Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Election européenne : le parti socialiste poursuit son enlisement

Election européenne : le parti socialiste poursuit son enlisement


Vincent Peillon, qui n’est d’ailleurs pas pour rien dans cette déculottée prise par le parti socialiste, a très bien résumé la situation en déclarant : « C’est une forme de 21 avril 2002 pour les européennes ». La défaite est lourde pour le parti de Martine Aubry qui n’aura pas su monter au créneau pour dénoncer la politique libérale défendue par Sarkozy comme la principale cause de la crise financière.

L’histoire leur avait pourtant offert l’opportunité de racheter leur soutien en faveur de la ratification du Traité européen. Mais hormis de ridicules batailles internes, il ne se sera rien passé. Le PS a laissé la lutte des idées aux autres partis, préférant sans doute devenir une succursale de l’UMP où Nicolas Sarkozy fait son marché pour élaborer un gouvernement prétendument « d’ouverture » et détruire toute identité socialiste.

Pierre Moscovici a appelé Martine Aubry à prendre des « initiatives fortes pour redevenir une force d’alternance ». « Très bien, Pierre, mais que proposes-tu ? », pourrait-on rétorquer à ce socialiste qui a attendu la défaite pour cracher sa colère. La lutte des classes a été abandonnée au parti d’Olivier Besancenot, l’écologie à Cohn-Bendit et la politique internationale à Bernard Kouchner… « Il faut tout bousculer », a surenchéri Moscovici visiblement très en colère devant les apparatchiks du PS qui se sont endormis sur leurs beaux salaires.

Sarkozy écrit l’histoire, en manipulant Jaurès, et en dévoyant une opposition qui ne demande que cela. Il a le vent en poupe pour aborder la prochaine présidentielle et fort de cette première victoire, même relative au regard du taux d’abstention de 59,5%, Nicolas Sarkozy peut commencer à bâtir sa campagne autour d’une image de leader, mais cette fois européen. Il n’en demandait pas tant !

Laurent Monserrat


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • barbouse, KECK Mickaël barbouse 8 juin 2009 10:21

    bonjour,

    aprés les années « hollandaises », « le PS doit se remettre au travail », la période ségolatre, avec son « j’avais un mauvais programme », maintenant le période Martine avec son « vite il faut qu’on se bouge »... toute ressemblance avec le lent déclin du PC étant purement fortuite.

    Ce qu’il y a de pathétique, au regard des souffrances des Français et du coeur a gauche, c’est que c’est seulement maintenant que leurs petits conforts commence a vasciller qu’ils se remettent a vouloir penser, vouloir bosser, vouloir « trouver ses solutions alternatives », alors que ça fait des années qu’ils sont là la main sur le coeur, et qu’ils bousillent tout,

    l’éducation national, la hausse de l’insécurité, le recours au communautarisme pour s’en sortir ou simplement survivre, la hausse des traffics, le dénie du role des pères dans leurs famille, etc...

    Les dégats idéologiques et politique du PS sont tels qu’ils peuvent se regarder encore longtemps en répétant « faut qu’on bosse », « qu’on soit crédible », « qu’on propose », il n’a pas compris qu’il était déja mort, parce que le coeur n’y est plus et qu’ils ont trahie la confiance du peuple, ne leur reste que celle des fonctionnaires et des nostalgiques qui n’ont pas encore compris la violence du présent.

    amicalement, barbouse.


    • LE CHAT LE CHAT 8 juin 2009 10:26

      Sarkozy écrit l’histoire, en manipulant Jaurès

      les socialistes ont déjà fait retourner plusieurs fois Jaurés dans sa tombe avec leur alignement total sur l’économie ultralibérale , et ils osent encore s’en servir aussi !
      Le PS qui n’est plus qu’une coquille vide n’a que ce qu’il mérite ! qui a encore envie de voter pour maintenir les éléphants sur leurs trônes ??????


      • Julius Julius 8 juin 2009 10:44

        Les socialistes ont de graves problèmes dans l’ensemble de l’Europe. La cause en est claire : Leur espace de vie est en diminution : les partis de droite (considérée comme à droite) ont renoncé à la liberté et sont devenus etatists. De cette façon, ils se sont déplacés vers la gauche. Et il ya très peu de place entre cet gauche-ex-droit et le gauche destructrice (l’extrême gauche), qui propose seulement la solution neocommunists ou tout simplement absurde.


        • EXPAT456 8 juin 2009 11:19

          « La défaite est lourde pour le parti de Martine Aubry qui n’aura pas su monter au créneau pour dénoncer la politique libérale défendue par Sarkozy comme la principale cause de la crise financière. » ...
          Mais quand comprendrez vous qu’il s’agissait d’elections EUROPEENNES et non NATIONALES !
          Tenter de gagner un scrutin europeen avec des arguments nationaux, c’est un peu comme vouloir gagner le grand prix d’amerique avec un poney de manege !


          • Julius Julius 8 juin 2009 11:31

            Hier, j’ai suivi les débats à la télévision de plusieurs pays (France, Angleterre, République Tchèque. Slovaquie, Pologne). France 2 a été le seul qui a parlé presque exclusivement sur les élections françaises. Tous les autres télévisions ont parlé des élections européennes, ils ont montré de nombreux résultats en provenance d’autres pays.


          • Fergus fergus 8 juin 2009 11:33

            Le problème du PS est qu’il est durablement sclérosé par les ambitions individuelles de ses caciques et la mainmise sur les fédération les plus puissantes par des potentats locaux bien décidés à ne rien faire bouger qui npuisse mettre en péril leur sinécure.

            La solution : virer tous les quinquas et donner leur chance à des quadras qui ont montré qu’ils étaient prêts à jouer collectif. Au moins dans un premier temps...

            Autre chose : sommer Aubry de choisir entre Lille et son poste de Premier secrétaire car la rénovation d’un parti de gouvernement est un boulot à plein temps !


            • Reinette Reinette 8 juin 2009 11:47

              Ces deux partis tiédasses que sont le Modem et le PS sont appelés à disparaître et leurs adhérents vont s’éparpiller en direction des partis politiques qui ont une position claire, puisqu’une multitude des textes pour l’Europe ont été bâti sur des « compromis » avec la droite PPE, les libéraux, les verts, les socialistes.

               Egalement intéressant à observer l’alliance PC/PdG pour les élections à venir ? 2010



               


              • Kalki Kalki 8 juin 2009 12:15

                La république n’a jamais était considérer comme une démocratie.

                On considérait même les monarchies comme des républiques, comprenez le bien !

                Le droit de vote : « donner sa voix » c’est aussi se taire, ne pas exprimer sa voix, comprenez le bien !

                Les assemblés du peuples ont été inventés par les monarchies au XII eme siècles, comprenez le bien !

                Une république n’est pas une démocratie !

                Pire : le sens du mot démocratie révulse tous les républicains de tous les temps , comprenez le bien !

                La soumission dans une société hiérarchique et centralisée, n’est pas la démocratie !

                L’utilisation de l’idéologie, de la tromperie, de la propagande, du marketing psychologique , n’est pas la démocratie !

                COMPRENEZ LE BIEN !


                L’esprit antidémocratique des fondateurs de la « démocratie » moderne


                MAINTENANT IL SERAIT PEUT ETRE TEMPS DE PASSER A AUTRE CHOSE.


                DE MIEUX.


                • LE CHAT LE CHAT 8 juin 2009 12:51

                  La tricherie et les magouilles de l’équipe dirigeante lors de l’élection du premier secrétaire ont été sanctionnés par beaucoup de ségolénistes qui ont voté vert , faisant d’une pierre deux coups en reléguant loin derrière Bayrou qui n’a pas appelé à voter pour Ségolène en 2007 .


                  • LE CHAT LE CHAT 8 juin 2009 13:44

                    C’est flagrant dans les Bdr où la section est fortement ségoléniste et où les verts sont arrivés seconds !


                  • ZEN ZEN 8 juin 2009 17:31

                    Eric Dupin avait un excellent diagnostic des dérives et des compromissions du PS

                    Maintenant que Sarko a les coudées franches, « attendez-vous à savoir » (comme disait Geneviève Tabouis) qu’il va sortir très vite les dossiers en attente :
                    -privatisation accélérée de la Poste
                    -report sur les mutuelles d’une partie des dépenses les plus lourdes de la Sécu
                    -retoilettage poursuivi du code du travail, etc...
                    Merci qui ?


                    • maxim maxim 8 juin 2009 18:42

                      et encore une branlée pour les Socialos,une de plus !

                      ah ah ah ah !...... smiley smiley smiley


                      • Frabri 8 juin 2009 21:54

                        Après le déclin du PC il y a le déclin du PS, ce qui parait logique, ces 2 partis ont été créés pour représenter les couches populaires, le PS a l’origine s’appelait SFIO (Section Française de l’internationale Ouvrière).
                        Comme le PS ne propose aucune solution crédible, efficace, pour sortir de la crise et résoudre les problèmes sociaux qui s’aggravent son déclin est sans doute irréversible.


                        • maxim maxim 8 juin 2009 23:37

                          même la SFIO, ils en avaient rien à glander des ouvriers et des classes populaires,leurs adhérants,c’étaient les mecs en costard qui ne s’étaient jamais sali les mains !

                          je ne parle même pas du PCF,parce que là,pour enfler le prolo,les Cocos,ils en connaissaient un rayon !

                          eh ,ouais,la Gauche est foutue ! et pour un bon moment !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès