Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Est-il normal de confier l’Europe à des anciens banquiers de Goldman (...)

Est-il normal de confier l’Europe à des anciens banquiers de Goldman Sachs ?

Recruter des banquiers comme pompiers de l’Europe, telle semble être la politique des dirigeants européens, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel en tête.

Mario Draghi nouveau président de la Banque centrale européenne (BCE), Loukas Papadimos nouveau 1er ministre grec et Mario Monti nouveau 1er ministre italien, trois financiers promus dont deux anciens responsables de la sulfureuse banque Goldman Sachs qui a aidé la Grèce à dissimuler des milliards d'euros d'emprunts d'Etat...

Mario Draghi, Loukas Papadimos, Mario Monti, trois banquiers formés initialement aux Etats-Unis, sans parler de l’économiste portugais Antonio Borges qui a été mis en place à la tête du département Europe du FMI par DSK ou de Paul Achieltner, conseiller du directeur général du Fonds Européen de Stabilité Financière (FESF) président du géant allemand de l'assurance Allianz et qui a travaillé douze ans pour la banque d'affaires américaine...

Aujourd’hui, leur rôle va être sans doute de préserver les intérêts des banques dans l’actuelle crise européenne. Leur programme est tracé d'avance, quoi qu'en pensent les peuples, réduction des dépenses publiques, diminution des prestations sociales, réforme libérale de l'économie.

Mario Draghi a fait ses études chez les Jésuites. Il est licencié en économie et commerce à l'université de Rome "La Sapienza" en 1970 et diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT). Il a été de 1991 à 2001 directeur général du Ministère du Trésor, chargé des privatisations. A ce titre, il a été membre du conseil d'administration de plusieurs banques et sociétés en phase de privatisation (Eni, IRI, Banca Nazionale del Lavoro-BNL et IMI). De 2002 à 2005 il est le vice-président pour l'Europe de Goldman Sachs, la quatrième banque d'affaires mondiale. Il est devenu gouverneur de la Banque d’Italie en 2006.

Loukas Papadimos est diplômé lui aussi du Massachussetts Institute of Technology. Il a été professeur à l’Université américaine de Columbia avant de devenir conseiller économique de la Banque de réserve fédérale de Boston. De 1994 à 2002, il a été gouverneur de la Banque de Grèce, poste qu’il occupait lorsque la Grèce s’est « qualifiée » pour l’euro, grâce à des comptes falsifiés par Goldman Sachs. Puis, il a été vice-président de la BCE. Il vient d’être nommé, sur pression de l’Union européenne et du G20, premier ministre de Grèce avec le soutien des deux partis dominants dont le parti socialiste grec (PASOK).

Mario Monti est diplôme de l’Université de Yale. Il a étudié le comportement des banques en régime de monopole. Puis il a été durant dix ans commissaire européen, de 1994 à 2004, d’abord « au marché intérieur et aux droits de douane » (ou plutôt à leur suppression…) puis à la concurrence. Membre de la Trilatérale et du groupe de Bilderberg - selon Wikipédia - il a été nommé conseiller international de Goldman Sachs en 2005. Il vient d’être nommé sénateur à vie et l’Union Européenne avec le G20 viennent de l’imposer comme président du conseil italien.

Un gouvernement Goldman Sachs aux commandes de l’Europe

La banque Goldman Sachs est surnommée aux Etats-Unis « government Sachs » tant elle est influente sur le gouvernement américain. Le secrétaire au Trésor de Clinton, Robert Rubin, qui procéda à la dérégulation financière, venait de Goldman Sachs. Tout comme le secrétaire au Trésor de Bush, Hank Paulson, qui transféra aux Etats les dettes pourries des banques, lors de la crise financière.

L’actuel président de Goldman Sachs, Llyod Blankfein, aime à dire qu’il « fait le métier de dieu ». En fait, Goldman Sachs est au cœur de la prédation financière en étant impliquée dans de nombreux scandales financiers : celui des « subprimes », celui de la tromperie de ses clients (à qui elle recommandait d’acheter des produits financiers sur lesquels elle spéculait à la baisse), celui du maquillage des comptes grecs.

La nomination de ces trois hommes clarifie d’une certaine façon les choses. Avec la BCE notamment, ils défendent non pas l’intérêt des citoyens et contribuables européens, mais l’intérêt des banques. Une étude britannique citée récemment par le journal Les Echos a le mérite de quantifier nettement le processus en cours. Cette étude indique que grâce aux « plans de sauvetage » de la Grèce et au mécanisme européen de stabilité financière mis en place par la BCE, le FMI et l’UE, l’exposition de chaque foyer de la zone euro va passer de 535 € aujourd’hui à 1.450 € demain !

Le « sauvetage » de la Grèce et de l’Italie, est donc en fait une gigantesque opération de socialisation des pertes du système bancaire. Il s’agit de transférer l’essentiel de la dette grecque - mais aussi espagnole et irlandaise - des mains des banquiers vers celles des contribuables. Il sera ensuite possible de faire assumer les frais de l’inévitable restructuration de ces dettes par les budgets publics européens.

Comme le disent les Indignés espagnols, « ce n’est pas une crise, c’est une escroquerie ! ». Le Parlement européen a voté le « paquet gouvernance » qui réforme le pacte de stabilité en renforçant les contraintes sur les budgets nationaux et les sanctions contre les pays en infraction. Le Conseil européen a parachevé le travail par la suite. Enfin, avec l’accord européen du 26 octobre dernier, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, ont voulu faire croire à l’opinion publique européenne qu’on était sur la bonne voie.

Mais pour se donner enfin les moyens de résoudre durablement la crise, nous avons besoin d’un changement radical de tous les traités, d’une modification des statuts de la BCE, d’une « règle d’or » pour un minimum de niveau social, fiscal et environnemental en Europe.

Or, rien n’indique que nous allons dans ce sens. Une mesure pourtant simple et efficace n’a même pas été prise par les chefs d’Etat européens : que la BCE prête aux Etats à 1,25 % comme elle le fait aux banques privées qui, elles, prêtent ensuite à 18 % à la Grèce. Cette mesure ne cesse d’être refusée par l'Allemagne et par la BCE, qui se retranchent derrière le traité de Lisbonne qui l'interdit…

Autre mesure renvoyée une nouvelle fois aux calendes grecques : une simple taxe sur les transactions financières, qui la plupart du temps sont purement spéculatives et n’apportent rien à l’économie réelle, suffirait à redresser les finances publiques de tous les états européens...

C’est pourquoi aujourd’hui, une avancée réelle pour obtenir une modification des traités allant dans le bon sens, ne peut advenir que si un gouvernement français futur montrait une vraie fermeté dans sa politique de récupération de souveraineté, en particulier monétaire, cette vraie fermeté consistant à être prêt si nécessaire à sortir de l'Union européenne…

 

Photo Créative Commons : Mario Monti par aeneastudio (http://www.flickr.com/photos/aeneastudio/6334039005/)


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (77 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 18 novembre 2011 17:51

    La réponse est évidemment non.

    Mais ils l’ont fait quand même.

    Idiots ou vendus ?


    • artam 18 novembre 2011 19:17

      Bonsoir Aldous, bonsoir tout le monde,

      Soyons cyniques, disons qu’ils ont supprimé l’intermédiaire trop « mou » pour venir se servir directement sur la bête.

    • bigglop bigglop 18 novembre 2011 19:24

      Bonsoir à tous,

      Si tout se déroule « comme prévu », nous allons voter en 2012 pour des prunes.

      Je vous copie un de mes précédents commentaires avec des adresses mails dans les liens et beaucoup de courage dans ce qui sera :

      PEUT-ETRE LE DERNIER COMBAT

      Après nous être fait avoir, à l’insu de notre plein gré, par le vote en Congrès du Parlement qui a adopté, en 2008, le traité de Lisbonne et grâce au vote d’absttention du Parti Socialiste :

      Votants : 893 Suffrages exprimés : 740 Majorité : 444 (740 x 3/5)

      Pour : 559 Contre : 181 Abstention : 153 Non-votants : 14

      Abstention du PS : 142

      Encore mieux !!!

      Pour ne pas recourir à un référendum européen sur la transformation du FESF et du MES et sa Banque en insitutions à durée illimitée, lisez l’extrait Wiki, très édifiant, qui suit :

      Afin de résoudre le problème du fondement juridique, le gouvernement allemand indiqua qu’un amendement au traité serait nécessaire. Cependant, après la ratification difficile du traité de Lisbonne, certains États et hommes d’État se sont opposés à une modification du traité, notamment le gouvernement britannique qui s’opposait à des changements affectant le Royaume-Uni[1],[2]. C’est finalement avec le soutien du président français que l’Allemagne obtint l’aval du Conseil européen d’octobre 2010[3].

      La proposition allemande demandait une modification minimale visant à renforcer les sanctions et à créer un mécanisme permanent de sauvetage. Cette modification minimale ne répondant toutefois pas à l’exigence allemande de sanctionner les manquements des États par la suspension du droit de vote. En effet, une telle exigence nécessiterait une modification plus importante du traité.

      Le 16 décembre 2010, le Conseil européen trouva un accord pour un amendement de deux lignes au traité, ce qui permet d’éviter la tenue de référendums. En effet, le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy a prévu d’examiner les changements à travers la procédure de révision simplifiée (article 48 TFUE)[4]. La modification change simplement le traité sur le fonctionnement de l’Union européenne pour permettre l’instauration d’un mécanisme permanent[5].

      Le 11 mars 2011, lors du sommet européen de la zone euro, les représentants des États ont trouvé un accord pour signer traité séparé[6] visant à doter ce mécanisme d’une capacité d’intervention de 500 milliards d’euro[7

      Notre dernier combat sera celui de mettre en échec la mise en place du MES et de sa Banque

      Nos députés et sénateurs vont devoir, avant la 31 décembre 2011, voter les modifications législatives de mise en place du MES notamment.

      Il faut agir par des pétitions, des mails auprès des députés, sénateurs, partis, médias que ce soit individuellement ou collectivement et manifester

      Voici des liens utiles :

        MES et mails des députés

      http://www.courtfool.info/fr_MES_le_nouveau_dictateur_Europeen.htm

      Mails députés européens

      http://www.cdca.asso.fr/cdcaeurope/cdcaeurope-mail_deputes_europeens.htm

      http://www.finance-watch.org/?lang=fr

      Pour triompher, le Mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien (H. BURKE)





    • kalon 19 novembre 2011 00:07

      Tout comme il n’était pas trés logique de recruter les mercenaires d’Al Kaida pour envahir la Libye mais ils l’ont fait également !


    • Richard Schneider Richard Schneider 19 novembre 2011 10:20

      @ Aldous :

      Bien d’accord avec vous. Et les Espagnols vont voter « à une écrasante majorité » pour les conservateurs - qui ont déjà promis de durcir le programme de Zapatero.
      Vous verrez que les Grecs vont voter en masse pour la droite. Et en France, nous aurons Sarkozy 5 ans de plus. Comme ça les Verts, en particulier, seront contents : au lieu d’un EPR, ils en auront deux ou trois ...

    • lauraneb 19 novembre 2011 10:44

      tu demandes aux voleurs de te donner les preuves qui les incriminent ?


    • simplesanstete 19 novembre 2011 12:10

      En septembre 1979, Téléphone joue à la Fête de l’Humanité devant 100 000 participants. Le goût de la provocation du groupe ne plaît pas à tout le monde : arrivant dans une limousine aux vitres teintées, les quatre musiciens sont pris à partie à cause des masques de Jacques Chirac, Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Georges Marchais qu’ils arborent
      http://www.dailymotion.com/video/x6bva_telephone-argent-trop-cher_music
      32 ans seulement, le monde deviendra banquier, le monde sera lessivé……


    • kéké02360 20 novembre 2011 21:01

      vendus , vendus , plutôt achetés, comme vous pouvez en juger ici :

      http://dotsub.com/view/01ad2718-073c-474a-ac40-c7a72e199d55 



    • OUI CAR CE SONT DES CADRES SUPERIEURS DE BANQUES...JUIVES...COMME LES

      BANQUES LIBANAISES...EN AFRIQUE...CHINOISES AUSSI EN AFRIQUE ET A PARIS...TAMOULS EN INDE

      CE QUI EST UNE EXCELLENTE REFERENCE..

      JOSEPH PETIT FILS D ISAAC JUIF PAUVRE


      • blablablietblabla espritsubversif 18 novembre 2011 19:20

        Ha bon et si c’était des banques bien cathos ou bien islamique ou gauloise tiens, ça alors ,vous voyez des « juifs » partout vous .

         

        Hallicinant ça des crétins pareils !


      • PtitLudo PtitLudo 18 novembre 2011 21:09

        C’est une constatation en tout cas. Alors ça y est on a pas le droit de dire que Goldman Sachs fait main basse sur l’Europe sans être taxé d’antisémitisme ...


      • Prometheus Jeremy971 18 novembre 2011 22:45

        fait main basse, mais ils l’ont toujours eu ?

        La crise doit être grave pour qu’ils sortent de l’ombre c’est tout. L’éclatement de la zone euro aura des conséquences graves pour toute la planète.


      • sylvie 18 novembre 2011 17:57

        Je suis stupéfaite d’entendre l’immmmense silence à cet événement


        • PhilVite PhilVite 18 novembre 2011 18:12

          Allons, allons, il n’y a pas meilleur mécanicien que celui qui a mis la machine en panne !

          Alors dormez tranquilles, tonton Goldman veille sur vos économies !


          • Prometheus Jeremy971 18 novembre 2011 22:54

            Ce qui est chiant en économie actuellement c’est qu’on ne comprend pas si c’est calculé, ou si c’est du pur hasard ?

            L’Allemagne obtient un taux historiquement faible alors que tous les pays de l’europe voient leur taux augmenté, hasard ou coup calculé suite au FESF ?

            Les plans de rigueur sont appliqués à l’aveugle alors que les agences de notation elles-mêmes le disent : cela va aboutir à une récession et à une dégradation de la note des pays. Pourtant les ministres Goldman en font de plus en plus et même trop ?

            Il est vrai que c’est à n’y rien comprendre, on dit que les marchés sont irrationnels mais je trouve qu’au contraire tout est très rationnel. Le seul problème c’est quand on aura tout compris il sera déjà trop tard.


          • Jean Valjean Jean Valjean 18 novembre 2011 18:34

            A présent plus la peine de faire mumuse à voter pour les pantins du bipartisme, fini la plaisanterie, c’est Goldman sachs qui nomme directement les premiers ministres !
            -
            On peut tout à fait dire qu’il s’agit de la fin de la démocratie ou de l’illusion démocratique Européenne, à présent ils assument au grand jour la dictature totale des banques.
            -
            à ce rythme là il y a de quoi s’inquiéter pour ce qui nous restait de libertés, seront nous privés de notre petit théâtre électoral en 2012 ?
            Qui sera le technocrate parachuté par la secte Goldman Sachs pour remplacer le Pantin Sarko ?
            -
            Vont ils verrouiller le net (hostile aux sectes bancaires) comme en chine ?
            -
            Seul point positif : Les masques sont définitivement tombés et l’illusion démocratique aussi.
            L’ennemi est à présent clairement identifié et la lutte va pouvoir commencer.


            • BOBW BOBW 19 novembre 2011 08:13

              @ Jean Valjean :

              « Vont ils verrouiller le net (hostile aux sectes bancaires) comme en chine ? »
              Notre « Monarque absolu » prépare ses mesures pour nous y contraindre   smiley  voir cet article de l’Humanité .
               Maintenant il est trés possible qu’il ait été « détrôné » avant smiley

            • Richard Schneider Richard Schneider 18 novembre 2011 19:27

              L’auteur a l’immense mérite de mettre les points sur les « i ».

              Dire qu’il y a encore des gens de bonne foi qui ne voient pas la vaste manipulation des grands groupes et des grandes banques qui mène les peuples aux enfers ! que l’Europe telle qu’elle est est une véritable escroquerie financière  !
              Les Grecs, les Espagnols, les Italiens etc ... et bientôt les Français sont emprisonnés dans une nasse, de laquelle ils auront beaucoup de mal à se dépêtrer. 
              Demain, les Espagnols vont donner une largue majorité aux conservateurs qui ont déjà promis d’amplifier les coupes dans tous les budgets. Les électeurs ibériques croient que plus il feront de sacrifices plus vite ils retrouveront un niveau de vie acceptable  ! Le matraquage médiatique a fait son œuvre de destruction massive dans les têtes. Comme le laisse entendre l’auteur de l’article, les pauvres électeurs-manipulés ne se posent même pas la question à qui profitent ces sacrifices.
              Le jour où nous, électeurs-citoyens, verrons un parti politique être assez puissant pour redonner à la POLITIQUE toute sa dimension face aux marchés et aux banques, je crois que les poules auront des dents ...


              • panpan 20 novembre 2011 17:50

                Tous les Espagnols ne vont pas voter conservateurs. Puisqu’il y en a plein qui écrivent sur les poubelles : « Votez ici ! Ca revient au même ! ».

                Et ils ont bien raison.

                Je vais l’écrire sur ma poubelle aussi


              • memepasmort 18 novembre 2011 19:35

                S’il y a encore des gens qui croient que l’argent est un outil économique et non un instrument de domination, ils ont aujourd’hui la démonstration de leur erreur. Que ce poison disparaisse de la terre et vous verrez la vie renaître.
                 La valeur monétaire n’a jamais mesuré et ne mesurera jamais le niveau de nos richesses économiques concrètes. Quand les rapports quantitatifs entre offre et demande sont faussés de manière à conserver la valeur vénale et le profit des déjà « riches », on se rend compte que seul le rapport de force impose les coûts et les prix et que notre organisation par le fric sert avant toute chose à établir et à pérenniser une hiérarchie du pouvoir, hiérarchie qui, en cas de bouleversement lmprévu, se rétablit au plus vite par l’exposition de la puissance militaire respective de chacun des concurrents.
                Alors« oui » Jean Valjean, l’ennemi est identifié, mais il est malheureusement protégé par des milliards de victimes abusées par toutes les fausses croyances qu’on leur inculque depuis leur tendre enfance.
                 La bonne question à se poser, aujourd’hui, c’est :« Y a t-il encore sur cette terre suffisamment de ressources en énergies et en matières premières à se partager pour que chaque terrien vive sans peur du lendemain ? » Ensuite, mais seulement ensuite arrive la suivante : « Quelle est la forme d’ organisation politico-économique la plus adaptée à la juste gestion de la production et de la répartition desdites ressources ? »
                Ceci dit, la révolte gronde partout. Sans doute le système qui opprime l’ immense majorité des gens est-il appelé à périr à court ou moyen terme, mais je crains fort que le suivant lui ressemble si on néglige individuellement et collectivement de faire une analyse du premier sans se débarrasser de tous les postulats et toutes institutions sur lesquels il repose.
                Et vive la révolution !


                • mortelune mortelune 18 novembre 2011 20:40
                  J’ai besoin d’informations :
                  Qui prend les décisions économiques et financières au sein de l’union européenne ?
                  Qui a pris la décision de nommé Draghi, Papadimos et Monti aux postes qu’ils occupent ?
                  Ceux qui prennent ces décisions ont-ils une représentativité des peuples ?
                  Au sein même des pays la démocratie semble parfois ’battre de l’aile’...
                  Au niveau Européen je ne vois rien qui ressemble à une démocratie ou je me trompe ?

                  • TigerSean TigerSean 18 novembre 2011 21:47

                    Je suis simplement horrifié, et en même temps heureux.

                    La situation va empirer de façon irréversivle, et la révolution sera alors inexorable et inévitable. Un réel changement pourrait avoir lieu. Fausse mauvaise nouvelle ?


                    • Antoine Diederick 18 novembre 2011 22:22

                      Non, ce n’est pas normal

                      ici un article intéressant


                        • paul 18 novembre 2011 22:34

                          Une concentration de banksters, provoque dans l’économie mondiale, la maladie de Sachs .
                          C’est une maladie neurodégénérative réelle , due en réalité, à l’absence de toute régulation ,de tout contrôle des échanges ,qu’ils soient biologiques ou financiers .-
                          Elle provoque des spasmes, des convulsions . Les dégâts sont irréversibles .


                          • BOBW BOBW 19 novembre 2011 08:43

                            @ paul : LoL , actuellement ,net Prolapsus testiculaire avec la chute régulière des Bourses. smiley


                          • Prometheus Jeremy971 18 novembre 2011 22:41

                            Or, rien n’indique que nous allons dans ce sens. Une mesure pourtant simple et efficace n’a même pas été prise par les chefs d’Etat européens : que la BCE prête aux Etats à 1,25 % comme elle le fait aux banques privées qui, elles, prêtent ensuite à 18 % à la Grèce. Cette mesure ne cesse d’être refusée par l’Allemagne et par la BCE, qui se retranchent derrière le traité de Lisbonne qui l’interdit…

                            Vous avez regardez les courbes des taux d’emprunt des différents pays européens ?

                            On constate que les taux d’emprunt qui pendant dix ans se ressemblaient pour TOUS LES PAYS EUROPEENS. Aujourd’hui se comportent comme avant 1999. Les pays du club Med ont des taux élevés, ceux du Nord moins.

                            Pourquoi envisager une mesure de sauvetage alors que l’euro est déjà mort ?


                            • moebius 18 novembre 2011 23:04

                              il y’a dans ce monde des créanciers qui tentent de se faire rembourser..quoi de plus logique et de moins financier et le monde changera quand la totalité du monde sera débitrice non plus du Kapital mais de la planéte Mars...alors nous serons tous pardonné et l’agneau cohabitera avec le lion


                              • Christoff_M Christoff_M 18 novembre 2011 23:07

                                Tout à fait d’accord !!

                                Preuve que les politiques en Europe ont baissé leur froc face au monde de la finance... et s’abaissent comme des valets à obéir au monde mafieux et tricheur, du fric et du bling bling, des gens déphasés déconnectés de la réalité du terrain, loin des habitants des pays et des travailleurs et causant tous les jours des milliers de licenciements pour leur courbes et leurs taux sur leurs petits écrans de minables et d’apprentis sorciers...

                                le summum de ce système délirant étant le trader, devant ses multiples écrans, plus proche de la névrose et du déphasage psychiatrique, on en voit les conséquences catastrophiques tous les jours, des gens qui se versent des millions tout en saignant les petites entreprises les sous traitants et les pays « en voie de développement » certains depuis 40ans, oillés par des méthodes et des combines bancaires bien en place pour détourner l’argent du développement...

                                Quand est ce qu’on dira merde à ces séides de l’argent qui vendraient leur mère pour un bonus entourés d’avocats aimant la dorure et prets à défendre des truands bling bling en col blanc...

                                Si nous ne faisons rien, nous seront vampirisés et l’Europe deviendra un autre continent sinistré, par manque de courage et connivences de politiques douteux, vénaux, sans courage, prets à sacrifier leur pays contre un gros chèque ou un gros cadeau !!! tant que auront des commerciaux et des VRP des banques et des boites du CAC40 à la tete de l’état, l’économie continuera à plonger et le chomage à exploser...


                                • Christoff_M Christoff_M 18 novembre 2011 23:15

                                  entre paranthèses on s’indigne en haut lieu, mais que se passe t il avec les cartes magasins seule ressources des gens modestes, les banques prêtent à 15 voir 19% au plus pauvres tandis qu’elles accordent en haut lieu des prêts à 3% voir 0% pour des sommes bcp plus conséquentes à la clientèle en col blanc !!

                                  Voir le nombre de surendettés qui augmente en flèche !! n’est ce pas du racket et du vol organisé depuis des années par les banques et les organismes financiers, sans jamais aucune réaction ni sanction de la part de nos politiques, n’est ce pas Madame Lagarde qui a renforcé l’endettement et les contraintes sur les gens les plus modestes !! je ne parle pas des agios énormes sur les comptes les plus modestes, la aussi vol sciemment organisé par nos banques en dehors de frais abusifs et délirant vu que le chargé de clientèle ne sert plus à rien avec internet !!

                                  Nous sommes dans un pays aux méthodes douteuses et mafieuses alors imaginez ce qui se passent dans des banques qui ont des budgets supérieurs à des états !! type Goldmann ou Clearstream !!! sans aucun controle ni des états ni des lois, ni des circuits occultes d’argent facilités par internet...


                                • moebius 18 novembre 2011 23:28

                                  Plutot que de confier le monde a ces banquier confions le à Lepen. Elle seule pourra nous sortir du caca car elle seule peut savoir là ou personne ne sait. et en plus elle va nous faire marrer car elle est trés amusante quand elle imite le cri du goret a l’affut de l’islamiste a la noce du beau frére. Que demande le peuple ? hein ! de s’y retrouver là un peu ? Non !


                                  • moebius 18 novembre 2011 23:41

                                    le probléme c’est la valeur nous partons du principe que la valeur des choses est une valeur vrai et nous ne pouvons prendre de décision que par rapport a cette valeur vrai. Or cette valeur est volatile et toute les decisions qui seront prise par rapport a cette inconsistance ne pourront structurement pas etre accépté par la masse que l’ on place a la tete de nos gouvernement démocratique des profs d’économie ou des tarés populistes


                                    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 19 novembre 2011 01:49

                                      « Est-il normal de confier l’Europe à des anciens banquiers de Goldman Sachs ? »

                                      Selon le bon sens et selon les gens », non, évidemment. Mais je crois savoir que ça ne pose pas de problème particulier à l’abominable Sarkozy.


                                      • Henri François 19 novembre 2011 08:08

                                        Plus que les hommes de pouvoir, c’est encore la Démocratie qui est la grande responsable de cette main mise sur la planète par les multinationales, usant la finance, l’arme dévastatrice du grand capital.
                                        La Démocratie du Mensonge et de la Manipulation. De l’Esclavagisme « consenti » et de l’Abêtissement. De la Division et du Leurre.
                                        La Démocratie qui ne se contentant pas de monter les peuples les uns contre les autres, le fait également en son sein entre les couches sociales et les religions, histoire de diviser pour mieux régner.
                                        La Démocratie qui ne cesse de semer « la faute de l’autre », qui rend aveugle et jaloux, qui par exemple fait du petit retraité qui investi ses maigres économies dans la Bourse, cet enfer, un soi-disant capitaliste proche de Rockfeller tout en reprochant aux vieux de vivre trop longtemps au détriment du jeune, que la Santé est un luxe qui coûte trop cher et que les vacances nuisent à l’équilibre des Nations, etc...etc....
                                        La Démocratie qui depuis les Grecs a fait du FRIC le Dieu des Dieux...
                                        Amen !!!


                                        • ddacoudre ddacoudre 19 novembre 2011 09:07

                                          bonjour

                                          pas grand chose à rajouter, mais la situation actuelle est le fruit d’un long processus auxquels tous les citoyens ont participé, « à l’insu de leur plein gré », et dont ils sont devenus des acteurs par leurs actions économiques et désengagement citoyen pour s’adonner seulement pour la plus part à l’hédonisme et l’oisiveté qui leur été vendu, pendant que d’autres s’emparaient des commandes de la vie politique.

                                          en 1999 j’écrivais ces passages prévisibles car ils avaient débuté bien avant qu’ils ne soit lisibles.

                                          Ainsi le CNPF (acronyme) est devenu MEDEF. Le Conseil du Patronat français, terminologie dans laquelle s’affirme le poids de l’autorité de celui qui commande dans son seul intérêt (image péjorative du profit), a opté pour une image plus fluide et moderne : Le Mouvement des Entreprises de France.

                                          Cette idée de mouvement signifie : nous sommes agissants, nous faisons vivre les entreprises qui vous emploient (sous-entendu ses dirigeants), les entreprises agissent (sous-entendu la structure collective), mais elle signifie également beaucoup plus que cela.

                                          En effet, la captation par l’entreprise du mot mouvement a une connotation sociologiquement importante, celle d’entreprise collective visant à établir un nouvel ordre de vie

                                          Cette vision de l’entreprise beaucoup plus dynamique dilue, dans l’intérêt collectif de l’entreprise qu’affirment les caractéristiques de la Société Anonyme, la notion de profit personnel.

                                          Ainsi, à partir du sigle CNPF, qui est le reflet d’une organisation corporatiste, défendant ses intérêts particuliers, nous passons au sigle MEDEF qui affiche une volonté de développer son ordre de vie. Dans cette logique des candidats du MEDEF se présenteront un jour au suffrage universel.,,,,,/

                                          De telle sorte que lorsque nous confondons croyance et but (besoin d’exister parce que l’on EST), nous ne pouvons que nous perdre un peu plus, parce que nous rejetons ce qui est essentiel à notre existence le Mouvement. Je ne veux pas dire par-là que l’appréciation de l’existence ne doit être que cognitive (la raison), et qu’il ne faut pas se référer à nos sens, mais seulement qu’ils ne doivent pas conduire à créer de nouveaux Dieux qui ne seraient autres choses que des soutiens psychologiques conscients.

                                          La conséquence en est qu’à l’exception de quelques idéalistes, nous n’élisons plus dans toutes les instances politiques que des hommes à notre ressemblance, de grands chefs argentiers

                                          En revanche, nous reléguons aux oubliettes les philosophes et les penseurs ou bien nous les présentons comme des êtres d’un ancien temps, qui n’ont plus de place dans le débat monétaire.

                                          Ainsi, nous ne nous sommes jamais écartés d’une gestion « religieuse » des hommes. Mais comme nos nouveaux dieux savent compter, ils assurent une gestion financière des humains. Nous ne quittons de fait qu’une croyance pour une autre, parce qu’elles nous ressemblent, parce que notre besoin de foi ou de conviction recomposée s’empare de toutes nos innovations pour les déifier, les dogmatiser.

                                          ddacoudre.over-blog.com.

                                          cordialement.






                                          • BA 19 novembre 2011 10:25

                                            Lucas Papadémos est le nouveau Premier ministre grec.

                                             

                                            « Lucas Papadémos est membre du groupe européen de la Commission Trilatérale depuis 1998 dont le président n’est autre que Mario Monti, que les politologues transalpins donnent comme le successeur le plus probable de Silvio Berlusconi. »

                                             

                                            http://www.lesechos.fr/journal20111109/lec1_international/0201735236611-un-ex-banquier-central-pret-a-diriger-le-gouvernement-grec-246222.php

                                             

                                            Mario Monti est le nouveau Premier ministre italien.

                                             

                                            « Depuis 2010, Mario Monti est aussi Président de la section Europe à la Commission Trilatérale. Il est également membre du comité de direction du groupe Bilderberg. »

                                             

                                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Mario_Monti

                                             

                                            Mario Draghi est le nouveau président de la Banque Centrale Européenne.

                                             

                                            Mario Draghi a participé au Groupe de Bilderberg en 1994, 1995, 2001, 2002, 2003, 2004 :

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/1994.htm

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/cocktail.htm

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/2001.htm

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/2002.htm

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/2003.htm

                                             

                                            http://www.bilderberg.org/2004.htm


                                            • Mor Aucon Mor Aucon 19 novembre 2011 11:51

                                              Qui achète les meilleurs joueurs de football du monde ? Les clubs les plus riches, les espagnols. Quel est le club le plus puissant chez eux ? Le Real Madrid qui achète donc les joueurs les plus chers.

                                              Qui possède les meilleures universités et les structures économiques les plus puissantes ? Les USA, tous ceux qui espèrent comprendre quelque chose aux finances vont étudier là-bas. Quel est le club financier le plus puissant chez les puissants ? Goldman-Sachs, donc la majorité de ceux qui comprennent quelque chose sont passés par chez eux.

                                              Les théories du complot ne servent qu’à masquer l’enjeu véritable qui n’est pas d’inventer un noir dessein accompli dans l’ombre par des traîtres que l’on devrait empêcher d’exercer, sinon d’établir des règles du jeu pour que les intérêts bâtards qui peuvent se greffer sur les personnes au cours de leurs carrières, ne puissent entraver la marche d’une institution démocratique. Ces théories font le jeu de ceux qu’elles prétendent combattre.


                                              • eric 19 novembre 2011 13:48

                                                Normal ? Bien sur ! Ces trois dirigeants ont été choisit par des parlements démocratiques et régulièrement élus. Il n’est pas très étonnant qu’ils aient porté leur choix sur des gens qui comprennent quelque chose aux problèmes financiers, budgétaires et monétaires compte tenu des difficultés à l’ordre du jour. Il y a gros à parier que si vous avez un problème d’yeux, vous vous adresserez « démocratiquement » plutot à un ophtalmologue qu’à un cardiologue, même si ils ont tous les deux une formation de base généraliste.
                                                Pareil pour la France, entre trois candidats dont l’un dit il va falloir faire gaffe et éventuellement se serrer la ceinture, le second on va faire payer les « riches » et le troisième, on va faire tourner la planche à billet, je pense qu’il n’y aura pas photo.


                                                • karina 19 novembre 2011 15:35

                                                  Angela Merkel, la Troïka et l’Eurogroupe sont unanimes : le problème de la zone Euro c’est les salaires minimums trop élevés


                                                  • Jason Jason 19 novembre 2011 16:50

                                                    @ l’auteur,

                                                    Je suis dans l’ensemble d’accord avec vous. Mais je vais quand même me faire l’avocat du diable.

                                                    Vous dites : « Aujourd’hui, leur rôle va être sans doute de préserver les intérêts des banques dans l’actuelle crise européenne. Leur programme est tracé d’avance, quoi qu’en pensent les peuples, réduction des dépenses publiques, diminution des prestations sociales, réforme libérale de l’économie. »

                                                    Mais si ces très-bien-intentionnés messieurs voulaient favoriser leurs anciens employeurs, ils continueraient à pousser aux dépenses et aux emprunts. En limitant les dépenses publiques, il y aura moins de revenus pour l’Etat et la dette sera plus difficile à rembourser. Et peut-être que si la purge est trop forte, le patient risque de crever (défaut de paiement par manque de revenus).

                                                    Je ne saisis pas leur stratégie. A moins qu’ils ne soient à la manoeuvre que pour sauver les meubles, càd. tirer tout ce qu’ils peuvent obtenir dès maintenant. Et peut-être pour accepter des taux nouveaux élevés basés sur des courants d’air (voir plus bas).

                                                    L’argent des dettes a été dépensé (parfois très mal, c’est vrai) par les Etats. Il semble logique qu’il soit remboursé, même si on n’aime pas ça. Difficile d’échapper à la facture ! A moins de ne plus jamais emprunter. Très peu probable.

                                                    Par contre, ce qui me gêne vraiment, c’est la façon dont sont établis les taux des nouveaux emprunts.
                                                    Les Etats empruntent, par exemple, à 3,5% aujourd’hui (ou plus en Grèce). Mais les obligations ne seront remboursables que dans 10, 20, ou 30 ans. Et le monde de la finance décide aujourd’hui d’un risque qui ne se produira que dans ces périodes lointaines ?

                                                    C’est de l’escroquerie pure et simple.
                                                     Car, soit ils parient sur le fait que ces Etats n’existeront plus (risque 100%), soit que ces Etats auront des difficultés à rembourser. Mais qu’en savent-ils ? C’est de la boule de cristal pur. !

                                                    Enfin en ce qui concerne ces messieurs les transfuges, les Etats utilisaient souvent des faussaires expérimentés pour détecter les monnaies contrefaites. Rien de tel qu’un gangster pour connaître la pègre. Toutes proportions gardées, bien sûr (sic).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès