Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Exercice démocrate : lettre ouverte à ces Messieurs qui légifèrent

Exercice démocrate : lettre ouverte à ces Messieurs qui légifèrent

Cet exercice démocrate en forme de lettre ouverte s’adresse aux vingt députés du Nouveau Centre, ainsi qu’au député « apparenté » - au sens de l’article 19 du règlement de l’Assemblée. Il offre quelques clés de compréhension de la machine législative française et, surtout, de la façon dont un député peu scrupuleux peut facilement en faire usage.

Cette lettre, donc, s’adresse aux députés du Nouveau Centre, qui ont eu l’heureuse idée de déposer une proposition de loi relative « au pluralisme et à l’indépendance des partis politiques ».

Afin que nul n’en ignore, voici en préambule la liste exhaustive de ces députés du Nouveau Centre et, pour l’édification de leurs électeurs, leur circonscription d’élection :

nom

prénom

département

circonscription

ABELIN

Jean-Pierre

VIENNE

4ème

BLANC

Christian

YVELINES

3ème

DE COURSON

Charles

MARNE

5ème

DEMILLY

Stéphane

SOMME

5ème

DIONIS DU SEJOUR

Jean

LOT ET GARONNE

1ère

FOLLIOT

Philippe

TARN

3ème

HILLMEYER

Francis

HAUT RHIN

6ème

HUNAULT

Michel

LOIRE ATLANTIQUE

6ème

JARDE

Olivier

SOMME

2ème

LACHAUD

Yvan

GARD

1ère

LAGARDE

Jean-Christophe

SEINE SAINT DENIS

5ème

LEROY

Maurice

LOIR ET CHER

3ème

LETEURTRE

Claude

CALVADOS

3ème

PERRUCHOT

Nicolas

LOIR ET CHER

1ère

PREEL

Jean-Luc

VENDEE

1ère

ROCHEBLOINE

François

LOIRE ATLANTIQUE

3ème

SALLES

Rudy

ALPES MARITIMES

3ème

SAUVADET

François

COTE D’OR

4ème

VAMPA

Marc

EURE

3ème
suppléant
H. MORIN

VERCAMER

Francis

NORD

7ème

VIGIER

Philippe

EURE ET LOIR

4ème

Messieurs du Nouveau Centre, qui légiférez ...

Depuis le 9 juillet 1789, date de l’Assemblée nationale constituante, la France a connu, au gré des fluctuations de son Assemblée nationale, des fortunes législatives diverses. En cette matière, je me garderai de rappeler combien certains de vos prédécesseurs ont su à merveille mettre la machine législative au service de leurs propres intérêts, ou bien des intérêts de la minorité influente du moment.

Cependant, il est une chose qui a profondément changé ces dernières années, et dont vous ne semblez pas avoir suffisamment tenu compte avant de vous engager dans cette pitoyable aventure que vous nous donnez à voir  :

Cette chose, qui n’est pas la démocratie mais qui lui est un instrument indispensable, c’est la mise à disposition dans l’instant, auprès du citoyen, par l’Assemblée qui vous héberge et vous nourrit, de toutes les informations sur ce qui s’y passe.

Ainsi, grâce au travail de bénédictin de ces employés dont vous ignorez peut-être jusqu’à l’existence et qui, du fond de leurs bureaux obscurs, enregistrent, tamponnent, analysent, synthétisent et communiquent, l’Assemblée nationale est devenue une maison de verre.

Ainsi apparaissez-vous désormais à nos yeux, Messieurs qui légiférez, comme un cristal absolument transparent. Et c’est presque dans la minute que nous, citoyens qui avons décidé de regarder de plus près ce que les députés que nous avons élus font de nos votes, sommes informés de vos initiatives.

Le 17 octobre 2007, vous déposez une proposition de loi relative au pluralisme et à l’indépendance des partis politiques. Cette proposition porte le n° 296. Que vise cette proposition ? C’est très simple : à octroyer un financement aux partis politiques ayant obtenu au moins quinze députés. En vertu de quoi ? En vertu de ce que vous avez appelé un "nouveau critère de représentativité des formations politiques".

Votre proposition est renvoyée à la commission des lois, laquelle "saisie au fond", nomme Jean-Christophe LAGARDE rapporteur le 23 octobre 2007.

Un amendement est présenté par Gilles BOURDOULEIX, député UMP de la 5ème circonscription du Maine-et-Loire qui, constatant que "le mode de scrutin majoritaire uninominal à deux tours rend difficile pour les petits partis politiques l’accession au mandat parlementaire", dit en substance, s’agissant de représentativité, que "l’élection ne serait-ce que d’un député marque la représentativité d’un parti".

Mais cet amendement est retiré avant la séance.

Le 23 octobre 2007 dans la matinée, le rapport remis par Jean-Christophe LAGARDE en vertu de sa qualité de rapporteur de la proposition de loi n° 296 est enregistré. Il porte le n° 304 et comporte 25 pages.

Qui osera encore dire que les députés ne travaillent pas ? Qui pourra encore prétendre qu’ils passent davantage de temps dans les couloirs ou à la buvette que dans leur bureau ? M. LAGARDE se voit nommer rapporteur un jour et, le même jour, quelques minutes plus tard, il produit un rapport de 25 pages dont la conclusion, épurée à souhait, tient en ces douze malheureux mots que l’on se propose d’ajouter à une loi :

Le deuxième alinéa de l’article 9 de la loi n° 88-227 du 11 mars 1988 relative à la transparence financière de la vie politique est complété par les mots : "ou dont au moins quinze des candidats présentés ont été élus députés".

Un rapport de 25 pages comptant au total 7 538 mots (ou 40 408 caractères), pour ajouter douze pauvres mots dans une loi ! La montagne aurait-elle accouché d’une souris ?

Ce même 23 octobre 2007 à 14 h 15, commence la séance d’une commission des lois décidément hyperactive et d’une efficience qui pourrait presque inquiéter.

Sous la présidence de Jean-Luc Warsmann, la commission entend M. LAGARDE, rapporteur. Voici la conclusion de sa présentation : "La présente proposition de loi offre la possibilité, par une modification a minima, d’assurer un lien plus fort et actualisé entre financement public de la vie démocratique et représentativité. Ainsi, le choix des électeurs sera mieux pris en compte dans notre système de financement des partis."

Après le brillant exposé de M. LAGARDE, quelques-uns s’expriment :

M. Bernard Roman, député SRC (Socialiste, Radical et Citoyen) de la 1ère circonscription du Nord, s’il a déclaré comprendre l’objet du texte, l’a cependant estimé peu glorieux, jugeant que cette proposition de loi tenait davantage à des facteurs conjoncturels qu’à des questions de principe.

M. Michel Vaxès, député GDR (Gauche Démocrate et Républicaine) de la 13ème circonscription des Bouches-du-Rhône, jugeant que cette proposition de loi renforce le pluralisme politique, a déclaré soutenir le texte.

M. Guy Geoffroy, député UMP de Seine-et-Marne, a estimé que tout texte qui encourage le pluralisme doit être soutenu, que la proposition entrait dans ce cadre et ne présentait aucun caractère conjoncturel, et qu’elle devait par conséquent être soutenue.

La commission des lois consigne tous ces aimables échanges dans son compte rendu n°10, et adopte sans modification la proposition qui lui est présentée.

Au fait, la commission compte 79 membres. Le compte rendu n° 10 n’ayant pas l’impudeur d’indiquer la liste des présents et des absents, serait-il indiscret de demander ce qu’il est advenu des autres, soit 74 personnes  ? Présentes ? Absentes ? Muettes ? Endormies ? A la buvette ? En commission ?

On connaît la suite : dès le lendemain, 24 octobre, dans un grand élan d’efficacité qui force le respect, le texte est examiné en séance. Il est reçu assez fraîchement : "Cette loi n’est pas conforme à notre constitution", "Les droits élémentaires du Parlement sont bafoués et nous donnons une image du Parlement déplorable pour régler les fins de mois difficiles de certains groupements."

Les groupes Nouveau Centre et UMP, constatant qu’ils sont minoritaires dans l’hémicycle, demandent une suspension de séance afin d’éviter le rejet pur et simple de la proposition. L’examen du texte est finalement ajourné.

Messieurs du Nouveau Centre qui légiférez, vous qui avez été portés à ces hautes responsabilités par des électeurs dont beaucoup ignorent sans doute qu’il est si facile de s’assurer de vos actes en se montrant simplement curieux, en prenant cette initiative discrète, et dont vous n’imaginiez certainement pas le tour qu’elle allait prendre, vous trahissez l’électeur et le citoyen, et vous déshonorez votre fonction.

Vous trahissez l’électeur et le citoyen, car lorsque vous affirmez, ainsi qu’il est indiqué dans le rapport de M. LAGARDE, qu’il est nécessaire d’adapter le système de financement public des partis politiques aux "nouvelles conditions de la représentativité", vous l’abusez. Et M. ROMAN ne vous l’a pas envoyé dire, à juste titre.

Vous l’abusez délibérément. Car vous savez très bien, combien de rapports sans suite l’ont-ils souligné et combien de fois en avez-vous vous-mêmes discuté, que si notre pays a un problème de représentation de la diversité des opinions, c’est à l’actuel mode de scrutin qu’il le doit, et non à une inadéquation du système de financement des partis.

Si la probité et l’honnêteté intellectuelle sont parmi les qualités que l’on est fondé à exiger d’un représentant national, il vous appartient d’en tirer les conséquences, s’il vous reste bien sûr tant soi peu d’amour-propre.

Vous déshonorez votre fonction, car le législateur doit avoir pour seul souci de légiférer dans l’intérêt du pays et du bien public quand vous présentez un projet qui ne vise qu’à favoriser vos personnes et vos groupes au dépens du citoyen.

Alors que les nuages s’accumulent et que de plus en plus de Français sont dans la difficulté, vous vous préoccupez de la façon de vous répartir la cassette avant de vous préoccuper de l’avenir de ceux qui, pourtant, vous ont élus.

Messieurs du Nouveau Centre qui légiférez, je crains bien que nous ne puissions plus guère vous appeler "députés". L’exigence de citoyenneté, de responsabilité et de respect qui s’impose aux représentants de la nation semble vous être désespérément étrangère. Partez donc, et quittez cette Assemblée dans laquelle nous n’avons plus désormais que faire de votre coûteuse présence.

Quant au financement de votre mouvement politique, et s’il est vrai qu’il vous pose problème, osez la souscription et faites appel à de généreux donateurs.

Quand vous aurez démissionné, étant ainsi débarrassés de ces mille contraintes inutiles et fastidieuses qui découlent du mandat qui vous a été confié, vous aurez tout loisir de consacrer l’intégralité de votre temps à la recherche de l’argent qui vous fait défaut. Je gage que vos talents, ainsi bien employés, vous mèneront vers le succès.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 26 octobre 2007 13:31

    Vous imagignez si François BAYROU avait été élu,le nid de voleur d’argent public qu’il y aurait eu au pouvoir pour piller la France ??????????????????????????

    Ouf !!!!!!! ,nous l’avons échappé belle,car en voyant les ex-supporters de François Bayrou retournaient leur veste aussi vite ,nous avons échappé au pire


    • RilaX RilaX 26 octobre 2007 19:49

      Ah oui, on a vraiment de la chance. On a echappé de justesse au pire. Quand je pense que ces ignobles auraient pu se retrouver dans la majorité ... ah mais attendez, on me souffle dans l’oreillette qu’ils sont avec la majorité !

      Tu imagine si sarkozy n’avait pas été élu ? Quelle perspective de bonheur insupportable.


    • Thomas Thomas 26 octobre 2007 14:04

      Article intéressant même si un peu trop emphatique.

      Le Nouveau Centre a recueilli moins d’1% des voix à l’échelle du pays. Le problème, ce n’est pas qu’un groupe de 15 députés n’ait aucun financement, c’est qu’on puisse avoir 15 députés en rassemblant aussi peu de voix.

      La prochain étape de la transparence, c’est de pouvoir accéder au vote individuel de chaque député après chaque scrutin. Aux USA (pourtant rarement un modèle en matière de justice électorale), chaque électeur peut savoir ce qu’a voté son député et lui en demander compte.


      • Voltaire Voltaire 26 octobre 2007 14:24

        Au delà de l’aspect purement conjoncturel de ce projet de loi destiné à maintenir en survie un parti inexistant, au delà du principe de non-rétroactivité des lois qui est aussi bafoué, il est un autre problème soulevé par ce projet de loi. La rgèle actuelle de financement des partis politiques a été établie afin d’empêcher la création de partis artificiels pouvant bénéficier d’un financement politique. Avec le projet de loi du NC, l’UMP ou le PS pourrait par sciciparité créer une pléiade de sous-partis fantôches au gré des évènements, qui chacun pourrait bénéficier d’un financement public sans avoir reçu un mandat des électeurs. Pour lutter contre ces créations artificielles, la loi actuelle impose un certain score électoral, soit au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions. C’est donc l’électeur qui, par son vote, détermine la réalité d’un parti politique. Ce nouveau projet bafoue le rôel de l’électeur, en permettant au politique et non à l’électeur de décider ce qu’est un parti politique, même si celui-ci n’est pas représentatif d’un électorat. On peut imaginer les dérives d’un tel système d’arrangements entre amis...


        • bernard29 candidat 007 26 octobre 2007 16:07

          a Voltaire.

          En êtes-vous sûrs ? S’il n’est seulement question que de faire une nouvelle répartition de la dotation globale aux partis politiques. Cette dotation ne changeant pas en valeur absolue, les partis n’ont aucun intérêt à se diviser. La proposition du Nouveau Centre ne demandait pas d’intervenir sur la première fraction des financements des partis concernant les sommes allouées proportionnellement aux voix obtenues dans le pays, mais sur la deuxième fraction des subventions allouées en fonction du nombre de députés.

          L’honnêteté nécessite de le signaler, car la proposition du Nouveau Centre est surtout scandaleuse parce que c’était une proposition de « circonstance » et qu’elle présentait un caractère rétroactif.

          la règle sur le 1% des voix obtenues dans cinquante circonscriptions a surtout éét faite pour éviter la fraude par la création de faux partis, comme par exemple « le parti de la loi naturelle » qui par le passé avait réussi a obtenir des financements pour une secte. Cependant, je voudrais faire remarquer que cette règle rend difficile la création de partis nouveaux ou le financement de partis régionalistes par exemple, c’est un exemple !! (Les régions ne faisant pas cinquante circonscriptions comme la Bretagne, l’Alsace, etc...).

          Il aurait peut être été judicieux de d’augmenter le pourcentage requis mais de bassier le nombre de circonscriptions. Une reflexion aurait pu être menée sur cette règle, hors la question contextuelle du Nouveau Centre, dans le cadre d’une rénovation de notre démocratie par exemeple. non ?

          Qu’en pensez-vous ?


        • Sumer sumergocogito 26 octobre 2007 18:43

          Chers ’Voltaire’ et ’candidat 007’,

          Tout d’abord je vous remercie tous deux pour votre complément d’analyse.

          La précision apportée par ’candidat 007’ concernant les fractions concernées du financement ne saurait masquer, au-delà de la pitoyable manoeuvre, ce que sous-entend la proposition de loi, et qui est à mon sens très grave :

          J-C. LAGARDE déclare que l’objectif est « d’assurer un lien plus fort et actualisé entre financement public de la vie démocratique et représentativité. Ainsi, le choix des électeurs sera mieux pris en compte dans notre système de financement des partis. »

          Ce n’est pas seulement délibérément trompeur : c’est stupide ! Car cela prend pour acquis que le mode scrutin actuel assure la représentativité. Et c’est absolument faux. Point n’est besoin de ressortir les chiffres pour s’en convaincre : il n’est qu’à voir la composition actuelle de l’Assemblée.

          Si M. LAGARDE veut améliorer le lien entre « financement public de la vie démocratique et représentativité », qu’il se préoccupe en premier lieu de la représentativité.

          Qu’il réfléchisse donc à la manière dont l’Assemblée peut réellement refléter la diversité des opinions, et qu’il reconsidère le mode de scrutin !

          Je ne crois pas, en disant cela, me tromper trop lourdement. Non ?

          Sumer


        • bernard29 candidat 007 26 octobre 2007 23:18

          je ne veux pas du tout apparaître comme défenseur du Nouveau Centre, ce n’est pas du tout mon problème. je rappelle que je trouve scandaleuse la forme de leur demande.

          mais vous dites ;

          « Ce n’est pas seulement délibérément trompeur : c’est stupide ! Car cela prend pour acquis que le mode scrutin actuel assure la représentativité. Et c’est absolument faux. Point n’est besoin de ressortir les chiffres pour s’en convaincre : il n’est qu’à voir la composition actuelle de l’Assemblée. »

          Ben non, dans le cadre de la loi électorale actuelle, il a à mon avis raison. Quinze personnes ayant été élus députés sont au moins représentatifs de leurs circonscriptions, en tout cas autant que les autres députés pris en tant que tels pour la distribution des subsides de la deuxième fraction.

          « Si M. LAGARDE veut améliorer le lien entre »financement public de la vie démocratique et représentativité« , qu’il se préoccupe en premier lieu de la représentativité. »

          Je suis d’accord sur ce point, mais ceci concerne tous les députés qui devraient travailler à une meilleure représentativité. A ce sujet, ils ont soutenu et étaient paries prenantes du projet de VI éme république de Bayrou, lors de la présidentielle, je crois.

          J’ai écouté les auditions du comité balladur, sur le site du comité, eh bien, je me demande si concernant le cumul des mandats, et la proportionnelle, l’intervention de Morin n’était pas plus claire que celle de Bayrou. J’en étais moi-même étonné.

          Ceci dit sans vouloir vous gêner dans votre combat, parce que je le répéte, la proposition du Nouveau Centre était une proposition de circonstances, une loi de sur-mesure et rétroactive assez pitoyable. Ils auraient du poser la question d’une telle réflexion pour l’avenir par exemple devant le comité Balladur et non essayer de faire voter une loi en catimini pour payer leur loyer et leurs réceptions.


        • Sumer sumergocogito 27 octobre 2007 04:03

          « Dans la cadre de la loi électorale actuelle », comme vous le soulignez, je ne peux que vous donner raison.

          Il ne s’agit pas de fustiger le Nouveau Centre en tant que tel, et je comprends bien qu’à l’inverse vous ne cherchiez pas à le défendre. Le sujet ici n’est pas vraiment le Nouveau Centre, mais le comportement scandaleux de députés constituant une composante de la représentation nationale.

          La question « concerne tous les députés qui devraient travailler à une meilleure représentativité » : mille fois oui, à un léger détail près :

          Les députés, quelles que soient d’ailleurs leur appartenance politique et l’époque, ont montré qu’ils étaient prompts à s’octroyer des avantages sans équivalent pour le citoyen de base (retraites, chômage, amnistie, et j’en passe).

          De là à penser qu’un député (en général) n’est pas apte à légiférer pour son compte avec la distance convenable, il n’y a qu’un pas que je franchis à la faveur de ces dernières aventures :

          Ne faut-il pas, à l’occasion d’une révision constitutionnelle dont on sent bien qu’elle s’impose de plus en plus, reconsidérer le sujet et envisager que les textes législatifs engageant directement les députés soient conçus ailleurs qu’à l’Assemblée ?

          Je ne sais pas si, dans l’état actuel de nos institutions et en attendant mieux, le Conseil Constitutionnel (qu’on ne m’explique pas que ce n’est pas aujourd’hui son rôle, je le sais) ne serait pas un lieu plus ... adéquat.

          Sumer


        • L'Hérétique L’Hérétique 26 octobre 2007 18:50

          clap clap clap clap : c’est envoyé et fort juste.

          J’avoue que certains députés du Nouveau Centre dont j’avais jusque là bonne opinion (Dionis, Courson, Folliot) me déçoivent tout à fait sur ce coup-là.

          Ils n’ont pas fait les 1% requis (ce n’est tout de même pas si sorcier quand on est représentatif !!!) qu’ils assument leur échec et voilà tout.


          • Thym_et_romarin_32 26 octobre 2007 19:15

            Bravo au rédacteur de l’article. D’abord bravo pour la description du contexte et merci pour l’analyse. Je partage tout à fait cela. Je m’étonne que cette situation ne fasse pas grand bruit dans les média... Restons vigilants !


            • Sumer sumergocogito 26 octobre 2007 19:31

              Cher(e)s Thym_et_Romarin_32,

              Il ne tient qu’à nous que cela fasse du bruit. Sommes-nous des « démocrates actifs » ou des tranches de foie de veau ?

              Pour ce qui me concerne, en tout cas, j’en ai fait une grande cause nationale personnelle, et je ne lâcherai pas l’affaire, quoi qu’il m’en coûte.

              Si je demeure seul, je n’irai certainement pas très loin. Mais à part moi, il doit bien se trouver quelques démocrates, non ?

              Alors allons-y : faisons tourner et dissuadons à jamais ces gens de recommencer.

              Sumer

              PS. : voyez l’interview édifiante de C. DE COURSON sur lepoint.fr et constatez qu’il faut demeurer en totale vigilance.


            • La Taverne des Poètes 26 octobre 2007 23:45

              Le Nouveau centre, c’est ça la machine de guerre supposée laminer le Mouvement démocrate ? smiley Une poignée de bougres sans électeurs ni militants, obligés de recourir aux subsides de nos impôts...


              • trou noir trou noir 27 octobre 2007 08:15

                merci à l’auteur d’ajouter une pierre à l’édifice de la’’cité’’ . En effet de même que les ’’produits dérivés’’ risquent de conduire à l’implosion du système boursier, de tels ’’comportements dérivés’’ portent atteinte à la Démocratie.


                • miha 28 octobre 2007 11:10

                  l’analyse est excellente.

                  il est important que nous réagissions à ce qui n’est rien d’autre qu’une « magouille » de plus pour obtenir indûment de l’argent public.


                  • vivelecentre 28 octobre 2007 18:56

                    je ne suis absolument pas fan du nouveau centre mais quand on ecrit :

                    « Le Nouveau Centre a recueilli moins d’1% des voix à l’échelle du pays. Le problème, ce n’est pas qu’un groupe de 15 députés n’ait aucun financement, c’est qu’on puisse avoir 15 députés en rassemblant aussi peu de voix »"

                    c’est au mieux de grand n’importe quoi mais plus certainement de la manip habituelle des pro modem !!

                    si l’udf nvx centre a fait 1% des voix , c’est avec 5O cnadidatures !! Partant de ce principe et si vous voulez donner une portée nationale, faites une simple regle de trois ,

                    sur 577 deputé , cela ferait 11% !!!!!!

                    Par contre personne pour denoncer le hold up de l’equipe Bayrou qui a massivement plaçé des centaines de candidats, la pluparts novices sans aucune chance d’etre elus pour arriver au resultat glorieux de deux ou trois deputés mais avec à la clé le troisieme financement publique de cette election apres le ps et l’ump !!

                    Alors si vous voulez donner des leçons de moralité politique, balayez déjà devant votre porte !!

                    Mais on sait que ce n’est pas le fort de Bayrou ( duplicité sur le non cumul, politique politicienne, populisme, arrangement locaux contraire à la ligne nationale, non respect de l’electorat etc etc )


                    • La Taverne des Poètes 28 octobre 2007 19:50

                      Ce point n’est même pas à discuter. Il y a une régle du jeu démocratique qui a été établie par la loi avant les élections et ce qui est inquiétant c’est de voir Sarkozy la modifier pour arrranger ses copains du Nouveau centre. D’autre part, chacun sait que ces derniers ont été élus surtout grâce aux électeurs de Sarkozy et du FN. S’ils s’étaient présentés sous l’étiquette d’indépendants, ils auraient remporté peu de sièges.


                    • La Taverne des Poètes 28 octobre 2007 19:52

                      Modifier la loi électorale rétroactivement est choquant. Bref c’est de la combine quoi et cela rappelle le « tous pourris ».


                    • vivelecentre 28 octobre 2007 23:28

                      OK

                      On peut eventuellement admettre que cela soit choquant.

                      Tout comme le fait qu’il suffit de presenter des centaines de candidats pour obtenir le troisieme financement public alors que seulement 1% des ces candidats est en mesure d’etre elu

                      Cela a été confirmé par les elections elles mêmes !

                      Alors reconnaissez cette manoeuvre à l’ethique douteuses et vos critiques envers le nouveau centre n’en seront que plus credibles ....


                      • vivelecentre 29 octobre 2007 12:34

                        Pas de contre argument, toujours des votes negatifs

                        apparement, il n’est jamais constructif de debattre des travers du modem

                        Cela doit etre antidemocratique... (resic)


                        • Sumer sumergocogito 29 octobre 2007 15:49

                          Cher ’Vivelecentre’,

                          Puisque vous faites plus que nous inviter à produire des contre-arguments, je crois comprendre qu’il faut s’y coller. Sachez cependant que je le fais sans enthousiasme.

                          J’aimerais pouvoir réagir sur la première partie de votre commentaire, mais cela ne va malheureusement pas être possible car je ne comprends ni de quoi vous parlez, ni où vous voulez en venir. Désolé.

                          Sur le principe, ce que je discute, c’est le fait que l’octroi d’un financement selon les nouvelles règles proposées est de nature, selon le rapport de M. LAGARDE, à asseoir davantage de représentativité.

                          Or le véritable enjeu n’est pas d’asseoir la représentativité de ceux qui ont été élus, mais le fait que l’Assemblée soit à l’image de la société.

                          Le mode de scrutin actuel, parce qu’il privilégie la représentation par des grands partis, ne rend absolument pas compte de la diversité. Il suffit de reprendre les votes et de compter les élus pour s’en convaincre.

                          Je dis donc, indépendamment de toute autre considération, que l’argument est fallacieux et qu’à ce titre, il doit être combattu.

                          Quant au fait de savoir si F. bayrou, en plus d’être un dangereux gauchiste, est également un gangster, c’est sans doute votre opinion. Mais c’est surtout une opinion.

                          Personnellement, je n’ai pas d’avis sur les opinions, si ce n’est que chacun est libre d’avoir les siennes.

                          Epargnez-moi une réponse où vous m’accuseriez de ne pas vouloir répondre, car je vous renverrai aux deux paragraphes ci-dessus.

                          Salutations démocrates. Sumer


                        • vivelecentre 29 octobre 2007 18:13

                          «  »« J’aimerais pouvoir réagir sur la première partie de votre commentaire, mais cela ne va malheureusement pas être possible car je ne comprends ni de quoi vous parlez, ni où vous voulez en venir. Désolé. »«  »

                          la vous m’etonnez !! est ce de l’ironie, la tentative de langue de bois ou une réelle ignorance ?

                          Ne vous etes vous jamais posé la question du pourquoi des centaines de candidatures du modem pour les legislatives alors que les investitures ce sont decidés au derniers moment avec dans la plupart des cas des gens absolument pas en position d’etre elu ?

                          Ne vous etes vous pas aperçu qu’avec une (petite ) poignet d’elu ( deux ou trois) le modem rafle le troisieme financement publique de cette election( legislatives)

                          ne trouvez vous pas que moralement , pour ces 3 elus ,beneficier de ces supsides importante ne parait pas plus ( voir moins) justifié qu’un groupe de 15/20 qui en reclamme ?

                          Quand à Bayrou , même si j’ai employé le terme de hold up pour cette manoeuvre, je ne le traiterai pas de gangster

                          Gauchiste non plus car cela fait longtemps qu’il a abandonné ses convictions sur l’hotel de ses ambitions

                          Tout au plus opportuniste et populiste

                          Mais là je ne suis pas le seul à le penser....

                          quand à la representativité, il ne s’agit encore une fois pas d’une seule election mais de 577

                          Et dans ces 577 , 577 vote majoritaire se sont affirmés en un ou deux tours

                          c’est ainsi, et il faut annalyser la representation en fonction du resultat final

                          NC 15 à 20 deputés Modem 2 à 4

                          modem financement public oui NC non


                          • Equilibris 30 octobre 2007 00:33

                            Le MoDem reçoit le financement tel qu’il est prévu par la législation : en recevant les suffrages de millions d’électeurs dans un nombre suffisant de circonscriptions. Tandis que les élus du NC se sont laissé acheter en contrepartie de leur allégeance et n’ont pu réunir plus d’1 % des voix dans un nombre suffisant de circonscriptions. Faut-il rappeler l’épisode cuisant des candidatures farfelues du NC ?


                          • vivelecentre 30 octobre 2007 07:57

                            Pas tellement « equilibrus » comme commentaire

                            moi je suis electeur ump , ni adherent NC ni modem, alors essayons de voir les choses objectivement

                            comme s’il n’y avait pas eu de candidature farfelus au modem

                            plusieurs centaine....

                            Si le NC fait 1% , c’est avec 50 cnadidatures donc son poid relatif est de 11%

                            le modem malgré ces centaines de candidatures ne peut pas en dire autant !!...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès