Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Edouard Martin : les illusions d’une candidature

Edouard Martin : les illusions d’une candidature

Entretien donné à Atlantico. Sur ce sujet, lire aussi la réaction de Nicolas Dupont-Aignan ou de Guillaume Lelong. D’un point de vue politique, il est difficile de ne pas y voir un coup du Parti Socialiste pour essayer de retrouver un lien avec le monde ouvrier, qui lui préfère le Front National. Même si Edouard Martin est sincère, il est tout de même étonnant qu’il choisisse de porter les couleurs d’un parti qui a voté tous les traités qui ont mené aux désastres de Gandrange et Florange.

Atlantico  : Edouard Martin, ancien syndicaliste CFDT d'ArcellorMittal à Florange, conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2004.Il déclare avoir envie de poursuivre "le combat pour la sauvegarde de l'industrie au niveau européen, parce que c'est là que se prennent les grandes décisions qui nous impactent". Quel est le pouvoir des députés dans ce domaine ? 
 
Les députés européens ont un pouvoir extrêmement limité pour sauvegarder l’industrie au niveau européen :
 
- Tout d’abord, l’intiative des lois vient presque exclusivement de la Commission Européenne. Si elle ne souhaite pas prendre d’initiative dans ce domaine, alors le Parlement ne pourra pas agir
 
- Ensuite, les traités européens ne permettent pas de mesures de protection puisqu’ils organisent une concurrence libre et non faussée qui empêche toute action de sauvegarde. Dès qu’un Etat essaie d’agir, il se fait poursuivre et condamné par la Cour de Justice
 
- Enfin, la Commission, qui détient l’essentiel des pouvoirs, poursuit un agenda d’ouverture toujours plus forte des marchés européens au commerce avec l’étranger (traité transatlantique, traité avec le Canada, traité avec la Corée) qui va complètement à l’inverse de toute politique de sauvegarde de notre industrie mais qui contribue au contraire à continuer à l’affaiblir plus encore
 
 
 
Atlantico  : Compte tenu des contraintes institutionnelles, que pourrait vraiment faire Edouard Martin s'il était élu ? Peut-il par exemple espérer relancer le dossier Florange ?

La seule chose qu’il pourra faire, c’est utiliser son droit de parole pour témoigner. Il pourra au mieux essayer de sensibiliser l’opinion publique sur le sujet. En revanche, dans le cadre des traités actuels, il ne pourra pas faire grand chose de concret à part cela.

Atlantico  : Est-ce vraiment à Bruxelles que se prennent les grandes décisions européennes en matière d'industrie ? Qui en Europe a réellement un pouvoir d'influence sur la politique industrielle européenne ? S'agit-il d'une compétence du parlement, des chefs d'Etat ou de la Commission ?
 
Aujourd’hui, il s’agit d’une compétence essentiellement aux mains de la Commission et des Etats. La principale compétence européenne est commerciale car la Commission négocie les traités. Mais le problème est que son seul souci, ou presque, est d’ouvrir les marchés européens à la concurrence internationale. Parfois, elle prend des sanctions mais cela est extrêmement rare. Dans le cas des panneaux solaires chinois, la Commission s’est réveillé bien trop tard. En 2005, l’Europe dominait ce marché avec le Japon. Aujourd’hui, la Chine a plus de 70% de parts de marché et l’Europe moins de 10%, alors que nous sommes les premiers clients.
 
En fait, Il n’existe pas vraiment de politique industrielle à l’échelle européenne car elle n’est pas vraiment compatible avec les traités et que ce sujet n’est pas vraiment à l’agenda. Du coup, il reste encore une certaine lattitude pour les Etats, mais dans la limite des traités européens qui interdisent beaucoup de choses, et notamment les aides directes ou toute forme de protectionnisme.
 
Atlantico  : Edouard Martin va devoir travailler avec les socialistes européens. L'industrie européenne est-elle vraiment une priorité de ces derniers ? Comment les socialistes français se sont-ils positionnés sur les dossiers industriels européens ?
 
L’industrie est l’angle mort de tous les promoteurs de cette construction européenne et donc notamment des socialistes. Paradoxalement, la construction européenne a commencé sur un projet industriel, la CECA, mais depuis 1957, le sujet est largement oublié. Les seules initiatives industrielles (Ariane, Airbus) l’ont été hors du cadre européen. Il faut dire que les traités européens y sont plutôt hostiles. En outre, il est très difficile de mener des initiatives concrètes avec un trop grand nombre de pays.
 
Certains socialistes français ont un discours un peu plus volontariste, comme Arnaud Montebourg, mais on voit mal en quoi cela change grand chose à la situation de l’industrie automobile, pneumatique ou de l’acier. Les délocalisations se poursuivent.
 
Atlantico  : Lorsqu'il était syndicaliste, Edouard Martin était favorable à la nationalisation temporaire de Florange et au protectionnisme européen. Sa vision de la politique industrielle européenne est-elle vraiment compatible avec celle du PS et du SPD allemand ?
 
Sur ces deux questions, la position d’Edouard Martin quand il était syndicaliste est contradictoire avec celle du PS ou du SPD. Ces partis parlent parfois d’un juste-échange et de mettre fin à la concurrence déloyale. Mais on cherche les cas concrets d’application de ces belles paroles. Le recul sur la question des panneaux solaires chinois le montre bien, d’autant plus que l’Europe est intervenue beaucoup trop tard, alors que la Chine a pris plus de 70% du marché .
 
Atlantico  : De manière générale, le thème de l'Industrie a-t-il trop longtemps été délaissé par l'Europe ? L'industrie allemande étant déjà très dynamique, reste-t-il de la place pour une industrie forte dans les autres pays européens ? Comment relancer l'Europe de l'industrie ?
 
Oui, ce thème est beaucoup trop délaissé. Rien de concret n’a véritablement été fait sur la question. L’industrie allemande est dyanmique et a pris des parts de marchés aux quatre autres grands pays européens (France, Italie, Espagne, Grande-Bretagne), mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de place pour d’autres. Tout d’abord, quelques secteurs industriels se portent bien ailleurs (luxe en France et en Italie, aéronautique en France, industrie automobile en Grande-Bretagne et en Espagne). Tout est question de priorité et de moyens.
 
Le risque aujourd’hui est qu’au niveau européen, l’Allemagne concentre la majeure partie de l’industrie haut de gamme (laissant le luxe à la France et un peu l’Italie) et que l’Europe de l’Est, où les coûts salariaux sont beaucoup plus bas (80 à 90% moins élevés qu’en France) aspire au fur et à mesure tout le bas de gamme et, à terme le milieu de gamme, ne laissant que les productions fortement liées au pays producteur.
 
Pour relancer l’Europe de l’industrie, plusieurs impératifs :
 
- comme les pays asiatiques ou d’Amérique latine (ainsi, que dans une certaine mesure, les Etats-Unis), protéger les industries stratégiques de la concurrence internationale
 
- au sein même de l’Europe, établir un sas entre les pays à bas coûts et les autres pour éviter que le mouvement de délocalisations ne se poursuive
 
- mettre en place des projets industriels sur le modèle d’Airbus ou Ariane, avec des structures ad hoc, uniquement avec les pays qui le souhaitent, en nombre limité
 
- enfin, créer un environnement propice aux entreprises industrielles, avec des pôles de compétitivité associant public et privé, entreprises et écoles, ainsi qu’un cadre législatif et fiscal qui favorise l’activité industrielle et non les délocalisations
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.48/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2013 11:42

    Edouard Martin est devenu grâce à sa réputation un vulgaire outil que le PS sans état d’âme va utiliser et ensuite briser détruisant ses convictions voire sa vie .....


    • baldis30 24 décembre 2013 22:03

      a-t-il eu seulement un jour des convictions ? la seule qu’il eût peut-être est celle de son arrivisme ! il y a d’autres exemples ....
      la soupe est bonne mais elle risque d’être pimentée !


    • Scual 24 décembre 2013 11:48

      Sa candidature démontre une fois encore que le seul ennemi du PS c’est le FdG et pas les autres. Sinon on aurait eu droit à un clone de Valls.

      Quand à Edward Martin sincèrement je le plains. Il faut saluer son courage parce que franchement après une telle trahison faudra avoir les couille de se promener visage découvert dans la rue.

      Un homme aussi déterminé et courageux, un aussi bon négociateur en plus, parce qu’il fallait aller la leur prendre cette candidature européenne, le PS est rempli de hyènes aux dents longues et très influentes qui auraient bien voulu être candidats à sa place !

      Déterminé, courageux et bon négociateur, quel dommage qu’il soit de droite. S’il avait négocié pour les ouvriers au lieu de négocier pour sa gueule, il aurait peut-être sauvé Florange.


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 26 décembre 2013 17:45

        "S’il avait négocié pour les ouvriers au lieu de négocier pour sa gueule, il aurait peut-être sauvé Florange« 

        Lol, sauver Florange... vous croyez à ce que vous écrivez ?
        Remarquez, si je vous suis bien, Scual, il suffirait de croire pour réussir. Bien trop court, si on tient à éviter le »quand on veut on peut" et autres valeurs morales dignes d’un Sarkozy récupérant Jaurès avec sa valeur-travail, vous vous souvenez certainement...

        Si ce cher bon Martin, malgré vos louanges à son endroit, n’aurait jamais pu gagner là où 2 gouvernements ont échoué, par contre si celles-ci sont fondées, il fera un bon candidat.
        Après, les choix, c’est son affaire, et la traîtrise c’est selon opinion, ce qui me semble bien commun dès qu’on annonce sa couleur en politique : on perd la moitié de ses amis...
        La vie normale, quoi...


      • claude-michel claude-michel 24 décembre 2013 12:43

        La grande illusion est un beau film...

        Edouard Martin...n’est que la petite illusion du PS.. ! 

        • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2013 15:05

          Ce gouvernement est à l’opposé de la définition même du socialisme qui est : Le terme de socialisme désigne un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques prônant une organisation sociale et économique allant dans le sens d’une plus grande justice, celle-ci supposant une égalité des conditions, ou du moins une réduction des inégalités. ...


          • smilodon smilodon 24 décembre 2013 20:31

            Si ce mec peut se faire 12000 au lieu de 1200 !.... Laissez-le vivre !... Ou essayer au moins !... Vous feriez quoi, vous, à sa place ???!!... Des sous, vous en avez pas besoin ???!... Laissez-le !... Pour une fois que l’un d’entre nous peut s’en sortir !... LAISSEZ-LE !... Ca fera un pauvre de moins !.. C’est déjà pas si mal !.. Laissez-le tranquille !... Il a 2 enfants ??.. Ben ça fera 2 enfants de plus d’heureux !... Et par les temps qui courent !... C’est déjà bien !... LAISSEZ-LE !..... Adishatz....


            • Yohan Yohan 24 décembre 2013 20:53

              Je crois bien que les militants se font un film sur ce gars là. Ils n’osent pas (encore) le condamner. mais ça ne saurait tarder. Une gamelle comme celle là, ça ne se refuse pas surtout que dans la série à bas coût Mitallo, il a déjà donné. On propose à Edouard Martin un grand rôle pour lui, pourquoi dire non aux portes qui s’ouvrent ?. Il a dit oui, preuve qu’il est plus un comédien qu’un ouvrier. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès