Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > En attendant la croissance, François Hollande mise sur le numérique

En attendant la croissance, François Hollande mise sur le numérique

A l’occasion de son déplacement à Clermont-Ferrand sur le thème du numérique, François Hollande est revenu sur une actualité marquée par des prévisions de croissance très pessimistes. Le Chef de l’Etat a réaffirmé sa conviction dans la possibilité de concilier austérité et croissance. Il a surtout délivré un message de confiance en l’avenir et dans les potentiels de développement offerts par le numérique.

Les mauvais chiffres glissent sur les rondeurs revenues du Chef de l’Etat. Accompagné de Fleur Pellerin, ministre de l’économie numérique, François Hollande continue à croire en sa baraka. L’étape auvergnate lui a offert la possibilité de délivrer un véritable discours de la méthode.

Saluant les efforts historiques déjà accomplis pour assainir les comptes publics, le Président de la République a réfuté les accusations d’austérité. Non seulement François Hollande estime possible de tenir l’équilibre entre recherches d’économies et préservation des braises de la croissance mais il a indiqué que les efforts seront poursuivis, estimant que des gains sont encore possibles dans la gestion des administrations. Qu’à moindre coût il est possible par une meilleur organisation de délivrer un service de la même qualité.

Le message s’adresse aux citoyens mais aussi à ses ministres qui se plaignent au grand jour ou dans l’ombre d’être arrivés « à l’os » dans les économies. Même punition pour les collectivités territoriales qui devront veiller à maîtriser leurs dépenses. En échange, le Chef de l’Etat s’est engagé à préserver leurs capacités d’investissement, ainsi que pour les hôpitaux, grâce notamment à la toute nouvelle banque publique d’investissement (BPI).

François Hollande a pour la première fois cherché à donner de la cohérence aux différentes mesures prises par le gouvernement (pacte de compétitivité, BPI, emplois d’avenir, contrats de générations, accord social…). Un peu comme un tableau impressionniste, dont seul le recul permet de percevoir le sens. Pour la première fois également, sans lyrisme déplacé comme s'y livre parfois Arnaud Montebourg, le Chef de l’Etat a parlé d’une ambition industrielle retrouvée pour la France.

Le grand chantier industriel d’aujourd’hui porteur des emplois et de la richesse de demain c’est, selon lui, le numérique. Le numérique et notamment la création des infrastructures permettant aux territoires de bénéficier du très haut débit. Ce sera estime-t-il un investissement d’avenir, un gage du maintien du tissu industriel et de son développement partout en France.

Ainsi, 20 milliards seront mis sur la table pour financer le déploiement du très haut débit. Un tiers financé par les opérateurs privés, qui interviendront seuls dans les zones densément peuplées où l'investissement est jugé rentable ; un tiers cofinancé par ces opérateurs et les collectivités locales "dans des proportions à définir", dans les zones moins densément peuplées mais néanmoins rentables ; et enfin un tiers cofinancé par l'Etat et les collectivités locales dans les zones encore moins denses.

Le numérique, ainsi que l’indispensable innovation qui l’entoure, c’est un peu la nouvelle frontière du Hollandisme. Le grand chantier industriel qui doit marquer son quinquennat comme le furent Airbus, le TGV ou le nucléaire. Un gage d’avenir pour une France angoissée.

Crédit photo : Wikipédia


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 21 février 2013 09:02

    Il mise beaucoup le Flamby : il misait sur la croissance et nous la promettait à 1,8 sans ciller devant les caméras. Il mise sur le numérique maintenant. Normal 1er mise beaucoup, ça doit être un joueur de poker menteur smiley


    • credohumanisme credohumanisme 21 février 2013 11:10

      Aller toujours plus vite (haut débit, nouvelles lignes TGV, nouvel aéroport de Nantes) semble être aujourd’hui (et depuis des décennies) serait la seule solution pour pérenniser un modèle de de société où consommer toujours plus est la seule option.
      La définition même de la « pauvreté » s’apprécie par le fait de pouvoir consommer « normalement » par rapport au reste du pays avec comme conséquence absurde un nombre de pauvres qui serait le même si par un coup de baguette magique on doublait les revenus de chacun.

      Peut-être faudrait-il redéfinir les priorités.

      Concernant le déploiement du très haut débit les opérateurs ne veulent d’ailleurs pas de l’argent de l’état. Résultat 1 milliard inutilisé .... on croit rêver ! (source http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/que-faire-du-milliard-inutilise-de-la-fibre-optique_348522.html )

       


      • fb 21 février 2013 12:59

        C’est pour ça que Fleur Pellerin a annoncé une taxe sur le numérique si possible lors de la prochaine loi de finances. On va créer des infrastructure de communication dans lesquelles ne circuleront que des paquets « non made in France » car seules les entreprises françaises seront assujetties, les entreprises étrangères étant hors de portée de la fiscalité franco-française.

        @Cassino Il y a d’ores et déjà des applications qui nécessitent du très haut débit et si possible en symétrique (contrairement au A de ADSL), pour une entreprise pouvoir faire des sauvegardes hors site par exemple, la téléphonie en VoIP (donc sur Internet et non pas un service managé sur un réseau privé) migre vers le tout IP... Ensuite la paire de cuivre utilisée pour le téléphone est largement amortie et même si des technologies en cours de déploiement comme le VDSL2 sont intéressantes elles ne peuvent couvrir qu’une très faible part de la population.
        Le fibre permet de mettre un peu plus d’égalité géographique durable contrairement aux bricolages comme le satellite ou le WiMax.


        • Deneb Deneb 21 février 2013 13:54

          Je veux bien que l’on nous file des tuyaux (la fibre), mais qu’ils s’abstiennent de mettre leurs salles salles pattes dans le contenu. Au prochaines élections je vote pour celui qui me garantit la neutralité du Net.


          • joelim joelim 21 février 2013 15:18
            Le Chef de l’Etat a réaffirmé sa conviction dans la possibilité de concilier austérité et croissance. 

            hahahaha

            Il a surtout délivré un message de confiance en l’avenir et dans les potentiels de développement offerts par le numérique.

            hihihihi

            L’étape auvergnate lui a offert la possibilité de délivrer un véritable discours de la méthode.

            hohohoho

            Saluant les efforts historiques déjà accomplis pour assainir les comptes publics, le Président de la République a réfuté les accusations d’austérité. 

            Sans déc’ faut qu’il arrête de jouer au sketch-man là, il n’est pas payé pour ça !

            • Deneb Deneb 21 février 2013 15:23

              Enfin, il a beau à miser sur le numérique, mais le numérique sous contrôle sévère !


              • L'enfoiré L’enfoiré 21 février 2013 20:38

                J’espère au moins qu’il sache ce qu’est la rupture numérique. smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès