Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Et maintenant, tous à la Rochelle !

Et maintenant, tous à la Rochelle !

Aucun doute possible, c’est déjà la rentrée. Si les ministres se retrouvent dès demain, cet avant-dernier week-end d’août aura été marqué par la rentrée politique des verts et surtout par les ateliers du courant « l’espoir à gauche », lesquels se tenaient à Marseille sous l’impulsion du médiatique Vincent Peillon. Que retiendra-t-on de ce dernier rendez-vous ?

Moins d’un an après la fin du congrès de Reims, la direction baroque construite autour de la ligne "tout sauf Ségolène" a fait long feu. Le peu d’autorité qui restait à Martine Aubry a sombré avec l’humiliante soirée européenne du 7 juin dernier. Depuis, les jeunes loups socialistes ont assuré le spectacle estival, à coup de petites phrases et de lettres ouvertes. Acte ultime de la désobéissance civile, la rentrée de la Rochelle n’en est plus une, puisque tous les responsables socialistes ont déjà refait leur apparition médiatique sauf… Martine Aubry et Ségolène Royal.

Il y a quelques semaines encore, Vincent Peillon reprochait au chef de l’Etat sa politique d’ouverture, qu’il qualifiait d’« essentiellement politicienne ». Dans ces conditions, on aimerait l’entendre sur la signification de la touchante « photo de famille » avec Robert Hue, dont on avait cru comprendre qu’il avait quitté la direction du PC en 2002, et avec Christiane Taubira, dont on aimerait confirmer qu’elle représente plus qu’elle-même. Dans un autre registre, les interventions de Daniel Cohn-Bendit et de Marielle de Sarnez, symboles autoproclamés de la transcendance des clivages de la politique, laissent songeurs.

Modem or not modem ? A l’évidence, Martine Aubry devra s’exprimer le week-end prochain sur ce sujet et sa position devra tenir compte du principe de réalité : sur les vingt régions sortantes, il s’en trouvera au moins une, sinon beaucoup plus, où l’alliance au second tour avec les partisans de François Bayrou sera incontournable. Et quelle autorité aura la première secrétaire pour refuser un attelage qui lui a permis de conserver la mairie de Lille ?

Primaires or not primaires ? Là encore, dès ce week-end, Martine Aubry sera attendue au coin du bois. Si les précédents de 1995 et 2007 rendent incontournables l’organisation d’une primaire au sein du parti socialiste, la question qui reste à trancher est celle de son élargissement au « peuple de gauche ». Le débat ne sera probablement pas clos avant les élections régionales, qui décideront des rapports de force entre les différents partis en présence. Il reprendra donc après, avec une seule certitude : investie par le peuple de gauche, par le parti socialiste ou par elle-même, Ségolène sera candidate quoi qu’il arrive.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Le péripate Le péripate 25 août 2009 16:53

    Vous avez tort Calmos. C’est si bon d’être un anchois sagement confit dans la saumure du Bien.


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 août 2009 16:58

    C’est si bon d’être un anchois sagement confit dans la saumure du Bien.

    Phrase à ranger dans les anales d’ Agoravox .

    Quoi deux n ?


    • Le péripate Le péripate 25 août 2009 17:00

      lol....... 


    • Bulgroz 25 août 2009 18:11

      moi aussi, je suis fort impatient d’écouter Martine Aubry sur les passionnant sujets des alliances, des primaires et des 30 heures par semaine pour les fonctionnaires.

      Je reste persuadé que les socialistes sauront retrouver leur unité et leur force à l’issue des débats par une synthèse forte, claire et sans tabous.

      Je me mords les doigts de ne pas m’être abonné au PS et ainsi de ne pas pouvoir participer aux riches échanges de la Rochelle entre les tenants des diverses motions.


      • joelim joelim 25 août 2009 19:21

        investie par le peuple de gauche, par le parti socialiste ou par elle-même, Ségolène sera candidate quoi qu’il arrive

        C’est bien gratuit ce que vous affirmez là. A moins que vous aillez des sources fiables à citer ? Si un autre candidat avec plus de charisme, de lucidité et surtout de confiance des Français se révèle, pourquoi n’y adhèrerait-elle pas ?

        Si les précédents de 1995 et 2007 rendent incontournables l’organisation d’une primaire au sein du parti socialiste, la question qui reste à trancher est celle de son élargissement au « peuple de gauche ».

        A mon sens, la question est peu pertinente et vite tranchée : c’est inenvisageable. Tout parti politique non-marginal se sent le devoir de promouvoir un leader au 1er tour des présidentielles. Sauf s’il craint que ni lui ni un de ses alliés ne soient au 2e tour. Ce qui est quasiment exclu cette fois-là je pense.

        D’ailleurs, imaginons un instant une primaire ouverte au «  »peuple de gauche«  : vous verrez une armada de gens de droite qui essayeront de venir voter pour DSK ou un autre socialiste de droite, ou alors pour un looser fini. Comment les distinguerez-vous ?

        Le même problème se pose pour une primaire socialiste ouverte aux sympathisants : comment reconnaît-on un sympathisant ? Comment asseoir la légitimité d’un candidat de cette façon chez les militants du PS ?

        Non, les socialistes devraient faire une primaire entre militants, mais aussi et surtout éviter deux écueils dans lesquels ils sont tombés la dernière fois :

        1) tenir compte de l’avis des Français susceptibles de voter pour eux tant au 1er qu’au 2e tour ; et pas seulement du »peuple de gauche",

        2) épouser une éthique électorale (pour les primaires) dans laquelle il est clair que la détermination du leadership ne doit pas dégénérer en querelle de chapelle. Sinon il est évident que l’UMP gagnera, que le PS sera encore plus détesté des Français de gauche, et restera dans l’histoire comme une des pires faillites politique française.

        Un peu d’humilité aussi ne ferait pas de mal : le PS n’est plus la seule alternative à la droite, depuis les élections européennes...

        • jocegaly 25 août 2009 19:40

          Splendide. Cher Peripate, votre formule fera école... « anchois sagement confit dans la saumure du bien »... J’adore

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès