Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > École : Bien mal acquis ne profite jamais

École : Bien mal acquis ne profite jamais

Luc Chatel, notre directeur marketing passé de l’Oréal à l’Education dite Nationale tient à faire une rentrée en fanfare et en fanfaronnade.

L’intitulé fait son petit effet, fut-il d’annonce : Le retour de la morale, Episode II.

Sonnez tambours, jouez trompettes, pas un media ne manque à l’appel (d’air ?), il s’agit de ne pas faire mauvaise impression le jour de la rentrée, les fayots sont au premier rang, de toute façon chacun a intégré que le chauffage du fond de la classe n’était plus assuré par l’institution, si on garde l’idée de ces classes de petits écoliers africains sur terre battue, il existe sous nos contrées des classes où l’on garde son manteau l’hiver avant d’entrer, les coupes sombres dans les services publics ne sont un phantasme que pour ceux qui ont gardé la foi du débutant.

Chat échaudé craignant l’eau froide, nous examinons d’un œil circonspect, la dernière rengaine gouvernementale.

D’aucuns diront que Luc Chatel en père la morale, court après les voix du Front National, mais regardons-y de plus près. 

L’oisiveté étant mère de tous les vices, Luc Chatel s’occupe, il reste un peu de temps en fin de mandat pour s’apercevoir qu’on laisse la place dans un état encore plus lamentable qu’on ne l’avait trouvée, c‘était donc apparemment possible.
L’Education nationale, c’est comme le gouvernement, ce n’est même pas un QCM, c’est un loto, il suffit de cocher les cases sans grande conviction, le tout étant de faire des ronds de manche, de la promo vite fait bien fait, et tant pis si le consommateur de camelote Ump se retrouve avec un produit fabriqué au rabais dont on ne garantie même plus les vices cachés.

La mesure aura certes amusé la galerie des chaisières.
« Enfin », disent-elles, « il était temps ».
Comme si le sacro saint retour de la morale accordait des gages de sainteté et permettait au gouvernement de se faire donner le bon dieu sans confession.

Pour déceler le bon grain de l’ivraie, il reste une méthode simple même si peu académique : aller voir ce qu’en pensent les tenants des pseudo sciences de l’éducation, celles qui ont tout fait, sauf leurs preuves, mais qui garantissent aux scienteux, l’étoffe de la vérité, et tant pis pour le protocole si le postulat est erroné, chacun sait que l’on peut bâtir les plus belles idéologies sur les moins solides fondements.

Ils racontent que cela se fait déjà, que cela participe du « savoir-être » et du « vivre ensemble », les mots racines de la novlangue éducative.
Pour les apôtres de l’introduction de la philosophie (n’ayons pas peur des mots) dès le jardin d’éveil, c’est du pain béni.
On avait du mal à revêtir les débats-blabla et autre « vie scolaire » d’une dimension sérieuse et pour cause, voilà encore une idée dont la gauche a rêvé et que la droite a réalisée, les voici propulsés discipline à part entière pour laquelle les pédagogistes sont entièrement partie.

Il faut bien comprendre que la concomitance de la montée de la violence scolaire et au-delà ( l’école mène à tout), est absolument à mettre en parallèle avec la montée en puissance des prétendues sciences de l’éducation.
L’enfant au centre, c’est le pendant scolaire de l’enfant-roi des Dolto et consorts.
Il construit son propre savoir, il détruit ses propres devoirs.
La réalité revenant souvent au galop, on ne tardait pas recevoir en pleine figure (au sens propre comme au figuré), les retombées de ce système d‘apprentissage.
Le cher enfant n’ayant pas manqué de faire valoir l’étendue de sa grande culture de barbare et à faire le coup de poing.

On allait lutter contre la violence, ce qu’il va falloir démonter.

L’histoire de la violence a beaucoup rapport à notre histoire du droit.
Au commencement furent les ordalies, la justice se mêlant à l’ignorance, on condamnait le présumé coupable à toutes sortes de joyeusetés, on pouvait ainsi le jeter à l’eau pieds et mains liés, s’il remontait à la surface, c’est qu’il était forcément innocent, (Justice expéditive qui refait parfois surface, elle, si d’aventure on admettait que Ben Laden ait vraiment été jeté à la mer, une chose est certaine qu’il n’est jamais remonté, il devait donc être coupable).

Puis, les mesures ayant fait leur temps et sans doute quelques dégâts, on passa à la justice supérieure, si la Loi des Douze Tables consacre encore la Loi du Talion : « Si on a estropié un autre et qu’on n’a pas conclu d’accord à l’amiable avec la victime, que la peine du Talion (œil pour œil, dent pour dent) soit appliquée », certaines mesures marquent une évolution : « Si quelqu’un casse les os d’un autre à la main ou grâce à une massue, que la peine soit de 300 sesterces, si c’est un esclave, 150, s’il a fait un simple mal, vingt-cinq ».

En cas de crime, se pratiquait encore l’éventuel abandon noxal, on laissait à la victime le soin de se venger comme il l’entendait, le père pouvait ainsi éventuellement livrer son enfant afin d’éviter de payer, c’était mieux que la guerre privée.

On se demande parfois s’il n’existe pas quelques résurgences par ci par là, de notre droit archaïque, voire même une régression, le fait est qu’a priori la justice publique est venue se substituer à la justice privée et que la première est tout de même censée être supérieure à la seconde.
La justice publique s’améliora par empirisme organisateur, le temps dans sa sagesse ne préservant que le meilleur.

L’école évoluait de même, nous arrivions à transmettre dans des structures de plus en plus adaptées et nous étions arrivés bon an mal an, à devenir la meilleure école du monde, reconnue de tous.

C’est dans les années 60-70 que nous allions ressentir le contre-coup de la victoire de 45.

Il faut en effet remonter aux accords de Bretton Woods pour comprendre que se posent-là, les jalons d’une nouvelle domination, les vainqueurs organisent le monde tant à leur profit que bientôt à leur image, la Banque mondiale et le Fmi voient le jour, ce qui allait devenir l’Omc et l’Ocde sont en germe, ce sont les prémices du Nouvel ordre mondial.

Financée par le plan Marshall, l’Ocde décidait dorénavant de s’occuper de tout, de toutes les normes auxquelles il nous faudra dorénavant nous conformer « jusqu’à la qualité de nos concombres » se vante-t-elle dans ses missions.

Où l’on apprend aussi que l’Ocde qui s’occupe de productivité, est une bien bonne chose puisque comme l’affirme d’Ocde elle-même : « Les résultats obtenus sont impressionnants. En cinq décennies, depuis la création de l’OCDE, la richesse nationale a presque triplé aux États-Unis ». A titre de comparaison, notre PIB a stagné dans la même période selon l’Insee, tandis que pour la Commission Stieglitz (créée par Nicolas Sarkozy mais présidée par un membre de l’Ocde, un membre de la Columbia University et un autre de la Princeton Université ), le produit intérieur brut de la France présente plutôt une baisse tendancielle de 6 à 1,5 % entre 1950 et 2008.

Ce sont les organisations économiques et financières internationales issues de la guerre qui vont élaborer et contrôler les politiques des pays que l’on va dire alignés, les instances européennes leur servant de courroie de transmission, et notamment en matière éducative.

Le grand changement qui allait s’opérer, était le basculement de l’instruction vers l’éducation.

Pour certains milieux dit humanistes, c’est la Shoah qui fut le catalyseur.
Jusqu’alors, on avait pensé à raison, que l’instruction des masses les préserverait de la barbarie, et voilà que l’Allemagne, instruite, tombait dans une horreur insoutenable.

C’était sans doute mal connaître précisément, des premières expériences d’éducation globale qui y furent mises en application précisément tout au long de la montée du troisième Reich. On sait aujourd’hui, l’influence des sociétés théosophiques et anthroposophiques, la vogue des nouvelles formes d’éducation et autre «  pédagogie des maîtres-camarades  » dans les milieux nazis et l’expérimentation de masse des premières écoles appliquant ce que l’on appelle aujourd’hui les « sciences de l’éducation  ».

En Allemagne la réflexion pédagogique a une longue tradition qui se manifeste par la fondation au XIXe siècle d’Universités pédagogiques (Pädagogische Hochschule (de)) dans toutes les villes universitaires. C’est dans ce cadre que la pédagogie nouvelle (Reformpädagogik) s’est développée. Les pédagogues qui ont le plus influencé la pédagogie nouvelle en Allemagne sont Georg Kerschensteiner et Maria Montessori. Il convient également de citer l’anthroposophe Rudolf Steiner et ses Waldorfschulen.

Il est à noter qu’aujourd’hui, les associations libérales du genre de Sos Education et sa Fondation pour l’école, ne forment leurs « maîtres » qu’aux pédagogies nouvelles (bien plus rentables) et notamment Montessori, ceux qui croient encore que les libéraux ont des quelconques velléités de retour à l’école traditionnelle, font une terrible erreur de jugement.

Il s’agit d’un manière de transmettre globale, à l’opposé des méthodes traditionnelles d’instruction qui partent toujours du plus petit élément en allant vers le toujours plus complexe avec force répétition pour ancrer les chemins synaptiques.
Grâce aux progrès en neurosciences, on sait aujourd’hui comprendre davantage le fonctionnement de notre cerveau et expliquer ce que tant le bon sens que l’expérience nous dictaient auparavant.
A savoir que le cerveau obéit à des lois, que sa structure en arborescence nécessite un apprentissage rigoureux et logique afin de fonctionner au mieux.

Le but étant de créer le plus de chemins synaptiques afin d’activer les neurones entre eux.

Or l’instruction, parce fruit de l’histoire, correspond à l’imbrication étroite entre la structuration de notre cerveau ancestral et notre langue.
C’est avec l’abstraction de la lettre grecque que naissait l’instruction, les méthodes d’apprentissage les plus à même de permettre l’accès à l‘analyse, la réflexion, la pensée ; le grec ancien étant d‘ailleurs toujours, la langue de la pensée par essence.
Avant, l’écriture s’apprenait de façon globale, seuls les scribes, par un travail de mémoire considérable, pouvaient se permettre de transmettre les acquis de l’histoire.

De même, la tradition orale des pays du nord, ne permettait guère la transmission généralisée et l’évolution approfondie de la pensée.

Socrate tenta de remettre en cause la transmission que nous appellerons traditionnelle des savoirs. Platon lui-même avait montré l’absurdité avec le petit esclave du « Ménon », de la maïeutique socratique selon laquelle on serait acteur de son instruction et tirerait tout de son propre fond. On oubliait vite que Socrate n’interrogeait que des adultes déjà instruits.
Socrate posait les bases de l’éducation globale, de la mise en recherche, de l’apprendre à apprendre, mettant la charrue avant les bœufs et voulant ignorer que l’enfant est en construction, que son cerveau n’est pas encore structuré pour accéder à la pensée.

L’éducation globale se transmit jusqu’au XIX ème siècle dans de petits milieux aristocratiques.
Des sociétés plus ou moins secrètes et fermées vont véhiculer cette idée d’éducation nouvelle qui connut donc un fort écho en Allemagne fin XIX, début XXème. On sait aussi qu’elles influencèrent Ron Hubbard, le maître de la scientologie, et ainsi jusqu’aux pédagogismes actuels.

Ce genre d’éducation préconise de laisser l’enfant construire à son rythme son propre savoir.

Pour certains milieux intellectuels tenants du village planétaire, l’explosion démographique du XXème siècle fut prétexte pour décréter que, devant la masse, il ne serait plus possible d’instruire et qu’il était préférable, et alors même qu’ils admettent la faiblesse de l’éducation globale, de préférer l’éducation à l’instruction.

En ce sens, les méthodes globales remplaçaient ou se mettaient au niveau des éducations religieuses.
Le processus est le même, on propose une pensée prémâchée.
Le procédé est juste inapproprié à notre fonctionnement neurobiologique pour nous permettre l’accès à l’analyse.

Les religions sont a priori destinées à transmettre le bien, mais sur des personnes non instruites, elles contiennent le danger de leur faire suivre bêtement des dogmes.

Ainsi, l’introduction de la morale à l’école n’est qu’un leurre.

On dit que : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », il se pourrait bien que cette forme de pseudo conscience sans science le soit bien davantage et que la connaissance transmise de façon rigoureuse soit seule à même d’éduquer, c’est bien l’instruction qui éduque.

A ce propos, il convient comme toujours de définir les termes et faire la différence entre «  la morale, celle des Grecs, celle qui provient d’une éthique, d’une réflexion personnelle, d’exigences à son propre égard, et la moraline, forme dégradée de la première qui lui substitue une série de règles formelles et de système de culpabilité, remplaçant du même coup la responsabilité individuelle par l’observance de recettes ».

L’école ne devrait pas parler de morale, seulement de comportements exemplaires que l’on félicite et met en avant, et de sanctions le cas échéant, ce qui ne sera JAMAIS fait car contraire à l’idéologie des pseudo sciences de l’éducation.
Elle doit surtout instruire, donner les outils qui permettent la réflexion, ce qu’elle ne fait plus au profit d’une éducation globale abrutissante.
La prime est au semblant et au superficiel.

L’inflation de violence est parallèle à celle des débats bla-bla et autres séquences vie-scolaire qui hantent nos écoles.

Luc Chatel s’inscrit totalement dans l’idéologie égalitariste des prétendues sciences de l’éducation et du comportement qui ont tout fait sauf leurs preuves.

Mais il n’y a rien d’étonnant à cela, ce « Créateur d’écoles », reste toujours un directeur de marketing, c‘est un vendeur d‘écoles.

Il fut membre de ces réseaux libéraux copiés du modèle-mère anglo-saxon, qui militent pour des écoles à la carte qui s’inscriront parfaitement dans le marché éducatif, tout comme François Bayrou au passage, pour ceux qui croiraient que ce dernier proposerait un modèle différent .

Luc Chatel n’est pas là pour nous rendre notre école à la française, il est là pour finir de la saborder et nous refourguer un kit éducatif clef-en-main au service de l’Ocde et sa formation tout au long de la vie tant vantée par Martine Aubry.
L’Umps ne joue le rôle que de la caisse enregistreuse des programmes éducatifs des organisations économiques et financières internationales qui les élaborent et les contrôlent notamment via le rapport Pisa.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Razzara Razzara 6 septembre 2011 11:58

    Il est effectivement sidérant qu’un des laquais de cette meute d’enragés dont le crédo est la destruction des services publics au profits des intérêts privés, ceux là même qui sont en l’occurrence dénués de toute moralité (une consultation de l’édifiante liste tenue par imhotep en fin de ses articles permet de s’en convaincre), vienne donner des leçon sur ce sujet.

    Mais après tout, dans le monde schizophrénique et Orwélien ou nous vivons, est-ce vraiment si surprenant que ça ? J’ai comme un doute ...

    Cordialement à vous

    Razzara


    • Razzara Razzara 6 septembre 2011 17:54

      Bonjour Kalki,

      Bien que peu convaincu que votre réponse me soit destinée, (peut-être faut-il remplacer votre capacité à cliquer au bon endroit par un programme qui le ferait pour vous ?), je vais quand même prendre la peine de vous répondre.

      Vous postez systématiquement des commentaires ayant trait à la singularité et à ses conséquences supposées, même dans des articles qui n’ont rien à voir avec ce sujet. Au point que l’on fini par se demander si vous n’êtes pas un peu obsédé par la chose ... Mais bon, après tout c’est votre affaire si vous préférez vous complaire à l’excès, et avec ce qui souvent s’apparente à une forme de dédain mal placé teinté de condescendance, sur un thème de réflexion et un seul et ignorer le reste de la vie qui se déroule autour de vous. Grand bien vous fasse ! Je ne suis pourtant pas convaincu que vous n’agaciez pas quelque peu ceux à qui vous destinez vos messages ... Moi y compris.

      Pour revenir sur le sujet de l’école, si j’en juge par la qualité douteuse de votre prose et votre maitrise toute relative du français, il n’est pas certain qu’un quelconque programme puisse être d’un grand secours. Pour l’orthographe et la grammaire peut-être (autant de chose qu’un programme saurait faire), mais pour la qualité de la sémantique, l’art de la métaphore, et la poésie du propos, j’en doute sincèrement. Car, dans votre vision étriquée et mono-maniaque des choses, vous oubliez un point essentiel : les rapports humains et tout ce qu’ils comportent d’inaccessible par essence à une machine.

      Contrairement à ce que vous semblez croire, peut-être à cause d’une scolarité peu épanouissante et mal vécue, l’enseignement ne se limite pas à un rapport de domination et à un formatage des cerveaux. Quand bien même je puisse considérer qu’il y aurait effectivement beaucoup de choses à revoir dans la façon dont fonctionne le système éducatif, confier cela à des machines, et uniquement à des machines, est une hérésie complète ! Notez bien qu’en disant cela je ne nie aucunement l’apport de ces outils, tout au contraire. Mais, aussi sophistiqués puissent-ils êtres, ce sont des outils, ni plus, ni moins.

      Ainsi, je vous suggère vivement de sortir le nez de votre fantasme et d’observer la façon dont la vie fonctionne. Les êtres vivants se construisent pour l’essentiel par l’interaction entre eux, par le partage des émotions qui les animent. L’enseignement n’échappe pas à cela. J’irais même jusqu’à prétendre, par expérience, qu’il repose la dessus, qu’il y trouve sa raison d’être. La vison néo-mécaniste qui vous tient tant à coeur est une négation même de ce principe fondamental.

      A ce sujet, et pour que les choses soient bien claires pour vous : je suis présentement enseignant de mathématiques et de sciences, docteur en chimie de formation initiale, lecteur compulsif d’un nombre extrêmement varié de sujets, ai exercé comme développeur informatique et pratiqué le hacking informatique de nombreuses années, musicien passionné, joueur d’échec, etc .. Autant de choses dont aucune machine, fut-elle ’singulière’, n’aurait pu me donner l’envie et l’énergie d’y consacrer le temps que j’y ai consacré. Car ce sont bien les humains que j’ai croisé dans ma vie, le feu des passions qui les rendaient si magnifiques, qui m’ont motivés en cela.

      Donc ce que je préfère par dessus tout, c’est la magie du vivant et l’échange avec mes congénères, surtout lorsqu’ils présentent des qualités humaines développées. L’amour que je partage avec ma conjointe, mes enfants, mes amis, mes proches, et tous les autres, voila qui comble mon âme bien plus que tous les dadas que j’évoquais plus haut !

      Alors arrêtez donc de rêver Kalki, vivez, c’est tellement plus stimulant !

      Cordialement

      Razzara

      PS : pour vous faire plaisir, je confesse malgré tout que cette histoire de singularité est un sujet passionnant ... Comme tant d’autres !


    • paul 6 septembre 2011 13:51

      Merci pour cet article qui montre le basculement de l’instruction vers l’éducation ( on pense aux centres éducatifs pour mineurs délinquants ), l’abandon des principes éducatifs issus en partie des racines grecques , et les buts réels de ceux qui imposent les méthodes globales dans l’enseignement avec le savoir pré-maché .

      J’ai noté avec amusement le terme de « cher enfant à la culture barbare » en relation avec un président que certains appellent aussi l’enfant barbare ( ou la revanche du cancre ) .

      Sur la violence à l’école et le rempart-alibi de la Morale, il y aurait beaucoup à dire aussi .
      Je signale l’excellent article de emcee « Pourquoi la jeunesse aux états unis ne se révolte pas » , ou les dégats du libéralisme appliqués à l’éducation .


      • Varron Varron 6 septembre 2011 14:44

        « sa formation tout au long de la vie »

        Il me semble que mêler formation tout au long de la vie et les évolutions de l’Education nationale est une maladresse qui montre votre méconnaissance totale du sujet. (la formation tout au long de la vie)
        Vous confondez Formation initiale et Formation continue (maintenant appelée tout au long de la vie) qui sont très différentes.


        • orianeborja orianeborja 6 septembre 2011 15:17

          Il se trouve que je suis spécialiste du sujet.

          C’est bien vous qui faite erreur, c’est le Comité Mondial des Apprentissages Tout au Long de la Vie qui donne la définition du LifeLong Learning.

          http://www.wcfel.org/

          C’est Jacques Delors qui a mis en place les premières structures de cette révolution éducative, aujourd’hui, c’est Yves Attou qui préside ce World Committee for Lifelong Learning.

          Le premier «  Forum mondial sur l’éducation et la formation tout au long de la vie »  , s’est déroulé à Paris, au Conseil Régional d’IDF le 28 octobre 2OO8.

          Le second s’est déroulé à Shanghai, lors de l’exposition Universelle de 2010, et le troisième forum Mondial aura lieu à Marrakech du 30 octobre au 2 novembre 2012 .

          Ils rappellent à chaque fois que le LLL n’est absolument pas l’apprentissage pour adultes que l’on croit, ils entendent s’occuper de l’apprentissage, de la petite enfance à la retraite, « ce concept d’apprentissage dépassant les frontières, les temps et lieux de vie dans la nouvelle “société apprenante ” ».

          Je posterai bientôt une synthèse sur le nouvel ordre éducatif mondial qu’ils mettent en place et dont toutes les bases se mettent en place actuellement.


          Pour un avant goût, consultez la page Wikipedia du Lifelong Learning en anglais, ils ont moins de pudeur qu’en France, encore qu’il suffit de bien les écouter.
          Et étudiez leurs partenariats, ensuite, on en reparle.







        • ZenZoe ZenZoe 6 septembre 2011 14:59

          Luc Chatel était chez L’Oréal ?
          Je comprends mieux sa sortie sur la morale maintenant. Il ne fait que promouvoir les principes moraux sévères de son ex-patronne !


          • Dolores 6 septembre 2011 18:19

            Les « sciences de l’éducation » (ou le pédagogisme) sont ce que j’appelle personnellement « la science des ânes », encore que ce soit faire injure à ces pauvres équidés.
            C« est l’art d’enseigner aux autres ce que l’on ne connait pas soi-même !
             
            Depuis les années 70, la droite et la gauche réunies ont tout fait pour détruire l’école sous prétexte de »modernité«  : du passé faisons table rase.
            Ceux qui ont initié ces pédagogies ne se rendent pas même compte de leur ridicule (ou alors, c’est de la perversité).
            Je vous donne un exemple : E.N a décidé que les enfants devaient pouvoir s’exprimer à tout moment du temps scolaire, ils pouvaient donc ignorer la leçon de maths pour écrire un »texte libre« . Outre une future lacune en maths,imaginez un peu le texte produit par un enfant de cp ou de ce1 : illisible même avec de la bonne volonté !
            Je me souviens d’un inspecteur qui, pendant une conférence »pédagogique de 3 heures s’est extasié sur le « texte libre » d’un gamin de cp, impossible à décrypter, trouvant « qu’il y avait là quelque chose d’intéressant » !
            Cette construction de textes par des enfants ne maitrisant ni le mot,ni son orthographe, sans vocabulaire utilisable par écrit, je la compare au fait de demander à un maçon de construire un mur sans brique et sans mortier.

            Grâce à la destruction total de l’enseignement public, nous nous acheminons lentement mais sûrement vers l’école privée. A l’instar des USA, nous nous retrouverons avec une école publique résiduelle, sans moyens, destinée aux plus pauvres

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès