Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron, la chance de la gauche ?

Emmanuel Macron, la chance de la gauche ?

« Le modèle français a un avenir (…). La clef pour l’économie française, c’est de réussir dans la mondialisation pour [continuer] ce modèle. » (Emmanuel Macron, le 12 mars 2015).



Le jeune Ministre de l’Économie Emmanuel Macron a passé son premier grand oral médiatique ce jeudi 12 mars 2015 en étant l’invité principal de l’émission "Des paroles et des actes" animée par David Pujadas sur France 2. Je ne répéterai jamais assez combien cette émission (l’une des rares consacrées sérieusement à la politique sur les chaînes généralistes) traîne en longueur, dans le seul but de faire sortir de la bouche de l’invité la petite phrase qui fera le buzz.

Qu’importe, c’était la première fois que les citoyens français pouvaient enfin juger directement de la capacité de conviction d’Emmanuel Macron, et l’exercice s’est montré très positif pour le ministre, un sondage à la fin de l’émission ayant même montré qu’il avait retourné une proportion non négligeable de téléspectateurs initialement sceptiques.

Emmanuel Macron a su allier durant cette soirée une brillante intelligence avec une communication efficace, tout en cherchant à s’affranchir des vieux réflexes du langage politicien (langue de bois), notamment en faisant preuve d’une réelle humilité politique (c’est l’avantage d’être novice) et d’une sincérité sémantique qui a pu frapper plus d’un journaliste.


Qui est Emmanuel Macron ?

Emmanuel Macron n’a que 37 ans, et il paraît avoir réussi partout, tant dans sa vie professionnelle que politique, et même personnelle. Il a obtenu le troisième prix du conservatoire d’Amiens au piano, il a fait de la boxe et du football. Mais en fait, malgré sa mention très bien au baccalauréat scientifique au lycée Henri-IV, il a connu l’échec, il n’a pas pu entrer à l’École normale supérieure. Il s’est replié sur un DEA de philosophie à Paris-Nanterre, ce qui lui a permis de travailler quelques années auprès du grand philosophe Paul Ricœur entre 1999 et 2001. Finalement, Emmanuel Macron intégra l’Institut d’études politiques de Paris puis l’ENA d’où il sortit inspecteur des finances en 2004.

Il a fait partie de ce mystérieux groupe de hauts fonctionnaires de centre gauche, appelés Les Gracques, qui prônèrent une alliance entre François Bayrou et Ségolène Royal en mars 2007, juste avant l’élection présidentielle. Après l’élection de Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron est désigné en 2007 rapporteur de la Commission pour la libération de la croissance française présidée par Jacques Attali. Proche de Michel Rocard, Emmanuel Macron devint un proche conseiller du candidat François Hollande en 2010 par l’intermédiaire de Jean-Pierre Jouyet.

Entre septembre 2008 et mai 2012, il quitta cependant la fonction publique (sans démissionner !) pour prendre la casquette d’un brillant banquier d’affaires chez Rothschild au point d’être nommé associé en 2010 puis gérant en 2012.

Avec l’élection de François Hollande, il retourna dans l’administration avec un poste très influent au cœur même du pouvoir, à l’Élysée, comme secrétaire général adjoint du 16 mai 2012 au 30 août 2014. C’est lui l’auteur principal de la boîte à outils présidentielle, en particulier du crédit d’impôt compétitivité emploi et du pacte de responsabilité. Après avoir été pressenti au Ministère du Budget en avril 2014, Emmanuel Macron avait voulu quitter l’Élysée en été 2014 pour se consacrer à d’autres activités professionnelles, mais le 26 août 2014, il fut nommé au gouvernement par la grande porte, succédant à Arnaud Montebourg au Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique.


Un jeune à Bercy

Évidemment, l’émission de David Pujadas qui cherche à "psychanalyser" ses invités n’a pas raté le parallèle entre Emmanuel Macron et un très lointain prédécesseur à l’Économie, Valéry Giscard d’Estaing, que l’actuel ministre rencontra le 26 novembre 2014. Valéry Giscard d’Estaing a semblé conquis par ce jeune énarque et heureux que les jeunes fussent au pouvoir. Mais les journalistes auraient pu aussi faire d’autres parallèles en évoquant d’autres figures politiques, Joseph Caillaux, Laurent Fabius ou encore François Baroin.

_yartiMacron04

Pendant toute la soirée, Emmanuel Macron a montré qu’il cultivait (encore) assez peu d’ambition personnelle, mais qu’il avait beaucoup de conviction sur la manière de gouverner. Il est surtout un pragmatique, qui a compris que la France ne pouvait empêcher sa marche vers la mondialisation mais qu’il fallait qu’elle y trouve son intérêt et pas la subir. Ce discours, assez courant au centre droit, l’est beaucoup moins à gauche, ce qui en fait une "tête de Turc" toute trouvée chez les "frondeurs" du PS.


Emmanuel Macron est-il un libéral ?

Essayer de définir un homme est une manière de le réduire à des étiquettes, mais en France, on en est friand. Il est toujours troublant de voir comment l’étiquette libérale est utilisée à tort et à travers en France dont la dépense publique est tellement massive que ce serait une imposture d’imaginer qu’un seul des gouvernants des trente dernières années serait "libéral".

Néanmoins, Emmanuel Macron n’a pas rejeté l’étiquette avec sa propre définition : « Si libéral, ça veut dire abolir toutes les règles et laisser la loi du plus fort s'exercer, je ne suis en aucun cas libéral. (...) Si simplement être libéral, c'est trouver les bons endroits pour mettre la règle, réussir à déverrouiller les choses pour libérer des énergies dans un cadre, préserver la justice en étant efficace, alors, je veux bien assumer ce terme. (...) Plus de liberté choisie, plus de règles mises au bon niveau, c'est-à-dire au plus près du terrain. ».

_yartiMacron02

Il s’est voulu avant tout pragmatique et antidogmatique : « Dans beaucoup de secteurs, sur beaucoup de sujets, je pense qu'il faut avoir une approche plus concrète des choses et regarder si ce qu'on croyait être le droit qui protège n'est pas la norme qui empêche. Parfois, c'est le cas. Et vous savez, quand cela empêche, quand cela bloque, ce sont les plus faibles qui sont bloqués. ».


Emmanuel Macron est-il de gauche ?

Dans mon titre, j’avais hésité à mettre "la chance de la gauche" car le mot "gauche" lui-même est galvaudé. Mais politiquement, c’est bien de ce côté-là de l’échiquier qu’il balance.

Sur cette appartenance à la gauche, Emmanuel Macron a sans doute eu plus de mal à convaincre. En effet, s’il a bien milité quelques rares années dans sa jeunesse au sein du Parti socialiste (ses camarades à Amiens ne semblent guère l’avoir apprécié), et même au début proche de Jean-Pierre Chevènement, il a parlé durant l’émission de la "gauche" comme il aurait pu très bien parler de la "droite" ou du "centre", une simple étiquette par tradition très familiale mais dans les options économiques, il serait bien plus proche d’un François Bayrou voire d’un Alain Juppé que d’un Benoît Hamon ou d’un Jean-Luc Mélenchon. Mais encore nain politique, il ne semble pas prêt à faire lui-même le grand saut (comme le voudrait François Bayrou).

Emmanuel Macron a ainsi donné sa propre définition, plutôt intellectuelle, de la gauche : « Pour moi, être de gauche, c’est rendre l’homme capable. » en reprenant une expression employée par Paul Ricœur.

_yartiMacron03

Et il a poursuivi : « Ce qui fait que je suis de gauche, c'est que je veux rendre les Français capables, leur redonner des accès, leur redonner plus de droits, des vrais droits, pas des belles formules (...). Des droits, ce sont des possibilités, ce sont des opportunités à chaque moment de la vie. Et je me refuse à dire qu'il y aurait d'un côté un grand marché libéral (...), et puis de l'autre, une espèce de préservation des droits ou une accumulation de droits abstraits, ou de droits toujours compensés par l'État, par la puissance publique. (...) On ne peut pas abandonner ce qu'on appelle le modèle social, les protections fondamentales dont notre société a besoin, mais en même temps, à chaque moment de la vie, il faut encourager celles et ceux qui veulent prendre des risques à les prendre. Il faut les récompenser quand ils prennent ces risques. Il faut récompenser celles et ceux qui travaillent, qui inventent, qui innovent ; ça, c'est une politique de gauche, à mes yeux. C'est celle du progrès, c'est celle qui pousse la jeunesse à réussir. Le travail, le progrès, la réussite, ce sont des valeurs de gauche, ce sont celles que je défends. ».

Il n’a en revanche aucune envie de se frotter aux "frondeurs" du PS, ce qui le rend très hermétique aux jeux d’appareil : « Je n’ai pas un rapport disciplinaire de la politique ; j’ai un rapport de conviction. ».


Emmanuel Macron, "bankster" ?

Emmanuel Macron a pu entendre durant l’émission des extraits très démagogiques de discours de personnalités politiques qui lui reprochaient son ancien métier de banquier d’affaires : Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen mais aussi Nicolas Sarkozy.

À Marine Le Pen qui criait que l’intérêt des banquiers n’est pas l’intérêt des Français, ce qui est vrai, il s’est contenté de dire une évidence : « Alors, dans ce cas-là, tous les métiers qu’on fait dans le privé ne sont pas pour l’intérêt général ! ». Il s’est aussi amusé de l’attaque de Nicolas Sarkozy qui, lui, a été longtemps avocat d’affaires.

Pour répondre aux critiques, Emmanuel Macron a déclaré ne pas vouloir être réduit à seulement quatre années de sa vie, et a précisé que son métier n’a pas été de vendre des produits financiers (qui auraient pu être toxiques) mais de conseiller les entreprises, et cela l’a aidé à mieux comprendre le fonctionnement de l’économie.


Emmanuel Macron, riche ?

Sur sa propre situation, Emmanuel Macron a voulu aussi recadrer : « On peut être de gauche et réussir. (…) Je ne me considère pas comme riche. J’ai d’ailleurs, comme tous mes collègues, fait à la fois une déclaration de patrimoine et d’intérêts, et vous avez pu constater que je n’étais pas à l’impôt sur la fortune et que je n’étais pas multimillionnaire. (…) Quand on réussit financièrement par son métier, on paie beaucoup d’impôts (…). ».

Puis, de disserter sur l’argent en France, tout en précisant qu’il ne s’était pas préoccupé de faire une optimisation fiscale de ses revenus : « La France a un rapport, depuis longtemps, traumatique avec l’argent. (…) Il ne faut ni l’adorer ni le détester. Et somme toute, quand on réussit professionnellement et qu’on gagne de l’argent, ce n’est pas un crime, il faut payer ses impôts en France en totalité, et quand on a des convictions, des idées, on les défend. ».

_yartiMacron08

Emmanuel Macron a aussi rappelé qu’en s’engageant dans la vie politique, il y a plus perdu que gagné financièrement : « Mais moi, j’entends moins (…) commenter le choix que j’ai fait en 2012. Moi, j’ai choisi de gagner en effet dix fois moins pour servir mon pays. Et il n’y en a pas beaucoup qui feraient ce choix. Donc, je n’ai pas à rougir. ».


Tirade contre les journalistes qui entretiennent le fossé entre politique et peuple

Assez agacé par de nombreuses questions qui voulaient le mettre dès maintenant dans la position d’un futur candidat à l’élection présidentielle (Jacques Attali le verrait ainsi en 2032 !), Emmanuel Macron a rejeté ces considérations très politiciennes pour rappeler sa tâche : « Quand vous êtes en train de rechercher un job, quand vous êtes dans des situations difficiles, que vous vous bagarrez au quotidien, moi, je m’occupe d’économie, donc directement de ce qui touche les Françaises et les Français, vous voyez quelqu'un que vous ne connaissiez pas il y a huit mois, qui arrive, qui apparemment essaie de se démener, ce que je fais en effet au quotidien, on n'a même pas passé la première loi, et vous imaginez de voir cette personne qui vous dit : moi, je pense à être élu. (...) Mon ambition personnelle, c'est de faire bien mon boulot d'aujourd'hui, c'est déjà énorme pour moi. ».

Au cours de l’émission, Emmanuel Macron a eu trois duels politiques, je n’en évoque ici que les deux derniers.


Face à Benoist Apparu (UMP)

Ancien Ministre UMP du Logement, Benoist Apparu est considéré comme un "modéré", proche d’Alain Juppé et il est même allé jusqu’à prôner une unité nationale pour adopter dix réformes majeures dont la France a besoin.


Benoist Apparu fut de ces députés de l’opposition qui ont vu d’un bon œil la nomination d’Emmanuel Macron à Bercy. Mais aujourd’hui, il est plutôt déçu car il n’a toujours pas vu les vraies réformes arriver : « Tout le drame de la vie politique et économique française, c'est justement qu'on n'arrête pas de se prononcer à vingt ans. On oublie totalement le temps long. On ne regarde que la semaine qui vient et pas l'essentiel. Or aujourd'hui, ce dont nous manquons, me semble-t-il, c'est justement un regard à vingt ans sur les réformes lourdes, profondes, structurelles, qui seront difficiles, qui seront compliquées. Je ne vous dis pas le contraire, et on est bien d'accord que depuis bien trente ans, personne ne les a faites, ni la droite, ni la gauche. Donc la question aujourd'hui, quand j'évoquais (...) le changement de logiciel, c'est que c'est là-dessus qu'on vous attend, c'est là-dessus que les Français vous jugerons différemment. C'est si on fait enfin ces efforts-là. Et les Français seront prêts à les faire. Ils retrouveront demain le chemin des urnes. Ils se détourneront probablement du Front national. Parce que aujourd'hui, nous ne faisons qu'une chose, et aujourd'hui, vous êtes en responsabilités, vous ne faites que cela, du slogan, des paroles, des propos, mais je ne vois toujours pas (...) des actes. ».

_yartiMacron05

À cette critique d’immobilisme, Emmanuel Macron n’a pas vraiment su répondre sinon à considérer sa loi comme l’alpha et l’oméga des réformes, ce qui reste un peu court !

Les deux personnages auraient pourtant pu s’entendre sur une philosophie générale de l’économie française, mais les postures politiques interdisent toute passerelle réellement engageante.


Face à Florian Philippot (FN)

Face à la tête pensante du FN, à savoir Florian Philippot, celui qui a insufflé de l’extrême gauche dans l’extrême droite, Emmanuel Macron n’a pas eu de mal à balayer efficacement les arguments très démagogiques de son interlocuteur.

Ainsi, il a trouvé assez stupéfiant d’être lui-même critiqué de vouloir faire peur aux Français : « Je dois dire que ça a une certaine saveur d'entendre M. Philippot dire que je joue sur les peurs. ça, je dois dire que je pouvais m'attendre à beaucoup de choses de votre part, mais ça, c'est assez inédit. Et donc pour un parti comme le vôtre qui propose en effet le saut dans l'inconnu, car c'est un peu ça, votre programme (...). Dire je joue sur les peurs, c'est formidable. Car sur l'ensemble du clavier politique, vous passez votre temps à jouer sur les peurs, à jouer sur les clivages, et donc, c'est assez inattendu, et vous n'êtes pas à un paradoxe près. ».

Sur le fond, Emmanuel Macron est parvenu assez solidement à démontrer qu’ériger de nouvelles barrières douanières contre des produits chinois serait une catastrophe pour l’exportation française. Il a rappelé qu’un produit final est issu de nombreux composants fabriqués dans plusieurs pays différents et que des entreprises françaises fournissent de nombreux composants à des produits chinois qui seront ensuite vendus en France.

_yartiMacron06

Le ministre a été également assez clair sur l’aéroport de Toulouse et les tentatives de désinformation du FN : « C'est un flagrant délit de mensonge (...). M. Philippot s'est illustré qu'il ment et qu'il agite les peurs. (...) Les responsables d'Airbus se sont réjouis de cette arrivée des investisseurs chinois. Pourquoi ? Parce que ce sont les mêmes Chinois qui ont acheté cent Airbus. Les mêmes, M. Philippot. Et donc, de la même façon, aller expliquer qu'il y a des bons Chinois, c'est ceux qui achètent des avions et qui font travailler les Français, et qu'il y a des mauvais Chinois, c'est ceux qui investissent en France. Alors ça, M. Philippot, c'est votre idée de la mondialisation et du protectionnisme, et ça, ça n'existe que dans votre tête, parce que les autres ne sont pas plus bêtes que nous. Donc, oui, la France, elle se redressera. Oui, la France est forte. Oui, la France est une grande puissance économique. Mais elle l'est si elle est responsable, lucide. Aujourd'hui, vous n'aimez pas la France, M. Philippot, vous aimez le déclin de la France. (...) Ce que vous proposez, c'est du vent, M. Philippot. ».


Une personnalité d’avenir, incontestablement

Emmanuel Macron est arrivé en politique un peu comme Raymond Barre en 1976, comme un haut fonctionnaire inconnu, comme un extraterrestre par rapport au microcosme politique. Néanmoins, il a très bien compris les us et coutumes de la classe politique et n’a pas exclu de se présenter aux élections législatives de juin 2017 (un parachutage dans la circonscription de Jean Glavany dans les Hautes-Pyrénées semblerait même en préparation).

_yartiMacron07

Son intelligence, sa communication efficace, comme je l’ai écrit précédemment, ainsi que sa grande combativité notamment contre les idées économiques du Front national, sa jeunesse aussi, bien sûr, qui reste un atout, et sa popularité, font d’Emmanuel Macron un homme qui devrait avoir un grand avenir dans les décennies qui viennent. Notamment parce que dans sa génération, il y a peu de personnalités brillantes qui se sont signalées au sein du Parti socialiste.

Restera évidemment à s’émanciper de son mentor François Hollande, à se méfier de l’ambition dévorante de Manuel Valls qui pourrait un jour se retrouver en antagonisme avec lui, et surtout, à afficher un bilan positif de son séjour à Bercy sur le front de l’emploi et de la croissance.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (13 mars 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
François Hollande.
Manuel Valls.
Paul Ricœur.
Joseph Caillaux.
Valéry Giscard d’Estaing.
Les grands argentiers en France.
La loi Macron.
Le 49 alinéa 3 et la motion de censure.
La France est-elle libérale ?
Le travail le dimanche.
Le chômage.
Tout est possible en 2017.
Mathématiques militantes.

_yartiMacron09  


Moyenne des avis sur cet article :  1.29/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 14 mars 2015 10:37

    Comme dans la bible Hollande a pris une côte a Valls pour créer son petit Macron .....


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 14 mars 2015 12:24

      Depuis longtemps, et en particulier depuis la « gauche plurielle » de Jospin, tous les gouvernements ont été des exécutants de la mondialisation du capitalisme. On voit le « résultat » :
       
      Notre article d’hier :
       
       
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/francoi s-hollande-mondialisation-declinisme-50742.html
       
      François Hollande, mondialisation, « déclinisme »...

       
      Le 12 mars 2015, Challenges publie un entretien avec François Hollande intitulé « Ce que François Hollande compte faire d’ici 2017 ». Le sous-titre évoque d’emblée les thématiques : « Valls et Macron, Front national et élections départementales, croissance et déclinisme... ». Mais que faut-il entendre par « déclinisme » dans la situation actuelle ? D’emblée, François Hollande exclut tout changement de ligne politique ou de premier ministre. Plus loin, il met en avant « cette exigence impérieuse du combat contre le Front national » qui devrait imposer le rassemblement à ceux qui critiquent le gouvernement. La montée électorale du Front National est donc utilisée pour tenter de faire taire les dissidences croissantes qui s’expriment au sein de la « gauche ». Une machine à faire taire au nom de la « raison » et d’une nécessité impérative proclamée d’éviter le « risque du pire », le « suicide collectif », la « tragédie qui menace le pays »..., dans un contexte où il n’est pas question de changer de politique. Anticipant la réussite de sa politique, Hollande présente comme un grand défi « d’une autre ampleur » celui de « sortir le pays de son déclinisme, de son doute, de son malheur de lui-même ». En clair, il s’agirait soi-disant de s’opposer à ceux qui puissent estimer que la France est en déclin. Mais s’agit-il vraiment, dans la réalité, d’une question de « déclin » ? Le raisonnement ainsi construit passe outre à l’essentiel : à savoir, le rôle de la mondialisation du capitalisme, des exportations incessantes de capitaux, des délocalisations industrielles, du « marché mondial de la main d’oeuvre » et de son équivalent à l’échelle européenne... Or l’actuelle politique gouvernementale ne met point en cause ce processus. Le 12 mars 2015, Auto Plus interroge « PSA sur le point de dégraisser en Europe ? », se référant à l’information diffusée par Le Monde « PSA veut alléger ses coûts en Europe ». Au même moment, La Voix du Nord rapporte « Les Verreries de Masnières sauvées au prix de 148 licenciements », et Le Figaro « Les salariés de Tel and com en grève », la grève étant dirigée contre « un plan social concernant à terme l’ensemble des 760 salariés ». Quant aux créations d’emplois, elles concernent pour l’essentiel des emplois précaires, le Code du Travail devenant de plus en plus favorable au patronat. Avec le titre « Le PS dénonce une droite « arrogante » », Ouest France fait état de cette déclaration du premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste dans le Maine-et-Loire et membre du Bureau national du PS : « Il faut des réformes de structure et éponger la dette ». Il s’agit donc bien d’un programme de casse sociale, les tant vantées «  réformes de structure » n’étant rien d’autre que la démolition générale des droits des travailleurs et des droits sociaux de la grande majorité de la population. Ce n’est donc pas une question de « déclin ». On a concrètement affaire à l’anéantissement programmé d’acquis historiques dans le cadre de la mondialisation du capitalisme. Telle est la réalité que l’agitation récente de Manuel Valls autour du Front National cherche à dissimuler.

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/francoi s-hollande-mondialisation-declinisme-50742.html ]

       
      Et pour rappel :

      Mitterrand et le Front National : 33 ans après (I)

      Mitterrand et le Front National : 33 ans après (II)

      Elections européennes : quel bilan ? (I)

      Stratégie de Lisbonne, « gauche plurielle » : quinze ans après (I)

       
      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/
      http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia


    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 mars 2015 10:39

      E. Macron a le fan-club qu’il mérite ! C’est S. Rakotoarison qui l’anime...


      • Ben Schott 14 mars 2015 10:45

        C’est une blague cet article ?

        « une personnalité d’avenir, incontestablement »

        Hé, l’auteur, réveille-toi !


        • devphil30 devphil30 14 mars 2015 10:47

          L’auteur est autiste irrécupérable ....


        • Pere Plexe Pere Plexe 14 mars 2015 14:24

          Il semble que l’auteur, tel un enfant devant un miroir, a du mal à savoir ou est la gauche de l’image réfléchie...


        • César Castique César Castique 14 mars 2015 10:48

          «  Donc, oui, la France, elle se redressera. Oui, la France est forte. Oui, la France est une grande puissance économique. Mais elle l’est si elle est responsable, lucide. »



          On reparlera déjà de tout ça, et des chiffres du chômage, à la veille des régionales... 


          Pour le reste, si Macron vous a convaincu, c’est tout simplement que vous êtes sur la même ligne de liquéfaction de la France dans l’U.E. et de liquéfaction de l’U.E., dans l’atlantisme, que le gandin du social-ultralibéralisme...

          P.S, - On notera au passage deux extraits de ses propos qui en disent long sur le nature pernicieuse du personnage, la négation de la trouillocratie des européistes et du Traité TAFTA.

          • Vipère Vipère 14 mars 2015 10:51


            On aurait du avoir l’odeur de rose et à la place, on nous propose une odeur de macron, ce n’est tout à fait la même fragrance ! 

            • devphil30 devphil30 14 mars 2015 10:52

              Macron , le guignol de la banque qui a touché des millions et qui vient au gouvernement pour renvoyer l’ascenseur à ses commanditaires.

              Macron , celui qui veut que la France ait plus de millionnaires en faisant travailler les gens le Dimanche ... !!!
              Je rappelle que ce n’est pas ceux qui vont perdre leur vie de famille qui deviendront millionnaires ..

              Plus le reste de sa loi odieuse , honteuse pour le PS qui n’a plus rien de socialiste

              A l’auteur , vos articles pro atlantistes , pro libéral , pro réformiste sont nauséeux face à la détresse d’une grande partie de la population , sortez de la pensée unique made in TF1 pour comprendre qu’encenser des élites ne rend pas service aux Français.

              Philippe 

               


              • Pere Plexe Pere Plexe 14 mars 2015 20:19

                Il est certain que le petit Macron aura fait ce qu’il peut pour que le PS se prenne une grosse branlée à la fin du mois !


              • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 mars 2015 11:02

                L’hagiographe Sylvain Rakotoarison une chance pour Emmanuel Macron ?


                • mario mario 14 mars 2015 11:45

                  faire l’apologie de celui qui va détruire ce qui reste du CNR , il faut en avoir....sur son compte en banque !
                  comme d’habitube, la vomissure de l’auteur de ce qu’il reste de social dont il a lui meme bénéficié pour écrire des saloperies antissociales.
                  on peut etre pour ou contre une politique de gauche ou de droite . mais force est de constater que Sarkosy et surtout Hollande ont :
                  fait exploser le chomage
                  idem la dette
                  plus encore la pauvreté
                  détruit une bonne partie de la protection sociale
                  etc.. (en plus des retraites et des quelques cts d’euros d’augmentation du smig )
                  voila quelques raisons de comprendre pourquoi MMe Le Pen arrivera en tete de toutes les élections a venir et sans doute a l’élysée .
                  voyez vous cher auteur, je ne fait pas l’apologie du FN mais un constat cruel dont les sbires de votre espèces y contribuent grandement .


                  • Piere CHALORY Piere Chalory 14 mars 2015 11:58

                    Article bien parti pour battre le record d’impopularité on Avox ! 


                    C’est déjà quelque chose ! 

                    Ceci étant, je me suis toujours demandé quel plaisir masochiste pouvait justifier l’écriture de textes semblables, dont il est permis par ailleurs de se demander quels sont les citoyens modérateurs qui ont validé la publication de cet ode aux valeurs inversées.

                    Fallait oser, vraiment !

                    Le ’travail a bien été fait, présentation soignée, hommage indiscutable au jeune premier liquidateur social, à peu aussi crédible en ’chance pour la France que les parias du même nom.

                    Après tout, cet article n’est jamais qu’une petite provocation verbale, qui ne mange pas de pain, ornée de jolies images ; on dirait presque Paul Newman Macron ! J’aime aussi l’admiration naïve, enjouée, qui se lit dans les yeux de Manu (encore un) face à Valy la Momie, glorieux ancêtre des ennemis-de-la-finance, toujours ’bankable bien qu’à demi fossilisé...

                    Bravo !



                    • Piere CHALORY Piere Chalory 14 mars 2015 12:10

                      à peu près aussi crédible...


                    • Pere Plexe Pere Plexe 14 mars 2015 14:28

                      à cette heure 22 votes et toujours du 100% !


                    • goc goc 14 mars 2015 20:34

                      @Piere Chalory

                      t’inquiète ! tu n’es pas obligé de lire ses articles qui de toute façon, n’ont aucun intérêt
                      fais comme moi, tu viens, tu le moinsse et tu t’en va !
                      à la rigueur si tu as un peu de temps libre, tu lis les commentaires des autres internautes, histoire de rire un peu
                      ici on le garde car c’est la preuve qu’on est ouvert à tout et à tous et qu’on ne censure personne ni aucun article aussi débile soit-il (voir plus haut). c’est un peu comme l’autre neuneu pro- sioniste qui ramène sa fraise dès qu’on parle du Moyen Orient, avec ses posts délirants écrits directement depuis Tel_Vichy_Aviv..
                      en fait c’est en souvenir de notre ancienne France rurale, qui avait son « idiot du village » dans chaque commune. Bon maintenant avec l’extension des télé-réalités on a largement augmenté le nombre de crétins par habitant. Ça doit s’appeler l’évolution


                    • devphil30 devphil30 15 mars 2015 06:57

                      @Piere Chalory

                      Nous sommes en démocratie jusqu’à présent et la liberté de la presse et des écrits est encore en vigueur.
                      Il est normal que ce texte soit passé et ce n’est pas aux modérateurs de se transformer en censeur.

                      Ce qui est affligeant est le degré zéro de la pensée de l’auteur , de l’aura qu’il porte à ces libéraux qui trompe le peuple pour mieux le plumer ensuite.
                      La France est globalement de droite et depuis le démantèlement des usines voulu et provoqué par le patronat , les votes vont de plus en plus à droite ....

                      Cette dérive droitière et extrême droite semble inquiéter actuellement Valls.
                      En parlant de Valls , je vous invite à consulter les commentaires et écrit sur le livre le vrai visage de Valls qui est de pro palestinien au début des années 2000 à pro Israel vers 2008
                      https://www.youtube.com/channel/UCjgh4iZ3zSdF_ncRD_BnGaA
                      Un retournement de veste qui a porté ses fruits en terme de mandat politique et on comprend mieux la haine qu’il porte à Dieudonné qui a largement commenté de le sujet.

                      Pour revenir à l’auteur du texte , il est navrant de voir que certains et ils doivent être nombreux ne comprennent pas le sens des choses , ne comprennent pas que voter pour le libéralisme , les réformes conduit à la prédominance du capitalisme.

                      Le capitalisme est une voie sans issue qui conduit aux guerres , les cycles du capitalisme ont toujours été émaillé de guerres pour mieux servir le capital , les actionnaires , il faut impérativement asservir le peuple et les peuples d’autres pays ( colonialisme ) , prendre le contrôle des richesses d’autres pays ( pétrole ) par des guerres de pseudo libération.

                      Voter pour un candidat qui parle de réforme , de libéralisme , c’est comme faire un chèque en blanc , on ne sait pas de combien on va se faire avoir.

                      L’Etat permet de construire une société , un mode de vie , de réguler les excès , de canaliser le bien privé pour le bien commun et cela les libéraux ne l’acceptent pas.

                      Nous avons droit à toutes sortes de diatribes des libéraux avec une traduction en langage salarié
                       - il faut libérer le travail = plus de règles de protection pour les salariés , corvéable à souhait pour 
                       pas cher.

                      - Trop d’impôt sur le capital pour investir = ce sont les pauvres qui travaillent qui doivent payer des impôts.

                      - Trop de charges sociales , cout du travail = suppression des cotisations donc des retraites , sécurité sociale , aide familiales

                      - Trop de règlement en France = on peux faire ce que l’on veux au mépris des vies personnelles.

                      N’oublions pas que les libéraux savent très bien bénéficier , demander et accepter des aides de l’état pour des reprises d’entreprises , des aides à l’installation etc ...

                      Ces aides sont signés avec des contre partie jamais honorées
                      Combien d’aides pour des reprises d’entreprises qui ensuite liquide les actifs juteux de la société et procèdent ensuite à la liquidation et au licenciement de l’ensemble des salariés.

                      Par contre les aides ont bien été perçu et ont servis à payer très cher un cabinet d’audit pour définir les modalités de reprise , un tour de passe passe pour sortir l’argent public donné en aide.

                      Combien d’aides aux entreprises actuellement , des aides pour embaucher , où sont les 1 million d’emploi prévu par l’ours du medef après avoir touché un maximum d’exonération et aides publiques.
                      Surement pas assez pour pouvoir créer 1 million d’emploi , foutaise et manipulation.

                      Comment un Macron peux toucher plusieurs millions à son jeune age ?
                      Cet argent ou se trouve t’il maintenant ? en France ? pas sûr
                      Si on répartie cet argent indument voler entre des personnes qui n’ont rien , cela va relancer la croissance , les ventes.

                      Les crises capitalistiques dans le passé ont toujours eu pour raison une trop forte concentration de l’argent dans les mains de quelques personnes.

                      La résolution de ces crises capitalistiques s’est terminé par des millions de morts , des destructions importantes qui ont permis ensuite de relancer l’économie pour le plus grand profit de ceux qui possédaient avant.
                      Je n’évoque pas des fortunes réalisées durant des périodes troubles.

                      Le capitalisme est un vampire assoiffé d’argent , de sang , de sueur et ça c’est toujours les mêmes qui le donnent à un très petit nombre.

                      Philippe


                    • CN46400 CN46400 15 mars 2015 09:24

                      @devphil30


                      En tout cas ce n’est pas ce garçon bien mis, et bien élevé dans une bonne famille où la vaisselle est bien dorée dans la masse qui va nous expliquer comment les 60 milliards, que la BCE va imprimer chaque mois pendant un an et demi, risquent de tomber ailleurs que dans l’activité économique européenne. Puisque les banques, ainsi arrosées (taux zéro maxi), pourront choisir, à leur guise, c’est à dire en fonction des profits escomptés, ce qu’elles financeront, ou pas, dans le Monde qu’elles contrôlent.
                       Et ce n’est évidemment pas lui qui va réclamer que cette monnaie transite par les états pour satisfaire une partie de leurs besoins, avant de tomber dans le tonneau des Dannaïde de la finance apatride. « Elle ne vote pas, n’a pas de visage... »si si regardez Macron, presque aussi convainquant que Cahuzac.. !

                    • devphil30 devphil30 15 mars 2015 10:34

                      @goc

                      Purée tu n’y vas pas avec le dos de la cuillère pour encenser l’idiot du village ....

                      Sais peut être juste écrire et pas compter le glaude ....

                      Philippe


                    • Lonzine 14 mars 2015 12:14

                      infect même au 3eme degré cela ne passe pas, mélange de match et gala.


                      • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 mars 2015 12:57

                        @Lonzine
                        Vous semblez ignorer que ce mélange de Match et de Gala est le présent de la gôche...
                        et l’horizon intellectuel de l’auteur de cet article !


                      • Taharqa 14 mars 2015 13:50

                        Le titre de l’article est exact : le banquier Macron est bien une chance pour la gauche car il va réussir à faire enfin comprendre aux Français de gauche que le PS et Hollande sont bien à droite, la droite des affaires, de l’oligarchie, qu’ils doivent se débarrasser du PS pour refaire la Gauche.

                         


                        • Alex Alex 14 mars 2015 14:00

                          @Rakoto


                          Le bandeau rouge uniforme en haut de votre article montre que vous êtes de gauche ; votre souci pour l’avenir de ce groupe est donc justifié.
                          Contrairement à vos contradicteurs malhonnêtes, je pense que Macron est une chance pour tous les Français. Il lui suffirait d’expliquer comment gagner 1 million d’euros en quelques mois sans travail (je parle de travail utile à la société) pour que des statues lui soient édifiées sur tout le territoire.
                          En euros constant, ce million permettrait à chaque Français de vivre avec 2000 euros par mois pendant 40 ans, et toute une vie en plaçant cet argent 1% au-dessus de l’inflation, tout cela sans rien faire. 
                          Qui ne souhaiterait pas imiter ce sympathique garçon, hein ?

                          • fred.foyn Le p’tit Charles 14 mars 2015 14:15

                            Emmanuel Macron, la chance de la gauche ?....Non..la chance de Bruxelles... !


                            • Pyrathome Pyrathome 14 mars 2015 14:20

                              Une personnalité d’avenir, incontestablement
                              .
                              L’idéologie néo-libérale et la « loi du marché » n’a aucun avenir car en dépit des mensonges et de la propagande, l’immense majorité des gens n’en veulent tout simplement pas....
                              Vouloir imposer cela s’appelle du TOTALITARISME, persister dans cette voie ne mène qu’aux troubles et au chaos...


                              • Pere Plexe Pere Plexe 14 mars 2015 14:22

                                C’est bien connu que la Banque Rotschild est un peu l’équivalent pour la gauche de se que sont les madrassas pakistanaises pour les islamistes...


                                • lloreen 14 mars 2015 14:51

                                  Si quelqu’ un a l’ occasion de rencontrer Monsieur Macron vous pourrez lui apprendre une grande nouvelle.
                                  Le Canada a annulé la loi de 1973 (loi Rothschild), celle de son (ex ?) employeur , adoptée en France en 1973 également (quelle coïncidence) sur décision d’ un ex-collègue à lui devenu président de la France (Pompidou).

                                  https://www.youtube.com/watch?v=wTjMGK_Gkoo


                                  • lloreen 14 mars 2015 15:00

                                    http://pourquinousprendton.blogspot.be/2015/03/si-les-banques-regnent-en-maitre-absolu.html

                                    Le 26 janvier 2015 le Canada a déclaré la loi Rothschild (1973) inconstitutionnelle .

                                    C’ est exactement le même cas de figure en Amérique où elle est contraire à la Constitution américaine.

                                    Il faut se rappeler que le 4 juin 1963 signa l’ executive order n° 111110 en annulation de l’ executive order n° 10289.Cet EO 111110 mettait fin à l’ hégémonie de la FED qui obligeait le gouvernement américain à lui emprunter en payant de substantiels intérêts.


                                    • lloreen 14 mars 2015 15:01

                                      @lloreen

                                      pardon:le 4 juin 1963 le président Kennedy signa...


                                    • lloreen 14 mars 2015 21:04

                                      @lloreen
                                      Correction : cet EO 11110 ne mettait pas fin à l’ hégémonie de la FED.


                                    • Robert Lavigue Robert Lavigue 14 mars 2015 15:40

                                      Suite à un problème technique, il manque la mention « Publi-reportage payé par la banque Rothschild et le Parti Socialiste » en tête de cet article...
                                      Le lecteur attentif aura rectifié de lui-même !


                                      • Taharqa 14 mars 2015 16:24


                                        Sur les photos, le banquier Macron a une tête à claque pire que celle de Coppé.
                                         
                                        En voyant son sourire arrogant et satisfait, je ne peux m’empêcher de penser aux aristocrates d’avant 1789


                                        • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 14 mars 2015 22:19

                                          Enfin une analyse politique intéressante ! Malheureusement pour lui, Emmanuel Macron n’a pas que des adversaires politiques de votre niveau. On ne peut pas tout avoir.


                                        •  C BARRATIER C BARRATIER 14 mars 2015 18:30

                                          Ils a convaincu, surtout parce qu’il est en dehors des partis dont les élus jusqu’ici n’ont qu’une pensée, ramener de l’argent dans leur portefeuille personnel même et surtout s’ils sont incompétents. Il parie sur l’intelligence la ou d’autres jouent sur les magouilles. Voir en contraste sur le site chessy 2008 retraites dans la république les articles dont le titre commence par Élus. Ne serait ce que pour vérifier qu’il n’est pas comme les autres.


                                          • Jeff84 14 mars 2015 18:38

                                            Excellent article, bravo. Logique, complet, bien argumenté. Ce n’est pas étonnant qu’il ne plaise pas aux gauchistes d’AgoraVox. Mention spéciale pour ce passage :


                                            Il est toujours troublant de voir comment l’étiquette libérale est utilisée à tort et à travers en France dont la dépense publique est tellement massive que ce serait une imposture d’imaginer qu’un seul des gouvernants des trente dernières années serait « libéral ».

                                            Le libéralisme n’a pas eu la moindre influence en France depuis le 19e siècle. Et vous n’imaginez pas comme j’aimerais qu’il en soit autrement.

                                            • Pere Plexe Pere Plexe 14 mars 2015 20:21

                                              Rassurez vous.
                                              L’étiquette socialiste est encore plus galvaudée que celle de libérale...


                                            • Jeff84 15 mars 2015 04:01

                                              @Pere Plexe
                                              Vraiment ? Quelle est la définition du socialisme selon vous alors ?


                                            • colere48 colere48 14 mars 2015 19:48

                                              Macron  ? un super VRP pour la PME Le Pen !


                                              • Dom66 Dom66 15 mars 2015 00:13

                                                J’ai pas suivi ! C’est qui « macron » ? 

                                                Vite vite une médaille pour ceux qui ont regardé l’émission de « Pue Jadas » le play-mobil de la téloche. Moi je peux pas


                                                • doctorix doctorix 15 mars 2015 00:21

                                                  Le dernier banquier qu’on ait eu aux affaires était Pompidou, je crois.

                                                  Il nous a pondu la loi Rothschild, avec son compère Giscard, et ce fut le début de la dette.
                                                  Pour avoir voulu contourner une loi de ce type, Lincoln a été assassiné.
                                                  J’en parle dans mon prochain article, si vous allez le plusser...
                                                  Macron, beau parleur, propre sur lui, élégant, séducteur, enfumeur classieux, ne roule pas pour vous, mais pour la banque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès