Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Emmanuel Macron, le saut de l’ange (2)

Emmanuel Macron, le saut de l’ange (2)

« À chaque fois que notre pays a traversé une période de peur et de doute, la condition pour sortir de cette situation fut la même : rebattre largement les cartes. » (Emmanuel Macron). Seconde partie.



Après avoir présenté les grands principes qui ont conduit le Ministre de l’Économie Emmanuel Macron à créer son mouvement politique En Marche, j’évoque son désir de rompre le système politique actuel en cassant le clivage gauche/droite et les réactions et analyses que son initiative a suscitées dans la classe politique.


Hors du clivage gauche/droite

L’idée de refuser le clivage droite/gauche n’est pas nouvelle et l’on voit d’ailleurs tous les jours à quel point ce clivage est archaïque et "obsolète", puisque les grands enjeux politiques actuels clivent à l’intérieur de chaque grand parti, y compris le FN. Entre plus d’Europe et moins d’Europe, plus d’État et moins d’État, plus d’aides de l’État et moins d’impôts, plus de sécurité et plus de liberté, plus de laïcité et plus de reconnaissance des religions, les trois plus importants partis politiques (LR, PS et FN) sont traversés par des courants quasiment inconciliables.

_yartiMacronC04

La dernière tentative de casser un tel clivage est récente puisqu’elle date de François Bayrou en 2007, et elle a échoué tout comme ont échoué les tentatives antérieures : Jean-Pierre Chevènement en 2002, Jacques Delors en 1995, Raymond Barre en 1988, Valéry Giscard d’Estaing en 1981, Jacques Chaban-Delmas en 1974, Gaston Defferre en 1969 (en binôme avec Pierre Mendès France) et Jean Lecanuet en 1965.

Sur LCP le 7 avril 2016, André Chassaigne, le président du groupe communiste à l’Assemblée Nationale, a même comparé "En Marche" d’Emmanuel Macron avec …le microscopique "Mouvement des démocrates" de Michel Jobert, ancien Ministre des Affaires étrangères de Pierre Messmer du 2 avril 1973 au 27 mai 1974 et ancien Secrétaire Général de l’Élysée sous Georges Pompidou, qui avait créé ce mouvement le 11 juin 1974 en le plaçant "ailleurs" et qui est resté très confidentiel pendant une dizaine d’années (Michel Jobert avait été ensuite nommé Ministre d’État, Ministre du Commerce Extérieur par François Mitterrand dans les deux premiers gouvernements de Pierre Mauroy du 21 mai 1981 au 22 mars 1983).

Dans son dernier livre, le philosophe Marcel Gauchet a évoqué le danger d’une remise en cause du clivage gauche/droite : si les clivages horizontaux sont réduits, les clivages verticaux seront accrus. En d’autres termes, il a dit craindre un plus grand fossé entre le peuple et ses élites. Mais à mon avis, rien n’empêcherait de remettre les clivages horizontaux au bon endroit, c’est-à-dire là où ils sont réellement, et ce n’est certainement pas entre LR et le PS, qui reste un clivage très artificiel à finalité purement électoraliste.

_yartiMacronB07

Au contraire, le philosophe Yves Roucaute y a trouvé une belle opportunité : « Quelque chose est en train de se produire qui se poursuivra, soit rapidement et brutalement, soit plus lentement. Et Emmanuel Macron a raison de foncer car la situation est pour lui inespérée. C’est le moment où les grandes ambitions peuvent tirer leur épingle du jeu. » (Atlantico le 10 avril 2016).


Réactions plutôt hostiles

Les réactions politiques en général ont été négatives, puisque ce nouveau mouvement se présente évidemment en nouveau concurrent sur l’échiquier politique.

_yartiMacronC07

Ce sont les camarades du PS d’Emmanuel Macron qui ont été certainement les plus ironiques. Le Ministre des Finances Michel Sapin n’a pas hésité ainsi à le taquiner : « Il est en marche mais il recule déjà ! » ("Le Figaro") tandis que le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, tout occupé à sa primaire à gauche et pas aux problèmes concrets des Français, avait comparé Emmanuel Macron à …Bernard Tapie !

L’ancien député LR très à droite Christian Vanneste, lui non plus, n’a pas mâché ses mots le 8 avril 2016 : « Les initiales qui sont aussi celles de l’intéressé fleurent bon le narcissisme qui règne dans le microcosme politico-médiatique. Il fait une bonne photo de une, avec un style proche de celui de [Bruno] Le Maire, jeune et lisse, sobrement décontracté, au centre : un produit "bio" de la politique éloigné de tout extrémisme, ni à gauche ni à droite, un bon candidat de consommation courante et sans danger, sans odeur ni saveur, vide pour une société ouverte, à moins que ce ne soit le contraire. ».

_yartiMacronC06

Ce nombrilisme a été aussi pointé du doigt par le journal "Libération" qui lui a offert pourtant (très paradoxalement) une belle couverture médiatique en lui consacrant sa une du 7 avril 2016 avec ce titre très "Libé" : « Macron lance sa boîte de l’égo ».

Alain Juppé, pour qui Emmanuel Macron pourrait être un concurrent dangereux, a quant à lui rappelé à l’ordre le ministre le 8 avril 2016 lors d’un déplacement en Guadeloupe : « Le rôle d’un ministre qui a une charge aussi importante que M. Macron puisqu’il est en charge de l’Économie, ce serait de s’investir à fond dans l’efficacité du travail gouvernemental plutôt que de préparer sa trajectoire personnelle pour plus tard. ».


Une opération Hollande contre Valls ?

À l’évidence, l’initiative d’Emmanuel Macron est au minimum tolérée voire téléguidée par François Hollande lui-même et sa principale cible reste …le Premier Ministre Manuel Valls. Car Emmanuel Macron se situe dans ce courant social-libéral déjà occupé par Manuel Valls, mais en mieux. Il est plus jeune, plus authentique, plus sympathique, plus connaisseur de la vie économique, et sans doute aussi il représente mieux l’excellence française et la méritocratie républicaine (avec l’ENA et son DEA de philosophie) que Manuel Valls qui n’a jamais fait que de la politique.

_yartiMacronB06

La lutte entre François Hollande et Manuel Valls n’est pas une vue de l’esprit. Le dernier remaniement ministériel du 11 février 2016 a montré à l’évidence qu’elle faisait rage. La hollandiste Audrey Azoulay a remplacé la vallsiste Fleur Pellerin à la Culture. En revanche, le hollandiste Michel Sapin n’a pas pu avoir le quai d’Orsay pour laisser Bercy à Emmanuel Macron dans un super-ministère (Économie, Finance, Budget, Industrie). Le vallsiste Jean-Jacques Urvoas a obtenu la Justice après la démission de Christiane Taubira. Enfin, Emmanuel Macron s’est vu dépossédé de sa normalement deuxième loi Macron au profit d’une loi portée par sa collègue Myriam El Khomri pour réformer le code du travail et lutter contre le chômage.

Tandis que Manuel Valls continue d’insister sur l’importance du clivage gauche/droite car l’ambition du Premier Ministre reste avant tout de conquérir le Parti socialiste, Emmanuel Macron veut nettement s’en détacher pour ne pas être prisonnier d’un appareil politique.

_yartiMacronC05

Selon "Le Parisien", François Hollande aurait réagi avec son humour coutumier le 7 avril 2016 lors de sa venue à Metz pour le 18e conseil des ministres franco-allemand en lâchant : « Je cours, je cours ! ». Plus sérieusement, il aurait ensuite confié : « Un ministre peut dialoguer avec les citoyens, cela s’appelle faire de la politique. ».

Certains disent que cette initiative permettrait une candidature d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017 en cas de renoncement de François Hollande. Je n’y crois pas car on ne se prépare pas en quelques mois pour concourir à une telle élection. En 2022 éventuellement.

D’autres disent qu’il pourrait être le Premier Ministre d’unité nationale en cas de réélection de François Hollande face à Marine Le Pen grâce à l’apport des voix du centre droit. C’est possible mais à condition qu’il soit suffisamment crédible auprès d’une majorité parlementaire qu’il aura beaucoup de mal à constituer.

_yartiMacronC09

Enfin, dans un grand élan d’idéalisme, d’autres encore pensent qu’il pourrait être le Premier Ministre d’un Président Alain Juppé et je suis convaincu que c’est très improbable car le Premier Ministre doit avant tout représenter le plus fidèlement possible la majorité parlementaire. François Bayrou l’a bien compris depuis longtemps et n’a jamais considéré réaliste de devenir le Premier Ministre d’Alain Juppé. Une hypothèse Emmanuel Macron serait donc encore moins réaliste.

Avant même la création d’En Marche, Jean-Pierre Raffarin avait (lui aussi) proposé Emmanuel Macron à Matignon en cas d’élection d’Alain Juppé. Yves Roucaute a commenté cet intérêt : « Jean-Pierre Raffarin a, de fait, raison de regarder attentivement ce phénomène Macron au lieu de le mépriser comme le font certains prétendants au trône. Croit-il vraiment à un ticket Juppé-Macron comme il le dit ? Je ne le pense pas. L’homme est trop fin. En vérité, Emmanuel Macron est un candidat évidemment anti-Juppé. (…) Il est en tout cas certain qu’Emmanuel Macron ne va pas se brûler les ailes en se mettant derrière Juppé. C’est, pour l’opinion, un candidat du système, quand bien même certains croient que c’est le moins mauvais possible. » (Atlantico le 10 avril 2016).

_yartiMacronC03

Et Yves Roucaute d’expliquer son raisonnement : « Si Emmanuel Macron a l’ambition que je crois, il jouera sa carte jusqu’au bout, car la situation est inespérée : aucun candidat actuel n’a un vrai soutien de la population. (…) Cette exigence anti-système est si forte que je suis à peu près certain que l’on verrait un mouvement de sympathie similaire se produire si Nicolas Hulot décidait de passer la vitesse supérieure. Daniel Cohn-Bendit, qui ne manque pas de perspicacité, a parfaitement bien vu la chance qu’il représente de sortir l’écologie de son aspect groupusculaire. (…) Il casserait lui aussi la baraque. On aurait peut-être un phénomène semblable si une Valérie Pécresse, énarque aussi au demeurant, se mettait en marche. Veut-elle attendre ? Dix ans ? Mauvais calcul. » (10 avril 2016).


Efficacité et justice

Les derniers mots d’Emmanuel Macron sont très convaincants : « Je veux agir pour créer de la mobilité dans notre société et dans notre économie. Car c’est à la fois plus juste et plus efficace pour tous. ». Dans sa charte, il précise : « Nous croyons de manière radicale au progrès collectif et à l’émancipation individuelle : la transformation de la société est une nécessité de justice autant que d’efficacité. ».

Là encore, rien de nouveau pour qui observe la vie politique depuis plusieurs décennies. Ce n’est pas étonnant que Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, lui ait proposé de venir rejoindre les centristes car le credo du Centre des démocrates sociaux présidé par Pierre Méhaignerie de 1982 à 1994, ce fut justement "l’efficacité économique dans la justice sociale".

Jusqu’à maintenant, ce sont les deux grands blocs (RPR puis UMP puis LR, et PS) qui ont toujours eu gain de cause auprès des électeurs. Un troisième parti très clivant est entré dans la danse des majors depuis cinq ans, mais il s’écarte encore plus de ces attentes définies par En Marche.

_yartiMacronB05

Les deux grands atouts d’Emmanuel Macron sont sa forte popularité et sa jeunesse, qui n’a d’intérêt non pas pour son jeune âge (le jeunisme n’a jamais été un gage de performance politique) mais pour le temps qu’il a devant lui pour développer ses idées (au contraire d’un François Bayrou, 64 ans, ou d’un Alain Juppé, 70 ans) afin d’arriver en pleine maturité politique auprès des électeurs.

Je lui souhaite donc bonne chance à son initiative très ambitieuse. Après tout, c’est assez rare, une personnalité politique nationale qui a suffisamment de courage pour rappeler haut et fort la nécessité d’une Europe renforcée capable de faire face aux défis de la mondialisation. Beaucoup se sont fracassés devant le mur des réalités électorales. À lui d’en tenir compte pour un jour être "en situation"…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 avril 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La Charte de En Marche (à télécharger).
Emmanuel Macron à "Des paroles et des actes" (12 mars 2015).
La loi Macron.
François Hollande.
Manuel Valls.
Alain Juppé.
François Bayrou.
Le Centre aujourd’hui.
Casser le clivage gauche/droite.
Paul Ricœur.
La France est-elle un pays libéral ?

_yartiMacronB08


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • pierre 12 avril 12:15

    La dernière photo est amusante, il est en haut de Notre Dame et dit : « en marche ».... qu’il n’hésite surtout pas, on suivra peut être.  smiley


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 avril 12:26

      @pierre

      Le saut de l’ange ?...


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 avril 12:23

      Beaucoup de blabla politico-politicien et aucune réflexion socio-économique sur les potentialités de Macron ! ! !


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 12 avril 15:44

        Macron a été banquier d’affaires chez Rothschild & Cie avant d’être nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande de mai 2012 à juin 2014.

        Puisqu’il est si BRILLANT aujourd’hui, nous dit-on, sans doute l’était-il déjà dès mai 2012 ou avant.
        Que ne nous a-t-il régalé de son programme politico-socio-économique véritablement innovant, crédible, réaliste et progressiste dès cette date quitte à prendre son envol politique en toute indépendance ! ! !


      • Jo.Di Jo.Di 12 avril 13:05

        Aller chercher du financement chez les banquiers de la City est dans la grande tradition de la gauche (à ne pas confondre avec le socialisme)
        Clinton va en chercher à Wall Street.
         
        Qu’il déclare la libéralisation totale de l’immigration pour plus de « divisions de réserve du prolétariat » et il aura la vénération du PC et du NPA. Plus un petit bonus de Soros.


        • Victorin (---.---.130.65) 12 avril 13:28

          Ah ! C’est du comique de répétition.
          Les photos, on croirait qu’elles sont tirées d’un film du genre « Le placard ».
          Votre E. Macron, s’il a le physique de Daniel Auteuil, n’en n’a pas le talent comique, hélas !


          • Ben Schott 12 avril 13:41

             

            « Après tout, c’est assez rare, une personnalité politique nationale qui a suffisamment de courage pour rappeler haut et fort la nécessité d’une Europe renforcée capable de faire face aux défis de la mondialisation »
             
            C’est bizarre, personnellement je ne vois que ça, ou presque. Et le premier mot qui me vient à l’esprit en ce qui les concerne n’est pas le mot « courage ».
             
            Du bon Rakoto.
             


            • BA 12 avril 14:51

              Pour former un vassal, que doit faire le suzerain ?


              Pour former un vassal qui sera obéissant, le suzerain doit recruter un vassal jeune, puis le suzerain doit le formater, lui faire suivre des séminaires, lui inculquer ses valeurs, etc.


              Par exemple, les Etats-Unis forment les vassaux qui serviront les intérêts des Etats-Unis : ces vassaux sont appelés les « Young Leaders ».


              Un vassal des Etats-Unis peut être recruté dans les partis politiques de droite, mais il peut aussi être recruté à gauche.


              Young Leaders français recrutés à gauche : Frédérique Bredin, Matthias Fekl, François Hollande, Anne Lauvergeon, Bruno Le Roux, Emmanuel Macron, Arnaud Montebourg, Aquilino Morelle, Pierre Moscovici, Fleur Pellerin, Alain Richard, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, …


              Young Leaders français recrutés à droite : Julien Aubert, Nicolas Bazire, Jeannette Bougrab, Jérôme Chartier, Yves Censi, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Léotard, Emmanuelle Mignon, Eric Raoult, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, …


              Young Leaders dans les médias : Alexandre Bompard, Jérôme Chapuis, Hedwige Chevrillon, Jérôme Clément, Annick Cojean, Jean-Marie Colombani, Emmanuel Chain, Matthieu Croissandeau, Louis Dreyfus, David Fontaine, François Dufour, Stéphane Fouks, Bernard Guetta, Sylvie Kauffmann, Yves de Kerdrel, David Kessler, Laurent Joffrin, Philippe Manière, Dominique Nora, Olivier Nora, Christine Ockrent, Denis Olivennes, Pascal Riché, Thierry Pfister, Mathieu Pigasse, Catherine Sueur, …


              Young Leaders économistes : Philippe Askenazy, Guy Sorman, …


              Young Leaders dans la finance : Bertrand Badré, Henri de Castries, Hakim El Karoui, Pierre Mariani, Alain Minc, Mathieu Pigasse, François Villeroy de Galhau (gouverneur de la Banque de France !)


              Young Leaders dans l’université : Eric Fassin, Jean-Noël Jeanneney, Yves Lichtenberger, Cédric Villani, …


              Source :

              https://frenchamerican.org/youngleadersclasses



              • escoe 12 avril 15:14

                La dernière tentative de casser un tel clivage est récente puisqu’elle date de François Bayrou en 2007, et elle a échoué tout comme ont échoué les tentatives antérieures : Jean-Pierre Chevènement en 2002, Jacques Delors en 1995, Raymond Barre en 1988, Valéry Giscard d’Estaing en 1981, Jacques Chaban-Delmas en 1974, Gaston Defferre en 1969 (en binôme avec Pierre Mendès France) et Jean Lecanuet en 1965.

                Oh putain qu’est ce qu’on rigole avec le « centriste » Rakoute-machin !!!


                • Pere Plexe Pere Plexe 12 avril 18:35

                  Chez cette caricature d’élite Française, haut fonctionnaire issu de la haute bourgeoisie, je cherche en quoi il casserai les clivages ?

                  On voit bien les idées de droites.
                  En revanches celles qui pourraient être qualifiées de gauches...je cherche !
                  Pour le reste le langage de l’énarque n’est fait que de poncifs et de généralités bien consensuelles mille fois entendus et de le rabâchage d’éléments de langage.

                  Certes le ton est dynamique volontaire et assuré.
                  Même dans la contradiction (pour ne pas dire le mensonge)
                  Pour autant ce n’est pas un programme !
                   


                  • Jo.Di Jo.Di 13 avril 09:15
                    Chronique RTL E. Zemmour :
                     
                    « Macron, Hollande : c’est Laurel et Hardy »

                     


                    • amiaplacidus amiaplacidus 13 avril 11:29

                      C’est bien Rakotoarison, vous vous rapprochez de votre objectif.

                      24 h. après la mise en ligne de votre article, vous atteignez la moyenne de 1 sur 12 avis exprimés.

                      Courage, votre objectif de 1 sur 100 avis est à votre portée, persévérez !


                      • zygzornifle zygzornifle 13 avril 12:25

                        Le MEDEF-CRIF doit financer Macron et les francs maçons deviendront les francs Macron .....


                        • zygzornifle zygzornifle 13 avril 12:27

                          définition du socialisme....ou se trouve Macron ??

                          Le mot socialisme recouvre un ensemble très divers de courants de pensée et de mouvances politiques 1) dont le point commun est de rechercher une organisation sociale et économique plus juste. Le but originel du socialisme est d’obtenir l’égalité sociale, ou du moins une réduction des inégalités. 2) Plus largement, le socialisme peut être défini comme une tendance politique, historiquement marquée à gauche, dont le principe de base est l’aspiration à un monde meilleur, fondé sur une organisation sociale harmonieuse et sur la lutte contre les injustices...


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 13 avril 16:32

                            Bonjour,
                            .
                            F. Hollande, Emmanuel Macron-Rothschild & le Monde de la Finance
                            https://www.youtube.com/watch?v=d40NV1r1Q7s
                            .
                            Emmanuel Macron lance « En Marche ! », son mouvement politique
                            Le ministre de l’Économie revendique une démarche non partisane, un mouvement ni à droite ni à gauche, ouvert à tous et assure ne pas se placer dans la perspective de la présidentielle de 2017.
                            http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021822621814-emmanuel-macron-se-decide-a-lancer-son-mouvement-politique-1212078.php
                            .
                            Tiens tiens, d’abord l’UMP change de nom en LR, Les Républicains, hors c’est un partie politique qui participe à démanteller ce que le CNR (Comité National de la Résistance) avait construit, la retraite, la sécurité sociale, les services publics, ...
                            .
                            Puis maintenant on voit le ministre de l’économie qui « revendique une démarche non partisane », « un mouvement ni à droite ni à gauche », ouvert à tous et assure ne pas se placer dans la perspective de la présidentielle de 2017.
                            .
                            Puis si on jouté à tout cela les lois Urvoas qui ont pour but d’écarter des parties anti-système comme l’UPR de la participation à l’élection présidentielle de 2017 on se rend compte qu’il s’agit d’une combinaison des divers stratégies qui ont un seul objectif, de verrouiller leur pouvoir, d’écarter du pouvoir les parties politiques qui veuillent restaurer la démocratie voire restaurer la souveraineté de la France !
                            https://www.youtube.com/watch?v=UVJ3LkHT9Jk
                            .
                            Pour ceux qui connaissent le programme de l’UPR, j’ai constaté que les parties traditionnelles se servent des valeurs républicains de l’UPR, pour tromper les électeurs, car leur démarche est à l’opposé de la signification des mots !
                            .
                            L’UMP se nomme républicaine hors ce n’est pas un partie qui défend la démocratie mais qui défend les intérêts ploutocratiques.

                            Idem pour Macron qui reprend une des devises de l’UPR (Union Populaire Républicaine) pour venter les qualités de son nouveau partie politique soit disant ni « droite / ni gauche » !!!
                            .
                            Son nouveau partie politique ne sera « pas à droite pas à gauche », a-t-il souligné, tendant la main à des sympathisants PS comme des Républicains, en souhaitant «  faire de la politique autrement.  ». Le locataire de Bercy a déclaré assumer son appartenance au gouvernement, mais veut aussi «  travailler avec des gens qui se sentent de droite ».
                            .
                            On constaté un jeux habile avec les mots « droite / ni gauche » car les parties politiques traditionnelles poursuivant la même politique, celle dicte par la commission européenne, voire par le monde de la finance.
                            .
                            Quand à l’UPR qui propose aux français de se réunir haut dessus de tout clivage droite / centre / gauche pour libérer la France de son emprisonnement par les traites de l’UE, le TUE et le TFUE, c’est à dire pour sortir de l’UE de l’Euro et de l’OTAN, E. Macron propose rien d’autre aux français que de renforcer le pouvoir ploutocratique ce qui est annonceur de plus d’injustice sociale et l’agrandissant de l’écart entre les pauvres et les ultra-riches !
                            .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès