Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Françoise Giroud, la femme entière

Françoise Giroud, la femme entière

« Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom., il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C’est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour, on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser. » (Françoise Giroud).

_yartiGiroudFrancoise01

La grande journaliste Françoise Giroud est née il y a exactement 100 ans, le 21 septembre 1916 à Lausanne, en Suisse. Elle fut le modèle de la femme moderne, féministe pas par théorie mais par action. Avec Jean-Jacques Servan-Schreiber, elle forma un couple politique particulier qui fut au Parti radical un peu ce que furent ou sont encore François Hollande et Ségolène Royal au Parti socialiste.

D’origine turque et russe, athée d’origine juive par sa mère mais convertie au catholicisme pendant la guerre, Françoise Giroud perdit son père à l’âge de 10 ans. À cause de la précarité financière, elle arrêta les études à 14 ans pour travailler comme sténo-dactylo dans une librairie parisienne. Son père, qui avait engendré deux filles, regretta que la dernière ne fût pas un garçon. Cela a contribué à rendre Françoise Giroud combative et volontaire.

Très vite, elle trouva du travail de scripte dans le milieu du cinéma. Elle collabora dès l’âge de 16 ans avec les plus grands réalisateurs, comme Marc Allégret, Jean Renoir, Jacques Becker, Gilles Grangier et Jules Dassin. Elle aida à rédiger puis rédigea elle-même le scénario de certains films, ce qui lui fit comprendre qu’elle était douée en écriture. Elle travailla ainsi sur trente-quatre films entre 1932 et 1991. Dans les années 1940, elle composa aussi plusieurs chansons pour notamment Tino Rossi et Danielle Darrieux.



De fait, Françoise Giroud est devenue journaliste, chroniqueuse et écrivaine, ce qu’elle fut la majeure partie de son existence. Elle participa à la Résistance et fut arrêtée par la Gestapo en mars 1944, internée à la prison de Fresnes pendant trois mois. Sa sœur aînée, également résistante, fut déportée à Ravensbrück et est morte à son retour de déportation en mai 1945.

Après avoir écrit dans "Paris-Soir" pendant la guerre, elle fut choisie pour diriger la rédaction du nouveau magazine "Ellle" de 1945 à 1953. Ses articles ont eu une grande influence sur de nombreuses lectrices à qui elle conseillait de se battre avec leur féminité pour faire entendre leur voix auprès des hommes.


"L’Express"

La rencontre avec JJSS (Jean-Jacques Servan-Schreiber) fut pour elle le départ d’engagements tant éditoriaux qu’intellectuels. Eux deux fondèrent le magazine "L’Express", le premier hebdomadaire français d’actualités, dont le premier numéro sortit le 16 mai 1953. Entre 1953 et 1971, elle en fut la directrice de la rédaction puis, de 1971 à 1974, la directrice de publication tout en présidant le groupe Express-Union (de 1970 à 1974).

Au cours de ces années à "L’Express" qui a accueilli de nombreuses plumes de premier plan, comme François Mauriac (qui venait d’avoir le Prix Nobel de Littérature en 1952), proche de Pierre Mendès France, favorable à un centre gauche sage et pas partisan, Françoise Giroud a pu exprimer ses idées en faveur de l’indépendance de l’Algérie. La séparation affective voulue par JJSS l’a plongée dans une grave dépression et l’a amenée à faire une tentative de suicide en 1960 qui heureusement échoua.

_yartiGiroudFrancoise05

Michèle Cotta, que Françoise Giroud avait recrutée en 1965 comme jeune journaliste politique, a raconté dans ses "Cahiers secrets" : « La vraie patronne, pour tout le journal, c’est elle. Pour moi, n’en parlons pas : je pense qu’il n’y en aura jamais d’autre. (…) Jean-Jacques Servan-Schreiber ne lui a pas fait suffisamment confiance. Il la croit sans autorité, alors qu’elle a la seule forme d’autorité qui soit : celle du professionnalisme et du talent. Je pense que pour elle, c’est devenu, à la longue, insupportable. ».

Françoise Giroud a quitté ses responsabilités éditoriales en entrant au gouvernement en 1974. Lorsqu’elle a quitté le gouvernement en 1977, Raymond Aron lui refusa son retour dans la rédaction. Entre temps, JJSS avait revendu "L’Express" à Jimmy Goldsmith pour financer ses campagnes électorales. JJSS sortit ruiné de son aventure politique de la décennie 1970…


L’engagement politique

Comme JJSS qui a commencé une carrière politique très brillante au début des années 1970, Françoise Giroud n’hésita pas non plus à goûter au jeu politique, mais directement par la grande porte, sans élection.

Ce fut Valéry Giscard d’Estaing, adepte tant de la "décrispation" que de la nécessité de donner aux femmes des responsabilités gouvernementales, qui alla la chercher pour former le gouvernement. Au même titre que Simone Veil et Monique Pelletier, Françoise Giroud fut nommée ministre sans avoir été parlementaire.

Françoise Giroud avait pourtant soutenu la candidature de François Mitterrand en 1974 et le fit à nouveau en 1981. En effet, lors du comité directeur du Parti radical du 14 mai 1974 à Paris, JJSS prit position en faveur de la candidature de VGE (70 voix) tandis que Françoise Giroud a soutenu celle de François Mitterrand (18 voix).

_yartiGiroudFrancoise10

Sa nomination n’enchantait donc guère le Premier Ministre Jacques Chirac qui, dans un premier temps, fin mai 1974, ne lui proposa qu’une "délégation générale à la Condition féminine" : « Vous serez à l’abri des vicissitudes politiques. C’est beaucoup mieux pour vous. Vous savez, un secrétariat d’État, ce n’est pas grand chose, c’est tout juste une secrétaire et une serviette. ». Déçue, elle refusa en sachant que Jacques Chirac allait avoir un entretien avec Valéry Giscard d’Estaing qui, pensait-elle, allait la soutenir. Mais VGE l’a sacrifiée, n’insistant pas auprès de son Premier Ministre réticent.

Jacques Chirac confia le 14 juin 1975 à Michèle Cotta, travaillant toujours à "L’Express" : « Jean-Jacques Servan-Schreiber, l’UDR l’avait accepté parce que tout le monde s’y attendait. Françoise et Jean-Jacques, c’était trop : c’était "L’Express" au gouvernement ! » ("Cahiers secrets").

JJSS, effectivement, fut nommé Ministre des Réformes (le poste actuel de Jean-Vincent Placé !) le 27 mai 1974. Mais une conférence de presse à Nancy pour protester contre la reprise des essais nucléaires a mis un terme immédiatement à sa très brève carrière ministérielle : il fut limogé le 9 juin 1974, probablement piégé par Jacques Chirac.

Finalement, Françoise Giroud fut reçue par Valéry Giscard d’Estaing à l’Élysée le 14 juillet 1974. Elle fut nommée Secrétaire d’État auprès du Premier Ministre chargée de la Condition féminine (la première à occuper un tel poste) du 16 juillet 1974 au 24 août 1976 dans le premier gouvernement de Jacques Chirac. Elle fut ensuite nommée Secrétaire d’État à la Culture du 24 août 1976 au 30 mars 1977 dans le premier gouvernement de Raymond Barre.

_yartiGiroudFrancoise03

Son projet de loi qui présentait cent mesures pour les femmes fut discuté au conseil des ministres du 26 mai 1976 et quatre-vingts mesures y furent adoptées. Valéry Giscard d’Estaing lui reprocha alors de parler de "compagnons" pour les femmes non mariées : « Madame, les femmes françaises n’ont pas de compagnons, elles ont des maris ! » (Michèle Cotta, le 31 mai 1976, qui a conclu sa note ainsi : « Inouï ! Et ses maîtresses à lui, qu’est-ce qu’elles ont ? »).

Membre du gouvernement, Françoise Giroud s’est exprimé devant les adhérents de son Parti radical lors du 73e congrès, le 25 janvier 1975 au Novotel de la Porte de Bagnolet, à Paris : « Son discours est bon, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’elle n’a rien à faire ici : au reste, elle ne fait pas de politique, elle fait un excellent topo sur la condition féminine à ces gros sénateurs radicaux qui sont plus antiféministes que quiconque. » (Michèle Cotta). Il est vrai que ce furent les sénateurs radicaux qui firent capoter le projet de Léon Blum d’accorder le droit de vote aux femmes en 1936…

Lors du 74e congrès du Parti radical le 30 novembre 1975 à Lyon, poussée par JJSS (contesté au précédent congrès) à qui elle n’avait pas osé refuser la veille, Françoise Giroud se présenta à la présidence du Parti radical et échoua (comme prévu) face à Gabriel Péronnet (1919-1991), également ministre. Ce dernier était capable de prononcer « un discours plat et ronronnant qu’il fait en tonitruant, à grands coups de phrases martelées, en fixant son œil rond sur la salle » (Michèle Cotta, le 25 janvier 1975).

_yartiGiroudFrancoise04

Candidate aux élections municipales du 13 mars 1977 dans le 15e arrondissement de Paris à la demande de Michel d’Ornano (le candidat giscardien à la mairie de Paris), elle a dû renoncer finalement à sa candidature et à son poste ministériel à la suite d’une cabale contre elle (on remettait en cause, à tort, sa participation dans la Résistance). Elle fut néanmoins candidate plus tard sur la liste du Parti radical menée par Jean-Jacques Servan-Schreiber aux premières élections européennes du 7 juin 1979. Ce fut une catastrophe électorale (la liste n’a recueilli que 1,8% des suffrages) et la fin de l’aventure politique pour les deux journalistes emblématiques.

Vice-présidente du Parti radical présidé par JJSS, Françoise Giroud fut désignée le 23 mars 1978 vice-présidente fondatrice de l’UDF (aux côtés de Jean-Pierre Soisson et Jean-Pierre Fourcade) sous la présidence de Jean Lecanuet. L’UDF, sigle trouvé par JJSS, a réussi à réunir centristes, radicaux et républicains indépendants là où le Mouvement des réformateurs avait échoué quelques années plus tôt.

Après sa brève carrière politique, Françoise Giroud a repris sa carrière de journaliste et d’écrivaine, collaborant avec le "Journal du dimanche" puis avec "Le Nouvel Observateur".

À la fin d’une représentation à l’Opéra-Comique, le 16 janvier 2003, Françoise Giroud fit une chute dans les escaliers et tomba sur la tête. Le lendemain soir, après une journée de travail normale, elle plongea dans le coma et quelques jours plus tard, elle est morte des suites sans s’être réveillée, de ce traumatisme crânien, à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine le matin du 19 janvier 2003, à 86 ans.


Des essais et des romans politiques

Au cours de plus d’un demi-siècle d’écriture, elle a rédigé beaucoup de chroniques sur le cinéma (qu’elle connaissait bien) et sur la télévision, et a même fait partie du jury du Prix Femina en 1992. Elle a publié trente-quatre ouvrages, parfois des essais ou portraits, mais aussi des romans, etc.

Parmi ses livres, j’en retiendrai ici deux.

_yartiGiroudFrancoise08

Le premier, "La Comédie du pouvoir" (éd. Fayard), publié le 22 novembre 1977, retrace son expérience exceptionnelle au sein du gouvernement : « Du lieu même où se joue la comédie du pouvoir, ministre pendant trois ans, j’en ai vécu les scènes, côtoyé les interprètes, entendu les répliques. Cette situation m’a enseigné que, si bien informé que l’on soit, cette comédie est impénétrable à qui n’y a, pour sa part, participé. ».

Dans cet excellent poste d’observation (le rêve de tout journaliste politique), Françoise Giroud a évoqué à Michèle Cotta la lutte fratricide entre Valéry Giscard d’Estaing et son Premier Ministre Jacques Chirac dans ces termes : « C’est inouï, ce gouvernement ! Même une teinturerie ne marcherait pas dans ces conditions, avec un directeur et un sous-directeur aussi opposés ! » (10 mai 1976).

Le second, "Le Bon Plaisir" (éd. Mazarine), publié le 12 janvier 1983, décrit un Président de la République en exercice obsédé par sa réélection et qui demande à son Ministre de l’Intérieur d’éviter un scandale qui viendrait de l’annonce d’un enfant "adultérin" qu’il aurait eu avec une ancienne maîtresse. Françoise Giroud a assuré qu’il ne s’agissait pas de François Mitterrand et de sa fille Mazarine (et j’ai eu de bonnes raisons de croire qu’elle était sincère en disant cela).

_yartiGiroudFrancoise09

L’adaptation cinématographique réalisée par Francis Girod (le film est sorti le 18 janvier 1984 avec Catherine Deneuve dans le rôle de la maîtresse) apportait au Président (joué par le mystérieux Jean-Louis Trintignant) et au Ministre de l’Intérieur (joué par l’audacieux Michel Serrault) une ambiance plutôt giscardienne (avec Michel Poniatowski en compagnon des basses œuvres), même si, là aussi, Valéry Giscard d’Estaing n’avait pas plus inspiré son ancienne ministre. Laure Adler, dans sa biographie sur Françoise Giroud publiée le 19 janvier 2011 chez Grasset, évoquait, de son côté, un ministre en exercice de l’époque…


La véritable égalité entre les sexes au sein du pouvoir…

S’il fallait ne retenir qu’une seule citation de cette femme de lettres énergique, ce serait certainement celle-ci, très subtile mais très vraie : « La femme sera vraiment l’égale de l’homme le jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. » (Françoise Giroud).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 septembre 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Françoise Giroud.
Jean-Jacques Servan-Schreiber.
Monique Pelletier.
Simone Veil.
Valéry Giscard d’Estaing.
Pierre Mendès France.
Jacques Chirac.
Raymond Barre.
Maurice Faure.
Jean Lecanuet.
Gaston Defferre.

_yartiGiroudFrancoise06
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.96/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • cevennevive cevennevive 21 septembre 11:55

    Bonjour Sylvain,


    J’ai eu beaucoup de plaisir à lire votre article, et je vous remercie de nous l’avoir soumis.

    Pour ceux de ma génération (jeune femme et étudiante dans les années 1970), Françoise Giroud a été l’un « moteur » de notre émancipation, son sourire angélique cachant une volonté inébranlable.

    Personnellement, elle m’a beaucoup aidée dans mon évolution professionnelle et sentimentale.

    Bien à vous.


    • cathy cathy 21 septembre 12:37

      Une femme brillante. 


      • sarcastelle 21 septembre 13:27

        Je donnerais bien mon avis sur les piques androphobes de Giroud, mais comme M. Rakotoarison, qui prodigue abondamment l’éducation civique et morale à la plèbe, s’abaisse rarement à répondre à ses observations sans doute ineptes par nature, j’ai désormais mieux à faire qu’à commenter M. Rakotoarison. 


        • mmbbb 25 septembre 13:02

          @sarcastelle il est vrai que les femmes de cette generation exécrant le l homme, sont desormais bien muettes et acceptent le burkini comme par ailleurs la franche d’extrême gauche a l instar de ce Chalot qui se pissa dessus de jouissance lorsqu il apprit la décision du conseil d’ etat . Moralité de l histoire les combats d’hier les victoires d hier sont fugaces et desormais les chienne de garde n ont pas des propos androphobes envers le mal oriental. Elles l’adulent, se prosternent la femme occidentale une tête de linotte ?


        • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 21 septembre 15:41

          françoise giroud était une journaliste talentueuse ; il n’y en a pas beaucoup dans ce pays ! j’aimerais retrouver quelques uns de ses articles...


          • Paul Leleu 21 septembre 16:18

            c’est drôle, mais pour ma part c’est Giroud, Servan-Schreiber, Giscard, Mauriac et Chirac qui sont le fascisme. Ils sont l’incarnation de l’oppression sociale qui écrase nos vies. Vraiment je ne les aime pas. Ils ne sont que silence et non-dit. C’est l’oppression par omission, occultation, hégémonie, glamour et petites affaires. Ils occupent l’espace par leur grand vide. Leur médiocrité sert à prendre la place des gens compétents. 


            sous leus allures de « modérés » ce sont en fait des extrêmistes de l’ordre bourgeois et de ses crimes. 

            Je ne les trouve pas du tout sympathique. Et d’ailleurs, ils sont largement responsables de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. 

            La petite phrase finale de Giroud est vraiment toute l’incarnation du « rien » bourgeois déguisé sous les vêtements de la malice, d’une prétendue sagesse et d’un humour amoindrissant. 

            • Djam Djam 22 septembre 10:07

              @Paul Leleu
              Je vous rejoins totalement ! Dans le concert de louanges, comme adore le faire notre société en lambeaux, il est rassurant de lire quelques commentaires plus lucides.
              Lorsque Giroud évoquait le peuple, lors des réunions ministérielles à l’abri de tout journaliste, elle disait « la bâââââse ». Giroud n’avait pas une grande affection pour le peuple car effectivement elle était entrée dans le cercle des bourgeois du pouvoir et s’en trouvait fort bien.
              Quant à son féminisme... je ne dirai qu’une chose : elle a servi une invention idéologique venue des EU, comme tout le reste, et soit fut une idiote utile, soit un agent zélée de la plus grande aliénation des femmes au nom du « progrès » et de « l’émancipation » (sans rire).


            • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 20:07

              entière ou en tiers ?


              • Aryakshtrya (---.---.204.110) 21 septembre 20:48

                 Franchement ses idées et ses combats sont les mêmes que ceux qui nous ont amené au chaos , la question que je lui aurai bien posé comme a tant d’autres qui se mêlent de transformer les choses souvent pour le pire , c’est d’où tu parles ? Bref certainement pas le genre de personne pour qui j’aurai le moindre respect , encore moins une quelconque admiration !


                • Pyrathome Pyrathome 21 septembre 22:54

                  Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom., il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C’est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour, on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser.
                  .
                  Ex : le néolibéralisme anglo-saxon (fascisme financier..) ...........que vous venez défendre ici tous les jours.....


                  • Nowhere Man 21 septembre 23:58

                    @Pyrathome
                    bien vu.
                    Françoise Giroud n’a pas eu le nez fin : Poniatowski lui a montré le bout de son groin et elle s’en est largement accommodée pendant ses pitoyables années giscardiennes.



                  • Ar zen Ar zen 22 septembre 09:37

                    @Pyrathome

                    Autre exemple : l’Union européenne que l’auteur chérie de toute son âme.

                    Une commission européenne, non élue, qui possède, seule, l’initiative législative = dictature !

                  • Ben Schott 22 septembre 06:11

                     
                    Monsieur Rakotoarison, on me dit que Mimi Mathy n’a pas apprécié le titre de votre article.
                     


                    • Ar zen Ar zen 22 septembre 09:45

                      Il doit être « pigiste » à paris match Rakotoarison. Un bel article bien dégoulinant et puant de mièvrerie. 

                      Bientôt un article sur Louis de Funès, un grand acteur.


                      Prochainement un article sur Jean Monnet un grand homme. 

                      Pondre des articles pour ne rien dire, à l’image de la prestituée, voilà le crédo de l’auteur. 



                      • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 22 septembre 11:35

                        en tous cas merci pour cet article car il n’y en a eu aucun autre dans la presse française !

                        Françoise Giroud, elle, savait écrire, d’où sans doute la jalousie des journalistes actuels et des autres !

                        • ifuckcharlie (---.---.195.237) 23 septembre 19:26

                          @Emin Bernar Paşa
                          Savoir écrire ne garantit en rien la justesse des idées , ni la bonté , et ne démontre pas même la présence d’intelligence ou de bon sens . Ce genre de bonnes femmes feraient mieux de la fermer a jamais , cela éviterait la corruption et la dégradation dans nos sociétés bien malades , d’ailleurs de part leur fait .


                        • Emin Bernar Paşa Emin Bernar Paşa 25 septembre 13:44

                          le destin de Françoise Giroud est passionnant : des parents ottomans, une confrontation brutale à la misère, puis la rencontre avec un grand cinéaste, puis la création d’un magazine, puis ministre...


                          • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 25 septembre 14:56

                            Cette femme était à l’opposé des politicards professionnels qui nous enfument depuis plus de deux siècles.

                            Même si je ne partage pas toutes ses idées, elle avait le courage de les présenter sans ambages ni omissions qui auraient pu favoriser sa carrière.

                            De plus, elle possédait un humour très incisif sur les personnes influentes de son entourage.

                            Vous souvenez-vous de qui elle parlait quand elle a dit :

                            « je pensais que ... était du marbre dont on fait les statues, il est en fait de la faïence dont on fait les bidets. »

                            Bonne recherche.


                            • Pasfacil9 25 septembre 16:51

                              Un autre citation
                              « Le plus beau décolleté de Paris »
                              Je vous laisse trouver de qui elle parle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès