...


                                        • Scipion (---.---.63.91) 25 décembre 2005 10:25

                                          José,

                                          Dans une intervention du 22 décembre, vous dénonciez le « scandale Jean-Marie Le Pen », en l’occurrence l’absence de représentation nationale pour un parti qui rassemble les voix de cinq millions d’électeurs. Je n’ai pas la fibre suffisamment démocrate pour m’en offusquer. Je considère que c’est de bonne guerre. Du moment qu’on peut éliminer un adversaire sans susciter l’indignation de l’opinion publique, on aurait tort de s’en priver.

                                          En revanche, je pense que cet ostracisme est une faute, une faute politique majeure, dont il faudra un jour, payer le prix.

                                          Selon le dernier sondage réalisé pour la Commission consultative des droits de l’homme, la proportion de Français osant s’avouer raciste a passé de 1 sur 4 à 1 sur 3 entre 2004 et 2005. Si vous ajoutez à cela, ceux qui sont racistes sans en avoir conscience et ceux qui ont eu peur de dire ce qu’ils pensaient, vous atteignez au moins ces 56 % de Français qui estiment qu’il y a trop d’étrangers en France.

                                          Que les demeurés de la Ligue des droits de l’homme et les ravis de l’Obsmondération, ne comprennent pas que plus il y a d’étrangers, plus il y a rejet des étrangers est dans l’ordre des choses, mais que cette majorité de Français ne soit pas entendue par les politiciens est lourd de menaces pour l’avenir.

                                          Le petit Sarkozy adresse un certain nombre de clins d’oeil à ces Français-là, mais je pense qu’on lui accorde beaucoup plus d’intentions concrètes qu’il n’en nourrit effectivement. Ses propos ambigüs sur la double peine sont symptômatique de l’ambiguïté du personnage, puisque la double peine est définitivement justifiée par le fait que le délinquant étranger viole, à la fois, le Code pénal et les lois de l’hospitalité.

                                          Que le matamore de Neuilly ait cru devoir donner des gages à la coterie progressiste en déclarant : “La réforme de la double peine a procédé de la même conviction : à chaque délit, à chaque crime, il doit y avoir une réponse pénale ferme. Mais celle-ci ne peut varier selon que l’on est, sur sa carte d’identité, français ou non. Lorsqu’il a passé toute son enfance en France ou qu’il y a fondé une famille, le second n’a pas à subir une seconde sanction en étant expulsé dans on pays de nationalité et coupé de sa famille“, n’est pas encourageant, dans la mesure où la vertu première de la sanction n’est pas de punir l’acte, mais de dissuader de comettre l’acte...

                                          La suppression de la double peine représente donc d’abord un affaiblissement considérable de l’arsenal de la dissuasion, et on voit déjà se pointer les cocus du sarkozysme qui seront certainement moins accomodants que les cocus du mitterrandisme et du chiraquisme.


                                          • José Peres Baptista José Peres Baptista 25 décembre 2005 21:54

                                            Scipion,

                                            J’apprécie votre commentaire dans le sens où il est argumenté.

                                            Mais j’ai commis un article, qui en son temps a été refusé par AgoraVox, et était intitulé « Nicolas Sarkozy : glissement sémantique contrôlé ».

                                            Je transmets le lien en bas de commentaire. Je n’ai rien à ajouter quant aux attaques envers la République.


                                          • Scipion (---.---.129.4) 26 décembre 2005 06:50

                                            José,

                                            Pour ma part, je pense que vous accordez beaucoup trop d’importance aux mots et aux concepts, abstraits, qu’ils véhiculent. La liberté et l’égalité désignent des idéaux vides de sens, et contradictoires.

                                            Quant à la fraternité, on a l’a vue à l’oeuvre lors de la canicule de l’été 2003, lorsque 15’000 vieux sont morts dans l’indifférence générale.

                                            Et tout ça ne nous dit pas comment répondre à ceux, à tous ceux, qui rejettent le visage pluriethnique et multiculturel de la France, tel qu’il se dessine depuis une vingtaine d’années.


                                          • GS (---.---.172.236) 25 décembre 2005 19:15

                                            Monsieur Scipion semble bien excité. Est-ce ici un lieu où des citoyens respectueux débattent de sujets importants, ou un ring où l’on se jette des insultes futiles et sans fondement ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès