Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > États-Unis : comment les pro-Sanders ont fait perdre Clinton

États-Unis : comment les pro-Sanders ont fait perdre Clinton

(Le Club de Mediapart) Déjouant tous les pronostics, Donald Trump a largement remporté l'élection présidentielle. Comment Hillary Clinton a-t-elle pu perdre une élection considérée si facile ? La réponse est sans doute à aller chercher dans la participation de certains types d'électorats, et en particulier celui qui avait soutenu Bernie Sanders lors des primaires.

La victoire éclatante de Donald Trump trouve sa source dans les États clés qui ont quasiment tous basculé en sa faveur : l'Ohio, la Floride, la Pennsylvanie, l'Iowa, le Michigan et la Caroline du Nord. Une hécatombe. Sur ces six États, quatre montrent une baisse assez sensible de la participation par rapport à 2012, seules la Pennsylvanie et la Floride faisant exception. La chute tombe jusqu'à 3 points dans l'Ohio et l'Iowa, alors qu'au niveau national la participation est en légère baisse (- 0,5), montrant une démobilisation des électeurs dans des États qui avaient justement plutôt soutenu Bernie Sanders lors des primaires. En effet, s'il avait ainsi pratiquement remporté l'Iowa et fait de bonnes performances dans ces quatre autres États clés, il avait contre-performé en Floride.

La tendance est encore plus nette si on se tourne vers les États qui avaient massivement soutenu Bernie Sanders. On voit rapidement que la démobilisation a été importante : chute de 8 points dans le Minnesota, de 7,3 à Hawaï, de 4,9 dans le Kansas, de 4,6 dans le Colorado, etc... Dans les 22 États remportés par Sanders lors des primaires, seuls sept montrent une hausse de la participation, souvent modeste. Même si ces États n'ont été en rien déterminant lors du duel final Clinton/Trump, ils sont intéressants pour isoler et analyser l'attitude des partisans de Bernie Sanders, et donc percevoir leur attitude en général. Dans son État de prédilection et d'origine, le Vermont, la chute de la participation est aussi très marquée (- 3,3 points) et atteint un record de faiblesse.

La dynamique Sanders a été décisive dans le résultat final de l'élection présidentielle. Une partie significative de ses partisans a choisi de ne pas suivre son leader et a préféré ne pas voter pour une candidate avec laquelle peu de choses sont finalement partagées. Hillary Clinton a donc perdu en partie parcequ'elle n'a pas suffisamment réussi à les convaincre. Les ténors du Parti socialiste en France semblent bien comprendre ce risque, alors qu'ils agitent déjà cette victoire de Trump pour essayer de remobiliser. Mais cela peut-il réussir en l'absence de tout projet novateur et fédérateur ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 10 novembre 16:40

    Si j’étais Étatsunien, j’aurais voté pour Sanders aux primaires.

    Dans l’élection du 9 novembre dernier, j’aurais refusé de choisir entre peste et choléra, donc, abstention.

    J.ai bien peur, en fait j’en suis sûr, que 2017 me verra faire le même raisonnement.


    • Le421 Le421 10 novembre 18:10

      @amiaplacidus
      Il est patent que Hillary Clinton représentait totalement la nomenklatura du pouvoir.
      Par contre, il y a de fortes chances que ça tourne en jus de boudin entre les fanas du Ku Klux Klan et les bronzés de toutes sortes présents aux US.
      Sans compter que ces gens représentent une main d’oeuvre à pas cher pour les copains milliardaires de Trump.
      A avoir promis tout et son contraire, à un moment donné, il va falloir payer l’addition.
      Les cocus vont se compter par millions !!

      Effectivement, le choix Sanders était plus raisonnable, mais c’était le pire ennemi du système en place. Trump ne finira que par profiter de sa situation pour conforter ses biens.
      Dire que déjà, dans quelques jours, il est convoqué au tribunal pour fraude...
      Ca promets !!


    • V_Parlier V_Parlier 10 novembre 23:38

      @amiaplacidus
      Si les partisans de Sanders ont fait perdre la Clinton, c’est qu’une partie d’entre eux n’étaient pas comme les gauchistes du PS français qui retournent toujours à la bonne gamelle (situation socio-professionnelle protégée oblige, mais ça se raréfie) ou à leurs pseudo-valeurs branchouilles, futiles et prétentieuses (partagées avec certains LR/truc-du-centre) qu’ils placent au dessus de tout au point d’encourager même les guerres !
      Ces partisans de Sanders ont agi simplement en responsables en choisissant ce qu’ils considèraient comme un moindre mal. Vu comment Clinton a traité Sanders, j’avais d’ailleurs trouvé ce dernier bien servile et discipliné. Une preuve qu’il n’est pas moins « dans le système » que Trump. Parce-que question milliardaires et oligarchie, avec les Clinton défenseurs de la justice sociale on se fout carrément du monde !


    • doctorix doctorix 11 novembre 10:58

      @V_Parlier

      .

    • Paul Leleu 12 novembre 00:56

      @amiaplacidus

      les solferiniens n’ont qu’a s’en prendre à eux même... on ne demande pas la Lune à des politiques, mais quand même un minimum...

      les pro-sanders se sont juste abstenu... je les comprends


    • zygzornifle zygzornifle 10 novembre 17:05

      comme quoi quand les gens en ont ras le bol il arrive des surprises et c’est tant mieux fini le temps des veaux a abattoir, tous nos politiques LRPS qui depuis une quinzaine lui ont crachés dessus vont aller rapidement le voir pour lui nettoyer la raie du cul a grand coup de papilles montrant ainsi qu’ils sont aussi méprisables que nous le pensons.....


      • @zygzornifle

        bien dit si les cowboys riches ou pauvres l’ont compris chaque Français peut le faire et VIRER BISMUTH ET LE LUNAIRE FRANCOIS

        VITE UN GRAND PARTI DE GAUCHE SANS LE PS !!!!!!!!!!!!!!!!

      • Pere Plexe Pere Plexe 10 novembre 18:36

        @zygzornifle
        ...reste que les surprises c’est mieux quand elle sont bonnes !


      • Paul Leleu 12 novembre 01:01

        @zygzornifle

        oui... mais reste à savoir qui c’est qui l’aura dans le cul à la fin.

        parce que peut-être Trump va pactiser vite-fait avec la mafia mondiale... et là c’est le peuple qui l’aura dans le cul

        alors que les courtisans hypocrites auront des prébendes en échange de leur lechage de botte


      • Pere Plexe Pere Plexe 10 novembre 18:33

        Le choix d’imposer Clinton alors même que son impopularité était connue est une faute politique majeur du parti Démocrate.

        La croyance que l’avalanche de Dollar et l’appui des médias allaient, une fois de plus, gommer ça était une funeste connerie.
        Sans sombrer dans le discours de son adversaire Clinton est une caricature de la politique au service des lobbys...

        • HELIOS HELIOS 10 novembre 19:02

          ... il y a des démocrates qui viennent de se remplir les poches pendant quasiment un an... de quoi largement attendre la prochaine corrida en 2020 pour refaire le plein !


          Que Clinton ait gagné ou pas, ils s’en tapent... un peu comme chez nous, ceux qui tergiversent pour nous refourguer Hollande, un Valls, un macron ou n’importe quel apatride virtuel.

           Ils vont faire aussi le plein -rappelez vous Bygmalion- et ils auront de quoi depenser pendant les 5 années qui viennent...

          Alors les pro Sanders... vous dites qu’ils ont fait perdre Clinton... quelle insupportable interpretation. C’est Clinton qui a fait gagné Trump... si Sanders avait été désigné par les démocrates, ils auraient battu Trump. 

          Ne renversez pas les roles, la cata, ce fut Hillary Clinton....

          • Guillaume Laurend 10 novembre 20:45

            @HELIOS Je ne dis absolument pas le contraire ! Le fait est que beaucoup de pro-Sanders ont choisi de ne pas voter, et comme je le dis, pour de très bonnes raisons : ils n’avaient pas grand chose en commun avec Clinton, qui proposait la continuité quand Sanders voulait la révolution politique.


          • Samson Samson 10 novembre 21:17

            « États-Unis : comment les pro-Sanders ont fait perdre Clinton »

            On peut aussi présenter les choses autrement : en favorisant et faisant choisir Clinton, candidate d’un establishment attaché sans autre projet au seul maintien de ses privilèges, et par là sans autre perspective à proposer que la perpétuation et l’accentuation du marasme ambiant, c’est l’état-major démocrate qui s’est tiré une balle dans le pied.
            Alors même que Sanders était porteur d’un réel projet et eut battu Trump à plate-couture, pourquoi donc ses partisans se seraient-ils mobilisés pour prolonger l’immobilisme ?
            Il n’y a pas que dans notre vieille €urope que les gens en ont ras-le-bol !

            « Les ténors du Parti socialiste en France semblent bien comprendre ce risque, alors qu’ils agitent déjà cette victoire de Trump pour essayer de remobiliser. Mais cela peut-il réussir en l’absence de tout projet novateur et fédérateur ? »
            Poser la question, c’est déjà y répondre, non ?!
            Tant en €urope qu’aux U$A, le dernier des péquenots peut au quotidien constater l’ampleur des ravages générés par 40 ans d’orthodoxie néo-libérale au bénéfice unique d’une petite élite transnationale et de ses larbins.

            Que les partis $ociali$tes français et €uropéens aient trahi tant leurs peuples que les principes du Socialisme, soit !, ils ont choisi leur camp !
            Qu’après s’être gavés sur la bête, ces « vendus » tremblent maintenant à la perspective de la facture présentée par les « sans-dents » pour leurs innombrables forfaitures n’est que stricte justice !

            Quand toute la machinerie propagandiste des médias main-stream ne suffit plus à duper l’électeur et le « convaincre » de continuer à prendre pour lanternes les vessies qu’ils prétendent lui vendre, qui voudraient-ils donc , hors actionnaires du CAC40, encore mobiliser ???


            • Veniza Veniza 10 novembre 21:23

              Sanders, c’était un leurre... 

              Il y avait une entente entre Hillary et lui, afin qu’il lui ramène les votes de la gauche des Dems. Il était prévu qu’il perde, et qu’il reporte les votes de ses supporters sur Clinton. Sauf qu’à un moment donné, Sanders a dépassé Clinton, et il s’est pris au jeu... il a dû voir qu’il aurait pû être le « nominee », mais il se devait de respecter leur « agreement », puisqu’elle avait quelques moyens de pression envers lui « leverages ».
              Clinton en a parlé dans ses fameux emails : source
              Manque de bol, Clinton est détestée par les électeurs de Sanders, le report des supporters ne prend pas.
              Aux Dems de se mordre les doigts, avec Sanders ils auraient gagné l’élection, mais voilà, Clinton était la candidate choisie par la finance.
              Too bad, c’est pas la finance qui vote, mais le peuple....

               smiley


              • François Vesin François Vesin 10 novembre 22:16

                @Veniza
                « c’est pas la finance qui vote, mais le peuple.... »


                Le peuple vote, et quoi qu’il vote,
                c’est la finance qui dirige !
                Trump n’existe que et uniquement que
                grâce à « la finance » qui ne l’a jamais lâché
                et à laquelle il doit tout !

                Il n’a franchement pas la gueule du type
                qui va mordre la main que le nourrit !

                Le peuple du « pays de la liberté » avait le choix
                entre une capitaliste néo-libérale et un capitaliste
                néo-libéral. Il a fait son choix. Vive la démocratie !!!

              • epicure 10 novembre 22:25

                @Veniza

                le truc c’est que Sanders représente un vrai courant naissant chez les démocrates.
                Et comme c’’est le courant montant de la jeune génération, il n’est pas prêt de disparaitre, mais au contraire de prendre du poids dans le parti démocrate à l’avenir.


              • goc goc 11 novembre 01:57

                @Veniza
                Il y avait une entente entre Hillary et lui,

                Je ne crois pas. Si Sanders avait été « copain » avec kilarry, elle l’aurait prise comme co-listier et aurait gagné haut la main

                Le problème pour Sanders, c’est que de tous les candidats c’est celui qui était le plus opposé au likoud et à sa politique (expan)sioniste
                Du coup, Sanders s’est retrouvé avec 2 vétos à sa candidature, celui de Wallstreet (Sanders le socialiste) et celui de l’Aipac.
                Voila pourquoi killary est passé.

                Maintenant il est intéressant de savoir si killary a perdu parce qu’elle était mauvaise, ou si, comme je l’ai lu sur le net, c’est le système qui a lâché killary (d’où le FBI) s’apercevant qu’elle était bien moins fiable et surtout moins contrôlable que Trump (et accessoirement si en plus, elle etait grillée suites aux affaires de sa fondation et des voyage sur « Air-Lolita »)

                Ceci étant, je fais remarquer qu’on est en train de vivre un épisode fabuleux montrant une presses encore plus immonde, refusant le résultat et incapable de faire la moindre auto-critique. C’est fabuleux de voir ces journaleux « prestigieux » et autres éditorialistes, cherchant avec une mauvaise foi lamentable, à nous faire croire que la défaite de killary est un vol manifeste de démocratie. Alors imaginez quelle capacité ont ces gens-là à faire une analyse précise de la situation.

                Et puis comment ne pas rigoler en voyant notre nabot national se réjouir de la victoire de Trump, croyant pouvoir surfer sur une vague identique, alors qu’avec toutes ses casseroles, ses financements de campagnes plus que douteux et ses copinages tout aussi douteux (Quatar, bolloré, etc..), il est la copie conforme de killary. En tout cas, s’il arrivait qu’il soit au second tour de la présidentielle française, je lui prédit le même sort qu’a la clington.


              • Enabomber Enabomber 11 novembre 02:01

                @epicure
                De là à transformer le parti en force de changement, il y a un gouffre. Le bipartisme n’est qu’une évolution du Parti Unique.


              • epicure 11 novembre 21:49

                @Enabomber

                C’est vrai que le bipartisme se présente comme une fausse alternative, laissant le choix entre deux mauvais candidats.

                Mais si les choses évoluent comme elles doivent évoluer, c’est à dire l’ancienne génération laisser la place aux nouvelles, il devrait y avoir des changements au parti démocrate.
                Avec un fort courant progressiste sur lequel il faudra compter dans le futur.

                C’est plus la défaite de clinton par rapport à l’électorat de Sanders dans des états importants (rust belt où ils ne se sont pas mobilisés pour voter clinton) qui a fait gagner trump, qu’une vague majoritaire en faveur de trump ( moins de voix que clinton ).
                Le parti démocrate va devoir en tenir compte dans le futur s’ils veulent revenir au pouvoir.

                Mais déjà au niveau des états démocrates, il y a des avancées, notamment au niveau du salaire minimum. Cela signifie que le courant progressiste commence à influencer la politique du parti.
                D’ailleurs clinton a été obligée de mettre de l’eau progressiste dans son vin de messe libéral, Mais cela n’a pas été suffisant pour attirer à elle l’électorat populaire de Sanders contre trump.


              • Alex 10 novembre 21:42

                En flinguant Sanders, la pègre clintonienne et ses complices ont offert le fauteuil au gros porc, comme Hindenburg et sa clique l’ont fait en leur temps pour Hitler, alors qu’une autre solution était aussi possible.


                • Veniza Veniza 10 novembre 21:52

                  @Alex


                  Il n’est pas un gros porc, il a une vision de l’Amérique, laissons-le déployer son programme, on jugera après.



                • Alex 10 novembre 22:31

                  @Veniza

                  Mais c’est un grand cri de haine qui lui tient lieu de programme ! et je maintiens que c’est un gros porc comme tous ses semblables à travers le monde qui se réjouissent de son accession au pouvoir planétaire.


                • V_Parlier V_Parlier 10 novembre 23:44

                  @Alex
                  Moi quand je vois nos gouvernants insulter tous les chefs d’Etat et les nations les uns après les autres (les russes, les anglais, puis maintenant les américains qu’ils vénéraient jusqu’à hier, alors qu’il ne manque plus que la Chine et l’Inde), recourant parfois mêmes à la menace, je me dis que la haine à grande échelle est déjà chez nous. Pas besoin d’aller chercher Trump et ses provocs.


                • Samson Samson 11 novembre 00:44

                  @Veniza
                  Même si je ne goûte qu’assez peu aux métaphores zoologiques qui font souvent fort peu justice à l’animal, vu l’exquise « délicatesse » lexicale du personnage à qualifier lui-même femmes, latinos, musulmans et autres adversaires, ..., je ne vois rien de particulièrement inconvenant à le traiter à son tour de gros porc, ou tout ce qu’on voudra ! Son style y invite ! smiley
                  Pour le reste, même si je me fais fort peu d’illusions sur certaines de ses slogans, on jugera de fait sur les actes !


                • agent ananas agent ananas 11 novembre 01:50

                  Les démocrates doivent s’en prendre qu’à eux mêmes d’avoir pipé les dès en faveur d’Hillary alors que Sanders aurait certainement été un meilleur candidat face à Trump... tout du moins un candidat sans casseroles !
                  Il était évident que l’appel du « joueur de flûte d’Hamelin » Bernie Sanders de se rallier derrière Hillary n’allait pas être entendu par une partie des « sandernistes », surtout après leurs protestations suite aux tricheries du camp Clinton lors de la primaires de l’Iowa et voir violentes lors de celle du Nevada et à la convention démocrate où ils furent réduits au silence par le parti.
                  De plus, les positions de Clinton étaient moins progressistes que celles défendues par Sanders. Pas de quoi motiver les « sandernistes ». Et quand bien même Clinton a adopté certaines idées avancées par Sanders, on peut douter que nombreux d’entre eux furent convaincus, suspectant un double discours de la part de la girouette. Les talents de menteuse de la « reine du chaos » pendant l’affaire de « l’emailgate » les a certainement conforté dans leurs doutes.
                  A cela s’ajoute les révélations de Wikileaks qui ont confirmé que l’appareil démocrate du DNC avait triché pour favoriser Clinton. Que l’on ne s’étonne donc guère de la désaffection d’une partie des supporters de Sanders.

                  SHE RAN
                  SHE CHEATED
                  SHE LOST

                  Que les démocrates assument maintenant les conséquences de leur arrogance et hypocrisie.


                  • Enabomber Enabomber 11 novembre 01:56

                    J’imagine que si j’étais un jeune plombé par un remboursement de prêt étudiant dont les emplois précaires ne permettront jamais de venir à bout, la différence ressentie entre une victoire de Trump et une victoire de Clinton serait bien mince.


                    • le castor 11 novembre 04:21

                      Un titre trompeur... en fait c’est parcque les démocrates n’ont pas choisi Sanders que Trump a été élu ! Sanders aurait lui gagné.


                      • ENZOLIGARK 11 novembre 04:35

                        @le castor ... , Bonghjornu , ... les sponsors juifs de Clin - thon lui aurait donne aussi plus d ’ un MILLIAAAAAAAAARD de $$$$$ vous croyez  ? ( !!! ) . ... АФФ ISS ...


                      • le castor 11 novembre 05:33

                        @ENZOLIGARK Et alors ?


                      • ENZOLIGARK 11 novembre 05:49

                        @le castor ... , ... Poete et Musicien , Leonard Cohen s ’ eteint a 82 ans ( corsematin . com du 11/11/16 ... ) . ... Sing In Peace ... . ... АФФ ИСС ...


                      • ENZOLIGARK 11 novembre 06:09

                        @ENZOLIGARK ... , ... Hallelujah [ Music / video by Leonard Cohen ... ] .................. Victimes de la Croix [ Music by Silmarils ... ] . ... АФФ ИСС ...


                      • manu manu 11 novembre 19:05

                        @ENZOLIGARK
                        ^ùù^^^^ù^133^$<13553ù^m ::, : !, : ;^$^ù*q<<<231354m$^$^$ù*$w ! : ; : !w ; : !w : ; !w : ; !w : ; : ! ; ! ;:w


                      • Eric F Eric F 11 novembre 09:56

                        Excellente analyse, Hillary a perdu plusieurs millions d’électeurs par rapport à Obama en 2012, parmi la jeunesse, les minorités ethniques, et les progressistes.
                        Ceci étant, le système électoral US donne l’impression d’un raz de marée Trump, alors qu’en réalité il est minoritaire en voix (légèrement, mais quand même, il aurait été battu au suffrage direct, comme Bush en 2000 du reste).
                        Les média, en laissant attendre une victoire d’Hillary, ont démobilisé ces électeurs réticents, car à tout prendre, certains se seraient déplacés (fut-ce avec une pince à linge) pour faire échec à l’affairiste xénophobe.

                        Est-ce une surprise ? Finalement elle était déjà « intégrée » depuis 6 mois http://www.atlantico.fr/decryptage/donald-trump-peut-gagner-et-ne-choque-plus-americains-jean-marc-sylvestre-2687614.html (5 Mai 2016)


                        • goc goc 11 novembre 10:54

                          @Eric F
                          le système électoral US donne l’impression d’un raz de marée Trump, alors qu’en réalité il est minoritaire en voix (légèrement, mais quand même, il aurait été battu au suffrage direct, comme Bush en 2000 du reste).

                          Une fois de plus nos merdias nous enfument avec cette rhétorique, car s’il est vrai que hillary a 200 000 voix de plus que trump, elle ne le doit qu’a un seul état : la Californie , ou elle gagne avec ..... 2 500 000 voix de plus que trump (61% contre 33%), donc au final, dire qu’hillary aurait due être présidente c’est prétendre que c’est la Californie qui décide du choix du président pour tout le reste du pays.


                        • amiaplacidus amiaplacidus 11 novembre 11:49

                          @Eric F

                          En France, c’est pire. Législatives 2012 :
                          PS 29,35 % des voix, 48,55 % des sièges,
                          UMP 27,12 % des voix, 33,62 des sièges,
                          FN 13,6 % ds voix, 0,35 % des sièges,
                          ...

                          .
                          POUR ÊTRE CLAIR :

                          Je suis aux antipodes de tout ce que peut représenter le FN. Je serais pleinement heureux que le FN n’ait aucun député, avec des élections à la proportionnelle.


                        • amiaplacidus amiaplacidus 11 novembre 11:50

                          @amiaplacidus

                          Je complète, ce n’est pas en truquant le thermomètre que la fièvre du malade va tomber.


                        • Eric F Eric F 11 novembre 17:58

                          @goc
                          Au contraire, l’enfumage consisterait à laisser entendre qu’il y aurait eu un raz de marée populiste, alors qu’en suffrages au niveau national, il est en léger retrait, et a même moins de voix que n’avait eu Romney en 2012. Je n’ai pas écrit qu’elle « aurait du » être présidente, mais qu’elle l’aurait été avec un vote direct au niveau national.
                          Ce qui est vrai c’est qu’il y a eu effondrement du vote démocrate par rapport à 2012, ce qui est une défaite pour Hillary.


                        • Eric F Eric F 11 novembre 18:03

                          @amiaplacidus
                          On ne peut pas comparer un votre présidentiel national avec l’élection de députés. Du reste, pour le Congrès, c’est un vote nominal par circonscription.


                        • amiaplacidus amiaplacidus 12 novembre 10:23

                          @Eric F

                          En France, le futur président, choisit par, au mieux, 30 % des Français au 1er tour. Élu au 2em tour parce que 25 % de plus voteront pour lui pour éliminer l’autre (chiffres estimatifs).

                          Est-ce vraiment mieux que les USA ?


                        • Eric F Eric F 12 novembre 16:24

                          @amiaplacidus
                          Ce n’est évidemment pas parfait en France, mais c’est toujours mieux qu’un système indirect où on peut gagner avec moins de voix que le battu (ce n’est pas la première fois), et par ailleurs le taux de votants aux présidentielles est supérieur en France à celui de là-bas.

                          PS : il y avait 3 petits candidats qui ont totalisé 4,6% des voix, soit trois fois plus qu’en 2012, si bien que les deux grands partis ont tout deux perdu des électeurs, malgré davantage de votants. On ne peut dire quels auraient été les reports dans un système à deux tours.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès