Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Désormais c’est clair : seul le Front de Gauche peut battre la (...)

Désormais c’est clair : seul le Front de Gauche peut battre la droite

Depuis le 7 janvier 2013 nous connaissons enfin le vrai visage du Parti Socialiste. Cahuzac, désigné porte parole du gouvernement en ce début d’année, a tombé le masque. François Hollande, Jean-Marc Ayrault et son gouvernement n’ont rien contre le capital, gouvernent en fonction des exigences des marchés, de la BCE et du Medef. Nous avons également appris qu’ils n’ont jamais cru dans la lutte des classes. Si Jean-Luc Mélenchon avait été opposé, ce soir là, à un représentant UMP, il aurait entendu exactement les mêmes arguments pour justifier la politique d’austérité qui s’abat sur le monde du travail, absolument les mêmes. Dès lors, la question qui se pose avec une incroyable acuité depuis ce début d’année 2013 est simple, mais redoutable. Qui sera le mieux placé pour battre la droite et l’extrême droite, pas uniquement en 2017, mais dès 2014, année des élections municipales et européennes ? Voter pour le Parti socialiste, reviendrait, pour les électeurs désireux d’un changement, à choisir la continuité des politiques menées sous Fillon. Là encore, nous ne faisons que répercuter les propos du ministre du budget actuel, désormais libéral et totalement assumé. Alors pour battre la droite et obtenir enfin le changement attendu, le choix du Front de Gauche sera le seul possible.

Les politiques d’austérité et d’aliénation aux marchés conduisent les collectivités locales à l’étranglement. Comme toujours en pareille situation, les premiers à payer la facture sont les villes pauvres, les départements les moins riches. Regardons, par exemple, la situation dans un département comme la Seine Saint Denis. Parce que le département n’est pas certain du tout de pouvoir présenter en 2013 un budget à l’équilibre, il est obligé de tailler dans les dépenses de l’école, pourtant une priorité annoncée par le candidat Hollande, et la hache qui plus est. Le tarif de la restauration scolaire dans les collèges restera stable pour 30% des ménages qui ont des revenus qui les placent en dessous du seuil de pauvreté. Donc il ne baissera même pas pour eux en ce temps de crise majeur. Il augmentera de pratiquement un euro par repas et par enfant pour les ménages à revenus moyens, ce qui représentent environ 50% des familles du département. Livrons-nous à un petit calcul simple. Une famille qui vit péniblement avec 2000 euros par mois et qui a deux enfants verra sa dépense de cantine augmenter de 40 euros, rien que ça. Mais le drame de la règle d’or consiste, en réalité, à devoir payer la privatisation des budgets des états car les états n’ont d’autre choix que d’emprunter sur les marchés privées à des taux élevés plutôt que de pouvoir emprunter aux banques centrales à taux zéro. Ce n’est pas nous, A gauche pour de vrai ! qui le disons, mais Michel Rocard en personne, pas plus tard que le 22 décembre dernier, à la 13ème minute pour être précis si vous cliquez ici. Cette règle d’or et ses conséquences conduisent à présent le département de la Seine Saint Denis à baisser les dotations allouées aux collèges de 5%. Même sous Sarkozy, on ne voyait pas ça !

Sur la question de l’Europe, voter socialiste reviendrait à voter UMP. Avons-nous besoin de le démontrer plus avant ? Faisons tout de même l’effort, ne soyons pas économe d’une petite énumération qui nous serait imposée par une règle d’or qui limiterait le nombre de mots de ce petit billet :

  • En 2005, pratiquement tout l’appareil socialiste fait campagne pour que la France adopte, par référendum, le traité de constitution européenne rédigée par un certain Giscard, excusez du peu. Un traité qui devait inscrire, dans le marbre d’une constitution, des principes économiques, une première dans l’histoire de l’écriture de textes constitutionnelles : concurrence libre et non faussé, primauté du capitalisme sur tout autre modèle économique, etc, etc, etc…Déjà, quelques irréductibles défenseurs de la lutte des classes rentraient en résistance, avec à leur tête un certain Jean-Luc Mélenchon.
  • En 2008 arrive le traité de Lisbonne. Un traité qui fait passer le TCE refoulé à la porte, par la fenêtre. Les socialistes libéraux qui gouvernent aujourd’hui le pays sont pour, Ayrault en tête ! Ils s’opposent simplement à sa modalité de ratification, ils veulent un référendum.
  • En 2012, Ayrault est premier ministre, il a remplacé Fillon qui l’était au moment du traité de Lisbonne. Alors, 95% des députés socialistes voteront le TSCG, 100% la règle d’or, sans référendum, aucun. Sans doute l’effet Matignon…

Désormais, sur l’Europe, le PS et l’UMP sont en phase, non seulement sur le fond, mais aussi sur la forme.

La révision du mode de calcul de la dette, c’est maintenant. Car c’est dans les années 70 que l’on décide de calculer la dette des états non plus sur la durée d’échéance du remboursement des emprunts, mais sur une année. Comme par hasard, il s’agit exactement de la période où l’on privatise la dette des états ! Pour expliquer les conséquences du changement de ce mode de calcul il faut rentrer dans une petite démonstration arithmétique. Accrochez vous, vous allez voir, c’est très instructif. L’échéance de la dette d’un pays comme la France est d’environ 7 ans. Lorsqu’un ménage emprunte, pour acheter son logement par exemple, on divise le montant total de la somme empruntée, c’est à dire de la dette contractée, par le nombre d’années qu’il faudra à son remboursement. Ainsi, 100 000 Euros empruntés sur 20 ans donnent 5000 euros de dettes par an. Puis on compare ces 5000 euros aux revenus annuels du ménage. En général cela donne des taux d’endettement inférieurs à 30%, sinon le prêt est refusé. Pour les états, on décide de ne plus considérer la durée du remboursement. Alors que si on appliquait la règle de calcul d’endettement classique et logique en tenant compte de l’échéance, les 1800 milliards de dettes françaises devraient être divisées par 7 ! La dette serait alors de 250 milliards environ. Ramenée aux 2000 milliards de revenus produits chaque année, le niveau d’endettement ne serait plus que de 12,5% du PIB. Incroyable non ?

L’audit de la dette ce doit être maintenant. Car toutes les dépenses ne sont pas équivalentes. Donc tous les emprunts pour les financer ne peuvent pas être agglomérés. Ainsi les emprunts qui servent à investir produiront des revenus à un moment où à un autre. Ils ne sont donc pas des dettes, mais des revenus différés. Ensuite, il est indispensable de mettre en face d’une dette le patrimoine qui permet de la compenser en totalité ou en parti. Lorsqu’un ménage, toujours lui, emprunte pour l’acquisition de son logement, il mentionne les biens qu’il détient afin de les intégrer dans le calcul du ratio de sa dette. Et s’il a du bien, cela fait diminuer son ratio d’endettement. Jusqu’à preuve du contraire, un pays comme la France détient du patrimoine, des immeubles, des infrastructures et autres richesses. Pourtant, ce patrimoine n’est pas intégré dans le calcul du ratio de la dette. Telle qu’elle est aujourd’hui calculée, la dette de la France est largement sur évaluée. Ceci afin de mettre la pression sur l’état et l’obliger à privatiser… le patrimoine !

Le Front de Gauche unie est la seule alternative à la droite. Si nous étions dans une démonstration rhétorique nous nous contenterions de dire que PS et UMP c’est pareil et que le seul vote de gauche c’est le Front de Gauche. Mais A gauche pour de vrai ! il n’est pas question de tomber dans cette facilité. Car, en réalité, sur certaines questions, il existe encore des différences entre le PS et l’UMP. Il s’agît des questions sociétales, comme le mariage pour tous par exemple. Mais à l’heure du choix politique, c’est à dire électoral, face à la validation qu’opère le gouvernement Hollande/Ayrault de toutes les thèses économiques et sociales de la droite UMP, les électeurs seront nombreux à se détourner du PS, comme ce fût le cas en Grèce, en Espagne, en Italie, en Angleterre…Le Front de Gauche a donc l’obligation d’avancer uni, dès les élections municipales et européennes de 2014, pour affirmer de manière crédible et cohérente que l’alternative à gauche face à la droite, c’est lui. Les électeurs ne comprendraient pas le moins du monde les petits accords entre amis, histoire de sauver quelques adjoints ou conseillers dans les mairies, entre certaines formations politiques du Front de Gauche et le PS. Le prix de ces petits accords serait à payer cash dès les européennes, et beaucoup s’en souviendraient en 2017.

Mais lorsque l’on voit, A gauche pour de vrai !, les voeux que le parti communiste a formulé pour cette année 2013, on est incroyablement optimiste. Jamais les formations politiques qui constituent le Front de Gauche n’auront été aussi proches dans l’analyse de la politique conduite aujourd’hui dans le pays. Quant au désir des forces du Front de Gauche de battre la droite pour changer la vie des gens et renverser en faveur des plus précaires le rapport de force de la lutte des classes, il est tel que l’on peut affirmer sans crainte que seul le Front de Gauche peut, désormais, battre la droite et l’extrême droite.

Sydne93


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Pierre-Yves Martin 11 janvier 2013 16:25

    Bonjour,

    Restent toujours les mêmes problèmes mortifères à gauche :

    • Au sein de l’U.E., et a fortiori de la zone Euro, on ne peut faire qu’une politique de droite. Or, pour des raisons électorales, et aussi par conservatisme, le PCF et le PG ne veulent même pas envisager de quitter l’Euro, l’U.E., l’OTAN, etc.

    • Le Front de Gauche n’a rien d’un mouvement populaire. Le PCF n’est plus qu’un parti d’élus locaux et d’entourage d’élus locaux, le PG est un club sectaire et la Fase un ectoplasme ; quant aux groupuscules ex-chevènementistes ou plus ou moins trotskystes, ils n’existent pas. Il est d’ailleurs symptomatique que le PCF aie refusé catégoriquement tout adhésion individuelles au Front de gauche. Non pas d’ailleurs que cela aurait changé grand’chose.

    Désolé, mais je ne partage pas votre optimisme...


    • wesson wesson 11 janvier 2013 18:35

      Bonjour Pierre-Yves,


      « [...] le PG ne veulent même pas envisager de quitter l’Euro, l’U.E., l’OTAN »

      JLM a plusieurs fois indiqué dans des discours et des conférences que nous quitterions l’OTAN - et aussi toutes les structures qui ne lui semblent pas internationalement légitimes.

      Quitter l’Euro pour une monnaie fonctionnant exactement de la même manière ne servirait strictement à rien, et pour l’UE, c’est un pool de traités dont le FdG a toujours dit qu’il fallait les renégocier - en laissant tomber maastricht. techniquement, c’est équivalent.à une sortie de l’UE telle qu’elle se fait aujourd’hui

      « Le Front de Gauche n’a rien d’un mouvement populaire »

      Au contraire, il n’est que cela justement.

      Au final, votre réaction c’est l’habituel procès d’intention. « Voici ce que le FdG voudrait (ne pas) faire en contradiction avec son discours ». 

      En ce qui me concerne, je regarde ce que le gouvernement actuel fait - en accord avec son discours et son porte parole Cahuzac. Et ça me plait nettement moins.

    • Pierre-Yves Martin 11 janvier 2013 19:46

      Bonjour Mr Wesson (?)

      OK pour l’OTAN, encore que cela soit beaucoup moins clair que vous ne le dites.Je m’étais d’ailleurs rendu compte que ma rédaction était trop rapide.

      Les procès d’intention, c’est vous et vos amis qui les font chaque fois qu’on vous critique (sans compter les rafales de « moinsses »).

      Où avez-vous vu que qui que ce soit veuille remplacer l’Euro par une monnaie « fonctionnant exactement de la même manière » ? Invention et procès d’intention caractérisé.

      Renégocier les traités de l’U.E. : il faudrait que les autres, et toutes les institutions, soient d’accord . Totalement irréaliste ! D’ailleurs, c’est ce que Mr Hollande avait promis... Par contre, gare au « mur d’argent » si vous vous lanciez dans des demies-mesures ! Il faudrait au contraire agir vite et fort, sans tergiverser.

      Sur l’U.E., le PG a des positions en demie-teintes et variables. Le PCF, dominant dans le FDG, a lui des positions très claires, mais mauvaises.

      Pour « populaire » ou pas, je me suis suffisamment expliqué.


    • wesson wesson 12 janvier 2013 01:39

      « OK pour l’OTAN, encore que cela soit beaucoup moins clair que vous ne le dites. »


      au contraire, c’est très clairement expliqué dans conférence sur le sujet donnée par JLM au cercle républicain, sur la stratégie de défense de la France. Et c’est sans aucune équivoque que Mélenchon préconise notre sortie de l’Otan.

      « Renégocier les traités de l’U.E. : il faudrait que les autres, et toutes les institutions, soient d’accord  »

      rien du tout de cela. Ce que le peuple à décider, seul le peuple peut décider du contraire. 
      Par conséquent, tout ce qui a été décidé concernant l’Europe depuis 2005 devra être remis en cause, par le peuple - c’est à dire par voie référendaire. De cette manière, ce qui restera des accords Européens aura une parfaite légitimité populaire.

      Et je me rappelle d’une incise de Mélenchon lors de la campagne électorale : 

      « Si vous m’élisez, vous passerez votre temps à voter lors de mon mandat. »

      Votre truc, c’est TINA (There Is No Alternative). Permettez moi de penser que TINA, c’est juste un manque d’imagination.

    • Pierre-Yves Martin 12 janvier 2013 03:02

      Sur l’U.E, je serais en partie d’accord avec ce que vous écrivez ici, avec beaucoup de compléments et de réserves.

      L’ennui, c’est que c’est en parfaite contradiction avec le programme « L’humain d’abord ».

      Laissez-moi vous rafraîchir un peu la mémoire. Lors de la préparation de ce programme, le PG avait fait un travail assez intense, qui avait abouti a un document de plusieurs pages sur le sujet. Je crois d’ailleurs qu’il était assez éloigné que ce que vous écrivez maintenant. On n’a rien retrouvé de ce travail dans le document final, sauf un seul passage où on parle de « désobéissance » au sujet de l’U.E. Plus tard, lors d’une certaine réunion, le patron du PCF a été très étonné de découvrir ce passage : celui-ci avait échappé à leur vigilante censure.

      Quant à votre conclusion, elle est agressive et méprisante dans la forme, comme cela semble être l’habitude de vos partisans sur ce site.

      Mais ce qui importe, c’est le fond. Je reproche justement au PG de se borner à des déclarations vagues et fluctuantes, sans que l’on perçoive où est l’alternative. Je souhaite précisément qu’il y aie une véritable alternative par rapport à la politique actuelle. C’est ce que vous esquivez : un engagement, comme axe central de la politique du FdG, de tout faire pour sortir de l’U.E, et ceci en indiquant la stratégie pour y parvenir. Celle-ci devrait bien entendu comporter un referendum, qui devrait d’ailleurs avoir valeur constitutionnelle. Mais le volet institutionnel est loin d’être le seul.

      Il est vrai qu’il n’y a pas de parti de gauche d’importance significative qui aie une position voisine de celle que j’exprime ici. Le POI, le M’PEP et quelques autres groupuscules n’en sont pas très loin, mais ils sont marginaux ou minimes. Par contre, je suis sûr qu’il y a une attente de plus en plus forte chez beaucoup de citoyens qui se considèrent comme de gauche. Le fait que vous déceviez cette attente ne signifie pas que l’alternance n’existera pas. Vous y viendrez ou vous resterez au bord de la route...

      Pour le reste, Mr Mélenchon parle beaucoup. Vous trouverez toujours un passage à citer qui aille plutôt dans tel ou tel sens. Ce qui prime, ce sont les engagements écrits des partis membres du FdG


    • wesson wesson 12 janvier 2013 03:42
      « Je reproche justement au PG de se borner à des déclarations vagues et fluctuantes »

      ce qui montre bien à mon sens le peu de connaissance que vous avez de ce nouveau parti (faut-il rappeler qu’il est très jeune). Pour ma part, et sur toute l’histoire du PG, la doctrine est parfaitement définie, et reste toujours la même. Le document dont je vous ai fourni le lien est une conférence qui a eu lieu en Mars 2012, si vous la comparez avec le débat de cette semaine sur France 2, le propos est resté exactement le même.


      « Quant à votre conclusion, elle est agressive et méprisante dans la forme, comme cela semble être l’habitude de vos partisans sur ce site. »

      Je n’ai fait que me placer au niveau de votre première intervention. Pour mémoire

      « Le Front de Gauche n’a rien d’un mouvement populaire. Le PCF n’est plus qu’un parti d’élus locaux [...] le PG est un club sectaire et la Fase un ectoplasme ; quant aux groupuscules ex-chevènementistes ou plus ou moins trotskystes, ils n’existent pas. »

      sectaire, ectoplasme, groupuscule, trotskystes ... n’en jetez plus la cours est pleine !

      « Vous trouverez toujours un passage à citer qui aille plutôt dans tel ou tel sens »

      Ce qui vous emmerde, c’est que vous vous êtes totalement planté sur l’Otan, ce qui montre bien que vous glosez sur un sujet sur lequel vous ne savez rien. 

      Et pendant que vous vous cantonnez à donner doctement vos vagues impressions sans l’appui d’aucune référence et tout en insultant les sympathisant du FdG, moi je parle de ce que je connais, en donnant des liens à l’appui.

      Et à ce propos, laissez moi vous dire que en matière de retournement de veste, de déclarations vagues et fluctuantes, la PME Le Pen est probablement un modèle indépassable. Pourtant aujourd’hui, elle fait semblant d’être parfaitement sur la ligne d’un retrait de l’UE et d’une sortie de l’Euro (encore que sortie de l’Euro, vu que ça ne s’est pas révélé très porteur, ça a presque disparu du programme FN). Si c’est eux que vous voulez au pouvoir pour sortir de l’Europe, vous vous bercez de douces illusions.

    • Pierre-Yves Martin 12 janvier 2013 10:55

      Je critique les organisations (PG et autres), et c’est normal, mais je suis correct avec mes interlocuteurs.
      Je ne fais pas des allusions mensongères sur leur positionnement politique, à la manière stalinienne, alors que vous, et vous n’êtes pas le premier du PG sur Agoravox, essayez de me présenter comme un sympathisant du FN.
      Accessoirement, j’évite les vulgarités et le franglais.
      Votre parti semble vouloir faire d’Agoravox un de ses rares moyens de contact et de propagande au-delà de ses 12000 adhérents (maximum et probablement en baisse) et quelques milliers de sympathisants. Je crois que vous et quelques autres êtes en train d’atteindre l’objectif exactement inverse : vous aliéner de plus en plus de lecteurs.
      Et votre comportement me confirme dans ma conviction que votre organisation est sectaire.


    • Dolores 12 janvier 2013 12:03

      On veut nous faire croire que les traités sont inscrits dans le marbre, qu’ils ligotent toutes initiative.
      Si les traités étaient si contraignants nous devrions vivre encore avec tous les traités qui ont été signés depuis le début de notre Histoire
      Heureusement ceux-ci ont été abrogés au fil du temps !

      Les politiciens actuels prétendent ne rien pouvoir faire pour en changer un iota, seulement parce que ce qui étrangle le peuple profite grandement à leurs amis et que c’est très bien ainsi.
      S’ils voulaient vraiment y changer quelque chose dans l’intérêt général, il leur faudrait faire preuve d’un peu de courage politique qu’ils n’ont pas.Leur seul courage est de mettre leur propre peuple à genou pour complaire à la finance,aux banques et aux marchands et transformer un peuple souverain en esclave à leur profit.


    • Pierre-Yves Martin 12 janvier 2013 13:10

      PS : Il y a un point sur lequel vous avez raison : je n’ouvre jamais votre bulletin hebdo « A gauche », que vous m’envoyez depuis longtemps, sans que je l’aie jamais demandé.
      On n’envoie pas sa prose à un crypto-FN qui ne comprend rien à rien.
      Vous voulez être une organisation écologiste, alors ne gaspillez pas le papier : dites à vos camardes d’arrêter.
      Vous avez mon identité, car j’écris sous mon vrai nom.


    • taktak 12 janvier 2013 17:33

      @ wesson, l’auteur et plus largement au militant du FdG.

      Les échanges au sujet de cet article le démontrent bien la question du positionnement par rapport à l’UE et l’euro est une question primordiale.
      Depuis des années, la position du FdG est de lutter pour une « autre » europe. En 2005, par exemple il a longtemps été question de renegocier le TCE. Il n’est jamais question de remettre en cause l’UE et l’euro. Pierre Laurent, dirigeant du PC en est à déclarer que l’euro est notre monnaie et qu’il faut la défendre. Dans la manifestation du 30/09 contre le TSCG on voyait des autocollant à J’aime l’europe sociale en rose ....

      Rappelons qu’historiquement pourtant, le PC a toujours été contre la construction européenne, construction qui s’est toujours faite (depuis le traité de Rome, mais même dans sa conception à l’origine par les Schumman&co) dans l’intérêt de la classe dominante contre la classe ouvrière. Et donc si réorientation il doit y avoir, elle doit être en fait radicale et totale. Il ne faudrait pas faire croire que vouloir modifier le statut de la BCE, de la commission, rétablir la souveraineté du peuple ce n’est pas changer dans sa totalité la nature de l’UE. Taper du poing sur la table, même s’agissant de la France risque bien de ne pas suffire.
      Ce n’est que récemment, avec la mutation engagée par Hue et l’alignement sur la social-démocratie consacré par la participation au gvt de la gauche plus rien (avec Mélenchon...) que la ligne politique du PC s’est infléchie vers un illusoire infléchissement de la ligne politique de l’UE.

      Or, chaque jours démontre un peu plus que cette ligne politique de l’UE capitaliste ne dévie jamais. Pas même en cas de désaveu populaire retentissant (2005 sur le TCE par exemple). Pas même lorsqu’un président français nouvellement élu essaie d’arracher au moins un compromis de forme pour ne pas perdre totalement la face. Il suffit de voir le traitement implacable et inhumain infligé aux Grecs.

      Pour que la stratégie du FdG apparaisse réaliste devant le peuple, il faut donc lever la contradiction entre un programme qui emporte l’adhésion populaire et le fait qu’il est totalement inapplicable dans le cadre de l’UE et de l’euro. C’est bien cette contradiction qui a expédié Mélenchon dans les cordes lors du dernier débat face à Cahuzac consacrant le réalisme d’un PS de droite sous pretexte de TINA et d’une gauche généreuse mais irréaliste. C’est bien cette contradiction qui permet au Fn de se présenter comme un défenseur des petits face à un mondialisme qu’il figure de façon xénophobe sous les traits du travailleurs d’origine immigré lui permettant d’épargner la classe capitaliste à laquelle ce parti est totalement dévoué. D’où l’échec relatif en terme de résultat électoraux du combat front contre front

      Un certain nombre à gauche ( le PRCF par exemple mais aussi le MPEP) demandent à ce que le FdG apporte une réponse à cette contradiction et propose une stratégie d’alliance pour un nouveau CNR. Citons par exemple la lettre adressée au citoyen Mélenchon lors de la campagne présidentielle : (réaffirmé par les vœux 2013 du PRCF)

      "Comme d’autres forces politiques progressistes, nous pensons au contraire que l’UE est intrinsèquement une construction du capital, que l’Euro est l’axe structurant de cette politique de guerre au monde du travail et aux nations constituées. Nous jugeons donc impossible une orientation progressiste de l’UE : on ne transforme pas un crocodile en doux végétarien. Rappelons que 80% de la classe ouvrière, selon les derniers sondages, partage notre constat et plus largement les couches populaires de façon majoritaire.

      Bien entendu il ne s’agit pas simplement de constater la divergence mais d’étudier la manière de la surmonter de façon dynamique, dans une perspective qui nous serait éventuellement commune, et cela dans une situation où notre pays vit sa crise existentielle la plus grave depuis 1940, ce qui appelle à des efforts unitaires de tous les patriotes progressistes. Et cela d’autant plus qu’il serait gravissime d’abandonner au FN le combat contre l’euro : ce combat, à la fois national et social, fut en effet au cœur de la campagne du PCF de G. Marchais et de la CGT d’Henri Krasucki pour le « non » à Maastricht, qui impliquait le « non » à la monnaie unique.

      C’est pourquoi nous souhaitons vous interpeller sur une question cruciale.

      Si une fois élu président, vous constatiez, - ce qui nous parait inéluctable au vu des rapports des forces en Europe et en Allemagne -, que vos propositions pour transformer l’UE se heurtent au refus des autres gouvernements de l’UE (menaces et sanctions financières à l’appui),

      quelle serait votre attitude ?

      Vous soumettre en attendant des jours meilleurs comme l’a fait Jospin en 1997 ? Ou bien vous battre frontalement pour dégager notre pays de l’étau qui paralyse toute alternative progressiste, y compris jusqu’à la sortie unilatérale de l’euro et à la rupture totale avec l’Europe supranationale du grand capital ? Le vote de millions de citoyens dépend en réalité de la levée de toute ambiguïté sur cette question."

      Cette lettre était resté malheureusement sans réponse. Et la campagne du FdG n’a pas pu convaincre les masses populaire du réalisme de ses propositions faute d’apporter une réponse à la façon de sortir du TINA imposé par l’europe des marchés. L’illusion du vote utile à donc pu jouer à plein, et le FN jouer son rôle dans le cirque médiatique de protection du capitalisme en convertissant l’aspiration populaire à la souveraineté de la nation , à voir reculer les puissances de l’argent en une immonde et autodestructrice xénophobie.

      Il est urgent que le FdG et ses partis constituants y apporte une réponse. Les échanges que j’ai pu avoir avec certains militants du FdG et en particulier du PG me laisse penser que cette question fait l’objet d’un débat actif et que bien des militants ont conscience du problème. J’espère qu’il sauront voir que la solution est dialectique, c’est à dire d’allier le drapeau rouge du progrès à celui bleu blanc rouge de 1793 de la souveraineté du peuple. (petite anecdote, sachons nous souvenir que l’internationale a originellement été écrite sur l’air de la marseillaise)
      A cette condition, le FdG pourrait effectivement l’emporter en France. Et de cette victoire, et de la sortie de cette UE et de cet euro, il serait possible de construire un véritable projet internationaliste visant non pas au renforcement de la concurrence entre les peuples et de l’exploitation capitaliste mais à la solidarité et au progrès de l’humanité


    • wesson wesson 12 janvier 2013 18:34

      bonjour taktak, et les autres.


      est ce que le PG, le FdG sont des parti parfait ? Bien entendu que non. Certains points de la doctrine sont bien définis, d’autres beaucoup moins. Mais dans le cas présent, il s’agit de faire le tri dans une offre existante. Et c’est cela qui me fait préférer le FdG à toute autre formation. 

      Par exemple, dans le programme il y a très clairement le passage à une 6ème république, avec un processus de constituante. Pour moi, c’est un point complètement essentiel pour affronter les temps actuels. Vous avez ça quelque part ailleurs ? Je ne le croit pas. 

      La réalité de l’affrontement politique, c’est qui veut rester dans le cadre institutionnel actuel (pris au sens large), et qui veut en sortir. Seul le FdG me semble vouloir cela, le FN pour ne parler que de lui, on le voit à l’oeuvre en Hongrie : toute une campagne faite sur des thèmes anti-européens pour finalement y rester et appliquer une politique de méga austérité sous couvert d’un racisme d’état anti roms. 

      Alors c’est effectivement un peu usant de voir que l’argumentaire anti FdG se résume à prendre des vieilles citations des uns et des autres soigneusement extraites de leurs contextes réels pour prouver que le FdG ou Mélenchon n’est pas sincère. Et vas-y que on rappelle qu’il a voté pour maastricht, qu’il a fait partie du gouvernement Jospin le rendant pratiquement responsable des privatisations, etc etc.

      Aujourd’hui, ce que nous voyons, c’est des socialistes qui mènent une politique qui va à ravir à la droite. Hier soir en catimini les syndicats jaunes et patronaux sous l’égide du gouvernement se sont mis d’accord pour faire régresser le droit social à ce qu’il était dans les années 30 avant le front populaire. Votre alternance droite-socialiste, c’est cela qu’elle défends, et le FN la même chose mais sans s’embarrasser à essayer de le justifier. Si c’est ce que vous voulez, c’est votre problème. En ce qui me concerne, j’aspire à autre chose, et dans l’offre qui m’est faite, c’est le FdG qui se rapproche le plus de cet objectif.

      Maintenant, vous pouvez toujours continuer à épiler les oeufs, et croire que vous participez au redressement de la France en allant manifester ce dimanche.

    • taktak 12 janvier 2013 21:07

      @ wesson
      "est ce que le PG, le FdG sont des parti parfait ? Bien entendu que non. Certains points de la doctrine sont bien définis, d’autres beaucoup moins. Mais dans le cas présent, il s’agit de faire le tri dans une offre existante. Et c’est cela qui me fait préférer le FdG à toute autre formation. "

      c’est votre droit le plus strict de préférer le FdG à d’autres organisations politiques de gauche pour un point particulier de son programme et je ne crois pas vous l’avoir dénié dans mon interpellation. Je vous demande donc également de respecter que d’autres que vous puissent préférer d’autres organisations de gauches et contester certain point du positionnement politique du FdG ou de ses composantes.

      Je vous ai interpellé précisément sur la question européenne et je vous ai bien précisé dans quel but je souhaite débattre avec des militants du FdG sur ce sujet : faire gagner la gauche et combattre la montée de l’extrême droite. Votre réponse me déçoit donc totalement :
      1°) vous ne formulez aucune réponse sur le fond. Je reste malgré tout optimiste car je sais de part les échanges que je peux avoir avec des militants du PC et surtout du PG hors les échanges sur la toile, à travers les rencontres militantes que la position sur l’europe de ces partis fait l’objet de débats internes (en particulier au PG). Débat qui j’espère bien permettront d’aboutir à la position plus réaliste selon moi qui est formulée dans la lettre du PRCF au candidat Mélenchon, c’est votre droit de ne pas vouloir faire avancer l’unité de la gauche en ne voulant pas discuter sur cette question de fond. Je ne comprend pas que vous vous sentiez agressez, à moins que vous n’aillez que peu d’arguments à faire valoir et ne souhaitez donc qu’avancez celui de la légitimité du nombre et de la force de l’organisation.
      2°) sur la forme, pour évitez ce débat, vous faites mine de me considérer - mais l’avez fait pour d’autres sur ce même fil de commentaire - comme un soutient de fait du FN. Je trouve ce procédé scandaleux. D’une part car il est mensonger, puisque le commentaire auxquels vous répondez est d’une limpidité totale sur mon opposition au FN et à la droite. D’autre part, car il est dangereux en faisant le lit de l’extrême droite, ouvrant un boulevard aux propagandistes du FN qui sévissent sur agoravox pour attaquer le FdG et le visage sectaire que vous présentez en vous figurant en plus dans le mauvais rôle de ceux qui ne veulent ni trop contester le PS (le FdG étant critique mais pas dans l’opposition), ni l’UE (j’ai développé les faits dans mon précédent commentaire et si vous êtes lucide il vous suffit de de lire certains de leur commentaire au sujet de cet article). Vous valez mieux que cela !
      Si je considère votre stratégie actuelle comme inefficace et contre productive pour combattre la droite (PS) ainsi que l’extrême droite (UMP et FN) je ne souhaite pas pour autant disqualifier vos propos en vous faisant passer pour un soutien du PS ou du FN.

      Vous dites considérer qu’à gauche on se doit d’être au FdG et surtout d’en adopter sans critique et in extenso le programme. Ce n’est pas le comportement unitaire dont la gauche à besoin pour reprendre l’offensive face à la classe dominante car il ne permet pas de résoudre les divergences politiques qui nous séparent alors que nous avons besoin d’être unis pour défendre un projet politique de progrès que nous partageons et faire face à la plus grave crise de notre pays depuis 1940.
      Sur le fond de votre injonction, je souhaite également vous rappelez que par exemple le M’PEP a ma connaissance a souhaiter rejoindre le FdG et c’est le FdG qui a refusé. Ceci pour vous répondre d’avance sur le fait qu’il vaudrait mieux rentrer au FdG pour mener ce débat majeur...


    • Robert GIL ROBERT GIL 11 janvier 2013 16:43

      beaucoup de gens a gauche mettre leur espoir sur Melenchon, c’est vrai qu’il dit beaucoup de choses justes, mais c’est vrai aussi que certaines choses me derange, alors a votre avis est-il plus REVOLUTIONNAIRE OU REFORMISTE ?


      • wesson wesson 11 janvier 2013 18:37

        Bonjour Robert Gil,


        « [Melenchon] est-il plusREVOLUTIONNAIRE OU REFORMISTE ? »

        Merci de bien vouloir vous poser la question concernant le gouvernement actuel, et surtout est-ce que ça vous plait, ou ne voudriez-vous pas en changer un peu...

      • jmdest62 jmdest62 11 janvier 2013 20:04

        Salut Wesson , juste un p’tit bonjour en passant (je voudrais pas faire doublon)
        J’apprécie les interventions de Robert Gil mais parfois il pourrait faire + simple

        @ bientôt


      • Robert GIL ROBERT GIL 11 janvier 2013 20:32

        oui wesson, j’aimerais bien en changer...


      • Txotxock Txotxock 11 janvier 2013 16:59

        « le rapport de force de la lutte des classes, il est tel que l’on peut affirmer sans crainte que seul le Front de Gauche peut, désormais, battre la droite et l’extrême droite. »

        Il faut sortir. Même dans les classes dites populaires, les idées de gauche reculent. La bouillie Valls-Copé-Marine a remplacé toute forme de pensée. Rien de mieux que le PS pour discréditer l’idée même de gauche.


        • Fergus Fergus 11 janvier 2013 17:35

          Bonjour à tous.

          Je ne suis pas très optimiste, et cela pour les raisons énoncées par Txotxock : le PS est en train de détruire les dernières illusions qui existaient sur ce que peut être un parti de gauche au pouvoir. Le Front de Gauche peut-il aller à contre-courant en imposant des idées considérées comme irréalistes par une large majorité de nos concityens, victimes de la doxa libérale ? Peut-être, mais il va falloir sacrément ramer et allier, dans la durée, la pédagogie et le pragmatisme dans le discours pour ramener des votes populaires partis vers le FN et l’abstention. Un rude enjeu. Mais il en vaut la chandelle !


        • latortue latortue 11 janvier 2013 18:14

          Fergus bonjour,
          pour ramener des votes populaires il faudra un peu changer la façon de faire de certain membres du FDG de clore immédiatement tout débat ,en insultant ou en traitant tout ceux qui ne pense pas comme eux plus bas que terre .la science infuse est très loin des intervenants actuels pro Mélenchon sur ce site certain sont même bête a manger du foin ,quand je vois la façon dont ce sont comporté les intervenants pour défendre leur candidat qui en somme avait été en dessous de tout dans le fameux débat ,les attaques en dessous de la ceinture au lieu de se remettre en question c’est pitoyable . convaincre par des arguments sur l’emploi les salaires la sortie de la dette sur le programme quoi ,j’en suis arrivé a me demander si ils l’on lu le fameux programme ,on est plus près de l’adoration sans condition du tribun plutôt que sur la défense des idées
          désolé si je choque certains ou certaines mais c’est ce que je pense .quand a dire que seul le front de gauche est capable de battre qui que ce soit dans l’immédiat ça reste a voir ,mais l’avenir nous le dira .


        • wesson wesson 11 janvier 2013 18:41

          Bonjour latortue,


          « il faudra un peu changer la façon de faire de certain membres du FDG [...] en insultant ou en traitant tout ceux qui ne pense pas comme eux plus bas que terre . »

          Et la phrase suivante :

          « des intervenants actuels pro Mélenchon sur ce site certain sont même bête a manger du foin  »

          Bref, ne m’insultez pas, mais ça ne va pas quand même m’empêcher d’insulter les autres ...

        • latortue latortue 12 janvier 2013 11:11

          bonjour Wesson voila un petit florilère de mots de quelques une de vos interventions uniquement sur cet article vous êtes arrogant donneur de leçons et insultant
          exemple ce qui suit et ça vient de vous :

          un tel vomi de haine, un tel fatras idéologique empri d’un anti communisme néandertalien vous place plus surement comme sympathisant de l’extrême droite que de tout autre chose.

          4 lignes et déjà 2 conneries. ça donne vraiment pas envie d’aller plus loin.

          moi, ce que je trouve particulièrement faux-cul et malhonnête, c’est de fournir à l’appui de votre raisonnement que des liens vers des textes que vous avez rédigé vous même sur votre blog de mediapart.


          et après m’être farci votre bouillie,

          Ce qui vous emmerde, c’est que vous vous êtes totalement planté sur l’Otan, ce qui montre bien que vous glosez sur un sujet sur lequel vous ne savez rien.

          voila ce que je veux dire entre autre vous ne débattez pas vous assenez vos vérités comme des couperets assortie d’insultes ,et encore on peut vous vous qualifier de gentil d’autre sont bien pire .

          bête a manger du foin ce n’est pas une insulte que je sache


        • wesson wesson 12 janvier 2013 18:36

          « voila ce que je veux dire entre autre vous ne débattez pas vous assenez vos vérités comme des couperets assortie d’insultes » 


          Et je revendique. Encore faut-il regarder les contributions sous lesquelles mes réponses sont faites. On a tous sa petite fierté.

        • Dwaabala Dwaabala 11 janvier 2013 17:14

          « renverser en faveur des plus précaires le rapport de force de la lutte des classes »

          Petit retour sur la question.

          Ce sont les grands historiens bourgeois du XIXe siècle qui ont mis au jour le concept de lutte des classes, Marx et Engels n’en revendiquèrent nullement la paternité, seulement ils le mirent en oeuvre de manière méthodique et éclatante dès Le Manifeste pour expliquer l’histoire « jusqu’à nos jours ».
          Ce que le marxisme et à sa suite le léninisme apportèrent de nouveau sur ce terrain, c’est le concept de la dictature du prolétariat, qu’il faudrait tout faire pour oublier alors que nous vivons celle du capital.

          Reconnaître l’existence de la lutte des classes aujourd’hui n’a en soi rien de révolutionnaire, ni même de progressiste.

          Les constats d’huissier appuyés sur des sondages d’opinion pour la constater ne suffisent pas, même si les militants les plus résolus les agrémentent d’une saine agitation.

          Parenthèse à propos de la petite phrase de M. J. Cahuzac
          ... et de la lutte des classes qui n’existerait pas et qui n’a pour lui jamais existé.

          Ou les deux façons possibles de la prendre au sérieux .

          Primo. Il s’agit pour cet éminent théoricien, placé devant « un spectre qui hante l’Europe » (« Le Manifeste » rappelons-le commence aussi par : "L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes"), il s’agit d’exorciser ce fameux spectre : « le communisme ».

          Deuxième explication. La finance dont il est un larbin de deuxième classe a objectivement gagné la partie, elle a terrassé le travail, en grande partie grâce à la « construction de l’UE » ; comme ce sont toujours les vainqueurs qui réécrivent l’histoire, pour eux le vaincu n’existent évidemment plus. « Vae victis ». Malheur aux vaincus !
           
          A nous de choisir, tout en nous rappelant que se réjouir de l’existence, voire de l’exacerbation de la lutte des classes pour essayer de garder le moral envers et contre tout ne suffit absolument pas. Combien ont-ils déjà longuement vécu l’expérience !

          Une lutte doit se gagner... en gardant en vue qu’il faut terrasser l’adversaire. Sinon cette fameuse lutte des classes est tout au plus un combat de catch dans lequel des compères amusent le public, quand ils ne font pas appel à un baron pour pimenter le spectacle.

          Une lutte sans jamais de victoire à l’horizon ! C’est là que le bât commence à blesser, pardon aux camarades si ces mots donnent l’impression de les prendre pour des ânes.

          Et la victoire éventuellement acquise quand même (par le vote ou par l’opération de l’Esprit-Saint) qui devrait être ensuite bec et ongles défendue... Le rêve tourne alors au cauchemar !

          Le passé et la théorie livrent quelques enseignements sur la question or, sur ce point précis, il ne s’agit plus du bât, mais carrément des oeillères : c’est tellement plus confortable de ne pas vouloir savoir ou l’on va... pour ne pas avoir à y aller !

          Ceci déclaré avec déférence en songeant à un parti résolument « moderne » et pétri de « démocratie interne », mais qui a fait table rase de tout le passé (hors son nom et sa commémoration non moins respectable de la mort de L. Aragon, paix à ses cendres), et de toute théorie.

          Par contre ce sont les mânes d’Eugène Pottier qui doivent être troublées devant l’interprétation résolument moderne et démocratique du cinquième vers de son Internationale !

           



          Documents
          <doc122691>





          • taktak 12 janvier 2013 17:57

            "Le passé et la théorie livrent quelques enseignements sur la question or, sur ce point précis, il ne s’agit plus du bât, mais carrément des oeillères : c’est tellement plus confortable de ne pas vouloir savoir ou l’on va... pour ne pas avoir à y aller !


            Ceci déclaré avec déférence en songeant à un parti résolument « moderne » et pétri de « démocratie interne », mais qui a fait table rase de tout le passé (hors son nom et sa commémoration non moins respectable de la mort de L. Aragon, paix à ses cendres), et de toute théorie.« 

            De quel parti parlez vous ?

            car suite à la mutation du PC, on pourrait penser à celui-ci au delà du PS qui a abandonné il y a bien longtemps ce concept de lutte des classe. A la veille de son congrès, le PC dans son vocabulaire ne défend plus la classe ouvrière et le prolétariat mais le très vague »humain« (que je sache, les capitalistes sont aussi des humains) et veut »réenchanter les étoiles"..... C’est joli mais viser la suppression de l’exploitation capitaliste pour arriver à une société sans classe me paraitrait un objectif plus compréhensible


          • Agor&Acri Agor&Acri 11 janvier 2013 17:34

            @ l’auteur :
            "Depuis le 7 janvier 2013 nous connaissons enfin le vrai visage du Parti Socialiste".

             smiley smiley smiley

            Et avant, non !
            non ?

            jamais entendu parler l’UMP-S ?
            jamais entendu parler de l’arnaque du bi-partisme
            et même, plus loin, jamais entendu de l’arnaque de la polarisation gauche/ droite ?

            jamais analysé le bilan des précédents gouvernements de gauche ? (libéralisation de la finance, privatisations, niches fiscales pour les rentiers ...)

            jamais vu la vidéo, intitulée : MOUSELAND, tirée du discours de 1944 de Thomas C. Douglas (ancien premier ministre de la Saskatchewan (1944-1961) qui a dirigé le premier gouvernement socialiste en Amérique du Nord)

            Etc, etc, ...


            • I.L. I.L. 11 janvier 2013 19:15

              L’auteur est peut être né sous Sarkozy, qui sait...
              Il n’a jamais entendu parler du rapport Tera Nova, ne s’est jamais renseigné sur la campagne par rapport aux traités de Maastrich ou TCE, était en hibernation quand Jospin privatisait à tour de bras...enfin bref, le PS est rentré dans le rang depuis... quoi... 1983 on dira ?
              Mais pourtant le FDG le savait ça en appelant à voter Hollande pourtant sans aucune contrepartie...


            • bertin 11 janvier 2013 18:47

               

               Le discours du FDG n’est pas très clair : ils ne parlent jamais de leurs propositions

               

               La hausse du smic

               La retraite à 37,5 annuités

               L’allocation jeune

               La hausse du salaire des fonctionnaires

               La hausse de l’impôt des riches


              • Irina leroyer Irina leroyer 11 janvier 2013 21:58

                le programme, on ne le connait que trop !


                privation de liberté et totalitarisme.

                irina

              • antoine (Montpellier) antoine (Montpellier) 12 janvier 2013 02:18

                Sur les retraites en effet le Front de gauche biaise pour ne pas reconnaître qu’il est pour les...40 annuités (ce n’est pas dans le programme mais c’est dit au détour d’un débat télévisé ! En soi c’est un problème du point de vue de l’honnêteté) :

                Le Front de Gauche et les retraites : Mélenchon est pour les 40 ans de cotisation !

                Retraites. Hollande, Mélenchon ou le syndrome de la paille et de la poutre dans l’oeil (gauche) de l’autre

                Combattre Marine Le Pen sur les retraites...un défi à Mélenchon !

                Mélenchon faux-cul sur les retraites !

                De l’unité NPA-Front de Gauche, des retraites, de la campagne de Philippe Poutou !

                Pour ceux qui n’ont pas le temps de lire trop long, voici une synthèse de ce qui est expliqué dans ces textes :

                La question sur laquelle il nous semble que le Front de gauche contredit, de la façon la plus flagrante, la radicalité qu’il affiche est celle des retraites qui est pourtant liée au dernier mouvement social important que nous ayons connu. Ce qui motive notre désaccord avec le Front de gauche peut se résumer à ceci :

                • nous déplorons que le Front de gauche fasse l’impasse, dans son programme présidentiel, sur la durée de cotisation requise pour avoir une retraite à taux plein : ce programme, contre ce qu’il est de tradition dans le mouvement social de revendiquer sur le sujet, ne réclame que le retour aux 60 ans et aux 75% de la base salariale pour le calcul du montant de la retraite. Rien n’est dit sur la durée de cotisation que le mouvement social (contre la volonté des syndicats majoritaires) a chiffrée à 37,5 annuités.
                • ce silence du Front de gauche, en contradiction avec la volonté de transparence qu’il dit défendre, est d’autant plus problématique qu’à quelques occasions, comme on le verra dans les vidéos accessibles par les liens ci-dessus, Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent, ont fait le choix des 40 annuités. Sans expliquer les raisons de l’abandon des 37,5 annuités ! 
                • cette acceptation biaisée de l’allongement du temps de cotisation enlève tout sens à la référence clé du retour aux 60 ans  : en effet, obliger à cotiser 40 ans, au vu des conditions actuelles d’accès tardif au travail et du développement du chômage et de la précarité, c’est de fait, mettre les aspirants à la retraite devant un dilemme qu’aucune force de gauche digne de ce nom ne devrait proposer : soit partir à 60 ans avec une retraite incomplète, soit prolonger au-delà de 60 ans pour obtenir le taux plein !
                • un spécialiste reconnu des retraites, Gérard Filoche, pourtant membre du PS, mais se réclamant de la radicalité sur les questions sociales, explique, pour sa part, pourquoi l’intérêt des salariés commanderait qu’aujourd’hui ce soient 35 annuités qui doivent être revendiquées. Le Front de gauche doublé sur sa gauche par un socialiste, voilà la situation incongrue à laquelle expose le renoncement à assumer dans son intégralité la logique de satisfaction des besoins sociaux, loin des calculs électoralistes qui pourraient amener le soupçon que la principale « vertu » des 40 annuités c’est de se placer tout près des 41 annuités défendues par ...le PS ! Si près de Hollande, si loin de la défense des retraites !

                Pour sa part, Philippe Poutou, pour le NPA, réclame sans hésiter un retour au triptyque de la défense inconditionnelle du droit à la retraite : 37,5/60/75 [37,5 années cotisées/ retraite à 60 ans/avec 75% du salaire].


              • wesson wesson 12 janvier 2013 03:52

                bonsoir antoine,


                moi, ce que je trouve particulièrement faux-cul et malhonnête, c’est de fournir à l’appui de votre raisonnement que des liens vers des textes que vous avez rédigé vous même sur votre blog de mediapart.

                et après m’être farci votre bouillie, je croit pouvoir dire que votre impression est né d’une interprétation plus que douteuse de phrases sorties de leur contexte lors de débats télévisés.



              • Fergus Fergus 12 janvier 2013 09:18

                Bonjour, Wesson.

                Je partage cet avis : se citer soi-même pour convaincre est maladroit car cela donne à penser que l’on n’a rien à citer d’autre pour étayer ses opinions.


              • Irina leroyer Irina leroyer 13 janvier 2013 16:36

                « 37,5/60/75 [37,5 années cotisées/ retraite à 60 ans/avec 75% du salaire]. »


                et comment comptes tu financer cela ? tu te fous de nous ou quoi ?

                Irina

              • Xtf17 Xtf17 11 janvier 2013 18:57

                Demandez le Programme, déjà vendu à 300 000 exemplaires, disponible gratuitement en pdf :
                http://www.placeaupeuple2012.fr/telechargez-le-programme-populaire-partage/


                • juluch juluch 11 janvier 2013 20:44

                  Rigolo l’article !!!


                  JLM a appelé à voter Hollande non ??

                  Au grand dam de ses adhérents d’ailleurs......

                  Le seul rempart contre la droite ??

                   Cette marionnette ??

                  Mort de rire !!

                  • Le chien qui danse 12 janvier 2013 13:07

                    Rigolo ho ho
                    L’a toujours rien compris le Juluch non ??


                  • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 11 janvier 2013 21:26

                    Le FDG c’est 11% aux présidentielles, c’est aussi, seulement, environ 11% du vote ouvrier et populaire. Je le répète Sarkozy et Hollande font mieux avec cet électorat. Désormais, les ouvriers et employés (la classe socio-pro. encore majoritaire en France) s’abstiennent à hauteur de 70%, à chaque élection.

                    Au passage le FN n’est donc évidemment pas, non plus, le nouveau parti ayant la faveur des ouvriers. Un FN condamné à 18%. Il n’ira pas plus haut. ça fait 25 ans qu’on nous fait le coup du « attention à l »’extrême droite« , danger pour la démocratie, menace fasciste, etc. » Cette fois c’est reporté à 2017...
                    Même Lionel Jospin, bien placé en tant qu’homme d’État de premier plan de par ses fonctions occupées, n’a jamais cru à ces histoires. Je cite/résume de mémoire « Durant toutes les années du mitterrandisme, la menace fasciste, en France, n’a été que du théâtre »... (sans qu’il s’agisse ici, pour autant, de nier pour autant les crimes racistes et cette xénophobie bien trop ordinaire...)

                     Il faut ajouter à cela le discours mitterrandien sur l’’air du « le nationalisme c’est la guerre ».
                    Mitterrand était évidemment bien trop intelligent et cultivé pour adhérer sincèrement à de tels propos simplistes, la question du nationalisme étant bien plus complexe que cela...
                     Mais il fallait bien trouver un « ennemi ». Aussi, les années du mitterrandisme ont été, avant tout, les années de l’aveu de l’impuissance des différents gouvernements sur les questions économiques, de l’emploi face au rouleau compresseur de la mondialisation (néo-)libérale... Une période qui marque, de fait, l’avènement définitif du « sociétal » dans les débats politiques/publics.

                    C’est donc grâce à cette « menace » et les discours sur la « République en danger » (repris par un Sarkozy) que les différents gouvernements en place depuis 30 ans ont réussi à faire avaler des couleuvres capitalistes (néo-libérales) grosses comme mon poing au bon peuple français. Tant que ce bon peuple était occupé avec cela, le tout saupoudré de « débats sociétaux », sa capacité à réagir face aux mesures anti-sociales a été annihilée.

                    Or donc, Mélenchon malgré les soutiens médiatiques énormes qu’il a obtenus n’a pas pu s’imposer. Cet homme est, d’ailleurs, rejeté par une bonne part de la base des militants communistes stupéfaits qu’un homme issu d’un courant ennemi historique du communiste dit « stalinien » fasse une OPA sur le PCF. C’est un pur produit du système. Un trotskyste social-libéral qui a voulu « faire un coup » avant de sortir de la scène politique... sa carrière étant faite...

                    Le FDG et son discours anti-capitaliste, n’est, in fine, qu’une chimère : une tête de lion (médiatique) avec un corps de lapin (sa capacité à remporter des élections au niveau national et à combattre le capitalisme/la finance prédatrice etc.)...


                    • Irina leroyer Irina leroyer 11 janvier 2013 21:55

                      @ lemonnier,


                      En bref Meluche est un oportuniste qui joue pour lui, son segment de marché n’est simplement pas le même que celui de Flamby ou de Copé/Fillon.

                      Irina

                    • wesson wesson 12 janvier 2013 04:33

                      bonjour Jean-Michel,


                      « Le FDG c’est 11% aux présidentielles, c’est aussi, seulement, environ 11% du vote ouvrier et populaire »

                      Un marronnier faux, totalement idéologique, et destiné à faire accréditer l’idée que le vote ouvrier est maintenant majoritairement le FN.

                      D’ou sortent ces chiffres : de sondages (11% pour ipsos, 18% pour l’ifop, presque du simple au double ...)

                      « Désormais, les ouvriers et employés [...] s’abstiennent à hauteur de 70%, à chaque élection. »

                      Encore faux, l’abstention ouvrière est à 30% selon les mêmes sondeurs.

                      4 lignes et déjà 2 conneries. ça donne vraiment pas envie d’aller plus loin.

                    • Jean-Michel Lemonnier Jean-Michel Lemonnier 12 janvier 2013 11:59

                      Bonjour Wesson,

                      Sur un des sites du FDG on trouve bien 70 %  : "Car le premier comportement électoral des ouvriers en France c’est l’abstention, à près de 70 %, et cela aussi est préoccupant.« http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2011/04/24/Le-premier-comportement-%C3%A9lectoral-des-ouvriers,-c%E2%80%99est-l%E2%80%99abstention.-Pas-le-vote-FN- !

                      Si vous aviez lu moins vite, vous auriez remarqué que je parlais bien, concernant l’abstention des ouvriers/employés, de la moyenne à chaque élection, pas uniquement de la présidentielle...avec forcément un pic abstentionniste aux Européennes, sans doute...
                      Mais ajoutons aussi qu’il est loin d’être certain que les »sondeurs« soient tous d’accord sur ce qu’est un »ouvrier« dans les années 2000...d’où ces différences de chiffres, certainement...

                      Vous écrivez :
                       »D’ou sortent ces chiffres : de sondages (11% pour ipsos, 18% pour l’ifop, presque du simple au double ...)« 
                      Bien. Nous avons les mêmes sources donc. 11% selon Ipsos. Je ne suis pas à côté de la plaque...Soyons bon joueur faisons une moyenne, cela nous donne 14,5 % des votes ouvriers pour le FDG. Effectivement, quelle différence...avec mes 11%. Le constat est toujours là, Mélenchon ne séduit pas l’électorat ouvrier...

                      La prochaine fois M. Wesson, c’est vous qui devriez vous abstenir d’écrire ce genre de choses, »conneries" comme vous dites...
                      Et je vous assure lisez la suite de mon commentaire, cela sera plus que profitable pour votre culture politique.

                      Sans prétentions...

                      Bien à vous.


                    • lemouton lemouton 12 janvier 2013 15:06

                      ".. Mélenchon malgré les soutiens médiatiques énormes qu’il a obtenus..." 


                      ah bon .. vous trouvez ??? 
                      Etiez vous bien en France.. ?? smiley

                      ..je vous précise qu’il existe d’autres supports médias qu’agora..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès